Skip to navigation – Site map

« Hair Studies » : une bibliographie

Pour une historiographie de la pilosité (cheveux et poils)
Jean Da Silva

Abstracts

The following bibliography (140 references) comprises books and articles which offer a significant perspective on the engagement of human beings with hairiness. This list therefore provides the most essential reading (medicine, history, psychology, psychoanalysis, anthropology, sociology, ethnology, etc.) with the aim to construct the historiography of hair studies.

Top of page

Full text

1Les 142 références que présente cette bibliographie renvoient à des ouvrages imprimés et des articles de revues où est adopté un point de vue significatif sur le rapport que l’homme entretient avec sa pilosité.

2Les textes traitant spécifiquement des soins dermatologiques de même que ceux considérant la coiffure selon une approche exclusivement stylistique et technique ont été délibérément écartés et n’ont été conservés que ceux qui, à des titres divers, permettent de construire une histoire des représentations collectives de la pilosité — des cheveux aux mollets.

3À ce titre, l’organisation chronologique de cette bibliographie révèle certaines évolutions.

4Si du XVIIe au XVIIe siècle les considérations portent essentiellement sur la pilosité masculine, en particulier sur la barbe, c’est à la fin du XIXe siècle que les médecins s’intéressent indifféremment à la pilosité féminine et masculine (Ledouble, A.F. & Houssay, 1912). De la pilosité faciale l’attention s’est alors déplacée sur la pilosité corporelle et celle du pubis en particulier, ceci dans le contexte de la médicalisation de la sexualité et du développement de la criminologie.

5C’est au milieu du XXe siècle que la pilosité féminine devient l’objet d’attentions spécifiques quand, de médical, l’intérêt devient moral et psychologique mais aussi esthétique , ceci alors que se développent les pratiques de la nudité collective, naturiste ou non. (Cottaz,1954/Leach,1958/Hallpike, 1969 ).

6Dans le contexte post colonial l’ethnographie a trouvé aussi son mot à dire sur la pilosité dans les études qui portent sur les populations d’Amérique du sud (Praz Obrebon, 1989/Erikson, 1992/Goulard, 2010), mais aussi d’Asie (Hershman, 1974/Obeyesekere, 1981/Hiltebeitel & Miller, 1998).

7Enfin la pilosité féminine devient, à partir de 1990, un objet d’étude particulièrement fécond en Amérique du nord dans le cadre d’un militantisme féministe (Basow, 1991/Peixoto Labre, 2002).

8Depuis une vingtaine d’années, la pilosité faciale masculine suscite une attention particulière dans des études portant sur les populations musulmanes (Hope, 1982/Delaney, 1994/Bayard, 1996/Benkhiera, 1997)/Fliche, 2000/Taïfi, 2003/Bromberger, 2005).

9C’est ainsi que la pilosité a donné lieu à des débats et échanges particuliers dans des champs intellectuels divers. La pratique de l’épilation a préoccupé les hellénistes (Slater, 1968/Kilmer, 1982/Chuvin, 1985). La symbolique de la pilosité a donné lieu à des débats méthodologiques entre psychologues, sociologues et ethnologues (Berg, 1936/Leach, 1958/Hallpike, 1969/Obeyesekere, 1981). Les études de genres donnent à la question de la pilosité féminine une portée identitaire et revendicatrice (Basow, 1991/Basow & Braman, 1998/Tiggemann & Kenyon, 1998/Basow & Willis, 2001/Tiggemann & Lewis, 2004/Toerien & Wilkinson, 2004/Toerien & Wilkinson & Choi, 2005/, Lesnik-Oberstein, 2006).

10Enfin, et plus récemment encore, la pilosité est envisagée comme une image de l’organicité du corps (Karadimas, 2010/Bromberger, 2011).

11La bibliographie des études ayant trait à la pilosité connait ainsi des développements particuliers en fonction des évolutions politiques, sociales et intellectuelles ; cela peut permettre de comprendre comment ces dernières affectent l’individu dans son quotidien et son intimité. C’est pourquoi, loin d’indiquer simplement des sources documentaires propres à fournir certaines informations et analyses sur les pratiques sociales ayant trait à la pilosité, cette bibliographie a pour vocation d’offrir un matériau privilégié pour construire et comprendre l’historiographie des études savantes concernant la pilosité.

Top of page

Bibliography

Ouvrages et articles

XVIIe siècle

Dolois Louis Guyon, « Pour faire tomber le poil là où il est indécent d’y en avoir », dans Le Cours de médecine en français, contenant le miroir de beauté et santé corporelle, Lyon, Guillaume Barbier, 1659, chap. 3. Dans ce traité de médecine et de cosmétologie cet « expert en parties secrètes de demoiselle » blâme « les mères qui s’efforcent d’enlever à leurs filles les poils du ventre (...). La touffe se porte moussue et chacune doit avoir sain de la conserver et garder. »

Thiers Jean-Baptiste (Abbé), Histoire des perruques où l’on fait voir leur origine, leur usage, leur forme, l’abus et l’irrégularité de celle des Ecclésiastiques, Aux dépens de l’Auteur, à Paris, 1690, Rééd. : Avignon, Louis Chambeau, 1777 et Kessinger Pub Co, 2009.
Cette histoire des perruques et des coiffes, mais aussi du port de la barbe et de la teinte des cheveux (de l’Antiquité au XVIIe) fut écrite en outre de manière à prouver aux ecclésiastiques qu’ils devaient abandonner le port de la perruque. Elle peut aussi être vue comme une critique des extravagances des tenues masculines de la noblesse par ce théologien curé de Champrond en1666.

De Graaf Regnatus, « Des parties des femmes qui servent à la génération », « Le poils de la partie honteuse », dans Histoire anatomique des parties géniales de l’homme et de la femme, qui servent à la génération, Bâle, Emmanuel-Jean-George Konig, 1699, p. 7-9.
Affirme que l’usage du poil est « principalement de cacher les parties honteuses », mais remarque que les femmes d’Italie et du Levant l’arrachent comme chose malpropre et malséante. »

XVIIIe siècle

Motteley Ch. M. (publi.), notice « Barbier » du volume 2 de l’Histoire des modes françaises, ou révolution du costume en France depuis l’établissement de la monarchie jusqu’à nos jours contenant tout ce qui concerne la tête des français avec des recherches sur l’usage des chevelures artificielles chez les anciens, à Amsterdam, se trouve chez Costard, 1773. Réédition : Histoire des révolutions de la Barbe des Français, depuis l’origine de la Monarchie, Paris, Ponthieu, 1826.
Cette première monographie, où il n’est question que de la tête des hommes, sera ensuite régulièrement citée voire plagiée.

Fangé Augustin (Dom), Mémoires pour servir à l’histoire de la barbe de l’homme, Liège, Jean-François Broncart, 1774.
Un ouvrage encyclopédique sur la barbe : de l’origine du mot à celle des poils. Répond aux questions : pourquoi les femmes n’ont point de barbe ? la barbe croit-elle aux morts ? Décrit la barbe chez les différents peuples (Goth, Lombard, Gaulois, Germains, turcs, chinois, tartares indiens) de même que les croyances et cultes liés à la barbe : barbes prodigieuse, barbes offertes aux dieux.

