Navigation – Plan du site
L'habit de cour en politique

Le pouvoir de l’habit ou l’habit du pouvoir

Philip Mansel

Résumés

Le pouvoir de l’habit ou l’habit du pouvoir - La beauté et l’intérêt de l’habit de cour ne devraient pas nous distraire de son propos. Le vêtement curial contenait un message à la fois universel et individuel, en particulier pour les monarques et les courtisans qui disposaient d’une vaste garde-robe. L’essor de l’uniforme civil et militaire dans les monarchies prussienne, russe et autrichienne après 1750 montre que l’idéologie de ces États était dorénavant basée sur la notion de service. L’uniforme s’avérait plus égalitaire que l’habit habillé qui projetait un message de classe et de richesse. En aliénant tant l’armée que la garde nationale, la défaillance de Louis XVI à adopter l’uniforme contribua à sa chute. Néanmoins, malgré la prévalence des uniformes à sa cour, Napoléon Ier retourna lui aussi à l’habit habillé, ce qui suggère que la cour d’Ancien Régime et ses traditions n’étaient pas aussi anachroniques qu’on le croit généralement. Le culte de l’uniforme dans les cours germaniques avant 1918 et son usage par les dictatures du xxe siècle montrent le pouvoir continu du vêtement dans un âge d’industrialisation et de mouvements de masse. Le vêtement était un instrument de pouvoir comme les armes ou le pain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Honoré de Balzac, Traité de la vie élégante, Paris, Arléa, 1998 (1830), p. 10.
  • 2  Honoré de Balzac, Les Illusions perdues, Paris, Booking International, 2000, p. 145.

«  La toilette est donc la plus immense modification éprouvée par l’homme social, elle pèse sur toute l’existence. […] elle domine les opinions, elle les détermine, elle règne  ! » écrivait Balzac en 18301. Et encore dans son chef-d’œuvre, Les Illusions perdues  : «  la question du costume est d’ailleurs énorme chez ceux qui veulent paraître avoir ce qu’ils n’ont pas, car c’est souvent le meilleur moyen de le posséder plus tard »2.

  • 3  Philip Mansel, Dressed to Rule  : Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, New Have (...)

1L’habit, et en particulier l’habit de cour, n’est pas seulement un but, une pièce de musée se suffisant à elle-même. Comme l’a écrit Balzac, c’est un outil, qu’on ne peut comprendre que dans son contexte politique, économique et social. L’habit aide à avoir ce que l’on n’a pas et aide aussi à devenir ce que l’on n’est pas. Par exemple, l’abandon de l’habit national traditionnel est un aspect essentiel des politiques de modernisation menées par Pierre le Grand en Russie, Mahmud II et Mustafa Kemal en Turquie ou par l’empereur Meiji au Japon. Conseillé par un médecin de cour de continuer à autoriser le port du kimono pour les femmes, habit plus confortable que le costume féminin européen du xixe siècle, ce dernier lui répondit  : «  Vous êtes peut-être un bon médecin, mais vous ne savez rien de la politique. » Il souhaitait que le Japon soit traité en égal par les puissances occidentales. Il estimait que l’habit de cour traditionnel «  donnait une impression de faiblesse »3. Sans le savoir, il était d’accord avec son contemporain Oscar Wilde, qui écrivit dans Le Portrait de Dorian Gray  : «  Il n’y a que les gens superficiels qui ne jugent pas sur l’apparence ».

  • 4Ibid., p. 28.
  • 5  Voir par exemple les portraits de Charles XII, Frédéric-Guillaume Ier et de Ferdinand IV dans P. M (...)

2L’habit influence donc les opinions et aide la réalisation des ambitions de celui ou de celle qui le porte. Il parle, autant parfois que les mots ou les actes. Aucun habit ne peut électriser comme l’uniforme militaire – le Kaisers Rock comme on l’appelait en Autriche. Il peut représenter à la fois l’identité, la victoire, le patriotisme, la masculinité, la discipline, la tradition ou la modernité  : le tout dans un objet charismatique. Comme ceux qui l’ont porté l’affirment, l’uniforme a un effet psychologique immense  ; pour beaucoup, il a été la possession la plus chère4. Surtout, un uniforme affiche le prestige du service du monarque ou de l’État  : en contraste avec l’habit habillé, objet unique qui affiche le luxe et la richesse d’un individu, un uniforme cache les différences – de richesse ou de classe – et met sur un pied d’égalité tous ceux du même rang dans le service. Le service de l’État prime sur l’appartenance à une classe  : l’armée est désormais ouvertement prônée – par Marie-Thérèse ou les rois de Prusse, par exemple – comme base de l’autorité monarchique, aussi importante que la religion et la propriété. Les monarques commencent à se présenter en soldat et à se sentir légitimés par leur uniforme, d’où la fréquence avec laquelle ils se font représenter, dans leurs portraits, en uniforme militaire5.

