Navigation – Plan du site
L'habit de cour en politique

L’étoffe de ses rêves  : le vêtement du prince et ses parures emblématiques à la fin du Moyen Âge

Olga Vassilieva-Codognet

Résumés

L’étoffe de ses rêves : le vêtement du prince et ses parures emblématiques à la fin du Moyen Âge - Dans la seconde moitié du xive siècle, pour la première fois, le vêtement du prince dit plus que son statut  : il témoigne de sa volonté et de son désir (amoureux, politique, militaire ou autre) en un langage de lettres brodées, de figures émaillées et de couleurs textiles. Plus que de simples ornements décoratifs, ce sont les signes d’un vocabulaire emblématique, celui de la devise, dont la matière sémiotique est hétérogène (sentences, figures, couleurs et monogrammes) et dont le vêtement curial constitue le principal support, quand bien même son succès dans les cours royales et princières d’Europe en projette les signes sur toutes les surfaces disponibles, de la page du livre à la paroi de l’édifice. Fondée sur des sources archéologiques, iconographiques et textuelles, cette étude des parures vestimentaires emblématiques a pour cadre les cours royales et princières de France aux alentours de 1400.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Tous mes remerciements vont à Odile Blanc pour sa patiente et judicieuse relecture de cet article, (...)

1Dans la seconde moitié du xive siècle, pour la première fois, le vêtement du prince dit plus que son statut  : il témoigne de sa volonté et de son désir (amoureux, politique, militaire ou autre) en un langage de lettres brodées, de figures émaillées et de couleurs textiles. Plus que de simples ornements décoratifs, ce sont les signes d’un vocabulaire emblématique, celui de la devise, dont la matière sémiotique est hétérogène (sentences, figures, couleurs et monogrammes) et dont le vêtement curial constitue le principal support, quand bien même son succès dans les cours royales et princières d’Europe en projette les signes sur toutes les surfaces disponibles, de la page du livre à la paroi de l’édifice. Fondée sur des sources archéologiques, iconographiques et textuelles, cette étude des parures vestimentaires emblématiques aura pour cadre les cours royales et princières de France aux alentours de 1400, mais ne s’interdira pas pour autant des excursus tant géographiques que temporels, dans les pays voisins et le cours des xive et xve siècles1.

La devise, un emblème personnel et symbolique2

  • 2  L’emblème est le signe renvoyant à un individu ou à un groupe tandis que le symbole est le signe r (...)
  • 3  Sur la devise en général, voir Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène d (...)
  • 4  On sait que celle-ci distingue notamment entre «  métaux » et «  couleurs » (c’est-à-dire couleurs (...)

2La devise naît dans le deuxième tiers du xive siècle à la cour du roi d’Angleterre Édouard III et se diffuse ensuite rapidement dans les autres pays européens3. Elle dit ce à quoi aspire celui qui la choisit, que ce désir soit amoureux, militaire, politique ou autre, et les formes qu’elle prend pour le dire sont variées  : figures, mots, lettres et couleurs. La devise procède de l’héraldique et la complète  : quand les armoiries disent le lignage, la devise ajoute le projet individuel, qu’il soit éphémère, comme par exemple le temps d’un tournoi, ou durable, le temps d’une vie. Ainsi le porc-épic évoque-t-il la vaillance militaire, la tourterelle la fidélité conjugale et la voile l’espérance chrétienne. La liberté est plus grande dans l’emploi de la devise que dans celui des armoiries, car, contrairement à celles-ci, il n’y a jamais eu de règles strictes définissant ce qu’est (et ce que n’est pas) une devise. La figure est le plus souvent un animal, un végétal ou un objet de la vie quotidienne. Le mot, proscrit par les armoiries, revient et peut ainsi exprimer, littéralement mais parfois de manière oblique, le désir de son possesseur, car le mot est volontiers bref et autorise tous les jeux de langage. Les lettres sont souvent, mais pas toujours, nos modernes initiales. Les couleurs, enfin, peuvent être choisies librement, contrairement à ce qui se passe dans l’héraldique4. Quelle que soit la forme qu’elle prend – couleurs, figure, lettres ou mot – la devise est un signe abstrait, indépendant de ses réalisations concrètes dont les caractéristiques telles que le support ou la taille n’importent pas. Ces réalisations concrètes de la devise sont nombreuses et variées, à la mesure de son succès qui est considérable dans les cours royales et princières d’Europe, et qui en projette les signes sur toutes les surfaces disponibles, de la page du livre à la paroi de l’édifice.

  • 5  Elle peut être partagée à la différence des armoiries dont le partage reste exceptionnel. Là encor (...)
  • 6  Une étude systématique de la circulation des devises dans le temps et dans l’espace reste à faire.

3Cependant, le vêtement, plus précisément le costume de cérémonie, celui qui est revêtu en des occasions où prime sa fonction de communication symbolique, est le premier support de la devise, en termes à la fois chronologiques et quantitatifs. C’est donc tout l’objet de cette étude que de déterminer les différentes formes matérielles vestimentaires que cette devise a fait naître. On verra ainsi comment la figure, le mot ou les lettres de la devise peuvent être brodés, appliqués ou tissés sur un vêtement curial qui peut de plus être teint aux couleurs désirées. Qui porte cet habit à la devise  ? Le prince qui en est le possesseur, bien évidemment, mais aussi les gens de son hôtel – ses «  attributs » selon l’heureuse formulation de Michel Pastoureau – même si, comme nous le verrons plus loin, l’habit du prince et celui de ses serviteurs ne sont pas tissés de la même étoffe. Les emblèmes du prince se retrouvent même sur les vêtements liturgiques et les parements d’autel de sa chapelle. Par ailleurs, la devise étant conçue dès l’origine comme une marque honorifique susceptible d’être partagée, elle sera donnée, distribuée, à tous ceux que le prince désire honorer, qu’il s’agisse de proches, d’égaux ou d’inférieurs5. La devise, notamment sous ses formes vestimentaires, se diffuse ainsi à travers les espaces sociaux et géographiques, et il y a très tôt une intense circulation des devises dans les cours européennes6.

Aux origines de la devise

  • 7  Sur l’héraldique en général, voir Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, Paris, Picard, 1979.
  • 8  C’est ce que pense Hervé Pinoteau, La symbolique royale française, ve-xviiie siècles, La Roche-Rig (...)

4La devise se rattache au principal système de signes créé et utilisé par l’Occident médiéval, à savoir l’héraldique7. Les armoiries sont nées en Europe au milieu du xiiesiècle sur les champs de bataille où elles sont figurées sur les écus de combattants par ailleurs anonymes sous leurs armures, leur permettant ainsi de se distinguer les uns des autres. Si les rois n’ont pas été les premiers à les adopter, elles sont vite devenues, pour eux comme pour les autres, un signe d’identité primordial et nombre de miniatures nous donnent à voir les armoiries du roi de France, d’azur semé de lys d’or, sur le dais, le lit ou le manteau de la personne royale. Il ne s’agit pas là seulement d’un codage iconographique car ces vêtements fleurdelisés ont bel et bien été portés, par exemple par Philippe Auguste lors de son couronnement8. En peu de temps, donc, les armoiries passèrent du champ de bataille à la cour, de l’écu au manteau. D’une manière plus générale, bien que l’héraldique soit lui aussi un système de signes indépendants de leur réalisation matérielle (support, taille, etc.), les armoiries ont cependant toujours conservé un rapport privilégié avec les textiles en général et avec le vêtement en particulier. Car si le vêtement constitue une seconde peau pour celui qui le revêt, alors le vêtement armorié exprime l’identité de son possesseur à même sa peau.

  • 9  Il ne s’agira jamais ici des ordres de chevalerie religieux, mais toujours des ordres de chevaleri (...)
  • 10  L’historiographie anglaise parle alors de «  Bastard feudalism ».

5À côté des armoiries figurent d’autres types de pratiques et de signes matériels dont la devise recueille l’héritage. Tout d’abord, les cimiers, dont sont ornés les heaumes des participants des tournois. À l’origine faits de plumes ou de cornes, ils deviennent ensuite de fragiles constructions de bois, de cuir bouilli et de papier mâché évoquant souvent des animaux effrayants. Ce sont déjà des emblèmes individuels, et ils fournissent à la devise une partie de sa réserve de figures animalières. Viennent ensuite les drueries, ces objets donnés en gage à l’aimé(e) – amour courtois oblige – car elles comportent souvent un mot et constituent de plus des formes de don contraignant, tout comme les devises. Il y a enfin et surtout les ordres de chevalerie9. En effet, l’apparition de ces derniers précède immédiatement celle des devises, qui ne peuvent en être dissociées. Un des tout premiers ordres est celui de la Jarretière, créé vers 1348-1349 par Édouard III, à la cour duquel apparaissent également les premières devises. L’ordre de chevalerie rassemble un groupe de nobles autour du roi, qui le préside, sur le modèle théorique idéal de la cour du roi Arthur, où tous les pairs sont solidaires et s’engagent à défendre les valeurs chevaleresques. Pratiquement, il a pour fonction de fidéliser une clientèle précise de nobles, les membres de l’ordre, à une époque où il est devenu difficile au suzerain de réunir à son gré ses vassaux, et où il faut les rétribuer financièrement et symboliquement10. Matériellement, l’appartenance d’un individu à l’ordre est symbolisée par un élément du vêtement, souvent un collier dont le pendentif ou les maillons portent le symbole de l’ordre. Mais revenons à nos devises et étudions-en les nombreuses réalisations matérielles à travers un exemple, celui de la devise du porc-épic et de ses différents supports matériels.

Variétés de porc-épic

  • 11  Situé dans la salle des États du château de Blois et relatif à Louis XII.