Dulaure Jacques-Antoine, Pogonologie, ou histoire philosophique de la barbe, à Constantinople et se trouve à Paris chez Le Jay, Paris, 1786.
Par l’inventeur du pantographe et un futur jacobin, un ouvrage divisé en onze chapitres : De la barbe, De quelques mentons rasés, Femmes barbues, Que les longues barbes sont salutaires, Barbes postiches, Barbes dorées, Moustaches, Barbes des prêtres, Des peuples qui portent la barbe : « Un homme sans barbe sera moins surprenant de nos jours qu’une femme barbue, ce qui prouve combien peu naturels sont nos goûts et nos coutumes.»

XIXe siècle

Bigot de la Boissière, Mémoire pour les coëffeurs de dames de Paris contre la communauté des maîtres barbiers-perruquiers, baigneurs et étuvistes, Paris, Knapen et Delaguette, 1769.
En plein développement du port de la perruque l’auteur défend l’indépendance des coiffeurs pour dames face aux barbiers perruquiers qui avaient le monopole du traitement des cheveux ; ceci sans succès puisque les coiffeurs durent se faire agréés comme coiffeurs perruquiers et que seules les coiffeuses pour dames furent autorisées à exercer librement.

Rennie James, The Art of Preserving the Hair. On Philosophical Principles, London, Printed for Septimus Prowett, 1825.
Comprend une description par différents médecins de la pilosité (barbe, moustache, cils et sourcils) selon sa couleur et texture en fonction des différentes races et des différentes façons de la traiter.

S., A. J., Histoire des moustaches et de la barbe, comme signes de courage, de force, d’autorité, de noblesse ; marques distinctives de rang, d’opinion d’esprit. Guerre, combats, rixes accidents et anecdotes auxquels ont donné lieu la barbe et la moustache, Paris, Imprimerie d’Herhan, 1836.
Le titre en dit déjà beaucoup.

Repton John Adey, Some Account of the Beard and the Moustachio, Chiefly From the Sixteenth to the Eighteenth Century, Londres, J.B. Nichols and Son, 1839, réed. Nabu Press, 2009.
Architecte, l’auteur n’en a pas moins lu Une histoire de la barbe et de la moustache à partir de leur représentation peinte et sculptée devant la société des antiquaires anglais. Orné de deux planches lithographiées, l’ouvrage s’attache à la très grande variété de barbes et de moustaches des plus curieuses aux plus banales, dont celle de l’archevêque Cramer, de Jean Calvin et de Erasmus Schmidt.

Mackay Charles, « Influence of Politics and Religion on the Hair and Beard », dans Memoirs of Extrordinary Popular Delusions and the Madness of Crowds, 1841, réed. New York, Harmony Books, 1980.
L’auteur, poète journaliste et chanteur écossais, consacre à l’étude du rapport entre cheveu, barbe et autorité religieuse et politique le huitième chapitre d’un ouvrage qui traite de sujets aussi divers que la tulipomania, les maisons hantées et les duels. De Saint Paul à Louis II de Bavière il trace une histoire de la promotion et de la proscription du port de la barbe.

Sauger-Préneuf François, Histoire de la barbe chez divers peuples et plus particulièrement chez les français, Limoges, Imprimerie de Chapoulaud frères, 1843, 16 p.
Reprend pour l’essentiel l’Histoire des révolutions de la Barbe des Français, depuis l’origine de la Monarchie mais a comme particularité d’avoir été lu aux rencontres de la Société d’agriculture des sciences et des arts de Limoges, le 30 Juin 1843.

Philippe Adrien (Dr.), Histoire philosophique, politique et religieuse de la barbe, chez les principaux peuples de la terre, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours. Paris/Reims, Martinon, Godin, Brissart-Binet, 1845.
Ouvrage retiré du commerce, le Dr Philippe chirurgien en chef de l’Hôtel Dieu de Reims n’en était pas l’auteur mais le plagiaire.

Debay A., Hygiène médicale des cheveux et de la barbe comprenant l’histoire des diverses maladies du cuir chevelu, des bulbes et follicules pileux considérés comme cause de calvitie : leur traitement, leur guérison. De la trikogénie ou art de régénérer les cheveux, Paris, Levy frères, 1854.
Donne une rapide histoire abrégée des vicissitudes de la barbe avant de passer à son hygiène : « La barbe est l’apanage du sexe fort ; ornement naturel d’un mâle visage, elle devient indispensable à l’expression physionomique. »

Gowing Thomas S., The Philosophy of Beards : A Lecture, Physiological, Artistic & Historical, Ipswich, J. Haddock/Londres, Lemare, 1854.La comparaison qui assimile la barbe masculine à une crinière est ici agrémentée de deux images de lion avec et sans crinière.
Assortie de la référence à la figure de Jupiter la comparaison permet de conclure que « l’absence de barbe est généralement le signe d’une faiblesse physique et morale ».

Thiers Jean-Baptiste & Lacroix Paul & Seré Ferdinand & Dulaure Jacques & Duchesne Alphonse & Béguin Emile & Molé & Nicolaï, (par et d’après), Le livre d’or des métiers. Histoire de la coiffure, de la barbe, et des cheveux postiches depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours ; suivie de l’historique des anciennes corporations des barbiers-perruquiers-baigneurs-étuvistes et d’artistes coiffeurs des dames, depuis leur origine jusqu’à leur suppression en 1789, de l’histoire des coiffeurs, depuis cette époque jusqu’à nos jours…/Paris A. Delahays, 1858.
« Qu’on ne croie pas, quel que soit le ton des écrivains comophiles et pogonophiles, que l’objet de ce livre soit entièrement frivole et indigne d’occuper les loisirs d’un homme sérieux. On se tromperait si on rejetait comme futile le développement d’un sujet qui, loin d’être insignifiant touche aux plus graves questions de l’histoire... »

Canel Alfred, Histoire de la barbe et des cheveux en Normandie, 2 vol. , Rouen, A. Lebrument, 1859.
Par un représentant du peuple à l’assemblée constituante de 1848, avec pour exergue : « Du côté de la barbe est la toute-puissance.... ». L’introduction nous dit que l’« on ne devra pas trop s’étonner que nous consacrions quelques pages à l’histoire de ce poil inappréciable, doué d’une dose de vertu assez puissante pour avoir fait sensiblement incliner la balance des droits à la suprématie, du côté de la portion de l’espèce humaine que la nature en a plus ou moins libéralement pourvue. »

Cortambert Richard, Essai sur la chevelure des différents peuples, Paris, Challamel aîné, 1861, extrait de la Revue orientale et américaine.
« Relève l’erreur, assez générale de ceux qui voient dans la couleur noire des cheveux un caractère propre aux habitants de pays chaud » indique le compte rendu des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres du 24 janvier 1861.

Oesterlen Otto, Das Menschliche Haar Und Seine Gerichtsärzliche Bedeutung, Tübingen, H. Laupp’schen Buchhandlung, 1874, réed., Kessinger Publishing, 2010.
La référence en matière de littérature pilaire allemande y compris sur les questions de la tonsure et des conduites sacrificielles pilaires.

Fourdrignier Édouard, « Le peigne liturgique à propos de son origine et du port des cheveux et de la barbe usité dans l’Antiquité », Bulletin de la société anthropologique de Paris, 5e série, vol. 1, n° 1, 1900, p. 153-164, tiré à part, Paris, H. Welter.
Conférence donnée le 19 avril 1900 devant la Société d’anthropologie de Paris qui explique comment l’usage du peigne liturgique fut introduit dans les cérémonies du culte catholique.

