Skip to navigation – Site map
Choix vestimentaires et garde-robes royales

Garde-robe de souverain et réseau international  : l’exemple de la Bavière dans les années 1680

Corinne Thépaut-Cabasset

Abstracts

The Royal Wardrobe and the International Network of Fashion : the Case of Bavaria in the 1680s - From the 1680s, French clothing influenced European dress and created an extensive international market. Foreign agents and ‘residents’ posted in France played a key role in the dissemination of these fashions. The agent, or ‘resident’, was the primary intermediary, and his function was to oversee orders and supervise the exportation of fashion goods and services to his home country and the royal person who employed him. His responsibilities included the finished products – textiles, cosmetics, accessories, jewelry, and wigs – as well as contact with the artisans themselves  : embroiderers, tailors, jewelers, and so on. These agents were employed by the royal personage to acquire everything necessary to furnish a wardrobe that would appear fashionable and/or modern. It was up to the agent to find the best suppliers, estimate costs, obtain royal passports, organize transport, register shipments with customs, see to their safe journey, select the best route – awaiting the recipient’s approval and the payment of bills by the treasurer. A series of documents recording the activities of a Bavarian agent provide an exceptionally complete picture of the resources available during the 1680s.

Top of page

Full text

  • 1  Corinne Thépaut-Cabasset, L’esprit des modes au Grand Siècle, Paris, éd. du CTHS, 2010.
  • 2  Nicolas de Blégny (sous le pseudonyme d’Abraham Du Pradel), Le livre commode des adresses de Paris (...)
  • 3  Gilles Chabaud, «  Images de la ville et pratiques du livre  : le genre des guides de Paris (xviie(...)
  • 4  Pierre Deyon, «  La production manufacturière en France au xviie siècle et ses problèmes », xviie(...)
  • 5  Lena Rangström et al., Modelejon Manligt Mode 1500-tal 1700-tal, Stockholm, Atlantis, 2002. Voir a (...)

1Les années 1670-1680 sont des années d’invention et de diffusion des «  modes nouvelles » françaises relayées par la presse1 et les livres d’adresses2, ainsi que par les guides de voyageurs3, qui en font la publicité et fournissent les adresses des marchands et artisans à Paris. L’innovation technique, la richesse des matériaux et l’excellence des savoirs et des métiers font de la France, et de Paris en particulier, le haut lieu de la création et des modes et du commerce de luxe, celui du textile et de la confection, du mobilier, des carrosses, et celui du développement des arts et de l’industrie. L’établissement des manufactures royales vise à assurer la suprématie française et à éliminer la concurrence étrangère en cherchant à produire et dépasser la qualité des produits accessibles sur le marché4. Toutes ces productions bénéficient pour leur diffusion à travers l’Europe des réseaux marchands, des circuits financiers et bancaires et des canaux politiques, par l’intermédiaire notamment des agents diplomatiques, résidents autorisés auprès des cours. Les souverains n’hésitent pas alors à mandater leurs banquiers, envoyés, agents et ministres à Paris, afin de leur fournir les renseignements les plus précis possibles sur les nouveautés apparues à la cour de Versailles et à Paris, et d’acheminer des garde-robes entières et toutes sortes de marchandises de luxe. Les collections royales et princières toujours conservées en Suède, au Danemark et en Saxe en offrent aujourd’hui les témoignages uniques5.

  • 6  Louis, Dauphin de France (1661-1711) et Marie-Anne-Christine de Bavière (1660-1690). Contrat de ma (...)
  • 7  Le mariage de la princesse de Bavière est l’une des clauses du traité de 1670 entre la France et l (...)
  • 8  Je remercie le Centre interdisciplinaire d’études et de Recherches sur l’Allemagne et Monsieur Pie (...)

2Dans le royaume de France, ces années sont marquées par plusieurs alliances dynastiques, dont celle du Dauphin de France avec la princesse de Bavière6. En 1680, ce mariage scelle le dernier point de la négociation du traité de paix de 1670 entre la France et la Bavière7. La négociation du mariage de la princesse Marie-Anne-Christine, sœur du futur électeur Maximilien-Emmanuel de Bavière (1662-1726), avec le Grand Dauphin, fils de Louis XIV, puis sa célébration marquent un point d’orgue entre les deux puissances. C’est autour de cet événement et des liens qui unissent ces protagonistes que s’articule cet article relatif au rôle de l’agent diplomatique dans l’achat et l’acheminement de produits de luxe vers une cour étrangère. Le choix de la Bavière s’est naturellement offert grâce à la découverte de sources abondantes et de documents très exceptionnels  : d’une part les documents politiques autour du mariage princier, conservés dans les archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, et d’autre part la correspondance du résident de l’électeur de Bavière à Paris, Martin Mayr, conservée dans les archives d’État à Munich8.

3Parmi la documentation politique se trouvent plusieurs «  mémoires » de «  hardes » destinées au prince-électeur Maximilien Emmanuel de Bavière. Ces mémoires, ou listes d’effets, nous renseignent sur le rayonnement de la mode vestimentaire française et le succès de ses productions dans une cour étrangère. Ces documents sont des rapporteurs précis, quantitatifs et qualitatifs, et nous informent sur la composition des garde-robes princières qui n’ont que très rarement été conservées, et pour lesquelles il ne subsiste bien souvent aucun inventaire hormis quelques comptes ou relevés de quittances de fournisseurs éparpillés dans les archives.

Martin Mayr von Oberschellang  : résident de la cour électorale à Paris

  • 9  Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, p. 649.

4Paris, devenue dans le dernier quart du xviie siècle la «  capitale européenne de la mode », contribue majoritairement à la circulation des marchandises en Europe, encourageant la prospérité des marchands et l’apprentissage des métiers de la mode  : les tailleurs, brodeurs, boutonniers, joailliers, cordonniers, perruquiers… Dans son livre Espions et ambassadeurs, Lucien Bély indique, dans le chapitre sur le passeport, que le secteur de la mode vestimentaire et de ses métiers est le plus actif à Paris au début du xviiie siècle, et que, parmi les passeports délivrés aux artisans se rendant à Paris en 1712, le corps de métier des tailleurs est le groupe le plus important, et laisse supposer que Paris était une étape nécessaire dans l’apprentissage des métiers de la mode9.

  • 10  Nicodème Tessin le Jeune, Les relations artistiques entre la France et la Suède, 1693-1718  : Nico (...)
  • 11  Martin Mayr (ou Meyer), arrivé à Paris en 1673. Munich, Bayerisches Hauptstaatsarchiv (dorénavant (...)
  • 12  De La Haye-Vantelet, ambassadeur extraordinaire à Munich. «  De La Haye de Ventelet, qui avait été (...)

