Skip to navigation – Site map

La barbe et les barbus à l’Âge du Bronze dans le monde égéen

Emmanuelle Fournier

Abstracts

In Aegean Bronze Age anthropomorphic representations, hairiness is visibly omitted, whatever the technique used and the figure represented. Males often have hairless face and tend not to be bearded, their image suggest youthfulness with a stereotypical face. Rare examples of hairiness, added to the numerous implements used for depilation found in the archaeological sites, like razors or tweezers, seem to indicate an active practice of “hair hunt”. However, bearded males are not totally absent from the Aegean iconography. This shows a particular interest in their physical appearance, and perhaps, their role within society and their social status. The specific way the beard and the bearded men were considered and the significance of these representations are important to understand the social organization of the Aegean societies.

Top of page

Full text

« Brusquement, de son siège [Achille] se lève, il prend la main du vieillard, il le met debout : il s’apitoie sur ce front blanc, sur cette barbe blanche ». Iliade, Livre XXIV, 516-519

  • 1 Christian Bromberger, Trichologiques, Une anthropologie des cheveux et des poils, Montrouge, Bayard (...)
  • 2 Christian Bromberger, « Tricologiques : les langages de la pilosité », dans Un corps pour soi, éd. (...)

1La courte description du roi Priam, dans cet extrait de l’Iliade, le montre, la barbe constitue un élément essentiel de la personnalité du personnage ÷ elle en définit l’âge et la vulnérabilité. Il semble donc que durant l’Antiquité, le port de la barbe ne dépende pas seulement d’un choix individuel et esthétique mais qu’il incarne une signification plus profonde constituant souvent une sémiologie émanant de cadres sociaux précis et complexes1. Ainsi, l’apparence pileuse, malgré son caractère à première vue futile2, appartient aux normes qui régissent une société et situe l’individu dans un groupe social. De ce fait, les poils apparaissent, de manière consciente ou non, comme des substituts métaphoriques du statut social de l’individu en dévoilant entre autres son rang, son sexe, son âge et son appartenance à un groupe. Toute culture cherche à mettre en place des normes sociales dont le poids sera plus ou moins contraignant selon la société ; la domestication des poils en fait partie. Toute la difficulté réside dans la perception des normes propres à chaque société tant les transformations pileuses sont abondantes, et leurs significations complexes et aléatoires dépendent elles-mêmes d’une configuration culturelle donnée.

  • 3 Jean-Claude Poursat, « Introduction, B/ Le cadre chronologique », dans Les civilisations égéennes d (...)

2La difficulté s’accroît lorsque l’on veut comprendre la signification de la barbe et le statut des barbus dans des sociétés du passé dont aucun texte ne vient évoquer les soins concernant la pilosité masculine. Seuls l’iconographie qui nous donne à voir des hommes barbus ou non, et le matériel lié à la pilosité découvert lors de fouilles constituent des indices sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour comprendre les sociétés égéennes de l’Âge du Bronze. Durant cette période, qui s’étend de ± 3250 à ± 1050 avant notre ère3, le monde égéen, qui comprend la Grèce continentale, la Crète et les îles (Cyclades, îles du nord-est égéen, Dodécanèse), voit émerger deux civilisations prospères organisées en systèmes palatiaux : la civilisation minoenne et la civilisation mycénienne. La première présente essentiellement en Crète connait une histoire mouvementée marquée par deux phases d’essor qui coïncident avec la construction et la reconstruction des palais de Zakros, Malia, Phaistos et Knossos. Seul le palais de Knossos ne fut définitivement détruit que vers 1300 avant notre ère. La seconde se développe principalement en Grèce continentale sur les sites de Mycènes, Tirynthe ou encore Pylos mais elle connaît un développement important dans l’ensemble du bassin égéen, notamment en Crète.

  • 4 Spyridon Marinatos, « Kleidung, Harr- und Barttracht », Archaeologia Homerica I:A, 1967, p. B24.
  • 5 Michal Dayagi-Mendels, Perfumes and Cosmetics in the Ancient World, The Israel Museum, Jerusalem, 1 (...)
  • 6 Michal Dayagi-Mendels, Perfumes and Cosmetics…, op. cit, p. 60.

3Pour les deux civilisations, l’iconographie, essentiellement issue des ateliers palatiaux, suit des codes de représentations strictes où la pilosité masculine est rarement montrée. Durant l’Âge du Bronze, les hommes apparaissent sveltes, jeunes et présentent un visage stéréotypé, quel que soit le support : figurine en terre cuite, peinture murale ou glyptique. Sp. Marinatos parle d’une zeitloser Jugend (jeunesse éternelle) pour qualifier ces individus sur lesquels le temps semble n’avoir aucune prise4. Que l’iconographie reflète les codes physiques de l’époque semble une hypothèse cohérente compte tenu de la découverte de nombreux rasoirs et pinces à épiler, principalement en bronze, accompagnant les défunts dans leur sépulture. Des ustensiles, présents aussi bien dans les tombes de femmes que d’hommes, révèlent, tant par leur fabrication que par leur utilisation, un réel besoin de modifier son apparence par la transformation (coupe) ou l’élimination (rasage ou épilation) des poils. Dans l’iconographie égéenne, les exemples de barbus sont si exceptionnels que certains chercheurs ont bien souvent supposé être, dans ce cas, en présence de représentations iconographiques provenant de l’étranger, notamment de la Mésopotamie (Babylonie ou Assyrie)5, où la pilosité est fièrement arborée comme symbole de puissance, ou encore de l’Égypte, où les barbes postiches étaient appréciées6. Les recherches se démarquent aujourd’hui de cette théorie et admettent l’existence d’Égéens barbus. Cependant, on peut s’interroger sur le statut des hommes barbus dans ces sociétés que l’iconographie nous décrit comme imberbes.

  • 7 Seule l’évocation de la possible présence de peinture fantôme sur la « tête d’Amorgos » en marbre c (...)
  • 8 Hagen Biesantz, « Die Minoische Bildnisgemmen », Marburger Winckelmann Programm 1947-1958, 1958, p. (...)

4Malgré sa rareté, le sens donné au port de la barbe apparaît comme multiple et complexe. En effet, la pilosité égéenne a été abordée différemment, par les chercheurs, selon qu’elle est minoenne ou mycénienne. Deux approches sont communément admises. D’un côté, les chercheurs suggèrent que la représentation de barbes dans l’iconographie minoenne incarne, parmi d’autres éléments, un symbole sacré. De l’autre, la pilosité faciale devient un simple élément de mode, expression du goût des Mycéniens. Qu’il s’agisse d’une allégorie ou d’une tendance, il nous faut revenir sur ces deux conceptions, parallèlement à l’étude des représentations d’hommes barbus, pour tenter de comprendre, si cela est possible dans des contextes sociopolitiques très différents, la signification du port de la barbe durant l’Âge du Bronze7. Souvent empreinte d’une symbolique ancrée dans notre inconscient, la barbe devient tour à tour attribut de la maturité, de la sagesse, de la force ou parfois du pouvoir. Elle est surtout généralement considérée comme un élément personnalisant. Faute de raisonnement probant, ces notions ne peuvent être appliquées à l’ensemble des représentations iconographiques, notamment à cause de leur malléabilité. D’un symbole de puissance, la barbe peut devenir un signe de manque d’hygiène ou la caractéristique d’une mode. Malgré l’inconstance de cet emblème masculin, plusieurs chercheurs proposent une troisième conception de la barbe égéenne, où elle devient un indice de la présence de véritables portraits8. La question est de s’interroger sur les moyens mis en place pour définir l’existence d’authentiques portraits et le crédit que l’on peut leur accorder.

1. Sacralisation minoenne vs mode mycénienne

5Existe-t-il une réelle différence entre la pilosité minoenne et la pilosité mycénienne ? Répondre à cette question en se basant sur le nombre de représentations d’hommes barbus serait illusoire car elles ne représentent qu’une partie de l’iconographie égéenne. Seule la remise en contexte de ces personnages barbus, quand cela est possible, pourrait nous donner des informations sur le personnage et sa fonction.

1-1. La barbe un symbole sacré ?

6La « sacralisation de la barbe » dans les représentations minoennes résulte de deux constats. Le premier vient du fait que de nombreux « personnages fantastiques » portent une barbe. Le second repose sur un ensemble d’individus se distinguant par le port d’une barbe et identifiés comme des prêtres. Toutefois, d’autres représentations d’hommes minoens barbus sont à prendre en compte pour obtenir une vision plus large de cette iconographie.

  • 9 Anna-Lucia D’Agata, Haghia Triada II : Statuine Minoiche e Post-Minoiche dai Vecchi Scavi di Haghia (...)
  • 10 Ibid., p. 64.
  • 11 Ibid., p. 74.
  • 12 Figurine en terre cuite d’Haghia Triada, Musée d’Héraklion, dessin d’E. Fournier d’après un dessin (...)

7L’une des plus importantes collections de personnages à barbe vient d’un sanctuaire d’Haghia Triada en Crète où plusieurs figurines en terre cuite, datant du MR IIIC, ont été retrouvées9. Apparemment ce dépôt constitue un ensemble d’offrandes destiné à une divinité. L’iconographie de ces figurines, peu courante, se compose d’êtres hybrides mi-homme mi-animal. Plantés sur leurs quatre pattes, ils sont souvent comparés au « sphinx », être fabuleux provenant de l’Orient, bien que l’animal représenté ne soit pas totalement identifié, car il devient tour à tour bœuf, cheval ou lion. Le terme de « sphinx » est pourtant communément admis dans les publications10. A.-L. D’Agata préconise l’emploi de l’expression « animal fantastique » et propose un emprunt iconographique possible à Chypre11. Le visage des figurines d’Haghia Triada, au nez très saillant, est peint en des zones très précises (Fig. 1)12.

Fig. 1 - Figurine d’Haghia Triada, Figurine en terre cuite, représentation d’êtres hybrides, mi-homme, mi animal, figurines souvent considérées comme des sphinx.

Fig. 1 - Figurine d’Haghia Triada, Figurine en terre cuite, représentation d’êtres hybrides, mi-homme, mi animal, figurines souvent considérées comme des sphinx.

Lieu de découverte : Sanctuaire d’Haghia Triada, Datation : MR IIIC, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, HM 3084 - Référence : George Rethemiotakis, Minoan clay figures and figurines, Athens, The Archaeological Society at Athens n° 219, 2001, p. 79, fig. 94. (Dessin d’E. Fournier)

  • 13 André Dessenne, Le sphinx : étude iconographique 1, des origines à la fin du second millénaire, Par (...)
  • 14 Applique en terre cuite en forme de sphinx provenant de la décoration d’un vase, Quartier Mu, Malia (...)

8La ligne des sourcils, très marquée, se prolonge sur la longueur du nez. Les joues sont rehaussées d’un rond de couleur comme la trace laissée par un fard à joue. Enfin, les personnages portent une barbe peinte d’un aspect différent pour chacun : barbiche, bouc ou barbe plus ou moins sophistiquée. Selon A. Dessenne l’origine de la barbe doit être syrienne. Les sphinx barbus représentés dans l’iconographie syrienne ont pu être introduits en Crète dès le MM II13. L’origine étrangère de la barbe et des créatures fantastiques ne fait aucun doute, comme le montre l’applique en forme de sphinx, d’inspiration égyptienne, provenant de Malia (Fig. 2)14.

Fig. 2 - Sphinx de Malia, Applique en terre cuite en forme de sphinx provenant de la décoration d’un vase tronconique ou conique (rhyton ?) corps de lion et tête humaine, inspiration égyptienne

Fig. 2 - Sphinx de Malia, Applique en terre cuite en forme de sphinx provenant de la décoration d’un vase tronconique ou conique (rhyton ?) corps de lion et tête humaine, inspiration égyptienne

Dimensions : hauteur 6,9 cm, longueur 9 cm, épaisseur 0,6 cm, Lieu de découverte : Secteur VII4, Quartier Mu, Site de Malia, Datation : MM II, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, inv. 19818, Référence : Nota Dimopoulou-Rethemiotaki, The Archaeological Museum of Heraklion, Athènes, John S. Latsis, 2005, p. 228-229, Jean-Claude Poursat, « Chapitre IV, Figurines et reliefs d’applique, B. Reliefs d’applique moulés », dans B. Détournay et J.-C. Poursat et F. Vandenabeele, Le quartier Mu 2, vases de pierre et de métal, vannerie, figurines et reliefs, éléments de parure et de décoration, armes, sceaux et empreintes, Études Crétoises 26, École française d’Athènes, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1980, p. 116-118, fig. 165, n° 169. (Dessin E. Fournier)

9L’animal fantastique arbore une barbichette en relief parachevant son menton où de longs poils sont représentés avec beaucoup de réalisme. Dans ce cas, la barbe est clairement attribuée à des personnages irréels et d’origine étrangère tranchant avec la figuration anthropomorphe et établissant probablement une frontière. Qu’en est-il des représentations d’hommes barbus ?

  • 15 Arthur Evans, 1964, The Palace of Minos: A Comparative Account of the Successive Stages of the Earl (...)
  • 16 Elle est suivie par H. Waterhouse qui réfute par contre l’idée d’A. Evans qui évoque des roi-prêtre (...)
  • 17 Nanno Marinatos, Minoan Religion, Ritual, Image and Symbol, Columbia, University of South Caroline (...)
  • 18 Ibid., p. 129.
  • 19 Ibid., p. 128-129.
  • 20 Sceau en onyx de forme amygdaloïde, site de Vaphio, 0,90 x 1,85 cm, Musée Archéologique National d’ (...)

10N. Marinatos fait partie de ceux15 qui défendent le plus ouvertement la thèse selon laquelle les personnages minoens barbus seraient rattachés à un ordre religieux16. Elle a remarqué que certains individus, représentés sur des sceaux, présentent de grandes similitudes soit au niveau de leur vêtement constitué d’une tunique très longue, soit de leur coiffure composée d’une frange et de cheveux mi-longs17 : une coiffure atypique qui participe à la caractérisation de ces individus et les différencie du reste de la population plus enclin au port des cheveux longs agrémentés de mèches. La barbe intervient, pour certains de ces personnages aux coiffures inhabituelles, comme un nouvel attribut qui les exclut de l’ensemble des individus principalement imberbes. Souvent accompagnés d’un outil (hache ou masse)18 ou d’un animal, ces personnages singuliers, vêtus d’une tunique ou arborant une barbe, sont décrits comme des prêtres sacrificateurs19 (Fig. 3)20.

Fig. 3 - Sceau de Vaphio, Sceau en onyx de forme amygdaloïde, un individu barbu est représenté. Sa coiffure n’est pas clairement définie mais semble courte. Il tient un objet dans sa main gauche identifié comme une hache syrienne

Fig. 3 - Sceau de Vaphio, Sceau en onyx de forme amygdaloïde, un individu barbu est représenté. Sa coiffure n’est pas clairement définie mais semble courte. Il tient un objet dans sa main gauche identifié comme une hache syrienne

Dimensions : 0,90 x 1,85 cm, Lieu de Découverte : Site de Vaphio, Datation : MM III-MR I, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 1798, Référence : Agnes Sakellariou, Die minoischen und mykenischen siege des nationalmuseums in Athen, Corpus der Minoischen und Mykenischen Siegel, Band I, Berlin, Verlag Gebr. Mann, p. 258, n° 225. (Dessin E. Fournier)

  • 21 Sceau de 6,5 cm, Anopolis, acheté en 1915, Musée d’Héraklion, inv. 1193, dessin E. Fournier d’après (...)

11Parmi d’autres sceaux, un exemple offre une scène particulière d’un homme barbu auquel sont joints deux animaux. N. Marinatos pense qu’il s’agit d’un prêtre chassant des animaux qui vont être sacrifiés (Fig. 4)21.

Fig. 4 - Sceau d’Anopolis, Sceau montrant le visage d’un homme barbu entouré de bovins

Fig. 4 - Sceau d’Anopolis, Sceau montrant le visage d’un homme barbu entouré de bovins

Dimensions : Diamètre 6,5 cm, Lieu de Découverte : Anopolis, acheté en 1915, Datation : ?, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, inv. 1193, Référence : Nikolaos Platon et Ingo Pini, Iraklion archäologisches museum, Corpus der Minoische und Mykenische Siegel, Band II, teil 3, Berlin, Gerb. Mann Verlag, 1984, p. 230, n° 196. (Dessin E. Fournier)

  • 22 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 130.
  • 23 Ibid., p. 130.
  • 24 Sceau en stéatite noire de forme lentoïde, 1,4 x 1,5 cm, Petit palais de Knossos, Musée d’Héraklion (...)

12Elle rapproche ce premier exemple des prêtres de Mésopotamie brandissant des lances ou des épées22, et les entrevoit comme des chasseurs/sacrificateurs23. Deux autres hommes barbus sont associés de manière indirecte à des animaux. Les deux exemples proviennent aussi de sceaux. Sur le premier (Fig. 5)24, la face A du sceau est ornée d’une tête d’homme barbu vu de profil.