XXe siècle

1904 -
Andrews William, At the Sign of the Barber’s Pole : Studies in Hirsute History, Cottingham, Tutin, 1904.
Histoire de la profession de barbiers du XVe siècle à nos jours, profession qui à partir du XVIe siècle se trouve supplantée dans certains actes par la médecine moderne : saignées, ouverture des abcès, arrachage de dents, etc... Décrit l’espace de l’échoppe du barbier comme un lieu de socialisation avec ses rituels particuliers. S’intéresse aussi à l’histoire de la chevelure masculine et étudie l’opposition entre les cheveux longs des cavaliers royalistes et les cheveux courts des soldats de la « New Model Army » de Cromwell pendant la guerre civile d’Angleterre, de même qu’au retour de la barbe dans les années 1850.

1912 -
Ledouble Anatole Félix (prof.) & Houssay François (dr.), Les velus : contribution à l’étude des variations par excès du système pileux de l’homme et de leur signification au point de vue de l’anthropologie zoologique, Paris, Vigot frères, 1912.
Pendant plus de dix ans ces deux docteurs en médecine vont répertorier, croquis à l’appui tous les cas imaginables d’hypertricose pubienne en particulier chez la femme. Afin de mesurer l’amplitude de ces errements de la nature, ils ont observé et fait observer la pilosité pubienne et anale de 1948 femmes et 822 hommes ayant fréquenté divers hôpitaux.

Ledouble Anatole Félix (prof.) & Houssay François (dr.), « Les velus dans la science et dans l’histoire », Aesculape, 1912, p. 158-166.
Cette publication dans une « revue mensuelle illustrée des lettres et des arts dans leurs rapports avec les sciences et la médecine destinée aux médecins mais aussi à son épouse et à ses patients », montre que la question des poils et de l’hirsutisme en préoccupait plus d’uns ou d’unes.

1914 -
Pierre Louÿs, Recherche sur l’épilation des femmes dans l’Antiquité, sous la Renaissance et à l’époque contemporaine, (manuscrit environ 1914), La grande Motte, Biquet à la Houppe, 1997.
Une compilation qui oppose pilistes et antipilistes et classe, non sans fantaisie, tout ce que, de Aristophane à Zola, la littérature tant savante que populaire peut comporter sur les poils et l’épilation pubienne.

1936 -
Berg Charles, « The Unconscious Significance of Hair », The international Journal of Psychoanalysis, vol. 17, 1936, p. 73-88. Rééd. Berg Charles, The Unconscious Significance of Hair, Londres, Goerge Allen and Unwin, 1951.
Établit du point de vue psychanalytique et avec des exemples cliniques et ethnographiques qu’il existe une équivalence symbolique (endopsychique) entre les cheveux et l’appareil génital masculin. Analyse la coupe des cheveux et le rasage de la barbe en terme de castration symbolique.

1954 -
Cottaz Maurice, « Pour ou contre l’épilation. Qu’en pensaient nos pères et nos mères, la pratiquaient-elle », Vivre d’abord, octobre 1954, p. 5-6.
Une interrogation pratique sur l’histoire de l’épilation par un membre de la ligue naturiste « Vivre ».

1958 -
Leach Edmond A., « Magic Hair », Journal of Royal Anthropological Research Institut, vol. 2, n° 88, 1958, p. 147-164. Traduit sous le titre : « Cheveux, poils, magie » dans l’Unité de l’homme et autres essais, Paris, Gallimard, 1980, p. 321-361.
Étude de la signification du symbolisme pilaire dans les rituels sociaux en nuançant le point de vue du symbolisme subconscient de Charles Berg pour privilégier la signification du symbolisme culturel envisagé du point de vue de l’ethnologue. Insiste sur la disjonction symbolisme privé/symbolisme publique et montre en quoi la coupe de cheveux et de la barbe met en jeu des comportements issus de l’appartenance à des catégories sociales idéales.

1968 -
Slater Philip E., The Glory of Hera, Boston, Beacon Press, 1968, p. 12-19.
Pense que chez les Grecs une phobie génitale se focalisait sur les poils pubiens et que le but recherché dans l’épilation était de rendre la vulve plus visible afin d’augmenter l’attraction sexuelle.

1969 -
Hallpike Christopher R., « Social Hair », Man : the Journal of the Royal Anthropological Institute, nouvelle série, vol. 4, n° 2, juin 1969, p. 256-264. Repris dans : Ted Polhemus, Social Aspects of the Human Body : a Reader of Key Texts, New York, Penguin Book, 1978.
Propose une lecture sociologique de l’article de Edmond R Leach ( Magic Hair, 1958) où il conteste le fait que la chevelure et le phallus soient des équivalents mais associe en revanche la pilosité aux divinités animales, à la sexualité et à la transgression des limites sociales.

Nohain Jean & Caradec François, La Vie exemplaire de la femme à barbe, Clémentine Delait, 1865-1939, Paris, La Jeune Parque, 1969.
Biographie de Clémentine Delait, femme à barbe et fière de l’être.

1971 -
Cooper Wendy, Hair : Sex, Society, Symbolism, New York, Stein and Day/ Londres, Aldus Book limited, 1971.
Présente une vue historique des cheveux, à travers les âges, partout dans le monde et des deux sexes. Il comprend de nombreuses illustrations. L’auteur donne une explication biologique et sexuelle de la nature des cheveux dans la perspective évolutionniste d’Ellis et Darwin. Elle établit aussi que les hommes ont de tous temps et en tous lieux préféré les femmes aux cheveux dénoués mais que les femmes tiennent à les relever afin d’être apprêtées aux yeux de leurs compagnons.

1973 -
Derrett M., Duncan J., « Religious Hair », Man : the Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 8, n° 1, 1973, p. 100-103. Repris dans Derrett, J. Duncan M., Studies in the New Testament. Volume One. Leiden : E. J Brill, 1977 (article : « Religious Hair », p. 170-75).
Un aperçu sur les règles pauliniennes concernant la dissimulation de la chevelure des femmes Corinthiennes

Pellegrini R. J., « Impressions of the Male Personality as a Function of Beardedness », Psychology, n° 10, 1973, p. 29-33.
Montre que les hommes barbus sont perçus comme « masculins, matures, cordiaux, dominants, confiants, courageux, libéraux, non conformistes, et plus âgés.»

1974 -
Hershman Paul, « Hair, Sex and Dirt », Man, vol. 9, n° 2, 1974, p. 274-298.
L’auteur qui envisage les rituels des soins des cheveux dans l’Inde contemporaine montre qu’ils peuvent avoir des connotations sexuelles et que des règles précises régissent les soins lorsqu’ils sont exercés par un tiers.

1975 -
Firth Raymond, Symbols Public and Private, Ithaca, New York, Cornell University Press, 1975, le chapitre « Hair a Private Aset and Public Symbol », p. 262-298.
Une réflexion anthropologique sur les symboles utilisés dans le monde occidental où l’étude des traitements de la chevelure rejoint celle de l’usage des drapeaux nationaux.

1978 -
Al-Makkî Abû Tâlib , « The beard» , dans The Muslim World, vol. 68, n° 2, 1978, p. 100-110.
Une traduction anglaise dans une revue scientifique d’une série de sentences écrites par un fondateur de la doctrine soufie (d. 386/996) et défenseur du soufisme sunnite.

Young, I., The Book of Beards : A Pictorial Chronology of the Beards of Western Civilization, Bronx, New York, Milady, 1978.
Une chronologie en image de l’évolution de la pilosité faciale masculine.

