Skip to navigation – Site map
Choix vestimentaires et garde-robes royales

Vêtir les souverains français à la Renaissance : les garde-robes d’Henri II et de Catherine de Médicis en 1556 et 1557

Isabelle Paresys

Abstracts

Dressing the French King and Queen in the Renaissance: the Wardrobes of Henri II and Catherine de Médicis in 1556 and 1557 - Although largely incomplete, the Argenterie Royale accounting records from the sixteenth century list thousands of items pertaining to the wardrobe expenses of the French monarchs. This field of French historical research remains relatively unexplored in comparison to medieval studies and English or Italian research. This study focuses on two unpublished wardrobe registers, those of Henri II and his wife Catherine de Médicis, for which we are fortunate to possess the accounts for the same period (1556–57), an extremely rare occurrence in documentary records. How did the royal wardrobe budget actually work, in terms of purchases, gifts, suppliers to an itinerant court, and garment maintenance, alterations, and adjustments ? Which moments in court life prompted the largest expenses ? The information provided in the accounts is compared to descriptions made by contemporary witnesses and to royal portraits. A more colourful picture of the queen emerges, in the place of the traditional image of Catherine de Médicis wearing her long widow’s veil.

Top of page

Full text

  • 1 . Pour le Moyen Âge français, parmi les travaux les plus récents, voir Sophie Jolivet, Pour soi vêt (...)
  • 2 . Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille, Atelier reproduction des th (...)
  • 3 . Archives nationales, Paris, KK 118 (1556) et KK 106 (1557). L’article n’indiquera plus, dans son (...)

1Faute de conservation de vêtements et d’inventaires de garde-robes, la série des rôles de dépenses de l’Argenterie royale est la seule source documentaire qui nous permette d’approcher de près le contenu des garde-robes royales françaises de la Renaissance. Malgré une conservation fort fragmentaire pour le xvie siècle, cette série apporte des milliers d’informations sur les dépenses des souverains. Pour autant ce domaine de recherche est encore bien peu exploré pour la France de la Renaissance, par comparaison avec les études médiévales ou celles menées en Angleterre ou en Italie, voire en Espagne1. Seule Jacqueline Boucher avait commencé à exploiter les quelques documents conservés pour Henri III et pour les reines Marguerite de Valois et Louise de Lorraine2. Jusqu’aux dernières années du règne d’Henri IV, on ne conserve en effet que quelques registres épars. Mon choix s’est donc porté sur deux registres, ceux des Argenteries d’Henri II et de Catherine de Médicis, miraculeusement préservés pour deux années très proches, 1556 (pour la reine) et 1557 (pour le roi), fait rarissime dans cette série documentaire et qui présente l’avantage de permettre une comparaison des deux souverains3. Nés en 1519, ceux-ci règnent de 1547 à 1559 et sont âgés de trente-sept et trente-huit ans au moment de la rédaction des manuscrits. En 1556, la reine vient de donner naissance à des jumelles, ses derniers enfants. Leur cour est décrite comme somptueuse, réputation qui la poursuivra encore sous le non moins fastueux Louis XIV, puisque Mme de La Fayette situera l’action de son roman La Princesse de Clèves (1678) à la cour d’Henri et de Catherine. Son éclat masque pourtant un contexte assombri par une répression accentuée envers les protestants et une politique extérieure anti-espagnole très coûteuse (expéditions militaires en Italie en 1556 et défaite de Saint-Quentin devant Philippe II en août 1557) qui mènera à la paix de 1559.

2La vêture des souverains relève d’un budget annexe à celui de la Chambre aux deniers qui gère habituellement les dépenses des Maisons civiles royales. Il s’agit de l’Argenterie qui assume pour les Maisons du roi et de la reine les dépenses ordinaires de matériel en métaux communs (pour la Chapelle ou la Chambre, par exemple) et vêtements. De gros registres de parchemin de plus de cent-vingt pages chacun relèvent les milliers de dépenses de l’année. Ils sont tenus par les contrôleurs des deux Argenteries. Que nous apprennent ces documents sur les pratiques vestimentaires du couple royal à un moment où la mode espagnole est réputée dominer les apparences des élites européennes ? Je tenterai de répondre à la question en évoquant tout d’abord ce que l’on peut comprendre de l’économie de la garde-robe royale à partir des comptes. Puis j’examinerai les vestiaires royaux avant de conclure sur leur magnificence et leur cosmopolitisme.

Argenterie royale et économie vestimentaire

3Afin d’appréhender correctement l’économie et les apparences vestimentaires des souverains français, il est important de bien saisir la logique comptable des Argenteries avant d’y mesurer la place des dépenses vestimentaires et de dire quelques mots des fournisseurs.

Logique comptable et garde-robe royale

  • 4 . On ne conserve pas en France d’inventaire de garde-robe fait du vivant d’un souverain de la Renai (...)

4La logique des registres n’est évidemment pas la même que celle de l’historien qui y recherche le reflet de la composition d’une garde-robe à un moment donné de la vie d’un souverain. Contrairement aux inventaires de garde-robe ou aux inventaires après décès, le but de ces documents n’est pas d’en décrire le contenu, voire de le priser4. Il s’agit pour l’Argentier d’enregistrer les dépenses par fournisseur ou artisan payé dans l’année, par quartier/trimestre pour le roi, par semestre pour la reine. Contrairement à celui de la reine, le registre du roi distingue trois postes généraux par quartier : « offrandes, aumosnes et parties de la chapelle », « dons, voiages, recompenses, affaires de chambre et menuz plaisirs » et enfin « l’Argenterie ». C’est dans ce dernier que figure la quasi totalité des dépenses de vêture. En revanche, celles de la reine sont dispersées tout au long du registre. Le détail des fournitures ou travaux n’intervient que pour justifier le montant de la somme versée au fournisseur.

  • 5 . État de la maison de Catherine de Médicis, 1547-1585 (BNF, ms. fr. nouv. acq. 9175, f. 379-394), (...)
  • 6 . Ordonnance du roi pour le règlement de la cour et du conseil, Lyon, 10 septembre 1574, BNF, ms. f (...)
  • 7 . C.zum Kolk, art. cit., p.18.
  • 8 . M. Hayward, op. cit., chap. III.
  • 9 . Corinne Thépault-Cabasset, « Le service de la Garde-Robe : une création de Louis XIV », dans Fast (...)

5L’historien se retrouve donc face à un corpus qui donne une vision totalement éclatée du vêtement, les diverses informations concernant un même habit étant disséminées entre différentes pages et fournisseurs/artisans. Le tout s’entremêle avec des dépenses diverses touchant la Chambre du souverain : papeterie, textiles d’ameublement et linge de maison ; réparation ou achat de meubles ou d’huisserie ; sommes versées à des individus pour des raisons diverses (transport, gratifications). Il n’y a en effet pas de poste comptable spécifique réservé à l’ensemble des vêtements pris en charge par l’Argenterie. Il n’y a pas non plus de poste réservé à la garde-robe royale proprement dite, c’est-à-dire aux dépenses personnelles des souverains. L’office de maître de la Garde-Robe, détenu par un noble, existe pourtant pour les deux Maisons. Chacun est assisté d’un ou deux valets de garde-robe, des roturiers. Chez la reine, l’office du maître est rétribué 300 livres par an mais il y a aussi une dame d’atours qui est responsable de l’habillage de sa maîtresse5. Néanmoins, sur le plan comptable, ces personnages sont invisibles. Pourtant, placé sous la tutelle, du premier gentilhomme de la Chambre qui arrête toutes les dépenses ordinaires et extraordinaires de la Chambre comme celles de la Garde-Robe, selon le premier règlement de cour rédigé sous Henri III en 1574, le maître de la Garde-Robe commande « tout ce qui sera nécessaire pour la personne du roi » et rapporte ces dépenses au contrôleur de l’Argenterie6. La dame d’honneur de la reine, Françoise de Brézé, duchesse de Bouillon, qui cosigne le compte de la reine, joue pour la Chambre de la reine le même rôle que le premier gentilhomme7. Il n’y a donc pas en France à cette époque de « reconnaissance comptable » de la garde-robe royale, dans le sens où celle-ci ne dispose pas d’une comptabilité ou d’un budget particulier équivalent à ce que l’on trouve au même moment dans l’Angleterre des Tudor où cette institution est beaucoup plus développée8. Il faut attendre Louis XIV, qui crée l’office de grand maître de la Garde-Robe en 1669, pour voir renforcer cette institution curiale9. Elle disposera alors d’une comptabilité à part et les comptes de l’Argenterie ne contiendront plus de dépenses vestimentaires.

Argenterie et dépenses vestimentaires

  • 10 . Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire é (...)