6Le porc-épic fut d’abord la devise choisie par Louis d’Orléans en 1394, sans doute pour marquer sa détermination face à son rival Jean Sans Peur. Elle était souvent associée au camail (ou cap de maille), un capuchon en mailles de fer destiné à protéger le cou de la tête aux épaules, ainsi qu’on peut le voir au col du porc-épic représenté dans un vitrail (fig. 1a)11.

  • 12  Réalisée au château d’Ételan construit par le chambellan de Louis XII.
  • 13Heures de Marguerite d’Orléans, Paris, BNF, lat. 1156 B, fo 176.
  • 14  Paris, BNF, ms. fr. 606, fo 1. Il s’agit du frontispice de l’Épître d’Othéa de Christine de Pizan, (...)
  • 15  Paris, BNF, ms. fr. 5091, fo 15vo.
  • 16  Louis C. Douët d’Arcq, La collection des empreintes de sceaux des Archives de l’Empire et son inve (...)
  • 17  Y compris sous la forme de piquants  ! En effet 46 «  plumes » (piquants) de porc-épic ont été com (...)
  • 18  À cette occasion en effet, on put voir une jeune fille qui menait de la main droite un porc-épic c (...)
  • 19  Idéalement, chaque élément doit être complémentaire de l’autre dans la construction du sens. Le xv (...)
  • 20  Voir par exemple Paolo Giovio, Dialogo dell’imprese militari e amorose, Lyon, G. Rouillé, 1559, p. (...)
  • 21  Clara Wille, «  Quelques observations sur le porc-épic et le hérisson dans la littérature et l’ico (...)

7De fait, tous deux sont hérissés de piquants, tout comme l’est la feuille d’ortie, une autre des devises de Louis d’Orléans. Celle du porc-épic fut ensuite reprise par son fils Charles et par sa fille Marguerite, puis plus tard encore par son petit-fils Louis XII, car, très vite, les devises – tout comme les armoiries avant elles – se transmirent de manière héréditaire. L’animal apparaît aussi dans une sculpture12, dans une figure peinte dans la marge d’un manuscrit13, sur le pendentif du collier de Louis d’Orléans, sur celui d’un membre de son entourage représenté dans une autre miniature14 et enfin sur les broderies portées par les soldats de Louis XII dans un dernier manuscrit15. Ce ne sont là que quelques-unes des réalisations matérielles de cette devise qui en connut bien d’autres  : sceaux, vêtements16, broches et autres pièces d’orfèvrerie17. L’animal lui-même, vivante devise, parut lors des noces de Charles d’Orléans avec Marie de Clèves en 1440. Un porc-épic mécanique salua l’entrée de Louis XII à Paris en 149818. Au siècle suivant, quand vint la mode, et même l’obligation, de considérer la devise comme un couple indissociable figure + mot19, on ajouta à la figure du porc-épic les mots cominus et eminus (de près et de loin), renvoyant ainsi aux propriétés de l’animal de piquer non seulement de près mais aussi de loin20. On pensait, à la suite de Pline, que le porc-épic avait la capacité de jeter ses piquants sur ses ennemis21.

Fig.1 - De gauche à droite et de haut en bas 

a) Vitrail de la salle des États du château de Blois (détail), vers 1500.
b) Sculpture du château d’Ételan (détail), Saint-Maurice-d’Ételan, Seine-Maritime, vers 1500.
c) Maître de Marguerite d’Orléans, Sainte Marguerite et le dragon (détail de la marge en haut à droite), dans Heures de Marguerite d’Orléans, vers 1430, enluminure sur parchemin  14 × 19,6 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 1156B, fo 176.
d) Maître de l’Épître d’Othéa, Présentation du livre, dans Christine de Pisan, Épître d’Othéa, 1406-1408, peinture sur parchemin  23 × 32 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 606, fo 1.
e) Jean Bourdichon, Louis XII sortant de la ville d’Alexandrie pour aller reprendre Gênes (détail), dans Jean Marot, Le Voyage de Gênes, vers 1508, enluminure sur parchemin  30 × 21 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5091, fo 15 vo.

a) Vitrail de la salle des États du château de Blois (détail), vers 1500.b) Sculpture du château d’Ételan (détail), Saint-Maurice-d’Ételan, Seine-Maritime, vers 1500.c) Maître de Marguerite d’Orléans, Sainte Marguerite et le dragon (détail de la marge en haut à droite), dans Heures de Marguerite d’Orléans, vers 1430, enluminure sur parchemin  14 × 19,6 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 1156B, fo 176.d) Maître de l’Épître d’Othéa, Présentation du livre, dans Christine de Pisan, Épître d’Othéa, 1406-1408, peinture sur parchemin  23 × 32 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 606, fo 1.e) Jean Bourdichon, Louis XII sortant de la ville d’Alexandrie pour aller reprendre Gênes (détail), dans Jean Marot, Le Voyage de Gênes, vers 1508, enluminure sur parchemin  30 × 21 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5091, fo 15 vo.

La devise et le vêtement

  • 22  Ces témoignages archéologiques sont cependant trop nombreux pour que l’on puisse espérer en établi (...)
  • 23  Paris, BNF, ms. fr. 23 279, fos 5 et 19. Il s’agit d’un exemplaire des Réponses à Charles  VI de P (...)
  • 24  En revanche ni son collier ni sa ceinture ne semblent présenter de devise. Cependant cette ceintur (...)
  • 25  Cet étrange animal n’est ni un lion, ni un léopard, mais bien un tigre car toutes les sources écri (...)
  • 26  Terme héraldique qui désigne une ligne de pièces carrées de couleurs alternées.
  • 27  Peut-être «  jam [genêt dans certains dialectes] mai [comme les feuilles] », peut-être «  jamais » (...)

8Pour la période qui nous intéresse, il ne nous est malheureusement parvenu que relativement peu de témoins archéologiques de ces vêtements à devises22. Pour approcher l’envergure du déploiement para-héraldique de l’époque, il nous faut donc aussi recourir, d’une part aux sources textuelles (comptes de chancelleries, inventaires…), d’autre part aux sources iconographiques (miniatures, tableaux, sculptures…). Étudions ainsi, par exemple, deux miniatures, variantes l’une de l’autre, qui nous montrent le roi Charles VI allongé sur son lit, dans une scène d’audience privée23 (fig. 2a et b). L’espace de la chambre royale est saturé de devises24. Des branches entrelacées de genêts et de mai (hêtre), deux tigres25 colletés d’une couronne ainsi que le mot JA MAIS/JA MES sont brodés sur les surfaces textiles du lit dont le baldaquin est componé26 de ses couleurs de l’époque (blanc, noir, vert, vermeil). La houppelande royale doublée d’hermine présente ici (fig. 2a) une broderie de tigre sur la manche gauche et son mot répété sur la poitrine, la manche droite et les extrémités du vêtement, là un semé de tigres (fig. 2b). Genêt (en fleurs ou en cosses), feuilles de mai et tigre sont en effet des devises de Charles VI  : les deux premières renvoient notamment à la «  reverdie », au renouveau printanier, tandis que la troisième est mal comprise, tout comme son mot JA MAIS27. On objectera à juste titre que, s’agissant de représentations fortement codifiées, il ne faut pas confondre images et realia. Cependant, dans le cas qui nous occupe, le destinataire du manuscrit étant le roi lui-même, les représentations ne peuvent pas être trop éloignées de la «  réalité », et on observera qu’en outre toutes les formes de devise matériellement représentées sur ces deux miniatures ont bien existé, comme en attestent les documents d’archives, comptes de chancellerie ou inventaires de garde-robes. D’une manière plus générale d’ailleurs, il en ira souvent ainsi. Bien sûr, telle ou telle représentation peut être mensongère ou erronée, mais les documents d’archives corroborent grosso modo les images, notamment les plus ambitieuses, les plus précises d’entre elles. Car pour ce qui concerne la peinture de manuscrit, l’époque est celle d’un naturalisme que l’on peut qualifier de préeyckien, où les œuvres des meilleurs artistes (par exemple les frères Limbourg) essaient de donner un sentiment illusionniste de réalité. Cependant, mêmes ces dernières œuvres, extraordinairement ambitieuses, sont parfois largement en deçà de ce qui se faisait alors, tant d’un point de vue quantitatif – comment rendre les centaines d’appliques en or cousues sur tel vêtement  ? – que qualitatif. Je ne connais pas de tentative de restitution picturale des figures brodées à l’or puis chargées de pièces d’orfèvrerie dont les pièces comptables attestent l’existence. Passons à présent à l’étude systématique des devises dans le vêtement en étudiant tout d’abord les pièces d’orfèvrerie supports de devises (broches et colliers), puis les techniques de réalisation de devises sur les textiles (broderies et appliques), les motifs tissés et enfin les livrées.

Fig. 2

a) À gauche  Maître de Boucicaut, Charles VI s’entretenant avec Pierre Salmon (détail), dans Pierre Salmon, Réponses à Charles VI, 1409, peinture sur parchemin  20 × 28 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 23279 fo 19.
b) À droite  Maître de Boucicaut, Charles VI s’entretenant avec Pierre Salmon (détail), dans Pierre Salmon, Réponses à Charles VI, 1409, peinture sur parchemin  20 × 28 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 23279, fo 5. Broches et colliers

a) À gauche  Maître de Boucicaut, Charles VI s’entretenant avec Pierre Salmon (détail), dans Pierre Salmon, Réponses à Charles VI, 1409, peinture sur parchemin  20 × 28 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 23 279 fo 19.b) À droite  Maître de Boucicaut, Charles VI s’entretenant avec Pierre Salmon (détail), dans Pierre Salmon, Réponses à Charles VI, 1409, peinture sur parchemin  20 × 28 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 23279, fo 5. Broches et colliers
  • 28  Sur l’orfèvrerie médiévale en général, voir Ronald W. Lightbown, Mediaeval European Jewellery, Lon (...)
  • 29  Badge  : mot d’ancien et de moyen français dénotant d’abord l’insigne matériel, puis ensuite, par (...)