  • 6  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 24-26.

3Le but de l’uniforme n’est pas seulement d’intimider, mais aussi de gagner les cœurs. Le 28 juin 1762, Catherine II revêt l’uniforme vert et or vieux style du régiment des gardes Semeonovsky. Son but est de rallier les gardes russes en leur assurant qu’elle révoquerait les réformes d’inspiration prussienne détestées de son mari Pierre III, y compris l’imposition d’uniformes étroits à la prussienne. Ce jour-là, avec l’aide de ces mêmes gardes, elle renverse son mari du trône6. Elle est peut-être la première impératrice ou reine à porter l’habit militaire, et elle commémore ce geste audacieux en commandant à Virgilius Eriksen un portrait d’elle-même avec cet uniforme, qui se trouve encore au-dessus du trône impérial dans la salle du trône du palais de Peterhof.

  • 7Ibid., p. 23, 27, 28.

4Après 1770, le prestige croissant des armées et du service militaire est symbolisé par le culte de Frédéric le Grand qui, après sa jeunesse, ne porte plus que l’uniforme militaire. En Autriche, après la mort de l’empereur François Ier en 1765, l’habit de cour civil traditionnel dit «  espagnol » est aboli par son fils Joseph II, le 8 novembre 1766. Désormais, la plupart des hommes qui vont à la cour portent l’uniforme militaire, à l’instar de Joseph II et de ses frères. Comme la Prusse, l’Autriche devient une monarchie militaire, et le restera jusqu’en 1918. En 1774, l’ambassadeur impérial en France, le comte de Mercy-Argenteau, doit acheter à Paris deux habits habillés pour l’archiduc Maximilien, venu rendre visite à sa sœur Marie-Antoinette. À l’époque, un archiduc ne possède que des uniformes militaires. L’habit de cour de Louis XIV, jadis imité presque partout en Europe, jusqu’à Saint-Pétersbourg, n’est plus à la mode. Pour le duc de Croÿ, l’uniforme militaire autrichien que porte Joseph II lors de sa visite à Versailles en 1778 représente désormais «  la vraie grandeur »7.

  • 8Ibid., p. 21, 28, 29-30.

5Dès 1780, l’uniforme militaire domine dans les réceptions d’hommes, dans les cours de Londres et de Saint-Pétersbourg comme à celles de Berlin et de Vienne. En Angleterre, réputée être si peu militaire, pour pouvoir endosser l’uniforme, les hommes briguent des places dans la milice ou s’inventent des uniformes de fantaisie, tel le futur Georges IV ou Lord Byron. À Turin, dès le milieu du xviiie siècle, la famille royale et la cour portent l’uniforme militaire  : des décrets interdisent aux nobles allant à la cour de mettre des uniformes auxquels ils n’ont pas le droit8.

  • 9  Lucy de La Tour du Pin, Journal d’une femme de cinquante ans, 1778-1815, éd. A. de Liedekerke-Beau (...)

6À Versailles, cependant, l’habit habillé reste obligatoire le dimanche, sauf le jour de la saint Louis, fête de l’ordre militaire du même nom. En 1782, pendant la guerre de l’Indépendance américaine, le capitaine Sheldon doit ôter l’uniforme et revêtir un habit habillé pour pouvoir présenter à Louis XVI les drapeaux pris à l’île de Grenade. Mme de La Tour du Pin, fille d’une dame du palais de la reine, commente  : «  Et l’on s’étonne que la Révolution ait renversé une Cour où se passaient de semblables puérilités  ! […] L’habit qui avait conquis les drapeaux n’était pas bon pour les présenter  ! »9

  • 10  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 71.

7Le choix de ses habits aide Louis XVI à se couper de ses sujets. Portant habituellement un frac simple, il continue, dans les grandes occasions, à porter l’habit habillé de cour traditionnel jusqu’à la fin de son règne, y compris pour accepter la Constitution devant l’Assemblée nationale le 14 septembre 1791 et aux fêtes du 14 juillet au Champ-de-Mars en 1790 et 1792. Entouré de gardes nationaux ou de soldats à l’uniforme tricolore, qui affichent leur enthousiasme pour la Révolution, l’habit du roi, en contraste, fait Ancien Régime10. En 1790, il refuse les demandes, faites presque à genoux, par La Fayette et le prince de Poix, gouverneur du château de Versailles et capitaine des gardes du corps, de porter son uniforme rouge et or d’officier général lors de revues militaires. En juillet 1792, il refuse les demandes, également pressantes, de la part de gardes nationaux de Paris de porter leur propre uniforme. Quoique son fils le porte, en juillet 1792, il fait une réponse qui se passe de commentaire  : «  que depuis longtemps il le désirait, mais qu’il ne savait pas précisément si quelques articles de la Constitution ne s’y opposaient pas ». Jusqu’aux dernières heures de la monarchie, le 10 août 1792, le roi, comme ses courtisans, porte le frac ou l’habit habillé. Au lieu de lui faire gagner des cœurs, l’habit lui en fait perdre.