Fig. 5 - Sceau du Petit Palais de Knossos, Sceau en stéatite noire de forme lentoïde, Face A tête d’un homme barbu représenté de profil. Il porte de cheveux mi-longs et un bouc long et pointu. Face B tête d’un animal

Fig. 5 - Sceau du Petit Palais de Knossos, Sceau en stéatite noire de forme lentoïde, Face A tête d’un homme barbu représenté de profil. Il porte de cheveux mi-longs et un bouc long et pointu. Face B tête d’un animal

Dimensions : 1.4 x 1.5 cm, Lieu de découverte : Petit Palais, site de Cnossos, Datation : MM III-MR I, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, inv. n° 1419, Référence : Nikolaos Platon et Ingo Pini, Iraklion archäologisches museum, Corpus der Minoische und Mykenische Siegel, Band II, teil 3, Berlin, Gerb. Mann Verlag, 1984, p. 16, n° 13. (Dessin E. Fournier)

  • 25 Ingo Pini, art. cit., p. 666.
  • 26 John Boardman, 1973, art. cit., p. 117.
  • 27 Sceau en hématite de forme prismatique trilatérale, 1,1 x 2,1 cm, Collection particulière, SLG. Hon (...)

13Il porte les cheveux mi-longs avec une frange et une barbiche assez longue et pointue. Sur la face B a été figurée la tête d’un animal, peut-être un bœuf25. J. Boardman a remarqué que cet homme est représenté la bouche ouverte. Ce fait insolite indique, selon lui, que l’individu est en train de chanter26. Le second sceau possède trois faces (Fig. 6)27.

Fig. 6 - Sceau au bucrane, Sceau en hématite de forme prismatique trilatérale, un homme barbu accompagné d’un arc et d’une flèche

Fig. 6 - Sceau au bucrane, Sceau en hématite de forme prismatique trilatérale, un homme barbu accompagné d’un arc et d’une flèche

Dimensions : 1.1 x 2.1 cm, Lieu de Découverte : ?, Datation : ?, Lieu de conservation : Collection particulière : SLG. Hon. Robert Erskine, Référence : Victor Kenna, Die Englishchen privat sammlungen, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band VIII, Berlin, Gebr. Mann, 1966, p. 147, n° 110. (Dessin E. Fournier)

  • 28 Judith Weingarten, « Formulaic Implications of some Late Bronze Age Three-sided Prisms », dans Frag (...)
  • 29 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 130, fig. 91, J. Weingarten propose plutôt la représ (...)
  • 30 Judith Weingarten, art. cit., p. 312, Elle ajoute à ce sceau « explicite » plusieurs sceaux représe (...)

14Sur l’une d’elle a été représentée la tête d’un homme barbu vu de profil. Il a les cheveux longs dont la longueur exacte n’est pas figurée. Il a également une frange, une barbe très longue et pointue et porte une boucle d’oreille circulaire assez imposante. L’homme est accompagné d’un arc et d’une flèche. Sur la seconde face a été représenté un cervidé figuré dans la position dite du « galop volant »28. Enfin sur la dernière face, N. Marinatos pense qu’il s’agit d’un bucrane d’où s’échappe de la fumée29. Le port de la barbe et le style de la coiffure rapprochent ces deux personnages de l’homme associé à deux animaux cité précédemment (Fig. 4). Bien que non représentés dans des scènes d’action avec les animaux, ces hommes semblent être très fortement liés à ces derniers. Les scènes sont toutefois peu explicites. Seule la présence d’un arc et d’une flèche associés à un homme et à un animal sur le sceau (Fig. 6) semble symboliser son rôle de chasseur. Le bucrane relevé par N. Marinatos, ou le vase de J. Weingarten, sur ce même sceau majore le rôle de cet individu barbu qui, en plus d’être considéré comme un chasseur, peut être relié à un rituel et pourquoi pas envisagé comme un sacrificateur30. Par analogie, on peut supposer que les deux autres individus sont engagés dans une activité de chasse ou de sacrifice, mais aucun élément ne permet de l’affirmer. Il peut également s’agir de la représentation d’un propriétaire de cheptel, ce qui associerait le contenu du sceau à l’une de ses possibles fonctions.

  • 31 Il est communément admis que l’individu est jeune à cause de sa chevelure courte.
  • 32 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 133.
  • 33 Sceau en cornaline orange-rouge de forme amygdaloïde, 1,9 cm, Zurich, Männedorf, E. Bolmann, Dessin (...)

15Le second argument qui permet à N. Marinatos d’envisager les hommes barbus comme des prêtres est leur mise en scène auprès de personnages plus jeunes31. Elle les considère comme des maîtres-formateurs agissant lors du rituel de passage vers l’âge adulte des adolescents32. Elle se fonde pour cela sur l’iconographie d’un sceau (Fig. 7)33 qui nous donne à voir deux personnages face à face, dont seules les têtes ont été figurées.

Fig. 7 - Sceau – Homme barbu et jeune homme, Sceau en cornaline orange-rouge de forme amygdaloïde, deux individus sont représentés, l’un barbu et aux cheveux mi-longs, l’autre aux cheveux courts. Un objet non identifiable se trouve au-dessus de leur tête

Fig. 7 - Sceau – Homme barbu et jeune homme, Sceau en cornaline orange-rouge de forme amygdaloïde, deux individus sont représentés, l’un barbu et aux cheveux mi-longs, l’autre aux cheveux courts. Un objet non identifiable se trouve au-dessus de leur tête

Dimensions : Longueur 1.90 cm, Lieu de Découverte : ?, Datation : ?, Lieu de conservation : Zurich, (Männedorf), E. Bolmann, Référence : John Betts, Die Schweizer Sammlungen, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band X, Berlin, Gebr. Mann, 1980, p. 249, n° 278. (Dessin E. Fournier)

  • 34 L’homme barbu semble avoir les cheveux raides.
  • 35 Nota Dimopoulou-Rethemiotaki, The Archaeological Museum of Heraklion…op. cit, p. 153, Vase en pierr (...)
  • 36 Robert Koehl, « The Chieftain Cup and a Minoan Rite of Passage », Journal of Hellenic Studies 106, (...)
  • 37 Sceau en agate rubanée blonde et brune de forme prismatique triangulaire à faces très arrondies, 1, (...)

16L’un d’eux est un homme barbu. Il a les cheveux mi-longs et une frange. Sa barbe est assez longue et couvre uniquement la partie inférieure de son visage. Il arbore également une boucle d’oreille circulaire. Ces trois éléments sont exactement les mêmes que ceux relevés sur le personnage du sceau (Fig. 6). En face de cet homme barbu se trouve un personnage aux cheveux courts, dont la présentation en pastilles juxtaposées doit probablement symboliser des cheveux frisés34. Une petite mèche orne son front et un bandeau frontal retient sa chevelure. Lui aussi porte une boucle d’oreille circulaire. Comme pour les sceaux précédents, l’échelle des personnages et le cadre restreint de la pierre n’ont pas permis la mise en place d’éléments qui pourraient nous permettre d’expliciter la scène. Seul le traitement des cheveux et de la pilosité différencie les deux individus qui sont placés à la même hauteur, éliminant ainsi toute impression de hiérarchisation. De même, le fait qu’ils portent un bijou identique semble indiquer qu’ils sont de même rang. Cette différenciation capillaire apparaît donc comme l’élément capital pour une lecture de la scène. En effet, la barbe associée à des cheveux mi-longs apparaît comme atypique et semble indiquer que ces hommes font partie d’un groupe à part dans la société minoenne, dont beaucoup suggèrent qu’il s’agit de prêtres. Les cheveux courts, quand à eux, sont portés par des personnages ordinaires ou bien par les plus jeunes lors de la repousse de leurs cheveux après un rasage marquant leur statut d’immature. La présence d’un bijou, qui suggère un personnage de haut rang, tend à faire préférer la seconde proposition. Cette scène est souvent mise en parallèle avec l’iconographie de la coupe du chef35, dont E. Koehl a suggéré que la rencontre de deux personnages d’âge différent devait symboliser un rituel de passage36. Bien que la position et l’attitude des personnages du sceau et de la coupe du chef soient sensiblement les mêmes, leurs coiffures ne sont absolument pas similaires et ne peuvent donc être reliées. Les coiffures minoennes semblent suffisamment codifiées pour que chacune soit reliée à des scènes spécifiques, ce qui suppose que la rencontre figurée sur le sceau est différente de celle du vase d’Haghia Triada. Cependant, il est difficile d’en déterminer la nature. Un autre sceau propose une rencontre entre personnages portant une coiffure différente (Fig. 8)37.

Fig. 8 - Sceau – Homme barbu et deux autres personnages, Sceau en agate rubanée blonde et brune de forme prismatique triangulaire à faces très arrondies, Face A : un homme barbu avec les cheveux mi-long et une frange, Face B : un personnage aux cheveux courts et bouclés, Face C : un personnage arborant des mèches et des cheveux bouclés. La coiffure étonnamment représentée laisse supposer qu’une partie de la chevelure pourrait être rasée

Fig. 8 - Sceau – Homme barbu et deux autres personnages, Sceau en agate rubanée blonde et brune de forme prismatique triangulaire à faces très arrondies, Face A : un homme barbu avec les cheveux mi-long et une frange, Face B : un personnage aux cheveux courts et bouclés, Face C : un personnage arborant des mèches et des cheveux bouclés. La coiffure étonnamment représentée laisse supposer qu’une partie de la chevelure pourrait être rasée

Dimensions : longueur 1.25 cm, Largeur 1.2, 1.3, 1.2 cm, Lieu de Découverte : ?, Datation : ?, Lieu de conservation : Paris, Cabinet des médailles, achat en 1908, numéro d’inventaire CdM. M 6781, Référence : Henri Van Effenterre et Micheline Van Effenterre, Cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale de Paris, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band IX, Berlin, Gebr. Mann, 1972, p. 236, n° 6D. (Dessin E. Fournier)

  • 38 Ces deux personnages ont également été interprétés comme la représentation d’un jeune garçon aux ch (...)
  • 39 Judith Weingarten, art. cit., p. 312.
  • 40 Gösta Säflund, « Cretan and Theran Questions », dans Sanctuaries and Cults in the Aegean Bronze Age (...)
  • 41 Robert Koehl, Aegean Bronze Age Rhyta, Philadelphia, INSTAP Academic Press, 2006.
  • 42 Nanno Marinatos, « The Ideals of Manhood in Minoan Crete », dans Aegean Wall Painting, a Tribute to (...)
  • 43 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 137 et 202.

17La confrontation n’est pas clairement figurée comme pour le sceau précédent puisque les personnages sont représentés sur trois faces différentes. Seul leur visage de profil a été représenté. Sur la face A a été gravé un homme barbu aux cheveux longs légèrement relevés. La face B montre un personnage aux cheveux courts et bouclés. Enfin, la troisième face montre un personnage arborant une coiffure étrange composée de mèches et de boucles38. Peut-être faut-il envisager la représentation d’une chevelure partiellement rasée. Comme pour l’exemple précédent, ce sceau est le témoin de l’importance des transformations capillaires qui deviennent ici sujet. Il est difficile de déterminer si l’artiste a voulu représenter une rencontre dont les trois faces composeraient un élément narratif39 ou s’il s’agit d’un même personnage vu à différentes étapes de sa vie. Il est également possible - si la coiffure est le thème principal - d’envisager que cette représentation symbolise les différentes étapes capillaires comme témoins des codes sociologiques de la période néopalatiale. Différenciés du reste de la population par leur aspect physique, les hommes aux cheveux mi-longs et parfois barbus n’en sont pourtant pas exclus. Au contraire, ils sont présents dans quelques représentations entourés d’une foule importante, comme l’homme sur la colline dans les peintures murales miniatures de Théra ou l’homme guidant la marche des moissonneurs sur le vase éponyme. Malgré l’absence d’arguments probants, G. Säflund avait suggéré que la peinture murale miniature de la foule sur la colline symbolisait un mariage sacré ordonné par l’homme à la tunique40. Il est certain en revanche que cet homme placé au centre de la composition et au sommet de la colline a une importance pour la foule qui le rejoint. La scène illustrée sur le vase des moissonneurs montre un homme, aux cheveux mi-longs, vêtu d’une tenue spéciale, ouvrant la marche d’une procession composée uniquement d’hommes. Ce vase fait partie d’un ensemble de rhyta décorés de scènes montrant des figures masculines en train de faire des offrandes ou de verser des paniers de fruits dans de plus grands récipients41. N. Marinatos pense qu’il s’agit ici d’une scène rituelle se rapportant aux fêtes de la moisson42 et considère le leader du groupe comme un prêtre ou un dirigeant local d’un âge plus avancé43.

18Plusieurs constatations peuvent être faites à ce stade de l’étude. Les hommes portant à la fois une barbe et les cheveux mi-longs sont rarement représentés en pied, limitant ainsi l’information quant à leur tenue. Seul l’un d’eux est vêtu de la tunique arborée traditionnellement par l’ensemble des hommes aux cheveux mi-longs (Fig. 3). Le lien entre ce type de coiffure et cette tenue particulière apparaît comme très fort. Seule cette corrélation rend envisageable que la tunique puisse être rattachée aux hommes barbus portant des cheveux mi-longs, bien que dans les scènes où ils apparaissent elle ne semble pas essentielle. En regardant plus en détail la barbe, on peut constater que tous les hommes portent le même type de barbe. Il s’agit d’une barbiche assez longue qui masque le menton voire la partie inférieure des joues. La moustache est en revanche bannie. La pilosité faciale apparaît donc comme très contrôlée et codifiée. Soumis à des contraintes physiques, l’homme barbu apparaît comme important pour la société minoenne néopalatiale, puisque celle-ci lui offre une représentation individualisée en gros plan sur des sceaux, supports essentiels de la vie économique et administrative.

  • 44 Johannes Maringer, « Priests and Priestesses Europe », History of Religions 17.2, 1977, p. 101, « l (...)
  • 45 Les sceaux semblent être utilisés pour plusieurs fonctions. Ils peuvent être à la fois ex-voto dans (...)

19Peut-on pour autant les considérer comme des prêtres ? Il est vrai que, durant la période des seconds palais, les cultes et les rituels semblent se renforcer comme en témoignent les nombreuses représentations iconographiques de processions et la multiplication des lieux de culte comme les sanctuaires de sommet, les grottes sacrées, les sanctuaires domestiques, etc. Il paraît donc logique que ces cultes soient dirigés par une catégorie d’individus. Si l’on suit la définition proposée par J. Maringer : « their specific character consists of being invested by a community as supernaturally authorized mediators to the transcendental world for the performance of the public cult »44. Autrement dit, ces personnages devraient être représentés dans des actions rituelles. Or, les individus barbus ne sont pas inscrits dans des scènes très explicites. Seule la présence du bucrane sur le sceau (Fig. 6), s’il s’agit bien de cela, renvoie au domaine religieux. Sans totalement écarter la possibilité qu’il s’agisse de prêtres, leur rôle est peut-être à relier à l’administration et à l’économie45.

  • 46 Peinture murale ornant le mur sud de la pièce 5 de la Maison Ouest du site d’Akrotiri à Théra dans (...)

20À cela s’ajoutent d’autres représentations d’hommes barbus dont certaines datent de la même époque mais ne peuvent être reliées aux personnages barbus des sceaux. Les peintures murales miniatures du site d’Akrotiri nous en proposent un exemple. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas l’homme à la tunique au sommet de la colline qui est barbu mais l’un des marins. Il s’agit de l’homme qui tient la barre du bateau I de la peinture murale miniature du mur sud (Fig. 9)46.

Fig. 9 - Peinture miniature de Théra – Détail, Fresque de la parade navale, Sur le bateau le personnage tenant la barre porte une coiffure spécifique à son grade de marin (cheveux courts et mèche à l’arrière du crâne). Il semble également porter une barbichette donnant une forme allongée à son menton

Fig. 9 - Peinture miniature de Théra – Détail, Fresque de la parade navale, Sur le bateau le personnage tenant la barre porte une coiffure spécifique à son grade de marin (cheveux courts et mèche à l’arrière du crâne). Il semble également porter une barbichette donnant une forme allongée à son menton

Lieu de Découverte : Mur sud de la pièce 5 de la maison Ouest du site d’Akrotiri de l’île de Théra, Datation : CR I, Lieu de conservation : Théra MP, Référence : Lyvia Morgan, The miniature wall painting of Thera, a study in Aegean culture and iconography, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, fig. 173. (Dessin E. Fournier)

  • 47 Lyvia Morgan, The Miniature Wall Paintings of Thera, a Study in Aegean Culture and Iconography, Cam (...)
  • 48 Fragment de vase en stéatite, 3 cm, site de Knossos, palais, Dessin E. Fournier d’après un dessin p (...)

21L’homme porte la coiffure liée à son statut de marin : des cheveux courts et une mèche à l’arrière du crâne47. Son menton proéminant suggère la présence d’une barbiche. Cet exemple nous indique que les barbus ne sont pas forcément des prêtres ou des personnages de pouvoir. Cette exception insiste également sur le fait que la culture cycladique se distingue de celle de la Crète dans de nombreux domaines (urbanisme, céramique, iconographie) soulignant une certaine indépendance même si l’influence crétoise n’est pas à négliger, notamment dans l’architecture par la présence d’un bassin lustral et de systèmes d’ouverture en polythyron. De même, un fragment de rhyton présente aussi un homme barbu vêtu d’un simple pagne (Fig. 10)48.

