Skip to navigation – Site map
Apparences médiévales

Apparences corporelles et politique matrimoniale chez les Habsbourg à la fin du Moyen Âge

Cyrille Debris

Abstracts

Abstract: Appearances had an evident impact on the Habsburg marriages at the end of the Middle Ages because it implied a decisive physical aspect, which is both objective and subjective. Procreation being the first goal, spouses had to be physically fit and be attracted to each other. Appearance played a role in the different steps of the nuptial negotiations : in the motivations, verifications and rituals. Portraits could help in choosing a partner, but above all, they helped to illustrate the descriptions made by the ambassadors-procurers. The ambassadors, at different stages, could demand to see the brides, fully dressed up (Brautschau), even if they were not consulted or were still very young. Thirdly, ‘medical’ examination often completed the investigation to evaluate the physical conformity of the future spouses , who had to be naked; if not satisfactory, the nuptial agreement could be declared null and void. Lastly, this procedure didn’t prevent the anxiety felt by the future spouses before their first meeting. Up until this moment they had to confide in the judgment of the mediators in deciding whom they would marry.

Top of page

Full text

1La dynastie de Habsbourg, par l’élargissement progressif du cercle de ses prospectives matrimoniales au cours des derniers siècles du Moyen Âge, jusqu’à s’étendre à l’Europe occidentale dans son ensemble, peut apporter par cette ouverture internationale un éclairage intéressant à l’approche du sujet des apparences. Les mariages ont de fait une relation évidente avec les apparences puisqu’ils impliquent une dimension physique déterminante, qui est double : à la fois d’ordre objectif mais aussi plus subjectif.

2De l’objectivité relevait la finalité première du mariage, à la fois inscrite dans la loi naturelle mais aussi reprise dans l’anthropologie chrétienne. Cette finalité est la procréation, la perpétuation de l’espèce humaine en général et spécialement de la « race » nobiliaire, du Geschlecht, de la dynastie. Ce fut toujours le souci majeur des chefs de la maison de Habsbourg car sans postérité, aucune politique de long terme ne pouvait être entreprise. Il convenait donc de s’assurer de la bonne santé physique des candidats au mariage, en particulier d’une bonne conformation corporelle n’empêchant pas, a priori du moins, la génération d’une nombreuse descendance. Mais cette descendance devait avoir le sang bleu, il fallait donc veiller au paraître social de noblesse. Un code assez strict d’égalité de naissance (Ebenbürtigkeit) imposait l’endogamie par des « alliances convenables » entre gens de même niveau nobiliaire (standesgemäße Ehe).

3D’une plus grande subjectivité était sans doute l’appréciation de la beauté du conjoint putatif, l’attirance ou la capacité de séduction entre les époux. Si l’on voulait susciter cette postérité, il fallait que l’appétence physique ne fût pas émoussée par un abord trop repoussant, à tout le moins. On sait en effet quelle répugnance – sans doute largement exagérée et pas complètement rationnelle – Ingeburge de Danemark éveilla chez son mari, le roi de France Philippe II Auguste en 1193. Cela aurait pratiquement constitué un empêchement pour la consommation du mariage ou du moins pour un exercice normal des relations intimes du couple.

4Les tractations matrimoniales furent nombreuses, même si elles n’aboutirent pas toutes à un mariage en bonne et due forme. Entre 1273 et 1519, de l’accession au trône de Rodolphe Ier à la mort de Maximilien Ier, pour les 55 membres « adultes » (ayant dépassé 12 ans) de la dynastie habsbourgeoise, 58 mariages furent conclus et 110 négociations matrimoniales entreprises, plus ou moins avancées1. Elles s’étalaient aussi sur plusieurs années car les projets pouvaient être très longuement mûris et commencer dès le plus jeune âge des enfants, sans parler de l’éloignement géographique croissant. Cela imposait toute une série de démarches et rites intermédiaires qui rythmaient les négociations avant le mariage in persona, comme les envois de portraits, la présentation de la fiancée (Brautschau) et l’enquête sur l’aptitude physiologique au mariage.

Les envois de portraits : première sélection dans le choix du conjoint ?

5Au Moyen Âge, les fiancés se rencontraient parfois seulement avant leur mariage, surtout s’ils provenaient de pays éloignés l’un de l’autre. Certes, dans les travaux d’approche avant la conclusion du traité de mariage, les ambassades rapportaient des descriptions plus ou moins circonstanciées, mais largement insuffisantes pour se faire une idée ne serait-ce qu’approximative du physique à cause de stéréotypes. L’ambassadeur autrichien Conrad de Verhebang, venu en juin 1312 solliciter à la cour d’Aragon la main d’Élisabeth, fille du roi Jacques II, décrit en effet son maître le duc Frédéric Ier en ces termes pour le moins génériques :

Il n’est pas au monde de prince qui soit aussi puissant, aussi noble auquel messire puisse donner sa fille avec grand honneur. Parce que mon seigneur est un prince très noble, sage et fort affable, dans sa vingt-troisième année, beaucoup plus grand que moi, plus puissant que tous les princes d’Allemagne, c’est-à-dire tant en armée qu’en richesse par ses revenus2.

6Les premières représentations graphiques des souverains n’échappaient pas non plus à ce défaut typologique. Il suffit pour s’en convaincre de penser aux sculptures des tombeaux mortuaires qui, bien que parfois réalisés peu de temps après la mort du souverain, ne se détachaient pas encore des topoi du genre. Les premiers portraits fidèles, réalistes, se répandirent dans la seconde moitié du XIVe siècle : au Louvre est conservé celui de Jean II le Bon (1350-1364) et au musée archidiocésain de Vienne celui de son exact contemporain, l’archiduc Rodolphe IV de Habsbourg (1358-1365). Ils sont attestés un bon siècle après dans le cadre des négociations matrimoniales, donc à la fin du XVe siècle.