6Il faut se livrer à un long et patient travail pour repérer, dans la diversité des dépenses, celles consacrées au vêtement (tableau 1). Celles-ci représentent plus de la moitié des dépenses annuelles. Une autre partie est consacrée à d’autres dépenses textiles (ameublement et linge de lit, fils, dons de tissus par exemple) pour des sommes à peu près équivalentes chez le roi ou chez la reine. Le roi alloue une somme relativement importante à l’entretien de la chapelle (1 144 livres) qu’il prend seul en charge, la reine n’y consacrant qu’un montant dérisoire alors qu’elle investit près de huit fois plus que le roi dans les dépenses d’orfèvrerie. Celles-ci jouent en effet un rôle important dans le paraître, non seulement dans l’ameublement (miroir d’argent pour la reine, chandeliers) mais aussi pour la parure : bijoux et pierres précieuses à l’usage des souverains ou pour en faire don. L’Argenterie n’assure donc pas qu’une fonction de consommation et de redistribution. Elle est aussi un lieu de thésaurisation de métaux précieux qui en fait une caisse de réserve pour la monarchie10. Enfin j’ai regroupé, dans une rubrique intitulée « autres », les frais de menuiserie, de sellerie (coffres), le matériel de rangement et d’entretien pour la garde-robe, les frais de transport divers, de nourriture des chiens de la Chambre, d’apothicaire (le roi est malade en 1557), de papeterie, les achats d’instruments de musique et les dons d’argent pour services rendus.

Tableau 1 : Postes de dépenses de l’Argenterie royale (en livres tournois)

Reine 1556

%

Roi 1557

%

Vêtements

16 473

58,48

11 583

55,04

Textiles (autres)

3 215

11,42

3 364

15,98

Orfèvrerie

5 093

18,08

639

3,04

Chapelle

14

0,05

1 144

5,43

Autres

3 372

11,97

4 317

20,51

Total Argenterie

28 167

100

21 047

100

  • 11 . Natalie Zemon Davis, Essai sur le don dans la France du xvie siècle, trad. D. Trierweiler, Paris, (...)
  • 12 . Gages relevés par C. zum Kolk, art. cit., et par Micheline Baulant, « Prix et salaires à Paris au (...)

7Les dépenses vestimentaires sont les plus importantes et celles de Catherine surpassent celles d’Henri (16 473 livres tournois contre 11583) (tableau 2). Il serait trompeur d’en déduire que la reine fait des dépenses somptuaires plus importantes que le roi pour sa propre personne. Au contraire ! Si l’on détaille la répartition des dépenses, on relève que la reine supporte davantage sur son budget la pratique du don vestimentaire et de dépenses festives (mascarades) qui témoignent des largesses royales envers la cour et entretiennent le lien social entre les souverains et les gens de leurs Maisons11. Les sommes consacrées au paraître vestimentaire des souverains sont évidemment considérables si on les compare aux revenus de quelques-uns de leurs contemporains. Les 7 881 livres dépensées pour les vêtements de la reine, par exemple, représentent un peu plus de 65 fois les gages d’une lavandière de sa Maison (120 l./an) et un peu plus de 315 fois ceux d’un galopin de sa cuisine (25 l./an) ou encore 320 fois ceux d’un charretier de ferme12. La faculté du couple à dépenser pour paraître, à la tête d’une cour brillante, s’exprime donc dans les comptes de l’Argenterie. En 1557 Henri II dépense cependant plus pour sa personne que ne le fait la reine en 1556. Il serait néanmoins aventureux de postuler, à partir de ces deux seules années de compte rescapées de l’histoire, qu’il s’agit d’un écart habituel qui justifierait un principe selon lequel le paraître du roi supplante celui de la reine. L’écart peut n’être que conjoncturel et surtout, la somme beaucoup plus importante consacrée par la reine à l’orfèvrerie corrigerait cette affirmation du fait d’un usage relativement important par cette dernière de parures de cette nature.

Tableau 2 : Dépenses vestimentaires des souverains dans l’Argenterie royale (en livres tournois)

Reine 1556

%

Roi 1557

%

Vêtements pour le souverain

7 881

47,84

8 355

72,13

Dons de vêtements par le souverain

7 324

44,46

2 884

24,90

Masques et travestissements

1 268

7,70

344

2,97

Total

16 473

100

11 583

100

Fournisseurs et artisans

  • 13 . Clare Haru Crowston, Fabricating Women : The Seamstresses of Old Regime France, 1675–1791, Durham (...)

8Marchands et artisans participent à la fabrique du paraître royal. Le montant imparti à chacun fut vraisemblablement répertorié à partir de justificatifs et mémoires acquittés fournis par ceux-ci mais dont on ne conserve pas la trace jusqu’au règne de Louis XV. L’existence des deux comptes permet de comparer les fournisseurs pour les vêtements et l’orfèvrerie. Deux constatations s’imposent. La première est que la reine fait appel à un nombre plus important de personnes que le roi : 24 contre 13. À type de fournisseur identique, Catherine de Médicis diversifie davantage les approvisionnements et la façon, employant, pour une commande épisodique, des marchands de tissus, des passementiers et des orfèvres en sus de ses fournisseurs habituels. Ces derniers portent accolés à leur profession les qualificatifs « ordinaire », « servant l’Argenterie » ou plus rarement « servant la cour », labels qui leur garantissent des commandes régulières pour de coquettes sommes. Les femmes sont rares dans ces métiers à l’exception des lavandières « de corps » (blanchisseuses) des souverains et d’une lingère de la reine. Deux veuves, ayant vraisemblablement pris le relais d’un mari défunt, apparaissent comme fournisseuses très épisodiques de la reine. Les métiers de la mode sont avant tout masculins et il faut attendre le xviiie siècle pour que les femmes y acquièrent une reconnaissance professionnelle13.

  • 14 . Voir les « Dépenses secrètes de François Ier », dans Les comptes des Bâtiments du roi (1528-1571) (...)

9La deuxième observation est que, à l’exception du linger Jehan Debeauquesne qui jouit du privilège d’être commun aux époux, les deux Argenteries font appel à des fournisseurs et artisans attitrés tous différents. Ainsi multiplient-elles le nombre de privilégiés disposant du quasi monopole du marché curial que leur offre leur titre. Malheureusement les comptes ne précisent pas la nationalité des marchands dont on sait que certains pouvaient être italiens, du moins d’après les comptes de François Ier14. Ils ne citent qu’exceptionnellement le domicile des fournisseurs qui doivent suivre la cour itinérante des Valois pour y faire leurs affaires. Ainsi parmi les trois marchands de soie de la reine, deux sont de Tours, cité soyeuse avec Lyon, et l’autre de Paris, toutes villes de résidence royale. L’urgence d’une commande peut justifier la présence d’un artisan à la cour, hors de son atelier, afin d’achever celle-ci. Le tailleur de la reine, Jehan Delannoy dit de Tours, est ainsi dédommagé des dépenses que lui occasionna un séjour de quatre jours à Paris pour y achever une robe et changer la façon d’une autre, et pour les avoir fait porter de Paris jusqu’à Saint-Germain où était la reine (54 vo). Pierre d’Anjou, brodeur du roi, est dédommagé pour plusieurs voyages entre Rennes, Compiègne et Paris, où devait se trouver le souverain, pour broder une série importante de ses vêtements, travail de façon qui lui rapporta la coquette somme de 380 livres tournois (28 vo). Les brodeurs sont en effet les artisans les mieux rétribués.

Anatomie des vestiaires royaux

10Les comptes ne mentionnent que le nom de la personne à laquelle est destinée une dépense vestimentaire. On ne peut donc que supposer la participation des deux souverains à l’initiative ou au choix des commandes. Quel type de vêtements favorisent-ils ? Ceux-ci déterminent l’anatomie de leur corps vêtu selon un vestiaire nettement sexué qui différencie le roi de la reine.

Argenterie et typologie vestimentaire

  • 15 . Par exemple le portrait de Catherine (v. 1556) avec robe noire, guimpe de pierreries, d’après Fra (...)
  • 16 . Pour les portraits d’Henri II en habit noir, celui de l’atelier de F. Clouet (xvie siècle) conser (...)

11Par comparaison avec d’autres sources, les comptes de l’Argenterie sont au plus près du quotidien vestimentaire des souverains. Les chroniques, par exemple, ne témoignent que des vêtements d’apparat, somptueux et brillants, d’argent et or, chargés de pierres et perles, dont on loue la splendeur et les mille feux qui attestent de la majesté royale. Mais dans nos comptes la mention de ces toiles reste exceptionnelle, et seulement chez la reine. Pas d’achat de celles-ci en tout cas en 1556 car ces vêtements sont précieusement conservés dans les coffres et réadaptés à la mode si besoin. Les comptes sont aussi plus proches de la pratique vestimentaire des souverains que ne le sont leurs quelques portraits peints conservés pour les années 1550. Rares, souvent copiés ou posthumes, ces portraits peuvent avoir été réinterprétés plusieurs années plus tard avec quelques ajouts vestimentaires. Ils représentent en outre toujours à peu près la même forme de vêtement alors que les comptes en distinguent plusieurs15. Ces portraits donnent l’image d’un vestiaire réduit à quelques tenues qui figent notre représentation de celui-ci à un type de vêtement donné et à une palette en noir et blanc16.