Fig. 10 - Fragment de vase – Palais de Knossos, Fragment d’un vase en stéatite montrant un homme barbu

Fig. 10 - Fragment de vase – Palais de Knossos, Fragment d’un vase en stéatite montrant un homme barbu

Dimensions : Le fragment mesure 3 cm, Lieu de Découverte : Trouvé au nord-est du palais de Knossos, Datation : MR IA, Lieu de conservation : ?, Référence : Arthur Evans, The palace of Minos at Knossos : a comparative account of the successive stages of the Early Cretan civilization as illustrated by the discoveries at Knossos, vol. III, Londres, Hafner Publishing Co., 1964, p. 106, fig. 59, Christiane Zervos, L’art de la Crète Néolithique et Minoenne, Éditions “Cahiers d’art”, Paris, 1956, fig. 481. (Dessin E. Fournier)

  • 49 Arthur Evans, The Palace of Minos at Knossos…op. cit., p. 106.
  • 50 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 129.

22L’état fragmentaire de la scène rend difficile l’interprétation de sa position qui est quelque peu étrange. Sa jambe gauche fléchie est maintenue en l’air, son bras gauche est tendu et son bras droit est fléchi. A. Evans pense que l’homme, sortant d’un bateau, est en train d’escalader des rochers49, alors que N. Marinatos pense qu’il est en train de chasser avec un arc50 et suggère que c’est un prêtre. Pourtant aucun élément religieux n’intervient dans cette scène. Soulignons tout de même que ces deux individus portent toujours le même type de barbe, à savoir une barbiche qui souligne et prolonge la forme du menton. Durant la période néopalatiale, les hommes n’affichent qu’une barbiche, ce qui n’est pas le cas durant d’autres périodes.

  • 51 Fragment d’une tête de figurine en terre cuite, h. 5 cm, site de Knossos, Dessin E. Fournier d’aprè (...)

23D’autres représentations minoennes contiennent dans leur répertoire des hommes barbus. Deux exemples peuvent être relevés pour la période plus ancienne du Minoen Moyen. Un des exemples vient d’une tête de figurine en terre cuite fragmentaire particulièrement réaliste (Fig. 11)51.

Fig. 11 - Figurine de Cnossos, Fragment de la tête d’une figurine en terre cuite

Fig. 11 - Figurine de Cnossos, Fragment de la tête d’une figurine en terre cuite

Dimensions : h. 5 cm, Lieu de Découverte : Site de Cnossos, Datation : MMI, Lieu de conservation : ?, Référence : Christian Zervos, L’art de la Crète Néolithique et Minoenne, Paris, Cahiers d’Art, 1956, p. 206, fig. 253. (Dessin E. Fournier)

  • 52 Coquille marine taillée et peinte en forme de tête d’homme barbu, pièce d’incrustation, h. 4,6 cm, (...)

24L’artiste a choisi de matérialiser par des incisions la présence d’une barbe et d’une moustache. La barbe n’est pas complète mais forme un collier sur la partie inférieure du visage. La forme de la barbe a donc été travaillée. Aucune information ne permet d’en savoir plus sur le personnage. Le second exemple est une coquille travaillée en forme de visage vu de profil (Fig. 12)52.

Fig. 12 - Coquille de l’Ashmolean Museum, Coquille marine taillée et peinte en forme de tête d’homme barbu. L’ensemble était une pièce d’incrustation, il s’agit probablement d’une applique décorative

Fig. 12 - Coquille de l’Ashmolean Museum, Coquille marine taillée et peinte en forme de tête d’homme barbu. L’ensemble était une pièce d’incrustation, il s’agit probablement d’une applique décorative

Dimensions : Hauteur 4,6 cm, Lieu de découverte : Achetée par Evans en 1894 en Crète, site de Phaistos ?, Datation : MM I-II, Lieu de conservation : Ashmolean Museum, Oxford, 1938.537, Référence : Judith Shackleton, Sinclair Hood et Jonahan Musgrave, « The Ashmolean Shell Plaque AM 1938-537 », Annual of the Bristish School at Athens 82, 1987, pl. 44-45. (Dessin E. Fournier)

  • 53 Judith Shackleton, Sinclair Hood et Jonahan Musgrave, art.cit., p. 283, La plaque a été publiée pou (...)
  • 54 Arthur Evans, The Palace of Minos: a Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cret (...)
  • 55 Spyridon Marinatos, art. cit., p. 54, selon les mots d’A. Evans.
  • 56 Judith Shackleton, Sinclair Hood et Jonathan Musgrave, art. cit., p. 290.
  • 57 Soulignons que d’autres représentations de barbe ont été relevées sur des figurines d’Haghia Triada (...)
  • 58 Rhyton plastique anthropomorphe, hauteur 17 cm, site de Phaistos, Musée d’Héraklion, inv. 5831 ou 3 (...)

25Des pointillés de différentes dimensions incisés sur le bas du visage donnent l’impression que le personnage porte une barbe complète de quelques jours53. L’individu a souvent été interprété comme la représentation d’un étranger54. Pour cela, les chercheurs se fondent sur des critères physionomiques. Pour contrecarrer ces interprétations qui reposent notamment sur la présence d’un « nez plat et retroussé »55, S. Hood rappelle que de nombreux personnages de l’iconographie égéenne ont un nez similaire, comme la Parisienne qui a pourtant été interprétée comme une déesse minoenne56. Ces arguments rejoignent ceux qui ont été énoncés pour les personnages aux cheveux courts. Pour ce dernier exemple, il est impossible de connaître la fonction de ce personnage barbu. Il témoigne comme la figurine d’une mode durant le Minoen Moyen, même si elle semble peu suivie dans l’iconographie. Il faut noter que les barbes du Minoen Moyen sont très différentes de celles de la période des seconds palais. Il en va de même pour les exemples postérieurs. Une référence iconographique d’homme barbu date du MR III57. Il s’agit d’un rhyton plastique de Phaistos prenant la forme d’un visage masculin (Fig. 13)58.

Fig. 13 - Rhyton de Phaistos, Rhyton plastique anthropomorphe représentant une tête d’homme barbu

Fig. 13 - Rhyton de Phaistos, Rhyton plastique anthropomorphe représentant une tête d’homme barbu

Dimensions : Hauteur 17 cm, Lieu de Découverte : Site de Phaistos, Datation : MR III, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, inv.5831 ou 32, Référence : Robert Koehl, Aegean Bronze Age Rhyta, Philadelphia, INSTAP Academic Press, 2006, fig. 74, type I. (Dessin E. Fournier)

26Le vase possède un pied et une anse verticale placée très haut entre la lèvre et la partie supérieure de la panse. Un trou a été ménagé sur le dessus et le fond du vase pour procéder à des libations. Le visage est matérialisé à la fois par des éléments en relief comme le nez, la bouche, les yeux, les sourcils et les oreilles et par des éléments peints comme les cheveux. Certains éléments combinent les deux techniques, la couleur venant rehausser les reliefs. Cet homme arbore deux types de pilosité. Le pourtour de sa bouche est parsemé de petits traits verticaux peints allant jusqu’au menton et symbolisant une sorte de bouc naissant. Son menton est orné d’une barbichette de couleur, en trois dimensions. Un aplat de couleur crée une masse de cheveux vers l’anse de la tasse. Son front est décoré d’une frange composée de petites spirales tournées vers la droite. Ses tempes sont matérialisées par des lignes verticales irrégulières composées de petits traits formant des rouflaquettes et symbolisant des poils courts comme pour le bouc. Comme précédemment, cet exemple témoigne d’un changement de mode et montre que les hommes apprêtent différemment leurs poils. Le rhyton dont la fonction est très certainement cultuelle, rapproche l’individu d’un contexte religieux même s’il est impossible d’en déterminer le rôle exact.

  • 59 Le manque d’information sur la provenance des sceaux ne permet pas d’envisager qu’il puisse s’agir (...)

27Les exemples d’hommes barbus minoens sont peu nombreux mais témoignent de normes variant selon les époques. La période la plus féconde est celle des seconds palais qui voit apparaître un type de barbe très codifié et porté par très peu d’hommes, qui possèdent également une coiffure spécifique : cheveux mi-longs accompagnés d’une frange. Au-delà d’un simple effet de mode à court terme59, il semble bien que ces hommes appartiennent à un groupe d’individus désirant se différencier du reste de la population. Une différenciation qui ne semble pas les exclure de la société. Au contraire tout semble indiquer le rôle prépondérant des hommes barbus, notamment par leur représentation sur de nombreux sceaux. Existe-t-il un groupe d’individus similaire chez les Mycéniens ?

1-2 Une mode mycénienne ?

  • 60 Masque en or dit d’Agamemnon, h. 25-27 cm, Tombe à fosse V du Cercle A de Mycènes, Musée Archéologi (...)

28Lorsque la pilosité masculine égéenne est évoquée, la première impression est que les Mycéniens étaient barbus. Ce postulat provient certainement du célèbre masque en or (Fig. 14)60, dit d’Agamemnon, ce roi légendaire de l’Iliade, qui arbore une opulente barbe.

Fig. 14 - Masque d’Agamemnon, Masque en or dit d’Agamemnon

Fig. 14 - Masque d’Agamemnon, Masque en or dit d’Agamemnon

Dimensions : hauteur 25 cm, largeur 27 cm, Lieu de découverte : Tombe à fosse V du Cercle A de Mycènes, Datation : HR I, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. n° 624, Référence : Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos : Heinrich Schliemann : The 100th anniversary of his death, National Archaeological Museum, 15th June – 2nd Septembre 1990, Berlin Altes Museum 4th October 1990 – 15 January 1991, Ministry of Culture of Greece, Athènes, 1990, p. 139, n° 1, fig. p. 138-140. (Dessin E. Fournier)

  • 61 Masque en or, h. 30,3 cm, Tombe à fosse IV du Cercle A de Mycènes, Musée Archéologique National d’A (...)

29Il fait partie d’un ensemble de cinq masques funéraires découverts par H. Schliemann dans les tombes à fosse du Cercle A de Mycènes. Parmi eux, un autre masque portant le n° 259 est souvent décrit comme un homme barbu possédant une moustache complétée par une petite barbiche sous la lèvre inférieure (Fig. 15)61, mais la perception est moins claire que sur le masque d’Agamemnon.

Fig. 15 - Masque de Mycènes, Masque en or

Fig. 15 - Masque de Mycènes, Masque en or

Dimensions : hauteur 30,3 cm, Lieu de découverte : Tombe à fosse IV du Cercle A de Mycènes, Datation : HR I, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. n° 259, Référence : Pierre Demargne, Naissance de l’art grec, Paris, Gallimard, 2007, p. 157, fig. 105. (Dessin E. Fournier)

  • 62 Carl Blegen, « Early Greek portraits », American Journal of Archaeology 66.3, 1962, p. 246, C.W. Bl (...)
  • 63 Onze têtes d’hommes barbus, l’or symbolise la peau et le nielle la barbe et les cheveux. Ces têtes (...)
  • 64 Tasse en argent ornée de vingt et une têtes d’hommes barbus en or et nielle, sept seulement sont co (...)

30Les représentations mycéniennes font l’objet de descriptions mettant en avant la noblesse des visages et le raffinement de leur barbe. Le masque en or au visage barbu (Fig. 14) incarne toute cette élégance par la taille soignée de sa pilosité faciale composée d’une moustache à pointes remontant vers le haut et d’une barbe fournie mais rasée sur le menton. Une petite barbiche en pointe orne la lèvre inférieure. C. Blegen évoque une véritable miniature impériale62 en référence aux barbes à la mode à la fin du XIXe et au début du XXe siècle de notre ère souvent portées par les dirigeants. Des subtilités pilaires du même ordre ont été remarquées sur les visages en or et nielle des tasses en argent découvertes à Pylos63 et à Mycènes64 (Fig. 16 et Fig. 17).

Fig. 16 - Têtes en or et nielle de Pylos, 11 têtes. L’or symbolise la peau et le nielle la barbe et les cheveux, Elles ornaient une tasse en argent

Fig. 16 - Têtes en or et nielle de Pylos, 11 têtes. L’or symbolise la peau et le nielle la barbe et les cheveux, Elles ornaient une tasse en argent

Dimensions : Tête la plus petite 1,3 x 1,7 cm, Tête la plus grande 2 x 1,5 cm, Lieu de Découverte : elles ont été découvertes en plusieurs endroits du palais de Pylos, notamment les Propylon, la Stoa 44 et la rampe 59, Datation : HR IIIB-C, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 7842, 7843, Référence : Carl Blegen et Marion Rawson, The palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, Excavations conducted by the Unversity of Cincinnati 1939, 1952-1965 directed by C. Blegen et M. Rawson, vol. I The buildings and their contents, part 1 text, Princeton, Princeton University Press, 1966, p. 237, fig. 261. (Dessin E. Fournier)

Fig. 17 - Tasse en argent de Mycènes, Tasse en argent ornée de 21 têtes en or et nielle (7 seulement conservées). Les visages masculins sont barbus

Fig. 17 - Tasse en argent de Mycènes, Tasse en argent ornée de 21 têtes en or et nielle (7 seulement conservées). Les visages masculins sont barbus

Dimensions : hauteur de la tasse 6 cm, diamètre 16,2 cm, Lieu de Découverte : Tombe à chambre 24 de Mycènes, Datation : Helladique Récent, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 2489, Référence : Agnes Xenaki-Sakellariou et Christos Chatziliou, Peinture en métal à l’époque mycénienne : incrustation, damasquinage, niellure, Paris, Boccard, 1989, pl. X, 2 (catalogue n° 19). (Dessin E. Fournier)

  • 65 Christos Tsountas et Irving Manatt, The Mycenaean Age, A Study of the Monuments and Culture of Pre- (...)
  • 66 Exemple de l’amphore bilingue d’Andokidès représentant le banquet d’Héraclès avec Athéna, datée d’e (...)
  • 67 Spyridon Marinatos, art. cit., p. B24.
  • 68 Christos Tsountas et Irving Manatt, The Mycenaean Age… op. cit., p. 166-167.

31Les hommes, présentés de profil, portent une barbe mais gardent imberbe la partie supérieure de leur lèvre. Selon C. Tsountas, la mode de se raser la moustache tout en portant la barbe serait une coutume orientale qui aurait perduré en Grèce postérieurement. Il s’appuie sur les textes de Plutarque qui raconte : « quand les éphores entraient en charge, ils faisaient proclamer par le héraut, au dire d’Aristote, que les citoyens [de Sparte] devaient se raser la moustache et se soumettre aux lois, pour qu’ils n’eussent pas à les punir. Je crois qu’en mettant en avant la moustache, ils entendaient habituer les jeunes gens à obéir jusque dans les moindres détails »65. L’iconographie de l’époque archaïque nous a transmis des représentations de traitement de la barbe semblables. Ce canon de représentation semble être utilisé aussi bien sur les vases à figures noires que ceux à figures rouges66 où la barbe est parfois complétée d’une moustache. Les représentations d’hommes barbus étaient particulièrement nombreuses sur les vases peints durant toute cette période. Les textes d’Homère, l’Iliade et l’Odyssée, pourraient en être la source puisque les barbes font l’objet de quelques descriptions, contrairement aux moustaches. Pour Sp. Marinatos, ces textes font transparaître, par leur omission, toute l’importance du rasage de la moustache67. Malgré la présence d’une mode similaire durant l’Âge du Bronze, C. Tsountas pense que les Grecs auraient emprunté cette coutume aux peuples orientaux et non directement aux Mycéniens68. Par contre, il est plausible que les Mycéniens se soient inspirés des codes de représentation minoens. Les exemples crétois illustrés précédemment témoignent de la mode du port d’une barbichette sans moustache. Une coutume qui semble suffisamment ancrée et puissante pour avoir constitué un modèle.

  • 69 Arthur Evans, The Prehistoric Tombs of Knossos: I the Cemetery of Zafer Papoura, II The Royal Tomb (...)
  • 70 Emmanuelle Fournier, La toilette à l’Âge du Bronze dans le monde égéen : de l’objet aux intentions,(...)

32D’autres représentations montrent des hommes mycéniens barbus et leur observation a rapidement conduit A. Evans à conclure que le manque de rasoir dans les premières tombes mycéniennes dérivait d’un goût pour le port du poil69. Or, les découvertes archéologiques le montrent, les ustensiles dédiés aux cheveux et aux poils sont nombreux à toutes les époques de l’Âge du Bronze70. Peignes, pinces à épiler et rasoirs constituent des offrandes régulièrement placées dans les tombes pour accompagner le défunt, y compris durant la période des tombes à fosse des Cercles de Mycènes. Ainsi, pour les Mycéniens comme pour les Minoens, le port de la barbe résulte d’un choix conditionné par des codes sociaux, qu’ils soient dus à une mode ou à des critères d’appartenance à un groupe.

  • 71 Sceau en améthyste de forme discoïde, diam. 1 cm, trouvé en 1952 par I. Papadimitriou, Tombe Г du C (...)

