Skip to navigation – Site map
L'habit de court et la mode

Petite étude du grand habit à travers les mémoires quittancés de la comtesse d’Artois (1773-1780)

Pascale Gorguet Ballesteros

Abstracts

A Short Study of the Grand Habit Through the Records of Bills of the Countess of Artois (1773-1780) - Marie-Thérèse de Savoie (1756-1805) married the third grandson of Louis XV, Charles-Philippe, Count of Artois and future Charles X, in the Royal Chapel of Versailles on 16th November 1773. The Archives Nationales in Paris keep a collection of bills sent by her clothing suppliers to the Countess of Bourbon-Busset, her dame d’atours, or lady in charge of her wardrobe. Numerous deliveries pertaining to the grand habit, or full court dress, are mentioned in these records. This study seeks first to identify the various elements making up the grand habit. It then examines what we learn about the use, materials, and suppliers of this elaborate dress. In conclusion, it evaluates the proportion of grands habits among the overall volume of garments delivered to the countess.

Top of page

Full text

  • 1  Henriette-Louise de Waldner de Freundstein, baronne d’Oberkirch, Mémoires de la baronne d’Oberkirc (...)
  • 2  Archives nationales de France, Paris (désormais AN), Papiers Bourbon-Busset, T 2651-8. T 2651 est (...)
  • 3  Le grand habit n’apparaît à Paris que dans une seule circonstance, la visite que les dames doivent (...)
  • 4  « États et mémoires de dépenses de la Garde-Robe de la Reine », 1779-1787, AN, K 50625 et « États (...)

1Fille de Victor-Amédée III, roi de Sardaigne, prince de Piémont et duc de Savoie, et de Marie-Antoinette de Bourbon, Marie-Thérèse de Savoie (1756-1805) épouse, le 16 novembre 1773, en la Chapelle royale de Versailles, le troisième petit-fils de Louis XV, Charles-Philippe, comte d’Artois, futur Charles X. Elle devient ainsi la belle-sœur du Dauphin et de son épouse, Marie-Antoinette d’Autriche. Petite, peu jolie mais douce de tempérament1, cette personnalité apparemment modeste se révèle être une femme consciente des derniers rebondissements de la mode, à la lecture des mémoires des fournisseurs de sa garde-robe (fig. 1). Ces mémoires, regroupés en un fonds particulier, saisis à la Révolution et conservés aux Archives nationales à Paris, sont une mine précieuse de renseignements pour toute étude de l’évolution du costume féminin dans le dernier quart du xviiie siècle. Ils sont adressés à la dame d’atours de la comtesse d’Artois, Jeanne-Marie-Louise Thècle Moreton de Chabrillan, comtesse de Bourbon-Busset (1733-1812), seconde épouse de François-Louis-Antoine de Bourbon, comte de Busset et Châlus, maréchal de camp des armées du roi. Les premiers mémoires datent de 1773, année de l’arrivée de la princesse à Versailles, et s’échelonnent jusqu’en 17872. Un certain nombre d’entre eux sont relatifs à des grands habits, ensembles vestimentaires particuliers, à la fois par leur composition immuable et leur usage réservé aux membres de la famille royale – reines, princesses, sœurs, belles-sœurs et cousines du roi – et aux dames ayant été présentées au roi et à la reine3. Les mémoires quittancés émanent de différents fournisseurs, marchands d’étoffes, tailleurs, couturières et marchandes de modes, et sont abondés et détaillés, contrairement aux quelques documents d’archives relatifs à la garde-robe de Marie-Antoinette, parcellaires et inégaux dans leurs informations4. Grâce à cette documentation abondante et inédite, il est possible de mener un travail de recherche uniquement dédié au grand habit.

Fig. 1 - Jean-Baptiste-André Gautier d’Agoty, Portrait de Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois, 1775, huile sur toile  : 86 × 60 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7853.

Fig. 1 - Jean-Baptiste-André Gautier d’Agoty, Portrait de Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois, 1775, huile sur toile  : 86 × 60 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7853.
  • 5  Les grands habits conservés dans les collections publiques européennes se trouvent au Livrustkamma (...)
  • 6  Kimberly Chrisman-Campbell, « Le grand habit et la mode en France au xviiie siècle », dans Fastes (...)
  • 7  La robe à la française est une robe-manteau, au dos plissé, portée sur un corps à baleines et un p (...)

2En effet, dans le vestiaire féminin français du xviiie siècle, le grand habit reste un grand méconnu, d’autant qu’aucun costume de ce type n’a été conservé en France, à l’instar de quasiment tous les vêtements de cour du xviiie siècle de ce pays5. Les rares études qui lui ont été entièrement consacrées s’intéressent le plus souvent à son ornementation et à ses représentations à travers la peinture ou la gravure6. Souvent confondu avec d’autres formes de robes, la composition et la terminologie du grand habit sont encore peu décrites. Son usage et sa place dans un vestiaire royal ou princier n’ont en outre pas fait l’objet de recherches systématiques. Cette étude s’attachera ainsi, en premier lieu, à l’identification des éléments constitutifs du grand habit puis verra si les pratiques des fournisseurs peuvent apporter des informations complémentaires sur sa fabrication. Elle détaillera ensuite ce que l’on apprend de l’usage du grand habit et de sa proportion dans le volume global des vêtements de la comtesse d’Artois. Cette recherche a, dans ce but, choisi de se limiter aux années 1773-1780, qui voient l’arrivée de la princesse de Piémont-Sardaigne à Versailles et la naissance de ses trois premiers enfants, le duc d’Angoulême en 1775, Mademoiselle en 1776 et le duc de Berry en 1778. Car ces sept années correspondent au premier grand bouleversement de la mode féminine au xviiie siècle où, dans les vestiaires royaux et princiers, surgissent de nouvelles formes de robes à la mode aux côtés du grand habit et de la traditionnelle robe à la française portée depuis les années 17207.

