Skip to navigation – Site map
L'habit de cour en politique

La construction d’une image  : Philippe le Bon et le noir (1419-1467)

Sophie Jolivet

Abstracts

The Construction of an Image : Philippe le Bon and the Colour Black (1419–67). In the light of recent research on mourning, black, and the ducal apparel, this article shows how the colour black came to predominate in the wardrobe of Philippe le Bon, Duke of Burgundy (born 1396 ; reigned 1419–67). Historiographical tradition associates the wearing of black with mourning for his father, but this article proposes a different interpretation. He went into mourning at the time of his father’s death, as did every Christian prince, but he also wore other colours until the second half of the 1430s. While the notions of humility and punishment were certainly present in the duke’s personality, the black in his attire was of a rich, dense, and ostentatious nature. The black worn by Philippe le Bon almost certainly had political significance, reflecting a deliberate iconographical strategy. This was conveyed in the wearing of this fashionable, recurrent colour, doubtless connected to the heraldic image of the Lion of Flanders adopted in the duke’s titular attributes.

Top of page

Full text

  • 1  Joseph Calmette, Les grands ducs de Bourgogne, Paris, Albin Michel, 1949, p. 312.
  • 2  Emmanuel Bourassin, Philippe le Bon  : le grand lion des Flandres, Paris, Tallandier, 1983, p. 34.
  • 3  Sophie Jugie, «  Les portraits des ducs de Bourgogne », Publication du Centre européen d’études bo (...)

1Le troisième duc de Bourgogne de la famille des Valois, Philippe le Bon, est réputé pour avoir revêtu la couleur noire de manière définitive à la mort de son père, Jean sans Peur, dès 1419, en signe de deuil. L’historiographie s’est longtemps contentée de cette explication, qui reste vivace  : «  très frappé par la mort tragique de son père, il ne se borna pas à s’astreindre à un deuil sévère, il garda toute sa vie le goût du noir et, bien qu’il le fît avec somptuosité, il observa d’une façon habituelle l’usage de se vêtir de cette sévère couleur »1. Un auteur est allé encore plus loin, supposant cette habitude du noir comme un vœu de la part du prince, non seulement pour lui-même, mais aussi pour son entourage  : «  à la mort de son père, il avait fait le serment solennel de porter, jusqu’à sa mort, le deuil du défunt en noir et en blanc et avait ordonné que ses gens ne quittassent jamais les livrées de sombres couleurs, à l’image de leur maître »2. Quand il ne revêt pas le manteau rouge de la Toison d’or3, il est vu, depuis le xve siècle, comme l’homme en noir au chaperon à bourrelet, portant le collier de la Toison d’or, à l’image de son portrait officiel.

  • 4  Sophie Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne  : costume (...)
  • 5À réveiller les morts  : la mort au quotidien dans l’Occident médiéval, éd. par D. Alexandre-Bidon (...)
  • 6  Michel Pastoureau, Noir  : histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008  ; William John Harvey, Des (...)

2Cette image stéréotypée du troisième duc de Bourgogne s’est fixée dans un contexte historiographique particulier, influencé par une vision négative et romantique du noir, qui en a fait une couleur souvent associée à l’austérité, aux ténèbres et à la mort. Depuis, des recherches complémentaires ont été menées sur le vêtement ducal4, sur la pratique du deuil5, sur la couleur noire6. À la lumière de cette historiographie, la présente contribution souhaite reprendre le dossier du noir de Philippe le Bon pour tenter de comprendre comment, progressivement, le duc s’est forgé une image durable en adoptant dans tous ses vêtements la couleur noire.

3L’accès aux vêtements portés par le duc, consignés de manière dense et précise dans les registres de comptes, apporte un éclairage nouveau sur son action en matière de choix vestimentaires. Cela permet de confronter, par le croisement des sources, les idées les plus répandues aux faits consignés et datés. Cette contribution propose de revenir sur les raisons qui ont pu pousser Philippe le Bon à adopter le noir en toutes circonstances, à travers sa conception du deuil, son sentiment religieux, ses stratégies politiques.

Un noir de deuil  ?

4Puisque la tradition fait débuter la permanence du noir au deuil de 1419, c’est par cette question qu’il faut commencer  : Philippe le Bon a-t-il, en signe de deuil, modifié sa garde-robe à la mort de son père et imposé une telle couleur à son entourage  ?

  • 7  Archives départementales de la Côte-d’Or (désormais AD 21), B. 1508, fo 126  : «  pour une livrée (...)
  • 8  M. Pastoureau, Noir  : histoire d’une couleur, op. cit., p. 101. Dans cet ouvrage, l’auteur a reco (...)
  • 9  Se reporter aux chapitres d’achats de draps de soie et d’achats de draps de laine et de confection (...)

5Les tenues de l’enfance du comte de Charolais (titre que portait Philippe le Bon avant d’accéder au duché de Bourgogne), né en 1396, n’étaient pas, sauf exception, financées par l’hôtel du duc de Bourgogne. Des données plus complètes concernent les tenues de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur. Leurs préférences portent généralement sur le vert et le rouge, mais le noir n’est pas absent de leur tenues. Précisément, en 1396, Philippe le Hardi prend à sa charge, pour accueillir des ambassadeurs anglais, la réalisation de vêtements destinés à des grands personnages bourguignons et français et choisit des draps de soie, velours et satin de couleur noire pour exécuter ces vêtements7. Selon Michel Pastoureau, cette couleur précieuse, dense et riche a fait son apparition (venant des grands marchands très fortunés) dans les milieux de cour en Italie. Elle atteint ensuite les cours françaises par l’intermédiaire de Valentine Visconti, épouse du duc d’Orléans8. Toutefois, à cette période et jusqu’à sa mort, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi préfère le rouge (vermeil et cramoisi) et le vert, pour lui-même et pour ses livrées9.

  • 10  Trois comptes de ses dépenses en tant que comte de Nevers ont été conservés aux AD 21  : B. 5518 ( (...)
  • 11  Comptes de la recette générale de toutes les finances consultés  : Archives départementales du Nor (...)