33Il est étonnant de constater que les représentations mycéniennes d’hommes barbus, pourtant courantes et variées, présentent, à l’exception des masques des Cercles de Mycènes, un seul type de barbe. Il s’agit d’un collier de barbe plus ou moins long sans moustache. Les hommes qui la portent sont généralement représentés en pied sur divers supports, contrairement aux barbus minoens, et sont engagés dans des activités diverses. Seuls deux exemples rappellent l’iconographie minoenne en ne montrant que le visage des individus. Le premier est un sceau dont la présentation correspond trait pour trait aux sceaux minoens (Fig. 18)71.

Fig. 18 - Sceau de Mycènes, Sceau en améthyste de forme discoïde

Fig. 18 - Sceau de Mycènes, Sceau en améthyste de forme discoïde

Dimensions : diamètre 1 cm, Lieu de Découverte : Trouvé en 1952 par I. Papadimitriou, Tombe Г du cercle B du site de Mycènes, Datation : HM-HR, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 8708, Référence : Agnes Sakellariou, Die minoischen und mykenischen siegel des nationalmuseums in athen, Corpus der minoischen und mykenischen siegel, Band I, Akademie der Wissenchaften und der literatur Mainz, Verlag Gebr. Mann, Berlin, 1964, p. 13, n° 5. (Dessin E. Fournier)

  • 72 Carl Blegen, « Early Greek Portraits », American Journal of Archaeology 66.3, 1962, p. 247.
  • 73 L’électrum est un alliage d’or et d’argent.
  • 74 Hagen Biesantz, « Die Minoische Bildnisgemmen », Marburger Winckelmann Programm 1947-1958, 1958, p. (...)
  • 75 Agnes Xenaki-Sakellariou, « Identité minoenne et identité mycénienne à travers les compositions fig (...)
  • 76 Les deux tasses ont été ornées par technique d’incrustation, (Robert Laffineur, « L’incrustation à (...)
  • 77 Agnes Xenaki-Sakellariou et Christis Chatziliou, Peinture en métal… op. cit., p. 30.
  • 78 Carl Blegen, art. cit., p. 247 « it is not inconceivable that others might have wished to have a fa (...)

34L’homme est représenté de profil et en gros plan. Il a les cheveux mi-longs avec une frange et son visage est parachevé par une longue barbe sans moustache. Sa bouche semble entrouverte comme celle du personnage du sceau (Fig. 5). La question reste en suspens quant à savoir si l’artiste était minoen ou mycénien72. H. Biesantz voit dans ce personnage une autre représentation du roi figuré sur le masque en électrum73 provenant de la même tombe, insinuant ainsi qu’il s’agirait dans les deux cas d’un portrait74. Le second exemple est en réalité multiple. En effet, de nombreux visages barbus viennent des tasses en métal de Pylos et de Mycènes que nous avons évoquées précédemment75 (Fig. 16 et Fig. 17). Ces visages vus de profil arborent un collier de barbe plus ou moins pointue et des cheveux mi-longs ou courts complétés par un mulet, une coiffure assez courante à l’époque. Les têtes sont en feuilles d’or remplies de nielle pour rendre les cheveux et la barbe en couleur76. Une des têtes de la tasse de Mycènes a une barbe réalisée à partir de bronze. A. Xenaki-Sakellariou suggère que ce changement de matériau intervient pour modifier l’apparence de la couleur des poils et peut-être figurer ici un personnage blond77. Ce changement de couleur peut aussi être utilisé dans le but de mettre en avant l’un des personnages. Ces visages nous donnent peu d’informations sur la fonction ou l’identité de ces hommes répétés en motifs décoratifs. Toutefois, leur présence sur deux tasses découvertes l’une dans un palais mycénien, l’autre dans une tombe à chambre à proximité d’un centre palatial, prouve que les hommes à barbe étaient appréciés et acceptés dans les plus hautes sphères du pouvoir, voire que les dignitaires suivaient cette mode. C. Blegen s’était même amusé à imaginer ces hommes désirant posséder des motifs de leur image sur leur coupe de vin favorite78.

  • 79 Cratère en terre cuite, une scène de chasse présentée en frise décore la panse du vase, dromos de l (...)

35Dans les représentations de personnages barbus en pied, deux groupes se distinguent. Le premier se compose de guerriers et le second, aux limites plus incertaines, englobe divers individus liés au culte ou présentés dans des scènes fantastiques ou symboliques. Les guerriers sont reconnaissables à leur équipement militaire, notamment le casque souvent orné de défenses de sanglier. Il en existe plusieurs exemples sur des supports variés. Un fragment de cratère en terre cuite, trouvé dans le dromos de la tombe K2 du site de Pylos, présente une scène de chasse à laquelle participe un homme barbu (Fig. 19)79.

Fig. 19 - Vase au chasseur de Pylos, Cratère en terre cuite peint. Le décor montrant une scène de chasse se présente en frise. Le chasseur est barbu

Fig. 19 - Vase au chasseur de Pylos, Cratère en terre cuite peint. Le décor montrant une scène de chasse se présente en frise. Le chasseur est barbu

Lieu de Découverte : Dromos de la tombe K2, site de Pylos, Datation : HR IIIC, Lieu de conservation : ?, Référence : Mabel Lang, The Palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, Excavations conducted by the University of Cincinnati 1939, 1952-1965 directed by C. Blegen et M. Rawson, vol. II, The Frescoes, Princeton, Princeton University Press, 1969, p. 226, fig. 289. (Dessin E. Fournier)

  • 80 Bien que le casque soit orné de piques.
  • 81 Vase aux guerriers, cratère en terre cuite, une procession de soldats est représentée sur la panse, (...)

36L’homme porte un casque comme les soldats du vase aux guerriers80 de Mycènes qui semblent également barbus (Fig. 20)81.

Fig. 20 - Vase aux guerriers de Mycènes, Cratère en terre cuite peint, corps semi globulaire, le décor représente une frise de soldats avançant vers la droite

Fig. 20 - Vase aux guerriers de Mycènes, Cratère en terre cuite peint, corps semi globulaire, le décor représente une frise de soldats avançant vers la droite

Dimensions : hauteur 43 cm, diamètre 48-50,5 cm, Lieu de Découverte : Acropole de Mycènes, Maison du vase aux guerriers, Datation : HR IIIC, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 1426, Référence : Diana Zafiropoulou, The prehistoric collection, National Archaeological Museum, Athènes, Ministry of Culture, 2005, p. 34. (Dessin E. Fournier)

  • 82 Applique en ivoire, hauteur 7,4 cm, tombe à chambre de Spata, HR IIIB, Musée Archéologique National (...)

37Le dessin de la jonction entre la barbe et le casque n’étant pas clairement défini, il est possible qu’il s’agisse en réalité de couvre-joues. Toutefois, le fait que les casques soient ornés de pointillés clairs qui ne continuent pas sur la partie foncée cachant les joues des guerriers soutient l’hypothèse de représentations de barbes. De même, sur une pièce d’incrustation en ivoire est représenté un guerrier coiffé d’un casque sans couvre-joue qui arbore une barbe quelque peu étrange puisque, comme le casque, elle est divisée en registres de stries verticales séparés par des lignes horizontales parallèles (Fig. 21)82.

Fig. 21 - Applique en ivoire de Spata, Tête de guerrier casqué en ivoire, pièce d’applique en relief, L’homme semble barbu

Fig. 21 - Applique en ivoire de Spata, Tête de guerrier casqué en ivoire, pièce d’applique en relief, L’homme semble barbu

Dimensions : hauteur 7,4 cm, Lieu de Découverte : Tombe à chambre de Spata, Datation : HR IIIB, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 2055, Référence : Jean-Claude Poursat, Catalogue des ivoires mycéniens du Musée National d’Athènes, Athènes, École française d’Athènes, p. 161, pl. L, n° 466. (Dessin E. Fournier)

  • 83 Paul Åström, The Cuirass Tomb and Other Finds at Dendra: Part 1, the Chamber Tombs, Göteborg, Paul (...)

38Enfin, une stèle funéraire peinte nous donne à voir une marche de guerriers semblant barbus (Fig. 22)83.

Fig. 22 - Stèle peinte de Mycènes, Détail d’une stèle peinte de Mycènes. Cinq guerriers lourdement armés sont représentés. Ils semblent barbus

Fig. 22 - Stèle peinte de Mycènes, Détail d’une stèle peinte de Mycènes. Cinq guerriers lourdement armés sont représentés. Ils semblent barbus

Lieu de Découverte : Tombe, site de Mycènes, Datation : HR IIIC, fin de la période mycénienne, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 3256, Référence : Paul Åström, The Cuirass Tomb and Other Finds at Dendra : Part 1, the chamber Tombs, Göteborg, Paul Åström Forlag, 1977, p. 38, fig. 2, pl. XXXI. (Dessin E. Fournier)

39Les visages sont malheureusement partiellement effacés mais le dessin encore légèrement visible indique la présence d’une barbe pointue. Portée par quelques guerriers mycéniens, la barbe n’était donc pas obligatoire dans les rangs, mais elle y était semble-t-il tolérée. Il reste envisageable que le couvre-joue masque le collier de barbe, ce qui suppose que les guerriers barbus seraient bien plus nombreux. Cependant, aucun élément ne peut confirmer cette hypothèse. Il est possible en revanche de constater que les guerriers sont lourdement armés de casques, ornés de défenses de sanglier pour certains, de bouclier et d’armes, ce qui sous-entend qu’ils devaient appartenir à une classe fortunée.

  • 84 Peinture murale, une procession, Palais de Pylos, mur nord-est du vestibule, HR III, Dessin E. Four (...)

40Le second groupe est plus hétéroclite, mais les barbes arborées ont toujours la même forme. Le mur du vestibule du palais de Pylos était orné d’une peinture murale représentant une procession principalement masculine. L’un des fragments, (Fig. 23)84, se compose de quatre personnages. Malheureusement, seul le visage de deux d’entre eux a été conservé.

Fig. 23 - Peinture murale de Pylos : Détail, Peinture murale numéroté 5H5, faisant partie d’un ensemble de personnages en procession

Fig. 23 - Peinture murale de Pylos : Détail, Peinture murale numéroté 5H5, faisant partie d’un ensemble de personnages en procession

Lieu de Découverte : Palais de Pylos, mur nord est du vestibule, Datation : Fin du palais de Pylos, HR III, Description : Deux hommes barbus font partie d’un ensemble de quatre hommes à la peau foncée tenant soit des tables, soit des châssis. Ils participent probablement à une procession, Référence : Mabel L. Lang, The Palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, Excavations conducted by the University of Cincinnati 1939, 1952-1965 directed by C.W. Blegen et M. Rawson, vol. II, The Frescoes, Princeton University Press, Princeton, 1969, n° 5H5. (Dessin E. Fournier)

  • 85 Mabel Lang, The Palace of Nestorop. cit., p. 193.
  • 86 Mabel Lang, The Palace of Nestorop. cit., p. 38.

41Ces deux hommes portent une barbiche, prolongeant assez longuement leur menton, presque jusqu’au niveau de leur poitrine. Leur peau est extrêmement foncée, et même si les conventions de représentation imposent aux personnages masculins une couleur de peau assez prononcée, celle de ces hommes se distingue par un marron très sombre. Trois d’entre eux portent un pagne, que Mabel Lang décrit comme un « kilt », costume caractéristique selon elle d’une communauté de prêtres85. Il semble que ces hommes portent des tables ou des châssis86 peut-être en vue d’un sacrifice. Ils s’intègrent ainsi parfaitement au reste de la composition où de nombreux personnages, certains munis d’offrandes, avancent vers la gauche. La destination de la procession n’est pas connue, il est donc difficile de dire si les offrandes étaient destinées à une divinité ou à une personne de haut rang.

  • 87 Bague sceau en jaspe de forme elliptique, diam. 1,8 x 2,8 cm, Tombe à chambre 58, Mycènes, Helladiq (...)

42Deux autres exemples d’hommes barbus proviennent de sceaux. Le premier montre un homme debout maintenant à bout de bras deux félins (Fig. 24)87.

Fig. 24 - Bague sceau du maître des animaux de Mycènes, Bague sceau en jaspe de forme elliptique

Fig. 24 - Bague sceau du maître des animaux de Mycènes, Bague sceau en jaspe de forme elliptique

Dimensions : diamètre 1.8 x 2.8 cm, Lieu de Découverte : Mycènes, tombe à chambre 58, Datation : Helladique Récent, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, numéro d’inventaire 2852, Référence : Agnes Sakellariou, Die minoischen und mykenischen siegel des nationalmuseums in athen, Corpus der minoischen und mykenischen siegel, Band I, Akademie der Wissenchaften und der literatur Mainz, Verlag Gebr. Mann, Berlin, 1964, p. 105, n° 89. (Dessin E. Fournier)

  • 88 A. Evans proposait de voir dans cette représentation l’illustration d’une partie des aventures de G (...)
  • 89 Jacqueline Chittenden, « The Master of Animal », Hesperia 16.2, 1947, p. 110 et Angela Tamvaki, « T (...)
  • 90 Jacqueline Chittenden, art. cit., p. 110.
  • 91 Edmund Bloedow, « On Hunting Lions in Bronze Age Greece », dans Melemata: Studies in Aegean Archaol (...)
  • 92 John Younger, « The Mycenae-Vapheio Lion Group », American Journal of Archeology 82.3, 1978, p. 297 (...)
  • 93 La tunique est également envisagée comme une tenue de prêtre sur les représentations mycéniennes. ( (...)
  • 94 Le mot utilisé dans description du sceau réalisée dans le Corpus der Minoische und Mykenischen Sieg (...)
  • 95 Bague Sceau en or de forme elliptique, diam 1,2 x 1,9 cm, Tombe à chambre 91, Mycènes, HR IIIA1, Mu (...)

43Il en tient un par la gorge et l’autre par une patte arrière. Le thème iconographique d’un homme maîtrisant des animaux n’est pas nouveau88. Il a été développé par les Minoens dès le Minoen Moyen89, parallèlement à celui de la « maîtresse des animaux ». Emprunté aux Minoens, ce thème, très apprécié par les Crétois, serait une allégorie voire une divinité de la chasse90. Les Mycéniens ont toutefois quelque peu modifié l’iconographie en dotant l’homme d’une barbe et en représentant les animaux anéantis et non pas simplement domptés91. La représentation de lions ou de félins seuls ou chassés est très populaire dans l’art égéen et particulièrement dans l’art mycénien92. En revanche, le thème du « maître des animaux » y est plus rare. Il est présent dans une autre version montrant un homme barbu, vêtu d’une tunique93 et assis sur une chaise94, tenant en laisse un griffon (Fig. 25)95.

Fig. 25 - Bague sceau de Mycènes, Bague sceau en or de forme elliptique, Un homme tenant en laisse un griffon

Fig. 25 - Bague sceau de Mycènes, Bague sceau en or de forme elliptique, Un homme tenant en laisse un griffon

Dimensions : diamètre 1.2 x 1.9 cm, Lieu de Découverte : Mycènes, tombe à chambre 91, Datation : HR IIIA1, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 3181, Référence : Agnes Sakellariou, Die minoischen und mykenischen siegel des nationalmuseums in athen, Corpus der minoischen und mykenischen siegel, Band I, Akademie der Wissenchaften und der literatur Mainz, Verlag Gebr. Mann, Berlin, 1964, p. 145, n° 128. (Dessin E. Fournier)

  • 96 André Dessenne, « Le griffon créto-mycénien : inventaire et remarques », Bulletin de Correspondance (...)
  • 97 Ibid., p. 208. A. Dessenne pense que le thème a été emprunté à l’art syrien.
  • 98 Ibid. p. 210.
  • 99 Ibid., p. 212, note 3. A. Tamvaki a noté également beaucoup plus de violence dans ce sceau mycénien (...)
  • 100 Agnes Xenaki-Sakellariou, Die Minoischen und Myjenischen Siegel…op. cit., p. 257, n° 223, sceau en (...)

44L’animal mi-oiseau mi-félin est assis face à l’homme dans une composition assez statique. Les personnages se regardent, leurs visages sont face à face. La figuration de mamelles indique que « l’animal fantastique » est féminin. Comme celui du félin, le thème du griffon n’est pas rare dans l’iconographie égéenne96. Venu d’Orient l’animal a été intégré dès l’époque minoenne au répertoire imagé97 où il a été principalement représenté comme un prédateur fonçant sur sa proie98 ou comme un protecteur. A. Dessenne a remarqué que, lorsque le griffon est associé à des hommes, leur contact physique est très rare. Selon lui, la présence de la laisse sur la bague mycénienne « trahit […], une forte influence orientale99 », ce que tend à confirmer un autre sceau mycénien de composition plus traditionnelle présentant un homme vêtu d’une tunique debout à côté d’un griffon100. Dans ces deux cas, l’homme barbu est associé à des thèmes fantastiques probablement religieux. La présence d’une barbe dans ces thèmes traditionnels peut être une façon pour les Mycéniens d’incorporer leurs propres éléments à la scène. Dans ce cas, cet ajout soulignerait l’importance de la barbe pour la société mycénienne. En revanche, il est possible que pour le thème du griffon maintenu en laisse, dont l’emprunt semble plus directement oriental, la barbe soit elle aussi un élément étranger. Les hommes barbus sont en effet plus courants dans l’iconographie orientale.