Composition et élaboration du grand habit de cour

3L’expression «  grande habit » désigne un ensemble de vêtements féminins particuliers qui, portés tous ensemble, composent une figure remarquable (fig. 2). Trois éléments vestimentaires de dessus – le grand corps, la jupe, le bas de robe ou queue de jupe – sont associés à un élément de dessous, de taille conséquente  : le panier. Cette combinaison est exclusivement réservée au grand habit. S’y ajoutent un certain nombre d’accessoires de dentelle ou de lingerie. À partir des mémoires de la comtesse d’Artois, ceux-ci peuvent être classés en deux catégories suivant la régularité de leur présence dans les livraisons de grands habits. La première catégorie regroupe les accessoires indispensables. Certains, indissociables de leur grand habit, comme les glands pour relever le bas de robe, sont l’objet de livraisons groupées avec les vêtements. D’autres, plus interchangeables, telles les mantilles et les manches de cour, bénéficient de livraisons indépendantes. La deuxième catégorie, non exhaustive, regroupe des accessoires indifféremment portés avec le grand habit ou des robes, et dont la livraison est plus ponctuelle. Cette étude se concentrera sur les éléments de costume et les accessoires indispensables au grand habit.

Fig. 2 - Claude-Louis Desrais, Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois, 1778, gravure aquarellée  : 27,5 × 18,2 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. GRAV 1973.

Fig. 2 - Claude-Louis Desrais, Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois, 1778, gravure aquarellée  : 27,5 × 18,2 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. GRAV 1973.
  • 8  François A. de Garsault, L’art du tailleur [Paris, imp. de Delatour, 1769], dans Descriptions des (...)
  • 9  « Mémoire des ouvrages et fournitures pour le service de Madame la Comtesse d’Artois fait par l’or (...)
  • 10  Pascale Gorguet Ballesteros et Rosine Trogan, « De la mode à l’histoire : le musée Galliera acquie (...)

4À l’exception du corset, le grand corps, la jupe et le bas de robe sont bien connus. Le grand corps est une cuirasse baleinée qui gaine le haut du corps de la femme. Il se distingue du corps de ville par un baleinage plus dense et une fermeture par laçage, toujours placée au dos. Le large décolleté est prolongé par des épaulettes, très basses, qui forment un départ de manches. Les mémoires de la comtesse d’Artois révèlent la présence fréquente du corset, à la fois dans les livraisons de sa couturière et de ses marchandes de modes. En effet, si le corps est traditionnellement l’œuvre du tailleur, la confection des corsets est, elle, dévolue à la couturière8. Ainsi, pour le quartier d’octobre 1775, cette dernière livre cinq corsets, dont celui d’un grand habit de satin blanc brodé de paillettes d’or et de plumes de toucan9. D’après l’Art du tailleur, ouvrage de François-Alexandre-Pierre de Garsault, les corsets ne sont pas baleinés. Fermés derrière ou devant, ils sont simplement raidis par des buscs. Un corsage attribué à la reine Marie-Antoinette, conservé au musée Galliera, pourrait bien être un corset de grand habit10. Sa forme reproduit en effet celle d’un grand corps au large décolleté et aux départs de manches plissés. La présence de nombreux trous d’épingles atteste qu’il a servi et a été rehaussé d’éléments décoratifs. Plusieurs essais de mannequinage dans les ateliers du musée Galliera ont établi que ce corsage, non baleiné mais muni d’une poche à busc sur le devant, était porté sur un corps à baleines. Ainsi, à la lueur des mémoires de la comtesse d’Artois, le corsage du musée Galliera se révèlerait être un corset, version assouplie du grand corps qui devait remplacer ce dernier dans les circonstances où le grand apparat n’était pas exigé par l’étiquette, ainsi que dans le cas de grossesses ou de relevailles. Porté sur un corps à baleines moins rigide que le grand corps, il était assorti à la jupe et au bas de jupe, et lui aussi était garni par les soins des marchandes de modes. Le corset de Galliera servit sans doute à madame Éloffe comme support pour des essais de décors. Panier, corps et corsets aux mensurations des clientes étaient en effet commandés par les fournisseurs ou confiés à ces derniers pour leur servir de modèle.

  • 11  Pascale Gorguet Ballesteros, « Caractériser le costume de cour : propositions », dans Fastes de co (...)
  • 12  Amalia Descalzo, « La permanence du panier dans les cours européennes », dans Fastes de cour…, op. (...)

5La jupe et le bas de robe sont aisément identifiables. Le terme de bas de robe dérive de l’ancienne appellation du grand habit, à la fin du xviie siècle. Alors appelé robe, il se composait d’un haut baleiné avec une jupe attenante. Ce nom était opposé à celui de manteau en usage pour les robes à manches enfilées sur un corps11. Dans son Art du tailleur, François-Alexandre-Pierre de Garsault publie un patron de bas de robe : celui-ci est constitué de plusieurs lés d’étoffe parallèles, assemblés verticalement, incurvés sur les côtés et arrondis à leurs extrémités. À la taille, le bas de robe plissé est garni d’agrafes pour s’accrocher aux ganses et autres agrafes placées au bas du corps. La jupe est portée sur le grand panier, jupe de toile de lin ou de taffetas de soie élargie par des cerceaux d’osier ou de baleines. L’histoire française de ce vêtement de dessous, descendant du vertugadin et du garde-infant espagnol, mystérieusement apparu à Paris au début du xviiie siècle, demande encore à être précisée12.

  • 13  Charlotte-Élisabeth de Bavière, duchesse d’Orléans, dite princesse Palatine, Lettres de Madame, du (...)
  • 14  À l’opposé du costume de cour, le costume riche arlésien comporte, lui aussi, un ornement de cou é (...)
  • 15  « Fournitures du trousseau de Madame la Comtesse d’Artois ordonnées par Madame la Comtesse de Bour (...)
  • 16  « État des fournitures faites par Bertin du grand Mogol d’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon B (...)
  • 17  F. A. de Garsault, L’art du tailleur, op. cit., p. 55-56.