6Jean sans Peur, en tant que comte de Nevers d’une part10, et ensuite duc de Bourgogne11, a lui aussi recours à des achats de draps de couleur noire. Au tournant du siècle, le noir est déjà bien présent dans la garde-robe de draps de soie du comte de Nevers  : velours, satin, cendal noir et vermeil. En revanche, une variété plus importante se trouve parmi les draps de laine  : du gris, du brun, de l’écarlate, du blanc et surtout du vert (vert gai et vert brun). Ainsi le noir est indéniablement présent mais demeure une possibilité non privilégiée. Cette situation perdure jusqu’en 1419, et une étude systématique de la comptabilité devrait être menée pour confirmer statistiquement cette impression que dégage la lecture des registres comptables.

7Les quelques achats repérés dans les comptes destinés au comte de Charolais, futur duc Philippe le Bon, abondent dans ce sens, bien que les données qui le concernent restent partielles, correspondant à des moments de présence aux côtés de son père. Assurément, le comte de Charolais porte des vêtements de couleur noire avant de devenir brutalement duc de Bourgogne, mais il serait trop audacieux de conclure à une permanence de cette couleur dans ses tenues, devant le peu d’articles le concernant. Au moins pouvons-nous avancer que le noir est bien, avant le 10 septembre 1419, une couleur à la mode, associée à la fête, et non nécessairement au deuil, comme l’a montré Michel Pastoureau. La mort de Jean sans Peur va-t-elle constituer une rupture  ?

  • 12  Paul Bonenfant, Philippe le Bon  : sa politique, son action, Bruxelles/Paris, De Boeck Université, (...)
  • 13  Johan Huizinga, L’automne du Moyen Âge, trad. par J. Bastin, Paris, Payot, 1995 [1932], p. 53.

8Apprenant la mort de son père, Philippe le Bon a choisi de s’opposer au parti du Dauphin, en s’alliant aux Anglais. Ce revirement était une stratégie de vengeance qui, semble-t-il, fut plutôt douloureuse pour les Bourguignons. Paul Bonenfant a fait du sentiment français de Philippe le Bon un trait essentiel de son règne. De nombreux signes abondent dans ce sens12. Philippe le Bon aurait donc choisi de porter, dans ses apparitions publiques, le deuil de son père pour signifier à tous qu’en signant le traité de Troyes, il ne commettait pas un sacrilège mais bien un sacrifice pour le bien du royaume  : «  Et si l’honneur d’une famille orgueilleuse était en jeu et que la vengeance s’imposât comme un devoir sacré, ainsi que ce fut le cas lors du meurtre de Jean sans Peur, l’apparat correspondait à la douleur du cœur »13.

  • 14  AD 59, B 1920, publié dans Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, éd. par R. F (...)

9Le premier compte de Gui Guilbaut, receveur général de toutes les finances, couvrant la période du 3 octobre 1419 au 3 octobre 1420, consigne une partie des premières dépenses vestimentaires réalisées par le duc de Bourgogne Philippe le Bon14  :

[…] cincquante aulnes de drap de laine noir dont on fist huit robes et huit chapperons pour les paiges, palefrenier et varlet de pié de mondit seigneur, pour le duel de feu monseigneur le duc son pere, que Dieux absoille […]
32 aulnes de drap blanc pour doubler lesdictes robes […]
28 aulnes d’autre drap noir dont on fist pour mondit seigneur robe, manteau long de dueil et chapperon […]
A Pierre Gavrelot et pluseurs aultres cy aprez nommez, la somme de neuf cens trente six livres douze solz deux deniers monnoye royal qui deue leur estoit tant pour achat de drap dont on a fait robes, manteaux et chapperons pour mondit seigneur et les gens de son hostel et de l’ostel de madame la duchesse de Bourgogne sa femme, qui sont tous ensemble 146 personnes […]
240 aulnes de drap de brunette […] et pour 376 aulnes et demie d’autre drap dont on a fait doublures pour lesdictes robes […]
183 aulnes et 3 quartiers de drap brun […]
200 et 1 aulne de drap à faire doublure […]
117 aulnes de drap brun dont on fist 26 robes et 26 chapperons, chacune robe et chapperon de 4 aulnes et demie de drap […]

10Sans doute cette grande quantité de vêtements noirs réalisés pour les officiers de l’hôtel, consignée dans les registres comptables, a pu contribuer à appuyer la thèse du deuil de Philippe le Bon. Concernant ces vêtements, il est littéralement indiqué qu’il s’agit ici de vêtements de deuil.

  • 15  Traités théoriques et relations d’obsèques destinés à servir de références et de modèles sont cons (...)

11Défini comme une grande tristesse, une douleur causée par la mort de quelqu’un, le deuil entraîne des attitudes (pleurs, jeux de mains, affliction) et un cérémonial précis, avant, pendant et après les funérailles, dont une grande partie se déroule dans le cadre d’une religion très présente. La cour de Bourgogne inscrit ces pratiques dans un ensemble de rituels essentiellement nobiliaires, progressivement élaborés et codifiés15. La pompe liturgique des funérailles montre avec apparat le rang social du défunt, à travers notamment un cortège ostentatoire et solennel où le noir est partout présent  : tout le monde porte des vêtements noirs, y compris les chevaux, un drap noir recouvre le cercueil, d’autres sont tendus dans les rues et l’église…

  • 16  Auparavant, des tonalités colorées témoignaient de la conception selon laquelle l’expression du dé (...)
  • 17  L’une des premières représentations se trouve sur le tombeau de Sancho Diaz de Carillo, datant de (...)

12L’usage des couleurs noires est considéré comme plutôt tardif16 et serait d’origine espagnole17. Il précède les épidémies de peste qui ravagèrent l’Occident à partir de 1348, ce qui rend improbable l’hypothèse selon laquelle l’adoption de cette couleur serait due à la terreur qu’elles inspirèrent. Les historiens ayant abordé les problématiques de la mort ont associé le noir à l’évolution du sentiment religieux, à la naissance du purgatoire et à la conception d’une mort associée à la nuit, aux ténèbres. Le cérémonial du deuil tient à une volonté de traiter les morts avec considération et de leur conserver une place au sein de la société des vivants. Il relève aussi des préoccupations spirituelles en rapport avec le salut de l’âme du défunt (idée d’accompagner le défunt et d’abréger son séjour dans le purgatoire).