45Enfin, signalons l’existence de figurines anthropomorphes aux traits grossiers et caricaturaux, réalisées en terre cuite et provenant de Mycènes, Asinè et Phylakopi, qui présentent un élément figuré, soit peint, soit en relief, semblable à une barbe. […]

  • 101 Figurine en terre cuite, hauteur 14,5 cm, Acropole de Mycènes, HR IIIB, Musée Archéologique Nationa (...)

46Plusieurs exemples viennent de Mycènes. Une de ces figurines très stylisée possède un corps long et cylindrique se terminant en une large base cylindrique (Fig. 26)101.

Fig. 26 - Figurine de Mycènes, Figurine en terre cuite

Fig. 26 - Figurine de Mycènes, Figurine en terre cuite

Dimensions : hauteur 14,5 cm, largeur 6 cm, Lieu de découverte : Acropole de Mycènes, Datation : HR IIIB, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. n° 1203, Référence : Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos : Heinrich Schliemann : The 100th anniversary of his death, National Archaeological Museum, 15th June – 2nd Septembre 1990, Berlin Altes Museum 4th October 1990 – 15 January 1991, Ministry of Culture of Greece, Athènes, 1990, p. 324, n° 285, fig. p. 325. (Dessin E. Fournier)

  • 102 Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos…op. cit., p. 324 « this figurines belongs to (...)
  • 103 Figurine en terre cuite, Centre cultuel de Mycènes, HR IIIB, dessin E. Fournier d’après une photogr (...)

47La tête est portée par un cou très long. Les bras sont cassés mais semblent relevés à la perpendiculaire du corps. Les éléments du visage comme le nez et le menton sont en relief. Ce dernier, peint de lignes verticales, est extrêmement pointu et ressemble à une barbichette. L’ensemble de la figurine est peint de lignes et d’ondulations complétées par des points. Cette figurine fait partie d’une série dite « des figurines inhabituelles »102. Les autres exemples de figurines barbues viennent du Centre cultuel de Mycènes (Fig. 27)103.

Fig. 27 - Figurine du Centre Cultuel de Mycènes, Figurine en terre cuite, coiffure composée de mèches

Fig. 27 - Figurine du Centre Cultuel de Mycènes, Figurine en terre cuite, coiffure composée de mèches

Lieu de découverte : Centre cultuel, site de Mycènes, Datation : HR IIIB, Lieu de conservation : ?, Référence : Andrew D. Moore et William D. Taylour, Elizabeth B. French et K.A. Wardle, Well built Mycenae : The Helleno-British excavation within the Citadel at Mycenae, 1959-1969, Fascicule 10, The Temple Complex, Oxford, Oxford’books, 1999, pl. 19, a, b. (Dessin E. Fournier)

  • 104 E. French pense que ces figurines sont de sexe féminin notamment à cause de la position relevée de (...)

48Ces figurines entièrement peintes possédaient des coiffures spéciales composées de mèches. Une couche de pigment recouvre également une partie du visage, notamment les joues et le menton, donnant l’impression d’une barbe. Toutefois, comme l’ensemble du corps est peint, il est difficile de déterminer s’il s’agit de peintures corporelles ou de la représentation d’une barbe104.

  • 105 Figurine en terre cuite, habitat, site d’Asinè, HR IIIC, dessin E. Fournier d’après une photographi (...)

49Un autre exemple de figurine vient d’Asinè (Fig. 28)105.

Fig. 28 - Figurine d’Asinè, Tête d’une figurine en terre cuite, menton proéminant laissant supposer une barbe

Fig. 28 - Figurine d’Asinè, Tête d’une figurine en terre cuite, menton proéminant laissant supposer une barbe

Lieu de Découverte : Habitat, site d’Asinè, Datation : HR IIIC, Lieu de conservation : ?, Référence : Otto Frödin et Axel Persson, Asine : Results of the Swedish excavations, 1922-1930, Stockholm, Generalstabens litografiska anstalts förlag i distribution, 1938, p. 307, fig. 211. (Dessin E. Fournier)

  • 106 Tête d’une figurine en terre cuite, Sanctuaire ouest, pièce A, site de Phylakopi, île de Melos, Cyc (...)

50La présence d’une barbe n’est pas clairement indiquée, mais vu de profil, le menton apparaît très pointu et plat. Le dernier exemple vient du sanctuaire mycénien de Phylakopi daté de l’HR III (Fig. 29)106.

Fig. 29 - Figurine de Phylakopi, Tête d’une figurine en terre cuite, barbe saillante et rehaussée de couleur

Fig. 29 - Figurine de Phylakopi, Tête d’une figurine en terre cuite, barbe saillante et rehaussée de couleur

Lieu de Découverte : Sanctuaire ouest, pièce A, site de Phylakopi à Mélos, Datation : HR IIIA1, Lieu de conservation : ?, Référence : Colin Renfrew et Penelope Mountjoy, The archaeology of cult. The sanctuary at Phylakopi, Londres, British School of Archaeology at Athens, supplementary volume 18, Thames and Hudson, 1985, pl. 34, a et b, n° SF2672, p. 216, 221-222. (Dessin E. Fournier)

51Le visage du personnage, quelque peu caricatural, possède une barbichette complétant son menton et rehaussée de peinture. Il faut signaler également une coiffure particulière composée de mèches lisses et épaisses peintes à l’arrière du crâne, l’une d’elles étant matérialisée en relief. D’autres mèches ondulées apparaissent devant les oreilles et horizontalement sur le front. Cette coiffure fait évidemment penser aux coiffures minoennes traditionnelles composées de mèches, mais comme pour les figurines provenant du Centre cultuel de Mycènes qui portent cette même coiffure, il est difficile d’en définir la fonction. Il faut souligner que le personnage de Phylakopi possède des lignes ondulées peintes entres les yeux et le nez. Il peut s’agir de mèches de cheveux ou de peintures faciales.

52Le manque de précision corporelle interroge sur la nature de ces personnages et notamment sur leur sexe, ce qui encourage à considérer avec prudence ces personnages en apparence « barbus ». Êtres fantastiques, divinités ou simples personnages, ces figurines, découvertes pour la plupart dans des sanctuaires, constituaient des offrandes.

53Comme dans les représentations minoennes, la barbe mycénienne est soumise aux mêmes codes de représentation, puisqu’il s’agit toujours d’une barbiche plus ou moins longue prolongeant le menton. Seuls les masques funéraires de Mycènes témoignent du port d’une autre forme de barbe. L’ornement facial ne semble pas, comme cela est souvent suggéré, s’être « démocratisé » durant l’époque mycénienne. Une grande partie de la population masculine reste imberbe et finalement peu de groupes d’individus arborent une barbe. Elle est visible sur quelques guerriers et individus engagés dans des scènes mythologiques ou de procession. C’est l’abondance des supports qui donne l’impression que la population masculine mycénienne était barbue.

2. La barbe : un indicateur d’hommes portraiturés ?

  • 107 Hagen Biesantz, « Die Minoische Bildnisgemmen », Marburger Winckelmann Programm 1947-1958, 1958, p. (...)
  • 108 John Younger, « The Iconography of Rulership in the Aegean: A Conspectus », dans The Role of the Ru (...)
  • 109 Arthur Evans, The Palace of Minos: a Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cret (...)
  • 110 Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos…op. cit., p. 139.
  • 111 Ibid., p. 9-25.
  • 112 Ibid., , art. cit., p. 13.
  • 113 Ingo Pini, « Minoische ‘Porträts’? », dans Meletemata: Studies in Aegean Archaeology presented to M (...)
  • 114 Carl Blegen, art. cit., p. 246, Spyridon Marinatos, art. cit., p. B7.
  • 115 Ibid., p. 246-247.
  • 116 Ibid., p. 246.
  • 117 Karen Polinger Foster, « Visage and Likeness in Minoan Art », dans TEXNH: Craftmen, Craftwomen and (...)
  • 118 De nombreuses recherches reviennent sur le sujet comme celle d’Olivier Pelon, « Royauté et iconogra (...)
  • 119 Karen Polinger Foster, art. cit., p. 134, elle pense notamment à une entité bureaucratique.
  • 120 Ingo Pini, art. cit., p. 661-670.
  • 121 Ibid., p. 663.
  • 122 Ibid., p. 665.

54Plusieurs aspects de ces personnages, pressentis comme moins stéréotypés car dotés de particularismes bien définis, tels une barbe spécifique, un visage plus ou moins fin et une coiffure particulière107, ont conduit les chercheurs à s’interroger sur la nature de ces représentations. Ils se sont demandé s’il pouvait s’agir de véritables portraits. Cette perception concerne uniquement les visages des empreintes et des sceaux minoens et de certains masques funéraires de Mycènes108. C’est A. Evans qui a été l’un des premiers à proposer que les deux empreintes de sceau provenant du dépôt hiéroglyphique du site de Knossos soient les portraits du roi de Knossos et son fils109. H. Schliemann avait alloué les mêmes fonctions au masque dit d’Agamemnon, et suggéré qu’il représentait le visage de l’un des rois de Mycènes110. Face à de telles propositions plusieurs chercheurs ont étudié cette iconographie des portraits. H. Biesantz a été parmi les premiers à se pencher sur cette hypothèse111, en s’interrogeant sur les critères de reconnaissance morphologique112 fondés notamment sur des caractères raciaux113. C. Blegen puis Sp. Marinatos souligneront les efforts effectués par les artistes pour individualiser les visages114 et plus particulièrement pour créer la vie et l’émotion qui s’en dégagent115. Plusieurs traits, selon eux, participent de l’individualisation des personnages comme les yeux, le nez, la bouche et surtout la barbe116. Les dernières recherches insistent plus particulièrement sur les matériaux de fabrication, la technique d’exécution et la fonction des sceaux et des masques. Des marqueurs qui, selon les chercheurs, trahissent le rang social élevé des propriétaires et donc des personnages portraiturés117. Beaucoup d’études ont en effet été consacrées à ces visages censés appartenir à des individus de haut rang, voire aux « rois » de l’époque118. Sans évoquer une éventuelle activité de prêtrise ou le statut de dirigeant, le port de la barbe pourrait très bien être réservé à une catégorie de personnes119. C’est peut-être la matérialisation de cette « caste » que reflètent ces sceaux. I. Pini, auteur de la dernière étude sur le sujet, revient sur cette historiographie et affine les recherches en se focalisant sur les objets et le travail des graveurs120. Il souligne notamment les problèmes d’authenticité qu’engendre le manque d’informations sur la provenance de la plupart des objets121. De même, l’observation minutieuse des sceaux lui a permis de signaler le manque de détails ainsi que la répétition d’une formule technique pour réaliser les joues et le front, procédé qui trahit l’absence de spontanéité que l’on pourrait attendre d’un véritable portrait122.

  • 123 Angela Tamvaki, art. cit., p. 272.
  • 124 Ibid., p. 262.
  • 125 Karen Polinger Foster, art. cit., p. 139.
  • 126 Jean-Claude Poursat, L’art égéen 1, Grèce, Cyclades, Crète jusqu’au milieu du IIe millénaire av. J. (...)

55Ce groupe de sceaux, spécialisé dans le thème des visages d’hommes, barbus ou non, forme un pourcentage assez faible de l’ensemble des sceaux. Le thème du portrait, ou plutôt l’étude des visages, semble peu intéresser à cette époque123, conséquence peut-être des conventions très strictes de représentation perçues dans la glyptique, mais également dans toute l’iconographie de l’Âge du Bronze égéen124. La mise en parallèle de ces visages barbus a jusqu’à présent sous-entendu que les marqueurs pileux seraient des éléments personnalisant. Or, en se focalisant sur eux, il est possible de constater que la barbe est toujours réalisée de la même manière. Tous les individus portent une barbiche masquant leur menton. Cette coutume n’est pas la même durant les autres époques, comme le prouvent les autres visages barbus minoens non datés de la période néopalatiale. C’est cette même barbiche qui sera reprise par les Mycéniens tel un motif. Il semble donc que ces visages soient des représentations conventionnelles, dont la barbe constitue un ornement. Il reste pourtant possible, compte tenu de la rareté de sa représentation, que cette barbe soit, pour les sceaux minoens, l’indicateur d’un groupe social ou d’une fonction pour le moment peu aisés à déterminer. Pour K. Foster Polinger, ces visages sont des portraits uniquement parce que l’on veut les voir comme tels125 et parce que « la précision des traits mérite d’être soulignée126 ».

  • 127 Carl Blegen, art. cit., p. 245.

56Le masque funéraire d’Agamemnon pose le même problème d’interprétation. Les portraits des défunts, réalisés du vivant de l’individu ou de manière posthume, ont été employés dans de nombreuses civilisations quelle que soit l’époque. Posé sur le visage du mort, le masque est là pour orner et bien souvent pour préserver les traits du disparu. Évidemment, la plupart du temps il s’agit d’images à l’effigie des défunts, dont les traits du visage sont, pour l’occasion, couramment retouchés. Ce sont bien souvent des portraits apologétiques. Les quatre autres masques mycéniens en or ne présentent pas les caractéristiques naturalistes du masque d’Agamemnon127. Aussi est-il probable qu’un soin tout particulier a été apporté pour distinguer et idéaliser les traits de cet individu.

Conclusion

  • 128 Spyridon Marinatos, art. cit., B36-38.
  • 129 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 201.

57D’un point de vue général, la rareté des représentations de la pilosité résulte d’un choix de la part de sociétés qui semblent vouloir transmettre, à travers leur iconographie, une image de jeunesse et de beauté quasi parfaite. La mise en place de personnages poilus, souvent de manière élaborée, introduit un statut différencié. Ce choix sous-entend une volonté de maîtrise du corps par le contrôle des poils, et surtout de mise en avant de certains éléments comme marqueurs différentiels. Il ne s’agit donc pas d’une véritable chasse aux poils mais plutôt d’une pilosité choisie. Ainsi, le port de la barbe devient une sorte d’enjeu social au même titre que la coiffure, en classant les individus d’un point de vue identitaire et hiérarchisant. Poils et cheveux constituent ainsi un véritable costume128, dont l’origine se trouve probablement dans une organisation sociale contrôlée. Cette unité est basée sur un ensemble de rituels de transition, par l’âge, voire par la fonction de l’individu, impliquant à chaque fois une transformation symbolique manifeste par un changement d’apparence129.

  • 130 Michal Dayagi-Mendels, Perfumes and Cosmetics…, op. cit, p. 9.
  • 131 Ibid., p. 60.
  • 132 Ibid., p. 66.
  • 133 Ibid., p. 66.

58On retrouve ces mêmes soins et exigences corporelles dans les autres régions du bassin méditerranéen. Comme dans le monde égéen, les coiffures servent à différencier les catégories sociales en matérialisant le manque d’hygiène et le manque d’accès aux soins130. Les Égyptiens par exemple, soucieux de leur propreté et de leur santé, rasent leurs cheveux et portent des perruques et des postiches, plus contrôlables131. Les perruques étaient réalisées selon les moyens du commanditaire en véritables cheveux, en crins de cheval, en laine de mouton ou en fibres végétales132. En Mésopotamie, les différenciations hiérarchiques étaient également marquées par des différences de coiffures. Il était de bon ton pour les personnes de haut rang de porter les cheveux longs133. Durant la période néo-sumérienne, les hommes se rasaient et portaient des postiches. Tous ces exemples, mis en scène dans des représentations, témoignent de la volonté des sociétés de maîtriser et d’améliorer leur faciès. L’iconographie devient donc le miroir de ces exigences corporelles en reflétant clairement les soins accordés au corps et à son apparence.

Top of page

Notes

1 Christian Bromberger, Trichologiques, Une anthropologie des cheveux et des poils, Montrouge, Bayard, 2010, p. 121, p. 136.

2 Christian Bromberger, « Tricologiques : les langages de la pilosité », dans Un corps pour soi, éd. par C. Bromberger, P. Duret et D. Le Breton, Paris, Presses Universitaires de France, 2005, p. 40.

3 Jean-Claude Poursat, « Introduction, B/ Le cadre chronologique », dans Les civilisations égéennes du Néolithique et de l’Âge du Bronze, éd. R. Treuil, P. Darcque, J.-C. Poursat, G. Touchais, Presses Universitaires de France, 2008, p. 31-33. Cette chronologie est encore discutée. En effet, le cadre chronologique de l’Âge du Bronze égéen est divisé entre la chronologie haute et la chronologie basse. Cette dernière se fonde sur les synchronismes établis, par l’étude des textes notamment, avec les civilisations égyptienne et Proche-orientale. La chronologie haute a, quant à elle, été établie par des techniques de datation absolue comme la dendrochronologie, le carbone 14 ou encore l’analyse de carottes de glace prélevées au Groenland. La discussion la plus importante concerne la datation de l’éruption volcanique de l’île de Théra, qui pourrait avoir eu des conséquences sur le déclin de la civilisation minoenne. Pour la chronologie basse, l’éruption daterait de 1530 avant notre ère alors que la chronologie haute la place vers 1650. La chronologie comparative traditionnelle est souvent préférée. Pour plus de clarté, nous préférons utiliser la chronologie relative.