7Au début de l’an 1476, Charles le Téméraire fit savoir à sa fille, Marie de Bourgogne, qu’elle avait été promise au fils de l’empereur Frédéric III, l’archiduc Maximilien. L’historien archiviste Delepierre nous rapporte que le jeune fiancé eut la délicatesse de faire parvenir à Marie son portrait, idée qui avait reçu l’approbation de son père et de quelques Princes Électeurs3. Marie aurait examiné vingt fois par jour ce portrait et fit réaliser le sien « de grandeur naturelle » pour l’envoyer à son fiancé : faut-il comprendre par cette expression qu’il existait aussi des portraits en pied ? Généralement pour cette haute époque ne sont guère conservés que des portraits en buste ou du visage (sauf pour les fresques). Peut-être signifiait-elle seulement qu’il ne s’agissait pas d’une miniature ? Quoiqu’il en fût, le portrait ne joua absolument aucun rôle dans la décision de Frédéric III de nouer pour son fils cette alliance bourguignonne. Marie avait suffisamment d’attraits bien plus décisifs par sa noblesse, sa richesse et son statut d’héritière. Par contre, il pouvait arriver que les portraits fussent plus déterminants dans le choix entre différentes fiancées possibles. L’apparence physique rentrait alors dans les critères de choix. En 1500, le roi Ladislas II de Bohême-Hongrie, envoya Zorzi Boemo en France lui rapporter des portraits de différentes princesses pour qu’il pût choisir en connaissance de cause4. Mais aucune n’eut l’heur de lui plaire car il pencha plutôt pour une princesse allemande.

8Les expressions utilisées ne sont pas « portrait » mais plus génériques : à l’automne de 1480, quand il s’agit de remarier Sigismond du Tyrol, cousin de Maximilien récemment veuf et sans héritier, son entourage songea à la duchesse Catherine de Poméranie5. L’émissaire qui se trouvait là pour une autre affaire demanda à voir la jeune femme, mais aussi à en obtenir un portrait : « vnd Ir gestalt malet geben mochte » (« et qu’elle veuille bien lui donner sa figure peinte »). Il retira une bonne impression de cette rencontre et semblait optimiste quant à la conclusion de ce mariage. Non seulement il avait achevé sa mission de reconnaissance en rencontrant personnellement la demoiselle, mais avec son portrait, son maître allait pouvoir mieux se représenter ses traits. Au printemps de 14866, des représentants du roi de Pologne vinrent à Cologne trouver Maximilien pour lui proposer en secret un mariage avec l’une des filles de Casimir IV dont ils avaient d’ailleurs apporté le portrait : « et ils avaient emmené avec eux leurs images »7. Mais le roi des Romains refusa cette nouvelle proposition.

9À la fin du Moyen Âge, les artistes gardaient le plus souvent l’anonymat, sauf les plus grands d’entre eux. Les historiens de l’art ne peuvent donc les désigner que par leurs œuvres ou leur école (école du maître du retable d’Issenheim par exemple), à l’instar des écrivains d’icônes du monde orthodoxe, qui s’effacent totalement derrière leur œuvre. Pour certains de ces portraits, quelques supputations furent proposées par les historiens de l’art. Ainsi l’ambassadeur espagnol en Angleterre annonça au roi Ferdinand avoir rencontré une délégation impériale chez sa fille Catherine, veuve du prince Arthur de Galles. Elle était venue saluer la belle-sœur de Philippe le Beau mais avait pour mission de voir Henri VII d’Angleterre pour lui parler de son mariage avec Marguerite de Bourgogne, fille de l’empereur, dont ils avaient apporté deux portraits sur bois et sur toile. D’aucuns pensent qu’ils étaient peut-être du peintre flamand Pierre Van Coninxloo. Quoiqu’il en soit, Catherine trouva qu’un certain Michel en aurait fait de meilleurs8. La princesse avait donc plus confiance dans les qualités artistiques de ce peintre qu’elle connaissait, car, à cette époque, se répandit dans les cours l’usage d’entretenir des peintres qui portraituraient à loisir les belles dames et les seigneurs. Un autre exemple nous est fourni à Innsbruck, à la cour de Sigismond et de Catherine du Tyrol. La seconde femme de Maximilien, Blanche-Marie, y attendit plusieurs mois son futur mari. Elle écrivit que, vers Noël 1493, le peintre Ambrogio de Predis fit le portrait de l’archiduchesse Catherine.

10On peut s’interroger sur le réalisme de ces portraits et à tout dire, sur la sincérité des peintres. On rapporte une anecdote assez amusante sur Hans Holbein à propos du portrait d’Anne de Clèves9, troisième femme du roi Henri VIII. Après la mort de Jeanne Seymour, le roi d’Angleterre avait envoyé des portraitistes auprès de différentes cours pour se décider en connaissance de cause car les attraits physiques jouaient un rôle important pour lui. Il fut donc satisfait de celui de la princesse allemande, mais ne la reconnut pas lorsqu’elle arriva avec son cortège. Il ne voyait qu’une femme marquée de variole qu’il n’hésita pas à qualifier publiquement de laide ou de « sa jument des Flandres ». Il divorça d’ailleurs après six mois de mariage (janvier à juin 1540). Holbein a dû s’inquiéter de perdre les faveurs d’un roi parfois expéditif, mais Henri VIII se serait joliment exclamé, magnanime : « J’avais cru aimer une femme de chair, je n’ai aimé que l’âme d’un peintre ».

11À Séville, la Casa de Pilatos, palais des ducs de Medinaceli, abrite justement deux portraits d’une même princesse, avant et après son mariage, dont le rapprochement est très éclairant. Il s’agit de copies d’originaux se trouvant au musée du Prado, à Madrid, par le portraitiste français Jean Ranc (1674-1735). La cour d’Espagne cherchait pour son héritier le futur Ferdinand VI (1713-1759) une femme, qu’elle trouva en la personne de l’infante [Marie-Madeleine] Barbara de Portugal (1711-1758), fille du roi Jean V. On rapporte que la cour de Portugal tâcha de retarder autant que possible l’envoi d’un portrait et l’on comprend pourquoi, car malgré de nombreuses vertus, la pauvre femme n’avait pas reçu de la nature un physique avantageux10. Il semblerait que le prince eût été choqué lorsqu’il la vit la première fois. Mais heureusement pour lui, il s’entendit fort bien avec elle, partageant une commune passion pour la musique, à écouter Scarlatti et Farinelli, et il mourut de chagrin lorsqu’elle décéda d’une crise d’asthme.