6Chaque livraison de grand habit est généralement accompagnée d’un ensemble d’accessoires. Fournis par la marchande de modes, ces derniers sont soit assortis entre eux, soit au décor même du grand habit. La palatine est un ornement de cou. En décembre 1676, la princesse Palatine, seconde épouse de Monsieur, frère du roi, relate comment elle lança cette mode après avoir entortillé une vieille zibeline autour de son cou pour se réchauffer13. Au xviiie siècle, la palatine est une bande de dentelle, de réseau ou de fourrure, qui se place toujours autour du cou14. Dans le long mémoire d’octobre 1773 relatif au trousseau de la princesse, les palatines sont fréquemment assorties à leur grand habit. Il en est ainsi de «  la grande palatine de cour en réseau d’or riche et brillant, entrelacé d’une guirlande d’agrémens brodé en paillettes comptées et toutes petites fleurs de paillons assortis à l’étoffe […] », livrée avec le grand habit de Pont Beauvoisin de satin blanc brodé en paillettes et paillons15. Il existe également des palatines de corsets, mentionnées dans les livraisons de la marchande de modes Rose Bertin pour les années 1779-178016. Mais la livraison de palatines avec les chamarrures et garnitures fournies pour les grands habits de la comtesse d’Artois n’est pas systématique. En revanche, celle des mantilles est récurrente. Celles-ci sont aisément identifiables grâce à l’ouvrage de Garsault, où une partie du chapitre de la marchande de modes, dévolue à la «  mantille de cour ou de grand habit », est illustrée par un patron17. Il s’agit d’un mantelet court dans le dos, aux longues extrémités et dénué de capuchon. Il est formé au bas pour s’adapter à la pliure des bras.

  • 18  Paris, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, papier (...)

7Des éléments de dentelle ou de lingerie complètent le grand corps. Ses petites manches sont prolongées par une manche légère de toile fine de lin ou de coton sur laquelle sont cousus un volant simple puis des volants froncés en leur centre, surnommés suivant une tradition orale petits bonshommes. Les mémoires de la comtesse d’Artois ne reprennent jamais cette dernière dénomination. En revanche, les marchandes de modes fournissent, indépendamment des ornementations des grands habits, des grandes et des demi-manches de cour en dentelle, assorties à des collerettes et à des tours de gorge en dentelle. Ces manches de cour pourraient correspondre à ces volants froncés qui sont eux-mêmes ornés de bracelets de cour et de nœuds de manches confectionnés dans l’étoffe du grand habit. Enfin, tous les grands habits sont systématiquement livrés avec les glands destinés à relever le bas de robe. La présence obligée de cet accessoire est confirmée par l’étude d’une autre série importante de mémoires quittancés correspondant à des grands habits, signés par Rose Bertin et conservés à l’Institut national d’histoire de l’art18.

  • 19Descriptions des arts et métiers, vol. 2, Les arts de l’habillement, op. cit.
  • 20  Le sieur Sigly, installé quai de l’École à Paris, y prend d’ailleurs le statut d’ouvrier de la rei (...)
  • 21  « Mémoires des ouvrages et fournitures faits pour le service de Madame la Comtesse d’Artois par l’ (...)
  • 22  « Mémoires des ouvrages et fournitures faits pour le service de Madame la Comtesse d’Artois par l’ (...)
  • 23  « Mémoire des fournisseurs d’étoffes de soie faits pour le service de la garde-robe de Madame la C (...)
  • 24  L’habit de mariage du prince héritier Gustave de Suède (1746-1792), par exemple, fut tissé à dispo (...)

8Les étapes de la fabrication du grand habit, plus complexes qu’il n’y paraît, enrichissent également la connaissance de ce dernier. Grâce à l’abondance des sources, il est en effet possible d’étudier le rôle des fournisseurs à travers les mémoires de la comtesse d’Artois, ce qui soulève un certain nombre d’interrogations. La spécialisation des métiers relevée dans les encyclopédies relatives aux «  arts de l’habillement » dans la seconde moitié du xviiie siècle est a priori confirmée19. L’élaboration d’un grand habit se répartit entre le tailleur, auteur du corps et du bas de robe, la couturière qui confectionne la jupe (et ici le corset), et la marchande de modes, responsable de l’ornementation du grand habit et de la fabrication de ses accessoires (voir tableau 2). Les fournisseurs de la comtesse d’Artois sont des habitués de la cour. La demoiselle Motte, les époux Sigly, le marchand de soie Le Normand et les marchandes de modes figurent également dans l’«  État de la garde-robe de Marie-Antoinette » pour les années 1781 et 178220. En 1773, le sieur Sigly fournit corps et bas de robe, en particulier pour les grands habits liés aux cérémonies du mariage mais, curieusement, il ne livre plus de bas de robe jusqu’en 178021. Les grands habits de ces dernières années ont-ils été portés sans bas de robe ou le fonds d’archives serait-il incomplet  ? En effet, malgré la richesse de ce dernier, la reconstitution de la chaîne de fabrication d’un grand habit ne peut être systématisée. L’idéal serait de retrouver les différentes interventions des fournisseurs, comme pour ce grand habit fond taffetas lilas pailleté argent, fourni pendant l’été 1775, dont Sigly, tailleur, a garni le corps pour 54 livres. Sigly, couturière, en a confectionné le corset et la jupe pour 24 livres, madame Benoist, la broderie pour 1 192 livres et madame Alexandre la chamarrure pour 3 200 livres, auxquelles s’ajoutent un bouquet, une paire de barbes et une boîte pour 74 livres. Le tout s’élève à la somme de 4 544 livres22. En outre, certains documents introduisent des doutes quant aux techniques de confection elles-mêmes. Ainsi, le 22 novembre 1779, Le Normand et Compagnie, marchands d’étoffe, adressent à madame Sigly, couturière, un certain nombre d’aunes d’étoffe destinées à des grands habits, auquel s’ajoute «  un grand habit corps et corset de satin rose brodé, fermé de boutons de diamants entourés de cannetille et un brodé autour très riche… 1 500 [livres] »23. S’agirait-il d’un grand habit en pièces, c’est-à-dire non monté et livré pour cette dernière opération à la couturière  ? L’habitude de livrer des costumes en pièces, au décor placé ou «  à disposition », est attestée par de nombreux exemples conservés dans les collections publiques et privées24. Ce qui légitimerait, aussi étonnant que cela puisse être, un mode de fabrication et de commercialisation analogue pour un grand habit.