9Nous nous en tiendrons essentiellement aux broches et aux colliers, bien que tout accessoire du vêtement puisse être chargé, sous une forme ou sous une autre, d’une devise (même les boutons) à une époque où le nombre et la variété des accessoires sont infinis28. Cependant, broches et colliers sont de loin les accessoires les plus importants, puisque les broches constituent, quantitativement parlant, le principal support des devises, en tout cas jusqu’au xve siècle, époque à laquelle leur succèdent les colliers. Les broches à devise, pièces d’orfèvrerie dont le décor présente la figure d’une devise, sont en effet chronologiquement les premiers objets à recevoir celles-ci. Elles apparaissent à la cour d’Angleterre sous le nom de badge et on les retrouve en France désignées le plus souvent sous le nom de fermail (ou d’émail si elles sont émaillées), complété par la locution à la devise de29. Dans leur variante la plus luxueuse, ces broches sont un prétexte à la réalisation de véritables bijoux rehaussés de perles ou de pierres précieuses (dont les rubis sont les plus prisés). L’émail en ronde-bosse est employé à partir des années 1360 à la cour parisienne pour réaliser des broches dans le goût du gothique international, dont le répertoire figuratif, avant tout animalier et végétal, intègre parfaitement les figures de la devise. C’est ainsi que des broches émaillées aux cygnes, marguerites ou cerfs pourront ajouter à leur habituelle symbolique courtoise une intention plus personnelle quand la figure de la broche sera la devise de celui qui l’offre, ces broches luxueuses constituant de parfaits cadeaux d’étrennes. Dans leur forme la plus commune, ces broches sont réalisées de manière beaucoup plus rudimentaire dans des métaux non précieux, tels le cuivre, l’étain ou le plomb. Elles s’apparentent alors à ces insignes que l’on peut voir ici et là dans les rues, piqués sur les vêtements, et qui témoignent d’un pèlerinage à tel ou tel sanctuaire.

  • 30  À l’exception du collier de chien  ! Un chroniqueur de l’époque, Jean Cabaret d’Oronville, compare (...)

10Les colliers, tels que nous les concevons aujourd’hui, c’est-à-dire des pièces d’orfèvrerie, sont des accessoires rares jusqu’au milieu du xive siècle30. Ils ne deviennent plus communs – du moins pour les grands seigneurs – qu’à partir des années 1380. L’impulsion initiale a été donnée par l’apparition des colliers d’ordre de chevalerie, qui sont rapidement devenus les insignes caractéristiques de ces ordres. En effet, si l’un des tout premiers ordres, celui de la Bande, fondé par le roi Alphonse de Castille en 1330, inscrit l’appartenance de ses membres directement sur le vêtement par la présence d’une bande, c’est bien vite l’accessoire qui l’emporte pour signifier l’appartenance à un ordre de chevalerie. Un accessoire dont la localisation remonte le long du corps de son possesseur, passant de la jarretière à la ceinture avant de se stabiliser au plus près de la tête, sous la forme, justement, d’un collier. Le collier d’ordre entraîne l’apparition d’autres colliers, non liés aux ordres de chevalerie mais qui bénéficient, par leur forme même, d’un peu du prestige de leur modèle. Très souvent, ces colliers ne sont pas de simples parures ornementales mais sont de surcroît fortement symboliques, et ils sont alors supports de devises. Celles-ci apparaissent essentiellement sous les formes, nullement exclusives, de pendentif ou de maillon.

  • 31  Paris, BNF, ms. fr. 2810, fo 226.
  • 32  La ceinture de cuir – nécessairement masculine car la ceinture féminine est faite de tissu – const (...)
  • 33  Les huit cosses [de genêt] mises en une ceinture d’or où le mot du Monseigneur de Bourbon [le mot (...)

11Pour ne prendre que deux exemples bourguignons datant du xve siècle, nous évoquerons le collier de Marguerite d’York, troisième épouse du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, dont les pendentifs alternent son chiffre (MY) avec celui de son mari (C) et sont passés dans un ruban orné de pierres précieuses formant des roses (la devise de la maison d’York). De tels colliers sont devenus tout à fait communs chez les grands personnages de l’époque. Plus riche de symboles encore est la potence du roi d’armes de Bourgogne, dont les maillons sont faits des écus émaillés des chevaliers de l’ordre de la Toison d’or, tandis que son pendentif a la forme animale bien connue d’une dépouille de bélier. Il y a encore des colliers chargés d’une multitude d’objets métalliques variés (feuilles, grelots, etc.) qui sont toujours décoratifs, parfois symboliques. Tel est le cas du collier de Jean sans Peur (fig. 3), figuré dans un manuscrit31. Les devises du duc de Bourgogne nous montrent rabots et niveaux, sans doute choisis en réponse à l’actualité politique du moment  : la première vise à raboter le bâton noueux du duc d’Orléans et la seconde à remettre le pays en état après la guerre civile qui le déchire en ce début de xve siècle. Disons enfin un mot sur la ceinture  : en métal, elle s’apparente au collier et possède le même type d’ornementation  ; en tissu32, sa surface peut alors être prise, comme toute bande textile, pour support linéaire d’une inscription de lettres métalliques ou brodées, tel un phylactère33.

Broderies et appliques

  • 34  Au sens du decorum latin, de l’ornement convenable.
  • 35  À ses initiales s’ajoutait un motif de cœur. R. W. Lightbown, Mediaeval…, op. cit., p. 332.
  • 36  Cette devise renvoie sans doute à la production bourguignonne de houblon.

12Pour ce qui est des textiles, il faut tout d’abord souligner qu’il y a une continuité de fait entre les vêtements et les autres catégories d’objets textiles susceptibles de recevoir la devise  : tentures murales, tapisseries ou couvertures qui sont omniprésentes dans l’hôtel princier. Car le prince marque son espace tout comme il marque ses hommes, et des textiles à ses mots, figures ou couleurs décorent ainsi les murs de ses demeures34. Les devises princières réapparaissent encore sur les étendards, les pavillons, les harnachements des chevaux et les armures des soldats. Cependant nous nous intéresserons prioritairement aux vêtements et nous distinguerons selon les techniques employées, broderie ou appliques. La broderie de devises s’inscrit dans une tradition courtoise dans laquelle les initiales des amants apparaissent sur le vêtement au début du xive siècle35. Elle s’inscrit surtout dans celle de la broderie sacrée qui pare les vêtements liturgiques des initiales de la Vierge, de celles des saints ou du trigramme du Christ. Les matériaux employés pour broder sont de nature variée  : fils d’or, d’argent, d’argent doré, perles, pierres précieuses, et soie, tandis que les emplacements privilégiés de ces broderies sont les extrémités du vêtement (col et poignets) et, surtout, les manches, qui peuvent être d’une ampleur démesurée, notamment dans le cas des houppelandes. Quand il n’y a qu’une seule manche brodée, c’est la gauche, par référence à la pratique courtoise où la dame donne sa manche gauche (celle du cœur) au chevalier le plus vaillant à l’occasion du tournoi qu’elle arbitre. La broderie la plus luxueuse, quant à elle, recouvre le vêtement tout entier, comme dans le cas de la houppelande de Jean sans Peur (fig. 3) qui reçoit les devises du prince bourguignon  : rabot, niveau et branche de houblon36.

Fig. 3 - Maître de la Mazarine, Présentation du livre, dans Héthoum l’Historien, Fleur des histoires d’Orient : le livre des merveilles, vers 1410-1412, enluminure  28 × 40 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 2810, fo 226.

Fig. 3 - Maître de la Mazarine, Présentation du livre, dans Héthoum l’Historien, Fleur des histoires d’Orient : le livre des merveilles, vers 1410-1412, enluminure  28 × 40 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 2810, fo 226.
  • 37  Le semé héraldique est constitué par la répétition d’un même motif à intervalles réguliers. Dans l (...)
  • 38  On connaît la fascination de Jean de Berry, l’homme au chapeau d’ours, pour ledit animal. Les inve (...)
  • 39  D’azur semé de fleur de lys d’or à la bordure engrelée de gueules.

13Arrêtons-nous un instant sur une forme de broderie particulière  : celle des figures disposées en quinconce sur la surface du tissu et qui semblent s’épandre à l’infini. Du point de vue textile, il s’agit d’une structure géométrique naturelle composée de motifs identiques qui pavent le plan. Du point de vue héraldique, c’est une représentation particulière de semé, et une forme de composition valorisée, au regard justement de ces admirables tissus orientaux que l’Occident ne sait pas toujours réaliser mais dont il copie les motifs dans la broderie37. Il en va ainsi des tentures murales qui sont le plus souvent brodées de motifs répétitifs disposés en quinconce. L’illustration (fig. 4) montre le dais du duc Berry où l’on retrouve les ours38 colletés, les cygnes et les branches d’oranger – autant de devises ducales – qui remplissent l’espace entre les disques portant les armoiries ducales39.

Fig. 4 - Jean, Herman et Pol de Limbourg, Très Riches Heures de Jean de Berry  le calendrier, miniature du mois de janvier (détail), vers 1416, enluminure sur vélin  29 × 21 cm. Chantilly, musée Condé, ms. 65, fo 1 vo.