Fig. 1 : Jean Ranc, L’infante de Portugal Barbara de Bragance avant son mariage, [XVIIIe siècle] Séville Fondación Casa Ducal de Medinaceli.

Fig. 2 : Jean Ranc, La reine d’Espagne Barbara de Bragance, [XVIIIe siècle], Séville Fondación Casa Ducal de Medinaceli.

Portait peint après son mariage qui eut lieu en 1729.

La présentation de la fiancée (Brautschau)

12On a vu avec l’exemple de Catherine de Poméranie que le portrait n’empêchait certes pas les ambassadeurs de demander à voir de leurs propres yeux le ou la fiancé(e). On n’était après tout jamais sûr de rien et il valait mieux prendre ses précautions, fort bien exprimées par le roi Jacques II d’Aragon qui envoya le 27 février 1312 une contre-ambassade discrète11 vérifier sur place, en Autriche, les qualités de l’impétrant car la matière était trop sérieuse :

La raison en est que, bien que le seigneur roi eût entendu beaucoup de choses sur la réputation de noblesse et puissance dudit duc, il n’avait pu s’en assurer par quelqu’un qui fût originaire de ces régions. Et parce qu’en une telle et aussi ardue affaire il ne pouvait être procédé uniquement par la réputation, mais plutôt par quelqu’un qui pût certifier tout cela par la foi de ses propres yeux12.

13Cette exhibition était tout à fait admise dans les usages, même si la jeune fille était toujours bien entourée. L’allemand utilise un mot spécial pour cette cérémonie : la présentation de la fiancée ou Brautschau. Ainsi les envoyés pouvaient se faire une impression personnelle, de visu, de la fiancée, car il s’agissait généralement d’une demande émanant de l’homme intéressé par cette union. Comme pour le portrait, la Brautschau pouvait intervenir à différentes étapes des tractations.

14Au tout début des négociations, on vérifiait si l’apparence physique permettait raisonnablement de les mener plus avant. Lorsqu’il chercha à se marier, Frédéric III fut orienté en juillet 1447 par la duchesse Isabelle de Bourgogne, née infante du Portugal, vers l’une de ses nièces du royaume des Aviz, singulièrement vers l’infante Éléonore13. Il était question en février 1448 que Frédéric envoyât de fidèles et secrets serviteurs à Isabelle pour continuer leur voyage vers le Portugal et voir les princesses. Le compte-rendu de ses ambassadeurs devait servir de préalable à toute autre démarche, c’est-à-dire avant de présenter officiellement une demande en mariage14. Cela nécessita encore plus d’un an pour qu’à la fin de 1449, le baron Georges Volckensdorf et le juriste Ulrich Riederer prissent la route de la péninsule ibérique15. Comme ils en revinrent enchantés, l’empereur écrivit au roi du Portugal qu’il pouvait envoyer ses émissaires auprès d’Alphonse de Naples s’il voulait entamer les tractations.

15Frédéric I/III16 en demandant la main d’Élisabeth d’Aragon avait souhaité aussi que son ambassadeur pût la voir17. Jacques II accéda à cette requête le 28 février 1312 et ordonna à son officier Pierre Lull de lui laisser rencontrer une ou deux fois sa fille18. Des témoins, à choisir parmi des personnes honorables comme l’amiral d’Aragon et le sacristain de Barcelone, devaient assister à cette entrevue. Il insista aussi pour qu’elle fût présentée à son avantage, donc soigneusement parée. Il renouvela aussi ce type de recommandation lorsqu’il s’agit de préparer sa fille pour le mariage par procuration, un an et demi après19. Sa fille devait être ramenée le plus rapidement possible de Valence à Barcelone pour y revoir les ambassadeurs de son fiancé qui allaient l’emmener auprès de son mari en Autriche. Dans un souci paternel très méticuleux, il ajoutait diverses instructions sur les vêtements qu’elle devait porter et pour qu’un chirurgien vérifiât sa dentition. De fait, au dire même du roi, les négociations étaient sur le point d’aboutir définitivement20 et il avait d’ailleurs déjà donné son accord officiel au mariage21.

16Le traité de mariage définitif entre Frédéric Ier et Élisabeth d’Aragon ne fut pourtant signé qu’après cette Brautschau. Il n’aurait pas encore été trop tard pour reculer si, d’aventure, les apparences de l’infante avaient été si défavorables. Par contre, pour l’archiduchesse Marguerite, fille de Maximilien Ier destinée à l’infant Jean d’Espagne, la délégation ne vint présenter ses hommages et s’enquérir de ses manières que vers mars 149622, cinq mois après la conclusion du mariage par procuration23.

17Normalement, la Brautschau devait permettre d’éviter de mauvaises surprises lors de la conclusion ou mieux encore lors de la consommation du mariage, en éliminant tout candidat présentant des défauts physiques dirimants. Mais un exemple peut servir de cas-limite. Après la mort de l’archiduc Philippe le Beau, sa veuve entra dans le champ des épouses possibles pour le roi d’Angleterre Henri VII, nonobstant sa réputation de folle. La santé physique paraissait-elle tellement plus importante que la santé mentale ? Il semble qu’une grosse dot et la preuve de sa fécondité suffisaient pour faire oublier les tares mentales d’une princesse.