Usages et place du grand habit dans la garde-robe

  • 25  Frédérique Leferme-Falguières, Les courtisans : une société de spectacle sous l’Ancien Régime, PUF (...)
  • 26  « États et mémoires de dépenses de la Garde-Robe de la Reine », 1779-1787, « Garde-robe de la rein (...)
  • 27  Kimberly Chrisman Campbell, « Mourning and La Mode at the Court of Louis XVI », Costume : The Jour (...)

9Les mémoires quittancés de la comtesse d’Artois mentionnent peu d’usages précis du grand habit, à l’exception des cérémonies du mariage, de celles liées aux grandes fêtes catholiques et, enfin, des périodes de deuil (voir tableau 1). Deux grands habits sont livrés pour l’arrivée de la princesse en France et l’étape de Lyon. À Versailles, trois grands habits sont prévus pour le jour du mariage, le lendemain du mariage et le bal paré. Un grand habit est également fourni pour les principales fêtes religieuses ainsi que pour la saint Louis. L’usage de grands habits fastueux réservés à ces jours de fête religieuse25 apparaît également dans l’«  État de la garde-robe de Marie-Antoinette », établi entre 1779 et 1787 par sa dame d’atours, la comtesse d’Ossun, et conservé aux Archives nationales à Paris26. Comme à l’accoutumée, les vêtements de deuil font l’objet de livraisons indépendantes et groupées. Les affectations des grands habits aux différentes étapes du deuil (grand deuil, demi-deuil ou petit deuil) ne sont pas détaillées ici, comme par exemple dans l’«  État de la garde-robe de Marie-Antoinette ». Celles-ci sont néanmoins reconnaissables aux étoffes utilisées  : laine noire, étoffes de soie noires, étoffes noires et blanches27. À ces différents moments de la vie de cour s’ajoutent toutes les circonstances dans lesquelles l’étiquette, au nom du prestige de la couronne, prescrit le port du grand habit. Mais celui-ci semble moins porté que les robes, dont les livraisons sont bien plus importantes dans les mémoires de fournisseurs de la comtesse d’Artois.

  • 28  « Mémoires des ouvrages et fournitures faits pour le service de Madame la Comtesse d’Artois par l’ (...)
  • 29  « Fourni pour le service de Madame la Comtesse d’Artois Livré d’ordre de Madame la Comtesse de Bou (...)

10Quantifier les grands habits livrés à la dame d’atours se heurte à deux difficultés  : l’état probablement lacunaire des mémoires et la nécessité, pour un compte scrupuleux, de retrouver ceux pour lesquels sont attestées au moins les interventions du tailleur, de la couturière et de la marchande de modes. De plus, certains éléments du grand habit ne sont pas systématiquement confectionnés à chaque livraison, tels les grands corps, souvent réutilisés. La majorité des mémoires de Sigly, tailleur, mentionnent qu’il a regarni ceux-ci. En octobre 1775, il «  refait » quatre grands corps appartenant à des grands habits livrés avec le trousseau de mariage de 177328. La fabrication de grand corps n’implique pas celle d’un grand habit, et réciproquement. Il pourrait d’ailleurs en être de même pour le bas de robe. Les interventions des marchandes de modes n’impliquent pas non plus la livraison d’un nouvel ensemble  : les grands habits eux-mêmes peuvent être regarnis. En janvier et février 1776, madame Alexandre fournit des accessoires, mantilles, bracelets, nœuds de manches, glands pour deux grands habits de satin bleu des Indes et satin blanc brodé qui, en octobre 1776, semblent regarnis par Rose Bertin29. Recevoir un grand habit ne signifie donc pas la livraison de tous ses éléments.

  • 30  « Fournitures du trousseau de Madame la Comtesse d’Artois ordonnées par Madame la comtesse de Bour (...)
  • 31  « États et mémoires de dépenses de la garde-robe de Marie-Antoinette, 1779-1787, État des grands h (...)

11De façon générale, il apparaît que la proportion des grands habits dans une livraison par quartier est bien inférieure à la moitié des livraisons de vêtements. On dénombre dans le mémoire de madame Alexandre, relatif au trousseau de la comtesse d’Artois, trente et une chamarrures pour grands habits et trente-cinq pour robes. Ce chiffre doit être pondéré par un deuxième mémoire de la marchande de modes, un mémoire de madame Lamarche, maîtresse couturière qui ne livre que des robes, et deux autres mémoires de fournisseurs. À l’automne 1773, la comtesse d’Artois reçoit au final quarante-quatre grands habits pour cent deux robes30. Lors des quartiers d’avril, juillet et octobre 1776, dix-neuf grands habits sont fournis par la couturière et onze garnitures de grands habits sont livrées par madame Alexandre et Rose Bertin, pour cinquante-trois robes faites, cinquante-cinq refaites et vingt-neuf garnitures de robes. Même si tous ces chiffres sont à manipuler avec précaution, la livraison générale des grands habits apparaît donc sensiblement inférieure à celle des robes. Ce fait n’est d’ailleurs pas inédit puisque la même différence de proportion se note dans l’«  État de la garde-robe de Marie-Antoinette ». En 1779, la comtesse d’Ossun mentionnait vingt-trois grands habits pour cinquante robes et trente-deux polonaises. La dame d’atours explique d’ailleurs que sur ce nombre, «  il y aura seulement à choisir par saisons »  : pour l’hiver, sept grands habits, quatorze robes, dix polonaises  ; pour le printemps et l’automne, six grands habits, quatorze robes et six polonaises  ; pour l’été, cinq grands habits, quatorze robes, huit polonaises. Ainsi, la part totale des grands habits revient à moins du quart du volume global des vêtements nécessaires à la reine31.