Fig. 4 - Jean, Herman et Pol de Limbourg, Très Riches Heures de Jean de Berry  le calendrier, miniature du mois de janvier (détail), vers 1416, enluminure sur vélin  29 × 21 cm. Chantilly, musée Condé, ms. 65, fo 1 vo.
  • 40  Les cygnes étaient livrés en quantité énorme pour sa ménagerie. Ainsi, en 1401, une livraison de c (...)
  • 41  Plusieurs historiens ont depuis un siècle tenté d’identifier ces personnages. Voir Stephen Perkins (...)
  • 42  Certains veulent voir là l’initiale de Paul de Limbourg, le plus âgé des trois frères peintres qui (...)
  • 43  Là encore les documents corroborent les détails de l’image.
  • 44  Les comptes mentionnent des draps «  veluyau velu, tixu d’or de Chypre cramoisi » achetés à un mar (...)
  • 45  J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 574.
  • 46  Mais elles sont rares dans les garde-robes princières. On ne compte qu’un seul cas d’applique text (...)
  • 47  C’est l’«  orbateur » autant que l’orfèvre qui s’en charge. R. W. Lightbown, Mediaeval…, op. cit., (...)
  • 48  J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 205. Voir aussi nos 170 et 177.
  • 49Ibid., no 126. Il y a d’autres exemples de colliers à mettre sur les loups des houppelandes ducale (...)

14Ours et cygne40 réapparaissent encore aux extrémités d’une grande nef en or sur la table. Ces deux animaux, favoris de Jean de Berry, ont fait l’objet de plusieurs hypothèses quant à la symbolique qu’y attachait le duc. Ainsi peut-on remarquer que les noms latins accolés de ces deux animaux donnent ursus-signus, à lire ursinus, et renvoyant au saint patron de ses terres, saint Ursin, tandis qu’une hypothèse plus ancienne voit, quant à elle, une référence à Ursine, prénom de la dame dont il aurait été amoureux. Quoi qu’il en soit – dans l’état actuel de la recherche il ne nous est pas possible de trancher – et pour en revenir à notre miniature, nous pouvons observer au passage que de nombreux personnages41 qui y sont figurés portent des devises brodées ou appliquées (couronnes avec rais, feuilles de mai, lettres P42, etc.). Ils ont des vêtements à leurs couleurs tandis que le duc lui-même, clairement reconnaissable à sa physionomie et à son chapeau en fourrure d’ours43, s’est réservé un velours à deux hauteurs de poil, broché or, le comble du luxe textile de l’époque, dont les documents comptables de son hôtel gardent la trace44. La devise peut encore être réalisée sous forme d’appliques de métal, de cuir ou de tissu qui sont cousues sur le vêtement. Les appliques métalliques, surtout si le métal est précieux, sont les plus prestigieuses  : ainsi les «  LXV feuilles d’or en façon d’orties » réalisées pour l’hôtel d’Orléans45. Celles de cuir ou de tissu au contraire sont plus communes46. Dans tous les cas, il ne nous en est parvenu que bien peu, celles de métal pouvant être remployées après fonte, celles de cuir ou de tissu étant très fragiles. Les appliques métalliques étaient extrêmement en vogue au xive siècle  : elles pouvaient être plates, bombées, repoussées ou coulées. La devise s’empara donc de ce médium utilisable sur n’importe quelle pièce de vêtement et facile à travailler47. On retrouve ainsi des lettres appliquées en très grande quantité sur les houppelandes où elles forment le mot de leur possesseur, comme on en a vu un exemple avec Charles VI (fig. 2a). Mais les appliques peuvent aussi venir orner écharpes ou chaperons, deux types d’accessoires très fréquents à l’époque. C’est ainsi qu’en «  un chapperon doublé d’escarlate » fait pour Louis d’Orléans, on applique «  une arbaleste en la pate et au bout de la cornette ILET, et un loup de l’autre costé »48. Il s’agit de trois devises de Louis d’Orléans, l’arbalète étant encore une de ses devises agressives, le loup ne différant de Louis que d’une syllabe, et étant complété par ILET, le tout étant à comprendre comme «  voici le loup ». Remarquons finalement que pour les pièces les plus complexes, l’orfèvre et le brodeur travaillent de concert. Ainsi Hans Croist fournit-il à l’hôtel du duc d’Orléans 271 «  coliers d’or à sonnettes » qui vont ensuite devoir être mis par un brodeur au cou des loups figurant sur une houppelande ducale de satin noir49.

Motifs tissés

  • 50  Inv. 25 688. Celui-ci a aujourd’hui la forme du dos d’une chasuble dont le devant se trouve au mus (...)
  • 51  Londres, National Gallery, inv. NG 4 451.
  • 52  Pour ce qui est de la ceinture ESPÉRANCE, on verra F. Perrot (dir.), Espérance  : le mécénat relig (...)
  • 53  C’est ce qu’indique le guide des collections du musée des Tissus de Lyon (Musée des tissus de Lyon (...)
  • 54  C’est ce que fait le héros du roman du milieu du xve siècle Jehan de Saintré à la veille d’une emp (...)
  • 55  L’un de la dernière décennie du xive siècle conservé à l’Art Institute de Chicago (inv. 1940.926) (...)
  • 56  Florence s’était fait une spécialité de tels tissus héraldiques ou para-héraldiques qui étaient pr (...)
  • 57  L’industrie de la soie naît à Milan au milieu du xve siècle et connaît très vite un essor extraord (...)
  • 58  Florence, musée du Bargello, inv. 142 TF. Carmignani, Tessuti…, op. cit., p. 40  ; Milan, musée Po (...)
  • 59  Car strozziere signifie fauconnier.
  • 60  On observera qu’un drap d’honneur très proche de ce tissu orne le trône de la Vierge dans les Heur (...)

15Les motifs tissés à la devise apparaissent à l’extrême fin du xive siècle. Deux exemples précoces et célèbres en sont le textile conservé au musée des Tissus de Lyon50 ainsi que la représentation de textile qui figure dans le fameux diptyque Wilton51. Le tissu de Lyon (fig. 5a), un lampas de soie, alterne les registres constitués par la ceinture portant le mot ESPÉRANCE de la maison de Bourbon avec ceux formés des maillons aux doubles cosses du genêt de Charles VI, auxquels sont tour à tour appendues fleurs et cosses de la même plante52. Le lieu de la réalisation d’une telle étoffe est probablement l’Italie, principal pourvoyeur des cours européennes en cette fin de xive siècle53. En effet, il n’était alors pas impossible de faire un patron en France et de l’envoyer sur le lieu de tissage afin de réaliser le tissu désiré54. Pour ce qui est du tissu façonné apparaissant sur le diptyque Wilton, le motif est constitué d’un cerf couché et colleté d’une couronne, emblème de Richard II (pris en 1386), qui se trouve au centre d’un collier fait de cosses de genêt, l’espace interstitiel étant rempli par des aigles aux ailes déployées. Ce collier renvoie certainement au collier de l’ordre de la Cosse de genêt que le roi de France Charles VI lui a offert lors du mariage dudit Richard II avec sa fille Isabelle de Valois, un collier que Richard II porte d’ailleurs sur le tableau. Ce tissu façonné peut très bien n’être qu’une invention picturale, mais il nous est cependant parvenu des tissus contemporains dont le décor est assez proche, notamment un lampas de soie de la dernière décennie du xive siècle (fig. 5b)55. Son motif est constitué par deux cerfs affrontés, eux aussi couchés et colletés de couronnes, mais de surcroît enchaînés et levant la tête vers les rais qui naissent d’une nuée supportant deux aigles. Il faut remarquer que l’aigle et les rais issant de la nuée sont des devises de la famille Visconti qui règne alors à Milan et à laquelle Richard II est apparenté. Dans le courant du xve siècle, nous retrouvons de tels tissus à la devise réalisés notamment à Florence56 et à Milan57. Certains ont été conservés, telle cette soie réalisée à Florence pour les Strozzi et cette autre à Milan pour les Sforza58. La première est tissée du mot sic et virtus expecto des Strozzi (je patiente, tout comme la vertu) qui renvoie probablement à leur long exil loin de Florence, et qui est accompagné de leurs figures du faucon et des trois croissants de lune entrelacés59. La seconde (fig. 5c) a pour motif une colombe prête à l’envol et le mot À bon droit60.

Fig. 5

a) Dos de chasuble à décor de lignes horizontales alternant Ceinture Espérance et Cosse de Genet (détail au dos), velours de soie, coupé triple corps, lancé et broché d’or, vers 1390, Italie. Lyon, musée des Tissus, MT 25 688.
b) Lampas de soie sergé twill aux cerfs, aigles et nuées issant des rais (détail), début XVe siècle. Londres, Victoria and Albert Museum, inv. 1310-1864.
c) Parement d’autel aux colombes et mot «  À bon droit » (détail), fin XVe siècle. Milan, musée Poldi Pezzoli, inv. 58.20.

a) Dos de chasuble à décor de lignes horizontales alternant Ceinture Espérance et Cosse de Genet (détail au dos), velours de soie, coupé triple corps, lancé et broché d’or, vers 1390, Italie. Lyon, musée des Tissus, MT 25 688.b) Lampas de soie sergé twill aux cerfs, aigles et nuées issant des rais (détail), début XVe siècle. Londres, Victoria and Albert Museum, inv. 1310-1864.c) Parement d’autel aux colombes et mot «  À bon droit » (détail), fin XVe siècle. Milan, musée Poldi Pezzoli, inv. 58.20.

Livrées

  • 61  Sur les livrées, voir Robert Delort, «  Notes sur les livrées en milieu de cour au xive siècle », (...)
  • 62  Il s’agit de l’illustration du mois de janvier des Très Riches Heures du duc de Berry (Chantilly, (...)
  • 63  L. Hablot, La devise…, op. cit., p. 490.
  • 64  Tel est aussi le cas dans l’héraldique.
  • 65  C. Beaune, art. cit., p. 126.