4 Spyridon Marinatos, « Kleidung, Harr- und Barttracht », Archaeologia Homerica I:A, 1967, p. B24.

5 Michal Dayagi-Mendels, Perfumes and Cosmetics in the Ancient World, The Israel Museum, Jerusalem, 1989, p. 60.

6 Michal Dayagi-Mendels, Perfumes and Cosmetics…, op. cit, p. 60.

7 Seule l’évocation de la possible présence de peinture fantôme sur la « tête d’Amorgos » en marbre constitue un témoignage de la représentation d’homme barbu durant le Bronze Ancien. Susan Sherratt, Catalogue of Cycladic Antiquities in the Ashmolean Museum, The Captive Spirit, volume II, Oxford University Press, Oxford, 2000, p. 160, col. Pl. 12. III. 7.31, pl. 204. III. 7.31.

8 Hagen Biesantz, « Die Minoische Bildnisgemmen », Marburger Winckelmann Programm 1947-1958, 1958, p. 9-25; Carl Blegen, « Early Greek portraits », American Journal of Archaeology 66.3, 1962, p. 245-247; Spyridon Marinatos, « Kleidung, Harr- und Barttracht », Archaeologia Homerica I:A, 1967; John Boardman, « The de Jong Gems », dans Antichità Cretesi: Studi in onore di Doro Levi, vol. I, éd. par D. Levi et G. Rizza, Catania, Università di Catania Istituto di archaeologia, 1973, p. 115-121; John Younger, « The Iconography of Rulership in the Aegean: A Conspectus », dans The Role of the Ruler in the Prehistoric Aegean, Aegaeum 11, éd. par. P. Rehack, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1995, p. 151-211; Karen Polinger Foster, « Visage and Likeness in Minoan Art », dans TEXNH: Craftmen, Craftwomen and Craftmanship in the Aegean Bronze Age, Aegaeum 16, éd. par R. Laffineur et P.P. Betancourt, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1997, p. 127-140; Ingo Pini, « Minoische ‘Porträts’? », dans Meletemata: Studies in Aegean Archaeology Presented to Malcolm H. Wiener as he Enters his 65th Year, vol. III, Aegaeum 20, éd. par PP. Betancourt, V. Karageorghis, R. Laffineur et W.D. Niemeier, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1999, p. 661-670.

9 Anna-Lucia D’Agata, Haghia Triada II : Statuine Minoiche e Post-Minoiche dai Vecchi Scavi di Haghia Triada (Creta), Padova, Bottega d’Erasmo, 1999, p. 65, trente cinq figurines en terre cuite ont été mises au jour. Soulignons que certaines figurines sont féminines.

10 Ibid., p. 64.

11 Ibid., p. 74.

12 Figurine en terre cuite d’Haghia Triada, Musée d’Héraklion, dessin d’E. Fournier d’après un dessin publié par George Rethemiotakis, Minoan Clay Figures and Figurines, Athens, The Archaeological Society at Athens n° 219, 2001, p. 79, fig. 94.

13 André Dessenne, Le sphinx : étude iconographique 1, des origines à la fin du second millénaire, Paris, Boccard, 1957, p. 45.

14 Applique en terre cuite en forme de sphinx provenant de la décoration d’un vase, Quartier Mu, Malia, MM II, h. 6,9 cm, longueur 9 cm, Musée d’Héraklion, inv. 19818, Dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Nota Dimopoulou-Rethemiotaki, The Archaeological Museum of Heraklion, Athènes, John S. Latsis, 2005, p. 228-229.

15 Arthur Evans, 1964, The Palace of Minos: A Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan Civilization as Illustrated by the Discoveries at Knossos, vol. IV.2, Londres, Hafner Publishing and Co., 1964, p. 404.

16 Elle est suivie par H. Waterhouse qui réfute par contre l’idée d’A. Evans qui évoque des roi-prêtres. Helen Waterhouse †, « Priest-kings? », Cretan Studies 7, 2002, p. 252.

17 Nanno Marinatos, Minoan Religion, Ritual, Image and Symbol, Columbia, University of South Caroline Press, 1993, p. 128-129, fig. 88.

18 Ibid., p. 129.

19 Ibid., p. 128-129.

20 Sceau en onyx de forme amygdaloïde, site de Vaphio, 0,90 x 1,85 cm, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 1798, Dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Agnes Sakellariou, Die Minoischen und Mykenischen Siege des Ntionalmuseums in Athen, Corpus der Minoischen und Mykenischen Siegel, Band I, Berlin, Verlag Gebr. Mann, p. 258, n° 225.

21 Sceau de 6,5 cm, Anopolis, acheté en 1915, Musée d’Héraklion, inv. 1193, dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Nikolaos Platon et Ingo Pini, Iraklion archäologisches Museum, Corpus der Minoische und Mykenische Siegel, Band II, teil 3, Berlin, Gerb. Mann Verlag, 1984, p. 230, n° 196.

22 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 130.

23 Ibid., p. 130.

24 Sceau en stéatite noire de forme lentoïde, 1,4 x 1,5 cm, Petit palais de Knossos, Musée d’Héraklion, inv. 1419, MM III-MR I, Dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Nikolaos Platon et Ingo Pini, Iraklion archäologisches Museum…op. cit., p. 16, n° 13.

25 Ingo Pini, art. cit., p. 666.

26 John Boardman, 1973, art. cit., p. 117.

27 Sceau en hématite de forme prismatique trilatérale, 1,1 x 2,1 cm, Collection particulière, SLG. Hon. Robert Erskine, Dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Victor Kenna, Die Englishchen privat Sammlungen, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band VIII, Berlin, Gebr. Mann, 1966, p. 147, n° 110.

28 Judith Weingarten, « Formulaic Implications of some Late Bronze Age Three-sided Prisms », dans Fragen und Probleme der Bronzezeitlichen Ägaïschen Glyptik Internationalen Marburger Siegel Symposium 5-7 September 1985, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Beiheft III, éd. par I. Pini, Berlin, Mann Verlag, 1989, p. 311.

29 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 130, fig. 91, J. Weingarten propose plutôt la représentation d’un vase mais accepte l’idée d’un bucrane (Judith Weingarten, art. cit., p. 311). S’il s’agit d’un vase, elle suggère que ce qui a été interprété comme de la fumée serait en réalité du sang ou du vin versés dans le vase. Dans les deux propositions, vase ou bucrane, c’est l’hypothèse d’un sacrifice qui est retenue.

30 Judith Weingarten, art. cit., p. 312, Elle ajoute à ce sceau « explicite » plusieurs sceaux représentant uniquement des animaux qu’elle pense destinés au sacrifice.

31 Il est communément admis que l’individu est jeune à cause de sa chevelure courte.

32 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 133.

33 Sceau en cornaline orange-rouge de forme amygdaloïde, 1,9 cm, Zurich, Männedorf, E. Bolmann, Dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par John Betts, Die Schweizer Sammlungen, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band X, Berlin, Gebr. Mann, 1980, p. 249, n° 278.

34 L’homme barbu semble avoir les cheveux raides.

35 Nota Dimopoulou-Rethemiotaki, The Archaeological Museum of Heraklion…op. cit, p. 153, Vase en pierre de la période néopalatiale, site d’Haghia Triada, 11,5 cm.

36 Robert Koehl, « The Chieftain Cup and a Minoan Rite of Passage », Journal of Hellenic Studies 106, 1986, p. 100.

37 Sceau en agate rubanée blonde et brune de forme prismatique triangulaire à faces très arrondies, 1,25 cm, Cabinet des médailles, Paris, achat en 1908, inv. Cdm M 6781, Dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Henri Van Effenterre et Micheline Van Effenterre, Cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale de Paris, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band IX, Berlin, Gebr. Mann, 1972, p. 236, n° 6D.

38 Ces deux personnages ont également été interprétés comme la représentation d’un jeune garçon aux cheveux courts sur la face B et d’une femme sur la face C, Ingo Pini, art. cit., p. 663, d’après une théorie de J. Younger.

39 Judith Weingarten, art. cit., p. 312.

40 Gösta Säflund, « Cretan and Theran Questions », dans Sanctuaries and Cults in the Aegean Bronze Age, Proceedings of the Fist International Symposium at the Swedish Institute in Athens, 12-13 May 1980, éd. par R. Hägg et N. Marinatos, Stockholm, Svenska Institutet i Athen, 1981, p. 198.

41 Robert Koehl, Aegean Bronze Age Rhyta, Philadelphia, INSTAP Academic Press, 2006.

42 Nanno Marinatos, « The Ideals of Manhood in Minoan Crete », dans Aegean Wall Painting, a Tribute to Mark Cameron, éd. par M. Lyvia, Londres, British School at Athens, 2005, p. 151.

43 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 137 et 202.

44 Johannes Maringer, « Priests and Priestesses Europe », History of Religions 17.2, 1977, p. 101, « leur caractère spécifique consiste à être investi par une communauté en tant que médiateurs surnaturels vers le monde transcendantal pour l’exécution du culte public ».

45 Les sceaux semblent être utilisés pour plusieurs fonctions. Ils peuvent être à la fois ex-voto dans les sanctuaires, talisman dans des jarres ou des tombes, ils étaient conservés dans des collections d’objets précieux ou servaient d’ornements. Ils peuvent également avoir servi dans le « cadre d’un contrôle de type administratif », comme scellés pour des offrandes religieuses ou encore être un moyen d’identification personnelle. Toutes ces possibilités rendent difficiles toutes interprétations des personnages représentés. (Jean-Claude Poursat, « Fonctions et usage des sceaux en Crète à l’époque des premiers palais : quelques remarques », dans Fragen und Probleme der Bronzezeitlichen Ägäischen Glyptic, Internationalen Marburger Siegel Symposium 5-7 September 1985, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Beiheft III, éd. par I. Pini, Berlin, Mann Verlag, 1989, p. 219, 221 et 223). Bien qu’A. Tamvaki pense que la glyptique est un art qui appartient à un cercle aristocratique dont les propriétaires font partie (Angela Tamvaki, « The Human Figure in the Aegean Glyptic of the Late Bronze Age : Some Remarks », dans Fragen und Probleme der Bronzezeitlichen Ägäischen Glyptic, Internationalen Marburger Siegel Symposium 5-7 September 1985, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Beiheft III, éd. par I. Pini, Berlin, Mann Verlag, 1989, p. 273).

46 Peinture murale ornant le mur sud de la pièce 5 de la Maison Ouest du site d’Akrotiri à Théra dans les Cyclades, Fresque de la parade navale, CR I, Thera MP, Dessin E. Fournier d’après un photographie publiée par Lyvia Morgan, The Miniature Wall Painting of Thera, a Study in Aegean Culture and Iconography, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, fig. 173.

47 Lyvia Morgan, The Miniature Wall Paintings of Thera, a Study in Aegean Culture and Iconography, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 102.

48 Fragment de vase en stéatite, 3 cm, site de Knossos, palais, Dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Arthur Evans, The Palace of Minos at Knossos: a Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan Civilization as Illustrated by the Discoveries at Knossos, vol. III, Londres, Hafner Publishing Co., 1964, p. 106, fig. 59.

49 Arthur Evans, The Palace of Minos at Knossos…op. cit., p. 106.

50 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 129.

51 Fragment d’une tête de figurine en terre cuite, h. 5 cm, site de Knossos, Dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Christian Zervos, L’art de la Crète Néolithique et Minoenne, Paris, Cahiers d’Art, 1956, p. 206, fig. 253.

52 Coquille marine taillée et peinte en forme de tête d’homme barbu, pièce d’incrustation, h. 4,6 cm, Dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Judith Shackleton, Sinclair Hood et Jonahan Musgrave, « The Ashmolean Shell Plaque AM 1938-537 », Annual of the Bristish School at Athens 82, 1987, pl. 44-45.

53 Judith Shackleton, Sinclair Hood et Jonahan Musgrave, art.cit., p. 283, La plaque a été publiée pour la première fois en 1928 par A. Evans. Il l’a acquise en Crète en 1894. La plaque a été donnée à l’Ashmolean Museum d’Oxford en 1938.

54 Arthur Evans, The Palace of Minos: a Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan Civilization as Illustrated by the Discoveries at Knossos, vol. II.1, Londres, Hafner Publishing and Co., 1964, p. 45.

55 Spyridon Marinatos, art. cit., p. 54, selon les mots d’A. Evans.

56 Judith Shackleton, Sinclair Hood et Jonathan Musgrave, art. cit., p. 290.

57 Soulignons que d’autres représentations de barbe ont été relevées sur des figurines d’Haghia Triada durant le MR IIIC mais qu’elles concernent des individus hybrides (Voir page 4 et 5, et la figure 1 page 5). Pour le rhyton, seul le visage a été représenté, il est donc impossible de savoir s’il s’agit d’un homme ou d’un être fantastique.

58 Rhyton plastique anthropomorphe, hauteur 17 cm, site de Phaistos, Musée d’Héraklion, inv. 5831 ou 32, dessin Emmanuelle Fournier d’après une photographie publiée par Robert Koehl, Aegean Bronze Age Rhyta, Philadelphia, INSTAP Academic Press, 2006, fig. 74, type I.

59 Le manque d’information sur la provenance des sceaux ne permet pas d’envisager qu’il puisse s’agir d’une mode régionale comme l’avait suggéré S. Hood (Judith Shackleton, Sinclair Hood et Jonahan Musgrave, art. cit., p. 291).

60 Masque en or dit d’Agamemnon, h. 25-27 cm, Tombe à fosse V du Cercle A de Mycènes, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 624, dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos : Heinrich Schliemann : The 100th Anniversary of his Death, National Archaeological Museum, 15th June – 2nd September 1990, Berlin Altes Museum 4th October 1990 – 15 January 1991, Athens, Ministry of Culure of Greece, 1990, p. 139, n° 1, fig. p. 138-140.

61 Masque en or, h. 30,3 cm, Tombe à fosse IV du Cercle A de Mycènes, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 259, Dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Pierre Demargne, Naissance de l’art grec, Paris, Gallimard, 2007, p. 157, fig. 105.

62 Carl Blegen, « Early Greek portraits », American Journal of Archaeology 66.3, 1962, p. 246, C.W. Blegen fait référence à l’impériale qui est une petite touffe de barbe placée sous la lèvre inférieure, associée à une moustache et qui a été mise à la mode par Napoléon III.

63 Onze têtes d’hommes barbus, l’or symbolise la peau et le nielle la barbe et les cheveux. Ces têtes ornaient une tasse d’argent. Elles ont été découvertes dans plusieurs endroits du palais de Pylos (Propylon, stoa 44 et rampe 59), Dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Carl Blegen et Marion Rawson, The Palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, Excavations Conducted by the University of Cincinnati 1939, 1952-1965 Directed by C. Blegen et M. Rawson, vol. I The Buildings and their Contents, part 1Text, Princeton, Princeton University Press, 1966, p. 237, fig. 261.

64 Tasse en argent ornée de vingt et une têtes d’hommes barbus en or et nielle, sept seulement sont conservées. Hauteur de la tasse 6 cm, diamètre 16,2 cm, Tombe à chambre 24 de Mycènes, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 2489, Dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Agnes Xenaki-Sakellariou et Christos Chatziliou, Peinture en métal à l’époque mycénienne : incrustation, damasquinage, niellure, Paris, Boccard, 1989, pl. X, 2 (catalogue n° 19).

65 Christos Tsountas et Irving Manatt, The Mycenaean Age, A Study of the Monuments and Culture of Pre-Homeric Greece, Londres, Macmillan and Co., 1897, p. 166-167; Plutarque, Vies tome XI, Cléomène IX.3, p 49.

66 Exemple de l’amphore bilingue d’Andokidès représentant le banquet d’Héraclès avec Athéna, datée d’environ 520 avant notre ère, conservée au Staatliche Antikensemmlungen, Munich.

67 Spyridon Marinatos, art. cit., p. B24.

68 Christos Tsountas et Irving Manatt, The Mycenaean Age… op. cit., p. 166-167.

69 Arthur Evans, The Prehistoric Tombs of Knossos: I the Cemetery of Zafer Papoura, II The Royal Tomb of Isopata, Londres, B. Quaritch, p. 115.

70 Emmanuelle Fournier, La toilette à l’Âge du Bronze dans le monde égéen : de l’objet aux intentions, Thèse de doctorat, soutenue le 20 novembre 2010, sous la direction de Mme Josette Renard, Université Paul Valéry, Montpellier III, Partie I, Chapitre I, II. C Les pinces à épiler et D Les rasoirs.

71 Sceau en améthyste de forme discoïde, diam. 1 cm, trouvé en 1952 par I. Papadimitriou, Tombe Г du Cercle B du site de Mycènes, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 8708, dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Agnes Sakellariou, Die Minoischen und Mykenischen Siegel…op. cit., p. 13, n° 5.