  • 17 . R. Orsi Landini et B. Nicoli, Moda a Firenze…, op. cit., p. 200.

12Cependant, si les comptes témoignent de vestiaires plus variés, ils posent au chercheur des problèmes insolubles pour qui imaginerait en extraire une sorte d’instantané du contenu réel des garde-robes. Au contraire, on ne peut y percevoir que le reflet de celui-ci. Il est tout d’abord impossible de raisonner par vêtement complet : sa reconstitution, rassemblant l’ensemble des fournitures et façons qui furent nécessaires à la fabrication, est bien difficile. Constat qu’ont pu faire par exemple les études sur les Giornali des vêtements commandés pour la famille ducale florentine du xvie siècle17. Les descriptions comptables, disséminées entre différentes pages, sont en effet loin d’être toujours exhaustives et détaillées pour permettre de relier entre elles les informations concernant les textiles, les accessoires et la façon d’un même habit. Des tissus peuvent aussi être simplement achetés pour être mis en réserve et utilisés plus tard, une pratique que l’on retrouve uniquement chez la reine. Catherine fait ainsi mettre de côté 829 livres de pièces de taffetas et de velours, dont une, très coûteuse, de onze aunes de velours noir moucheté d’or, d’un montant de 253 livres, « mis aux coffres pour lui faire habillement » (1556,35 ro). La plupart du temps, les comptes gardent la trace de l’achat d’un tissu, d’une doublure ou d’autres fournitures pour un vêtement nommé mais sans que l’on retrouve celle de la façon ou de l’ornementation (passements, broderie). Et inversement ! Ce qui laisse penser que les délais de paiement pour un même vêtement peuvent s’étaler sur plusieurs années. Pour toutes ces raisons, la typologie vestimentaire des souverains abordée ici ne peut s’appuyer que, d’une part, sur le montant total des dépenses faites pour une pièce donnée (chausses, pourpoint, etc.) citée dans un compte et, d’autre part, sur la fréquence des mentions d’un type de vêtement donné, qui offre seulement un aperçu de la quantité de pièces qui ont pu passer par chaque garde-robe. Véritable travail de fourmi pour le chercheur !

Vestiaire du roi

  • 18 . L’aune de Paris fait 1,188 m.

13Ce n’est pas le lieu ici d’énumérer avec exhaustivité les très nombreuses pièces vestimentaires rencontrées. Il s’agit plutôt d’en extraire les plus emblématiques, celles qui déterminent visuellement l’identité de chaque corps vêtu. Chez le roi, les mentions d’achat et façon pour les pourpoints sont les plus fréquentes du corpus (40) suivies par celles des bas (29) et hauts-de-chausses, ainsi que par les collets (22) et les robes (19). Pourpoints, chausses et hauts-de-chausses où pointe la virile braguette (jamais mentionnée dans les comptes car fait tout-en-un avec ceux-là) sont en effet les pièces de base du vestiaire masculin, qui demandent un renouvellement fréquent. Le roi a une prédilection pour les soieries très souvent importées d’Italie : serge de Florence pour les bas ; satin de Florence et de Gênes voire de Venise pour les pourpoints comme pour les hauts-de-chausses pour lesquels le velours est aussi apprécié, mais sa provenance n’est pas mentionnée ; doublures de taffetas (idem). Ces textiles sont coûteux, entre 4 et 12 livres l’aune, dans le cas du satin de Florence rouge ou violet18. Pour autant les pièces de base dont ils sont faits ne sont pas les plus coûteuses chez le roi.

Fig. 1 - École française, Henri II, 1555, huile sur bois : 109 × 77 cm. Le Puy-en-Velay, musée Crozatier, inv. 833.20.
Inscriptions : HENRICVS II FRAC / REX XRIANISSIMVS / ANNO ÆTATIS SVÆ / XXXVII – 1555

Fig. 1 - École française, Henri II, 1555, huile sur bois : 109 × 77 cm. Le Puy-en-Velay, musée Crozatier, inv. 833.20. Inscriptions : HENRICVS II FRAC / REX XRIANISSIMVS / ANNO ÆTATIS SVÆ / XXXVII – 1555
  • 19 . Le collet est un mot polysémique qui peut désigner un col ou bien ce type de vêtement.
  • 20 . Saye : nom masculin, pourpoint à basques au xvie siècle, dit aussi sayon selon François Boucher, (...)
  • 21 . Voir la note 15. « a.  » pour « aune ».

14Les plus coûteuses sont à rechercher du côté des vêtements de dessus et manteaux (1219 l.t.) et surtout du côté des robes (1575 l.t.). Par-dessus le pourpoint, le roi peut revêtir un collet, au métrage équivalent à celui d’un pourpoint lorsqu’il est en velours (1,5 a. ; 23 vo) ou de cuir de buffle ou de maroquin d’Espagne blanc ou noir19. Il commande aussi des sayes (8 mentions) au métrage plus important (2 a. ¹⁄3 à ¾) car plus longs que les pourpoints du fait de leurs basques20. Les sayes peuvent être fourrés de martres et de loups cerviers, ce qui en accroît le coût. En revanche, contrairement aux beaux portraits du roi vêtu de blanc, tel celui du musée Crozatier du Puy (fig. 1), pas de trace de manteaux fourrés (ici d’hermine), ni brodés d’argent comme sur le portrait en blanc du musée Condé de Chantilly. La mention de cape (comme sur le portrait de pied en noir du Louvre) est exceptionnelle mais avec emploi de textiles coûteux, drap fin de Rouen ou écarlate rouge (12 l./a.)21. Un manteau à l’anglaise de 3 a. ½ d’écarlate rouge, bandé de velours cramoisi de Florence, de passements d’or et de soie sur bandes de satin rouge cramoisi de Venise et orné de boutons d’or « à longue queue » revient ainsi à plus de 210 l. pour les seules fournitures. Celui-ci est d’ailleurs destiné à être « porté au camp » (39 ro, 41 ro, 44 ro). La référence à l’activité militaire du souverain apparaît en effet à plusieurs reprises : casaque de velours noir avec croix de toile d’argent « pour mectre dessus le harnoys » (38 ro), collet de buffle « pour servir à mectre sous les armes » (42 vo), pourpoint de canevas ou de chamois « pour armée » (39 ro, 40 vo) ou chausses « à armer » témoignent de la pratique du tournoi par lequel le souverain perdra la vie en 1559 mais aussi du contexte de la guerre qui vient de reprendre contre l’Espagne et l’Angleterre.

  • 22 . Voir l’usage qu’en font les élites d’alors dans Isabelle Paresys, « Le noir est mis. Les puys d’A (...)

15Enfin, parmi les vêtements les plus coûteux du souverain figure la robe dans laquelle ses portraits se gardent bien de le représenter. Le roi y est toujours vêtu de court ou en armure. Il ne détonne en cela en rien avec les pratiques de ses contemporains et les histoires du costume ont tort d’en réduire le port aux seuls magistrats et universitaires22. Avec ses longs métrages (5 a.), la robe est en effet d’allure moins martiale mais, portée au-dessus des vêtements évoqués ci-dessus, elle constitue un très confortable habit d’intérieur dans les résidences mal chauffées fréquentées par la cour. Aussi Henri l’apprécie-t-il fort, comme l’atteste l’important budget qui y est consacré (1575 l.t.) et le nombre de mentions qui la concernent (19). La présence de fourrures (martre zibeline, loup-cervier), les riches damas, velours ou satin, toujours noirs certes, mais de styles variés (robes à l’allemande surtout, à l’espagnole ou à l’anglaise), chamarrés de passements de soie et bandées ton sur ton en font un vêtement cossu. Brodée de fil d’or ou chamarrée de franges d’or, avec des taillades garnies d’aiguillettes d’or (27 vo), la robe quitte sa fonction de vêtement d’intérieur pour l’apparat : le roi en fait faire une de velours noir avec passements et broderies de fil d’or pour porter aux noces de monsieur d’Anguien (22 ro). Les vêtements du roi sont conservés dans des coffres garnis de sachets de poudre de violette, raffinement olfactif que l’on ne rencontre pas dans le compte de la reine.

