Skip to navigation – Site map
L'autre scène de l'habit de cour : cinéma, théâtre, podium

De l’influence du costume de cour sur la création haute couture de Christian Lacroix

Martine Villelongue

Abstracts

The Influence of Court Dress on the Haute Couture Designs of Christian Lacroix - Christian Lacroix’s haute couture designs are based on a wide-ranging fashion culture, at once historical and contemporary, ethnic and aristocratic. His sources of inspiration are both French and foreign. While the eighteenth-century French court is an obvious influence, Persia and the court of Spain also inspired him. This major fashion designer transposes court dress either in a direct imitation, using historical forms, colours, and textiles, or in a personal reinterpretation drawing on contemporary materials and forms, playing on superimpositions and innovative combinations that create similar effects. A uniquely creative, contemporary force is conveyed in Lacroix’s work. Is the historical label ‘baroque’, so often applied to his designs, justified in such a contemporary concept of fashion  ? And is it not when he draws from court dress that Christian Lacroix expresses himself most powerfully, yet in line with the work of today’s top fashion designers  ? In borrowing from the history of European luxury, has he not written a new page in today’s international luxury, in an era of fashion globalization  ?

Top of page

Full text

1S’il est un couturier qui a profondément marqué les deux dernières décennies, tout autant que Jean-Paul Gaultier, Karl Lagerfeld pour Chanel, John Galliano pour Dior ou Alber Elbaz pour Lanvin, c’est bien Christian Lacroix qui, sous sa propre griffe, a su créer un style original, unique et rare dont le succès en 1987 a été énorme, certes soudain mais suffisamment fort et pérenne pour s’ancrer véritablement dans l’histoire de la couture de la fin du xxe siècle et du début du xxie siècle. Toute création haute couture se fonde naturellement sur une culture et celle de Christian Lacroix repose sur une large culture de mode, à la fois historique et contemporaine, ethnique et aristocratique. Nous tenterons ici de discerner si sa connaissance des costumes de cour a pu, à quelques moments, influer sur ses créations haute couture.

  • 1  Christian Lacroix, Journal d’une collection, Paris, Thames & Hudson, 1996, p. 56.
  • 2Ibid.

2L’identité d’un artisan de mode quel qu’il soit, petit créateur ou grand couturier, est perceptible dans sa manière personnelle et souvent intime de créer… Le processus créatif qui est le sien est riche d’indications sur son idée de la mode, sur l’importance qu’il accorde à la conception, puis à la ligne générale et enfin à la coupe, au choix des textiles et au rôle des couleurs et de l’accessoirisation. Chez Christian Lacroix, le processus créatif donne au dessin et au graphisme la place fondamentale et passe en réalité par deux phases  : un premier moment d’intense concentration, «  de grande excitation1 » selon lui, qui isole le thème de la collection à venir, nourrit l’idée en «  la triturant2 » et en explore toutes les ramifications avant de faire surgir une ébauche d’histoire sous forme d’images qui alors, et dans un deuxième temps, naissent sous formes de croquis où s’esquisse l’identité véritable de la collection, cristallisation d’indices issus pour partie de la sensibilité du moment et pour autre partie de la sensibilité du créateur. On comprendra le rôle, dans la phase initiale de concentration, de la personnalité du créateur, de ses choix intimes et de sa culture de mode qui, chez Christian Lacroix, plus que chez tout autre, est basée sur l’histoire, l’histoire de la mode, l’histoire des textiles et surtout sur les événements qui ont marqué cette histoire et en ont bousculé les codes. On ne reviendra pas ici sur l’étendue de ses connaissances en ce domaine, sur son attrait pour l’histoire de l’art – ce sont les études universitaires qu’il a suivies – et sur l’intérêt qu’il porte depuis toujours au vêtement sous toutes ses formes, historiques, géographiques ou sociales.

3Il faut d’abord souligner que, dans la longue évolution du vêtement, deux sortes de moments l’interpellent particulièrement  : les moments de transition, de basculements dans les mentalités, qui entraînent de nouvelles habitudes et de nouveaux codes d’apparence (par exemple, en France, la période du Directoire qui l’inspire à plusieurs reprises dans son œuvre)  ; les pics événementiels, festifs ou cérémoniels qui, dans de nombreuses sociétés, suscitent des effets de modes ou des parures inédites  : accessoires, traînes, coiffes et coiffures, bijoux mais aussi formes spécifiques, textiles choisis, couleurs particulières, etc.

  • 3  Outre Journal d’une collection, op. cit., on pourra se référer à Christian Lacroix, avec Patrick M (...)
  • 4  On pourra se référer essentiellement à Laurence Benaïm, « Christian Lacroix et ses villes imaginai (...)
  • 5  Conversation orale avec Christian Lacroix, le 2 avril 2009, à son studio.