1980 -
Andresen Jeffry J., « Rapunzel : The Symbolism of the Cutting of Hair», Journal of the American Psychoanalytic Association, vol. 28, n° 1, 1980, p. 69-88.
Interprète la coupe des cheveux d’un point de vue psychanalytique en référence au conte des frères Grimm ( Rapunzel ) où une jeune fille enfermée dans une tour par une sorcière possède une chevelure aux pouvoirs magiques et trouve sa liberté le jour où ses cheveux sont coupés.

Axtell James & Sturtevant William C., « The Unkindest Cut, or Who Invented Scalping », The William and Mary Quaterly, 3e série, vol. 37, n° 3, juillet 1980, p. 451-472.
Il a été prétendu au sein du mouvement indigéniste que l’invention du « scalping » serait le fait d’européens. La genèse de cette « new version » de l’histoire largement répandue par la presse des années soixante-dix est ici tracée avec précision.

1981 -
Obeyesekere Gananath, Medusa’s Hair : An Essay on Personnal Symbols and Religious Experience, Chicago, The University of Chicago Press, 1981.
Les pratiques d’un groupe de prêtres et prêtresses indo bouddhistes qui, à Katagarama au Sri Lanka, portent de longues mèches de cheveux crépus, se livrent à des rituels extatiques et font vœux d’abstinence, remettraient en cause non seulement le bouddhisme officiel de culture Sinhala mais aussi certaines théories anthropologiques et psychanalytiques du symbolisme pilaire qui voient dans la pilosité la marque d’une sexualité sans contrainte.

1982 -
Hope Christine, « Caucasian Female Body Hair and American Culture», Journal of American Culture, vol. 5, n° 1, Bowling Green, Ohio, Bowling Green State University, 1982, p. 93-99.
Étude de l’épilation des aisselles et des jambes aux USA depuis son apparition vers 1915. Met en évidence le rôle des campagnes publicitaires entre 1914 et 1945. L’auteur rapproche cette mode de l’obsession pour l’aseptisation accompagnée du rejet des fluides corporels et des odeurs.

Kilmer Martin, « Genital Phobia and Depilation», The Journal of Hellenic Studies, vol. 102, 1982, p. 104-112.
Établit que les deux méthodes d’épilation communément utilisées en Grèce ancienne pour la région pubienne, arrachage et flambage à la lampe n’étaient pas destinées à rendre glabre les organes génitaux mais à réduire les poils pubiens et probablement à leur donner forme ; il s’oppose ici à l’opinion de Philip Eliot Slater (1968).

Miller Pamela A., « Hair Jewelry as Fetish », dans Ray B. Brown (publi.), Fetishism in Popular Culture, vol. 89, n° 106, Ohio, Bowling Green University Press 1982, p. 89-106.
Étude portant sur les bijoux en cheveu fabriqués en Grande Bretagne et aux États-Unis au XIXe siècle et en particulier à ceux qui comportent les cheveux d’une personne aimée ou décédée. S’appuie à la fois sur des sources littéraires et sur les objets eux mêmes et s’intéresse aux propriétés magiques qui leurs sont attribuées.

1985 -
Belancic Milorad, « Le poil et l’amour de la sagesse », dans Effets de neutre, Exercices de la patience, n° 6, Obsidiane, Paris, 1985, p. 145-149.
Décrit le mode d’existence du poil comme manifestation dionysio-satyrique en posant le problème de Platon de savoir s’il y a une idée du poil.

Chuvin Pierre, « Clefs pour une coutume : l’épilation », L’Histoire, octobre 1985, p. 94-96.
Contestant l’interprétation de Philip Eliot Slater (1968), rappelle que l’épilation des femmes grecques est un simple fait culturel qui n’exprime aucunement une quelconque phobie, bien qu’elle ait été plus radicale que ne l’évalue Martin Kilmer (1982) .

Constable Giles, « Introduction on Beards in the Middle Ages », introduction à Burchard de Bellevaux, Apologia de Barbis, éd. R.B.C. Huygens, dans Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis 62, Turnhout, Typographi Brepols Editores Pontificii, 1985, p. 47-150.
L’abbé de Roisères, ayant menacé les frères cisterciens de leur raser la barbe s’ils ne se tenaient pas tranquilles, Burchard, abbé de Bellevaux – la maison mère – écrivit non sans humour ces trois sermons qui portent sur le port de la barbe et le symbolisme spirituel de celle-ci.

1986 -
Descamp Marc-Alain, « L’épilation », dans L’invention du corps, Paris, PUF, 1986, p. 122-128.
Dans une perspective psychologique et sociale fait état d’une des première études statistiques et comparatives conduite dès 1972-73 sur les pratiques épilatoires (jambes, aisselles, pubis) des femmes en France et au Maroc.

1987 -
Synnott Anthony, « Shame and Glory : A Sociology of Hair», The British Journal of Sociology, vol. 38, n° 3, septembre 1987, p 381- 413.
Étudie d’un point de vue sociologique le symbolisme des cheveux de la période d’après guerre aux années quatre vingt en Amérique du nord et en Grande Bretagne. Note les dichotomies que crée la pilosité en opposant la chevelure masculine à la chevelure féminine, la chevelure conservatrice à la chevelure radicale, la pilosité corporelle à la chevelure. Cela le conduit à considérer la pilosité comme un symbole identitaire pour les groupes comme pour les personnes.

1988 -
Gordon L. & Patzer Ph. D, « Psychologic and Sociologic Dimensions of Hair : An Aspect of the Physical Attractiveness Phenomenon», Clinics in Dermatology, vol. 6, n° 4, octobre-décembre 1988, p. 93-101.
Article qui aborde la dimension psychologique et sociologique de la chevelure en tenant compte du phénomène d’attraction physique du à sa couleur, son traitement, et son style.

1989 -
Monjaret Anne, « Le sens du poil » dans : Marie-Lise Beffa & Roberte Hamayon (publi.), Les figures du corps, Société d’Ethnologie/Université Paris X, 1989, p. 129-144.
Afin de déceler la fonction sociale de la pilosité l’auteur s’attache aux métaphores liées au poil et propose de déceler la logique interne du système linguistique qui s’élabore autour de la notion de poil et où s’expriment des rapports sociaux.

Paz Obregón Jimena, « Il s’en faut d’un poil », dans Marie-Lise Beffa & Roberte Hamayon (publi.), Les figures du corps, Société d’Ethnologie/Université Paris X, janvier 1989, p. 145-65.
Étudie le rôle du poil comme marqueur ethnique en Amérique latine et apporte un éclairage sur les pratiques épilatoires des Indiens Onas et Alakaluf qui tendraient à « affirmer et préserver ainsi leur humanité par rapport au monde naturel ». Étend son étude aux métis des zones de frontières (Pérou Mexique) où le poil émerge comme un facteur de différenciation : « les femmes non seulement ne s’épilent pas, mais exhibent leur jambes poilues comme signe de non indianité. »

1990 -
Naguib Saphinaz-Amal , « Hair in Ancient Egypt c. 1480-1350 B.C. », Acta Orientalia , 1990, n° 50, p. 7-26.
Sur les implications sexuelles de la pilosité, de la chevelure et de la coiffure dans l’Égypte ancienne.

Trichet Louis, La Tonsure : vie et mort d’une pratique ecclésiastique, Paris, éditions du Cerf, 1990.
En s’appuyant sur la lecture de recueils de décisions canoniques trace l’histoire de la tonsure qui, comme marque distinctive, jouait un rôle dans les rapports entre les ecclésiastiques et la société et a tenu une place notable dans la vie de l’Église.