  • 11  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 69, 73-74, citant des pamphlets de 1792.

8Les pamphlets de l’époque font cependant état de l’importance de l’uniforme en politique  : «  cependant quelle différence pouvait-il exister entre eux [royalistes] et la garde nationale  ? Aucune que celle de l’habit […] ». Ou ces réponses de gardes nationaux à des royalistes voulant se faire admettre au château des Tuileries pour défendre le roi, le 9 août  : «  que ce n’était pas l’heure de se présenter au château sans être revêtu d’un uniforme […] que ce n’était pas l’heure de faire sa cour au Roi et que personne n’entrait qu’en habit de garde nationale pour donner renfort à la garde ». Comme disait le prince de Poix  : «  Votre Majesté est impossible à servir »11. Le roi qui ignore le pouvoir de l’habit va à l’échafaud.

  • 12The Age of Napoleon  : Costume from Revolution to Empire, 1789–1815, éd. par K. le Bourhis, New Yo (...)
  • 13Uniformes civils français, cérémonial, circonstances  : 1750-1950, éd. par M. Delpierre, Paris, Mu (...)
  • 14  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 79-80.

9En contraste avec Louis XVI, aucun monarque n’a prêté plus d’attention que Napoléon Ier au pouvoir de l’habit. Des expositions, au Metropolitan Museum12 et au palais Galliera13, ont montré le faste des habits du Premier Empire. L’attention que ce génie de la victoire et de l’administration, ancien révolutionnaire montagnard, a prêtée à l’habit et à la renaissance de l’habit de cour de Versailles montre à quel point il était utile comme outil et message politique et commercial. Dès sa prise de pouvoir lors du coup d’État de brumaire 1799, Bonaparte crée des uniformes brodés  : en décembre 1799 pour les consuls, les ministres et le Conseil d’État  ; en mai 1800 pour les sénateurs et préfets  ; en mai 1801 pour les autres fonctionnaires publics. Aujourd’hui, les uniformes de l’Académie française et de l’École polytechnique en sont les derniers exemples survivants14.

  • 15  John G. Lemaistre, A Rough Sketch of Modern Paris, London, J. Johnson, 1803, p. 82, 161.
  • 16  « L’étiquette et l’habit de cour sont strictement respectés et tout le monde est d’accord pour dir (...)

10Dès 1801, l’habit est un aspect remarqué des réceptions tenues aux Tuileries par le premier consul, tous les décadis d’abord, puis tous les dimanches. Officiers et fonctionnaires portent l’uniforme  ; les autres, sans poste officiel, l’habit habillé. Onze ans, donc, après la chute de l’Ancien Régime, des citoyens de la République française étaient prêts à en porter l’habit, comme le révèlent certains portraits d’apparat, tel celui de Duroc, grand maréchal du palais, conseiller le plus intime de Napoléon (par Gros au musée de l’Histoire de France). Quelques ministres portent même le talon rouge de Versailles, jadis si moqué comme symbole de la futilité de la noblesse de cour. En République, ils reviennent à l’habit de Versailles. Il n’était pas si détesté qu’on le pense, d’autant que le régime qui l’impose a gagné autant de victoires que le Consulat. Les habits montrent que la Révolution française est moins une rupture qu’un intervalle qui mène à une redéfinition de la monarchie et de la cour. En mars 1801, à une réception du premier consul, un voyageur anglais admire son «  grand costume », «  a scarlet velvet coat richly embroided with gold » («  un manteau de velours pourpre écarlate richement brodé d’or ») et «  the handsome uniforms and commanding figures of the soldiery » («  les beaux uniformes et la taille impressionnante des soldats »). Il poursuit  : «  every one not in a uniform is in the full dress of the old court » («  tous ceux qui ne portent pas l’uniforme portent l’habit habillé de l’ancienne cour »15). Un an plus tard, un Irlandais écrit  : «  The etiquette of a court and court dress are strictly observed  ; and everyone agrees that the splendour of the court of the Tuileries is much greater than ever was the old court of France. »16 Les voyageurs écrivent plus sur les habits du pouvoir que sur ses réformes administratives ou judiciaires.