4Le costume de cour a-t-il une place spécifique dans la culture de mode de Christian Lacroix et dans ses sources d’inspiration pour la haute couture qu’il produit sous sa griffe depuis 1987  ? C’est ce que semble indiquer tout naturellement une de ses récentes créations, la robe de mariée de la collection printemps-été 2009, composée d’une jupe à volants en tarlatane et crêpeline et d’une veste en brocart rebrodé, agrémentées d’une petite couronne dignement portée par le mannequin en clôture du défilé (fig. 1). Il s’agit ici de mettre en corrélation quelques créations haute couture de l’artiste avec trois moments particuliers de l’histoire  : le costume de cour en France au xviiie siècle, le costume de cour en Espagne au xviie siècle, le costume de cour persan, trois moments clés particulièrement forts et significatifs, pour ne pas dire exemplaires, tant le rayonnement de ces trois cours fut grand dans de nombreux domaines, artistiques, intellectuels, des arts décoratifs et de la mode. L’argumentation se fera de deux manières, à partir d’un simple constat visuel d’abord, puis en se basant sur l’artiste et sa conception de la mode, où se mêlent la tradition et la modernité, la source d’inspiration s’incorporant à l’actualité d’une mode d’aujourd’hui. Cette argumentation sera fondée sur ses écrits – plusieurs ouvrages publiés ces dernières années par lui-même, parfois en collaboration avec des journalistes ou écrivains3 –, sur les articles ou interviews publiés dans la pressedepuis le début de sa carrière4 et surtout sur la rencontre avec le créateur, le 2 avril 2009, spécifiquement sur ce sujet5. Sera enfin soulevée la question de la mode de Christain Lacroix et de son adéquation à l’air du temps, compte tenu et en fonction de l’influence du costume de cour  : cette influence peut-elle être contraire à la modernité de son œuvre et à sa volonté affichée de participer à un élan de création contemporaine  ?

Fig. 1 - Christian Lacroix, collection haute couture printemps-été 2009.
Mannequin : Vlada Roslyakova.

Fig. 1 - Christian Lacroix, collection haute couture printemps-été 2009.Mannequin : Vlada Roslyakova.

Christian Lacroix et le costume de cour en France au XVIIIe siècle

5La robe à paniers coulissés de la collection haute couture printemps-été 2007 (fig. 2), robe du soir en taffetas imprimé, plissé et brodé, rappelle dans sa forme le corps ou corset maintenant le buste au xviiie siècle et les paniers ou falbalas de la même époque, et plus encore leur réinterprétation dans la dernière partie du xixe siècle. Son textile a la légèreté des tissus imprimés dans la seconde moitié du xviiie siècle, même s’ils étaient alors en coton et non pas en soie. Mais on remarquera surtout les épaules dénudées, et même de façon dissymétrique – la dissymétrie étant soulignée par un lien noir contrastant avec le tissu – ainsi que la jambe qui apparaît subrepticement, émergeant des effets retroussés de la jupe. Le modèle, tout en faisant référence à l’histoire du costume, ménage des effets contemporains. Il s’adresse à une femme jeune, sans contrainte et qui assure sa féminité aux yeux de tous. L’inspiration du xviiie siècle est réinterprétée et actualisée.

Fig. 2 - Christian Lacroix, collection haute couture printemps-été 2007.
Mannequin : Romina Lanaro.

Fig. 2 - Christian Lacroix, collection haute couture printemps-été 2007.Mannequin : Romina Lanaro.

6Cette influence du xviiie siècle est récurrente dans l’œuvre de Christian Lacroix. Les exemples sont nombreux qui, puisés à d’autres moments de ces plus de vingt années de carrière, illustrent les références au xviiie siècle français aristocratique, royal ou princier. En 1987, année de son lancement, la robe Cigale évoque déjà le xviiie siècle en même temps que l’arlésienne et l’élégance des années Dior  ; dans la collection 1992-1993, c’est avec la robe Mademoiselle Hortensia qu’il illustre la robe volante et l’emploi d’un tissu de soie façonné à motifs végétaux, de grande taille, aux coloris forts, telle qu’on la voit représentée sur le portrait de Marie Leczinska, en grande robe de cour, par Carle Van Loo, en 1747 (fig. 3), conservé au musée national du château de Versailles, ou sur le portrait de La princesse Marie-Louise de Bourbon-Parme par Laurent Pêcheux en 1765, conservé au palais Pitti de Florence. Cependant, l’allure générale de ces modèles est résolument contemporaine dans un parti pris de modernité de la part du créateur. C’est là toute son actualité, en même temps qu’il s’inspire corrélativement de plusieurs moments de l’histoire. Tel est le génie de Christian Lacroix… le jeu des amalgames, des superpositions et des références imbriquées. Toutes ces créations sont conçues avec un grand sens plastique et de la spatialité. Les volumes contrastent, entre le buste et le bas du corps, valorisant le port de tête dont le modèle haute couture sert de piédestal, dans un souci de maintien et d’allure. La robe est conçue pour se mouvoir, pour marcher, pour danser et pour entraîner la silhouette féminine dans un déplacement aérien et textile tout à la fois. Ce qui compte dans ces silhouettes n’est pas tant la mobilité du corps que le déplacement d’une création textile monumentale portée avec aisance et ampleur par le corps féminin. Ces toilettes évoquent enfin la place de Christian Lacroix dans la haute couture française et le retour au luxe, dans une certaine nostalgie de Christian Dior et des années de l’après-guerre, avec une aspiration à l’ampleur des formes, à une expression certaine de la féminité et de l’élégance qui ont fait le succès de la maison Christian Lacroix à la fin des années 1980 et dans la décennie 1990, élégance retrouvée après la période de l’après-1968 et du féminisme appuyé dans la mode au début des années 1980.