1991 -
Basow Susan A., « The Hairless Ideal Women and Their Body Hair », Psychology Of Women Quarterly, vol. 15, n° 1, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p 83-96.
L’épilation y est considérée comme une composante majeure de la féminité aux États-Unis aujourd’hui qui se serait développée de 1915 à 1945. Une étude empirique conduite auprès de 200 femmes salariées montre que cet « l’idéal glabre » est vécu de façon plus ou moins intériorisée ou imposée. Il apparait que les féministes radicales et les femmes non hétérosexuelles sont moins nombreuses à s’épiler que les autres mais que la plupart le font malgré tout par conformité à des modèles sociaux.

Futoransky Luisa & Saint-Lu J.-M., Cheveux toison et autres poils, Paris, Presses de la Renaissance, 1991.
Une poétique de l’imaginaire mêlant des références bibliques, mythologiques, théologiques, historiques, littéraires et même publicitaires montre que « d’évidence, aucun élément du corps humain n’est aussi approprié à envoyer au monde extérieur des messages aussi précis et raffinés : chaque nuance, qualité, épaisseur ou longueur émet ses propres signaux aux sens multiples et internes ».

Warner Marina, « Bush Natural», Parkett, n° 27, Zurich, mars 1991, p. 6-10.
Avec un jeu de mot sur le nom du président des États-Unis d’alors, Marina Wagner, romancière et critique d’art, présente les œuvres de différents artistes (Jenny Watson, Helene Chadwick) utilisant le poil.

1992 -
Domenc Anne-Sophie, L’épilation : le rôle du regard et ses limites, , Université de Bordeaux II, Mémoire de maîtrise d’ethnologie 1992.
Fait du corps épilé « un mythe aliénant pour la femme » qui, alors qu’elle « se confond de plus en plus avec son corps au fur et à mesure qu’elle se libère socialement et sexuellement parlant », le voit réduit à « un support économique, un principe d’intégration (psychologie), et une stratégie (politique) de contrôle social ».

Erikson P., « Poils et barbe en Amazonie indigène : légende et réalité », Annales de la fondation Fyssen, vol. 7, 1992, p. 83-90.
Étude de la place des poils dans les sociétés amazoniennes et en particulier chez les Matis du Brésil à travers les récits de voyageurs et l’iconographie.

1993 -
Le petit guide des publications pornographiques, spécial Épilation, Le Magasin universel, n° 1, 1993.
Un rapide inventaire illustré des figures du rasage génital féminin dans les productions pornographiques, photographiques et cinématographiques, de1974 à 1993.

Mesnil Marianne & Popova Assia, « Étranger de tout poil ou comment on désigne l’autre », Civilisation, vol. 42, n° 2, 1993, p. 179-198.
Étude des paradigmes identitaires de plusieurs sociétés d’Europe de l’est qui montre que les mythes concernant les groupes étrangers désignent ces derniers comme « velus » ou en d’autres termes « inéduqués », et « sauvages ». Il est question de « Cannibales, muets et poilus », de Tziganes « mal rasés, de « Valaques velus », des « poilus à la peau dure : Wallons, Wales, et autres Valaques ».

Zdatny Steven, « Fashion and Class Struggle: The Case of Coiffure », Social History, vol. 18, n° 1, 1993, p. 53-72.
Comment des changements de comportement de la clientèle induisent des transformations dans les salons de coiffure parisiens de 1890 à 1930 et comment s’opèrent exclusions et unions des genres dans la profession. L’auteur compare les salons de coiffure de la bourgeoisie et les échoppes des barbiers destinées aux ouvriers.

1994 -
Bartlett Robert, « Symbolic Meaning of Hair in the Middle Age», Transactions of the Royal Historical Society, 6e série, vol. 4, 1994, p. 43-60.
Beatniks, hippies, punks, marines, moines font apparaitre que dans nos sociétés les styles capillaires et pilaires renseignent sur les statuts, les attitudes et les rôles sociaux. L’auteur part du principe qu’il en va de même au cours de l’histoire et explore quelques uns des aspects de la pilosité dans l’Europe médiévale.

Delaney Carole, « Untangling the Meanings of Hair in Turkish Society», Anthropological Quaterly, vol. 67, n° 4, octobre 1994, p. 159-172.
Situe le débat sur le port du foulard en Turquie dans un cadre de référence qui inclut aussi bien les cheveux masculins que l’ensemble de la pilosité. Etudie la signification sexuelle, politique et religieuse des poils dans la société turque et comment la focalisation sur la tête couverte des femmes renforce la définition traditionnelle des genres.

Urbain Jean-Didier, Sur la plage. Mœurs et coutumes balnéaires, Paris, Payot, 1994, le chapitre « L’univers épilé », p. 396-404.
Une esquisse sémiologique et poétique écrite avec un sens certain de la formule : « une femme épilée, comme une plage sans algues, est aussi un mensonge, une fiction - et cette fiction esthétique est aussi un nouveau costume ».

1995 -
Baillette Frédéric, « Organisations pileuses et positions politiques. À propos de démêlés idéologico-capillaires : Ray Gunn, le punk pauvre», Savage, été 1995, p. 121-159.
L’auteur analyse les rapports entre cheveux, poils et pouvoir au cours de l’histoire récente. Il aborde aussi bien l’épilation, les styles contestataires (hippies, skinheads, zazous et punks) que les rapports de l’institution scolaire avec les cheveux. Il souligne l’ambivalence de la barbe, et le goût des régimes réactionnaires pour les cheveux ras. Il considère que les cheveux peuvent être affirmation de liberté individuelle et ont une valeur identitaire. Les raser et couper de force, est alors humiliation et dépersonnalisation (rasage du crâne des bagnards, femmes tondues à la Libération, tonte complète des déportés).

Dayan-Herzbrun Sonia, « Cheveux coupés, cheveux voilés », Communication, vol. 60, n° 1, 1995, p. 165-183. Repris dans le 6e chapitre de Femmes et politique au Moyen Orient, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 105-126.
L’auteur établit un lien entre la virilité et la barbe. À l’inverse la chevelure de la femme « devient le siège de la puissance reproductrice ». À l’échelle du groupe, le voile renvoie à la protection de cette « puissance reproductrice », comme le dévoilement a pu renvoyer à l’idée de renforcement du groupe et de la nation. Derrière le voile se lit un faisceau de sens et symboles (structure de domination patriarcale, stratégie de résistances féminines, codes sociaux, affirmation d’appartenance à un groupe).

Lacombe Philippe, « Nature, culture et pilosité », Sociétés. Revue des Sciences Humaines et Sociales , Paris, Dunod, n° 49, 1995, p. 295-301.
La pilosité est présentée comme un lieu de contrôle du corps, poils et cheveux étant considérés comme des marqueurs identitaires dont le traitement peut indiquer l’appartenance socio-culturelle.

Mc Cracken Grant, Big Hair : A Journey into the Transformation of Self, Toronto, Viking Press, 1995.
Une étude sur la chevelure au XXe siècle en Europe et en Amérique du nord. Met l’accent sur la fonction des styles et des couleurs dans la construction de l’identité où l’individu, par le fait que la chevelure soit profondément modifiable, se transforme lui-même.