18Henri VII était tellement intéressé par ce projet qu’il affirma aux ambassadeurs espagnols n’attacher aucune importance à l’état mental de Jeanne. Puebla, représentant permanent des Rois Catholiques en Angleterre, répondit le 15 avril 1507 à Ferdinand. Il affirma à son maître qu’il n’y avait pas de meilleur mari au monde pour Jeanne, quel que fût son état de santé. Il était même persuadé qu’elle recouvrerait la raison en se mariant avec lui. Et sinon, il valait mieux qu’elle vécût en Angleterre puisque les gens semblaient peu gênés par son état, du moment qu’il ne l’empêchait pas d’avoir des enfants24. Ils ne semblaient étonnement pas craindre pour sa descendance une dangereuse hérédité mentale ! Pourtant, Ferdinand ne cela jamais à Henri VII l’état réel de Jeanne. Deux lettres de janvier et juillet 1508 montrent qu’il lui avait révélé la macabre pérégrination que Jeanne faisait subir au cadavre de son défunt mari. Bien que mort depuis presque deux ans, l’infante promenait avec elle le corps embaumé de Philippe dans son cercueil ! Même son père n’osait contredire trop brusquement Jeanne et refusait de lui forcer la main pour la séparer de la dépouille mortelle de son mari25. La question de la santé mentale semblait en tout cas moins importante aux yeux de l’Anglais que sa fécondité et que l’alliance dynastique qu’elle représentait.

Enquête sur l’aptitude physiologique au mariage

19Au-delà de l’apparence physique d’un conjoint putatif, il fallait aussi s’assurer de sa bonne santé générale, et cela pouvait faire pleinement partie d’une Brautschau approfondie. À une époque où la mortalité était importante, le choix se portait toujours si possible sur des personnes jugées suffisamment robustes. Cette caractéristique de la robustesse était recherchée pour les deux sexes. Les garçons devaient devenir de bons soldats et les filles résister à de nombreux accouchements.

20Deux princes furent loués pour ces qualités. Le premier était Jacques de France, fils du roi Charles VII, que son père pensait marier vers 1435-1437 à Anne d’Autriche, la fille du roi Albert II26. La description, à la fois physique et morale de Jacques était celle d’un enfant célibataire de cinq ans (sic), beau et corpulent, et « au dire des sages disposé à de grandes et heureuses choses »27. L’apparence extérieure était considérée comme le miroir fidèle des qualités intrinsèques de la personne. La robustesse était importante et devait être vérifiée, comme l’exigea Charles le Téméraire dans ses instructions à Pierre de Hagenbach au début de juin 147328. Si l’état des négociations entre Marguerite de Bourgogne et Maximilien laissait espérer une issue heureuse, Hagenbach devait rendre visite au prince pour s’enquérir de « son estature et corpulence, ses meurs et conditions pour en faire rapport a mondit seigneur ».

21Comme, pour les souverains, le plus important dans un mariage était généralement d’assurer une postérité à la dynastie, la capacité génératrice était particulièrement appréciée. Elle suscitait donc parfois un examen des organes génitaux du ou de la fiancé(e), particulièrement pour les enfants ou adolescents à peine sortis de l’enfance29. Il fallait s’assurer, par cette enquête physiologique, qu’une jeune fille fût bien réglée pour donner à la dynastie une descendance ou qu’un garçon ne présentât pas d’infirmité graves pouvant entraîner l’infertilité ou l’impuissance. Roger Sablonier va même plus loin en affirmant que la beauté physique de la femme devait se replacer dans ce contexte d’engendrement. Ce n’était pas tant une question d’agrément pour sa fonction de représentation, que bel et bien un pouvoir de séduction sur son mari. Elle devait susciter en lui le désir au risque que le couple ne remplît pas son devoir conjugal et ne pût donner des héritiers.

22Contrairement au portrait, cette recherche d’informations ne survenait qu’à un niveau avancé des négociations matrimoniales, mais un « rapport médical » négatif pouvait être suspensif. Ainsi, dans le traité du 12 juillet 1277 qui scellait les fiançailles de sa fille Clémence avec le duc André de Slavonie30, le roi Rodolphe I posa une condition31 : « que le duc André, frère du roi, soit effectivement montré à nos envoyés pour qu’ils l’examinent d’un œil expert et que si aucun défaut notable n’était repéré, les fiançailles demeurent solides ».

23Le projet matrimonial entre Guillaume d’Autriche et Hedwige de Hongrie-Pologne, fournit un autre exemple tout à fait similaire. Le père de la fiancée, le roi Louis, prit soin de préciser, dans sa promesse de mariage du 4 mars 137532, que l’union ne serait possible que : « dans la mesure où [Guillaume] ne serait pas handicapé par une infirmité pour laquelle un divorce pourrait être prononcé entre eux »33.

24Les causes physiques de nullité de mariage étaient liées à l’impossibilité de le consommer. L’impuissance constituait le principal danger pour les hommes. Les deux textes cités précédemment demeurent flous dans leur expression et fonctionnent par euphémisme. Mais d’autres témoignages sont encore plus précis et permettent d’affirmer avec certitude que l’enquête physique comportait un examen des parties génitales, effectué par les ambassadeurs, sans doute accompagnés de médecins. Cela ressort très nettement du projet de mariage entre Marguerite d’Autriche-Bourgogne et le dauphin Charles (VIII) en 1483. L’abbé de St. Bertin, les sires Jean de Berghes et Baudouin de Lannoy envoyèrent le 18 janvier 148334 un rapport à Maximilien après avoir rencontré le dauphin à Amboise :

Certes, nostre trés-redoubté seigneur, nous vous certiffions que Dieu l’a pourveu de beauté et forme, adroit de tous membres, et à l’apparence, autant que l’on peut juger en son eaige [12,5 ans], il l’a aussi pourvu de grant sens et prudence. Après que longuement il s’est monstré à nous et noz gens, allant et soy pourmenant d’ung lieu à aultre, et que les plus de nous ont veu ses jambes et ses cuisses à descouvert, il s’est retraict ».