Fig. 3 - Carle Van Loo, Marie Leczinska en grande robe de cour, 1747, huile sur toile : 2,74 × 1,93 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8492.

Fig. 3 - Carle Van Loo, Marie Leczinska en grande robe de cour, 1747, huile sur toile : 2,74 × 1,93 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8492.

Christian Lacroix et le costume de cour en Espagne au xviie siècle

7L’ensemble composé d’une veste pourpoint en faille peinte et d’une jupe en dentelle brodée, de la collection haute couture automne-hiver 2003-2004, affiche un fort contraste de formes entre la partie haute étroite de la silhouette et la partie basse extrêmement ample. Il évoque le costume de cour tel que Velázquez le traite picturalement à la cour de Philippe IV, que ce soit dans le tableau des Ménines, peint en 1656 et conservé au musée du Prado de Madrid, ou dans le Portrait de l’infante Marguerite exécuté trois ans plus tard et conservé au Kunsthistorishes Museum de Vienne. Le contraste entre le noir et le blanc est le même, si hispanique d’ailleurs. Ce modèle de Christian Lacroix présente des manches larges et étagées, comme celles de l’infante. Il recouvre et amplifie les hanches grâce à de larges basques et les souligne par la rigidité de leurs formes exagérées, en évoquant de manière évidente le costume de cour espagnol du xviie siècle. Par ailleurs, cet ensemble, par la netteté de ces formes angulaires, la géométrisation des manches et des basques, confère à l’allure une dynamique et une force toutes contemporaines.

  • 6  Christian Lacroix, Patrick Mauriès et Olivier Saillard, Christian Lacroix, Histoires de mode, Pari (...)
  • 7Ibid.
  • 8  Voir Christian Lacroix, Christian Lacroix, costumier, catalogue de l’exposition du Centre national (...)

8Cet exemple de création haute couture de Christian Lacroix, comme de nombreux autres modèles où il affiche la même inspiration hispanique – ils sont très nombreux, tout au long de sa carrière – illustre surtout dans son œuvre le sens de la théâtralité, de la mise en scène, voire dans certains cas, de la dramatisation. Il y a chez ce créateur un sens inné de la scénographie et ce contraste appuyé du noir et du blanc, si fréquent, l’évoque. «  L’utilisation du noir précède l’usage de la couleur, dans mes dessins comme dans ma mode » écrit-il dans Histoires de mode6, en regrettant que l’on ne fasse généralement cas que de son affection pour la couleur. «  Le noir est pour moi le contraire du minimalisme, j’aime les noirs infinis, les noirs mats, les noirs brillants, les noirs opulents »7. Qu’il soit issu du costume des Arlésiennes, des Vierges noires, de la palette des peintres espagnols ou des vêtements de deuil du xixe siècle, le noir, fondamental chez Christian Lacroix, confère à ses créations une puissance scénographique et aux femmes qui les portent la dignité d’un port altier. On sait aussi à quel point l’Espagne est pour ce créateur une source d’inspiration fréquente  : collection Espagne en 1985, alors qu’il exerce encore au sein de la maison Patou, collection Velásquez et Goya en 1990, etc. Cette attirance pour la scénographie, le théâtre et la dramatisation expliquent les multiples collaborations de Christian Lacroix en ce domaine, et qu’il ait accepté d’être le président d’honneur du Centre national du costume de scène de Moulins. On peut citer, parmi ses collaborations les plus notables, les costumes de Carmen (1989) aux arènes de Nîmes, de Phèdre (1995) à la Comédie-Française, dans une mise en scène d’Anne Delbée, de Shéhérazade (2002), ballet mis en scène par Bianca Li au palais Garnier, de Cyrano de Bergerac (2006), mais aussi les toilettes de Madonna pour sa tournée de 20048.

