Skip to navigation – Site map

Introduction. D’une guerre à l’autre : les femmes et la mode dans l’entre-deux guerres

Sophie Kurkdjian

Full text

  • 1 Christine Bard, Les Garçonnes, modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998, pp.15 (...)

1Le 15 juin 2012, poursuivant une tradition ancienne de collaboration avec l’Université de Brighton, le séminaire de recherche Histoire de la mode (IHTP-CNRS) a organisé une journée d’étude « Femmes et mode dans l’entre-deux-guerres. Regards croisés franco-anglais ». Le but de ce colloque était double : à la fois appréhender l’histoire de la mode l’entre-deux-guerres dans le droit fil de la Première Guerre mondiale pour comprendre quel impact politique, social, économique et culturel le conflit eut sur la mode et les femmes, et ainsi ré-évaluer l’idée d’une guerre émancipatrice1, mais aussi approcher cette période de manière comparée entre la France et la Grande-Bretagne.

2Cinq ans plus tard, Apparence(s) publie un numéro qui reprend plusieurs contributions de cette journée d’étude, et propose des thématiques non abordées en 2012, mais qui ont paru nécessaires d’être rajoutées pour une meilleure compréhension de la période. Sans proposer une étude exhaustive sur l’histoire de la mode et des femmes de l’entre-deux-guerres (il aurait aimé pouvoir appréhender la mode masculine, ou bien la mode dans le cinéma et la littérature), ce numéro approche des thématiques inédites sur la période (la formation dans les écoles de mode, les ouvrières chez Jean Patou, l’essor des cosmétiques), ainsi que des thèmes plus courants qui ont été réexaminés à l’aide d’archives inédites (la « garçonne » française vue à travers la presse, le style sportif, les expositions internationales) - les études monographiques sur un couturier ou un magazine, ou trop généralistes sur l’histoire de la haute couture ayant été elles volontairement écartées.

  • 2 Marcel Rouff, « Une industrie motrice : la haute couture parisienne et son évolution », Annales. Éc (...)

3L’entre-deux-guerres se caractérise par l’essor quantitatif et qualitatif de la haute couture parisienne avec la multiplication du nombre de maisons et le développement de différents départements (enfant, jeune fille, sport, parfum) en interne, par le développement de la confection2, selon des rythmes différents en France et en Grande-Bretagne, et par ce que l’on a appelé la « démocratisation » de la mode. Héritière des changements opérés pendant la Première Guerre mondiale (simplification du vêtement féminin ; nouvelle liberté de mouvements, nouvelles responsabilités professionnelles), mais également des exigences de 1918 qui imposent aux femmes le retour à la maison et à leur rôle d’épouses et de mères, l’entre-deux-guerres oscille entre l’énergie débordante et l’explosion de liberté des années folles, et le retour à un certain classicisme de formes durant les années 1930. Il constitue une période de renouveau général pour les femmes de toutes les classes sociales : il propose de nouveau produits de beauté (crèmes, poudres, traitements par rayons…) et des vêtements aux formes et matières plus pratiques et confortables, ainsi que de nouveaux supports de communication (magazines, radio, cinéma) qui permettent à l’industrie de la mode de se renouveler.

4Les contributions réunies ici veulent explorer des idées largement répandues sur la période l’entre-deux-guerres, mais en les étudiant d’un point de vue inédit. Afin notamment de s’affranchir d’une certaine vision « élitiste » de l’histoire de la mode qui n’envisage cette dernière qu’à travers le prisme des couturiers et de leur griffe, ce numéro appréhende ainsi l’industrie de la mode de l’entre-deux-guerre de différents points de vue : de celui de la production (Johanna Zanon) ; de la consommation (Jennifer Roberts, Cheryl Roberts, Jaclyn Pyper) ; de la diffusion et médiatisation (Sophie Kurkdjian, Maxime Laprade), et de l’enseignement (Marie McLoughlin).

5Dans la continuité directe de la Première Guerre mondiale, Jennifer Roberts, dans « A Biography of the Trousered Munitions Women’s Uniform of World War 1 » s’interroge d’abord sur les munitionnettes et le port du pantalon, une pièce vestimentaire qui apparaît avant le conflit dans la classe de l’aristocratie (1911), mais qui se « démocratise » durant la guerre lorsqu’il est adopté par les ouvrières des usines d’armement notamment, et les femmes au travail plus général. Si le port du pantalon est attesté en France et en Grande-Bretagne, la difficulté à en trouver des traces dans les archives, et à contextualiser son usage rend cette pièce de travail unique dans l’histoire des femmes et de la mode. Cheryl Roberts interroge quant à elle les pratiques vestimentaires des jeunes filles de 14 à 25 ans issues des classes populaires durant les années 1930 en Grande-Bretagne. Analysant les conditions de production, de diffusion et de consommation des vêtements de travail, elle s’intéresse, en partant de l’analyse de leurs vêtements, à la question de leur travail, de leurs nouvelles habitudes de consommation, mais aussi de leurs lieux de sociabilité.