  • 17  Anne Plumptre, A Narrative of Three Years’ Residence in France, Principally in the Southern Depart (...)

11Bonaparte lui-même utilise la technique de dressing down pratiquée avant lui par Frédéric II de Prusse. Il porte l’uniforme bleu et blanc de colonel des grenadiers à pied de la garde impériale le dimanche et celui vert et blanc de colonel des chasseurs à cheval de la garde en semaine. La redingote grise qu’il portait en campagne inspire un culte parmi ses soldats17.

  • 18  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 81.

12Les traditions de cour en France et les besoins du commerce français, si intimement liés, se sont rapidement imposés à nouveau. Bonaparte s’est entouré d’hommes – comme Talleyrand, Berthier, Caulaincourt ou Ségur – dont le père ou la mère avait servi à Versailles. Ils n’étaient pas les seuls en France à vouloir reconstituer la cour. En 1800, dans un geste révélateur d’un désir à la fois de paix, de commerce et de splendeur, la ville de Lyon présente au citoyen premier consul un «  habit à la française en velours cerise, brodé de rameaux d’olivier en fils de soie, d’or et d’argent, et doublé de faille rose ». Le 18 avril 1802, au Te Deum donné à Notre-Dame en l’honneur du concordat signé avec le pape, Bonaparte porte cet habit plutôt que son uniforme de premier consul. Ce jour-là aussi, ses valets de pied arborent pour la première fois en public la livrée vert et or. D’après un témoin anglais, la foule se réjouit  : «  Ah voilà encore la bourse et la livrée  ! Oh comme c’est beau  ! Comme ça fait plaisir, voilà qui commence véritablement un peu à prendre couleur  ! […] Ah c’est bien […] C’est comme autrefois – enfin nous reconnaissons notre pays. »18 L’habit est à la fois outil politique et moyen de propagande.

  • 19Ibid.
  • 20Ibid., p. 92.

13Le 29 messidor an XII (18 juillet 1804), deux mois après la proclamation de l’Empire, un décret réglemente les uniformes civils des princes français, maréchaux, grands officiers et officiers des maisons civiles. Chaque service a une couleur différente  : rouge pour le grand maréchal du palais, cramoisi pour le grand chambellan, bleu pour le grand écuyer et vert pour le grand veneur. Un crédit spécial de 650 000 francs est ouvert pour payer les costumes. Jean-Baptiste Isabey, dessinateur des fêtes et spectacles de la cour – conseillé par Ségur, grand maître des cérémonies –, Rémusat, premier chambellan et maître de la garde-robe, et Denon, directeur du musée Napoléon, en dressent les modèles. Leur principe conducteur était, comme l’écrit l’intendant de la Grande Armée Daru à l’empereur  : «  il ne suffit pas que la pompe qui entoure Votre Majesté soit magnifique, il faut qu’elle soit inimitable »19. Les uniformes civils de la Maison de l’empereur étaient si admirés qu’ils furent directement copiés par la Maison du roi lors de sa réorganisation en 182020.

  • 21Ibid., p. 83.

14Ces costumes impressionnent lors du sacre du 2 décembre 1804. Le drap disparaît sous l’éclat des broderies. D’habitude si moqueur, Stendhal lui-même, qui porte un uniforme civil comme auditeur au Conseil d’État, écrit  : «  je trouvais ce costume fort bien ». Les costumes et les uniformes font partie intégrale de l’image et du souvenir du régime. Plus tard, sous Louis-Philippe, Alfred de Musset écrira dans La Confession d’un enfant du siècle (1836) que les fils ne pouvaient pas oublier les poitrines chamarrées d’or de leurs pères21.

  • 22Ibid., p. 84.

15Avec l’encouragement de l’empereur, l’uniforme civil de cour de l’Empire est imposé aux cours de sa dynastie, à Milan, Lucques et Naples. Le costume de cour triomphe même en Hollande où il était peu répandu au xviiie siècle. Amsterdam, autrefois si bourgeoise, devient ville de cour. Les Français se moquent des Hollandais qui, portant des uniformes ou des habits magnifiquement brodés, ont l’air embarrassés. Bien vite cependant, la cour paraît, d’après Stanislas de Girardin, premier chambellan du roi Louis-Napoléon, «  excessivement brillante »22.

  • 23Ibid., p. 83.
  • 24  H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 34.