Myerowitz-Levine Molly, « The Gendered Grammar of Ancient Mediterranean Hair», dans dans Howard Eilberg-Schwartz & Wendy Doniger (publi.), Off with her Head ! The Denial of Women’s Identity in Myth, Religious and Culture, Berkeley, University of California Press, octobre 1995, p. 76-130.
Par grammaire l’auteur entend un système cohérent qui établit, organise et gouverne les différentes significations de la chevelure en relation avec un sens culturel plus large, qui est ici celui des sociétés grecque, romaine et juive de l’antiquité de même que de la communauté des juifs orthodoxes qui se définissent comme traditionnels. L’auteur ouvre son essai en rapportant le fait que les vitrines d’une rue de B’nai-Brak , une ville israélienne considérée comme ultra orthodoxe, présentaient des têtes de mannequins féminins portant des perruques et des lunettes de soleil ; une tenue fruit d’un compromis entre les rabbins utltraconservateurs et les commerçants.

Warner Marina, « Le vil et le vigoureux, la toison et le poil : des cheveux et leur langage », dans Bernadac, Marie-Laure & Marcadé, Jean-Claude (eds), Masculinféminin, Le sexe de l’art, Paris, Gallimard, 1995, p. 303-312.
Une étude du point de vue anthropologique des rapports entre l’art (Marcel Duchamp, Frida Kahlo, Meret Oppenheim, Robert Gobert, Cindy Sherman), et les mythes ayant trait aux poils et aux cheveux (Sanson et Dalila, Pellèas et Melisande).

1996 -
Bayard Jean-François, « Les symboliques pileuses du politique », dans Jean-François Bayard, L’illusion identitaire, Paris, Fayard, 1996, p. 183-229.
S’attache aux inscriptions matérielles des figures imaginaires du politique et en particulier aux symboliques pilaires de la barbe et des cheveux dans les énoncés islamistes dont il est montré que leur articulation autour du poil varie selon les contextes.

Chenille Vincent, La mode dans la coiffure des Français : la norme et le mouvement, 1837-1987, Paris, L’Harmattan/Langres, Impr. D. Guéniot, 1996.
Une présentation et une analyse très poussée des publications et de la presse destinées aux professionnels de la coiffure.

Gimlin Debra, « Pamela’s Place : Power and Negotiation in the Hair Salon», Gender & Society vol. 10, n° 5, octobre 1996, p. 505-526.
L’auteur établit que les stylistes capilaires font état de leur attachement à la culture de la beauté afin de gommer leur différence de classe d’avec leur clientèle alors que les clients utilisent leur statut professionnel pour marquer ainsi les différences sociales.

Herzog Donald J., « The Trouble with Hairdressers», Representations, vol. 53, n° 1, hiver 1996, p. 21-43.
L’analyse de pièce de théâtre, journaux, lettres et livres de la période pré-révolutionnaire permet de rendre compte du changement de statut des barbiers et de leur rôle politique. Prend en compte la dimension de classe des soins capillaires, les serviteurs participant au soin de la chevelure de leur maitre.

Muscarella Frank & Cunningham Michael R., « The Evolutionary Significance and Social Perception of Male Pattern Baldness and Facial Hair», Ethology and Sociobiology, vol. 7, n° 2, 1996, p. 99-117.
Comprend la différence biologique qui opposerait la pilosité faciale masculine à la calvitie masculine au travers de leur perception sociale en tant que signe de maturité. La pilosité faciale est associée à la maturité adulte et à une certaine agressivité dominatrice alors que la calvitie est au contraire associée à une maturité non dominatrice. Afin de vérifier cette hypothèse, une enquête a été conduite en faisant varier la pilosité d’un visage masculin.

Zdatny Steven, « La Mode à la Garçonne, 1900-1925 : Une histoire social des coupes de cheveux », Mouvement social, bulletin de l’institut français d’histoire sociale, n° 174, janvier-mars 1996, p. 23-56.
Propose une étude du phénomène des cheveux courts dans le cadre d’une histoire sociale de la culture et considère la mode des cheveux à la garçonne des années 1920 dans son contexte historique et culturel : « La garçonne pourrait être une création sociale à peine consciente des forces historiques qu’elle mettait en jeu mais elle n’était pas une zombie culturelle ».

1997 -
Benkhiera Mohammed H., L’amour de la Loi. Essai sur la normativité en Islam, Paris, PUF, 1997, le chapitre « Symbolique de la pilosité en Islam », p. 80-124.
Montre comment les rites de la pilosité et en particulier le port de la barbe et de la moustache assurent dans l’Islam la médiation entre les individus et le modèle prophétique fondateur.

Gerbod Paul, Histoire de la coiffure et des coiffeurs, Paris, Larousse, 1997.
Une histoire de la coiffure tant féminine que masculine de l’antiquité à la fin du XXe siècle et sous toutes ses formes. La coiffure y est considérée comme le témoignage de l’esprit d’une époque, reflet de la mode mais aussi des mœurs. Cette histoire est aussi celle des coiffeurs, de leur savoir-faire, de leurs conditions de vie, de leur statut social : barbiers chirurgiens au Moyen Âge, perruquiers sous l’Ancien Régime, petits coiffeurs de quartier ou grands noms de la haute coiffure, véritables hommes d’affaires au XXe siècle.

1998 -
Basow Susan A. & Braman Amie C., « Women and Body Hair : Social Perceptions and Attitudes », Psychology Of Women Quarterly, vol. 22, n° 4, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 637-645.
Conduite dans une optique genrée et féministe qui vise à remettre en question le poids des normes sociales, cette étude examine les réactions de collègues et étudiants face aux femmes poilues. Les participants réagissaient à des vidéos de femmes blanches aux jambes et aux aisselles velues. Les résultats montrent que les femmes velues sont considérées comme moins séduisantes que les femmes épilées.

Hiltebeitel Alf & Miller Barbara D. (publi.), Hair : its Power and Meaning in Asian Ccultures, New York, State University of New York Press, 1998.
La pilosité dans les cultures asiatiques (Chine, Corée, Inde, Japon). Ouvrage préfacé par Gananath Obeyesekere.
Contributions :
1- Alf Hiltebeitel, « Introduction : Hair Tropes. », p. 1-10.
2- Patrick Olivelle, « Hair and Society : Social Significance of Hair in South Asian Traditions. », p. 11-50.
3- Frank Dikötter, « Hairy Barbarians, « Furry Primates, and Wild Men : Medical Science and Cultural Representations of Hair in China. », p. 51-74.
4- Gary L. Ebersole, « " Long Hair Like a Seat Custhion ", Hair Symbolism in Japanese Popular Religion. »
5- Sarah M. Nelson, « Bound Hair and Confucianism in Korea. », p. 76-105.
6- Weikun Cheng, « Politics of the Queue : Agitation and Resistance in the Beginning and End of Qing China. », p. 106-123.
7- Alf Hitebeitel, « Hair Like Snakes and Mustached Brides : Crossed Gender in an Indian Folk Cult. », p. 124-143.
8- James L. Watson, « Living Ghosts : Long-Haired Destitutes in Colonial Hong Kong », p. 144-177.
9- Anne Allison, « Cutting the Fringes : Pubic Hair at the Margins of Japanese Censorship Laws», p. 178-195.
10- Julia J. Thompson, « Cuts and Culture in Katmandu », p. 196-219.
11- Barbara D. Miller, « The Disappearance of the Oiled Braid : Indian Adolescent Female Hairstyles in North America », p. 120-259.
12- Barbara D. Miller, « Afterword : Hair Power », p. 260-281.