  • 32  Lesley Miller, « Les matériaux du costume de cour » dans Fastes de cour…, op. cit., p. 78-89.
  • 33Vocabulaire français du Centre international d’étude des textiles anciens (CIETA), Lyon, CIETA, 19 (...)
  • 34  « Fournitures du trousseau de Madame la Comtesse d’Artois ordonnées par Madame la comtesse de Bour (...)
  • 35  « Fournitures faites d’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon Busset dame d’atours, mémoire de Mad (...)
  • 36  Danièle Véron Denise, « La broderie des costumes de cour en France de Louis XIV à Louis XVI » dans (...)
  • 37  La vogue de ces taffetas et satins légers est encore mise en valeur par deux documents fameux comp (...)

12La diversification croissante des formes de robes dans la seconde moitié du xviiie siècle est sans doute à mettre en relation avec ce phénomène. L’étude des étoffes utilisées pour le grand habit fait apparaître également l’importance prise par la robe, certainement au détriment de ce dernier. En effet, l’exemple du vestiaire de la comtesse d’Artois permet d’observer que les étoffes et les ornementations les plus luxueuses, utilisées pour le grand habit, ne lui sont pas réservées. Les étoffes des grands habits se répartissent en trois grandes catégories, suivant la hiérarchie habituelle des étoffes de soie utilisées pour le costume de cour au xviiie siècle32  : étoffes unies33 et façonnées tramées et/ou brochées de fils métalliques, or, argent  ; étoffes façonnées de soie  ; étoffes unies de soie. Les draps d’argent et grands façonnés d’or ou d’argent sont traditionnellement réservés aux ensembles les plus prestigieux, destinés aux cérémonies extraordinaires, comme le «  grand habit pour le jour du mariage […] en fond d’argent brodé riche »34 ou aux circonstances importantes de la vie de cour, comme pour le grand habit «  fond d’or broché à guirlandes en chenille blanche et petits paillons rouges » dont Mme Alexandre fournit la chamarrure en octobre 177535. La broderie enrichit encore les étoffes, utilisant fils, paillettes et paillons métalliques, fils de soie et matériaux divers, fourrure, plumes, pierres semi-précieuses ou fleurs au naturel36. Les étoffes de soie unies, tout en reflétant le goût d’une fausse simplicité, raffinée, caractéristique de la mode des années 1770-1780, sont peu utilisées pour les grandes toilettes d’apparat et alors souvent chargées d’ornements37.

  • 38  « Fournitures du trousseau de Madame la Comtesse d’Artois ordonnées par Madame la comtesse de Bour (...)

13Cependant, des étoffes similaires à celles des grands habits, draps d’argent, façonnés de soie et étoffes unies, servent pour les robes livrées en abondance  : robes sur paniers ou sur considérations (robes à la française portées sur des paniers de circonférence variable), circassiennes et polonaises (robes à la jupe retroussée, portées sans paniers) en vogue depuis le début des années 1770. Ainsi, en 1773, madame Alexandre fournit des garnitures pour une «  robe sur le panier en dorure fond cannelé bleu broché en argent » ou encore pour une «  robe sur considération en dorure fond d’argent lamé broché à petits bouquets roses et verts »38. La proportion de drap d’argent et d’étoffes façonnées d’argent utilisée pour les robes est néanmoins plus faible que pour les grands habits. Ces étoffes riches sont d’ailleurs réservées aux robes sur panier et considération qui, à la cour de Marie-Antoinette, sont, quand l’étiquette le permet, substituées au grand habit jugé encombrant et archaïque.

  • 39  « Berthelot, Successeur de M. Portier, marchand de Madame la Dauphine, À la renommée des Dames de (...)

14Broderies, chamarrures ou garnitures se déploient également sur les robes, les plus prestigieuses se distinguant par leur abondance et leur luxe. Il est d’ailleurs intéressant de noter l’existence d’une terminologie différente suivant les marchands de modes pour désigner l’ornementation des grands habits et des robes  : chamarrure et garniture. Madame Alexandre réserve le terme de chamarrure à l’ornementation du grand habit et celui de garniture à celle des robes, distinction reprise par une vignette du marchand de modes Berthelot installé à l’enseigne À la Renommée des Dames de France, rue saint-Honoré  : «  Vend toutes sortes de Rubans […]  ; & généralement ce qui concerne les Marchandises de Mercerie & Modes  ; […], & fait les Chamarrures de grands habits, & Garnitures de robes »39. En revanche, Rose Bertin utilise indifféremment le terme de garnitures pour l’ornementation des grands habits et des robes.