72 Carl Blegen, « Early Greek Portraits », American Journal of Archaeology 66.3, 1962, p. 247.

73 L’électrum est un alliage d’or et d’argent.

74 Hagen Biesantz, « Die Minoische Bildnisgemmen », Marburger Winckelmann Programm 1947-1958, 1958, p. 16.

75 Agnes Xenaki-Sakellariou, « Identité minoenne et identité mycénienne à travers les compositions figuratives » dans L’iconographie minoenne, Actes de la table ronde d’Athènes (21-22 avril 1983), Bulletin de Correspondance Hellénique Supplément 11, éd. par P. Darcque et J.-C. Poursat, Paris, Boccard, 1985, p. 309, elle soutient l’hypothèse que les deux tasses sont d’origine mycénienne et proviennent d’un même atelier. Elle complète son propos en précisant que les tasses et d’autres objets en métal mycéniens « semblent en effet inspirés du même prototype, mais diffèrent dans l’exécution et portent la marque d’ateliers distincts ». (Agnes Xenaki-Sakellariou et Christis Chatziliou, Peinture en métal à l’époque mycénienne : incrustation, damasquinage, niellure, Paris, Boccard, 1989, p. 14). Les tasses de Mycènes et de Pylos présentent une « différence de composants, qui atteste leur appartenance à des ateliers différents ». Cette distinction tend à démontrer que la tasse de Mycènes serait le « prototype » de la tasse de Pylos. (Agnes Xenaki-Sakellariou et Christis Chatziliou, Peinture en métal… op. cit., p. 17).

76 Les deux tasses ont été ornées par technique d’incrustation, (Robert Laffineur, « L’incrustation à l’époque mycénienne », Antiquité Classique 43, 1974, p. 12 et p. 15).

77 Agnes Xenaki-Sakellariou et Christis Chatziliou, Peinture en métal… op. cit., p. 30.

78 Carl Blegen, art. cit., p. 247 « it is not inconceivable that others might have wished to have a favorite wine cup similarly adorned ».

79 Cratère en terre cuite, une scène de chasse présentée en frise décore la panse du vase, dromos de la tombe K2 de Pylos, HR IIIC, dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Mabel Lang, The Palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, Excavations Conducted by the University of Cincinnati 1939, 1952-1965 Directed by C. Blegen et M. Rawson, vol. II, The Frescoes, Princeton, Princeton University Press, 1969, p. 226, fig. 289.

80 Bien que le casque soit orné de piques.

81 Vase aux guerriers, cratère en terre cuite, une procession de soldats est représentée sur la panse, hauteur 43 cm, diam 48-50,5 cm, Acropole de Mycènes, Maison du vase aux guerriers, HR IIIC, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 1426, dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Diana Zafiropoulou, The Prehistoric Collection, National Archaeological Museum, Athènes, Ministry of Culture, 2005, p. 34.

82 Applique en ivoire, hauteur 7,4 cm, tombe à chambre de Spata, HR IIIB, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 2055, dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Jean-Claude Poursat, Catalogue des ivoires mycéniens du Musée National d’Athènes, Athènes, École française d’Athènes, 1977, p. 161, pl. L, n° 466.

83 Paul Åström, The Cuirass Tomb and Other Finds at Dendra: Part 1, the Chamber Tombs, Göteborg, Paul Åström Forlag, 1977, p. 38, fig. 2, pl. XXXI, La stèle date probablement de la même période que le vase aux guerriers de Mycènes et certains suggèrent qu’il s’agit de la réalisation d’un même artiste.

Edmond Pottier, « Documents céramiques du Musée du Louvre », Bu1letin de Correspondance Hellénique 31, 1907, p. 247, « la couche de peinture [présente sur la stèle, a été] placée par-dessus des ornements plus anciens [présentant le même décor]. E. Pottier précise que la stèle a été remployée « dans une tombe rouverte à une époque postérieure », ce qui lui permet de « supposer que la peinture a pu être exécutée tout à la fin de la période mycénienne ou même du début de l’ère dorienne ». Il met en relation cette stèle avec le vase des guerriers (Fig.20), qu’il considère du même type.

84 Peinture murale, une procession, Palais de Pylos, mur nord-est du vestibule, HR III, Dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Mabel Lang, The Palace of Nestorop. cit., p. 38-40, fig. pl. N, n° 5H5.

85 Mabel Lang, The Palace of Nestorop. cit., p. 193.

86 Mabel Lang, The Palace of Nestorop. cit., p. 38.

87 Bague sceau en jaspe de forme elliptique, diam. 1,8 x 2,8 cm, Tombe à chambre 58, Mycènes, Helladique Récent, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 2852, dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Agnes Sakellariou, Die Minoischen und Myjenischen Siegel…op. cit., p. 105, n° 89.

88 A. Evans proposait de voir dans cette représentation l’illustration d’une partie des aventures de Gilgamesh tenant deux lions. Une histoire empruntée aux babyloniens dont quelques cylindres sont ornés de cette même scène (Arthur Evans, The Palace of Minos : a Comparative Account of the Successive stages of the Early Cretan Civilization as Illustrated by the Discoveries at Knossos, vol. IV.2, Londres, Hafner publishing and Co., 1964, p. 584).

89 Jacqueline Chittenden, « The Master of Animal », Hesperia 16.2, 1947, p. 110 et Angela Tamvaki, « The Seals and Sealings from the Citadel House Area: a Study in Mycenaean Glyptic and Iconography », Annual of the British School at Athens 69, 1974, p. 282, le thème montre majoritairement des lions ou des griffons dans une position héraldique. L’équivalent féminin est entouré par des sphinx (Angela Tamvaki, art. cit., p. 283).

90 Jacqueline Chittenden, art. cit., p. 110.

91 Edmund Bloedow, « On Hunting Lions in Bronze Age Greece », dans Melemata: Studies in Aegean Archaology, Presented by Malcolm H. Wiener as he Enters his 65th year, vol. I., Aegaeum 20, éd. PP. Betancourt, V. Karageorghis, R. Laffineur et W.D. Niemeier, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1999, p. 58.

92 John Younger, « The Mycenae-Vapheio Lion Group », American Journal of Archeology 82.3, 1978, p. 297 et Edmund Bloemund, « On Lions in Mycenaean and Minoan Culture », dans EIKΩN, Aegean Bronze Age Iconography: Shaping a Methodology, 4th International Aegean Conference, University of Tasmania, Hobart, 6-9 April 1992, Aegaeum 8, éd. R. Laffineur et J.L. Crowley, 1992, p. 295, il suggère que de véritables lions étaient maintenus en captivité ce qui expliquerait le réalisme des représentations (p. 297).

93 La tunique est également envisagée comme une tenue de prêtre sur les représentations mycéniennes. (Dora Vassilicou, Mycenaean Signet Rings of Precious Metals with Cult Scenes, Athens, The Archaeological Society at Athens 196, 2000, p. 45).

94 Le mot utilisé dans description du sceau réalisée dans le Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel I est « trône » mais le terme est à mon sens trop connoté. Agnes Xenaki-Sakellariou, Die Minoischen un Mykenischen Siegel …op. cit., p. 145, n° 128.

95 Bague Sceau en or de forme elliptique, diam 1,2 x 1,9 cm, Tombe à chambre 91, Mycènes, HR IIIA1, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 3181, dessin E. Fournier d’après un dessin publié par Agnes Sakellariou, Die Minoischen und Myjenischen Siegel…op. cit., p. 145, n° 128.

96 André Dessenne, « Le griffon créto-mycénien : inventaire et remarques », Bulletin de Correspondance Hellénique 81, 1957, p. 203-208.

97 Ibid., p. 208. A. Dessenne pense que le thème a été emprunté à l’art syrien.

98 Ibid. p. 210.

99 Ibid., p. 212, note 3. A. Tamvaki a noté également beaucoup plus de violence dans ce sceau mycénien qu’il n’y en a dans les sceaux minoens traditionnels. Une violence qui est caractéristique des sceaux orientaux où les hommes maintiennent les animaux par le cou ou par les pattes (Angela Tamvaki, « The Seal and Sealings from the Citadel House Area : A Study in Mycenaean Glyptic and Iconography », Annual of the British School at Athens 69, 1974, p. 283).

100 Agnes Xenaki-Sakellariou, Die Minoischen und Myjenischen Siegel…op. cit., p. 257, n° 223, sceau en jaspe, diamètre 2,1-2,25 cm, forme lentoïde, site de Vaphio, conservé au Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 1761, homme et griffon.

101 Figurine en terre cuite, hauteur 14,5 cm, Acropole de Mycènes, HR IIIB, Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 1203, dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos…op. cit., p. 324, n° 285, fig. p. 325.

102 Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos…op. cit., p. 324 « this figurines belongs to French’s class of « unusual figurines » (Ces figurines appartiennent à la catégorie des figurines inhabituelles de French).

103 Figurine en terre cuite, Centre cultuel de Mycènes, HR IIIB, dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Andrew D. Moore et William D. Taylour, Elizabeth B. French et K.A. Wardle, Well Built Mycenae : The Helleno-British Excavation Within the Citadel at Mycenae, 1959-1969, Fascicule 10, The Temple Complex, Oxford, Oxford books, 1999, pl. 19, a, b.

104 E. French pense que ces figurines sont de sexe féminin notamment à cause de la position relevée de leurs bras, Elizabeth French, « Mycenaean Figures and Figurines, their Typology and Function », dans Sanctuaries and Cults in the Aegean Bronze Age, Proceedings of the First International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 12-13 May 1980, éd. par R. Hägg et N. Marinatos, Stockholm, Svenska Institutet i Athen, 1981, p. 173.

105 Figurine en terre cuite, habitat, site d’Asinè, HR IIIC, dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Otto Frödin et Axel Persson, Asine : Results of the Swedish Excavations, 1922-1930, Stockholm, Generalstabens litografiska anstalts förlag i distribution, 1938, p. 307, fig. 211.

106 Tête d’une figurine en terre cuite, Sanctuaire ouest, pièce A, site de Phylakopi, île de Melos, Cyclades, HR IIIA1, Dessin E. Fournier d’après une photographie publiée par Colin Renfrew et Penelope Mountjoy, The Archaeology of Cult. The Sanctuary at Phylakopi, Londres, British School of Archaeology at Athens, Supplementary volume 18, Thames and Hudson, 1985, pl. 34, a et b, n° SF2672, p. 216, 221-222. D’autres figurines ont été découvertes dans cette même pièce, certaines dans des niches, d’autres à même le sol. C Renfrew ne précise pas d’où provient exactement la figurine barbue. Elle semble, en tout cas, unique en son genre. La chapelle ouest a semble-t-il été construite durant l’HR IIIA1 et détruite par un tremblement de terre ou une attaque durant l’HR IIIC2.

107 Hagen Biesantz, « Die Minoische Bildnisgemmen », Marburger Winckelmann Programm 1947-1958, 1958, p. 15; Carl Blegen, art. cit., p. 246.

108 John Younger, « The Iconography of Rulership in the Aegean: A Conspectus », dans The Role of the Ruler in the Prehistoric Aegean, Aegaeum 11, éd. par. P. Rehack, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1995, p. 165-166, Il a recensé quatre vingt onze portraits.

109 Arthur Evans, The Palace of Minos: a Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan Civilization as Illustrated by the Discoveries at Knossos, vol. I, Londres, Hafner publishing and Co., 1964, p. 9.

110 Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos…op. cit., p. 139.

111 Ibid., p. 9-25.

112 Ibid., , art. cit., p. 13.

113 Ingo Pini, « Minoische ‘Porträts’? », dans Meletemata: Studies in Aegean Archaeology presented to Malcolm H. Wiener as he enters his 65th year, vol. III, Aegaeum 20, éd. par PP. Betancourt, V. Karageorghis, R. Laffineur et W.D. Niemeier, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1999, p. 661.

114 Carl Blegen, art. cit., p. 246, Spyridon Marinatos, art. cit., p. B7.

115 Ibid., p. 246-247.

116 Ibid., p. 246.

117 Karen Polinger Foster, « Visage and Likeness in Minoan Art », dans TEXNH: Craftmen, Craftwomen and Craftmanship in the Aegean Bronze Age, Aegaeum 16, éd. par R. Laffineur et P.P. Betancourt, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1997, p. 127 et p. 130.

118 De nombreuses recherches reviennent sur le sujet comme celle d’Olivier Pelon, « Royauté et iconographie royale dans la Crète minoenne », dans Politeia : Society and State in the Aegean Bronze Age, Proceedings of the 5th International Aegean Conference/5e rencontre égéenne internationale, University of Heidelberg, Archäologisches Institut, 10-13 April 1994, vol. II, Aegeaum 12, éd. par R. Laffineur et W.D. Niemeier, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1995, p. 309-319; John Younger, art. cit., p. 151-211; Helen Hughes-Brock et Lucy Goodison, « Helen Waterhouse and her ‘Priest-king?’ Paper », Cretan Studies 7, 2002, p. 89-96; Helen Waterhouse †, art. cit., p. 245-270; Alexandre Farnoux, « La fondation de la royauté minoenne: XXème siècle avant ou après Jésus-Christ? », dans Politeia: Society and State in the Aegean Bronze Age, Proceedings of the 5th International Aegean Conference/5e rencontre égéenne internationale, Universty of Heidelberg, Archäologisches Institut, 10-13 April 1994, vol. II, Aegeaum 12, éd. par R. Laffineur et W.D. Niemeier, Université de Liège, University of Texas at Austin, 1995, p. 323-334.

119 Karen Polinger Foster, art. cit., p. 134, elle pense notamment à une entité bureaucratique.

120 Ingo Pini, art. cit., p. 661-670.

121 Ibid., p. 663.

122 Ibid., p. 665.

123 Angela Tamvaki, art. cit., p. 272.

124 Ibid., p. 262.

125 Karen Polinger Foster, art. cit., p. 139.

126 Jean-Claude Poursat, L’art égéen 1, Grèce, Cyclades, Crète jusqu’au milieu du IIe millénaire av. J.-C., Paris, Picard, 2008, p. 210.