Tiggemann Marika & Kenyon Sarah J., « The Hairless Norm : The Removal of Body Hair in Women», Sex Roles, vol. 39, n° 11/12, New York, Plenum Publishing Cooperation, 1998, p. 873-885.
Étude quantitative conduite en Australie sur quelques centaines de collégiennes (14 ans) et d’étudiantes (22 ans) de type Caucasien qui révèle que 92 % des jeunes s’épilent les jambes et 91 % les aisselles, ceci indépendamment de leur convictions féministes. Cette pratique étant mise négativement en relation avec l’estime de soi, les enquêtrices concluent que l’épilation contribue à entretenir chez les femmes le sentiment que leur corps est inacceptable.

Vallet Odon, « Des mots en politique : Le peuple c’est au poil », Mots, n° 55, 1998, p. 139-141.
Par l’une de ses étymologies croisées « public » est un hybride de peuple et de poil. La pilosité étant la marque de la population masculine adulte, le rapport entre pilosité et participation à la vie publique est signifié à travers des expressions particulières en Grèce antique, à Rome mais aussi à la Convention en 1793.

1999 -
Bergman Judith C., « Bad Hair Days in the Paleolithic : Modern (Re)constructions of the Cave Man », American Anthropologist, vol. 101, n° 2, 1999, p. 288-304.
Montre comment la représentation commune de l’homme des cavernes au corps velu résulte de l’histoire des discours sur les origines humaines, l’évolution humaines, l’homme primitif, le sauvage, histoire replacée ici dans ses contextes anthropologiques et philosophiques. Le poil tient une place centrale dans les représentations tant littéraires qu’artistiques.

Coates Simon, « Scissors or Sword. The Symbolism of a Medieval Haircut», History Today, vol. 49, n° 5, mai 1999, p. 7-8.
Exploration des significations symboliques attachées aux cheveux au Moyen Âge occidental et montre comment la chevelure dénote des différences d’âge, de sexe, d’appartenances religieuses, et de statuts.

Lawson Helene M., « Working on Hair», Qualitative Sociology, vol. 22, n° 3, automne 1999, p. 235-257.
Étudie pour la période contemporaine et en Amérique les salons de coiffure en fonction de l’échelle sociale : bourgeoisie, classes moyenne, classes défavorisées. Considère ces institutions comme des espaces genrés et sociaux qui affirment les identités de classe et de genre.

Robins Gay, « Hair and the Construction of Identity in Ancient Egypt c. 1480-1350 B.C. », Journal of the American Research Center in Egypt, vol. 36, 1999, p. 55-69.
La pilosité et la chevelure en particulier sont envisagées comme des éléments déterminants dans la construction de l’identité propre à chaque rôle social mais aussi selon les différents stades de la vie. Fait la synthèse des publications antérieures concernant les traitements de la chevelure dans l’Égypte ancienne.

2000 -
Fliche, Benoît, « Quand cela tient à un cheveu. Pilosité et identité chez les Turcs de Strasbourg », Terrain, n° 35, 2000, p. 155-165.
Une lecture transversale des identités au sein des communautés trucs à Strasbourg. De la moustache et barbe sünnet à la barbe de l’intégriste, de la barbe sünnet classique (barbe du sage) à la barbe marxiste.

Mc Farquar Christian M. H. & Lowis Michael, J., « The Effect of Hairdressing on the Self-Esteem of Men and Women», The Mankind Quarterly, vol. 41, n° 2, 2000, p. 181-192.
Étude des effets psychologiques des soins des cheveux chez l’homme et chez la femme. Alors que l’estime de soi est accrue chez la femme après une visite chez le coiffeur, elle reste la même chez l’homme. L’abscence de réaction masculine à la coupe des cheveux serait due à un sentiment de perte.

Sieber Roy, Herreman Frank, Batulukisi Niangu, Hair in african art an culture, catalogue de l’exposition de New York, Museum for African art, 9 février - 29 mai, 2000, New York, Museum for African Art / Munich & New York, Prestel, 2000.
Un livre catalogue richement illustré sur les coiffures africaines et les accessoires liés à son façonnage.

Virgili Fabrice, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000.
Montre que les tontes des femmes accusées de collaboration à la Libération n’eurent rien d’éphémère, puisqu’elles s’étalèrent de 1943 à 1946 impliquant aussi bien des résistants et que les autorités qui « couvrirent » cette pratique.

2001 -
Basow S.A. & Willis J., « Perception of Body Hair on White Women : Effects of Labelling », Psychological Reports, n° 89, 2001, p. 571-576.
Étude sur la perception de la pilosité féminine auprès de 118 étudiantes à qui a été montré une vidéo d’une jeune femme présentée tantôt comme une féministe refusant l’épilation, tantôt comme souffrant d’une affliction lui interdisant le rasage.

Weitz Rose, « Women and Their Hair : Seeking Power through Resistance and Accommodation», Gender & Society, vol. 15, n° 5, 2001, p. 667-686.
Analyse comment les femmes résistent aux normes dominantes en matière de pilosité féminine ou s’en accommodent. Donne un éclairage sur le rôle que joue le corps dans la subordination des femmes.

2002 -
Auzépy Marie-France, « Prolégomènes à une histoire du poil », Travaux et Mémoires du centre d’Histoire et Civilisation Byzantine, n° 14, (Mélanges Gilbert Dagron), 2002, p. 1-12.
« Le clergé byzantin a revendiqué face aux Latins qui soutenaient la tradition inverse, la barbe comme un élément fondamental de la tradition de son église, et le poil défendu par les Grecs, honni par les latins, fut de fait un argument essentiel du schisme entre Orient et Occident. »

Boroughs Michael & Thompson J. Kevin, « Body Depilation in Males : A New Body Image Concern ?», International Journal of Men’s Health, vol. 1, n° 3, septembre 2002, p. 247-257.
Des interviews conduites auprès d’une vingtaine d’étudiants font apparaître, dans les échanges sociaux, des aspects affectifs caractéristiques du phénomène nouveau qu’est l’épilation masculine.

Monestier Martin, Les Poils ; Histoire et bizarreries ; cheveux, toisons, coiffeurs, moustaches, barbes, chauves, rasés, albinos, hirsutes, velus et autres poilants trichoses, Paris, Le Cherche-midi, 2002.
Où l’on trouve tout sur les poils : métiers du poil, coiffures historiques, rites capillaires, fétichisme du poils, soins capillaires et pilaires, épouillage, épilation, utilisation policière, sortilège, avec une très riche iconographie.

Peixoto Labre Magdala, « The Brazilian Wax : New Hairless Norm for Women ?», Journal of Communication Inquiry, vol. 26, n° 2, avril 2002, p. 113-132.
S’attache dans une perspective féministe à l’attention que les médias portent au phénomène de l’épilation génitale féminine. Dans les séries télévisées (Sex and the City) les magazines et les sites Web l’épilation dite Brésilienne est présentée comme la dernière mode chez les stars d’Hollywood. Les auteurs concluent que l’épilation brésilienne promue par le consumérisme capitaliste contribue à faire des femmes des objets sexuels et à construire socialement l’image de la femme sur le modèle d’une fillette.

Peterkin Allan, One Thousand Beards : A Cultural History of Facial Hair, Vancouver, Aresenal Pulp Press, 2002.
Une étude chronologique de la barbe des Amish à celle des femmes qui fait la part belle aux faits et anecdotes. Donne des informations sur les types de barbes et les technologies de façonnage de la barbe et des moustaches : Comment affûter un rasoir, Où placer les fausses barbes et fausses moustaches, Comment pousse une barbe Amish, etc.