15En conclusion, les mémoires de fournisseurs de la comtesse d’Artois, par leur rare abondance et leur précision, sont essentiels pour notre connaissance du grand habit. Car il est possible d’y étudier à la fois la composition, l’usage et l’évolution de ce costume particulier dans la seconde moitié du xviiie siècle. Cet ensemble fastueux peut, en effet, être considéré comme le seul exemple de costume féminin uniquement porté à la cour. Or, la disproportion entre le volume des grands habits et celui des robes dans les livraisons de la comtesse d’Artois infirme cette vision. Le port du grand habit est exigé par l’étiquette dans des circonstances précises où il témoigne, tel un uniforme militaire, de l’importance de la cérémonie. Mais sa faible présence dans le vestiaire de la comtesse atteste qu’il ne se porte pas dans les circonstances ordinaires de la vie à la cour. Par ailleurs, dans la seconde moitié du xviiie siècle, son usage officiel tend à diminuer au profit des robes sur panier. Sous l’effet de modes nouvelles, le vestiaire féminin, relativement stable jusqu’alors, commence à se développer, accueillant des formes vestimentaires inédites. La silhouette de la robe à la française, en vogue de 1720 à 1770, varie suivant la taille des paniers qui lui sont associés. Mais elle fait désormais figure de vêtement classique et de bon goût face au succès des robes à la polonaise et des circassiennes à la jupe retroussée ou des lévites au corsage ajusté. Les mémoires de fournisseurs de la comtesse d’Artois confirment bien son changement de statut par le luxe des étoffes qui lui sont consacrées. Portée dans des circonstances qui exigent draps d’argent et garnitures, la robe à la française supplante alors le grand habit dont l’usage tend à se restreindre.

16Par ailleurs, l’étude des mémoires de la comtesse d’Artois met en exergue des problèmes sémantiques propres au costume dit de cour. Ainsi, une étude du costume de cour féminin, entendue comme celle d’un vêtement réservé uniquement à la sphère curiale, ne concerne que le grand habit. Au vu du faible volume occupé par celui-ci dans le vestiaire de la comtesse d’Artois, cette recherche porte sur moins de la moitié de la garde-robe de la princesse et se limite donc à un champ spécifique de l’histoire du vêtement. En revanche, s’intéresser à l’ensemble d’une garde-robe royale ou princière comme celle de la comtesse d’Artois demande de considérer à la fois le grand habit et le costume citadin porté à la cour. Il s’agit alors de replacer les informations dans le contexte plus large de l’évolution de la mode de l’époque. Ce qui amène tout travail dédié au costume de cour à situer préalablement son objet par rapport à l’histoire du costume et de la mode du moment. Une source comme celle des mémoires de fournisseurs de la comtesse d’Artois est d’autant plus précieuse qu’elle cumule des informations à la fois relatives aux grands habits et aux autres formes vestimentaires précitées. Ainsi, ces archives permettent par comparaison de mieux cerner le grand habit et son importance dans une mode curiale moins figée qu’il n’y paraît, dont les métamorphoses suivent, en définitive, les tendances du moment.

Tableau 1  : Usages du grand habit

Trousseau

Grandes fêtes religieuses

Grands habits de deuil

Grand habit pour Pont Beauvoisin

Grand habit du jour de l’an

Drap de laine noir

Grand habit pour Lyon

Grand habit de Pâques

Laine noire

Grand habit pour le jour du mariage

Grand habit de la Pentecôte

Étoffes de soie noires

Grand habit pour le second jour

Grand habit de la Saint-Louis

Étoffes noires et blanches

Grand habit pour le bal paré

Grand habit de la Toussaint

Grand habit de la Noël

Tableau 2  : Fournisseurs

Nom

Profession

Lieu

Mlle Motte

Fabrication de paniers

Versailles

Sieur Sigly

Tailleur ordinaire

Paris

Mme Sigly

Couturière ordinaire

Paris

Mme Alexandre

Marchande de modes

Paris

1773-1780

Mlle Bertin

Marchande de modes

Paris

à partir de 1776

Mme Benoist

Brodeuse

Paris

1 775

Le Normand, Prosper Le Duc & Cie

Marchands d’étoffes de soie

Paris

1773-1780

Thon, Joly & Cie

Marchands d’étoffes de soie

1773-1780

Bourgeois

Marchand pelletier

Paris

1773

Top of page

Notes

1  Henriette-Louise de Waldner de Freundstein, baronne d’Oberkirch, Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la cour de Louis XVI et la société française avant 1789, éd. par S. Burkard, Paris, Mercure de France, 1989, p. 154-155 et Jacques Levron, Les inconnus de Versailles : les coulisses de la cour, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2009, p. 257-270.

2  Archives nationales de France, Paris (désormais AN), Papiers Bourbon-Busset, T 2651-8. T 2651 est une côte vacante. Les mémoires quittancés correspondent à T 2651-7. Rassemblés par quartiers, janvier, avril, juillet, octobre, ils n’ont malheureusement pas fait l’objet d’un classement récent et ne sont pas foliotés.

3  Le grand habit n’apparaît à Paris que dans une seule circonstance, la visite que les dames doivent aux princes du sang après leur présentation à Versailles. Voir à ce sujet : Stéphanie-Félicité Du Crest, comtesse de Genlis, De l’esprit des étiquettes de l’ancienne cour et des usages du monde de ce temps, Paris, Mercure de France, 1996, p. 30-31.

4  « États et mémoires de dépenses de la Garde-Robe de la Reine », 1779-1787, AN, K 50625 et « États et mémoires de dépenses de la Garde-Robe de la Reine », 1779-1787, « Garde-robe de la reine en novembre 1781 », AN, K 50625.

5  Les grands habits conservés dans les collections publiques européennes se trouvent au Livrustkammaren de Stockholm et à Moscou, musées du Kremlin, palais des Armures.

6  Kimberly Chrisman-Campbell, « Le grand habit et la mode en France au xviiie siècle », dans Fastes de cour et cérémonies royales : le costume de cour en Europe, 1650-1800, dir. P. Arizzoli-Clémentel et P. Gorguet Ballesteros, Versailles/Paris, Château de Versailles/RMN, 2009, p. 222-225 ; Françoise Tétart-Vittu, « Grandes robes d’étiquette à la Cour de Marie-Antoinette : contributions de la famille Saint-Aubin aux métiers de la mode », Versalia : revue de la Société des Amis de Versailles, no 9, 2006, p. 142-155.