127 Carl Blegen, art. cit., p. 245.

128 Spyridon Marinatos, art. cit., B36-38.

129 Nanno Marinatos, Minoan Religion… op. cit., p. 201.

130 Michal Dayagi-Mendels, Perfumes and Cosmetics…, op. cit, p. 9.

131 Ibid., p. 60.

132 Ibid., p. 66.

133 Ibid., p. 66.

Top of page

Fig. 1 - Figurine d’Haghia Triada, Figurine en terre cuite, représentation d’êtres hybrides, mi-homme, mi animal, figurines souvent considérées comme des sphinx.
Lieu de découverte : Sanctuaire d’Haghia Triada, Datation : MR IIIC, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, HM 3084 - Référence : George Rethemiotakis, Minoan clay figures and figurines, Athens, The Archaeological Society at Athens n° 219, 2001, p. 79, fig. 94. (Dessin d’E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-1.jpg
image/jpeg, 268k
Fig. 2 - Sphinx de Malia, Applique en terre cuite en forme de sphinx provenant de la décoration d’un vase tronconique ou conique (rhyton ?) corps de lion et tête humaine, inspiration égyptienne
Dimensions : hauteur 6,9 cm, longueur 9 cm, épaisseur 0,6 cm, Lieu de découverte : Secteur VII4, Quartier Mu, Site de Malia, Datation : MM II, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, inv. 19818, Référence : Nota Dimopoulou-Rethemiotaki, The Archaeological Museum of Heraklion, Athènes, John S. Latsis, 2005, p. 228-229, Jean-Claude Poursat, « Chapitre IV, Figurines et reliefs d’applique, B. Reliefs d’applique moulés », dans B. Détournay et J.-C. Poursat et F. Vandenabeele, Le quartier Mu 2, vases de pierre et de métal, vannerie, figurines et reliefs, éléments de parure et de décoration, armes, sceaux et empreintes, Études Crétoises 26, École française d’Athènes, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1980, p. 116-118, fig. 165, n° 169. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-2.jpg
image/jpeg, 240k
Fig. 3 - Sceau de Vaphio, Sceau en onyx de forme amygdaloïde, un individu barbu est représenté. Sa coiffure n’est pas clairement définie mais semble courte. Il tient un objet dans sa main gauche identifié comme une hache syrienne
Dimensions : 0,90 x 1,85 cm, Lieu de Découverte : Site de Vaphio, Datation : MM III-MR I, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 1798, Référence : Agnes Sakellariou, Die minoischen und mykenischen siege des nationalmuseums in Athen, Corpus der Minoischen und Mykenischen Siegel, Band I, Berlin, Verlag Gebr. Mann, p. 258, n° 225. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-3.jpg
image/jpeg, 440k
Fig. 4 - Sceau d’Anopolis, Sceau montrant le visage d’un homme barbu entouré de bovins
Dimensions : Diamètre 6,5 cm, Lieu de Découverte : Anopolis, acheté en 1915, Datation : ?, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, inv. 1193, Référence : Nikolaos Platon et Ingo Pini, Iraklion archäologisches museum, Corpus der Minoische und Mykenische Siegel, Band II, teil 3, Berlin, Gerb. Mann Verlag, 1984, p. 230, n° 196. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-4.jpg
image/jpeg, 248k
Fig. 5 - Sceau du Petit Palais de Knossos, Sceau en stéatite noire de forme lentoïde, Face A tête d’un homme barbu représenté de profil. Il porte de cheveux mi-longs et un bouc long et pointu. Face B tête d’un animal
Dimensions : 1.4 x 1.5 cm, Lieu de découverte : Petit Palais, site de Cnossos, Datation : MM III-MR I, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, inv. n° 1419, Référence : Nikolaos Platon et Ingo Pini, Iraklion archäologisches museum, Corpus der Minoische und Mykenische Siegel, Band II, teil 3, Berlin, Gerb. Mann Verlag, 1984, p. 16, n° 13. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-5.jpg
image/jpeg, 184k
Fig. 6 - Sceau au bucrane, Sceau en hématite de forme prismatique trilatérale, un homme barbu accompagné d’un arc et d’une flèche
Dimensions : 1.1 x 2.1 cm, Lieu de Découverte : ?, Datation : ?, Lieu de conservation : Collection particulière : SLG. Hon. Robert Erskine, Référence : Victor Kenna, Die Englishchen privat sammlungen, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band VIII, Berlin, Gebr. Mann, 1966, p. 147, n° 110. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-6.jpg
image/jpeg, 232k
Fig. 7 - Sceau – Homme barbu et jeune homme, Sceau en cornaline orange-rouge de forme amygdaloïde, deux individus sont représentés, l’un barbu et aux cheveux mi-longs, l’autre aux cheveux courts. Un objet non identifiable se trouve au-dessus de leur tête
Dimensions : Longueur 1.90 cm, Lieu de Découverte : ?, Datation : ?, Lieu de conservation : Zurich, (Männedorf), E. Bolmann, Référence : John Betts, Die Schweizer Sammlungen, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band X, Berlin, Gebr. Mann, 1980, p. 249, n° 278. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-7.jpg
image/jpeg, 260k
Fig. 8 - Sceau – Homme barbu et deux autres personnages, Sceau en agate rubanée blonde et brune de forme prismatique triangulaire à faces très arrondies, Face A : un homme barbu avec les cheveux mi-long et une frange, Face B : un personnage aux cheveux courts et bouclés, Face C : un personnage arborant des mèches et des cheveux bouclés. La coiffure étonnamment représentée laisse supposer qu’une partie de la chevelure pourrait être rasée
Dimensions : longueur 1.25 cm, Largeur 1.2, 1.3, 1.2 cm, Lieu de Découverte : ?, Datation : ?, Lieu de conservation : Paris, Cabinet des médailles, achat en 1908, numéro d’inventaire CdM. M 6781, Référence : Henri Van Effenterre et Micheline Van Effenterre, Cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale de Paris, Corpus der Minoische und Mykenischen Siegel, Band IX, Berlin, Gebr. Mann, 1972, p. 236, n° 6D. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-8.jpg
image/jpeg, 244k
Fig. 9 - Peinture miniature de Théra – Détail, Fresque de la parade navale, Sur le bateau le personnage tenant la barre porte une coiffure spécifique à son grade de marin (cheveux courts et mèche à l’arrière du crâne). Il semble également porter une barbichette donnant une forme allongée à son menton
Lieu de Découverte : Mur sud de la pièce 5 de la maison Ouest du site d’Akrotiri de l’île de Théra, Datation : CR I, Lieu de conservation : Théra MP, Référence : Lyvia Morgan, The miniature wall painting of Thera, a study in Aegean culture and iconography, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, fig. 173. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-9.jpg
image/jpeg, 200k
Fig. 10 - Fragment de vase – Palais de Knossos, Fragment d’un vase en stéatite montrant un homme barbu
Dimensions : Le fragment mesure 3 cm, Lieu de Découverte : Trouvé au nord-est du palais de Knossos, Datation : MR IA, Lieu de conservation : ?, Référence : Arthur Evans, The palace of Minos at Knossos : a comparative account of the successive stages of the Early Cretan civilization as illustrated by the discoveries at Knossos, vol. III, Londres, Hafner Publishing Co., 1964, p. 106, fig. 59, Christiane Zervos, L’art de la Crète Néolithique et Minoenne, Éditions “Cahiers d’art”, Paris, 1956, fig. 481. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-10.jpg
image/jpeg, 676k
Fig. 11 - Figurine de Cnossos, Fragment de la tête d’une figurine en terre cuite
Dimensions : h. 5 cm, Lieu de Découverte : Site de Cnossos, Datation : MMI, Lieu de conservation : ?, Référence : Christian Zervos, L’art de la Crète Néolithique et Minoenne, Paris, Cahiers d’Art, 1956, p. 206, fig. 253. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-11.jpg
image/jpeg, 220k
Fig. 12 - Coquille de l’Ashmolean Museum, Coquille marine taillée et peinte en forme de tête d’homme barbu. L’ensemble était une pièce d’incrustation, il s’agit probablement d’une applique décorative
Dimensions : Hauteur 4,6 cm, Lieu de découverte : Achetée par Evans en 1894 en Crète, site de Phaistos ?, Datation : MM I-II, Lieu de conservation : Ashmolean Museum, Oxford, 1938.537, Référence : Judith Shackleton, Sinclair Hood et Jonahan Musgrave, « The Ashmolean Shell Plaque AM 1938-537 », Annual of the Bristish School at Athens 82, 1987, pl. 44-45. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-12.jpg
image/jpeg, 176k
Fig. 13 - Rhyton de Phaistos, Rhyton plastique anthropomorphe représentant une tête d’homme barbu
Dimensions : Hauteur 17 cm, Lieu de Découverte : Site de Phaistos, Datation : MR III, Lieu de conservation : Musée d’Héraklion, inv.5831 ou 32, Référence : Robert Koehl, Aegean Bronze Age Rhyta, Philadelphia, INSTAP Academic Press, 2006, fig. 74, type I. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-13.jpg
image/jpeg, 216k
Fig. 14 - Masque d’Agamemnon, Masque en or dit d’Agamemnon
Dimensions : hauteur 25 cm, largeur 27 cm, Lieu de découverte : Tombe à fosse V du Cercle A de Mycènes, Datation : HR I, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. n° 624, Référence : Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos : Heinrich Schliemann : The 100th anniversary of his death, National Archaeological Museum, 15th June – 2nd Septembre 1990, Berlin Altes Museum 4th October 1990 – 15 January 1991, Ministry of Culture of Greece, Athènes, 1990, p. 139, n° 1, fig. p. 138-140. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-14.jpg
image/jpeg, 284k
Fig. 15 - Masque de Mycènes, Masque en or
Dimensions : hauteur 30,3 cm, Lieu de découverte : Tombe à fosse IV du Cercle A de Mycènes, Datation : HR I, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. n° 259, Référence : Pierre Demargne, Naissance de l’art grec, Paris, Gallimard, 2007, p. 157, fig. 105. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-15.jpg
image/jpeg, 184k
Fig. 16 - Têtes en or et nielle de Pylos, 11 têtes. L’or symbolise la peau et le nielle la barbe et les cheveux, Elles ornaient une tasse en argent
Dimensions : Tête la plus petite 1,3 x 1,7 cm, Tête la plus grande 2 x 1,5 cm, Lieu de Découverte : elles ont été découvertes en plusieurs endroits du palais de Pylos, notamment les Propylon, la Stoa 44 et la rampe 59, Datation : HR IIIB-C, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 7842, 7843, Référence : Carl Blegen et Marion Rawson, The palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, Excavations conducted by the Unversity of Cincinnati 1939, 1952-1965 directed by C. Blegen et M. Rawson, vol. I The buildings and their contents, part 1 text, Princeton, Princeton University Press, 1966, p. 237, fig. 261. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-16.jpg
image/jpeg, 244k
Fig. 17 - Tasse en argent de Mycènes, Tasse en argent ornée de 21 têtes en or et nielle (7 seulement conservées). Les visages masculins sont barbus
Dimensions : hauteur de la tasse 6 cm, diamètre 16,2 cm, Lieu de Découverte : Tombe à chambre 24 de Mycènes, Datation : Helladique Récent, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 2489, Référence : Agnes Xenaki-Sakellariou et Christos Chatziliou, Peinture en métal à l’époque mycénienne : incrustation, damasquinage, niellure, Paris, Boccard, 1989, pl. X, 2 (catalogue n° 19). (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-17.jpg
image/jpeg, 268k
Fig. 18 - Sceau de Mycènes, Sceau en améthyste de forme discoïde
Dimensions : diamètre 1 cm, Lieu de Découverte : Trouvé en 1952 par I. Papadimitriou, Tombe Г du cercle B du site de Mycènes, Datation : HM-HR, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 8708, Référence : Agnes Sakellariou, Die minoischen und mykenischen siegel des nationalmuseums in athen, Corpus der minoischen und mykenischen siegel, Band I, Akademie der Wissenchaften und der literatur Mainz, Verlag Gebr. Mann, Berlin, 1964, p. 13, n° 5. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-18.jpg
image/jpeg, 200k
Fig. 19 - Vase au chasseur de Pylos, Cratère en terre cuite peint. Le décor montrant une scène de chasse se présente en frise. Le chasseur est barbu
Lieu de Découverte : Dromos de la tombe K2, site de Pylos, Datation : HR IIIC, Lieu de conservation : ?, Référence : Mabel Lang, The Palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, Excavations conducted by the University of Cincinnati 1939, 1952-1965 directed by C. Blegen et M. Rawson, vol. II, The Frescoes, Princeton, Princeton University Press, 1969, p. 226, fig. 289. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-19.jpg
image/jpeg, 240k
Fig. 20 - Vase aux guerriers de Mycènes, Cratère en terre cuite peint, corps semi globulaire, le décor représente une frise de soldats avançant vers la droite
Dimensions : hauteur 43 cm, diamètre 48-50,5 cm, Lieu de Découverte : Acropole de Mycènes, Maison du vase aux guerriers, Datation : HR IIIC, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 1426, Référence : Diana Zafiropoulou, The prehistoric collection, National Archaeological Museum, Athènes, Ministry of Culture, 2005, p. 34. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-20.jpg
image/jpeg, 368k
Fig. 21 - Applique en ivoire de Spata, Tête de guerrier casqué en ivoire, pièce d’applique en relief, L’homme semble barbu
Dimensions : hauteur 7,4 cm, Lieu de Découverte : Tombe à chambre de Spata, Datation : HR IIIB, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 2055, Référence : Jean-Claude Poursat, Catalogue des ivoires mycéniens du Musée National d’Athènes, Athènes, École française d’Athènes, p. 161, pl. L, n° 466. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-21.jpg
image/jpeg, 188k
Fig. 22 - Stèle peinte de Mycènes, Détail d’une stèle peinte de Mycènes. Cinq guerriers lourdement armés sont représentés. Ils semblent barbus
Lieu de Découverte : Tombe, site de Mycènes, Datation : HR IIIC, fin de la période mycénienne, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 3256, Référence : Paul Åström, The Cuirass Tomb and Other Finds at Dendra : Part 1, the chamber Tombs, Göteborg, Paul Åström Forlag, 1977, p. 38, fig. 2, pl. XXXI. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-22.jpg
image/jpeg, 400k
Fig. 23 - Peinture murale de Pylos : Détail, Peinture murale numéroté 5H5, faisant partie d’un ensemble de personnages en procession
Lieu de Découverte : Palais de Pylos, mur nord est du vestibule, Datation : Fin du palais de Pylos, HR III, Description : Deux hommes barbus font partie d’un ensemble de quatre hommes à la peau foncée tenant soit des tables, soit des châssis. Ils participent probablement à une procession, Référence : Mabel L. Lang, The Palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, Excavations conducted by the University of Cincinnati 1939, 1952-1965 directed by C.W. Blegen et M. Rawson, vol. II, The Frescoes, Princeton University Press, Princeton, 1969, n° 5H5. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-23.jpg
image/jpeg, 260k
Fig. 24 - Bague sceau du maître des animaux de Mycènes, Bague sceau en jaspe de forme elliptique
Dimensions : diamètre 1.8 x 2.8 cm, Lieu de Découverte : Mycènes, tombe à chambre 58, Datation : Helladique Récent, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, numéro d’inventaire 2852, Référence : Agnes Sakellariou, Die minoischen und mykenischen siegel des nationalmuseums in athen, Corpus der minoischen und mykenischen siegel, Band I, Akademie der Wissenchaften und der literatur Mainz, Verlag Gebr. Mann, Berlin, 1964, p. 105, n° 89. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-24.jpg
image/jpeg, 396k
Fig. 25 - Bague sceau de Mycènes, Bague sceau en or de forme elliptique, Un homme tenant en laisse un griffon
Dimensions : diamètre 1.2 x 1.9 cm, Lieu de Découverte : Mycènes, tombe à chambre 91, Datation : HR IIIA1, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. 3181, Référence : Agnes Sakellariou, Die minoischen und mykenischen siegel des nationalmuseums in athen, Corpus der minoischen und mykenischen siegel, Band I, Akademie der Wissenchaften und der literatur Mainz, Verlag Gebr. Mann, Berlin, 1964, p. 145, n° 128. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-25.jpg
image/jpeg, 312k
Fig. 26 - Figurine de Mycènes, Figurine en terre cuite
Dimensions : hauteur 14,5 cm, largeur 6 cm, Lieu de découverte : Acropole de Mycènes, Datation : HR IIIB, Lieu de conservation : Musée Archéologique National d’Athènes, inv. n° 1203, Référence : Katie Demakopoulou, Troy, Mycenae, Tiryns, Orchomenos : Heinrich Schliemann : The 100th anniversary of his death, National Archaeological Museum, 15th June – 2nd Septembre 1990, Berlin Altes Museum 4th October 1990 – 15 January 1991, Ministry of Culture of Greece, Athènes, 1990, p. 324, n° 285, fig. p. 325. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-26.jpg
image/jpeg, 200k
Fig. 27 - Figurine du Centre Cultuel de Mycènes, Figurine en terre cuite, coiffure composée de mèches
Lieu de découverte : Centre cultuel, site de Mycènes, Datation : HR IIIB, Lieu de conservation : ?, Référence : Andrew D. Moore et William D. Taylour, Elizabeth B. French et K.A. Wardle, Well built Mycenae : The Helleno-British excavation within the Citadel at Mycenae, 1959-1969, Fascicule 10, The Temple Complex, Oxford, Oxford’books, 1999, pl. 19, a, b. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-27.jpg
image/jpeg, 156k
Fig. 28 - Figurine d’Asinè, Tête d’une figurine en terre cuite, menton proéminant laissant supposer une barbe
Lieu de Découverte : Habitat, site d’Asinè, Datation : HR IIIC, Lieu de conservation : ?, Référence : Otto Frödin et Axel Persson, Asine : Results of the Swedish excavations, 1922-1930, Stockholm, Generalstabens litografiska anstalts förlag i distribution, 1938, p. 307, fig. 211. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-28.jpg
image/jpeg, 180k
Fig. 29 - Figurine de Phylakopi, Tête d’une figurine en terre cuite, barbe saillante et rehaussée de couleur
Lieu de Découverte : Sanctuaire ouest, pièce A, site de Phylakopi à Mélos, Datation : HR IIIA1, Lieu de conservation : ?, Référence : Colin Renfrew et Penelope Mountjoy, The archaeology of cult. The sanctuary at Phylakopi, Londres, British School of Archaeology at Athens, supplementary volume 18, Thames and Hudson, 1985, pl. 34, a et b, n° SF2672, p. 216, 221-222. (Dessin E. Fournier)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1250/img-29.jpg
image/jpeg, 181k
Top of page

References

Electronic reference

Emmanuelle Fournier, « La barbe et les barbus à l’Âge du Bronze dans le monde égéen », Apparence(s) [Online], 5 | 2014, Online since 20 February 2014, Connection on 20 October 2017. URL : http://apparences.revues.org/1250

Top of page

Author

Emmanuelle Fournier

Emmanuelle Fournier est docteure en Archéologie et histoire de l’art (2010) et membre laboratoire Archéologie et Sciences de l’Antiquité, UMR 7041, Protohistoire Égéenne, Nanterre. Ses travaux portent sur les soins corporels à l’Âge du Bronze dans le monde égéen : culture matérielle et pratiques. Elle a publié : « Les dépôts d’objets de toilette dans le monde égéen durant l’Âge du Bronze », dans Du matériel au spirituel, Réalités archéologiques et historiques des « dépôts » de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIXe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, éd. par S. Bonnardin, C. Hamon, M. Lauwers, B. Quilliec, Antibes, Éditions APDCA, Centre d’études préhistoire, Antiquité, Moyen-âge, Ville d’Antibes, 2010, p. 239-245 ; « Les peintures corporelles au Bronze Ancien dans les Cyclades », dans Décors des corps, éd. par G. Boëtsch, D. Chevé, H. Claudot-Hawad, Paris, CNRS Éditions, IREMAM, 2010, p. 141-148.
Emmanuelle Fournier is doctor in Archaeology and Art History (2010) and member of the Laboratory « Archéologie et Sciences de l’Antiquité, UMR 7041, Protohistoire Égéenne » in Nanterre. Her research focuses on bodily adornment during the Aegean Bronze Age encompassing both the material culture and social practices of self-adornment. She has published articles on the selective deposition of cosmetic kits and other items associated with personal toilette - most notably : “Les depots d’objets de toilette dans le monde égéen Durant l’Âge du Bronze », in Du matériel au spirituel, Réalités archéologiques et historiques des « dépôts » de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIXe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, éd. by S. Bonnardin, C. Hamon, M. Lauwers, B. Quilliec, Antibes, Éditions APDCA, Centre d’études préhistoire, Antiquité, Moyen-âge, Ville d’Antibes, 2010, p. 239-245 ; « Les peintures corporelles au Bronze Ancien dans les Cyclades », in Décors des corps, éd. by G. Boëtsch, D. Chevé, H. Claudot-Hawad, Paris, CNRS Éditions, IREMAM, 2010, p. 141-148.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page