5L’étude des correspondances politiques est très utile pour l’analyse des échanges culturels et économiques entre les cours. C’est sur la base des correspondances d’agents que Roger-Armand Weigert avait étudié les relations artistiques entre la France et la Suède à l’aube du xviiie siècle, grâce à celle du résident suédois Cronström avec le ministre Tessin à Stockholm10. La correspondance de Martin Mayr von Oberschellang, résident de l’électeur de Bavière en France de 1673 à 168911 avec Caspar Hueber, conseiller et secrétaire de l’électeur de Bavière à Munich, et celle de l’ambassadeur français à Munich, De La Haye12, avec Louis XIV et le secrétaire d’État aux Affaires étrangères à Paris, viennent particulièrement enrichir les informations contenues dans les passeports sauvegardés. Ce corpus de plusieurs centaines de lettres, écrites durant quatorze années de résidence à Paris au service de l’électeur de Bavière, est un témoignage particulièrement riche sur le commerce de luxe à Paris au xviie siècle. Il y est largement sujet des commandes de l’électeur, de la gestion des achats, des négociations avec les marchands et artisans, de l’intervention de la Dauphine, des démarches administratives et financières touchant à la déclaration des objets expédiés de Paris vers Munich et à l’obtention des passeports indispensables.

Des «  Mémoires de hardes »  : les documents nécessaires à l’exportation des produits de luxe

  • 13  Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant tous les mots François, tant vieux que moderne (...)
  • 14  Voir L. Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., 3e partie, chap. iv.
  • 15  Paris, Archives des Affaires étrangères (dorénavant AAE), C.P. Bavière, supplément 1, fo 209.
  • 16 L. Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 643.

6Ces «  effets », ces «  hardes » royales et princières, ainsi nommées dans les sources, signifient selon le dictionnaire d’Antoine Furetière, «  habits et meubles portatifs dont on fait des paquets lorsqu’on voyage »13. Ces objets de consommation destinés à être exportés hors du royaume étaient soumis à déclaration et à des droits de franchise, et devaient circuler avec des documents douaniers, sorte de saufs-conduits, ou passeports. Les passeports, ou laissez-passer, n’ont pas fait l’objet de sauvegardes systématiques. Ces documents, qui pourtant accompagnaient les marchandises et régulaient toute une exportation de produits de luxe, n’ont que très rarement été étudiés14. Le cas de la Bavière reste exceptionnel puisque les archives diplomatiques conservent dix passeports établis entre 1680 et 1687 concernant l’envoi de marchandises commandées par l’électeur à Paris. Ce sont des «  mémoires », ou listes sommaires d’habits, d’étoffes et d’accessoires de vêtements (perruques, souliers, gants, bas, cannes, peignes, rasoirs, ciseaux), de produits cosmétiques ou de soin (ciseaux, épingles, poudres, essences, eau de la reine de Hongrie), mais aussi d’objets d’art (des peintures et portraits), d’objets d’orfèvrerie (toilette et mobilier d’argent, boîtes en or, montres et bijoux), de meubles, d’équipages (carrosses, harnais de chevaux), d’armes de chasse ou d’apparat (couteaux, épées d’or), des coffres et cassettes, étuis divers, d’instruments de musique, de livres, et denrées alimentaires (chocolat, confitures), «  le reste de veilles hardes »15. Ces «  mémoires » énumèrent et déclarent les marchandises décrites assez sommairement, sauf pour indiquer leur quantité, nombre, qualité, matière et couleur. Lucien Bély remarque que «  le passeport exerce une surveillance politique ou policière, mais non économique »16  ; en effet aucune valeur financière n’est indiquée dans ces documents.

  • 17  Voir glossaire dans C. Thépaut-Cabasset, L’esprit des modes au Grand Siècle, op. cit., p. 128.
  • 18  Voir Barbara Spadaccini-Day, «  La poupée, premier mannequin de mode », dans Fastes de cour…, op.  (...)

7Dans les passeports étudiés ici, les vêtements représentent la part la plus importante des objets expédiés. Un grand nombre est masculin, mais on rencontre aussi des vêtements féminins et même d’enfant. Il s’agit d’habits complets, de vestes, justaucorps, manteaux, jupes, corps de robe, accompagnés de paires de bas (par douzaines), de souliers (plusieurs paires), de chapeaux (aussi par douzaines), de bottes (plusieurs paires), de gants (plusieurs douzaines de paires), d’accessoires et agréments (telles que garnitures, dentelles, volants et rubans) pour les vêtements, de tours de plumes pour chapeaux, de bonnets, de coiffes, robes de chambre d’indienne, de gros de Tours, de brocard ou de satin de la Chine17. On rencontre aussi des aulnes d’étoffes pour la confection (du drap pour des justaucorps par exemple, dont on peut supposer que les différents habits envoyés permettaient d’en dresser des patrons afin d’en refaire d’autres sur place, sans avoir à les faire venir tout prêts de Paris), enfin, des cravates et des nœuds de rubans, des franges et des galons, des écharpes et étoles, de «  grandes » poupées habillées, pour jouer mais aussi pouvant servir de modèles d’habillement18.

8Dans ces listes de «  hardes » les matériaux sont très riches. La broderie, l’or et l’argent filé dominent ainsi que la soie, le brocard ou la laine, les chapeaux de castor, la dentelle fine de Flandre, les points de France et la dentelle métallique de point d’Espagne. Les étoffes sont de diverses couleurs, certaines particulièrement précieuses  : beaucoup de blanc et de noir (avec des boutons d’or), et aussi du gris – et une préférence pour les couleurs feu, rose et écarlate pour les doublures – du violet pour des vestes et du bleu pour les justaucorps, des rayures pour des cravates, du bleu, du gris, du vert, du blanc et du noir pour les vêtements féminins. Il y a aussi de grandes quantités de pièces de vêtements mobiles, comme des manches et manchettes, des objets brodés comme les baudriers, selles et housses pour le cheval.

Voyager «  en toute sûreté »  : le contrôle des marchandises

9La circulation hors du royaume de ces produits coûteux et précieux est forcément placée sous étroite surveillance par les autorités royales, et nécessite un document visé par lesdites autorités. Antoine Furetière définit le passeport comme la «  lettre ou brevet d’un prince ou d’un commandant, pour donner liberté, sûreté, et sauf-conduit à quelque personne pour voyager, entrer, et sortir librement sur ses terres ». Ces «  mémoires » sont des passeports ou laisser-passer de marchandises et d’effets royaux. Il s’agit donc d’un certificat des autorités pour la libre circulation des marchandises hors de France valant permission officielle.

  • 19 L. Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 611.
  • 20  Paris, AAE, C.P. Bavière, suppléments 1 et 2.

10Le «  mémoire » est «  visité » et certifié véritable par un commissaire du bureau de la douane de Paris  ; c’est un document douanier d’exportation de marchandises qui vaut déclaration de douane. Ce document visé par les autorités est «  un acte de souveraineté, une volonté royale »19, qui permet la circulation «  en toute sûreté », et ordonne à tous les gouverneurs de n’y donner aucun empêchement, défend aux fermiers des douanes de prendre et exiger aucuns droits pour le passage et la sortie des objets décrits20. On peut donc considérer ce «  mémoire » comme une liste de bagages où l’exemption des droits les assimile à une valise diplomatique, libre de droits et de circulation dans et hors du royaume.