7  La robe à la française est une robe-manteau, au dos plissé, portée sur un corps à baleines et un panier.

8  François A. de Garsault, L’art du tailleur [Paris, imp. de Delatour, 1769], dans Descriptions des arts et métiers, vol. 2, Les arts de l’habillement, Genève, Slatkine Reprints, 1984. Ce travail encyclopédique est une source précieuse pour la terminologie, les techniques de confection et les pratiques des fournisseurs. Le tailleur et la couturière de la comtesse d’Artois sont monsieur et madame Sigly.

9  « Mémoire des ouvrages et fournitures pour le service de Madame la Comtesse d’Artois fait par l’ordre de Madame la comtesse de Bourbon Busset par La Sigly couturière », quartier d’octobre 1775, AN, T 2652-3.

10  Pascale Gorguet Ballesteros et Rosine Trogan, « De la mode à l’histoire : le musée Galliera acquiert un corsage porté par la reine Marie-Antoinette. À Carnavalet, les souvenirs de la famille royale au temple », Collections parisiennes, no 1, décembre 1997, p. 22-24. Ce vêtement fut conservé, inséré parmi les pages d’un livre de comptes ayant appartenu à madame Éloffe, marchande de modes de la reine établie à Versailles, ayant succédé à sa tante madame Pompey. Passé de la famille Éloffe-Pompey à la famille Guénot, le livre-journal fut partiellement publié en 1885 par le comte de Reiset (Modes et usages au temps de Marie-Antoinette. Livre-journal de madame Éloffe, marchande de modes, couturière lingère ordinaire de la reine et des dames de sa cour, Paris, Firmin-Didot et Cie, 1885, 2 vol.), qui le compléta par une étude du corsage (t. I, p. 71-72). Passés en vente publique en 1997, le livre-journal a été acquis par les Archives nationales (AB XIX 44121 et 44122) et le corsage par le musée Galliera.

11  Pascale Gorguet Ballesteros, « Caractériser le costume de cour : propositions », dans Fastes de cour…, op. cit., p. 54-69 ; ici, p. 58-62.

12  Amalia Descalzo, « La permanence du panier dans les cours européennes », dans Fastes de cour…, op. cit., p. 72-77.

13  Charlotte-Élisabeth de Bavière, duchesse d’Orléans, dite princesse Palatine, Lettres de Madame, duchesse d’Orléans, née princesse Palatine, éd. par O. Amiel, Paris, Mercure de France, 1999, p. 48-49.

14  À l’opposé du costume de cour, le costume riche arlésien comporte, lui aussi, un ornement de cou également appelé palatine.

15  « Fournitures du trousseau de Madame la Comtesse d’Artois ordonnées par Madame la Comtesse de Bourbon Busset, dame d’atours, Mémoire de Madame Alexandre, marchande de modes, rue de la Monnaie à Paris, octobre 1773 », AN, T 2652-3.

16  « État des fournitures faites par Bertin du grand Mogol d’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon Busset, quartier d’avril 1779 », AN, T 2654-5 ; « État des fournitures faites par Bertin du Grand Mogol d’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon Busset, quartier de janvier 1780 », AN, T 2654-5.

17  F. A. de Garsault, L’art du tailleur, op. cit., p. 55-56.

18  Paris, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, papiers Rose Bertin, MS I, VII. Au sujet de Rose Bertin, voir Michelle Sapori, Rose Bertin, ministre des modes de Marie-Antoinette, Paris, Institut français de la mode/Éditions du Regard, 2003.

19Descriptions des arts et métiers, vol. 2, Les arts de l’habillement, op. cit.

20  Le sieur Sigly, installé quai de l’École à Paris, y prend d’ailleurs le statut d’ouvrier de la reine (AN, K 50625).

21  « Mémoires des ouvrages et fournitures faits pour le service de Madame la Comtesse d’Artois par l’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon-Busset par Sigly tailleur ordinaire, du 16 septembre 1776 », AN, T 2654-5.

22  « Mémoires des ouvrages et fournitures faits pour le service de Madame la Comtesse d’Artois par l’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon Busset par Sigly tailleur ordinaire, quartier de juillet 1775 », AN, T 2652-3 ; « Mémoires des ouvrages et fournitures faits pour le service de Madame la Comtesse d’Artois par l’ordre de madame la comtesse de Bourbon Busset par la Sigly couturière, quartier de juillet 1775 », AN, T 2652-3 ; « Mémoire des ouvrages de broderies livrés à Madame la Comtesse de Bourbon Busset pour Madame la Comtesse d’Artois par Mme Benoist, brodeuse rue St Martin à Paris », AN, T 2652-3 ; « Fournitures faites d’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon Busset dame d’atours, mémoire de madame Alexandre marchande de modes rue de la Monnoye à Paris, quartier de juillet 1775 », AN, T 2652-3. Suivant l’usage au xviiie siècle, les dépenses les plus conséquentes concernent l’étoffe et l’intervention de la marchande de modes.

23  « Mémoire des fournisseurs d’étoffes de soie faits pour le service de la garde-robe de Madame la Comtesse d’Artois, suivant les ordres de Madame la Comtesse de Bourbon Busset, par le Norman et Compagnie rue St Honoré quartier d’octobre année 1779 », AN, T 2654-5.

24  L’habit de mariage du prince héritier Gustave de Suède (1746-1792), par exemple, fut tissé à disposition. Voir Lena Rangström, « L’habit de noces français du prince Gustave de Suède » dans Fastes de cour…, op. cit., p. 230-233.

25  Frédérique Leferme-Falguières, Les courtisans : une société de spectacle sous l’Ancien Régime, PUF, 2007, p. 278-279 ; « États et mémoires de dépenses de la Garde-Robe de la Reine », 1779-1787, AN, K 50625.

26  « États et mémoires de dépenses de la Garde-Robe de la Reine », 1779-1787, « Garde-robe de la reine en novembre 1781 », AN, K 50625.

27  Kimberly Chrisman Campbell, « Mourning and La Mode at the Court of Louis XVI », Costume : The Journal of the Costume Society, no 39, 2005, p. 64-78.