Vestiaire de la reine

  • 23 . École française, Catherine de Médicis, v. 1548, Florence, palais Pitti, et F. Boucher, Histoire d (...)

16La robe est bien, avec les bas-de-chausses, la seule pièce commune aux deux vestiaires royaux. Encore est-elle bien différente pour la reine chez laquelle elle est aussi le vêtement auquel elle consacre le plus de dépenses dans l’année (1885 l.t.), avec de fréquentes mentions (35). Le métrage nécessaire à la confection est important : entre 10 et 15 a., soit entre environ 12 m et 18 m. Elle peut être à queue ou ronde, précision rare cependant. Le velours est le tissu le plus souvent cité, sans que sa provenance soit mentionnée. Il peut être très coûteux tel ce velours noir « à fons de satin nouvelle façon » à 11 l. 10 s./a. pour une robe à l’italienne doublée de taffetas (26 vo) dont le seul coût en tissu revient à plus de 168 livres, soit 1,4 fois les gages annuels de la lavandière de la reine. Il est suivi par le taffetas. Damas et toile d’argent restent exceptionnellement mentionnés. La fourrure aussi : hermine (une mention), loup-cervier. Néanmoins c’est la cotte qui est l’élément du vestiaire le plus fréquemment cité (47 fois). Son métrage, le plus souvent de satin ou taffetas, est cependant deux fois moins important que pour une robe : entre 4 et 6 a. Les comptes parlent aussi de « devant de cotte » (1 a. ¾ à 4 a.) qui réfèrent sans doute à la partie visible de la cotte que l’on entrevoit dans l’ouverture de la robe à la française, telle celle représentée sur Catherine de Médicis dans un portrait en pied vers 1548, du moins si la cotte est bien une robe de dessous, telle que la définissent les histoires du costume23. Proches du métrage des cottes, des jupes de damas, de satin ou de velours très colorées (aucune n’est noire), parfois fourrées, apparaissent dans le compte (9 mentions). Elles sont aussi pourvues d’un corps. Une mention associe la jupe à des brassières, pièces de satin, velours ou toile d’argent ornementées, sortes de camisoles qui pouvaient être employées comme vêtement de dessus des femmes en couche. La reine, qui donna en douze ans, depuis 1544, dix enfants au roi, accoucha, en effet, le 24 juin 1556 de jumelles qui faillirent lui coûter la vie.

  • 24 . Ibid., p. 456.
  • 25 . Corneille de Lyon, Catherine de Médicis, v. 1536, Versailles, musée national des châteaux de Vers (...)

17La basquine apparaît moins fréquemment que la cotte (9 mentions). Elle est souvent de taffetas coloré et parfois de toile d’argent. Elle se porte aussi sous la robe mais elle n’est pas qu’une jupe au sens d’aujourd’hui, contrairement à ce qu’écrit François Boucher, puisqu’elle dispose d’un « corps de vasquine » (27 vo, 24 vo)24. On ne la trouve qu’une seule fois associée à la vertugade, accessoire à armature souple qui donne de l’ampleur à la jupe de la robe, dans une forme conique de clochette : achat au tailleur de 8 s. de bougran, étoffe qui lui donne de la raideur, pour « une vasquine de taffetas changeant jaune et bleu et aussi pour avoir raccoustré la vertugade » (56 vo). Le registre ne comporte aucun achat de cet accessoire qui caractérise la silhouette féminine française. La reine en possède pourtant, si l’on en croit quelques dépenses pour réparation, aménagement voire broderie de celles-ci. Peut-être s’en dispense-t-elle en raison de sa grossesse cette année-là. Une des particularités du vestiaire de la reine, par rapport à celui du roi, est la dépense pour manches amovibles (1 a. à 1 a. ¾) de satin, taffetas ou velours, parfois tocque d’or, le plus souvent bouillonnées (voir le portrait de Catherine vers 1536 par Corneille de Lyon) et ornementées de passements ou de bizette d’or, parfois fourrées de gris, mais il n’y a pas d’achat de fourrures pour les revers des grandes manches, désormais démodées que portait Catherine sur le portrait du palais Pitti, vers 154825. Interchangeables, les manches peuvent être attachées à différentes robes. Autre particularité : des « corps » (1 à 2 a. ¾) ou « devant de corps » dont le rattachement à un autre vêtement (robe, cotte, basquine, etc.) n’est pas mentionné. Faits de tissus coûteux ou de chamois, souvent brodés, parfois dotés d’un haut collet, ces corps apparaissent dans les comptes sans être rattachés à un vêtement particulier. Cela ne fait pas d’eux pour autant les ancêtres du corset. La mention de « corps piqué » n’apparaît qu’à deux reprises et pour des devant de corps, dont l’un est de satin jaune (30 ro). L’autre est un « devants de corps faict à l’espaignolle à hault collet tout par arrierepoinctz et emboutty » de laine jaune et piqué (55 ro). Aucune trace en tout cas d’achat de ces buscs que l’on pouvait glisser dans le corps pour lui donner plus rigidité. Aucune trace non plus de marlotte.

18Enfin le budget consacré aux manteaux par la reine est très important (1219 l. t.) et la fréquence des mentions est plus abondante que chez le roi (21 contre 5) ; il est possible qu’elle les utilisait en vêtement d’intérieur pour se préserver du froid, comme le fait Henri avec la robe. L’un d’eux, de satin blanc découpé, est un manteau de nuit (56 ro). Le métrage (de 7 à 13 a.) et les tissus luxueux employés, sans compter les ornements, les parements voire la doublure de fourrure (loup, dos de gris, vair blanc ou hermine) font du manteau la pièce la plus coûteuse de la garde-robe. Le fourrage d’un manteau de damas noir de plus de neuf cents de dos de gris coûte à lui seul plus de 144 livres. La fourniture d’un peu plus de 13 a. de satin blanc de Florence rayé d’or fin, à 20 l./a., coûte à elle seule 263 livres, achat textile le plus cher de l’année ! De telles sommes font percevoir combien la question vestimentaire est, pour le couple royal, placée sous le signe de la magnificence.

Magnificence et cosmopolitisme

19Les comptes des Argenteries témoignent d’une magnificence que l’on peut mesurer à l’aune des dépenses vestimentaires du couple. La magnificence est une qualité jugée essentielle chez un souverain puissant. Elle s’exprime à travers l’ornementation et les couleurs des vêtements d’Henri II et de Catherine dont les garde-robes s’avèrent être cosmopolites.

Magnificence des apparences royales

  • 26 . Ordonnance du 12 juillet 1549, dans Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l’an 42 (...)
  • 27 . S’agirait-il du paiement tardif de dépenses pour les noces de Louis Ier de Bourbon (1530-1569), d (...)
  • 28 . Voir la note 16.
  • 29 . Par exemple Francisque Pellegrin, La Fleur de la science de pourtraicture et patrons de broderie (...)
  • 30 . Si on totalise une dépense importante de 789 l. pour les chemises du roi et si on trouve pour la (...)

20Henri II et Catherine de Médicis, on l’a vu, apprécient les textiles luxueux qui attestent de leur capacité à se livrer à des dépenses que les lois somptuaires interdisent à nombre de leurs sujets, « […] afin qu’il demeure aux princes et princesses […] quelque difference en leurs accoustremens […] »26. Mais le tissu ne contribue pas à lui seul à la magnificence de l’apparence, attribut de la dignité princière. Souverains d’une cour brillante dans laquelle ils doivent pouvoir être distingués, Henri et Catherine apprécient énormément les ornements que l’on y coud. En témoignent les très nombreux achats de passementerie précieuse (passements, cordons, nattes, franges, houppes, bizette d’or parfois « faicte en fleur de lys ») de soie, d’or ou d’argent pour chamarrer le vêtement ou encore ceux de fil d’or ou d’argent pour broderie et ceux de boutons d’or, parfois émaillés de noir et blanc : 908 livres pour la reine, 2 017 pour le roi ! Ce dernier consacre ainsi une somme rondelette de 523 livres pour acheter du fil et de la cartisane d’or pour les broderies ainsi que des franges d’or, le tout cousu avec abondance de fil de soie, pour le seul ornement d’une série d’accoutrements qu’il se fait faire pour les noces de M. d’Anguien : manteau de velours noir, collet de velours blanc, pourpoint de satin blanc et hauts-de-chausses de satin blanc (28 vo)27. Les deux portraits en pied d’Henri II, certes peints après 1557, l’un vêtu de blanc avec un manteau court brodé d’argent et l’autre vêtu d’un saye et d’une cape rayés de cordon d’or (fig. 2), donnent un aperçu de l’effet visuel produit par ces ornementations28. Si au xvie siècle fleurissent les recueils imprimés de motifs de broderie, ceux-ci ne sont pas décrits par les comptes pour lesquels le poids de métal ou fil précieux est plus important que la forme brodée29. Un seul exemple est cité : des « gerbes d’or » brodées sur un corps de taffetas blanc de la reine (57 vo). Les comptes gardent aussi la trace de chemises brodées, essentiellement pour le roi, pour la façon de chemises brodées de soie cramoisie, noire ou blanche ou encore de fil d’or que rappelle le col à l’italienne du roi dans son portrait en pied vêtu de noir (fig. 2)30. En revanche, pour la reine, on rencontre un achat de quarante-cinq mouchoirs ouvrés de soie noire ou cramoisie (51 ro ; 77 l.t.), car tenu à la main, le mouchoir se fait aussi parure.