13Ainsi, le port de la couleur noire par Philippe le Bon a pu être interprété comme un signe de sa dévotion aux trépassés, comme un signe d’humilité et de pénitence. Toutefois, il est important de noter que les tenues de deuil, bien identifiées comme telles dans les mentions de comptes, sont des vêtements spécifiques, toujours faits de draps de laine noire. Il s’agit d’un ensemble constitué au moins de la robe et d’un chaperon noir et, pour Philippe le Bon, d’un manteau de drap de laine noir, sans doute ample. Il faut aussi distinguer les vêtements destinés au cortège funèbre de ceux plus spécifiquement taillés pour tenir le deuil. La robe portée sous le manteau pouvait refléter les dernières tendances de la mode. Il semble que le duc lui-même s’astreignait, en souvenir de membres de sa famille, et pour une durée qui reste difficilement mesurable, à tenir le deuil. Toutefois, la proposition d’une adoption radicale et définitive de la couleur noire en signe de deuil par Philippe le Bon le 10 septembre 1419 peut être discutée.

  • 18  Enguerrand de Monstrelet, La chronique d’Enguerrand de Monstrelet  : en deux livres, avec pièces j (...)

Item le XIIIe jour dudit moys d’octobre, le duc Phelippe de Bourgogne feist faire ung service en l’église Saint-Vaast d’Arras pour le salut de l’âme dudit Jehan de Bourgongne, son père. Auquel service furent les évesques d’Amiens et de Cambray, de Thérouenne, de Tournay et d’Arras, avec plusieurs abbez de Flandres, d’Artois et des pays à l’environ, et estoient en tout vingt-quatre croces, et faisoient le deuil ledit messire Jehan de Luxembourg et messire Jaques de Harecourt, et dist la messe l’évesque d’Amiens18.

  • 19  Georges Chastellain, Œuvres de Georges Chastellain, éd. par K. de Lettenhove, Bruxelles, F. Heussn (...)

14C’est tout ce qu’Enguerrand de Monstrelet consent à dire sur le deuil de Jean sans Peur. Il ne fait pas mention d’une décision officielle du nouveau duc bourguignon d’astreindre sa personne et son entourage au deuil permanent. Même Georges Chastellain, qui décrit avec beaucoup de saveur la douleur du deuil de Philippe le Bon, ne lui prête pas de telles intentions19. Sa tenue vestimentaire ne semble pas avoir particulièrement retenu l’attention des chroniqueurs. Sans doute le duc a-t-il eu de ce point de vue une attitude conforme à ce qui était attendu de lui. Jean de Luxembourg et Jacques de Harecourt, deux officiers de Jean sans Peur alliés à la famille Bourgogne, se tenaient vêtus de noir à ses côtés, dans le cadre du cérémonial associé à la mort d’un personnage d’État.

  • 20  Cet aspect est rappelé par F. Piponnier, «  Les étoffes du deuil », art. cit., p. 137.

15Nous ne saurions donc confondre le noir du deuil avec la mode du noir, déjà bien implantée à la cour de Bourgogne avant la mort de Jean sans Peur, qui se traduit par une préférence pour les soieries sombres, souvent tissées d’or, et les pelleteries foncées, naturelles ou teintes20. En septembre 1419, outre la production de vêtements spécifiquement associés au deuil, la mort tragique de Jean sans Peur a-t-elle entraîné une rupture dans la production vestimentaire de Philippe le Bon  ?

  • 21  AD 59, B 1927, fo 132.

16Le détail des vêtements réalisés pour Philippe le Bon entre le 20 mars 1420 et la Toussaint 1422 contient une majorité de vêtements noirs mais aussi des vêtements d’autres couleurs, parmi lesquels une robe d’argent bleu courte à manches ouvertes, faite à Lille, deux paires de chausses d’écarlate vermeille brodées à la devise ducale («  Autre n’aurai »), une robe vermeille de deux draps découpée à feuilles pour les noces de la fille de monseigneur d’Uutkerke, une houppelande de velours cramoisi broché d’or21. Le nouveau duc de Bourgogne a adapté sa garde-robe à son nouveau rôle de représentation. Pour autant, la présence de vêtements de couleur dans sa garde-robe postérieurement à la mort de son père rend obsolète la proposition d’un deuil particulièrement astreignant. Certes, il est indéniable que Philippe le Bon avait une réelle préférence pour la couleur noire mais il ne l’a adoptée de manière définitive et systématique que dans la seconde moitié des années 1430.

  • 22  Bertrand Schnerb, Jean sans Peur  : le prince meurtrier, Paris, Payot, 2005, chap. XLI  : «  Le de (...)
  • 23  Jean Favier, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 453.

17L’explication du noir par le deuil, encore vivace22, qui mêle une compassion de nature religieuse à une stratégie de vengeance, s’est construite au début du xxe siècle dans un contexte empreint d’un certain sentiment national, où il était difficile d’accepter que le duc de Bourgogne ait «  livré la France à l’Angleterre ». Cependant, en s’alliant aux Anglais, le duc cherchait surtout à punir les coupables d’un crime considéré comme lèse-majesté et, sans doute, à éviter que le Dauphin Charles ne se rapproche trop des Anglais. Le traité de Troyes ne remettait pas en cause le royaume de France mais cherchait à établir une double monarchie afin d’assurer la paix entre les deux royaumes par un jeu d’alliances matrimoniales, en accord avec les conseillers du roi de France en place, Charles VI. Il demeurait bien, comme l’a rappelé Jean Favier, un royaume de France distinct du royaume d’Angleterre23.

18Ainsi, bien que le sentiment d’humilité et de pénitence ne soit sans doute pas absent des préoccupations du nouveau duc de Bourgogne, la position d’un retranchement vengeur dans les couleurs du deuil ne paraît plus tenable car, dans ce cas, nous pourrions légitimement nous étonner que le deuil n’ait pas été rompu après la réconciliation avec le parti de Charles VII, à la suite du traité d’Arras (1435). Au contraire, Philippe le Bon a définitivement adopté la couleur noire précisément dans les années qui suivirent. Il faut donc trouver d’autres explications à la systématisation du noir dans les tenues ducales. Le sentiment religieux du prince, outre le deuil, peut-il constituer une interprétation  ?

Un noir de tempérance et d’humilité  ?

  • 24  Georges Chastellain, «  Déclaration de tous les hauts faits et glorieuses aventures du duc Philipp (...)
  • 25Ibid., p. 751.
  • 26Ibid., p. 752.