Le «  passeport nécessaire du Roi »  : une faveur royale

  • 21  Même constat fait par L. Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 635.
  • 22Ibid., p. 636  ; Ezechiel Spanheim, Relation de la cour de France en 1690, éd. É. Bourgeois, Paris (...)
  • 23  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 128. Voir la lettre de Martin Mayr à Caspar Hueber de Paris l (...)
  • 24  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 127ro, 22 mai 1685.

11Après vérification et visa du responsable des douanes, le «  mémoire » est apporté au roi pour signature. Ces hardes, véritables objets de luxe, destinées à un prince, échappent de ce fait et par leur statut aux droits douaniers21. Cette exemption est une faveur royale limitée au cercle des souverains, de leurs proches et de leurs représentants. Elle se veut un signe de bienveillance et de devoir international, l’affranchissement des droits étant mis sur le compte du roi22. Cette faveur représentait, d’après le témoignage du résident de Bavière à Paris en 1685, une économie de six pour cent de la valeur marchande des objets expédiés, «  une somme considérable »23. Martin Mayr emploie ses «  soins » et son «  industrie » à ménager les droits qu’il faudrait «  payer pour toutes les emplettes […] pour SAE »24. À défaut d’un passeport du roi, qui signifie franchise douanière, les droits sont à acquitter aux fermiers généraux.

  • 25  Munich, BayHStA, GHA, KS 6480, fo 18, 5 février 1686.

12Une fois le contenu déclaré à la douane, le passeport garantit que les caisses, ou ballots et paquets plombés, ne soient pas ouverts en cours de route. C’est une préoccupation constante de la part de la Dauphine de s’assurer que les paquets, ou bagages envoyés vers son frère l’électeur, ne soient pas ouverts après plombage. À plusieurs reprises, dans sa correspondance, le résident de Bavière rappelle l’insistance et la préoccupation de la Dauphine à ce sujet. En février 1686, après avoir fait visiter par le commis de la douane les hardes que Madame la Dauphine fait expédier à Munich, Mayr se doit «  d’avoir soin qu’on exigea aucune ouverture »25.

13Le résident de Bavière, protégé par son statut et bien introduit en cour grâce à la Dauphine, utilise tout un réseau dont il connaît les rouages afin d’exécuter au mieux les ordres qu’il reçoit de son souverain. Il écrit  :

  • 26  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 102, Mayr à l’électeur, Paris, 11 mai 1680.

Les démarches des journées qui ne se font pas sans dépenses de voiture pour solliciter un passeport pour les hardes […] ayant eu soin de faire plomber de la douane les hardes et de prendre de messieurs les intéressés leurs passeports nécessaires afin que les hardes n’aient aucun empêchement à la sortie du royaume, par mon crédit ils ont reçu ma soumission de fournir le passeport nécessaire du Roi pour leurs décharges, ce que j’ai cru être obligé de vous rendre compte afin qu’une autre fois SAE envoie quelques personnes de qualité que l’on le charge de prendre mes informations si SAE juge que mes services soient nécessaires26.

  • 27  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 18, 27 septembre 1681.
  • 28  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 364 vo, 5 avril 1681  ; fo 377, 26 avril 1681.
  • 29  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 67 ro, 21 juin 1684.

14Mayr emploie donc tous ses soins auprès des «  messieurs les intéressés des douanes »27 et fait partir les paquets par la première commodité, accompagnés d’un passeport de la douane28. Il signale aussi que le déplacement d’un commis des douanes pour venir visiter les hardes et les plomber, est un privilège réservé aux ambassadeurs, envoyés et résidents29.

«  Une expresse commodité »  : l’expédition et le transport des marchandises

  • 30  Munich, BayHStA, GHA, KS 6480, fo 13, 29 janvier 1686.
  • 31  N. de Blégny, Le livre commode…, op. cit., t. II, p. 172.

15Les hardes circulent dans une malle emballée et plombée, consignée à la messagerie et chargée sur le carrosse, port payé jusqu’à Strasbourg. Ensuite un correspondant local, possiblement un banquier, reçoit la responsabilité de retirer les malles, ou ballots de hardes, et de les expédier de Strasbourg vers Munich en diligence par «  une expresse commodité »30. Le livre commode des adresses de Paris indique que la messagerie des «  carrosses d’Allemagne » se trouve rue Jean-Robert à Paris31.

  • 32  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 18 vo, 22 février 1684.
  • 33  Voir Eugène Vaillé, Histoire générale des postes françaises, t. IV, Louvois, surintendant général (...)
  • 34  Monsieur Vampl est mentionné dans la correspondance.
  • 35  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 77. Isaac Commerell, banquier, sert de correspondant à Strasbour (...)

16Plusieurs voies sont possibles pour l’acheminement des paquets, par la poste (deux perruques pour SAE sont emballées dans une boîte, consignée au maître des Postes Rouillier, pour la faire partir par la poste32), «  l’ordinaire »33, et la voie des marchands par Cologne34, par la voie des carrosses de Strasbourg, par le retour d’envoyés en missions spéciales ou de courriers particuliers de l’électeur de Bavière en France. La responsabilité du résident, comprenant le port payé, ne concerne que la partie du trajet sur le territoire français. Passée la frontière les correspondants, banquiers, sont chargés du reste35.

  • 36  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 5vo, 18 janvier 1684.
  • 37  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 72.
  • 38  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 75vo, 4 juillet 1684.

17Une fois la déclaration et les droits acquittés ou exemptés (par le roi), divers emballages sont possibles (caisses, malles, ballots). Afin que les paquets ne soient pas ouverts, ils sont plombés à la douane puis transportés à la messagerie «  avec le passeport nécessaire »36. Au bureau des messageries, Mayr consigne les caissettes plombées de la douane37. La durée du transport est évaluée à douze jours pour se rendre de Paris à Strasbourg en carrosse38.

Les «  nouveautés » des «  quatre saisons de l’année »  : le rythme des envois

  • 39  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 192 vo-193 ro.
  • 40  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 195 ro.
  • 41  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 209 ro  ; 219 ro-220ro.
  • 42  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 227 ro-229 ro.
  • 43  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 239 ro-240 vo  ; 262 ro-vo.

18Le renouvellement des garde-robes est saisonnier, soit deux fois par an, au printemps et à l’automne  ; la mode suit ces changements saisonniers. Cette cadence se retrouve dans les «  mémoires de hardes » ou passeports conservés  : septembre 168139  ; décembre 168240  ; avril et novembre 168341  ; avril 168442  ; mai et décembre 168543  ; janvier et

  • 44  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 2, fo 20 ro-vo  ; 58 ro-vo.

19octobre 168744.

  • 45  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 27. 1er novembre 1681.