25La litote est ici très claire. Depuis l’Antiquité païenne et chrétienne, les cuisses sont une figure métonymique pour désigner le sexe. À son tour, sa fiancée Marguerite fut soumise au même examen, mais de la part des représentants du roi Louis XI. Sa propre fille, Anne de Beaujeu, en fut chargée avec son mari le duc de Bourbon. Ils vinrent chercher la petite enfant à Hesdin, le 15 mai 148335. Bien que Marguerite ne fût âgée que de trois ans et donc qu’ils ne pussent en tirer beaucoup de conclusions, les délégués français réclamèrent sans ambages à ses gouvernantes, les dames de Ravenstein et de Gruithuse, de la voir nue. Ils voulaient au moins s’assurer qu’elle n’eût pas d’infirmités déjà apparentes à cet âge : « qu’ilz avoient charge du roy de veoir l’enffant tout nud, lequel leur fust montré a leur plaisir, dont fort se contentèrent et sy leur pleut grandement en toutes manières ». Le mariage était trop sérieux pour courir le moindre risque. Aussi convenait-il de prendre un maximum de garanties. L’intimité des jeunes princes, à une époque où pudeur et intimité étaient perçues différemment, passait naturellement après la défense publique de l’honneur de la dynastie36.

Conclusion

26Après toutes ces étapes intermédiaires où le prince avait dû se fier au jugement d’autres personnes ou bien n’avait eu de contacts visuels avec sa fiancée que médiatisés, il convient de conclure sur la première rencontre des futurs époux. Les sources primaires offrent un exemple particulièrement savoureux sous la plume d’Æneas Sylvius Piccolomini, futur pape Pie II, alors secrétaire de Frédéric III, poète de la cour et archevêque de Sienne. Il décrit dans sa chronique la première rencontre de Frédéric avec son épouse à Sienne le 24 février 1452. Rencontre qui ne fut pas dénuée chez l’empereur d’une certaine appréhension et émotion, alors qu’approchait le moment tant attendu de découvrir son visage :

L’empereur pâlit tout d’abord, alors qu’il observait de loin sa fiancée approcher. Mais lorsqu’il eut plus le loisir de regarder de près son beau visage et ses manières royales, il revint à lui et reprit des couleurs. Il fut heureux parce que la réputation de sa femme si belle la rendait encore plus belle, et qu’il ne se retrouvait pas prisonnier de sa parole, comme il arrive souvent aux princes qui contractent mariage par des procurateurs 37.

27Cette mémorable scène fut d’ailleurs immortalisée par Le Pinturicchio dans une superbe fresque toujours visible avec son cycle attenant sur la vie de Pie II dans une chapelle latérale droite de la cathédrale de Sienne 38.

Fig. 3 : Le Pinturicchio, Aeneas Piccolomini présente Éléonore de Portugal à Frédérick III, v. 1505-1507. Sienne, fresque de la Libreria Piccolomini, Duomo.

28Enfin, quel rôle jouèrent les apparences dans le choix d’un conjoint ? La beauté était une qualité hautement appréciée, mais pas nécessairement déterminante dans l’absolu comme premier critère39. Ce niveau de paraître social (avec l’égalité de naissance ou Ebenbürtigkeit) fut parfois légèrement contourné sinon transgressé, mais pas pour des raisons d’apparence physique comme le prouve par exemple le sort réservé à Blanche-Marie Sforza, seconde épouse de Maximilien Ier. Bien qu’elle fût très belle suivant les dires unanimes des chroniqueurs, Maximilien l’avait choisi pour l’argent de son père, seigneur de Milan auquel il accorda le titre de duc. Il considérait bien ce mariage comme pratiquement une mésalliance, car il cacha ce projet du vivant de son père. Une fois amenée en Autriche, il ne s’empressa pas non plus de consommer le mariage, lui qui était pourtant amateur de femmes. Et quand il s’avéra qu’elle ne pouvait lui donner d’autres héritiers, il la négligea. La beauté s’ajoutait donc à d’autres qualités qui tenaient plus de l’ordre du paraître social : la noblesse, richesse, puissance territoriale et militaire, le réseau d’alliances familiales et diplomatiques.

Top of page

Notes

1. Pour une étude plus approfondie de la politique matrimoniale habsbourgeoise, voir Cyrille Debris, « Tu Felix Austria, nube » La dynastie de Habsbourg et sa politique matrimoniale à la fin du Moyen Âge (XIIIe – XVIe siècles), Brepols, Turnhout, 2005.
2. « Non est princeps in mundo ita potens ita nobilis quin posset cum magno honore sibi hoc est domino meo filiam suam dare, quia dominus meus est princeps multum nobilis sapiens et valde affabilis, tempore sue juuenis XXIII annorum, longior me in multo, inter omnes principes Alimanye potencior, videlicet in milicia et in certis redditibus dicior ». Or : Barcelone, Archives d´Aragon, leg Don Manuel de Bofarull y Sartorio, cartas reales de Jaime II, n°3280. Ed : Heinrich von Zeißberg, « Das Register N°318 des Archivs der aragonesischen Krone zu Barcelona, in Sitzungsberichte der Österreichischen Akademie der Wissenschaften 140, Wien, 1890, p.1-91.

p.134-135, n°I/2-3 ».