Christian Lacroix et le costume de cour persan

9La robe de mariée de la collection haute couture automne-hiver 2002-2003 est en brocart rebrodé garni de dentelle mécanique et présente des manches articulées ainsi qu’une haute coiffe (fig. 4). Ce modèle, avec un grand sens du décoratif, une densité extrême d’éléments brodés, un goût prononcé pour l’or, une manière de couvrir pleinement les éléments de structure par une abondante parure, évoque le costume persan, celui des shahs safavides mais aussi celui des Mille et Une Nuits… Le sens aigu de la couleur, le rouge se mêlant aux roses, à l’orangé et aux teintes dorées, ainsi que la préciosité des effets métalliques, mêlant les inspirations orientales et historiques en font une création d’une grande modernité. L’audace du rouge pour une robe de mariée, qui aujourd’hui pourrait surprendre, peut aussi apparaître comme une résurgence de l’histoire, en Orient comme dans certaines régions de la France profonde du xixe siècle. Les effets inattendus des longues manches métalliques articulées, la hauteur de la coiffe et le masque de visage contribuent à l’originalité de l’ensemble. Ce modèle, puisé dans l’éventail des possibilités créatrices de Christian Lacroix, illustre la place que celui-ci réserve à la richesse des effets décoratifs, qu’ils soient incorporés aux textiles ou qu’ils l’accompagnent, tels les accessoires de tête, les parures ou les bijoux, dans une exubérance ornementale et une puissance chromatique qu’il est le seul grand couturier à atteindre à ce degré-là, ce que révèlent par ailleurs certains dessins exécutés dans son adolescence.

Fig. 4 - Christian Lacroix, collection haute couture automne-hiver 2002-2003. Modèle no 39 : robe de mariée à bustier, basque et jupe en brocart coq de roche rebrodé sur fond d’organza rosé appliqué de dentelle métallique, manches articulées couleur or.

Fig. 4 - Christian Lacroix, collection haute couture automne-hiver 2002-2003. Modèle no 39 : robe de mariée à bustier, basque et jupe en brocart coq de roche rebrodé sur fond d’organza rosé appliqué de dentelle métallique, manches articulées couleur or.

10Ce grand couturier traduit le costume de cour de diverses manières, soit dans une reprise de formes, de couleurs ou de textiles historiques, soit dans une retranscription des mêmes effets conduisant à des expressions similaires, préoccupé toujours par la puissance de l’effet visuel et sa monumentalité, par la spatialité du modèle et sa mobilité dans l’espace environnant, par la magnificence du décor et des accessoires qui y participent. Le costume de cour, par définition, est monumental et imposant  ; les créations que nous avons étudiées le sont. Mais c’est sa conception même de la mode qui le rapproche de cet effet et dicte les volumes, au-delà des exemples choisis. Le modèle s’impose, attire le regard par sa spatialité. Le costume de cour est somptueux et cette richesse décorative se retrouve dans la création haute couture de Christian Lacroix dans son ensemble et particulièrement jusqu’aux années 1990 où il atteint une sorte d’ivresse ornementale. Enfin, le costume de cour, plus conservateur qu’innovant, s’inscrit dans le passé et dans des codes de tradition. Christian Lacroix, lui, tout en faisant référence à l’histoire, propose de nouvelles formules, de nouveaux contrastes, de nouveaux accords et affiche une vraie modernité dans un va-et-vient incessant entre passé et présent.

11Si le costume de cour a, dans la culture de mode de Christian Lacroix, mais surtout dans ses sources d’inspiration pour la haute couture qu’il produit sous sa griffe depuis 1987, une place spécifique, il convient de faire deux remarques. D’autres sources l’inspirent aussi  : outre l’Espagne déjà citée, ce sont les années 1960, la culture provençale, la culture britannique, les années 1930 dont il remplit de croquis ses cahiers d’écolier, et d’autres encore… mais le costume de cour est une source enfouie et permanente, transversale pourrait-on dire, et en ce sens perceptible au-delà et au travers d’autres inspirations, nombreuses et diverses. Cette inspiration se traduit dans une écriture personnelle et actualisée, renouvelée et modernisée. L’imbrication des influences et leur mixité transposent les inspirations dans une formulation rare, jeune et adaptée, qui implique l’emploi de matériaux innovants, avec d’imprévisibles superpositions ou des accords de formes et de couleurs inattendus. L’originalité naît du dialogue entre passé et présent, entre traditions et tendances du moment. Cette alchimie fait le style du couturier. C’est sa force créative, contemporaine et pérenne, spécifique… sa griffe.