20L’arrivée de nouveautés dans les modes est propice à des propositions d’acquisition faites par le résident pour l’électeur de Bavière. Il écrit  : «  Les quatre saisons de l’année on a ici des nouveautés des plus riches et des plus beaux rubans dont on fait différentes sortes de belles garnitures, si je savais que SAE le trouverait bon j’en enverrai »45. Le résident se donne aussi l’occasion de certaines initiatives  :

  • 46  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 36 vo. 2 décembre 1681.

J’ai fait faire une garniture de rubans des plus nouveaux et à la mode selon la saison, laquelle j’enverrai dans trois jours, quant à ce qui regarde les échantillons de rubans, j’en enverrai si l’on me l’ordonne, mais je vous dirai que l’on ne les peut pas si bien assorti que quand on voit les pièces entières, de sorte que si SAE l’agréait de mander les couleurs qu’il souhaite46.

  • 47  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 127 vo, 22 mai 1685.
  • 48  Marie-Antoinette (1669-1692), fille aînée de l’empereur Léopold Ier.
  • 49  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 239 ro-240 vo.

21L’analyse des marchandises expédiées reste à approfondir, mais l’envoi de vêtements de Paris vers la cour de Bavière semble très régulier entre 1680 et 1688. Ce sont des commandes, des achats «  ordinaires » qui répondent certainement à des renouvellements saisonniers de garde-robes. D’autres peuvent être des présents de la Dauphine à son frère, permettant par ce biais de faire connaître de nouvelles productions françaises et d’en encourager la commande, d’autres encore sont des commandes extraordinaires pour un opéra et pour le mariage de l’électeur. En 1685, le premier valet de chambre, le sieur Pistorini, est envoyé à Paris «  faire les emplettes pour les noces »47 de l’électeur avec la fille aînée de l’empereur48. Le mémoire comporte une liste impressionnante sur quatre pages d’effets vestimentaires très riches et en très grand nombre (probablement destinés aux souverains et à leur suite) assortis d’accessoires et de divers objets de toilette et de soin du corps, d’un «  grand carrosse sur son train » sculpté, peint, doré et garni de velours brodé or et argent, accompagné de six harnais et d’une chaise à porteur pareillement ornés, de deux grandes poupées habillées de soie fausse (peut-être pour servir de modèle), de la garniture d’un lit à rideaux, courtepointe, fond de lit, sièges pliants, fauteuils et tenture, le tout de brocart cramoisi à fleurs d’or et argent enrichi de broderie, franges, molet et crépine, bouquet et campane en or et argent fin49.

Être honoré des «  commissions » de Son Altesse électorale  : le rôle du résident

  • 50  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 291, 19 janvier 1681.

22La correspondance du résident Mayr nous renseigne sur ses missions quant aux achats pour l’électeur et sur le partage des responsabilités délicates de la représentation publique et de l’apparence du souverain, faisant rejoindre domaine politique et domaine privé. Il écrit  : «  Je souhaiterai d’avoir le bonheur d’être dans les bons sentiments de SAE et qu’il m’honorera une seule fois de ses commissions »50. Le résident revendique sa position stratégique en recommandant à l’électeur de s’adresser directement à lui plutôt que de laisser ses envoyés négocier ses achats, car il connaît mieux les réseaux sur place et de ce fait peut permettre d’économiser du temps et de l’argent sur l’achat de ces produits coûteux. Il dénonce aussi les rumeurs qui circulent dans le milieu des marchands parisiens, dont on dit

qu’il y a quelques personnes qui sont allées en Bavière pour s’insinuer à la cour de SAE pour solliciter d’être employé aux commissions que SAE aura besoin […] et même il en a un qui a écrit qu’on lui a donné ordre de faire faire une garniture de diamants pour un justaucorps. Ils ont déjà averti plusieurs marchands avec tant d’intrigues qu’il est très évident qu’ils y gagneront des sommes considérables dessus qu’on pourrait ménager.

  • 51  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 102 ro-vo, 27 mars 1685.

23Mayr «  ne doute pas que si SAE et la chambre en étaient informé, on ne se servirait que de ses propres domestiques qui sont, il y a longtemps, dans son service »51, ce qui éviterait une surenchère des produits.

  • 52  Paris, AAE, C.P. Bavière, 30, fo 236 vo. De Monsieur De La Haye au roi, Munich 22 décembre 1679.
  • 53Mercure galant, mars 1680, II, p. 62.
  • 54  Paris, AAE, C.P. Bavière, 33, fo 257 ro. Monsieur De La Haye au roi, Munich, le 17 juillet 1680.

24En 1679, des habits sont commandés à Paris pour le prince et la princesse de Bavière. C’est à l’ambassadeur de France en Bavière mais surtout à son épouse, restée à Paris, et de fait mieux informée sur ces affaires, que la cour de Bavière s’adresse alors pour les choisir. Un valet de chambre de son altesse électorale, Monsieur Pistolin, envoyé en France en décembre 1679 pour rapporter à Munich pour la célébration du mariage «  des habits et autres choses pour la princesse et pour le prince », reçoit donc l’ordre de s’adresser à Madame de La Haye, femme de l’ambassadeur de France en Bavière, pour choisir les étoffes pour la future Dauphine52. Le Mercure galant, en mars 1680, relate à ce sujet que le roi, l’ayant su, il ordonnera que l’on en prenne soin53. En 1680, un habit envoyé par la dauphine impressionne fortement l’électeur54. L’automne de la même année, la dauphine souhaite en envoyer deux autres, et

  • 55  Paris, AAE, C.P. Bavière, 34, fo 345 vo-346 ro. Monsieur De La Haye au roi, Munich, le 28 septembr (...)

le page Rivera […] envoyé à Monsieur l’électeur par Madame la dauphine […] doit rapporter deux habits pour son maître, quelques bagatelles et des enjolivements pour des jupes qui seront, comme je crois, pour la demoiselle Praising que Monsieur l’électeur aime toujours55.

  • 56  Paris, AAE, C.P. Bavière, 34, fo 345 vo-346 ro. Monsieur De La Haye au roi, Munich, le 28 septembr (...)
  • 57Ibid.

25La femme de l’ambassadeur sert une fois encore d’intermédiaire, et «  doit choisir tout cela sur un mémoire qui a été donné au page » suivant les instructions de la Dauphine56. Le 23 octobre 1680, De La Haye raconte que, lors d’une audience, l’électeur lui montre les deux habits magnifiques que la femme de l’ambassadeur lui a fait faire, et dont il paraît très satisfait57.

26Le résident de l’électeur compte bien démontrer qu’il est un intermédiaire bien informé et bien placé, faisant valoir ses compétences et ses connaissances en la matière, afin d’inciter l’électeur à lui confier ses commissions. En octobre 1680, Martin Mayr fait envoyer à Munich des exemples qui pourront être vus et jugés sur pièce, et lui permettre ainsi de recueillir les suffrages pour s’occuper de ce genre de commission  :

  • 58  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 255. Mayr, 14 octobre 1680.
  • 59  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 291, 19 janvier 1681.