3. Octave Delepierre, Chronique de faits et gestes admirables de Maximilien Ier durant son mariage avec Marie de Bourgogne, Bruxelles, 1839, p.14-18.
4. Cf. le rapport du 23 décembre 1500 de Sanuto, l’envoyé vénitien qui l’a appris de son collègue en Hongrie. Or : Marino Sanuto, I Diarii, Venezia, 1879-1894, t. III, col.1267 (23 janvier 1501). Reg : Hermann Wiesflecker et alii, Regesta Imperii Maximiliani I, t.XIV/3 (1499-1501), Wien, 1996, p.959, n°14743.
5. Rapporté par la lettre du 20 octobre 1481 de la principale intermédiaire, Marguerite de Brandebourg, duchesse de Poméranie-Stettin, à sa précieuse auxiliatrice, sa tante Anne de Brandebourg. Or : Vienne, Haus, Hof- und Staatsarchiv (désormais HHStA), Familien Archiv (désormais FA), Karton 18, f°173-185. Reg : Eduard Maria Fürst von Lichnowsky, Geschichte des Hauses Habsburg, 1836-1844, t.VIII, p.DLXXIII, n°425.
6. Or : Archives de Wrocław. Ed : Monumenta Historica Polonica (Monumenta Medii Aevi Historica Res gestas Poloniae illustrantia, Cracovie), reprint New York et Londres, 1965, t.14, p.337.
7. Rapport de l’envoyé de Breslau, Albert Cz., au conseil de sa ville le 29 mai 1486 : « Darumbe ist dy gemeyne rede, sy umb dy vort[rew]ung Maximiliani mit des koniges tochter von Polen , so i[r] bild sy mit gehabt habin, bey Collen kommen seyn. Doch sagt man, das der Romische konig doreyn nicht het wollen vorwillen, her sege sy denne personlich ».
8. Rapport du 12 août 1505. Or : Simancas Archivio General (désormais AG), pat real et estado, tratados con l’Inglaterra, leg 5, f°27. Ed : Gustav Adolf Bergenroth, Calendar of Letters, Despatches and State Papers, relating to the Negotiations between England and Spain preserved in the Archives at Simancas and elsewhere, London, 1862-1866, t.I, p.370-371, n°439. Lit : Robert Wellens, « Un épisode des relations entre l’Angleterre et les Pays-Bas au début du XVIe siècle : le projet de mariage entre Marguerite d’Autriche et Henri VII », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, Paris, 1982, p.270.
9 Pour un aperçu, on peut se reporter au site : http://www.idee-k.com/historiart/henri.html
10 Que soit ici remerciée la Fondación Casa Ducal de Medinaceli de Séville (Plaza de Pilatos 1, 41003 Sevilla, España) pour les reproductions envoyées et l’aimable autorisation de leur publication.
11. Dirigée par François de Xiarch, chanoine de Teruel dans le diocèse de Saragosse. Or : Barcelone, Archives d´Aragon, leg Don Manuel de Bofarull y Sartorio. Ed : H. v. Zeißberg, Das Register N°318 ..., op. cit., p.135-137, n°I/4 et 6-7.
12. « Ratio autem est quia licet multa dominus Rex de ipsius Ducis nobilitate ac potentia fama referente audiuisset, de hoc tamen non potuit per aliquem qui in partibus illis fuisset super hoc se reddere certiorem. Et quia in tali et tam arduo negocio ex sola fama non erat procedendum idcirco per aliquem qui hec omnia occulata fide posse certificare ». Le mandat de la vérification était assez large : «  sur l’âge, ainsi que l’aptitude et les conditions de la personne dudit duc » (« de etate ac etiam de abilitate et conditionibus persone Ducis predicti ») mais se précisait plus sur ses droits en terres.

On ne peut qu’être frappé par la similitude d’expression avec un thème cher à la patristique latine (St. Augustin) repris par St. Thomas d’Aquin dans sa somme théologique : la « oculata fides » (III, q.55, a.2 ad 1). Sa parution ne précède que de quelques décennies ce qui devint très vite le manuel des clercs, nombreux à la cour du roi d’Aragon.