16Du point de vue des habits, la cour des Tuileries est aussi fastueuse et dépensière que celle de Versailles. Les uniformes ne lui suffisant pas, l’empereur adopte d’autres habits du pouvoir. Isabey lui dessine, en plus de son costume de sacre, un petit costume pour les fêtes de cour  : une tunique de satin blanc et un manteau de velours pourpre brodé d’or et d’argent, avec la lettre N partout. On l’appelle le grand costume de France (il en a un autre, vert, en tant que roi d’Italie)23. C’est celui qu’il porte lors de son mariage avec l’archiduchesse Marie-Louise en 1810. Si, comme l’a écrit Balzac, la Révolution fut «  un débat entre la soie et le drap »24, la soie avait triomphé (fig. 1).

Fig. 1 - Benjamin Zix, Le cortège nuptial de Napoléon et de Marie-Louise à travers la Grande Galerie du Louvre, le 2 avril 1810, vers 1810, dessin à la plume, encre grise, lavis brun  : 40 × 60 cm. Collection particulière de l’auteur.
Un apogée de la vie de cour en France  : applaudi par quatre mille parisiens en habit de cour, l’empereur inaugure sa Grande Galerie. Il porte son «  petit costume » et est précédé et suivi par les officiers de sa maison en «  grand costume ». Le personnage portant bâton, sur le devant de la gravure, est son grand maître des cérémonies, le comte Louis-Philippe de Ségur.

Fig. 1 - Benjamin Zix, Le cortège nuptial de Napoléon et de Marie-Louise à travers la Grande Galerie du Louvre, le 2 avril 1810, vers 1810, dessin à la plume, encre grise, lavis brun  : 40 × 60 cm. Collection particulière de l’auteur. Un apogée de la vie de cour en France  : applaudi par quatre mille parisiens en habit de cour, l’empereur inaugure sa Grande Galerie. Il porte son «  petit costume » et est précédé et suivi par les officiers de sa maison en «  grand costume ». Le personnage portant bâton, sur le devant de la gravure, est son grand maître des cérémonies, le comte Louis-Philippe de Ségur.

17L’empereur est même l’un des derniers monarques d’Europe à porter l’habit habillé, longtemps après sa disparition des autres cours. Aux bals parés, il écrit en 1810 que les hommes ne doivent porter que les habits de soie, à l’exception des officiers de service près de l’empereur et près de l’impératrice et des officiers de la garde impériale et de la garnison de Paris de service ce soir-là.

  • 25  Napoléon Ier, Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Paris, (...)

Pour mettre aussi en activité les métiers qui fabriquent des étoffes unies, Sa Majesté est disposée à faire des commandes d’objets étrangers aux besoins de ses palais. Il faut d’abord que les députés de Lyon fassent connaître à combien devraient s’élever ces commandes […] il convient d’examiner ce qu’on pourrait faire pour les fabriques de Lyon par les règlements de cour. On peut dire que pendant l’hiver, et toutes les fois qu’on sera en grand costume, l’habit de velours sera obligé, et que les jours de cour […], tout le monde, excepté les officiers de service, paraîtra à la cour sans costume, mais vêtu en étoffes de Lyon25.

18L’exemple de la cour influera sur les particuliers aisés qui en adopteront l’usage.

19On voit dans cette note le fonctionnement de l’habit de cour comme arme économique et la confiance en ce que la cour reste, au xixe siècle, le centre de la France et son modèle.

20En 1811, Mme de Flahaut, mère de l’un des aides de camp préférés de l’empereur, écrit  :

  • 26  Comtesse d’Albany, Le Portefeuille de la comtesse d’Albany  : 1806-1824, éd. par Léon-Gabriel Péli (...)

Nous ne sommes occupés qu’à acheter des manchettes de dentelles et des habits habillés. On ne parle pas d’autre chose. J’ai peur que cela ne nuise au brillant de la cour, car ces costumes [les uniformes militaires et civils] étaient superbes. Mais cela encouragera et alimentera les manufactures de Lyon, et c’est un grand bien26.

  • 27  Laure Junot, duchesse d’Abrantès, Mémoires de Madame la duchesse d’Abrantès  ; ou, Souvenirs histo (...)
  • 28  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 87.
  • 29  Lettre à Bertin de Vaux, 11 août 1820, citée dans Alice Garrigoux, Lise Dubief et Nicole Villa, Ta (...)