Le créateur et le costume de cour

  • 9  Conversation orale avec Christian Lacroix, le 2 avril 2009, à son studio.
  • 10Ibid.
  • 11Ibid.

12Dans l’entretien que Christian Lacroix nous a accordé dans son studio sur le sujet, il explique qu’enfant, il ne dessinait que des costumes de cour, que seul le faste royal l’interpellait alors. C’est par cette voie-là qu’il entreprit d’écrire l’histoire qui, selon lui, passe par les règnes, les cours, les princes et les rois, et d’en fixer sur le papier les moments clés aux effets somptueux, traçant au crayon sa propre épopée, libre et subjective, du costume. Il souligne son amour du luxe. «  Le luxe est art  ; l’art est ce qui fait rêver et nous grandit »9. La haute couture en est, qui participe au rêve, fait travailler l’imaginaire, ébranle les fibres artistiques et fait vibrer la sensibilité. «  La destination de la mode n’est pas précise, elle est idéale, à la recherche d’un paradis perdu et bigarré »10. Le caractère cyclique et éphémère de chaque collection engendre une multitude d’univers particuliers qui, chacun, contribuent à l’identité de la marque. La couture doit valoriser la femme dans son corps, le haut du buste et les jambes étant les parties du corps qui définissent la silhouette et identifient la femme dans une beauté individuelle et sublimée. Toutes les créations de Christian Lacroix passent par la recherche d’une silhouette sans cesse renouvelée. La couture est une «  création imaginée pour une femme en perpétuel mouvement et qui incarne la saison du moment, prise dans une histoire »11. L’œuvre sur mesure crée l’unique et le rare. C’est ce qui explique, par exemple, le soin particulier que Christian Lacroix, plus que tout autre créateur, donne à la confection d’une robe de mariée qui, dans tous les cas, doit être exceptionnelle pour un moment qui l’est tout autant.

13Il faut en outre souligner un fait important. La destinataire n’est bien sûr pas la même  : la robe de cour, française du xviiie siècle, espagnole du xviie siècle ou persane de l’Empire safavide, ou autre encore, pare une femme dans un contexte géographique précis, sous un règne et dans un milieu spécifiques dont elle doit d’autant mieux tenir le rang que le modèle sera porté dans un contexte de faste et d’apparat. La cliente de Christian Lacroix, elle, certes choisit le modèle pour une occasion particulière mais a principalement la volonté d’embellir sa silhouette et d’afficher son goût pour une certaine mode. Elle recherche une allure qui lui sied, dans son corps et dans ses choix, et une élégance, et s’en remet à un créateur dont elle apprécie la modernité et le langage. La couture peut cependant être incitative, car elle est en mesure d’orienter les clientes vers d’autres possibilités, et force de propositions en fonction de leurs désirs personnels.

14La création, selon Christian Lacroix, passe par le dessin dont le graphisme évocateur trace les formes, crée l’allure, imagine les textures, invente le beau que l’on s’approprie. La coupe n’est pas son domaine, confiée à d’habiles artisans qui sauront traduire en une infinité de morceaux la complexité d’un assemblage savant et toujours unique. Mais la flamboyance du vocabulaire textile crée la différence et la sophistication de chaque collection traduite en dizaines de modèles.

Le qualificatif historique de baroque si souvent attribué à Christian Lacroix est-il justifié dans un concept d’une telle actualité  ?

15Si la mode est langage visuel, la haute couture en général est discours visuel et celle de Christian Lacroix plus encore. La fonction d’image de ses créations est, on l’aura compris, visible, lisible, naturelle et évidente… et le qualificatif de baroque, que le créateur ne réfute pas, lui sied particulièrement au sens d’une expression basée sur l’effet, la singularité, la force plastique et décorative, l’inattendu et l’irrégulier, au sens historique du terme dans l’acception utilisée pour certains arts plastiques et visuels du xviie siècle européen… Sans doute doit-on parler alors de baroque contemporain ou de modernité baroque puisque l’on constate que la fonction affichée d’image est, chez Christian Lacroix, essentielle mais que l’appartenance à une époque, dans ses tendances artistiques et vestimentaires, et dans ses avant-gardismes, l’est tout autant. Le vêtement de cour est symbole politique inscrit dans une logique de pouvoir, le modèle haute couture Christian Lacroix est une œuvre de création inscrite dans une logique de style, au sens où il participe à l’épanouissement d’une griffe et à la pérennité d’une écriture créative dans ses méandres et ses infléchissements, ainsi qu’à la jeunesse d’une époque.

  • 12  Claudine Hesse, « Dans la tête d’un couturier », Madame Figaro, 14 février 2009, p. 35-37.