Fig. 2 - D’après François Clouet, Henri II, roi de France en 1547, 1559, huile sur bois : 30 × 22 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3175.
Copie d’un original conservé au Louvre.

Fig. 2 - D’après François Clouet, Henri II, roi de France en 1547, 1559, huile sur bois : 30 × 22 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3175. Copie d’un original conservé au Louvre.
  • 31 . François Clouet, Françoise de Brézé, dame de la Marck, duchesse de Bouillon, v. 1543, Chantilly, (...)
  • 32 . Anonyme, Henri II, 1555, Le Puy-en-Velay, musée Crozatier.
  • 33 . Christine Aribaud, « Les taillades dans le vêtement de la Renaissance : l’art des nobles déchirur (...)

21Les souverains apprécient aussi beaucoup les effets créés ton sur ton et en relief sur le vêtement. Les vêtements bandés sont fréquents, obtenus par couture de bandes de tissu de même couleur que le vêtement mais d’une autre matière (par exemple, bandes de velours sur satin). Le portrait au crayon de la duchesse de Bouillon par F. Clouet donne un aperçu de cette technique31. Les effets procèdent aussi de découpages dans le tissu par des créneaux bordant le vêtement chez le roi et bien sûr par une variété d’entailles dans le tissu ou le cuir dont le portrait du musée Crozatier du Puy (fig. 1) donne quelques exemples au collet et aux manches32. Découpé, moucheté, tailladé, etc., le vêtement acquiert ainsi plus d’aisance mais témoigne aussi d’une esthétique de la déchirure dont les dispositions peuvent être raffinées33. Raffinement qu’apprécie aussi la reine pour les manches de ses robes et cottes, telle cette robe de velours noir « decouppé tout alentour à lozenges ensemble par les manches et le corps » (47 ro).

  • 34 . 460 l., par exemple, par la reine pour une grosse chaîne d’or pour le légat du pape venu à la cou (...)
  • 35 . C’est la deduction du sumptueux ordre, plaisants spectacles et magnifiques théâtres dressés et ex (...)

22L’expression de la magnificence royale passe bien sûr par le port de parures de bijoux et pierres précieuses. Celles-ci figurent dans les dépenses d’orfèvrerie – près de huit fois plus importantes chez la reine que chez le roi (3215 l.) – certes consacrées à l’orfèvrerie de maison mais surtout aux réparations et achats de bijoux (chaînes, patenôtres) et de quelques pierreries. Roi et reine consacrent en la matière un budget très important pour des dons à des gentilshommes de la cour ou à des personnages importants de passage34. Mais contrairement à la reine, le roi dépense peu pour lui-même : essentiellement des crochets d’or ou d’argent « en façon de boutonnières […] et émaillez de blanc et noir » (35 vo). Pourtant ses dépenses témoignent de façon de bonnets de velours noir garnis de boutons de rubis, de chaînes d’or, de perles et de boutons de cristal, qu’agrémentent les nombreuses garnitures de plumes garnies de franges d’or/argent achetées au plumassier auquel il consacre une somme importante (253 l.). La reine fait faire ceintures, patenôtres, chaînes à « coudre », à « faire des boutonnières » ou à « mectre au col ». L’une d’elles ressemble à celle peinte sur son portrait conservé à Versailles (v. 1556) (fig. 3) : « fecte de 33 pilliers tous rondz, semé de [dessin de deux C] entrelassez, percez a jour, taillez et esmaillez de blanc et de noir et garny de fondz d’argent bruny par dedans » (146 l., 32 ro). Les chiffres monogrammés sont alors très appréciés en joaillerie comme en broderie, comme en témoigne le portrait d’Henri II conservé au Puy (fig. 1). Catherine fait aussi agrémenter les cornettes pendantes de ses caractéristiques chaperons à la française (fig. 3) de « tresseure de fil d’or » (51 ro) et allonger un touret d’or garni de diamants, rubis et perles (286 l., 33 vo). Mais nulle trace, dans le compte de 1556, de ces guimpes et résilles de perles qui parent ses décolletés dans les portraits des années 1550 (fig. 3). Agrémentés de ces parures que reprennent à l’envie les portraits officiels, afin de signifier la magnificence et la majesté, les souverains brillent d’un feu qu’encensent les chroniqueurs de l’entrée rouennaise de 1550, comparant la vêture de la reine à un ciel étincelant d’étoiles quand celle du roi cause « une copieuse réverbération à son auguste face »35. Nous ne sommes pas loin du Roi-Soleil…

Fig. 3 - D’après François Clouet, Catherine de Médicis, reine de France, vers 1556, huile sur bois : 31 × 22 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3179.

Fig. 3 - D’après François Clouet, Catherine de Médicis, reine de France, vers 1556, huile sur bois : 31 × 22 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3179.

Magnificence chromatique

  • 36 . Voir par exemple Denis Crouzet, Le haut cœur de Catherine de Médicis : une raison politique aux t (...)
  • 37 . Monique Chatenet, La cour de France au xvie siècle : vie sociale et architecture, Paris, C. Picar (...)
  • 38 . Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, éd. par É. Vaucheret, Paris, Gallimard, 1991, I (...)
  • 39 . « Elle s’habilloit tousjours fort bien et superbement, et avoit tousjours quelque gentille et nou (...)

23À la lecture des comptes s’éloigne la représentation austère des deux souverains donnée par l’imagerie historique. En 1556, Catherine de Médicis n’a rien de la sombre reine toujours vêtue de noir, devenue un de nos repères visuels de la France du xvie siècle. La reine cultiva en effet cette image après son veuvage et cette apparence contribua à alimenter l’image noire de la gouvernante qu’elle fut pendant les guerres de religion, image actuellement reconsidérée par l’historiographie36. En 1556 Catherine a tout d’une reine, magnifique en ses apparences, à la réputation dépensière. L’ambassadeur vénitien Soranzo rapporte en 1550 qu’elle « s’habille magnifiquement, de sorte que le vêtement qu’elle porte un jour ne se voit plus pendant de nombreux mois »37. Vingt ans plus tard, une réflexion faite à sa fille Marguerite, qui désespère de quitter la cour de France et la « mode qui courre » pour rejoindre son mari en Navarre (1578), témoigne de la conception que Catherine a du rôle d’une souveraine en matière d’innovation. C’est à vous, lui dit-elle, d’inventer et produire « les belles façons de s’habiller » et où que vous alliez, « la court les prendra de vous et non vous de la court »38. Brantôme, qui fit ses débuts à la cour en 1556, insiste sur les habits superbes et sur l’inventivité de Catherine à cette période39. Mais quelle façon suit le couple royal en 1556-1557 alors que celle d’Espagne rayonne en Europe et s’impose dans le vestiaire des élites européennes ?

  • 40 . Sophie Jolivet, « La construction d’une image : Philippe le Bon et le noir », dans le présent vol (...)
  • 41 . Michel Pastoureau, Noir : histoire d’une couleur, Paris, Éditions du Seuil, 2008.
  • 42 . Brantôme, Œuvres complètes du seigneur de Brantôme…, Paris, Foucault, 1822-1823, 7 vol., t. II (1 (...)

24Le noir est certainement la couleur la plus fréquente des deux vestiaires royaux, suivie du blanc (tableaux 3 et 4). La présence importante du noir dans les garde-robes royales n’est pas neuve. L’usage en était déjà bien établi dans celle de François Ier et le siècle antérieur fut déjà un « grand siècle du noir », de grands princes tels que le duc de Bourgogne ayant construit leur image autour de cette couleur40. La cour d’Espagne hérite de cet attachement et le noir en devient le signe identitaire au xvie siècle sans qu’il lui soit pourtant réservé. Le noir princier n’a rien du noir austère des religieux, des magistrats ou de la vertu chrétienne que veut y voir la Réforme protestante41. C’est un noir riche et dense sur des velours, satin, damas et taffetas coûteux. Les multiples ornements vus précédemment tirent profit de l’effet visuel provoqué par les jeux de contrastes qu’ils opèrent. Il en est de même du blanc qui suit de près pour certains vêtements le pôle chromatique si important du noir dans les couleurs favorites du couple. Il n’est donc guère surprenant que les portraits royaux survivants des années 1550 soient en noir ou en blanc (fig. 1 et 3). Le roi, en tout cas, fit du blanc et du noir ses couleurs emblématiques par esprit de chevalerie car elles étaient celles de sa maîtresse, Diane de Poitiers, veuve du grand sénéchal Louis de Brézé42.