16Dès la fin du xiiie siècle, plusieurs cours occidentales voient l’apparition de livrées  : deux fois par an, au printemps et à l’automne, sont distribuées des fournitures d’habillement, sous la forme, brute, de draps ou sous celle, plus élaborée, de vêtements61. Jusque-là, en effet, les serviteurs de l’hôtel princier se voyaient accorder des indemnités pécuniaires. Remarquons bien qu’il est à l’époque difficile de réunir, en un même lieu et à date fixe, le métrage de drap dans la qualité et la quantité nécessaires pour vêtir plusieurs centaines de personnes (jusqu’à 1500 pour la curie papale). Ces livrées, appelées «  ordinaires », concernent les vêtements que l’on porte tous les jours, mais il existe aussi des livrées «  extraordinaires », réservées à des occasions particulières, comme le mariage d’une fille ou la visite d’un souverain étranger. Les livrées ont contribué à standardiser et à hiérarchiser l’habit curial. À le standardiser en donnant aux vêtements des formes identiques. À le hiérarchiser en différenciant parfois la quantité, mais surtout la qualité des draps dont le prix reflète exactement la position sociale de son possesseur. Il ne semble pas, en l’état de la question, que l’apparition des livrées s’accompagne immédiatement de l’usage d’une symbolique vestimentaire basée sur les figures ou les couleurs, comme ce sera le cas plus tard. Dès le début du xve siècle, ces livrées, notamment celles qui sont ordinaires, deviennent rares, mais entre-temps, à la fin du xive siècle, les grands princes ont su saisir l’occasion de cette vogue des livrées pour apposer leur empreinte sur le vêtement de leurs gens en le faisant teindre à leurs couleurs, ces couleurs de livrées constituant à la fois une marque de possession et une affirmation d’identité. Pour ne donner qu’un exemple, on peut ainsi noter les couleurs grises et rouges des livrées mi-parties des serviteurs du duc de Berry situés aux deux extrémités de la fig. 462 et remarquer que leurs vêtements comportent en outre un élément noir qui peut être une indication de leur fonction63. Le prince se réserve, lui, le vêtement monochrome, plus valorisé64. Le cas échéant, on peut d’ailleurs trouver dans le costume princier un rappel discret de ses couleurs au moyen d’un collier, d’une ceinture ou d’un détail de broderie qui les reprend. Comme toute devise, ces couleurs peuvent être durables ou éphémères, comme lorsque Charles VII abandonne les siennes pour reprendre celles de Charles VI, afin d’inscrire son règne dans la continuité de son prédécesseur et de légitimer ainsi son pouvoir65. Après avoir présenté une typologie générale de la devise sur le vêtement de cour, examinons à présent, à travers un exemple concret, quelles devises figurent, et sous quelles formes, sur les vêtements des membres d’un hôtel princier précis, à savoir celui de Louis d’Orléans.

Les devises de Louis d’Orléans d’après les pièces comptables

  • 66  Arnaud Alexandre, «  L’art au service de la politique  : la pratique du don chez Louis d’Orléans » (...)
  • 67  Un nid, sans doute pour accueillir l’hirondelle royale, la devise de son frère Charles VI. La rema (...)
  • 68  Ainsi des «  x petiz bacins pour y mettre rondéles qui seront en un nic » (dix petits bassins pour (...)
  • 69Ibid., no 382.
  • 70  Les arbalètes ne sont pas sur la manche gauche, ce côté gauche étant déjà occupé par le (grand) lo (...)
  • 71  Christine de Pizan, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. par S. Solente, P (...)
  • 72  Que le vert soit bien la couleur de la livrée est prouvé par le numéro 268  : «  pour la livrée de (...)
  • 73  J. Roman, Inventaires…, op. cit., nos 216 et 217.
  • 74  Ainsi ce n’est qu’en 1404 que cesse le commerce des étrennes entre Louis d’Orléans et Jean sans Pe (...)

17Nous nous baserons ici sur des documents comptables de l’hôtel d’Orléans qui, bien que dispersés et lacunaires, nous donnent cependant une idée des pratiques curiales en matière de dépenses faites pour l’habillement, et nous nous limiterons, pour des raisons pratiques, aux années 1393-139766. Pour ce qui est de la couleur des tissus, c’est le noir qui l’emporte largement, suivi par le vert et par quelques pièces rouges  : le noir et le vert apparaissent ainsi comme les couleurs caractéristiques de l’hôtel du duc. En ce qui concerne les devises, on trouve loup, arbalète, porc-épic, nid et six couleurs entrelacées67. L’usage de ces devises semble hiérarchisé. Ainsi le nid et le porc-épic sont très rares, car le premier est associé au roi68, frère de Louis, tandis que le second est réservé aux membres de l’ordre du Camail, dont, rappelons-le, le collier a pour pendentif l’animal. Les loups sont nombreux (quarante-cinq mentions), les plus luxueux étant en or (pendentifs de colliers, appliques, broderies) et réservés à l’usage du duc, de sa famille et de personnages qu’il désire honorer. Tel est le cas de ce chevalier de Bohême de passage à Paris auquel il offre une houppelande en velours dont la manche porte un loup en or69. En revanche les loups en argent sont réservés à des individus de moindre statut, tel l’écuyer du chevalier cité précédemment qui reçut quant à lui une houppelande de damas au loup d’argent. Les arbalètes (soixante-quinze mentions) apparaissent réalisées sous forme d’appliques ou de broderies, et sont soit réservées aux officiers de son hôtel, soit destinées à lui-même. C’est notamment le cas d’une houppelande de velours cramoisi qui «  au costé senestre en bas a un bien grant loup de brodeure dont le colier est d’or » et en laquelle aussi «  sur la manche destre a trois arbalestes, la première de brodeure, la seconde de perles et l’autre de boulons d’or »70. On a là un bel exemple du travail de ces «  brodeurs qui font diverses divises », un bel exemple de la «  soubtivité de leur ymagination », comme l’écrit à l’époque Christine de Pizan71. Les couleurs ducales, qui forment une devise à part entière, apparaissent sous la forme d’une spirale («  entretaillées à vis ») souvent dans l’assiette de la manche gauche, et sont partagées par le prince, «  ses varlès de chambre, sommelliers de corps et menestrels de son hostel », serviteurs qui ont par ailleurs un habit vert de livrée72. Donnons encore un exemple témoignant, lui, du partage des devises. Louis fait réaliser pour lui-même et pour ses deux oncles, le duc de Bourgogne et le duc de Berry, des houppelandes identiques faites de satin noir façonné à la devise royale, l’hirondelle, et dont la manche gauche est ornée d’une broderie juxtaposant ses loups personnels, les ours de son oncle Jean et les marguerites de sa tante Marguerite de Flandres (l’épouse du duc de Bourgogne)73. Ce même vêtement témoigne de la bonne intelligence des princes (comme le dit joliment Jules Roman) et ce type de cadeau perdurera même quand les relations entre ces princes des fleurs de lys seront plus tendues74. Terminons enfin ce rapide tour d’horizon de la garde-robe de l’hôtel ducal par l’habit échiqueté des fous de cour qui offre un saisissant contraste avec le vêtement monochrome du prince. Nous n’avons considéré jusqu’ici que les modalités de production des devises vestimentaires, et il est temps de dire à présent un mot de leur réception, en particulier de l’accueil qui leur a été fait dans la rue.

Devises vestimentaires, opinions affichées et ordre public

  • 75  Gérard Ouy et Christine Reno, «  Où mène le Chemin de long estude  ? Christine de Pizan, Ambrogio (...)
  • 76  Certains historiens voient la fin du Moyen Âge comme un jalon important dans la construction de no (...)
  • 77  Ces chaperons aux couleurs de telle ou telle faction apparaissent à plusieurs reprises dans le Jou (...)
  • 78  Comme le dit Colette Beaune (C. Beaune, art. cit., p. 128). La Seine nous a conservé puis restitué (...)
  • 79  Cité par C. E. J. Smith, «  The Livery Collar », The Coat of Arms, n. s., VIII, no 151, 1990, p. 2 (...)
  • 80  L. Hablot, La devise…, op. cit., p. 24 et Mathilde Laigle, Le livre des trois vertus de Christine (...)

18On l’a vu, la devise est pour le prince un instrument de sa propagande politique, tout comme l’est le placard (c’est-à-dire le tract manuscrit) qui, presque chaque matin dans cette époque troublée, recouvre le mur de tout bâtiment public75. Tandis que la première marque le groupe des alliés, le second informe l’opinion publique76. Mais qu’en est-il justement des devises hors de la cour et dans la rue  ? On y retrouve ces broches à devise ordinaires que nous avons évoquées, celles de vil métal, beaucoup plus largement distribuées que les plus luxueuses, et les chaperons aux couleurs de tel ou tel prince – de telle ou telle faction – que les gens se font eux-mêmes77. C’est en tout cas ce qui s’est passé lors des troubles que connut Paris au début du xve siècle, où, dans une ville déchirée entre Armagnacs et Bourguignons, on vit alors les gens changer de devise comme de chemise – ou plutôt de chaperon – et jeter à la Seine les broches à devise désormais compromettantes78. À Londres, une génération auparavant, en 1377, lors des révoltes contre le duc de Lancastre Jean de Gand, on avait pu voir des partisans de celui-ci faire hâtivement disparaître leurs livery collars, leurs colliers à la devise du duc, pour éviter d’être pris à parti par la foule79. Dans tous les cas, on voit que la devise vestimentaire est bien un signe d’appartenance à un groupe, une déclaration publique d’opinion. Or l’expression de cette opinion peut, même en temps de paix, sembler constituer une menace pour l’ordre établi et entraîner des réactions de la part des autorités. C’est ce qui se produisit en Angleterre aux alentours de 1400, lorsque le Parlement tenta à plusieurs reprises de limiter, voire d’interdire, le port de ces signes – les devises – jugés provocateurs et attentant à l’ordre public80.

  • 81  L’histoire aura tôt fait de faire rentrer dans le rang ce prince trop ambitieux et de le mettre au (...)