19Dans sa nécrologie, Georges Chastellain ne propose pas une vision de la religion du prince qui s’étend au-delà de ce qu’on attendait d’un prince chrétien  : «  il servait Dieu et le craignait  ; il était fort dévot à Notre-Dame  ; il observait les jeûnes ordinaires  ; il donnait de généreuses aumônes, et en secret24 ». Il a salué son engagement dans la croisade et sa fidélité au pape25. Mais dans l’organisation même du discours de Georges Chastellain, ces deux derniers points se rapprochaient davantage de choix stratégiques que «  de sa condition, de ses mœurs, et de ses nombreuses vertus naturelles26 ». Donc, à titre posthume, Philippe le Bon n’apparaissait ni plus ni moins conforme à ce que l’on attendait de lui. Et le nécrologue n’a pas fait état de sa vêture noire comme un signe de deuil prolongé particulièrement ascétique.

  • 27  Vincent Tabbagh, «  Pouvoir épiscopal et pouvoir ducal dans les États des ducs Valois de Bourgogne (...)

20Sa mentalité intimement religieuse reste encore à étudier mais on peut toutefois penser que les clercs qui l’entouraient exerçaient sans doute une certaine influence. Il faudrait s’intéresser aux courants représentés à la cour par des personnalités comme Jean Germain, Jean Chevrot, Laurent Pignon, Guillaume Fillastre ou par les dominicains, ordre religieux au costume noir sur blanc  : le chapitre des offrandes et aumônes atteste la présence fréquente de frères prêcheurs que l’on remerciait de leurs sermons prononcés devant la personne ducale. Vincent Tabbagh a montré que Philippe le Bon était non seulement animé d’un sentiment religieux profond, et s’impliquait volontiers dans des pratiques dévotes, mais qu’il a su aussi s’entourer, entre 1420 et 1460, d’un groupe de penseurs que l’auteur appelle des «  évêques de gouvernement », capables, par leurs hautes qualités intellectuelles, de dynamiser les sentiments religieux du prince au sein de la culture chevaleresque27.

  • 28  Agnès Page, Vêtir le prince  : tissus et couleurs à la Cour de Savoie (1427-1447), Lausanne, Unive (...)

21Le rapprochement entre sentiment religieux et vêtement a été tenté par Agnès Page, à propos du costume du duc Louis de Savoie, entre 1444 et 144728. Analysant les tenues ducales, elle émet l’hypothèse selon laquelle le duc de Savoie, en se parant souvent de blanc, à l’intérieur comme à l’extérieur dans certaines de ses tenues, cherchait à exprimer un idéal chrétien d’humilité (blanc albus) et d’éternité (blanc candidus). La comparaison entre les statuts de Savoie et les données comptables lui ont suggéré que l’emploi fréquent de draps de moindre qualité ainsi que des fourrures d’agneau, vendues à bas prix, tendrait à indiquer que le duc tenait à afficher une certaine sobriété dans son habillement. Elle attribue à l’agneau des qualités mystiques, représentation d’un duc faisant preuve de modestie (idée du troupeau de Dieu, guidé et non pas souverain). Peut-on faire la même analogie à propos du duc de Bourgogne afin de déceler une part de sentiment religieux dans ses tenues  ?

  • 29  La période considérée s’étend du 18 août 1443 à la fin de l’année 1447. Je n’ai pas pu isoler les (...)
  • 30  Principe sur lequel reposent les lois somptuaires d’Amédée VIII selon A. Page, Vêtir le prince…, o (...)

22Le duc de Savoie a fait confectionner pour lui entre 1444 et 1447 cinquante robes, toutes qualités confondues. Pour Philippe le Bon, on en dénombre 16229. La temperantiae virtus30 n’était pas le fort du Bourguignon  ! Mais ces robes étaient, comme celles du Savoyard, en majorité réalisées dans des draps de laine  : cent unités, ce qui monte leur proportion à 61  %. L’analyse des achats a montré que les draps employés étaient généralement de bonne qualité pour le drap de dessus, de valeur moindre pour la doublure. La toile n’est plus employée à cette époque et l’on préfère généralement un drap noir, dit gros ou moindre, facturé entre 10 et 15 sous l’aune. La doublure taillée dans un drap de qualité inférieure, équivalente à ceux que l’on distribue aux classes inférieures, était une habitude également à la cour de Bourgogne. Mais de multiples variantes rendent ces vêtements sur-mesure tous différents.

  • 31  Robert Delort a bien montré que la mode des fourrures noires a également été un phénomène du xve s (...)
  • 32  G. Chastellain, «  Déclaration… », art. cit., p. 753.

23Philippe le Bon apprécie les robes exclusivement noires, dessus et dessous, du drap à la fourrure. Les robes fourrées d’agneau représentent un peu plus de 20  % du total, tandis que les martres zibelines sont représentées à 67  %. Les dernières l’emportent largement dans un costume résolument luxueux. L’agneau est apprécié pour sa noirceur et sans doute aussi parce que, pour des robes de drap de laine moins luxueuses, il est moins cher que la martre zibeline31. Pour le reste, la comparaison avec le duc de Savoie montre de façon définitivement statistique que le duc de Bourgogne avait un penchant certain pour les belles et riches tenues et, dans ce sens, succombait plus souvent à la mode qu’à l’austérité  : «  Il se vêtait avec grâce, mais de riche façon, et à chaque changement de temps, il changeait ses habillements avec les hommes »32.

  • 33  Il n’est pas question ici des couleurs prescrites, réglementées par les lois somptuaires mais des (...)

24Les robes du duc de Bourgogne, même de draps de laine, ne m’apparaissent pas refléter la tempérance, la sobriété et l’austérité, attributs que l’on a souvent prêtés aux couleurs blanches et noires. Les couleurs de la modestie et de la pauvreté étaient fades et ternes, voire indéterminées  ; au contraire, les tons de la richesse étaient denses, profonds et francs. C’est ici que se jouaient les différences beaucoup plus que dans les couleurs elles-mêmes33. Philippe le Bon porte un noir riche, dense, luxueux, conforme à son image de prince puissant, amoureux des richesses de la vie, image très éloignée d’une quelconque «  sévérité » que lui ont trop rapidement prêtée certains auteurs.

Un noir politique  ?