Il y a un mois que j’envoyai à Monsieur le baron de Rechberg une petite balle dans laquelle il y a deux très jolis et des plus propres habits qu’il y aient à Paris avec tous les assortiments nécessaires58.
[Il] ne doute pas que s’il a mis le jour de l’an ces deux habits et qu’il aie paru en Cour, il aura été discerné des autres. Il n’y a rien de si propre de si nouveau et de si beau et bien fait59.

  • 60  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 89 vo, 27 mai 1682.

27Il signale que d’autres souverains passent commande à Paris pour leurs garde-robes, et que «  si SAE souhaite des habits l’on les pourrait envoyer. SA de Saxe en a fait faire ici qu’on lui envoie »60.

«  Un soin particulier » accordé par le résident aux achats

  • 61  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 50 vo, 18 mars 1682.

28Le résident s’empresse en effet de connaître les goûts de l’électeur pour mieux le satisfaire, proposant d’envoyer des échantillons afin de recevoir ses ordres. La question des rubans, dont l’emploi est abondant sur les habits, semble particulièrement d’importance quant à leur choix, et suscite une grande attention. Il écrit  : «  On fait présentement des très beaux rubans riches et à la mode si bien que, s’ils ne font point trop grand volume je prendrai la liberté d’en envoyer quelques échantillons par le premier ordinaire »61. Et de demander des précisions pour ajuster et faire les meilleures propositions  :

  • 62  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 60, avril 1682.

Le marchand qui m’avait averti qu’il avait toutes sortes de beaux rubans des plus riches des plus nouveaux et à la mode, m’a dit qu’il n’en pouvait point couper d’échantillon parce qu’il ne les pouvait pas garder si longtemps car, devant qu’il eusse réponse ils seraient vendus et l’on en fait tous les jours des nouveaux mais si SAE avait la bonté de mander les couleurs lesquelles lui sont les plus agréables, et si c’est pour habits à la Reingrave, ou à bas retroussé, l’on les assortirait et en ferait différentes garnitures62.

  • 63  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 89 vo, 27 mai 1682.

29Enfin, le résident le rassure quant à son choix : «  des personnes qui l’on vu m’on dit qu’il n’y avait pas des plus belles et mieux assorties que celles que j’envoie à SAE. Elles partiront par le carrosse de Paris qui va à Strasbourg »63.

  • 64  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 4 vo, 24 mai 1681.
  • 65  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 6, 31 mai 1681.
  • 66  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 38 vo, 6 décembre 1681.
  • 67  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 275ro, 6 juillet 1683.
  • 68  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 235 ro, 6 avril 1683.

30Quand les ordres donnés par l’électeur pour la commande d’effets vestimentaires et d’habits arrivent à Paris, le résident y apporte tout le soin possible  : «  Quant à ce qui regarde ce qu’il m’a été donné ordre d’apporter à SAE, j’en ai un soin particulier de choisir quelque chose de beau et de nouveau que SAE aura satisfaction »64  ; «  Aujourd’hui les deux vestes et les 4 différentes garnitures de rubans que SAE m’a ordonné de lui apporter seront achetées, j’espère que SAE les trouvera tout à fait belle et à son gré »65  ; «  la garniture de rubans que SAE m’a ordonné est une des plus riches à la mode, je l’ai recommandé qu’on l’envoie à part par les carrosses, qui vont droitement à Strasbourg, et de là par la première commodité que l’on trouvera. Je ne doute pas que SAE n’en soit bien contente et qu’elle me fasse l’honneur de me charger pour d’autres choses »66. Néanmoins, c’est essentiellement à la Dauphine de France que «  SAE de Bavière » prie «  de lui choisir »67 les bijoux et hardes qui sont envoyés à la cour de l’électeur, et dont le résident Mayr reçoit les «  billets de ce que coûteront les habits que SAE a prié Madame la dauphine de lui faire faire »68.

31Tout ce qui était «  nouveau » ou «  à la mode » pouvait donc être acheté et expédié de France vers l’électeur grâce au soin de son résident à Paris, grâce à son réseau et à celui de la dauphine, gage de qualité. C’est en effet à la Dauphine, proche du roi, qui agit en véritable promoteur des modes françaises, que revient le choix des habillements de l’électeur, Martin Mayr se trouvant dans ce cas relégué à l’exécution des commissions, leur acheminement et au règlement des factures.

Marchands fournisseurs, «  mémoire des billets des marchands » et gestion des factures

  • 69  N. de Blégny, Le livre commode…, op. cit., t. II, p. 24-25.
  • 70Ibid., t. II, p. 29.
  • 71Ibid., t. II, p. 59.
  • 72  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 84 ro, 18 juillet 1684.

32Pour le commerce des habillements, les fournisseurs à Paris se trouvaient dans les quartiers des Halles et Saint-Honoré. Les marchands qui font les garnitures de rubans ont, quant à eux, leurs boutiques dans les cours, salles et galeries du Palais royal69. Le célèbre marchand de rubans, Perdrigeon, «  marchand du palais », évoqué par Molière dans Les Précieuses ridicules, y tient boutique Aux quatre vents70 et fournit une partie des achats faits pour l’électeur de Bavière. Le tailleur Lalande, choisi par Mayr pour le service de l’électeur, fait partie des tailleurs pour hommes «  qui sont d’ailleurs renommés pour bien travailler », d’après Blégny71. Le résident s’emploie à toujours préciser l’origine des fournisseurs choisis  ; la mention de «  fournisseur ou marchand du Roi » est un label de qualité. Il joint à l’une de ses lettres un échantillon «  qu’un marchand qui fournit la garde-robe du Roi » lui a donné pour envoyer à SAE, «  et si elle lui agréait on en ferait faire deux vestes. » S’assurant toujours le contrôle le plus avisé, il l’a fait voir à Madame la Dauphine qui l’a trouvé «  bien joli »72.

  • 73  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 275, juillet 1683.
  • 74  « prés la Croix du Tiroir », N. de Blégny, Le livre commode…, op. cit., t. I, p. 247.
  • 75  « quay de l’Orloge », ibid.
  • 76  « les frères Sehut, [rue Dauphine], ont un particulier talent pour les petits Ouvrages et Bijouter (...)
  • 77  « la Fresnaye, rue Saint-Honoré », ibid., p. 237.
  • 78  « Laisgu, rue saint Honoré », ibid. «  Les éventails à la mode sont de taffetas de différentes cou (...)
  • 79  Voir note 71.
  • 80 «  Maillard rue saint Mederic », N. de Blégny, Le livre commode…, op. cit., t. II, p. 36.
  • 81  Voir note 70.
  • 82  « le Clerc rue saint Denis aux Balances », N. de Blégny, Le Livre commode…, op. cit., t. II, p. 20
  • 83  « Il y a une fabrique royale établie nouvellement à Saint-Maur près Paris par le sieur Charlier, o (...)
  • 84  Monsieur Gaultier «  de la Couronne » rue des Bourdonnois  : Mercure Galant, octobre 1678, et Livr (...)