19Au sein de l’efflorescence des signes caractéristique de la fin du Moyen Âge, la devise occupe une place à part. Tout comme le portrait et la signature – des pratiques qui naissent elles aussi au xive siècle – la devise témoigne d’un intérêt renouvelé pour la notion de personne, par-delà celle de statut ou celle de fonction. Or la question du statut a déjà été en bonne partie réglée au siècle précédent par le vêtement. En effet, le marquage social a utilisé pour ce faire tout un ensemble de marques vestimentaires, et c’est ainsi que, par exemple, le lépreux, le juif et la prostituée ont été marqués, stigmatisés. Dans ce contexte général, l’apparition de la livrée n’est qu’un raffinement supplémentaire du système visant à rendre plus visible le rang des membres de la curie. C’est sur cette livrée que prend alors appui la devise pour faire entendre la voix du prince, greffant sur le cérémonial de la cour en (auto)représentation des éléments plus personnels. La devise est donc née à la cour, et celle-ci constitue le lieu naturel de la communication symbolique que la devise instaure. Matériellement parlant, cette devise est extraordinairement opportuniste et elle enrôle sous sa bannière les matériaux les plus nobles et les techniques les plus novatrices  : broches émaillées, appliques moulées et colliers métalliques, brocarts d’or, tissus façonnés et soies brodées de perles. Car, en ce temps-là, rien n’était trop beau pour dire les espoirs, les rêves, et, en dernière instance, la volonté de puissance du prince81.

Haut de page

Notes

1  Tous mes remerciements vont à Odile Blanc pour sa patiente et judicieuse relecture de cet article, ainsi qu’à Michel Pastoureau pour ses précieux conseils.

2  L’emblème est le signe renvoyant à un individu ou à un groupe tandis que le symbole est le signe renvoyant à une idée. Ces deux définitions ne sont nullement exclusives l’une de l’autre  : le drapeau tricolore est à la fois emblème de la France et symbole de la Liberté. On reprend ici les définitions de Michel Pastoureau (Michel Pastoureau, «  L’emblématique princière à la fin du Moyen Âge  : essai de lexique et de typologie », dans Héraldique et emblématique de la Maison de Savoie (xie-xvie siècles), éd. par B. Andenmatten, A. Paravicini Bagliani et A. Vadon, Lausanne, Université de Lausanne, 1994, p. 11-43).

3  Sur la devise en général, voir Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, thèse d’Histoire médiévale, dirigée par Michel Pastoureau et Martin Aurell, soutenue en 2001 à l’université de Poitiers (à paraître chez Brepols). Que Laurent Hablot soit ici chaleureusement remercié pour m’avoir fourni une version numérique de sa thèse.

4  On sait que celle-ci distingue notamment entre «  métaux » et «  couleurs » (c’est-à-dire couleurs claires et sombres) qui sont en nombre limité et dont l’utilisation suit des règles précises.

5  Elle peut être partagée à la différence des armoiries dont le partage reste exceptionnel. Là encore la devise complète les armoiries.

6  Une étude systématique de la circulation des devises dans le temps et dans l’espace reste à faire.

7  Sur l’héraldique en général, voir Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, Paris, Picard, 1979.

8  C’est ce que pense Hervé Pinoteau, La symbolique royale française, ve-xviiie siècles, La Roche-Rigault, PSR, 2004, p. 335. À l’époque qui nous occupe, Charles VI fait, lui aussi, sa première entrée à Paris «  vestu d’une riche robe toute semée de fleurs de lis », comme le rapporte Jouvenel des Ursins. Bernard Guenée et Françoise Lehoux, Les entrées royales françaises, de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 1968, p. 56.

9  Il ne s’agira jamais ici des ordres de chevalerie religieux, mais toujours des ordres de chevalerie séculiers, curiaux pourrait-on dire. Sur les ordres de chevalerie en général, voir Jonathan Dacre Boulton d’Arcy, The Knights of the Crown  : The Monarchical Orders of Knighthood in Later Medieval Europe, 1325-1520, Woodbridge, Boydell, 1987.

10  L’historiographie anglaise parle alors de «  Bastard feudalism ».

11  Situé dans la salle des États du château de Blois et relatif à Louis XII.

12  Réalisée au château d’Ételan construit par le chambellan de Louis XII.

13Heures de Marguerite d’Orléans, Paris, BNF, lat. 1156 B, fo 176.

14  Paris, BNF, ms. fr. 606, fo 1. Il s’agit du frontispice de l’Épître d’Othéa de Christine de Pizan, destiné à Louis d’Orléans, qui fut assassiné pendant l’exécution du manuscrit. Un autre exemplaire (Londres, BL, ms. Harley 4431, fo 95), peint après sa mort, altère notamment le vêtement de Louis et ajoute une houppelande à sa devise du loup. A-t-on voulu le rendre plus facilement identifiable, ce que corroborent aussi les changements de couleur intervenus entre les deux manuscrits  ? Les plumes des deux personnages présents à ses côtés sont en effet devenues rouge-blanc (couleurs de l’hôtel du roi), tandis que le serviteur qui se tient derrière Louis a dorénavant un vêtement vert (couleur de la livrée ducale).

15  Paris, BNF, ms. fr. 5091, fo 15vo.

16  Louis C. Douët d’Arcq, La collection des empreintes de sceaux des Archives de l’Empire et son inventaire, Paris, Imprimerie impériale, 1863, notice 951. Il s’agit d’un sceau de Louis d’Orléans datant de 1486. Mentionnons également la capeline au porc-épic d’argent blanc de Louis d’Orléans réalisée en 1394 (Jules Roman, Inventaires et documents relatifs aux joyaux et tapisseries des princes d’Orléans-Valois (1389-1481), Paris, E. Leroux, 1894, no 116).

17  Y compris sous la forme de piquants  ! En effet 46 «  plumes » (piquants) de porc-épic ont été commandées pour les étrennes de 1394. L. Hablot, La devise…, op. cit., p. 596.

18  À cette occasion en effet, on put voir une jeune fille qui menait de la main droite un porc-épic colleté du collier de la Toison d’or, tandis qu’elle tenait de la gauche un cygne, emblème de la maison de Clèves. André Favyn, Le théâtre d’honneur et de chevalerie  ; ou, L’histoire des ordres militaires des roys et princes…, Paris, R. Foüet, 1620, p. 733  ; B. Guenée et F. Lehoux, Les entrées…, op. cit., 1968, p. 131.

19  Idéalement, chaque élément doit être complémentaire de l’autre dans la construction du sens. Le xvie siècle parlera ainsi du corps et de l’âme d’une devise.

20  Voir par exemple Paolo Giovio, Dialogo dell’imprese militari e amorose, Lyon, G. Rouillé, 1559, p. 20. L’emploi du latin, rarement utilisé pour les devises jusqu’au xve siècle, est lui aussi caractéristique du siècle suivant, marqué par le triomphe des lettrés humanistes.

21  Clara Wille, «  Quelques observations sur le porc-épic et le hérisson dans la littérature et l’iconographie médiévale », Reinardus, vol. 17, 2004, p. 187.

22  Ces témoignages archéologiques sont cependant trop nombreux pour que l’on puisse espérer en établir ici une liste exhaustive, et l’on se contentera donc d’en donner des exemples significatifs dans la suite du présent travail. Par ailleurs, pour ce qui est du vêtement médiéval en général, voir Camille Enlart, Manuel d’archéologie française, t. III, Le costume, Paris, Picard, 1916  ; Joan Evans, Dress in Mediaeval France, Oxford, Clarendon Press, 1952  ; Françoise Piponnier, Costume et vie sociale  : la cour d’Anjou, xive et xve siècle, Paris/La Haye, Mouton et Cie, 1970  ; Le vêtement  : histoire, archéologie et symbolique vestimentaires au Moyen Âge, dir. M. Pastoureau, Paris, Le Léopard d’or, 1989  ; Odile Blanc, Parades et parures  : l’invention du corps de mode à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1997  ; Margaret Scott, Medieval Dress and Fashion, London, British Library, 2007.

23  Paris, BNF, ms. fr. 23 279, fos 5 et 19. Il s’agit d’un exemplaire des Réponses à Charles  VI de Pierre Salmon, réalisé en 1409 et offert par son auteur au roi. Voir le catalogue Paris 1400  : les arts sous Charles VI, dir. É. Taburet-Delahaye, Paris, Fayard/RMN, 2004, no 51, p. 120-121.

24  En revanche ni son collier ni sa ceinture ne semblent présenter de devise. Cependant cette ceinture à laquelle sont appendues par des chaînettes des sortes de grelots pourrait être un cadeau de son frère Louis qui en a distribué à sa femme et à son frère. Louis en arbore une magnifique (fig. 1d). Cet objet peut être rapproché des ceintures à «  campans », «  dandins », «  sonnettes », etc. mentionnées dans les documents comptables de Louis d’Orléans. Voir ces mots dans l’index de J. Roman, Inventaires…, op. cit. La mode des grelots est née en Allemagne au début du xive siècle et s’est ensuite diffusée à la cour parisienne. Ces grelots étaient très employés lors des entrées dans les villes et lors des bals, en vertu de la dimension sonore du vêtement, peu étudiée à ce jour.

25  Cet étrange animal n’est ni un lion, ni un léopard, mais bien un tigre car toutes les sources écrites le nomment ainsi. Sans doute l’enlumineur n’a-t-il jamais vu de tigre, ce qui expliquerait le caractère incongru à nos yeux de cette représentation.

26  Terme héraldique qui désigne une ligne de pièces carrées de couleurs alternées.

27  Peut-être «  jam [genêt dans certains dialectes] mai [comme les feuilles] », peut-être «  jamais » par rapport à quelque chose qui nous échappe aujourd’hui, peut-être «  j’aimais ». Voir L. Hablot, La devise…, op. cit., p. 580. Et aussi Colette Beaune, «  Costume et pouvoir en France à la fin du Moyen Âge  : les devises royales vers 1400 », Revue des sciences humaines, t. LV, no 183, juillet-septembre 1981, p. 136, 137, 144.