25Au cours des années 1430, Philippe le Bon ose encore porter parfois des vêtements gris, à côté, il est vrai, d’une écrasante garde-robe de couleur noire. En revanche, dès la fin des années 1430, le noir s’est définitivement et très visiblement imposé dans l’ensemble de sa garde-robe. Après l’année 1436, la seule couleur qu’il s’autorise à porter, en dehors du noir, est le rouge de son ordre de chevalerie, la Toison d’or. Cette suprématie du noir va de pair avec une recherche sans cesse renouvelée des jeux de formes de vêtements et de matières, rivalisant de luxe sur la personne ducale, rivalisant de virtuosité dans le savoir-faire de ses couturiers.

26En même temps que ses propres vêtements, Philippe le Bon uniformise les tenues qu’il fournit à ses officiers. En 1437 se tient une rencontre entre le duc de Bourgogne et son prisonnier le duc Jean de Berry, en vue de négocier la libération du second. Une déclaration du peintre Hue de Boulogne nous renseigne sur le décor choisi pour les joutes qui accompagnaient les festivités  :

  • 34  ADN, B 1961, fo 159 ro.

[…] pour avoir fait et paint, de son mestier et d’or cliquant, six harnoiz et autres habillements de joustes garniz de couverture, selle, pissière et chanffrain, pour les chevaulx, ensemble VI robes tout paint et emply à devise de truye qui fille assise sur une chesre d’or et entour escript en lettre d’argent «  elle estoit grise » avec VI escuz et trois lances paintes de semblable couleur, des frelopures chargées d’or cliquant et autres choses de son mestier, pour le Roy de Secille, le duc de Bourgogne, le conte d’Estampes, et le damoiseau de Clèves, et autres aux joustes par eulz faites à Lille au pris de IIII ridres et demi d’or pour chacun harnois et habillement34.

  • 35  Laurent Hablot, «  Les signes du pouvoir », Histoire et images médiévales, no 17, mai-juin-juillet (...)

27Au cours de cette joute dont le thème évoque la couleur grise, les deux ducs semblent s’être entendus pour distinguer les couleurs de leurs livrées respectives  : alors qu’auparavant ils utilisaient tous deux l’association gris/noir, Philippe prend le noir et Jean conserve le gris. Par la suite, la livrée de Philippe le Bon ne se déclinera plus qu’en noir. Cet épisode illustre bien la conception médiévale de l’apparence, très visuelle, dans laquelle le costume tient une place particulièrement importante. Dans les échanges entre les tenants du pouvoir, nous surprenons parfois les personnages politiques «  parler chiffons ». Il en était de même sous le règne de Charles VI lorsque les princes rivaux se querellaient par motifs vestimentaires interposés35.

  • 36  Sophie Jolivet, «  Le phénomène de mode à la cour de Bourgogne  : exemple des robes de 1430 à 1442 (...)

28Les choix du prince bourguignon s’inscrivent dans un mouvement général où l’apparence vestimentaire fait intégralement partie du «  programme » de la représentation publique. Chacune de ses apparitions est pensée et élaborée précisément en fonction de l’interlocuteur ou de l’événement, du message précis qu’il veut faire passer. Au début des années 1430 par exemple, le duc adopte le vêtement des Hollandais au moment précis où il cherche à se positionner en tant qu’héritier de leur comté. Dans le même but, il revêt la robe à la mode brabançonne lorsqu’il rend visite aux nouveaux sujets bruxellois dont il vient d’hériter. Plus tard, en 1442, il va adopter la mode de la cour bourbonnaise, considérant Charles de Bourbon, époux d’une princesse bourguignonne, comme un interlocuteur privilégié dans sa démarche de rapprochement avec les princes français, à la suite du traité d’Arras signé en 143536.

29Le lien entre l’image du vêtement, sa représentation visuelle et le vêtement porté semble, pour le personnage de Philippe le Bon, particulièrement fort. Philippe le Bon a misé sur la stratégie textile pour se construire une image très durable, inscrite dans ses portraits officiels  : Van der Weyden a réalisé une œuvre de commande qui correspondait bien sûr à l’image que le prince lui-même souhaitait donner de lui (fig. 1).

Fig. 1 - Atelier de Rogier van der Weyden, Portrait de Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, seconde moitié du xve siècle, huile sur bois, 31 × 23 cm. Dijon, musée des Beaux-Arts, inv. 3782.

Fig. 1 - Atelier de Rogier van der Weyden, Portrait de Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, seconde moitié du xve siècle, huile sur bois, 31 × 23 cm. Dijon, musée des Beaux-Arts, inv. 3782.
  • 37  Sophie Jugie, «  Les portraits des ducs de Bourgogne », art. cit.
  • 38  Ainsi, par exemple  : Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale, ms. fr Qv VI 1, fo 2  ; Paris, BN (...)
  • 39  Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9242, fo 1.
  • 40  Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9466, fo 1.
  • 41  Anne Hagopian-Van Buren, «  Artists of volume I » et «  Dress and Costume », dans Les Chroniques d (...)

30Par la suite, et lorsque se développe à la cour de Bourgogne le goût des manuscrits enluminés, Philippe le Bon est représenté le plus fréquemment vêtu de noir, hormis lorsqu’il porte sa tenue de chevalier de la Toison d’or37. Les scènes de dédicace reflètent particulièrement cette permanence du noir38, la plus célèbre étant celle des Chroniques de Hainaut en 144839. Même lorsque le manuscrit est réalisé en dehors des États bourguignons, Philippe le Bon y apparaît en noir, comme un signe naturel distinctif  : c’est ainsi le cas dans un manuscrit peint en Savoie et offert au duc au début des années 144040. Si nous suivons l’analyse d’Anne van Buren, quelques rares exceptions témoignent davantage des techniques de réalisation des scènes par les artistes  : ainsi, à propos de la scène de dédicace du Gouvernement des princes de Gilles de Rome, elle a montré qu’elle avait été réalisée sur un modèle identique à celui des Chroniques de Hainaut, dépourvu de couleurs. C’est au moment de la mise en peinture que l’artiste, choisissant les couleurs en fonction de l’harmonie de sa composition, se serait trompé en attribuant aux vêtements de Philippe le Bon une couleur rose saumon41.