  • 3 En Grande-Bretagne, à la différence de la France, la flapper obtient le droit vote dès 1918.

6La thématique de la femme « nouvelle » qui émerge après le conflit - la garçonne française, la flapper britannique - caractérisée par sa « modernité » physique (cheveux courts, nouvel usage de maquillage et des cosmétiques, corps mince, élancé et musclé)3 et qui remit en question les notions de femme, de féminité, de modernité féminine durant les années 1920 et 1930 fait l’objet de deux articles. Celui de Jaclyn Pyper, ‘Style Sportive’ : Fashion, Sport and Modernity in France, 1923-1930 revient sur le style sportif, un style né dans l’après-guerre forgé par les magazines et les couturiers pour répondre au désir des femmes sportives de porter des tenues simples et modernes, adaptées à leur vie de femme active. En examinant les représentations de la figure de la sportive, Pyper s’intéresse aussi au développement du sportswear et à son influence sur la mode française dans les années 1920. Celui de Sophie Kurkdjian « « Être moderne, c’est être belle, jeune et mince. La nouvelle féminité des années 1920 à travers la rhétorique publicitaire de Vogue français » étudie les significations sociales et économiques de l’image de la femme moderne française façonnée par la luxueuse presse magazine, à travers le cas particulier des cosmétiques et de Vogue français. Il interroge les notions de modernité féminine et de nouvelle beauté en les reliant à la question de l’émancipation féminine dans les années 1920.

7Durant l’entre-deux-guerres, les nouveautés de la couture comme des cosmétiques sont relayées dans la presse, mais aussi dans les expositions internationales qui chacune, avec leurs particularités, contribue à façonner une certaine image de la mode. Dans « Haute couture et expositions universelles, 1900–1925 », Maxime Laprade montre qu’au début du xxe siècle ces exposition constituent non seulement des vitrines pour les couturiers, les modistes, les brodeurs, …mais aussi des espaces où le statut de la mode, principalement en raison des choix qui président à sa présentation au public, à son emplacement dans l’exposition et à son appartenance à une certaine classe d’objets, est pensé, oscillant à cette période entre celui d’art et d’industrie.

8Avant même que la mode ne soit diffusée, il faut des individus qui l’inventent et la construisent, mais comment devenir une couturière professionnelle durant l’entre-deux-guerres ? C’est à cette question de l’enseignement de la mode que s’intéresse Marie McLoughlin, une question souvent ignorée dans les histoires de la mode. Elle aborde la question de la formation et des programmes des écoles britanniques du Royal College of Fashion et de la Saint Martin School of Art, en les comparant à ceux de l’École Supérieure de la Couture, l’école de la Chambre Syndicale de la Couture.

9Inventée dans l’esprit des couturiers, la mode est ensuite produite par les petites mains, ainsi que le montre Johanna Zanon qui aborde les coulisses de la maison Jean Patou en s’intéressant aux ouvrières des ateliers de couture, broderie et fourrure. Elle s’intéresse ainsi à la création à proprement parler de la mode, à la répartition des tâches entre le couturier et les petites mains, mettant en lumière la tension entre art et industrie qui s’opère au sein de la maison Patou.

Top of page

Notes

1 Christine Bard, Les Garçonnes, modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998, pp.159; Michelle Perrot, « Sur le front des sexes: un combat douteux », Vingtième siècle, n° 3, juillet 1984, p.69-76; Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Payot, 2013, pp.480, Evelyne Morin-Rotureau, 1914-1918, combats de femmes: les femmes, pilier de l'effort de guerre, Paris, Éd. Autrement, 2004, pp.247.

2 Marcel Rouff, « Une industrie motrice : la haute couture parisienne et son évolution », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1946, volume 1, numéro 2, pp. 116-133.

3 En Grande-Bretagne, à la différence de la France, la flapper obtient le droit vote dès 1918.

Top of page

References

Electronic reference

Sophie Kurkdjian, « Introduction. D’une guerre à l’autre : les femmes et la mode dans l’entre-deux guerres », Apparence(s) [Online], 7 | 2017, Online since 01 June 2017, Connection on 22 August 2017. URL : http://apparences.revues.org/1349

Top of page

Author

Sophie Kurkdjian

Docteur en Histoire, Chercheur associée IHTP-CNRS
sokurkdjian@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page