16Le modèle de robe de mariée (fig. 1) de la collection haute couture printemps-été 2009 est une véritable robe de princesse. Les références curiales et historiques y sont naturelles. Mais le bas de la robe est orné de petites enveloppes trouvées quelques jours avant la finition chez un bouquiniste parisien, dont des lettres notariales datant de 1860 et des billets d’amour12… On touche ici quasiment au domaine de la performance au sens le plus contemporain du terme  !

Si le costume curial est source d’inspiration pour Christian Lacroix, il n’est pas le seul. D’autres formes d’inspiration ne relèvent-elles pas d’une autre esthétique  ?

  • 13  Olivier Saillard, Histoire idéale de la mode contemporaine : les plus beaux défilés de 1971 à nos (...)

17Lorsque Christian Lacroix lance ses premières collections sous sa griffe en 1987, il revendique ses racines provençales et camarguaises et affiche cette identité régionale qui le différencie du travail des autres maisons de couture comme de celui précédemment fourni par lui au cœur de la maison Patou dont il a assuré le renouvellement stylistique. Comme l’écrit Olivier Saillard, ce sont «  les gardianes improvisées qui apportent le soleil à Paris et Christian Lacroix tranche avec les maisons qui jouent toutes plus ou moins sur la même partition de conventions et de bon goût… Il emmène la musique gitane, les confettis et la province sur les podiums13 ». Jusqu’à la collection automne-hiver 1999-2000 qui marque un changement radical, avec des formes plus géométrisées, un recul des effets décoratifs et une tendance à l’abstraction alors tout à fait nouvelle chez lui, c’est bien une illustration du sud qui sous-tend son œuvre. Et c’est à la culture méditerranéenne, aux costumes traditionnels de Provence et à ceux, plus rustiques encore, plus terriens et plus sobres, de la Camargue, que le couturier d’Arles revendique sa fidélité et l’unicité sensible de son style au travers des diverses collections. On est alors dans certains cas éloigné d’une culture de cour et d’un vêtement de majesté… sauf que c’est peut-être justement cette conception du vêtement provincial qui conduit Christian Lacroix au costume de cour. La composition de ce costume du sud est faite de superpositions, de couleurs, d’accessoirisation et d’abondance, et sa force hautement symbolique en fait un signe d’appartenance et d’identité. Ce serait donc la fonction représentative du costume provençal et sa puissance de codification identitaire, plus que son esthétique flamboyante, qui constituerait le fil conducteur de ses créations.

18Parmi les nombreuses sources d’inspiration citées par le couturier, il en est une qui apparaît éloignée de celle précédemment citée. Christian Lacroix nourrit pour Londres – où il se rend régulièrement depuis 1968 – et pour la culture londonienne, faite d’influences contradictoires, de turbulences, de modes audacieuses et de tendances décalées, une curiosité intarissable. Il ne peut se passer de ce contexte, de cette atmosphère spécifique dont il s’abreuve régulièrement. Formellement, la mode britannique, et londonienne en particulier, n’est pas la mode Christian Lacroix. Et l’on pourrait expliquer son attirance pour cette ville cosmopolite et culturellement ouverte aux formes d’expressions les plus opposées par l’envie de trouver d’autres satisfactions, un ailleurs dans un imaginaire autre. Là encore, ce n’est pas l’esthétique de ce milieu que l’on retrouve dans les créations de Christian Lacroix mais plutôt un degré de pertinence, un certain sens de l’excès et une audace maîtrisée.

19Si le costume de cour l’influence et si Christian Lacroix revendique lui-même cette influence, nous devons donc la nuancer, arguant du fait que ce qui l’inspire est l’essence même de certains moments, de certaines atmosphères ou de certains microcosmes dans l’aventure passée et actuelle de la mode, qu’il connaît parfaitement. Le costume de cour l’inspire, mais d’autres formes, moins célébrées ou moins référencées, participent aussi à ses créations.

Ces sources d’inspiration – historiques ou géographiques – détournent-elles Christian Lacroix d’une mode française contemporaine  ?

  • 14  Frédéric Monneyron, La frivolité essentielle, Paris, PUF, 2001, p. 181.