21La fête de l’impératrice Marie-Louise, la saint Louis de l’ancienne monarchie, était célébrée le 25 août 1811 par des fêtes où tous les hommes portaient l’habit habillé. «  Quelles singulières tournures il y avait, en effet, bonté divine  ! », écrira la duchesse d’Abrantès27. Napoléon Ier porte un habit habillé de velours brun, avec gilet brodé en or et diamants. Des ci-devant républicains, tels les maréchaux Augereau, Ney, Junot et Lannes portent à la cour des habits habillés roses, verts ou gorge de pigeon28. Le retour de l’habit habillé ne s’impose pas uniquement pour plaire au commerce lyonnais. Il fait aussi partie d’un projet  : l’utilisation du lever et du coucher comme occasions de témoigner de la faveur ou d’inspecter des candidats aux postes officiels  ; le rôle politique de la dynastie, surtout de Joseph, frère de l’empereur, comme lieutenant en 1800-1806 et 1814-1815  ; l’effacement du Sénat et du corps législatif et la montée de la Maison de l’empereur, gouvernement occulte dirigé par deux personnages clefs, le grand maréchal du palais et le ministre secrétaire d’État  ; le projet, dès 1806, de restaurer et d’habiter Versailles. Quoique les carrières restent ouvertes aux talents, tout montre la vérité du mot de Talleyrand, écrit en plein régime parlementaire sous Louis XVIII, selon lequel Napoléon était «  le dernier roi de l’ancien régime »29.

  • 30  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 88.

22Les changements de régime, donc d’uniformes et de livrées, si fréquents en 1814 et 1815, ont sensibilisé les Français à l’habit. Le 23 octobre 1812, le général Malet peut s’emparer du pouvoir pendant quelques heures à Paris en partie grâce au prestige de son grand habit de lieutenant général30. Des gravures intitulées Les habits retournés ou Allons, retournons encore nos habits et des poèmes comme «  Vieux habits, vieux galons » de Béranger montrent les fonctionnaires passant de la livrée vert et or de l’Empire à celle bleu et argent de la Restauration (fig. 2).

Fig. 2 - Les habits retournés, v. 1814, gravure imprimée  : 21,3 × 30,4 cm. Collection particulière de l’auteur.
Les habits – ici, la livrée verte et or de l’empereur et celle bleu et argent du roi – sont représentés en 1814 comme symboles de souveraineté et de (manque de) loyalisme. À droite, on remarque Jean-Jacques-Régis de Cambacérès, ex-archichancelier de l’Empire.

Fig. 2 - Les habits retournés, v. 1814, gravure imprimée  : 21,3 × 30,4 cm. Collection particulière de l’auteur. Les habits – ici, la livrée verte et or de l’empereur et celle bleu et argent du roi – sont représentés en 1814 comme symboles de souveraineté et de (manque de) loyalisme. À droite, on remarque Jean-Jacques-Régis de Cambacérès, ex-archichancelier de l’Empire.
  • 31Ibid.

23En 1814, de vieux domestiques accueillent leurs maîtres rentrés, tel Louis-Philippe, duc d’Orléans, habillés des livrées qu’ils avaient secrètement gardées depuis leur prohibition, vingt-cinq ans auparavant, en 1790. Le même phénomène se répète lors de la rentrée de l’empereur aux Tuileries le 20 mars 1815  : il est accueilli par ses anciens ministres, conseillers d’État, valets et maîtres d’hôtel portant les uniformes ou les livrées de l’Empire, comme s’il rentrait d’un séjour dans un palais de l’Île-de-France plutôt que d’un exil de dix mois sur l’île d’Elbe. Sur la gravure Il ne faut pas se défaire de ses vieux habits… on ne sait ce qui peut arriver, un vieux révolutionnaire sort de son armoire un bonnet de liberté longtemps caché31.

  • 32  John Cam Hobhouse, The Substance of Some Letters Written by an Englishman Resident at Paris During (...)

24Pendant les Cent-Jours, Napoléon se présente en protecteur des idées révolutionnaires mais ses habits contredisent sa politique. À la proclamation de l’acte additionnel au Champ-de-Mars le 1er juin 1815, comme Louis XVI le 14 juillet 1792, l’empereur refuse de porter l’habit de la garde nationale de Paris. Il porte son «  petit costume » de soie et de velours. Un admirateur anglais, John Cam Hobhouse, écrit que non seulement tous les officiers de cour étaient en grand habit avec «  Spanish mantles and feathered bonnets »32 («  des manteaux espagnols et bonnets à plumes »), mais que  :

  • 33  « [l’empereur] portait son bonnet noir espagnol, couvert de plumes et décoré d’un grand diamant su (...)

[the Emperor] wore his Spanish black bonnet, shaded with plumes, and looped with a large diamond in front. His mantle was of purple velvet, edged with broad embroidery of gold on the outside, and lined with white ermine, scarce descending to his ancles, and tied around his throat without any arm-holes. […] He looked very ungainly and squat.33

  • 34Ibid., p. 408, 412.
  • 35  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 188.