28  Sur l’orfèvrerie médiévale en général, voir Ronald W. Lightbown, Mediaeval European Jewellery, London, Victoria and Albert Museum, 1992. L’inventaire du duc de Berry mentionne les «  vi grans boutons faiz en façon de roses, garniz de perles grosses et menues, où il a [au] milieu de chascun desdiz boutons un cigne fait de menues perles », Inventaires de Jean duc de Berry (1401-1416), éd. par J. Guiffrey, Paris, E. Leroux, 1894-1896, 2 vol. , t. I, inv. A, no 157, p. 60.

29  Badge  : mot d’ancien et de moyen français dénotant d’abord l’insigne matériel, puis ensuite, par synecdoque, la devise elle-même. En anglais moderne, badge a conservé cette double acception.

30  À l’exception du collier de chien  ! Un chroniqueur de l’époque, Jean Cabaret d’Oronville, compare même à «  ung collier comme d’un levrier » le collier qui est l’insigne caractéristique de l’ordre du Collier créé par Amédée VI de Savoie en 1364, ce qui dit assez le caractère inhabituel de l’objet. J. D. Boulton D’Arcy, The Knights…, op. cit., p. 259. On pourra remarquer à ce propos la fréquence parmi les devises princières des animaux colletés par des couronnes. En effet cerf, cygne, ours, etc. sont ainsi marqués comme royaux.

31  Paris, BNF, ms. fr. 2810, fo 226.

32  La ceinture de cuir – nécessairement masculine car la ceinture féminine est faite de tissu – constitue plus rarement le support de devises. Il s’agit là en effet de la forme de ceinture la plus commune, mal venue sur un habit de cérémonie.

33  Les huit cosses [de genêt] mises en une ceinture d’or où le mot du Monseigneur de Bourbon [le mot ESPÉRANCE] est composé avec des perles. Voir J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 61. Cette ceinture du duc d’Orléans témoigne de l’alliance des devises sur les vêtements, ici celle du roi et celle du duc de Bourbon. En effet, comme nous le verrons, ESPÉRANCE est un mot du duc de Bourbon.

34  Au sens du decorum latin, de l’ornement convenable.

35  À ses initiales s’ajoutait un motif de cœur. R. W. Lightbown, Mediaeval…, op. cit., p. 332.

36  Cette devise renvoie sans doute à la production bourguignonne de houblon.

37  Le semé héraldique est constitué par la répétition d’un même motif à intervalles réguliers. Dans la figure héraldique, la représentation du semé peut répéter le motif soit en quinconce, soit en grille (c’est-à-dire en alignements verticaux de rangées), le premier cas étant plus fréquent que le second.

38  On connaît la fascination de Jean de Berry, l’homme au chapeau d’ours, pour ledit animal. Les inventaires (Inventaires de Jean duc de Berry…, op. cit., voir l’index «  ours ») mentionnent quantité de pièces d’orfèvrerie (bijoux ou vaisselle), et de pièces textiles brodées à cette figure. Il y avait bien évidemment des ours dans la ménagerie du duc, et ce dernier était accompagné dans tous ses déplacements par l’un d’entre eux, surnommé Valentin. Jules Guiffrey, «  La ménagerie du duc Jean de Berry, 1370-1403 », Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, vol. 23, 1899, p. 63-84 (ici, p. 66) et Émile Toulgoët-Treanna, Les comptes de l’hôtel du duc de Berry, 1370-1413, Bourges, impr. de Tardy-Pigelet, 1890, p. 164-165. Si ces ours-là étaient bruns, le duc possédait aussi une peau d’ours blanc (Inventaires de Jean duc de Berry…, op. cit., t. II, SG no 1199). On notera que dans ces mêmes documents, quand la couleur était précisée, presque la moitié des ours émaillés l’étaient de blanc.

39  D’azur semé de fleur de lys d’or à la bordure engrelée de gueules.

40  Les cygnes étaient livrés en quantité énorme pour sa ménagerie. Ainsi, en 1401, une livraison de cygnes compte-t-elle cinquante oiseaux. J. Guiffrey, «  La ménagerie… », art. cit., p. 70. Du point de vue vestimentaire, on connaît plusieurs représentations du duc vêtu d’une houppelande au semé de cygnes (Paris, BNF, ms. fr. 23 279, fo 53 et ms. fr. 131, fo 1  ; Oxford, Bodleian Library, ms. Bodl. 265, fo 2  ; Londres, British Library, ms. Royal 18 D VII, fo 2) et, par ailleurs, des devises au cygne ont bien été brodées sur des vêtements ducaux. Tel est le cas d’une cape, d’une chasuble, d’une tunique et d’une dalmatique données par Jean duc de Berry à la Sainte-Chapelle de Bourges et dont voici la description  : «  Une chapelle sans doublure faicte de brodeure sur velluau jaune, garnie de chazuble, tunique et domatique et d’orfrois de brodeure aux armes de Monseigneur et à sa devise du cyne, coponnez les orfrois de valluau blanc et vermeil… »  ; J. Guiffrey, Inventaires…, op. cit., t. II, p. 154, no 1274.

41  Plusieurs historiens ont depuis un siècle tenté d’identifier ces personnages. Voir Stephen Perkinson, «  Likeness, Loyalty, and the Life of the Court Artist  : Portraiture in the Calendar Scenes of the Très Riches Heures », Quærendo, vol. XXXVIII, no 2-3, 2008, p. 142-174.

42  Certains veulent voir là l’initiale de Paul de Limbourg, le plus âgé des trois frères peintres qui aurait fait ici son autoportrait (S. Perkinson, art.cit.).

43  Là encore les documents corroborent les détails de l’image.

44  Les comptes mentionnent des draps «  veluyau velu, tixu d’or de Chypre cramoisi » achetés à un marchand de Lucques demeurant à Paris, un «  fin velu sur velu, broché d’or de Chyppre sur vert perdu », un «  fin velu sur velu, broché d’or fin à grans broz d’or », un «  fin velu à figure, à hault et bas poil, et violet en cramoysi », un «  veluyau figuré fin de plusieurs couleurs, sur satin brodé d’or de Chippre », «  une grande houppelande de parement pour Monseigneur » réalisée pour la fête de Pâques en un «  fin velu rosé sur cramoysi, broché de fin or de Chypre », E. Toulgoët-Treanna, Les comptes de l’hôtel du Duc de Berry…, op. cit., p. 102-103.

45  J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 574.

46  Mais elles sont rares dans les garde-robes princières. On ne compte qu’un seul cas d’applique textile – une grande arbalète – dans les dépenses faites par Louis d’Orléans. J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 271. Faite en velours vert, elle était destinée à être appliquée sur la manche gauche d’une houppelande noire.

47  C’est l’«  orbateur » autant que l’orfèvre qui s’en charge. R. W. Lightbown, Mediaeval…, op. cit., p. 366.

48  J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 205. Voir aussi nos 170 et 177.

49Ibid., no 126. Il y a d’autres exemples de colliers à mettre sur les loups des houppelandes ducales  : nos 152 (cinquante-six colliers d’or à clochette torse), 140 (un seul collier d’argent «  pour mettre en un jaques », car il s’agit ici d’un modeste cadeau à un seigneur) et 141 (dix-sept colliers d’argent).

50  Inv. 25 688. Celui-ci a aujourd’hui la forme du dos d’une chasuble dont le devant se trouve au musée du Bargello à Florence. Paris 1400…, op. cit., p. 119.

51  Londres, National Gallery, inv. NG 4 451.

52  Pour ce qui est de la ceinture ESPÉRANCE, on verra F. Perrot (dir.), Espérance  : le mécénat religieux des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, Souvigny, Ville de Souvigny, 2001.

53  C’est ce qu’indique le guide des collections du musée des Tissus de Lyon (Musée des tissus de Lyon  : guide des collections, Lyon, Éditions lyonnaises d’Art et d’Histoire, 1998, p. 144) qui le date par ailleurs de la fin du xive siècle ou du début du xve siècle. A contrario, l’hypothèse d’une fabrication parisienne a été émise par Élisabeth Taburet-Delahaye dans Paris 1400…, op. cit., p. 119. Sur la question de la production parisienne en général, voir Sharon Farmer, «  Biffes, Tiretaines, and Aumonières  : The Role of Paris in the International Textile Market of the Thirteenth and Fourteenth Centuries », dans Medieval Clothing and Textiles, dir. R. Netherton et G. R. Owen-Crocker Woodbridge, The Boydell Press, 2006, vol. 2, p. 73-90. Sharon Farmer présente une ville où l’industrie de la soie est bien implantée depuis le début du xive siècle (on a conservé les statuts datant des environs de 1300 des guildes parisiennes travaillant la soie où figure la première occurrence du mot «  velours ») et dont les témoignages de la production se retrouvent par exemple dans des documents de la chancellerie royale anglaise (la production parisienne y apparaît limitée mais de bonne qualité, les soies parisiennes étant possiblement façonnées et/ou brochées or).

54  C’est ce que fait le héros du roman du milieu du xve siècle Jehan de Saintré à la veille d’une emprise où il «  manda à Florence ung patron de toille paint, en fourme d’un saptin figuré, tout blanc, ou seroient visieres d’or brochees tresrichement, qui seroient pour leurs robes et paremens de chevaulx  ; et semblablement seroient pieces de fin damas tout blanc, brochié a semblables visieres d’argent, pour les robes et paremens de chevaulz aux escuiers… ». Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. par J. Blanchard, Paris, Librairie générale française, 1995, p. 396.

55  L’un de la dernière décennie du xive siècle conservé à l’Art Institute de Chicago (inv. 1940.926) et l’autre du début du xve siècle conservé au Victoria and Albert Museum de Londres (inv. 1310-1864).

56  Florence s’était fait une spécialité de tels tissus héraldiques ou para-héraldiques qui étaient produits à la demande en petite quantité, coûtaient très cher et exigeaient un paiement anticipé. Marina Carmignani, Tessuti ricami e merletti in Italia  : dal Rinascimento al Liberty, Milano, Electa, 2005, p. 38.