33La correspondance de Martin Mayr nous livre dans un mémoire récapitulatif la liste des marchands auprès desquels les achats sont faits en 1683 par la Dauphine pour l’électeur de Bavière73  : à Poirier74, Fertullier, Catillon75, Seheult76 et Delafresnay77, joailliers et orfèvres, à Lesgut, marchand d’éventails78, au tailleur Lalande79, au gantier Maillard80, à Perdrigeon pour les bas de soie81, à Pasquier, «  marchand rubanier de la garde-robe du Roi », à Leclerc pour les dentelles82, à Gueret, boutonnier, à Marcelin Charlier pour les soies d’or et d’argent83 et à Gaultier pour les draps de soie84.

  • 85  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 275, juillet 1683.
  • 86  « Mémoire des hardes… »  : Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 209.

34Ce «  mémoire des billets des marchands qui ont fourni les bijoux et hardes que SAE de Bavière a prié Madame la dauphine de luy choisir lesquelles ont esté envoyé par M. le chevalier Operti » est une des rares pièces réunies à la correspondance de Mayr qui détaille les coûts des marchandises. Celui-ci représente un total de 7 332 livres 4 sols (dont 171 livres pour la confection des habits, 166 pour les bas de soie, 58 pour les paires de gants, 569 pour les rubans, 616 pour les dentelles or et argent, 730 pour les boutons, 731 pour les soies d’or et d’argent, et 1 495 pour les draps de soie, le reste correspondant aux objets d’or et diamants)85. Le passeport accompagnant ces marchandises, sans comprendre leurs valeurs financières, les énumère tout en les décrivant  : un habit à fond d’or couleur rose broché d’or et d’argent, un habit gris d’étoffe de laine garni d’un petit galon d’argent, la veste de satin garnie de boutons d’argent, un autre habit d’étoffe à fonds d’argent garni d’un point d’Espagne or et argent, cinq paires de bas de soie brochées or et argent, une paire de manches brodées, un manchon or et argent, trois boîtes à mouches, treize étuis à ciseaux et cure dents, une tabatière, un petit miroir, deux petits flacons et une cassette d’or, dont deux garnis de petits diamants. Des vêtements de soie  : un justaucorps, deux culottes et une veste d’étoffe brochée de soie, une paire de gants à franges de soie, quatre autres paires garnies de franges et dentelle fine, une livre de dentelle et galon or et argent, six pièces de rubans, et cinq paires de bas de soie et des aulnes de diverses étoffes86… La correspondance du résident comprenant les pièces comptables jointes, confrontée au passeport conservé, permet ainsi de donner une idée complète et concrète tant sur les objets achetés et expédiés, que sur leur valeur marchande et les fournisseurs sollicités.

  • 87  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 256 ro, 11 mai 1683.
  • 88  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 256ro, 11 mai 1683.
  • 89  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 256vo, 11 mai 1683.

35L’électeur donne ordre à Mayr «  de payer les habits » et de recevoir «  les billets des marchands de ce coûteront les habits », qu’il a prié «  Madame la dauphine de lui faire faire »87. Mayr se déplace à Versailles afin de récupérer les billets auprès de la dauphine, et bien qu’il n’ait ni «  eu connaissance ni vu ce qui a été fourni » a trouvé bon de rédiger un mémoire «  corrigé » ce de qu’il a cru pouvoir «  payer raisonnablement », et a réglé «  une partie des plus pressés »88. Enfin, Mayr propose de réaliser quelques économies en recommandant à l’électeur que lorsqu’il «  enverra faire quelques emplettes par Madame la dauphine qu’elle donne de les porter » par lui «  ou par celui qu’il commettra pour les lui faire choisir et après en avoir fait faire le marché car tous les marchands qui sont obligés de conduire leurs marchandises eux-mêmes ne peuvent pas faire ce voyage en cour sans faire de grande dépense qu’ils mettent en compte »89.

36Pour conclure, la diversité, la qualité et la nouveauté des produits fabriqués et/ou vendus par les marchands font bien sûr le succès du marché parisien. Le choix des acquisitions du souverain reste une affaire d’État qui ne peut entièrement être confiée à un résident électoral si fidèle soit-il, qui se voit davantage confier la gestion financière des commissions et leur bon acheminement que la responsabilité du choix des achats. Les liens privilégiés que continue à entretenir l’électeur de Bavière avec sa sœur la Dauphine de France, lui permettent de bénéficier d’un réseau de marchands, artisans et fournisseurs haut de gamme, souvent fournisseurs de la cour, et d’obtenir certains privilèges et avantages quant à ses approvisionnements en produits de luxe.

  • 90  Philip Mansel, Dressed to Rule  : Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, New Have (...)
  • 91  Voir Natacha Coquery, «  Qu’est-ce que le «  remarquable » en économie  ? La boutique dans le pays (...)

37L’importance accordée à l’apparence vestimentaire du souverain, à sa représentation publique, s’accompagne d’un accroissement de la consommation de luxe destinée à fasciner une société90. Le passeport, pourvu d’une franchise des droits de douane, est un système qui permet d’encourager le commerce de luxe, la prééminence des productions françaises et la circulation des marchandises venues de Paris vers les cours étrangères. Mais ces documents précieux restent limitatifs. Ils sont parfois heureusement complétés par les informations fournies par les correspondances entre le résident en cour et son souverain. La correspondance de Martin Mayr, sans comporter les factures, ni les échantillons mentionnés, ni les dessins évoqués dans ses lettres, rappelle et justifie les commandes de l’électeur, les quantités et les frais engagés ou à payer, et permet d’en connaître la valeur financière et les circuits marchands, les adresses et fournisseurs qui n’apparaissent pas dans les passeports. Les ressources proposées par les indicateurs d’adresses de l’époque, tels que l’almanach des adresses de Paris ou la presse du temps comme Le Mercure galant offrent un panel représentatif du commerce de luxe à Paris dans le dernier quart du xviie siècle, même s’il s’agit davantage d’annonceurs publicitaires que de recenseurs exhaustifs des marchands parisiens91.

38Cette contribution est une première ébauche d’étude sur l’approvisionnement des garde-robes royales et les réseaux internationaux. Il reste à analyser plus finement les marchandises sélectionnées et expédiées, et mener une investigation complète au minutier central des notaires à Paris, aux archives commerciales de la ville de Paris et aux archives du ministère des Affaires étrangères à Paris. Un tableau des consommations vestimentaires royales et princières dans les différentes cours d’Europe entre 1670 et 1700 serait un grand apport dans la connaissance de la mode à la fin du xviie siècle.