25Ses frères étaient «  caparisoned in fancy dresses of white taffety from head to foot » («  caparaçonnés de costumes de fantaisie de drap blanc de la tête aux pieds ») et, «  excepting the house of Austria, looked as ill as the princes of any legitimate house of Christendom » («  mise à part la maison d’Autriche, avaient l’air pires que les princes de n’importe quelle maison légitime de la Chrétienté »). Néanmoins, l’auteur «  lost [them] to [his] sight in the blaze of uniforms » («  les perdi[t] de vue dans le flamboiement d’uniformes »34). Une caricature paraît alors à Paris  : En habit d’Empereur, il jure la liberté35.

  • 36  Comte Jacques-Pierre-Alexandre de Tilly, Mémoires du comte Alexandre de Tilly  : pour servir à l’h (...)

26L’intérêt porté aux habits par un génie aussi moderne que Napoléon montre à quel point ceux-ci représentent un aspect clef non seulement de la vie de cour mais de la vie politique et économique. À Versailles, plus qu’à aucun autre endroit du monde peut-être, les objets – les signes – font partie de l’apparat du pouvoir, quelquefois aux dépens des actes. De tous les objets matériaux dont le pouvoir s’entoure – palais, mobilier, œuvres d’art, argenterie – aucun peut-être n’a été aussi essentiel que l’habit, ni aussi sujet à décrets et règlements. Les rois d’Angleterre, depuis l’incendie du palais de Whitehall en 1698 jusqu’à l’installation de la reine Victoria à Buckingham Palace en 1837, habitent le palais de St. James, ignoble bâtiment du xvie siècle, qualifié de «  masure » par un voyageur français36. Mais ils continuent à porter des habits fastueux. Ils peuvent se dispenser de splendeur architecturale mais pas de splendeur vestimentaire. «  L’habit fait l’homme », pour les rois comme pour les héros de Balzac.

27Plus visible que les palais, l’habit est à la fois personnel et universel. Aucun objet physique ne lie plus clairement un monarque à ses sujets, car tous portent des habits. Les habits du monarque ne restent pas dans ses palais, comme d’autres insignes du pouvoir, mais sont vus partout où il se trouve. Fait pour impressionner ou pour gagner les cœurs, l’habit de cour, comme les autres habits du pouvoir, nous mène au centre de la vie politique, à travers les rapports émotionnels entre gouvernants et gouvernés.

Haut de page

Notes

1  Honoré de Balzac, Traité de la vie élégante, Paris, Arléa, 1998 (1830), p. 10.

2  Honoré de Balzac, Les Illusions perdues, Paris, Booking International, 2000, p. 145.

3  Philip Mansel, Dressed to Rule  : Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, New Haven/London, Yale University Press, 2005, p. xiii, 152.

4Ibid., p. 28.

5  Voir par exemple les portraits de Charles XII, Frédéric-Guillaume Ier et de Ferdinand IV dans P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 18, 22 et 29.

6  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 24-26.

7Ibid., p. 23, 27, 28.

8Ibid., p. 21, 28, 29-30.

9  Lucy de La Tour du Pin, Journal d’une femme de cinquante ans, 1778-1815, éd. A. de Liedekerke-Beaufort, Paris, Librairie Chapelot, 1913, t. I, p. 72-73.

10  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 71.

11  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 69, 73-74, citant des pamphlets de 1792.

12The Age of Napoleon  : Costume from Revolution to Empire, 1789–1815, éd. par K. le Bourhis, New York, Metropolitan Museum of Art/H. N. Abrams, 1989.

13Uniformes civils français, cérémonial, circonstances  : 1750-1950, éd. par M. Delpierre, Paris, Musée de la Mode et du Costume, 1982.

14  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 79-80.

15  John G. Lemaistre, A Rough Sketch of Modern Paris, London, J. Johnson, 1803, p. 82, 161.

16  « L’étiquette et l’habit de cour sont strictement respectés et tout le monde est d’accord pour dire que la splendeur des Tuileries est bien plus grande que celle de l’ancienne cour de France », cité dans Philip Mansel, The Court of France 1789–1830, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 50.

17  Anne Plumptre, A Narrative of Three Years’ Residence in France, Principally in the Southern Departments, from the Year 1802 to 1805, London, J. Ridgeway, 1810, vol. 1, p. 124-125. Cité dans P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 80.

18  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 81.

19Ibid.

20Ibid., p. 92.

21Ibid., p. 83.

22Ibid., p. 84.

23Ibid., p. 83.

24  H. de Balzac, Traité de la vie élégante, op. cit., p. 34.

25  Napoléon Ier, Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l’empereur Napoléon III, Paris, H. Plon/J. Dumaine, 1858-1870, 32 vol.   ; ici, t. XXI (1867), p. 326-327, note du 19 décembre 1810.