20Si le recours à l’histoire et l’exotisme marquent la permanence du style de Christian Lacroix et ses sources pérennes, un autre trait les caractérise, qui est le goût de l’apparat, ce que Frédéric Monneyron qualifie d’«  inadaptation aux exigences de fonctionnalité et de confort14 » par souci d’élégance et de féminité. Lorsqu’il crée sa griffe en 1987, il participe à la mode qui traduit l’esprit conquérant de la femme de cette époque, d’une femme libre et forte dont l’allure exprime la force tonique et la féminité assumée. L’insolence de Jean-Paul Gaultier, l’héroïsme de Thierry Mugler et la modernité d’autres créateurs du même moment permettent des vêtements urbains qui privilégient la force essentielle à l’effet, dans une mode efficace et tonique. À sa manière, Christian Lacroix y participe, se consacrant à une mode qui n’est jamais une transposition de motifs puisés dans une autre culture mais une reconstruction de modèles à partir d’expériences puisées ailleurs. D’où la puissance de ses créations, qui, proches ou non du costume curial, l’évoquent, dans son souci de présence affirmée et de féminité imposée, qui est exactement ce que la cliente recherche. Les années 1990 sont les années du total look dans la mode, dans le prêt-à-porter comme dans la haute couture. Les créations haute couture de Christian Lacroix y participent et ne se conçoivent même que dans une silhouette totalement acquise à ce style. Il est alors en parfaite cohérence avec l’air du temps. Le choix qu’il a fait de «  baroquiser » la figure féminine ne peut être partiel ou fragmentaire et son goût pour le «  patchwork » ajoute à cette enveloppe globale de la silhouette qui est l’image dominante et significative de la mode jusqu’à la fin des années 1990.

  • 15  Jean-Jacques Picart, « Les mystères de la haute couture », Madame Figaro, 14 février 2009, p. 9.

21Si le vêtement de cour est, on l’a vu, perméable au rayonnement de la mode à un moment de son histoire, les créations haute couture Christian Lacroix sont ancrées dans l’air du temps présent, aux côtés d’autres grands créateurs que sont Yves Saint Laurent, dont il a été longtemps le contemporain, Karl Lagerfeld, arrivé à la direction artistique de la maison Chanel en 1983, soit quatre années seulement avant l’ouverture de la maison Christian Lacroix, Jean-Paul Gaultier, qui a toute l’admiration de Christian Lacroix même si le côté provocateur, insoumis et sensuel de ce créateur donne à son œuvre une puissance autre. C’est avec eux qu’il a, à la fin des années 1980 et pendant toute la décennie 1990, renouvelé la couture française, au moment même où la création n’était plus seulement française et où l’on a dû, après la prise en compte du brio de la création anglaise, reconnaître la puissance créative des Japonais, puis celle des Italiens et des Belges… Il a, avec tous, participé à ce grand mouvement de la fin du xxe siècle et a lui-même rafraîchi, rajeuni cette haute couture dont Jean-Jacques Picart, consultant mode et produits de luxe et observateur aiguisé, qui fut aussi l’associé de Christian Lacroix à la naissance de sa maison de couture, dit qu’elle est «  une machine à créer l’émotion, l’exception, le bonheur. [Non plus une] machine à habiller une élite […]. [Elle] est devenue le luxe absolu, conçu par une poignée de griffes […]15 ». Et Jean-Jacques Picart ajoute  :

  • 16Ibid.

[…] il nous a fallu accepter l’idée que nous n’étions plus les seuls à savoir créer des modes dont les femmes du monde entier ont envie. Mais nous sommes toujours les seuls à savoir réinventer tous les six mois une haute couture aussi belle, aussi incroyablement spectaculaire, aussi mystérieusement émotionnelle […]16

22Puisant dans l’histoire du luxe européen, Christian Lacroix écrit, à l’heure de la mondialisation dans la mode, une page du luxe international d’aujourd’hui.

Top of page

Notes

1  Christian Lacroix, Journal d’une collection, Paris, Thames & Hudson, 1996, p. 56.

2Ibid.

3  Outre Journal d’une collection, op. cit., on pourra se référer à Christian Lacroix, avec Patrick Mauriès, Pêle-Mêle, Paris, Thames & Hudson, 1992 ; Christian Lacroix et Patrick Mauriès, Styles d’aujourd’hui, Paris, Le Promeneur/Gallimard, 1995 ; Christian Lacroix, Qui est là ? Paris, Mercure de France, 2005.

4  On pourra se référer essentiellement à Laurence Benaïm, « Christian Lacroix et ses villes imaginaires », Le Monde, 18 août 2000, p. 9 ; Annick Cojean, « Christian Lacroix », Le Monde, 21 août 2002, p. 12 ; Anne-Laure Quilleret, « Christian Lacroix, l’esprit couture d’un touche-à-tout », Le Monde, 1er janvier 2005, p. 24 ; Marie-Claire Pauwels, « Les habits neufs de Christian Lacroix », Le Point, no 1727, 20 octobre 2005, p. 74-78 ; Anne-Laure Quilleret, « Christian Lacroix, 20 ans de talent ! », L’Express Styles, 31 mai 2007, p. 34-43 ; Marie-Douce Albert, « Lacroix en son palais arlésien », Le Monde, 21 août 2008, p. 26 ; Véronique Lorelle, « Des fleurs pour conjurer le sort », Le Monde, 29 janvier 2009, p. 24.