28  « Mémoires des ouvrages et fournitures faits pour le service de Madame la Comtesse d’Artois par l’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon Busset par Sigly tailleur ordinaire, quartier d’octobre 1775 », AN, T 2652-3.

29  « Fourni pour le service de Madame la Comtesse d’Artois Livré d’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon Busset dame d’atours, quartier d’avril 1776 », AN, T 2654-5 ; « État des fournitures faites par Bertin du Grand Mogol d’ordre de madame la Comtesse de Bourbon Busset, quartier d’octobre 1776 », AN, T 2654-5.

30  « Fournitures du trousseau de Madame la Comtesse d’Artois ordonnées par Madame la comtesse de Bourbon-Busset dame d’atours, mémoire de Madame Alexandre, marchande de modes rue de la Monnaie à Paris, octobre 1773 », AN, T 2652-3 ; les grands habits et les robes de deuil ont fait l’objet d’une livraison indépendante et ne sont pas comptabilisés ici.

31  « États et mémoires de dépenses de la garde-robe de Marie-Antoinette, 1779-1787, État des grands habits, robes et polonaises nécessaires par année pour le service de la garde-robe de la reine, depuis 1779 », AN, K 50625.

32  Lesley Miller, « Les matériaux du costume de cour » dans Fastes de cour…, op. cit., p. 78-89.

33Vocabulaire français du Centre international d’étude des textiles anciens (CIETA), Lyon, CIETA, 1997, révisé en 2005, « Uni : tissu dont le rapport d’armure se répète sans interruption sur toute sa surface et qui est produit au moyen de lisses. Antonyme de façonné. », p. 52.

34  « Fournitures du trousseau de Madame la Comtesse d’Artois ordonnées par Madame la comtesse de Bourbon-Busset dame d’atours, mémoire de Madame Alexandre, marchande de modes rue de la Monnaie à Paris, octobre 1773 », AN, T 2652-3.

35  « Fournitures faites d’ordre de Madame la Comtesse de Bourbon Busset dame d’atours, mémoire de Madame Aledandre marchande de modes rue de la Monnaie à Paris, quartier d’octobre 1775 », AN, T 2652-3.

36  Danièle Véron Denise, « La broderie des costumes de cour en France de Louis XIV à Louis XVI » dans Fastes de cour…, op. cit., p. 90-96.

37  La vogue de ces taffetas et satins légers est encore mise en valeur par deux documents fameux complétés d’échantillons textiles : la « Gazette des atours de Marie-Antoinette » (AN, AE 16, 2) et la « Gazette des atours pour Madame Élisabeth, sœur de Louis XVI, gazette d’été » (1792, AN, AE 16, 3). Art et Commerce au service de Marie-Antoinette : les atours de la reine, Paris, Centre historique des Archives nationales, 26 février-14 mai 2001, Paris, Archives nationales, 2001 ; Gazette des atours de Marie-Antoinette : garde-robe des atours de la reine, gazette pour l’année 1782, Paris, Réunion des musées nationaux, 2006 ; Pascale Gorguet Ballesteros, « Marie-Antoinette et la mode », dans Marie-Antoinette : Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 15 mars-30 juin 2008, Paris, Réunion des musées nationaux, 2008, p. 258-261.

38  « Fournitures du trousseau de Madame la Comtesse d’Artois ordonnées par Madame la comtesse de Bourbon-Busset dame d’atours, mémoire de Madame Alexandre, marchande de modes rue de la Monnaie à Paris, octobre 1773 », AN, T 2652-3.

39  « Berthelot, Successeur de M. Portier, marchand de Madame la Dauphine, À la renommée des Dames de France, quartier octobre 1775 », AN, T 2652-3.

Top of page

Fig. 1 - Jean-Baptiste-André Gautier d’Agoty, Portrait de Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois, 1775, huile sur toile  : 86 × 60 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7853.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1325/img-1.jpg
image/jpeg, 92k
Fig. 2 - Claude-Louis Desrais, Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d’Artois, 1778, gravure aquarellée  : 27,5 × 18,2 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. GRAV 1973.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1325/img-2.jpg
image/jpeg, 304k
Top of page

References

Electronic reference

Pascale Gorguet Ballesteros, « Petite étude du grand habit à travers les mémoires quittancés de la comtesse d’Artois (1773-1780) », Apparence(s) [Online], 6 | 2015, Online since 25 August 2015, Connection on 30 September 2016. URL : http://apparences.revues.org/1325

Top of page

Author

Pascale Gorguet Ballesteros

Pascale Gorguet Ballesteros est conservateur en chef du patrimoine au musée Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris où elle est chargée de la collection de costumes xviiie siècle depuis 1991. Après s’être intéressée à l’histoire du jean du xviiie siècle à nos jours, elle a consacré, en 2000, une exposition au coton et la mode au xviiie siècle. En 2005, elle a organisé l’exposition «  Modes en miroir  : La France et la Hollande au temps des Lumières », qui comparait les collections du Gemeentemuseum de La Haye et les collections de Galliera. Elle a été commissaire adjoint de l’exposition «  Fastes de cour et cérémonies royales  : le costume de Cour en Europe 1650-1800 » qui s’est tenue au château de Versailles en 2009. Ses recherches actuelles ont plusieurs axes et portent sur la seconde moitié du xviie siècle et le xviiie siècle. Elle se consacre à l’étude de la mode masculine et féminine, à l’évolution du costume de cour et de ses usages ainsi qu’à la terminologie des vêtements et l’identification de leurs textiles.
Pascale Gorguet Ballesteros is curator at the Galliera Museum, the fashion museum of the city of Paris, where she is in charge of the eighteenth-century costumes collection. She has organized a number of exhibitions including the recent ‘Court Pomp and Royal Ceremonies : Court Dress in Europe 1650–1800’ at the Château de Versailles (2009).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page