26  Comtesse d’Albany, Le Portefeuille de la comtesse d’Albany  : 1806-1824, éd. par Léon-Gabriel Pélissier, Paris, A. Fontemoing, 1902, p. 91, Mme de Souza à la comtesse d’Albany, le 18 janvier 1811.

27  Laure Junot, duchesse d’Abrantès, Mémoires de Madame la duchesse d’Abrantès  ; ou, Souvenirs historiques sur Napoléon, la Révolution, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, Paris, Mame-Delaunay, 1834, t. XIV, p. 103.

28  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 87.

29  Lettre à Bertin de Vaux, 11 août 1820, citée dans Alice Garrigoux, Lise Dubief et Nicole Villa, Talleyrand  : Paris, Bibliothèque nationale, 1965, p. 93.

30  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 88.

31Ibid.

32  John Cam Hobhouse, The Substance of Some Letters Written by an Englishman Resident at Paris During the Late Reign of the Emperor Napoleon  : With an Appendix of Official Documents, London, Ridgways, 1816, vol. 1, p. 406, lettre du 1er juin 1815.

33  « [l’empereur] portait son bonnet noir espagnol, couvert de plumes et décoré d’un grand diamant sur le devant. Son manteau était de velours pourpre brodé d’or et doublé d’hermine blanc, descendant à peine jusqu’aux chevilles et noué autour du cou sans ouvertures pour les bras. […] Il avait l’air très inélégant et laid. », Ibid., p. 407.

34Ibid., p. 408, 412.

35  P. Mansel, Dressed to Rule…, op. cit., p. 188.

36  Comte Jacques-Pierre-Alexandre de Tilly, Mémoires du comte Alexandre de Tilly  : pour servir à l’histoire des mœurs de la fin du xviiie siècle, Paris, Mercure de France, 1965, p. 314.

Haut de page

Fig. 1 - Benjamin Zix, Le cortège nuptial de Napoléon et de Marie-Louise à travers la Grande Galerie du Louvre, le 2 avril 1810, vers 1810, dessin à la plume, encre grise, lavis brun  : 40 × 60 cm. Collection particulière de l’auteur. Un apogée de la vie de cour en France  : applaudi par quatre mille parisiens en habit de cour, l’empereur inaugure sa Grande Galerie. Il porte son «  petit costume » et est précédé et suivi par les officiers de sa maison en «  grand costume ». Le personnage portant bâton, sur le devant de la gravure, est son grand maître des cérémonies, le comte Louis-Philippe de Ségur.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1313/img-1.jpg
image/jpeg, 324k
Fig. 2 - Les habits retournés, v. 1814, gravure imprimée  : 21,3 × 30,4 cm. Collection particulière de l’auteur. Les habits – ici, la livrée verte et or de l’empereur et celle bleu et argent du roi – sont représentés en 1814 comme symboles de souveraineté et de (manque de) loyalisme. À droite, on remarque Jean-Jacques-Régis de Cambacérès, ex-archichancelier de l’Empire.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1313/img-2.jpg
image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Mansel, « Le pouvoir de l’habit ou l’habit du pouvoir », Apparence(s) [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 25 août 2015, Consulté le 25 avril 2017. URL : http://apparences.revues.org/1313

Haut de page

Auteur

Philip Mansel

Philip Mansel est historien, rédacteur de The Court Historian, revue de la Society for Court Studies (www.courtstudies.org), membre de l’Institute of Historical Research de Londres et du comité scientifique du Centre de recherche du château de Versailles. Il est l’auteur de biographies de LouisXVIII (Pygmalion, 1982) et du Prince de Ligne : le charmeur de l’Europe, 1735-1814 (Perrin, 2002) et d’histoires de Paris : capitale de l’Europe, 1814-1852 (Perrin, 2003) et de Constantinople : la ville que désirait le monde (Éd. du Seuil, 1997). Son ouvrage le plus récent s’intitule Levant : Splendour and Catastrophe on the Mediterranean (J. Murray, 2010), une histoire de Smyrne, Alexandrie et Beyrouth.
Philip Mansel is a historian and editor of The Court Historian, the journal of the Society for Court Studies (www.courtstudies.org), fellow of the Institute of Historical Research in London and member of the scientific committee of the Centre de recherche du château de Versailles. He wrote biographies of LouisXVIII (Blond & Briggs, 1981) and of the Prince of Europe : The Life of Charles-Joseph de Ligne, 1735-1814 (Weidenfeld & Nicolson, 2003), and histories of Paris Between Empires, 1814-52 (J. Murray, 2001) and of Constantinople : City of the World’s Desire, 1453-1924 (J. Murray, 1995). His most recent book is a history of Smyrna, Alexandria, and Beirut called Levant : Splendour and Catastrophe on the Mediterranean (J. Murray, 2010). philipmansel@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page