Tableau 3 : Couleurs des vêtements de la reine (1556) par fréquence de mention

Robes

Cottes

Jupes

Manches

Corps

Manteaux

Chausses

Non mentionnée

1

1

1

3

 

7

Argent ou or

3

2

1

2

 

 

Blanc

3

12

2

9

1

3

19

Bleu

 

 

 

 

 

1

Rouges

4

10

4

2

1

4

Violet

 

 

 

 

1

 

Jaunes

1

6

2

1

 

1

Orangé

 

 

 

 

 

1

Vert

1

 

 

 

 

 

Gris

2

3

2

1

5

1

Noir

20

13

0

5

3

11

2

Total

35

47

9

19

12

21

36

Tableau 4 : Couleurs des vêtements du roi (1557) par fréquence de mention

Pourpoints

Hauts-de-chausses

Bas-de-chausses

Sayes

Collets

Robes

Non mentionnée

6

4

Blanc

10

5

5

9

Blanc rayé

5

Rouges

4

1

1

Violet

2

1

1

Jaunes

5

1

1

1

Orangé

1

1

1

Noir

7

3

3

8

8

19

Total

40

12

12

8

22

19

  • 43 . L’ordonnance somptuaire d’Henri II, en 1549, insiste sur cette distinction, n’accordant aux genti (...)
  • 44 . Brantôme, Œuvres complètes…, op. cit., p. 366. Dans le compte de 1556, mention de la façon d’une (...)
  • 45 . Alonso Sánchez Coello, Isabelle de Valois, v. 1560, Vienne, Kunsthistorisches Museum.

25Le noir n’a pourtant pas chromoclasté les garde-robes des souverains dont la palette est loin d’être monochrome : blanc, gris, rouges, violet, jaune, orangé voire vert et bleu se retrouvent dans les archives. Certes chez Henri II, les robes et sayes rencontrées en 1557 sont toutes noirs mais les mentions de pourpoints et hauts-de-chausses blancs, puis rouges, violets, couleurs royales, ou encore jaunes et orangés, souvent coordonnés à des bas de même couleur, sont bien plus nombreuses. Ces textiles colorés de qualité peuvent dépasser en valeur les plus beaux noirs : 16 l./a. par exemple pour un velours cramoisi rouge de Florence haute couleur, couleur réservée aux princes dans leurs vêtements de dessus43. Le roi fait faire un splendide pourpoint de velours orangé, doublé de taffetas jaune orangé, chamarré « en long et en bies trois à trois d’une bizette d’argent en forme de deux chesnettes », découpé, avec des créneaux au collet et aux bas des manches, assorti à un haut-de-chausses de velours de même couleur, bouillonné de satin jaune paille associé à des bas de serge jaune (57 vo, 58 vo, 63 vo, 64 vo). Il apprécie aussi les pourpoints de toile blanche rayée de soie rouge, noire ou blanche. Les couleurs supplantent d’ailleurs le noir chez le roi pour ses pourpoints et hauts-de-chausses, et le blanc occupe une place de choix. Catherine privilégie le noir pour ses robes (la moitié des mentions) mais moins pour ses cottes (le quart des mentions) pour lesquelles le blanc arrive à part égale avec le noir. En revanche le vert, que Brantôme dit être sa couleur fétiche jusqu’à son veuvage, n’est relevé qu’une seule fois44. Mais or et argent, rouge cramoisi, incarnat et jaune, taffetas changeant (jaune et bleu, jaune et rouge, jaune et blanc) rehaussent ses apparences ; cottes, basquines et jupes étant proportionnellement beaucoup plus colorées que les robes, probablement afin de jouer sur le contraste avec celles-ci. Il y a fort à penser que ces vêtements colorés étaient des vêtements d’apparat, tels ceux représentés par Sánchez Coello sur la fille aînée du couple royal, Isabelle, mariée quelques années plus tard à Philippe II mais vêtue à la française sur ce portrait45.

Magnificence à la française ?

  • 46 . Un autre exemple, en fo 28 vo, pour un changement de façon en une robe à l’italienne mais sans pr (...)

26Mais peut-on attribuer un caractère national à la manière de se vêtir des souverains français ? C’est une question délicate car les comptes sont rarement précis sur le style d’un vêtement. Je pense néanmoins que lorsque silence de la source il y a, c’est parce qu’il va de soi que la pièce mentionnée n’a pas de forme particulière. L’Argenterie ne serait alors plus précise que lorsque le vêtement a une forme ou un type d’ornement qualifié d’étranger, telles certaines chamarrures (sur les cols notamment) ou découpures associées à l’expression « à l’espaignolle ». Mais quantitativement ces précisions restent rares. Le qualificatif « à la française », par exemple, n’apparaît qu’une seule fois dans les deux comptes, et seulement pour la reine à l’occasion du changement « de façon d’une robbe de velours qui estoit à la françoise et qui a este mise à l’italienne » (26 vo), ce qui demande six aunes supplémentaires au tailleur46. Le réemploi pour adapter un vêtement à une façon nouvelle, pour l’allonger ou l’élargir (la reine est enceinte en 1556), ou pour prélever un élément réutilisé dans un autre vêtement, témoigne d’une économie du luxe où l’on ménage les matériaux précieux. C’est particulièrement le cas pour les fourrures des manteaux et robes du roi. Pour fourrer l’une d’elles, on emploie une vieille panne de martre zibeline à laquelle on ajoute trois manteaux de martres neuves à 30 livres le manteau (59 ro/vo).

  • 47 . Voir le dessin de François Clouet, Catherine de Médicis, 1555, Londres, collection de M. G. Sltin (...)

27Il est certain qu’en ces années 1550 Henri et Catherine possèdent des vêtements à l’espagnole mais la nature des comptes les rend impossibles à quantifier. On refait pour la reine une cotte de velours dans laquelle on a pris un « corps faict à l’espaignol » (40 ro). On achète des passements pour une robe de drap gris « fecte à l’espaignolle » à haut collet (40 ro, 54 vo). Le haut collet, montant sur la gorge, est une des caractéristiques rattachées à cette mode par les comptes47, de même que les aiguillettes « façon d’espaigne » pour mettre aux bourrelets des manches de la reine (31 ro), aiguillettes abondamment employées dans le vêtement espagnol. La reine fait ainsi réparer 94 fers d’aiguillettes pour « garnir une robe à l’espaignolle » (33 ro) ! Pour le roi, la mention « à l’espagnole » n’apparaît jamais pour les pourpoints et hauts-de-chausses que l’on retrouve alors présents dans l’ensemble du vestiaire masculin européen. Ce n’est pas à ces éléments que son compte attribue un « label » national. En revanche, il précise que le roi fait faire une robe de damas à l’espagnole (27 vo), achète plusieurs feutres à l’espagnole avec leur cordon d’or ou d’argent, fait chamarrer à l’espagnole le grand collet d’un caban de feutre blanc (40 ro) et faire une paire de chausses découpées à l’espagnole (38 ro).

  • 48 . Les autres mentions ne sont que des mentions de divers achats et façons sur des robes dont le com (...)
  • 49 . Isabelle Paresys, «The Dressed Body: The Moulding of Identities in 16th Century France», Cultu (...)
  • 50 . Fanny Cosandey, La reine de France : symbole et pouvoir, xve-xviiie siècle, Paris, Gallimard, 200 (...)
  • 51 . Correspondance de G.-B. da Gambara à la duchesse de Mantoue citée par M. Chatenet, La cour…, op. (...)
  • 52 . Sur les morales vestimentaires, voir Isabelle Paresys, « Paraître et se vêtir au xvie siècle : mo (...)