13. Cf. réponse de Ulrich de Cilly et Caspar Schlick, deux proches de l’empereur à l’envoyé bourguignon Guillaume de Heessel le 29 juillet 1447 (point 6). Or : Vienne, HHStA, Heinrich von Heesel Memoriale, Unterösterreichisches Gewölbe, n°192, IV, f°2. Ed : Joseph Chmel, Der österreichische Geschichtsforscher, Wien, 1838-1841, t. I, p.236, n°X/IV.
14. Cf. la réponse des conseillers impériaux Schlick et Cilly à l’envoyé bourguignon Adrien van der Ee en février 1448 (pt. 6). Ed : J. Chmel, op. cit., t.I, p.261-264, n°X/XI. Lit : Alfred Leroux, Nouvelles recherches critiques sur les relations politiques de la France avec l’Allemagne de 1378 à 1461, Paris, 1892, p.208-209 ; Gottlieb Krause, Die Beziehungen zwischen Habsburg und Burgund bis zum Ausgang der Trierer Zusammenkunft (1438-1473), Graudenz, 1876, p.12.
15. Chron : Aeneas Silvius Piccolomini, Die Geschichte Kaiser Friedrichs III, éd. par Theodor Ilgen, p.209-210. Lit : Joseph Chmel, Geschichte König Friedrichs IV und seines Sohnes Maximilian I., Hamburg, 1840-1843, t.II, p.623-624.
16 Frédéric était appelé duc Frédéric Ier d’Autriche mais roi Frédéric III des Romains. En réalité, c’était un anti-roi car il n’avait pas réussi à s’imposer contre son concurrent Louis le Bavarois. On peut lui donner les deux numérotations. Cependant, il ne faut pas le confondre avec Frédéric III (1440-1493), l’empereur, qui lui est titré Frédéric V duc d’Autriche et Frédéric IV comme roi des Romains. C’était donc une reconnaissance, a posteriori, de la légitimité des prétentions de son parent.
17. « e quel dit missatge nos hauia demanat instanment que pogues veer la dita infanta e que nos liu hauiem atorgat ».
18. Or : Barcelone, Arch. d’Aragon, leg Don Manuel de Bofarull y Sartorio. Ed : H. v. Zeißberg, Das Register N°318 …, op. cit., p.135-136, n°I/5-6.
19. Lettre à l’évêque de Tarazona le 2 septembre 1313. Or : Barcelone, Archives de la couronne d’Aragon, Reg.242, f°44v. Ed : Heinrich Finke, Acta Aragonensia, Quellen zur deutschen, italienischen, französischen, spanischen, zur Kirchen- und Kulturgeschichte aus der diplomatischen Korrespondenz Jaymes II. (1291-1327), Berlin, 1908-1922, reprint Aalen, 1968, t.III, p.345-347, n°233. Lit : Roger Sablonier, « Die Aragonesiche Königsfamilie um 1300 », dans Emotionen und materiellen Interessen, Sozialanthropologische und historische Beiträge zur Familienforschung, éd. par Hans Medick ; David Sabean in Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts zu Göttingen 75, Göttingen, 1984, p.288.
20. Que cette même affaire était en voie d’aboutir « quod negocium ipsum in via expedicionis est ».
21. Or : Barcelone, Arch. d’Aragon, leg Don Manuel de Bofarull y Sartorio. Ed : H. v. Zeißberg, Das Register N°318 ..., op. cit., p.147-148, n°I/20.
22. Ed : G.A. Bergenroth, Calendar of Letters…, op. cit., t.I, p.lxxxvi-lxxxvii (problème de date, pas mars 1497).
23. Le 20 novembre 1495. Or : Lille, Archives du Nord (désormais AD 59), B 2165, f°241, B 2151, f 276 ; Vienne, HHSTA, Familien Urkunden (désormais FU) 846a ; Simancas AG, pat real, leg 56, 2. Ed : Hermann Wiesflecker, Maximilian I. und die habsburgisch-spanische Heirats-und Bündnisverträge von 1495-1496, MIÖG 67, 1959, p.26 ; Inge Wiesflecker-Friedhuber, Quellen zur Geschichte Maximilians I. und seiner Zeit, dans Freiherr von Stein-Gedächtnisausgabe, Bd. 14, Darmstadt, 1995, n°3, p.48-52. Reg : H. Wiesflecker, Regesta Imperii..., op. cit., t.XIV/1, p.460, n°3614-3615. Lit : H. Wiesflecker, Kaiser Maximilian I. Das Reich, Österreich und Europa an der Wende zur Neuzeit, Wien, 1971-1986, t.II, p.38.
24. Or : Simancas, AG, Estados, tratados con Inglaterra, leg.5, f°.31. Ed : G.A. Bergenroth, Calendar of Letters…, op. cit., t.I, p.408-410, n°511. Lit : Robert Wellens, Un épisode …, op. cit., p.284.
25. Or : Simancas, AG, Estados, tratados con Inglaterra, leg.5, f°106 et leg.806, f°10. Ed : G.A. Bergernroth, Calendar of Letters…, op. cit., t.I, p.452-454, n°577 et p.457-460, n°586.
26. Or : Vienne, HHStA, FA, Kart 18, f°11-14. Ed : J. Chmel, Materialien zur österreichischen Geschichte, Linz und Wien, 1837-1838, reprint Graz, 1971, t.I/2, p.35-36, n°XVIII et I/1, p.23, n°137. Reg : Armand d’Herbomez, « Une négociation diplomatique au XVe siècle : le traité de 1430 entre la France et l’Autriche », in Revue des questions historiques 31, Paris, 1882, p.433-435 ; E.M. Lichnowsky, Geschichte…, op. cit., t.V, pCCCLXXXIII, n°13 (undatierte Briefe). Lit : Gaston Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, 1882-1892, III, p.296 ; Leroux, Nouvelles…, op. cit, p.233 (erreur en septembre ou octobre 1436).
27. « et judicio sapientum, dispositus ad magna et felicia ».
28. Or : Vienne, HHStA. Ed : J. Chmel, Monumenta Habsburgica, Sammlung von Aktenstücken und Briefen zur Geschichte des Hauses Habsburg im Zeitalter Maximilians I (1473-1519), Wien, 1854-1858, reprint Hildesheim, 1968, t.I, p.32-34 (français) et p.35-37 (traduction en allemand), n°9B ; EM. Lichnowsky, Geschichte..., op. cit., t.VII, Beilage XII, p.DII-DIII. Reg : Karl Rausch, Die burgundische Heirat Maximilians I. quellenmäßig dargestellt, Wien, 1880, p.65, 67-68 et 206, n°19. Lit : G. Krause, Die Beziehungen..., op. cit., p.38.
29. Lit : R. Sablonier, Die aragonesische..., op. cit., p.287 : « Die Frage nach heiratsfähigem Alter, in allen Heiratsverhandlungen ein zentraler Punkt, hatte nicht nur rechtliche Gründe. Die copula carnalis bedeutete den Vollzug der Ehe, und die Aussicht auf Nachkommen war ein entscheidendes Kriterium [...] Der Beurteilung des Alters und der Geschlechtsreife, damit der potentiellen Fruchtbarkeit diente unter anderem die Brautschau, und das Vorzeigen der Braut vor den bevollmächtigten Gesandten war ein wichtiger Teil aller Verhandlungen ».
30. Or : Vienne, HHStA, p.443. Ed : Monumenta Germaniæ Historica, Pars IV, Legum, Sectio IV, Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, t.III, p.139-141, n°144 ; Martin Gerbert, Codex epistolaris Rudolphi I, S. Blasien, 1772.p.206-207, n°6 ; Marquard Herrgott et Martin Gerbert, Monumenta augustae domus Austriacae, St. Blasien, 1750-1773, t.III, p.481, n°DLXXX ; Codex diplomaticus Regni Croatiæ, Dalmatiæ et Slavoniæ, éd. par Kukuljević Sakcinsky Ivan, Zagreb, 1874-1875, t.VI, p.211-214, n°186 (erreur au 13 juillet 1277). Reg : Regesta Imperii, éd. par. Johann-Friedrich Böhmer, t.VI, 813 ; E. M. Lichnowsky, Geschichte..., op. cit., t.I, p.LVI, n°441 (erreur en 1276). Lit : Michelangelo Schipa, Carlo Martello angioino, in Archivio Storico di Napoli14, p.220, note 1.
31. « exhibebitur eciam dux Andreas, frater regis, ipsis nostris nunciis ad videndum, quo experto atque viso, si defectus notabilis expers repertus fuerit, sponsalia solidata manebunt ».
32. Or : Vienne, HHStA, FU 224. Ed : M. Herrgott, Monumenta..., op. cit., t.III, p.10, n°13. Reg : E. M. Lichnowsky, Geschichte..., op. cit., t.IV, p.DCXC, n°1209.
33. « dummodo talis non fuerit, nec sic infirmitate prepeditus, propter quam inter eos possit merito diuorcium celebrari ».
34. Compte rendu de Beere. Or : Archives du royaume de Belgique, chambre des comptes, reg.104, f°20v-21v. Ed : Louis-Prosper Gachard, Lettres inédites de Maximilien, duc d’Autriche, roi des romains et empereur sur les affaires des Pays-Bas, Bruxelles, 1851-1852, p.31-42, n°16-17. Chron : Jean de Troyes, Chronique de Louis de Valois, Paris, 1819 (année 1483).
35. Or : AD 59, B 360, n°17759. Lit : Max Bruchet et E. Lancien, L’itinéraire de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas, Lille, 1934, p.9-11 ; L.P. Gachard, Lettres…, op. cit., t.I, p.66, n°17 ; Amable Brugière de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, Bruxelles, 1838, t.X, p.150 et 156 ; Dieter Bock, Maximilian als Herzog der Niederlande, Dissertation, Graz, 1970, p.67. Chron : Jean Molinet, Chroniques, éd. par Jean-Alexandre, Paris, 1827-1828, t.IV, p.378 ; Philippe de Commynes, Mémoires, éd. par Melle. Dupont, Paris, 1840-1847, t.II, p.240 ; Jean Lemaire des Belges, Jean, Les Oeuvres, éd. par Jean Stecher, Louvain, 1883-1909, t.IV, p.466.
36. Cette démarche n’est pas sans rappeler un « incident »survenu quelques années auparavant pour le baptême de son frère Philippe, l’héritier tant attendu de la couronne de Bourgogne. O. Delepierre, Chroniques…, op. cit., rapporte p.147 que, lorsque la cérémonie baptismale fût achevée et que Marguerite d’York ramena son petit-fils au palais près de sa Marie, « Une foule tumultueuse, réunie sur la grand-place, témoignait le plus vif désir de voir le jeune prince, car parmi le peuple s’étaient mêlés plusieurs partisans des Français, qui disaient que ce n’était qu’une jolie fille. Le cortège étant arrivé au milieu de la place, et au centre de la multitude, la princesse Marguerite s’arrêta, montra de nouveau le jeune prince tout nu au peuple et dit : « Mes enfants, voici votre jeune seigneur, Philippe, du sang de l’empereur des Romains ». Convaincu que c’était un garçon, le peuple fit éclater la plus grande allégresse ».
37. « Expalluit primo Caesar, ut a longe sponsam venire animadvertit. At uti prope venustam faciem, gestusque regios magis ac magis contemplatus est in se se rediit, coloremque recepit, hilaris factus, quia conjugem pulchram fama pulchriorem arenit, neque se verbis captum reperit, ut accidere solet principibus, qui per procuratores connubia contrahunt ». Chron : A. S. Piccolomini, Geschichte…, op. cit., t.II, p.49-57 ; Kaspar Enenkel, Relation über den Zug Friedrichs III. nach Italien im Jahre 1451-1452 und dessen Krönung in Rom den 20. März 1452, in Die Chroniken der deutschen Städte 22, Augsburg 3, Leipzig, 1892, p.307-318. Lit : J. Chmel, Geschichte König Friedrichs IV und seines Sohnes Maximilian I., Hamburg, 1840-1843, t.II, p.699-712 (erreur de datation).