57  L’industrie de la soie naît à Milan au milieu du xve siècle et connaît très vite un essor extraordinaire. M. Carmignani, Tessuti…, op. cit., p. 36.

58  Florence, musée du Bargello, inv. 142 TF. Carmignani, Tessuti…, op. cit., p. 40  ; Milan, musée Poldi Pezzoli, inv. 58.20. Lisa Monnas, Merchants, Princes and Painters  : Silk Fabrics in Italian and Northern Paintings (1300-1550), New Haven/London, Yale University Press, 2008, fig. 19.

59  Car strozziere signifie fauconnier.

60  On observera qu’un drap d’honneur très proche de ce tissu orne le trône de la Vierge dans les Heures de Marguerite d’Orléans (BNF, ms. lat. 1156B, fo 25) réalisées vers 1430 – Marguerite est la fille de Charles et de Valentine Visconti, donc la petite-fille de Jean Galéas Visconti.

61  Sur les livrées, voir Robert Delort, «  Notes sur les livrées en milieu de cour au xive siècle », dans Commerce, finance et société (xie-xvie siècles), éd. par P. Contamine, T. Dutour et B. Schnerb, Paris, PUPS, 1993.

62  Il s’agit de l’illustration du mois de janvier des Très Riches Heures du duc de Berry (Chantilly, musée Condé ms. 84) exécutées en 1415-1416 par les frères Limbourg.

63  L. Hablot, La devise…, op. cit., p. 490.

64  Tel est aussi le cas dans l’héraldique.

65  C. Beaune, art. cit., p. 126.

66  Arnaud Alexandre, «  L’art au service de la politique  : la pratique du don chez Louis d’Orléans », dans La création artistique en France autour de 1400  : actes du colloque international École du Louvre-Musée des beaux-arts de Dijon-Université de Bourgogne, éd. par É. Taburet-Delahaye, Paris, École du Louvre, 2006, p. 70.

67  Un nid, sans doute pour accueillir l’hirondelle royale, la devise de son frère Charles VI. La remarque est due à Laurent Hablot.

68  Ainsi des «  x petiz bacins pour y mettre rondéles qui seront en un nic » (dix petits bassins pour y mettre des hirondelles qui y seront comme en un nid). J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 139.

69Ibid., no 382.

70  Les arbalètes ne sont pas sur la manche gauche, ce côté gauche étant déjà occupé par le (grand) loup auquel il faut faire contrepoids  ; J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 79.

71  Christine de Pizan, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. par S. Solente, Paris, H. Champion, 1936-1940, 2 vol.   ; ici, t. I, p. 41.

72  Que le vert soit bien la couleur de la livrée est prouvé par le numéro 268  : «  pour la livrée des venneurs de Monseigneur, XXV houpelandes bastardes de vert gay [clair], doublés [sic] de drap noir, et sont tous les bouz des manches senestres d’icelles houpelandes de noir et les vi couleurs de mondit Seigneur entretaillées à vis sur chascune d’icelles ». J. Roman, Inventaires…, op. cit., no 268.

73  J. Roman, Inventaires…, op. cit., nos 216 et 217.

74  Ainsi ce n’est qu’en 1404 que cesse le commerce des étrennes entre Louis d’Orléans et Jean sans Peur, le premier devant être assassiné par le second peu de temps après, en 1407. Jan Hirschbiegel, «  Le commerce des étrennes dans les cours françaises au temps de la querelle entre Armagnacs et Bourguignons », dans La création artistique en France autour de 1400…, op. cit., p. 199.

75  Gérard Ouy et Christine Reno, «  Où mène le Chemin de long estude  ? Christine de Pizan, Ambrogio Migli, et les ambitions impériales de Louis d’Orléans (À propos du ms. BNF fr. 1643) » dans Christine de Pizan 2000  : Studies on Christine de Pizan in Honour of Angus J. Kennedy, éd. par J. Campbell et N. Margolis, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 2000.

76  Certains historiens voient la fin du Moyen Âge comme un jalon important dans la construction de notre conception moderne d’opinion publique. Voir par exemple Bernard Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge  : d’après la «  Chronique de Charles VI » du religieux de Saint-Denis, Paris, Perrin, 2002.

77  Ces chaperons aux couleurs de telle ou telle faction apparaissent à plusieurs reprises dans le Journal d’un bourgeois de Paris  : de 1405 à 1449, éd. Colette Beaune, Paris, Librairie générale française, 1990, p. 39, 59.

78  Comme le dit Colette Beaune (C. Beaune, art. cit., p. 128). La Seine nous a conservé puis restitué certaines de ces broches. Denis Bruna, Enseignes de pèlerinages et enseignes profanes, Paris, RMN, 1996, pièces nos 544, 571-575 et 644.

79  Cité par C. E. J. Smith, «  The Livery Collar », The Coat of Arms, n. s., VIII, no 151, 1990, p. 243. Observons au passage que le mot anglais «  livery » dérive du mot français «  livrée » et correspond à la notion de devise.

80  L. Hablot, La devise…, op. cit., p. 24 et Mathilde Laigle, Le livre des trois vertus de Christine de Pizan et son milieu historique et littéraire, Paris, Champion, 1912, p. 208.

81  L’histoire aura tôt fait de faire rentrer dans le rang ce prince trop ambitieux et de le mettre au service exclusif d’un roi qui deviendra par la suite un monarque absolu.

Haut de page

a) Vitrail de la salle des États du château de Blois (détail), vers 1500.b) Sculpture du château d’Ételan (détail), Saint-Maurice-d’Ételan, Seine-Maritime, vers 1500.c) Maître de Marguerite d’Orléans, Sainte Marguerite et le dragon (détail de la marge en haut à droite), dans Heures de Marguerite d’Orléans, vers 1430, enluminure sur parchemin  14 × 19,6 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 1156B, fo 176.d) Maître de l’Épître d’Othéa, Présentation du livre, dans Christine de Pisan, Épître d’Othéa, 1406-1408, peinture sur parchemin  23 × 32 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 606, fo 1.e) Jean Bourdichon, Louis XII sortant de la ville d’Alexandrie pour aller reprendre Gênes (détail), dans Jean Marot, Le Voyage de Gênes, vers 1508, enluminure sur parchemin  30 × 21 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 5091, fo 15 vo.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1309/img-1.jpg
image/jpeg, 124k
a) À gauche  Maître de Boucicaut, Charles VI s’entretenant avec Pierre Salmon (détail), dans Pierre Salmon, Réponses à Charles VI, 1409, peinture sur parchemin  20 × 28 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 23 279 fo 19.b) À droite  Maître de Boucicaut, Charles VI s’entretenant avec Pierre Salmon (détail), dans Pierre Salmon, Réponses à Charles VI, 1409, peinture sur parchemin  20 × 28 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 23279, fo 5. Broches et colliers
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1309/img-2.jpg
image/jpeg, 92k
Fig. 3 - Maître de la Mazarine, Présentation du livre, dans Héthoum l’Historien, Fleur des histoires d’Orient : le livre des merveilles, vers 1410-1412, enluminure  28 × 40 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 2810, fo 226.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1309/img-3.jpg
image/jpeg, 120k
Fig. 4 - Jean, Herman et Pol de Limbourg, Très Riches Heures de Jean de Berry  le calendrier, miniature du mois de janvier (détail), vers 1416, enluminure sur vélin  29 × 21 cm. Chantilly, musée Condé, ms. 65, fo 1 vo.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1309/img-4.jpg
image/jpeg, 136k
a) Dos de chasuble à décor de lignes horizontales alternant Ceinture Espérance et Cosse de Genet (détail au dos), velours de soie, coupé triple corps, lancé et broché d’or, vers 1390, Italie. Lyon, musée des Tissus, MT 25 688.b) Lampas de soie sergé twill aux cerfs, aigles et nuées issant des rais (détail), début XVe siècle. Londres, Victoria and Albert Museum, inv. 1310-1864.c) Parement d’autel aux colombes et mot «  À bon droit » (détail), fin XVe siècle. Milan, musée Poldi Pezzoli, inv. 58.20.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1309/img-5.jpg
image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olga Vassilieva-Codognet, « L’étoffe de ses rêves  : le vêtement du prince et ses parures emblématiques à la fin du Moyen Âge », Apparence(s) [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 25 août 2015, Consulté le 26 avril 2017. URL : http://apparences.revues.org/1309

Haut de page

Auteur

Olga Vassilieva-Codognet

Née à Saint-Pétersbourg, Olga Vassilieva-Codognet y a obtenu un diplôme d’ingénieur des industries du textile à l’Académie de Design. Elle a ensuite poursuivi ses études à l’École des hautes études en sciences sociales où elle achève actuellement, sous la direction de Michel Pastoureau, une thèse sur l’iconographie de la Fortune au Moyen Âge et à la Renaissance (xie-xvie siècles). Ses recherches portent sur l’histoire culturelle et symbolique (iconographie, emblématique, héraldique, histoire de l’art) et sont présentées dans des conférences internationales et diverses publications. En mars 2007 elle a organisé avec Michel Pastoureau un colloque intitulé «  Des signes dans l’image  : usages et fonctions de l’attribut dans l’iconographie médiévale (du Concile de Nicée au Concile de Trente) » qui s’est tenu à l’Institut national d’histoire de l’art.
Olga Vassilieva-Codognet was born in Saint Petersburg where she studied at the Academy of Design. She is currently finishing her PhD thesis on the iconography of Fortune in the Middle Ages and Renaissance, under the direction of Michel Pastoureau. Her research focuses on cultural and symbolical history (iconography, emblems and heraldry, art history), and in March 2007 she organized a symposium with Michel Pastoureau on the use and functions of attributes in medieval iconography. Her work is presented at international conferences and in a number of publications.

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page