28Néanmoins, comme en matière de couleur, les comptes mettent à mal toute idée d’un mode de se vêtir unique, soit espagnol, soit français à la cour des Valois. Les achats de grands métrages de tissus pour la reine ne sont en effet destinés qu’à des robes à l’italienne, de damas gris ou de velours noir48. Chez le roi, les qualificatifs étrangers sont surtout présents pour les robes et manteaux : un manteau de velours noir à l’allemande (46 ro) et un manteau d’écarlate rouge à l’anglaise « pour porter au camp » (39 ro, 41 vo), six robes à l’allemande, une à l’anglaise et une à l’espagnole. Et, comme pour la reine, les mentions d’influences étrangères ne privilégient pas la façon espagnole. L’apparence des souverains est donc cosmopolite et joue avec les identités comme c’est le cas d’ailleurs durant tout le siècle en France ou en Angleterre49. Il est possible cependant, que lors de certaines cérémonies, les souverains aient joué du caractère national associé au vêtement, particulièrement pour la reine, car c’est pour le sien (robe, coiffes, manches) que celui-ci est le plus fréquemment mentionné. La reine de France, sacrée et couronnée, est en effet associée à son époux dans la représentation monarchique50. Néanmoins, on ne lui tient pas rigueur de manières de se vêtir étrangères, modes que la reine peut affectionner particulièrement du fait de son origine. Deuxième épouse de François Ier, Éléonore d’Autriche s’habillait « à la portugaise presque tous les jours comme le font ses demoiselles qui sont au nombre de huit, vêtues de satin gris » écrivait un Mantouan, alors que son compte de l’Argenterie témoigne de pratiques plus cosmopolites51. Le caractère français sera davantage exigé des reines aux xviie et xviiie siècles. On leur imposera de quitter la vêture de la cour paternelle pour adopter celle de leur nouveau royaume. Il n’est pas impossible que le discours moraliste grandissant, dans la deuxième partie du xvie siècle, contre l’inconstance vestimentaire et l’influence des modes étrangères qui pervertissent l’identité nationale, ait particulièrement porté ses fruits en ce qui concerne le corps vêtu de la reine, épousée de plus en plus choisie chez une puissance ennemie (Espagne, Autriche) et mère du futur roi de France52.

29Malgré la vision très éclatée qu’ils donnent des garde-robes royales, les comptes de l’Argenterie de 1556 et 1557 témoignent de l’importance des dépenses engagées par Catherine de Médicis et Henri II. Celles de la reine sont renchéries par l’importance des dépenses d’orfèvrerie pour ses parures ou cadeaux. De nombreux fournisseurs participent à la fabrication de leurs apparences mais les souverains n’emploient pas les mêmes afin de faire bénéficier ainsi plus de personnes du privilège d’approvisionner leur garde-robe. Celle-ci est riche en pièces vestimentaires dont les comptes gardent la trace via l’achat des textiles, l’acquisition de divers ornements ou le paiement de leur façon ou retouche. Si le roi fait faire nombre de pourpoints et hauts-de-chausses à la mode, il apprécie le confort de longues robes fourrées. Les pièces sont encore plus variées chez la reine qui commande en abondance robes et cottes, mais les traces de basquines et vertugades restent fort modérées, sans doute en raison de ses grossesses.

  • 53 . Voir aussi Brantôme, Recueil des Dames…, op. cit., I, II, p. 36.
  • 54 . Isabelle Paresys, « Images de l’Autre vêtu à la Renaissance : le recueil d’habits de François Des (...)

30Les comptes de l’Argenterie témoignent aussi de la magnificence des souverains qui revêtent des textiles coûteux enrichis par diverses techniques d’ornementation en broderie, passementerie et orfèvrerie et par une gamme chromatique qui est loin de les enfermer dans le noir, celui-ci dût-il être luxueux. Roi et reine de France, Henri et Catherine n’en apprécient pas moins les façons étrangères pour certains de leurs vêtements, ce qui leur donne une apparence cosmopolite. Ce cosmopolitisme est aussi apprécié à la cour des Valois lors de mascarades et de spectacles de tragédie, dont les comptes gardent la trace : habits de Suisses pour la mascarade du roi, habits de Turcs et de Mores pour la tragédie Sofonisba donnée par la reine à Blois en 1556 et à laquelle participent ses filles aînées53. De la curiosité pour ces habits « estranges », le recueil d’habits de François Desprez rendra compte en 1562, inaugurant un genre à succès dans l’Europe de la Renaissance54. L’achat de ces travestissements pour les souverains et leurs courtisans ainsi que les dons de vêtements ou tissus aux gens de leurs Maisons pour les noces, deuils ou services rendus, alimentent l’idée de la munificence et de la largesse royale qui, comme la magnificence, est une des qualités jugées essentielles chez un souverain puissant. Mais ceci est un autre sujet.

Top of page

Notes

1 . Pour le Moyen Âge français, parmi les travaux les plus récents, voir Sophie Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de Monseigneur le duc de Bourgogne : costume et dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon de 1430 à 1455, thèse de doctorat de l’université de Bourgogne, 2003, consultable en ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00392310/fr (consulté le 21 février 2011). La bonne conservation des archives anglaises a permis les travaux de Maria Hayward, Dress at the Court of King Henry VIII, Leeds, Maney, 2007 et de Janet Arnold, Queen Elizabeth’s Wardrobe Unlock’d…, éd. par J. Arnold, Leeds, Maney, 1988. Pour l’Italie, voir par exemple Roberta Orsi Landini et Bruna Nicoli, Moda a Firenze 1540-1580 : lo stile di Eleonora di Toledo e la sua influenza, Firenze, Pagliai Polistampa, 2005. Pour l’Espagne, voir entre autres Carmen Bernis, Trajes y modas en la España de los Reyes Católicos, Madrid, Instituto D. Velázquez del Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 1978-1979.

2 . Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille, Atelier reproduction des thèses, université de Lille 3, 1981, 4 vol. et Deux épouses et reines à la fin du xvie siècle : Louise de Lorraine et Marguerite de France, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1995.

3 . Archives nationales, Paris, KK 118 (1556) et KK 106 (1557). L’article n’indiquera plus, dans son texte, que les folios des citations concernées.

4 . On ne conserve pas en France d’inventaire de garde-robe fait du vivant d’un souverain de la Renaissance ni même à leur décès à l’exception de ceux (partiels) de deux reines veuves (Catherine de Médicis, Louise de Lorraine).

5 . État de la maison de Catherine de Médicis, 1547-1585 (BNF, ms. fr. nouv. acq. 9175, f. 379-394), éd. par C. zum Kolk, Cour de France. fr, 19 octobre 2007, http://cour-de-france.fr/article2.html (consulté le 16 février 2011). Voir aussi Caroline zum Kolk, «The Household of the Queen of France in the Sixteenth Century», The Court Historian, vol. 14, no1, juillet2009, p.3-22; ici, p.19.

6 . Ordonnance du roi pour le règlement de la cour et du conseil, Lyon, 10 septembre 1574, BNF, ms. fr. 21 451, fo 48 ro.

7 . C.zum Kolk, art. cit., p.18.

8 . M. Hayward, op. cit., chap. III.

9 . Corinne Thépault-Cabasset, « Le service de la Garde-Robe : une création de Louis XIV », dans Fastes de cour et cérémonies royales : le costume de cour en Europe, 1650-1800, dir. P. Arizzoli-Clémentel et P. Gorguet-Ballesteros, Versailles/Paris, Château de Versailles/RMN, 2009, p. 28-33.

10 . Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994, p. 7.

11 . Natalie Zemon Davis, Essai sur le don dans la France du xvie siècle, trad. D. Trierweiler, Paris, Seuil, 2003.

12 . Gages relevés par C. zum Kolk, art. cit., et par Micheline Baulant, « Prix et salaires à Paris au xvie siècle : sources et résultats », Annales HSS, 1976, vol. 31, no 5, p. 983. Gages annuels d’un charretier pour l’Hôtel-Dieu de Paris entre 1561-1565.

13 . Clare Haru Crowston, Fabricating Women : The Seamstresses of Old Regime France, 1675–1791, Durham, Duke University Press, 2001.

14 . Voir les « Dépenses secrètes de François Ier », dans Les comptes des Bâtiments du roi (1528-1571), suivis de documents inédits sur les châteaux royaux et les beaux-arts au xvie siècle, éd. par L. de Laborde, Paris, J. Baur, 1877-1880, 2 vol. [fac. sim : Nogent-le-Roi, Librairie des arts et métiers éditions, 1999], t. II, p. 199-274.

15 . Par exemple le portrait de Catherine (v. 1556) avec robe noire, guimpe de pierreries, d’après François Clouet, conservé au château de Versailles (fig. 3) et celui en miniature de la reine (v. 1555) par F. Clouet conservé à Londres, au Victoria & Albert Museum.

16 . Pour les portraits d’Henri II en habit noir, celui de l’atelier de F. Clouet (xvie siècle) conservé au Louvre, copie de celui du palais Pitti de Florence. Pour les portraits en blanc, celui par un anonyme (milieu xvie siècle) conservé au musée Condé de Chantilly et celui conservé au musée Crozatier du Puy (1555) (fig. 1) ou encore le portrait en pied peint sur vélin (v. 1550) conservé au musée Condé.

17 . R. Orsi Landini et B. Nicoli, Moda a Firenze…, op. cit., p. 200.