  • 42  Gilles Docquier, «  Le collier de l’ordre de la Toison d’Or et ses représentations dans la peintur (...)
  • 43  Odile Blanc, Parades et parures : l’invention du corps de mode à la fin du Moyen Âge, Paris, Galli (...)

31Cela pourrait passer pour un simple procédé iconographique s’il ne correspondait pas à la réalité vécue et imposée par le duc lui-même. Ceci implique que le procédé iconographique n’était pas simplement une fiction de manuscrit mais était réellement appliqué au quotidien par un prince particulièrement soucieux de l’image et de la représentation qu’il pouvait donner. La même remarque pourrait être faite à propos du collier de la Toison d’or, dont les nombreuses réparations attestées tout au long de la période montrent qu’il le portait très fréquemment. Gilles Docquiers a montré récemment que le collier représenté sur les portraits de Philippe le Bon était sans doute très proche du modèle délivré par l’orfèvre Jean Peutin au début des années 143042. Odile Blanc a rappelé qu’il fallait distinguer le vêtement réellement porté et la manière de le penser, prenant appui sur l’image du roi qui ne portait pas en permanence les attributs de sa fonction (la couronne, les fleurs de lys…) bien qu’il soit figuré ainsi43. Au contraire, Philippe le Bon prend au pied de la lettre l’adéquation entre vêture et représentation. Notons cependant que les représentations du duc dans ses portraits peints ou dans les manuscrits sont postérieures à l’adoption définitive de la couleur noire dans sa vêture quotidienne. Ainsi ses portraits ne font que refléter un état de fait parfaitement intégré dans sa vie quotidienne.

32Réfutant l’idée d’un noir de deuil, notre contribution a souhaité proposer de voir, dans le goût immodéré de Philippe le Bon pour le noir, le résultat d’une construction progressive d’une image stratégique, politique, forte qui s’accorde avec sa devise «  Autre n’aurai ». Si le duc était personnellement animé d’une foi réelle, il avait aussi une conception de la communication publique dans laquelle la réalité rejoignait l’imagerie médiévale, lui permettant de transmettre ses messages, ce qui ne l’empêchait pas, on l’a vu, de jouer sur les formes, les matières, les associations pour s’adonner aux plaisirs de la mode.

33Et si nous devions encore opérer une analogie supplémentaire entre l’iconographie, le symbole et la réalité, pourquoi ne pas voir dans le personnage de Philippe le Bon l’incarnation vivante du «  Grand Lion de Flandre » (fig. 2) arboré sur les armes du comté de Flandre, blasonné d’or au lion rampant de sable  ?

Fig. 2 - Jean Lefèvre de Saint-Rémy, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, dans Grand Armorial équestre de la Toison d’or, vers 1431-1435, gouache sur papier, 29 × 21 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, res. ms. 4790 fo 149 vo.

Fig. 2 - Jean Lefèvre de Saint-Rémy, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, dans Grand Armorial équestre de la Toison d’or, vers 1431-1435, gouache sur papier, 29 × 21 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, res. ms. 4790 fo 149 vo.
  • 44  Bertrand Schnerb, L’État bourguignon  : 1363-1477, Paris, Perrin, 1999, chap. XXII  : «  L’État bo (...)
  • 45  Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies  : essai sur la communication politique dans le (...)
  • 46  Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, p. 49-64.
  • 47  G. Chastellain, «  Déclaration… », art. cit., p. 749.

34Précisément, la période 1436-1437 apparaît comme diplomatiquement délicate dans les relations qu’entretient Philippe le Bon avec ses sujets des Flandres, Bruges en particulier44. Associer son image à l’emblème de la Flandre était un moyen, pour le duc de Bourgogne, de conforter sa position de souverain légitime en ses États, face au fort désir de liberté exprimé par les villes45. Le lion était aussi fortement associé à l’image du chevalier46, à laquelle Philippe le Bon était aussi très attaché. Si l’éloge funèbre rédigé par Georges Chastellain ne fait pas état du noir de deuil de Philippe le Bon, il en fait en revanche «  celui qui se nomme le Grand duc et le Grand lion47 », en lien avec les deux titres qu’il plaçait en premier dans ses documents officiels  : duc de Bourgogne et comte de Flandre.

35L’approche vestimentaire participe à une meilleure connaissance des mentalités médiévales comme des stratégies politiques des princes pour lesquels des sources ont été conservées. Elle ne s’explique qu’à travers une mise en contexte qui doit encore largement se nourrir d’autres croisements  : l’étude des manuscrits, de la littérature, de la culture philosophique et théologique, de l’approche économique… à travers des recherches multidisciplinaires.

Top of page

Notes

1  Joseph Calmette, Les grands ducs de Bourgogne, Paris, Albin Michel, 1949, p. 312.

2  Emmanuel Bourassin, Philippe le Bon  : le grand lion des Flandres, Paris, Tallandier, 1983, p. 34.

3  Sophie Jugie, «  Les portraits des ducs de Bourgogne », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes (xive-xvie s.), no 37, Rencontres de Nivelles-Bruxelles (26 au 29 septembre 1996)  : «  Images et représentations princières et nobiliaires dans les Pays-Bas bourguignons et quelques régions voisines (xive-xvie s.) », dir. J.‑M. Cauchies, 1997, p. 49-86.

4  Sophie Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne  : costume et dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon de 1430 à 1455, thèse de doctorat de l’université de Bourgogne, 2003, consultable en ligne  : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00392310/fr (consulté le 17 février 2011).

5À réveiller les morts  : la mort au quotidien dans l’Occident médiéval, éd. par D. Alexandre-Bidon et C. Treffort, Lyon, PUL/Association des amis des bibliothèques de Lyon, 1993  ; Danièle Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge, xiiie-xvie siècle, Paris, Hachette Littératures, 1998  ; Nadia Pollini, La mort du prince  : rituels funéraires de la Maison de Savoie (1343-1451), Lausanne, université de Lausanne, 1994  ; Colette Beaune, «  Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », dans La mort au Moyen Âge  : colloque de l’Association des historiens médiévistes français réunis à Strasbourg en juin 1975, Strasbourg, Librairie Istra, 1977, p. 125-143  ; Monique Sommé, «  Le cérémonial de la naissance et de la mort de l’enfant princier à la cour de Bourgogne au xve siècle », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, no 34, Rencontres de Lausanne (23 au 26 septembre 1993)  : «  Fêtes et cérémonies aux xive-xvie siècles », dir. J.-M. Cauchies, 1994, p. 87-103  ; Murielle Gaude-Ferragu, D’or et de cendres  : la mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au Bas Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005.