École française, Louis XIV et le Grand Dauphin devant la grotte de Thétys (détail), vers 1684, huile sur toile  : 96 × 96 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV8075. © RMN (château de Versailles)/Hervé Lewandowski - La dauphine Marie-Anne Christine de Bavière, descendant les marches, accompagnée de son fils aîné le duc de Bourgogne.

Top of page

Notes

1  Corinne Thépaut-Cabasset, L’esprit des modes au Grand Siècle, Paris, éd. du CTHS, 2010.

2  Nicolas de Blégny (sous le pseudonyme d’Abraham Du Pradel), Le livre commode des adresses de Paris pour 1692, éd. É. Fournier, Paris, P. Daffis, 1878 [Paris, Veuve de D. Nion, 1692], 2 vol. 

3  Gilles Chabaud, «  Images de la ville et pratiques du livre  : le genre des guides de Paris (xviie-xviiie siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45-2, avril-juin 1998, p. 323-344.

4  Pierre Deyon, «  La production manufacturière en France au xviie siècle et ses problèmes », xviie siècle, no 70-71, 1966, p. 47-63.

5  Lena Rangström et al., Modelejon Manligt Mode 1500-tal 1700-tal, Stockholm, Atlantis, 2002. Voir aussi Fastes de cour et cérémonies royales  : le costume de cour en Europe 1650-1800, dir. P. Arizzoli-Clémentel et P. Gorguet-Ballesteros, Versailles/Paris, Château de Versailles/RMN, 2009.

6  Louis, Dauphin de France (1661-1711) et Marie-Anne-Christine de Bavière (1660-1690). Contrat de mariage ratifié à Saint-Germain-en-Laye le 7 janvier 1680, Munich le 27 janvier 1680.

7  Le mariage de la princesse de Bavière est l’une des clauses du traité de 1670 entre la France et la Bavière. France-Bayern, cat. expo. (Paris, hôtel de Soubise, 10 mai-7 août 2006), Paris, Biro, 2006. Thomas Niklas, «  “Unir de cœur et d’interest”. La Bavière, la Savoie, la France et le choix des princesses au xviie siècle », xviie siècle, no 243, avril 2009, p. 257-266.

8  Je remercie le Centre interdisciplinaire d’études et de Recherches sur l’Allemagne et Monsieur Pierre Arizzoli-Clémentel de m’avoir permis de mener cette recherche aux Bayerisches Hauptstaatsarchiv de Munich en 2008.

9  Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, p. 649.

10  Nicodème Tessin le Jeune, Les relations artistiques entre la France et la Suède, 1693-1718  : Nicodème Tessin le Jeune et Daniel Cronström, correspondance (extraits), éd. par R.-A. Weigert et C. Hernmarck, Stockholm, Egnellska botryck, 1964.

11  Martin Mayr (ou Meyer), arrivé à Paris en 1673. Munich, Bayerisches Hauptstaatsarchiv (dorénavant BayHStA), GHA, KS 6470. «  Meyer, envoyé, qui avait eut sa première audience le… prit audience de congé le 25 février 1677. »  : Liste des ambassadeurs français à l’étranger et étrangers en France, Paris, BNF, naf 5217.

12  De La Haye-Vantelet, ambassadeur extraordinaire à Munich. «  De La Haye de Ventelet, qui avait été ambassadeur à Constantinople, y fut nommé envoyé extraordinaire en mars 1675. Le roi lui donnait mil livres d’appointements par mois, 6 m livres d’appointements extraordinaires et souvent des gratifications, il y resta jusqu’en 1684 qu’il fut nommé ambassadeur en Portugal. »  : Liste des ambassadeurs français à l’étranger et étrangers en France, Paris, BNF, naf 5217.

13  Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant tous les mots François, tant vieux que modernes, La Haye, 3 vol. , 1690.

14  Voir L. Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., 3e partie, chap. iv.

15  Paris, Archives des Affaires étrangères (dorénavant AAE), C.P. Bavière, supplément 1, fo 209.

16 L. Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 643.

17  Voir glossaire dans C. Thépaut-Cabasset, L’esprit des modes au Grand Siècle, op. cit., p. 128.

18  Voir Barbara Spadaccini-Day, «  La poupée, premier mannequin de mode », dans Fastes de cour…, op. cit., p. 226-230.

19 L. Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 611.

20  Paris, AAE, C.P. Bavière, suppléments 1 et 2.

21  Même constat fait par L. Bély, Espions et ambassadeurs…, op. cit., p. 635.

22Ibid., p. 636  ; Ezechiel Spanheim, Relation de la cour de France en 1690, éd. É. Bourgeois, Paris, Mercure de France, 1973, p. 213-214.

23  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 128. Voir la lettre de Martin Mayr à Caspar Hueber de Paris le 22 mai 1685.

24  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 127ro, 22 mai 1685.

25  Munich, BayHStA, GHA, KS 6480, fo 18, 5 février 1686.

26  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 102, Mayr à l’électeur, Paris, 11 mai 1680.

27  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 18, 27 septembre 1681.

28  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 364 vo, 5 avril 1681  ; fo 377, 26 avril 1681.

29  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 67 ro, 21 juin 1684.

30  Munich, BayHStA, GHA, KS 6480, fo 13, 29 janvier 1686.

31  N. de Blégny, Le livre commode…, op. cit., t. II, p. 172.

32  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 18 vo, 22 février 1684.

33  Voir Eugène Vaillé, Histoire générale des postes françaises, t. IV, Louvois, surintendant général des postes, 1668-1691, Paris, PUF, 1950  ; Vida Azimi, Un modèle administratif de l’ancien régime  : les commis de la Ferme général et de la régie générale des aides, Paris, CNRS, 1987.

34  Monsieur Vampl est mentionné dans la correspondance.

35  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 77. Isaac Commerell, banquier, sert de correspondant à Strasbourg pour retirer les paquets et les expédier à Munich.

36  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 5vo, 18 janvier 1684.

37  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 72.

38  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 75vo, 4 juillet 1684.

39  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 192 vo-193 ro.

40  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 195 ro.

41  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 209 ro  ; 219 ro-220ro.

42  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 227 ro-229 ro.

43  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 239 ro-240 vo  ; 262 ro-vo.

44  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 2, fo 20 ro-vo  ; 58 ro-vo.

45  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 27. 1er novembre 1681.

46  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 36 vo. 2 décembre 1681.

47  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 127 vo, 22 mai 1685.

48  Marie-Antoinette (1669-1692), fille aînée de l’empereur Léopold Ier.

49  Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 239 ro-240 vo.

50  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 291, 19 janvier 1681.

51  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 102 ro-vo, 27 mars 1685.

52  Paris, AAE, C.P. Bavière, 30, fo 236 vo. De Monsieur De La Haye au roi, Munich 22 décembre 1679.

53Mercure galant, mars 1680, II, p. 62.