18 . L’aune de Paris fait 1,188 m.

19 . Le collet est un mot polysémique qui peut désigner un col ou bien ce type de vêtement.

20 . Saye : nom masculin, pourpoint à basques au xvie siècle, dit aussi sayon selon François Boucher, Histoire du costume en Occident : des origines à nos jours, Paris, Flammarion, 1996, p. 473. Mais cette appellation-là n’apparaît pas dans les comptes.

21 . Voir la note 15. « a.  » pour « aune ».

22 . Voir l’usage qu’en font les élites d’alors dans Isabelle Paresys, « Le noir est mis. Les puys d’Amiens, ou le paraître vestimentaire des élites urbaines à la Renaissance », Revue d’histoire moderne & contemporaine, no 56-3, juillet-septembre 2009, p. 66-91.

23 . École française, Catherine de Médicis, v. 1548, Florence, palais Pitti, et F. Boucher, Histoire du costume…, op. cit., p. 462.

24 . Ibid., p. 456.

25 . Corneille de Lyon, Catherine de Médicis, v. 1536, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et note 29.

26 . Ordonnance du 12 juillet 1549, dans Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l’an 420, jusqu’à la Révolution de 1789, éd. par F.-A. Isambert, Decrusy et Armet, Paris, Belin-Leprieur/Verdière, 1821-1833, 29 vol., t. XIII (1828), p. 102.

27 . S’agirait-il du paiement tardif de dépenses pour les noces de Louis Ier de Bourbon (1530-1569), duc d’Enghien, avec Éléonore de Roye en 1551 ?

28 . Voir la note 16.

29 . Par exemple Francisque Pellegrin, La Fleur de la science de pourtraicture et patrons de broderie façon arabicque et italique, Paris, J. Nyverd, 1530.

30 . Si on totalise une dépense importante de 789 l. pour les chemises du roi et si on trouve pour la reine des achats de toile fine de Hollande pour faire son « menu linge », on ne relève pour elle que deux mentions d’achat de bizette et de cordon d’or pour garnir une chemise (9 ro). Le roi fait faire cinq douzaines de chemises de fine toile.

31 . François Clouet, Françoise de Brézé, dame de la Marck, duchesse de Bouillon, v. 1543, Chantilly, musée Condé.

32 . Anonyme, Henri II, 1555, Le Puy-en-Velay, musée Crozatier.

33 . Christine Aribaud, « Les taillades dans le vêtement de la Renaissance : l’art des nobles déchirures », dans Paraître et se vêtir au xvie siècle: actes du colloque du Puy-en-Velay, éd. par M. Viallon, Saint-Étienne, PUSE, 2006, p. 145-158.

34 . 460 l., par exemple, par la reine pour une grosse chaîne d’or pour le légat du pape venu à la cour négocier une intervention française en Italie (12 ro).

35 . C’est la deduction du sumptueux ordre, plaisants spectacles et magnifiques théâtres dressés et exhibés par les citoiens de Rouen… à la sacrée maisté du tres christian Roy de France Henry second, Rouen, E. Cagniard, 1885, non paginé.

36 . Voir par exemple Denis Crouzet, Le haut cœur de Catherine de Médicis : une raison politique aux temps de la Saint-Barthélemy, Paris, Albin Michel, 2005.

37 . Monique Chatenet, La cour de France au xvie siècle : vie sociale et architecture, Paris, C. Picard, 2002, p. 191.

38 . Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, éd. par É. Vaucheret, Paris, Gallimard, 1991, I, V, p. 323-327.

39 . « Elle s’habilloit tousjours fort bien et superbement, et avoit tousjours quelque gentille et nouvelle invention », ibid., I, II, p. 34.

40 . Sophie Jolivet, « La construction d’une image : Philippe le Bon et le noir », dans le présent volume.

41 . Michel Pastoureau, Noir : histoire d’une couleur, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

42 . Brantôme, Œuvres complètes du seigneur de Brantôme…, Paris, Foucault, 1822-1823, 7 vol., t. II (1822), p. 336.

43 . L’ordonnance somptuaire d’Henri II, en 1549, insiste sur cette distinction, n’accordant aux gentilshommes le port de ces coloris qu’aux pourpoints et hauts-de-chausses, et à leurs femmes qu’aux manches et cottes (et non à leurs robes).

44 . Brantôme, Œuvres complètes…, op. cit., p. 366. Dans le compte de 1556, mention de la façon d’une robe de velours vert chamarrée de passements jaunes et verts (55 ro).

45 . Alonso Sánchez Coello, Isabelle de Valois, v. 1560, Vienne, Kunsthistorisches Museum.

46 . Un autre exemple, en fo 28 vo, pour un changement de façon en une robe à l’italienne mais sans précision de la façon de la robe modifiée.

47 . Voir le dessin de François Clouet, Catherine de Médicis, 1555, Londres, collection de M. G. Slting.

48 . Les autres mentions ne sont que des mentions de divers achats et façons sur des robes dont le compte n’indique pas l’achat des tissus de dessus dans l’année. Sur l’ensemble des mentions de robes du compte, dix concernent les italiennes.

49 . Isabelle Paresys, «The Dressed Body: The Moulding of Identities in 16th Century France», Cultural Exchange in Early Modern Europe, éd. par R. Muchembled, vol. 4, Forging European Identities, 1400–1700, éd. par H. Roodenburg, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, chap. VI, p.227-257; J.Arnold, Queen Elizabeth’s…, op. cit., chap. VI.

50 . Fanny Cosandey, La reine de France : symbole et pouvoir, xve-xviiie siècle, Paris, Gallimard, 2000.

51 . Correspondance de G.-B. da Gambara à la duchesse de Mantoue citée par M. Chatenet, La cour…, op. cit., p. 191.

52 . Sur les morales vestimentaires, voir Isabelle Paresys, « Paraître et se vêtir au xvie siècle : morales vestimentaires », dans Paraître et se vêtir…, op. cit., p. 15-16.

53 . Voir aussi Brantôme, Recueil des Dames…, op. cit., I, II, p. 36.

54 . Isabelle Paresys, « Images de l’Autre vêtu à la Renaissance : le recueil d’habits de François Desprez (1562-1567) », Journal de la Renaissance, vol. 4, mai 2006, p. 25-56.

Top of page

Fig. 1 - École française, Henri II, 1555, huile sur bois : 109 × 77 cm. Le Puy-en-Velay, musée Crozatier, inv. 833.20. Inscriptions : HENRICVS II FRAC / REX XRIANISSIMVS / ANNO ÆTATIS SVÆ / XXXVII – 1555
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1319/img-1.jpg
image/jpeg, 92k
Fig. 2 - D’après François Clouet, Henri II, roi de France en 1547, 1559, huile sur bois : 30 × 22 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3175. Copie d’un original conservé au Louvre.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1319/img-2.jpg
image/jpeg, 180k
Fig. 3 - D’après François Clouet, Catherine de Médicis, reine de France, vers 1556, huile sur bois : 31 × 22 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3179.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1319/img-3.jpg
image/jpeg, 120k
Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Paresys, « Vêtir les souverains français à la Renaissance : les garde-robes d’Henri II et de Catherine de Médicis en 1556 et 1557 », Apparence(s) [Online], 6 | 2015, Online since 25 August 2015, Connection on 30 July 2016. URL : http://apparences.revues.org/1319

Top of page

Author

Isabelle Paresys

Isabelle Paresys est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Charles-de-Gaulle-Lille 3 et membre de l’IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion, université de Lille 3/CNRS), UMR 8529. Elle mène des recherches en anthropologie historique sur le vêtement entre la Renaissance et les Lumières. Elle a dirigé l’ouvrage Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours (Presses universitaire du Septentrion, 2008) et elle est rédactrice en chef de la revue électronique Apparence(s) (http://apparences.revues.org/). Elle a été directrice scientifique du programme « Se vêtir à la cour de France et dans les cours européennes (1650-1789). Usages, consommation, circulation » (Centre de recherche du château de Versailles). Isabelle.paresys@univ-lille3.fr
Isabelle Paresys is Senior Lecturer in Early Modern History at Lille University and member of the IRHiS (Research Centre for the History of Northern Countries) run by the University of Lille 3 and the CNRS. Her research in historical anthropology focuses on clothing between the Renaissance and the Age of Enlightenment. In 2008, she edited the book Paraître et apparences en Europe occidentale du MoyenÂge à nos jours (Presses Universitaires du Septentrion), and she is chief editor of the electronic journal Apparence(s) (http://apparences.revues.org/). She was the scientific director of the research programme ‘Dress at the Courts of France and Europe, 1650-1800: Use, Economy, Dissemination’ (Centre de recherche du château de Versailles).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page