5  Conversation orale avec Christian Lacroix, le 2 avril 2009, à son studio.

6  Christian Lacroix, Patrick Mauriès et Olivier Saillard, Christian Lacroix, Histoires de mode, Paris, Les Arts décoratifs, 2007, p. 83.

7Ibid.

8  Voir Christian Lacroix, Christian Lacroix, costumier, catalogue de l’exposition du Centre national du costume de scène de Moulins, Paris, BNF, 2007. Voir aussi Anne-Laure Quilleret, « Costumes de scène selon Christian Lacroix », Le Monde, 29 octobre 2005, p. 16 ; Laurence Addario, « Christian Lacroix, l’enchanteur des tréteaux », Le Figaro, 9 août 2007, p. 23 ; Charlotte Brunel, « Les costumes de lumière de Christian Lacroix », Le Monde 2, 15 septembre 2007, p. 32-34.

9  Conversation orale avec Christian Lacroix, le 2 avril 2009, à son studio.

10Ibid.

11Ibid.

12  Claudine Hesse, « Dans la tête d’un couturier », Madame Figaro, 14 février 2009, p. 35-37.

13  Olivier Saillard, Histoire idéale de la mode contemporaine : les plus beaux défilés de 1971 à nos jours, Paris, Textuel/Les Arts décoratifs, 2009, p. 105.

14  Frédéric Monneyron, La frivolité essentielle, Paris, PUF, 2001, p. 181.

15  Jean-Jacques Picart, « Les mystères de la haute couture », Madame Figaro, 14 février 2009, p. 9.

16Ibid.

Top of page

Fig. 1 - Christian Lacroix, collection haute couture printemps-été 2009.Mannequin : Vlada Roslyakova.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1336/img-1.jpg
image/jpeg, 128k
Fig. 2 - Christian Lacroix, collection haute couture printemps-été 2007.Mannequin : Romina Lanaro.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1336/img-2.jpg
image/jpeg, 84k
Fig. 3 - Carle Van Loo, Marie Leczinska en grande robe de cour, 1747, huile sur toile : 2,74 × 1,93 m. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8492.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1336/img-3.jpg
image/jpeg, 536k
Fig. 4 - Christian Lacroix, collection haute couture automne-hiver 2002-2003. Modèle no 39 : robe de mariée à bustier, basque et jupe en brocart coq de roche rebrodé sur fond d’organza rosé appliqué de dentelle métallique, manches articulées couleur or.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1336/img-4.jpg
image/jpeg, 155k
Top of page

References

Electronic reference

Martine Villelongue, « De l’influence du costume de cour sur la création haute couture de Christian Lacroix », Apparence(s) [Online], 6 | 2015, Online since 25 August 2015, Connection on 26 August 2016. URL : http://apparences.revues.org/1336

Top of page

Author

Martine Villelongue

Après une thèse de doctorat de 3e cycle en histoire de l’art, Martine Villelongue a exercé pendant une quinzaine d’années au musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon  : montage d’expositions et création du service des publics de ce musée. Enseignant en parallèle à l’université Lumière-Lyon 2 en histoire de l’art et dans la filière Mode – connue sous l’appellation université de la Mode –, elle y crée les enseignements de l’histoire des textiles et de l’histoire de la mode. Depuis 2003, en poste à l’université de la Mode, elle poursuit ses enseignements et assure désormais la direction de la filière, tout en menant des recherches sur la mode et son histoire, sur les liens entre l’histoire de l’art, les arts décoratifs et la mode, et sur la mode contemporaine. Ses dernières publications portent sur «  Léonard et la mode face à face » dans Léonard, impressions de mode (cat. expo., musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon, Lieux Dits, 2006), «  Un rubanier dans la soierie, la maison Staron face aux maisons lyonnaises » dans Esprit Staron, rubans, soieries et haute couture, 1867-1986 (cat. expo., musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne, Somogy, 2007) et «  Voiles peints et drapés » dans Les voiles dévoilés, pudeur, foi, élégance… (actes de colloque, université de la Mode, université Lumière-Lyon 2, Éd. lyonnaises d’Art et d’Histoire, 2009). villelongue@wanadoo.fr
Martine Villelongue has a PhD in art history and teaches courses in textile and fashion history at the University of Fashion in Lyon of which she is also director. Her latest publications include essays on the fashion house Léonard (in Léonard, impressions de mode, exh. cat., Musée des Tissus et Arts Décoratifs, Lyon, Lieux Dits, 2006) ; the French ribbon and silk company Staron (in Esprit Staron, rubans, soieries et haute couture, 1867-1986, exh. cat., Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne, Somogy, 2007) ; and veils (in Les voiles dévoilés, pudeur, foi, élégance…, symposium proc., University of Fashion, University Lumière-Lyon 2, Éd. lyonnaises d’Art et d’Histoire, 2009).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page