Mais Éléonore est dite princesse d’Aragon au lieu de Portugal. Ou bien voir sur le site de « The Web Gallery of Art » la page : http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/p/pinturic/siena/index.html

39. Et ce n’est pas l’exemple de l’anti-roi Frédéric III qui puisse le contredire. Certes lorsqu’il fit demander au roi Jacques II d’Aragon, à Teruel en février 1312, la main de sa fille l’infante Élisabeth par son ambassadeur, il mentionna cela comme importante motivation : « pour la noblesse et la beauté de vos filles et non pas pour votre argent » (« propter nobilitatem et pulcritudinem filiarum uestrarum et non propter pecuniam uestram »), mais en réalité, il visait surtout le réseau diplomatique étendu du roi (d’ailleurs décrit aussi comme puissant). Or : Barcelone, Archives d’Aragon, leg Don Manuel de Bofarull y Sartorio, cartas reales de Jaime II, n°3280. Ed : H. v. Zeißberg, Das Register N°318 ..., op. cit., p.134-135, n°I/2-3.
Top of page

Fig. 1 : Jean Ranc, L’infante de Portugal Barbara de Bragance avant son mariage, [XVIIIe siècle] Séville Fondación Casa Ducal de Medinaceli.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/473/img-1.jpg
image/jpeg, 84k
Fig. 2 : Jean Ranc, La reine d’Espagne Barbara de Bragance, [XVIIIe siècle], Séville Fondación Casa Ducal de Medinaceli.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/473/img-2.jpg
image/jpeg, 120k
Fig. 3 : Le Pinturicchio, Aeneas Piccolomini présente Éléonore de Portugal à Frédérick III, v. 1505-1507. Sienne, fresque de la Libreria Piccolomini, Duomo.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/473/img-3.jpg
image/jpeg, 304k
Top of page

References

Electronic reference

Cyrille Debris, « Apparences corporelles et politique matrimoniale chez les Habsbourg à la fin du Moyen Âge », Apparence(s) [Online], 2 | 2008, Online since 28 August 2008, Connection on 24 August 2016. URL : http://apparences.revues.org/473

Top of page

Author

Cyrille Debris

L’auteur : Cyrille Debris, né en 1973, est agrégé d’histoire (1996), docteur ès lettres (2003) de l’université Panthéon-Sorbonne (Paris I), bachelier en théologie catholique (2006) de l’université pontificale grégorienne de Rome. Il est rattaché au LAMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (UMR 8589) et s’est spécialisé dans l’histoire du Saint-Empire à la fin du Moyen Âge, particulièrement sur les Habsbourg. Outre des traductions liées à l’histoire de l’Église d’Allemagne (dont Bienheureux Karl Leisner. Jusqu’au bout de l’amour, chez Pierre Téqui), il a publié sa thèse de doctorat « Tu, Felix Austria, nube. La dynastie de Habsbourg et sa politique matrimoniale à la fin du Moyen Âge (XIIIe – XVIe siècles) » chez Brepols (2005). Elle a reçu la médaille d’argent du Prix François Millepierres de l’Académie Française au titre de ses prix d’histoire et de sociologie (2006).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page