6  Michel Pastoureau, Noir  : histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008  ; William John Harvey, Des hommes en noir  : du costume masculin à travers les siècles, trad. par J. Lee, Paris, Abbeville, 1998 [1995].

7  Archives départementales de la Côte-d’Or (désormais AD 21), B. 1508, fo 126  : «  pour une livrée que mon dit seigneur de Bourgogne fist naguaires quant il dona a disner en son hostel d’Artois a Paris aux ambassadeurs du Roy d’Angleterre ».

8  M. Pastoureau, Noir  : histoire d’une couleur, op. cit., p. 101. Dans cet ouvrage, l’auteur a recours au lexique pour mesurer l’évolution de la conception du noir  : il rappelle que dès l’Antiquité, le noir et le blanc, en particulier, se définissent d’abord en termes de lumière, de densité, de surface. Ainsi, le latin classique possède deux mots d’usage pour désigner la couleur noire  : ater (mat et négatif), niger (brillant et parfois valorisant). Au fil des siècles, cette sensibilité à la lumière s’est affaiblie et les langues qui possédaient deux termes n’en conservent qu’un seul  : le noir en ancien français. Le terme englobe alors toutes les gammes chromatiques et symboliques, et il faut lui adjoindre des qualificatifs pour exprimer les nuances (ex.  : noir comme de l’encre). C’est à partir du xve siècle, pour l’auteur, que le noir perd son statut de véritable couleur, lorsque les sensibilités sont moins attentives aux différentes nuances du noir (p. 27-29).

9  Se reporter aux chapitres d’achats de draps de soie et d’achats de draps de laine et de confection des comptes du règne de Philippe le Hardi (à partir de 1396  : AD 21, B. 1511 ; B. 1514 ; B. 1517 ; B. 1519 ; B. 1521 ; B. 1526 ; B. 1532 ; B. 1538). Voir aussi Simonne Abraham-Thisse, «  Achats et consommation de draps de laine par l’hôtel de Bourgogne, 1370-1380 », dans Commerce, finances et société, xie-xvie siècle  : recueil de travaux d’histoire médiévale offert à M. le professeur Henri Dubois, éd. par P. Contamine, T. Dutour et B. Schnerb, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1993, p. 27-70.

10  Trois comptes de ses dépenses en tant que comte de Nevers ont été conservés aux AD 21  : B. 5518 (1er juin 1498-31 décembre 1498 et 1er janvier 1419-31 décembre 1420) ; B. 5519 (1er janvier 1401-31 décembre 1402) ; B. 5520 (1er janvier 1403-30 juin 1405) ; voir Léon Mirot, Jean sans Peur de 1398 à 1405, d’après les comptes de sa chambre aux deniers…, Paris, impr. de Daupeley-Gouverneur, 1939 (extrait de l’Annuaire-bulletin de la Société de l’histoire de France, année 1938).

11  Comptes de la recette générale de toutes les finances consultés  : Archives départementales du Nord (désormais AD 59) B. 1878  ; B. 1894  ; B. 1897  ; B. 1903  ; ADCO B. 1547 ; B. 1554 ; B. 1556 ; B. 1558 ; B. 1560 ; B. 1562 ; B. 1572 ; B. 1576 ; B. 1601 ; B. 1603

12  Paul Bonenfant, Philippe le Bon  : sa politique, son action, Bruxelles/Paris, De Boeck Université, 1996, notamment «  Les traits essentiels du règne de Philippe le Bon », p. 3-18 et «  Du meurtre de Montereau au traité de Troyes », p. 105-336.

13  Johan Huizinga, L’automne du Moyen Âge, trad. par J. Bastin, Paris, Payot, 1995 [1932], p. 53.

14  AD 59, B 1920, publié dans Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, éd. par R. Favreau, M. Mollat et R. Fawtier, Paris, Imprimerie nationale/Klincksieck, 1965-1976, 6 vol.   ; ici, vol. 3, p. 1403-1404.

15  Traités théoriques et relations d’obsèques destinés à servir de références et de modèles sont conservés dans les archives familiales, par exemple dans les Statuts de Savoie rédigés en 1430 (N. Pollini, La mort du prince…, op. cit., p. 41).

16  Auparavant, des tonalités colorées témoignaient de la conception selon laquelle l’expression du désespoir était contraire à l’esprit d’une religion pour laquelle la mort ne signifie qu’un passage vers un au-delà meilleur.

17  L’une des premières représentations se trouve sur le tombeau de Sancho Diaz de Carillo, datant de la fin du xiiie siècle, conservé au musée national d’Art catalan de Barcelone (Françoise Piponnier, «  Les étoffes du deuil », dans À réveiller les morts…, op. cit., p. 135-140).

18  Enguerrand de Monstrelet, La chronique d’Enguerrand de Monstrelet  : en deux livres, avec pièces justificatives, 1400-1444 (publié pour la Société de l’histoire de France par L. Douët d’Arc, éditeur), Paris, Vve de J. Renouard, 1859, t. III, p. 361.

19  Georges Chastellain, Œuvres de Georges Chastellain, éd. par K. de Lettenhove, Bruxelles, F. Heussner, 1863-1866, 8 vol.   ; ici, t. I, p. 43-63, 143-145.

20  Cet aspect est rappelé par F. Piponnier, «  Les étoffes du deuil », art. cit., p. 137.

21  AD 59, B 1927, fo 132.

22  Bertrand Schnerb, Jean sans Peur  : le prince meurtrier, Paris, Payot, 2005, chap. XLI  : «  Le deuil et la vengeance », p. 699-710.

23  Jean Favier, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 453.

24  Georges Chastellain, «  Déclaration de tous les hauts faits et glorieuses aventures du duc Philippe de Bourgogne », dans Splendeurs de la cour de Bourgogne  : récits et chroniques, dir. D. Régnier-Bohler, Paris, R. Laffont, 1995, p. 754.

25Ibid., p. 751.

26Ibid., p. 752.