54  Paris, AAE, C.P. Bavière, 33, fo 257 ro. Monsieur De La Haye au roi, Munich, le 17 juillet 1680.

55  Paris, AAE, C.P. Bavière, 34, fo 345 vo-346 ro. Monsieur De La Haye au roi, Munich, le 28 septembre 1680.

56  Paris, AAE, C.P. Bavière, 34, fo 345 vo-346 ro. Monsieur De La Haye au roi, Munich, le 28 septembre 1680.

57Ibid.

58  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 255. Mayr, 14 octobre 1680.

59  Munich, BayHStA, GHA, KS 6470, fo 291, 19 janvier 1681.

60  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 89 vo, 27 mai 1682.

61  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 50 vo, 18 mars 1682.

62  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 60, avril 1682.

63  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 89 vo, 27 mai 1682.

64  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 4 vo, 24 mai 1681.

65  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 6, 31 mai 1681.

66  Munich, BayHStA, GHA, KS 6471, fo 38 vo, 6 décembre 1681.

67  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 275ro, 6 juillet 1683.

68  Munich, BayHStA, GHA, KS 6 471/1, fo 235 ro, 6 avril 1683.

69  N. de Blégny, Le livre commode…, op. cit., t. II, p. 24-25.

70Ibid., t. II, p. 29.

71Ibid., t. II, p. 59.

72  Munich, BayHStA, GHA, KS 6479, fo 84 ro, 18 juillet 1684.

73  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 275, juillet 1683.

74  « prés la Croix du Tiroir », N. de Blégny, Le livre commode…, op. cit., t. I, p. 247.

75  « quay de l’Orloge », ibid.

76  « les frères Sehut, [rue Dauphine], ont un particulier talent pour les petits Ouvrages et Bijouterie d’or », ibid., p. 247-248.

77  « la Fresnaye, rue Saint-Honoré », ibid., p. 237.

78  « Laisgu, rue saint Honoré », ibid. «  Les éventails à la mode sont de taffetas de différentes couleurs, et argentés. Il sont fort légers, semés de fleurs naturelles, et montés de bois de calambourg. On les appelle les éventails à la dauphine. On y met au lieu de rubans, des chaînes d’or comme on a fait autrefois. On les trouve chez Monsieur Lesgut », Mercure galant, mai 1681, dans C. Thépaut-Cabasset, L’esprit des modes au Grand siècle, op. cit., p. 129.

79  Voir note 71.

80 «  Maillard rue saint Mederic », N. de Blégny, Le livre commode…, op. cit., t. II, p. 36.

81  Voir note 70.

82  « le Clerc rue saint Denis aux Balances », N. de Blégny, Le Livre commode…, op. cit., t. II, p. 20.

83  « Il y a une fabrique royale établie nouvellement à Saint-Maur près Paris par le sieur Charlier, où l’on fait des étoffes d’or, d’argent et de soie, et des draps d’or à la façon des Perses, et d’autres à la manière d’Italie  ; des velours, satins, damas, et de toutes sortes de draps d’or et de soie de qualités extraordinaires que l’on peut acheter de la première main, en allant à son magasin à Paris rue de la Coutellerie, au Cerceau d’or, où il débite lesdits ouvrages. », Mercure Galant, octobre 1678. C. Thépaut-Cabasset, op. cit., p. 108-109.

84  Monsieur Gaultier «  de la Couronne » rue des Bourdonnois  : Mercure Galant, octobre 1678, et Livre commode…, op. cit., t. I, p. 14. C. Thépaut-Cabasset, L’esprit des modes au Grand siècle, op. cit., p. 106-107.

85  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 275, juillet 1683.

86  « Mémoire des hardes… »  : Paris, AAE, C.P. Bavière, supplément 1, fo 209.

87  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 256 ro, 11 mai 1683.

88  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 256ro, 11 mai 1683.

89  Munich, BayHStA, GHA, KS 4 671/1, fo 256vo, 11 mai 1683.

90  Philip Mansel, Dressed to Rule  : Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, New Haven/London, Yale University Press, 2005.

91  Voir Natacha Coquery, «  Qu’est-ce que le «  remarquable » en économie  ? La boutique dans le paysage urbain à Paris d’après les guides du xviiie siècle » dans Les guides imprimés du xvie au xxe siècle  : villes, paysages, voyages, éd. par G. Chabaud et al., Paris, Belin, 2000, p. 419-428  ; Studies in European Urban History (1100-1800)  : Fashioning Old and New, Changing Consumer Patterns in Western Europe (1650-1900), Turnhout, Brepols, 2009. Voir aussi Carolyn Sargentson, Merchants and Luxury Markets  : The Marchands-Merciers of Eighteenth-Century Paris, London, Victoria and Albert Museum Studies, 1996  ; Le commerce du luxe à Paris aux xviie et xviiie siècles, dir. S. Castelluccio, Bern, Peter Lang, 2009.

Top of page

References

Electronic reference

Corinne Thépaut-Cabasset, « Garde-robe de souverain et réseau international  : l’exemple de la Bavière dans les années 1680 », Apparence(s) [Online], 6 | 2015, Online since 25 August 2015, Connection on 25 July 2016. URL : http://apparences.revues.org/1323

Top of page

Author

Corinne Thépaut-Cabasset

Corinne Thépaut-Cabasset est chercheuse associée au Victoria and Albert Museum à Londres. Diplômée de l’École pratique des hautes études (IVe section) et doctorante en histoire des relations internationales et de l’Europe du monde moderne, elle prépare une thèse sur «  Les Présents du roi – 1662-1715 », sous la direction de Lucien Bély. Elle a publié Le sérail des empereurs turcs : relation manuscrite du sieur de La Croix à la fin du règne du sultan Mehmed IV (Paris, Éd. du CTHS, 2007)  ; «  Le service de la Garde-robe  : une création de Louis XIV » dans Fastes de cour et cérémonies royales : le costume de cour en Europe 1650-1800, dir. par Pierre Arizzoli-Clémentel et Pascale Gorguet-Ballesteros (Paris, RMN, 2009) et L’esprit des modes au Grand Siècle (Paris, Éd. du CTHS, 2010).
Corinne Thépaut-Cabasset graduated from the École Pratique des Hautes Études (4th section), and also has a BA degree in history of art and a first-class MA Honours in modern history and history of international relations from the University of Paris IV-Sorbonne. As a research associate at the Château de Versailles since 1998, she is currently working on the life of European courts in the modern period and more precisely on international and diplomatic relations, which she focused on the royal and princely wardrobes and jewels. She has collaborated to recent international conferences on the history of costume and contributed to catalogues of the latest major exhibitions of the châteaux de Versailles and Trianon  : Fastes de cour et cérémonies royales : le costume de cour en Europe 1650-1800 and Louis XIV, l’homme et le roi (Flammarion, 2009). Corinne Thépaut-Cabasset has also published Le sérail des empereurs turcs in 2007 and L’esprit des modes au Grand Siècle in 2010 (Éd. du CTHS). She has been recently appointed as Research Fellow at the Victorian and Albert Museum in London for the HERA project «  Fashioning the Early Modern ».

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page