27  Vincent Tabbagh, «  Pouvoir épiscopal et pouvoir ducal dans les États des ducs Valois de Bourgogne », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, no 38, Rencontres de Dijon-Dole (25 au 28 septembre 1997)  : «  Hommes d’Église et pouvoirs à l’époque bourguignonne (xive-xvie s.) », dir. J.-M. Cauchies, 1998, p. 16-29.

28  Agnès Page, Vêtir le prince  : tissus et couleurs à la Cour de Savoie (1427-1447), Lausanne, Université de Lausanne, 1993, vol. 8, p. 61-74.

29  La période considérée s’étend du 18 août 1443 à la fin de l’année 1447. Je n’ai pas pu isoler les robes réalisées par Haine Necker entre le 18 août 1443 et le 16 mai 1447, AD 59, B. 1982, fo 229 vo-230 ro.

30  Principe sur lequel reposent les lois somptuaires d’Amédée VIII selon A. Page, Vêtir le prince…, op. cit., p. 68.

31  Robert Delort a bien montré que la mode des fourrures noires a également été un phénomène du xve siècle. À partir des années 1390, les martres ont progressivement remplacé (jamais complètement toutefois) les autres fourrures. Puis, vers 1420, les fourrures sauvages d’origine russe ou nordique furent fortement concurrencées par les pelleteries domestiques d’origine méditerranéenne, en particulier l’agneau. Cette fourrure, jadis humble, devint une parure appréciée des nobles, Robert Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge (vers 1300-vers 1450), Rome, École française de Rome, 1978, p. 484.

32  G. Chastellain, «  Déclaration… », art. cit., p. 753.

33  Il n’est pas question ici des couleurs prescrites, réglementées par les lois somptuaires mais des différences entre richesse et pauvreté, voir M. Pastoureau, Noir  : histoire d’une couleur, op. cit., p. 100 sqq.

34  ADN, B 1961, fo 159 ro.

35  Laurent Hablot, «  Les signes du pouvoir », Histoire et images médiévales, no 17, mai-juin-juillet 2009, p. 66-71  ; Simona Slanicka, Krieg der Zeichen  : die visuelle Politik Johanns ohne Furcht und der armagnakisch-burgundische Bürgerkrieg, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002  ; Laurent Hablot, «  Les signes de l’entente  : le rôle des devises et des ordres dans les relations diplomatiques entre les deux ducs de Bourgogne et les princes étrangers de 1380 à 1477 », Revue du Nord, no 345-346, t. LXXXIV, avril-septembre 2002, p. 319-341 et La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir  : l’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2009.

36  Sophie Jolivet, «  Le phénomène de mode à la cour de Bourgogne  : exemple des robes de 1430 à 1442 », Revue du Nord, no 365, avril-juin 2006, p. 331-346.

37  Sophie Jugie, «  Les portraits des ducs de Bourgogne », art. cit.

38  Ainsi, par exemple  : Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale, ms. fr Qv VI 1, fo 2  ; Paris, BNF, ms. fr 9087, fo 1  ; Vienne, Bibliothèque nationale d’Autriche, ms. 2549, fo 1  ; Bruxelles, Bibliothèque nationale de Belgique, ms. 9092, fo 1.

39  Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9242, fo 1.

40  Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9466, fo 1.

41  Anne Hagopian-Van Buren, «  Artists of volume I » et «  Dress and Costume », dans Les Chroniques de Hainaut  ; ou, Les ambitions d’un prince Bourguignon, Turnhout, Brepols, 2000, p. 65-74 et p. 111-117  ; ici, p. 66.

42  Gilles Docquier, «  Le collier de l’ordre de la Toison d’Or et ses représentations dans la peinture des Primitifs flamands », Annales de Bourgogne, t. LXXX, fascicule 1-2, no 317-318, janvier-juin 2008, p. 125-162.

43  Odile Blanc, Parades et parures : l’invention du corps de mode à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1997, p. 13.

44  Bertrand Schnerb, L’État bourguignon  : 1363-1477, Paris, Perrin, 1999, chap. XXII  : «  L’État bourguignon face au particularisme urbain », en particulier «  le temps des révoltes », p. 373-379.

45  Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies  : essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols, 2004.

46  Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, p. 49-64.

47  G. Chastellain, «  Déclaration… », art. cit., p. 749.

Top of page

Fig. 1 - Atelier de Rogier van der Weyden, Portrait de Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, seconde moitié du xve siècle, huile sur bois, 31 × 23 cm. Dijon, musée des Beaux-Arts, inv. 3782.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1307/img-1.jpg
image/jpeg, 304k
Fig. 2 - Jean Lefèvre de Saint-Rémy, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, dans Grand Armorial équestre de la Toison d’or, vers 1431-1435, gouache sur papier, 29 × 21 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, res. ms. 4790 fo 149 vo.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1307/img-2.jpg
image/jpeg, 349k
Top of page

References

Electronic reference

Sophie Jolivet, « La construction d’une image  : Philippe le Bon et le noir (1419-1467) », Apparence(s) [Online], 6 | 2015, Online since 25 August 2015, Connection on 25 March 2017. URL : http://apparences.revues.org/1307

Top of page

Author

Sophie Jolivet

Sophie Jolivet est docteur en histoire, chercheuse associée à ARTeHIS (Archéologie, Terres, Histoire, Sociétés), UMR 5594. Elle est attachée de conservation du patrimoine, chargée du pôle collections vivantes au Jardin des Sciences (Dijon) et responsable du projet «  Vêtement & Textile  : Sources & Ressources ». Ses recherches portent sur l’étude des vêtements et textiles à la cour de Bourgogne sous les ducs Valois, à travers l’analyse de la comptabilité des ducs de Bourgogne, associée à d’autres sources (iconographie, littérature, inventaires…), l’étude de la terminologie du vêtement et des textiles, de ses évolutions ainsi que celle des réseaux culturels, politiques et économiques à travers la question de l’habillement. De manière transversale, l’auteur s’intéresse à la reconstitution de costumes, à l’histoire des groupes folkloriques et à l’histoire vivante en général.
Sophie Jolivet has a PhD in history and is Assistant Curator at the Museum of Burgundian Life in Dijon, France. She is also in charge of the ‘Vêtement & Textile : Sources & Ressources’ (‘Dress and Textile : Sources and Resources’) network. Her personal research focuses on dress and textile at the Burgundian court in the Middle Ages. She is also interested in costume reconstruction and in the history of folk groups and living history in general.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page