Sakoyan Judith, De la cire au laser : l’adieu au poil dans la société française contemporaine. Mémoire de maîtrise d’ethnologie, Université de Provence, 2002.
Cette étude ethnographique conduite auprès d’une trentaine de clientes d’un institut de beauté du sud de la France met en évidence la controverse que suscite l’épilation pubienne située entre convenance et transgression. Elle montre que « ce n’est pas par rapport au type de pilosité lui-même que se forge le jugement, mais plutôt par rapport à la norme établie du glabre ».

2003 -
Taïfi Miloud, « Sémantique et symbolique de la barbe dans la culture populaire marocaine », dans Miloud Taïfi & Abdelai Sabia (publi.), La langue du corps et le corps de la langue, Fés, université Didi Mohamed Ben Abdallah, faculté des lettres et des sciences humaines, publication de l’UFR des sciences du langage et du GREL (actes de colloque), 2003, p. 43-50.
Montre que si dans les deux modes d’expression de la culture marocaine - le berbère et l’arabe marocain - le port de la barbe n’est pas exclusif, on ne peut en revanche se l’approprier impunément. S’appuie sur une analyse sémantique et lexicologique du vocabulaire et des expressions afférentes au port de la barbe.

Toerien Merran &Wilkinson Sue, « Gender and Body Hair : Constructing the Feminine Women », Women’s Studies International Forum, vol. 26, n° 4, Oxford, Pergamon Press, 2003, p. 333-344.
À partir de la littérature biologique et médicale de même qu’historique et mythologique, en ayant aussi recours aux analyses féministes et aux études des genres, les auteurs montrent comment un ordre pilaire s’est imposé comme allant de soi en démarquant le féminin du masculin, un ordre où la femme soumise à son apparence est considérée comme « domestiquée » et non comme pleinement adulte.

2004 -
Baillette Frédéric, « Chronique des années glabres », Sport et Vie, n° 87, novembre-décembre 2004, Bruxelles, p. 46-53.
« Un mouvement de fond bannit les poils de la sphère sportive. La plupart des champions optent désormais pour la coupe militaire. Aujourd’hui, le corps du sportif se veut arme de guerre. Le montage musculaire doit être impeccablement aiguisé, profilé, affûté pour "la gagne" ».

Kleemann Pamela, Splitting Hairs, mémoire de Master of Arts, Melbourn, RMIT, 2004.
Conduite par une artiste plasticienne une étude sur les rapports entre poil, nourriture et sexualité à partir des expressions et des représentations tant artistiques que vernaculaires.

Moulinier-Brogi Laurence, « Esthétique et soins du corps dans les traités médicaux à la fin du Moyen Âge », Méditerranée, n° 46, Paris, PUV, printemps 2004, p. 55-72. Version électronique : medievales.revues.org/document869.html
Montre que les traités médicaux latins de la fin du Moyen Âge (Heury de Mondeville, Guy de Chauliac) accordent une place importante aux soins de beauté et que les préceptes concernant les méthodes d’épilation trouvent leurs sources chez les savants arabes tels Rhazés et Avicenne.

Rosenthal Angela, « Raising Hair», Eighteenth-Century Studies, vol. 38, n° 1, fin 2004, p. 1-16.
Ouvrage collectif qui étudie les moyens performatifs et discursifs par lesquels le poil lie les notions de variété humaine à celles des différences genrées, ethniques et raciales. Les onze essais interdisciplinaires de ce volume envisagent la question de la pilosité en art et dans l’esthétique du quotidien de la culture vernaculaire.
Contributions :
1- Johannes Endres, « Diderot, Hogarth, and the Aesthetics of Depilation », p. 17-38.
2- Sarah R. Cohen, « Chardin’s Fur : Painting, Materialism, and the Question of Animal Soul », p. 39-61.
3- Malcolm Baker, « No Cap or Wig but a thin Hair upon it : Hair and the Male Portrait Bust in England around 1750 », p. 63-77.
4- Margaret Ketchum Powell, « Roach, Joseph R., Big Hair », p. 79-99.
5- Amelia Faye Rauser, « Hair, Authenticity, and the Self-Made Macaroni », p. 101-117.
6- Mary K Gayne, « Illicit Wigmaking in Eighteenth-Century », Paris, p. 119-137.
7- Christiane Holm, « Sentimental Cuts : Eighteenth-Century Mourning Jewelry with Hair », 139-143
8- Gillian Perry, « Staging Gender and "Hairy Signs" : Representing Dorothy Jordan’s Curls », p. 145-163.
9- Alden Cavanaugh, « The Coiffure of Jean-Baptiste Greuze », p. 165-181.
10- Desmond Hosford, « The Queen’s Hair : Marie-Antoinette, Politics, and DNA », p. 183-200.
11- Nina Rattner Gelbart, « The Blonding of Charlotte Corday », p. 201-221.

Tiggemann Marika & Lewis Christine, « Attitudes Towards Women’s Body Hair Relationship with Disgust Sensitivity », Psychology of Women Quarterly, vol. 28, n° 4, Oxford, Blackwell Publishing, 2004, p. 381-387.
Étude de la norme de l’épilation donnant lieu à une enquête menée auprès de 198 étudiants (91 hommes et 107 femmes) quant à leur attitude face à la pilosité féminine et aux raisons de leur pratique de l’épilation. Montre que la pilosité corporelle perçue comme négative chez les femmes mais non chez les hommes est un facteur de discrimination.

Toerien Merran & Wilkinson Sue, « Exploring the Depilation Norm: a Qualitative Questionnaire Study of Women’s Body Hair Removal », Qualitative Research in Psychology, n° 1, 2004, p. 69-92.
Étude qualitative menée auprès 678 femmes britanniques qui montre que le velu et le lisse sont perçus respectivement négativement et positivement, ce qui rend inégal le choix de l’épiler ou non. Etablit dans une perspective féministe que l’épilation répond à un contrôle social des corps afin de produire une féminité acceptable.

2005 -
Boroughs Michael & Cafri Guy & Thompson J. Kevin, « Male Body Depilation : Prevalence and Associated Features of Body Hair Removal », Sex roles, vol. 52, n° 9-10, mai 2005, p. 637-644.
L’étude conduite dans la continuité de celle de 2002, auprès de 118 étudiants masculins, montre que 63,6 % pratiquent une épilation corporelle (75 % s’épilent le pubis, 56 % l’abdomen, 47 % le torse). Les raisons invoquées en sont l’hygiène et l’attractivité sexuelle. Les auteurs s’attachent à la dimension affective de cette pratique et la mettent en relation avec une anxiété générée par l’image du corps qui atteint aussi les hommes.

Bromberger Christian, « Trichologiques : les langages de la pilosité », dans Christian Bromberger, Pascal Duret, Jean-Claude Kaufmann, Un corps pour soi, Paris, PUF, 2005, p. 11-39.
Livre ici les premiers résultats d’une vaste étude sur les « langages de la pilosité » depuis les footballeurs contemporains au révolutionnaire caspien Mirzâ Kouchek Khân. La pilosité (corps, barbe et moustache) y est y est considérée dans un système d’oppositions réciproques comme pour les prescriptions alimentaires.

Chaffray Stéphanie, « Le scalp : un objet interculturel dans le contexte colonial nord-américain (1701-1763) », Recherches amérindiennes au Québec, La culture matérielle, Archéologie de l’échange interculturel, vol. 35, n° 2, 2005, p. 7-16.
Étudie les appropriations rituelles, culturelles et économiques qui ont pu être faites du scalp pendant la première moitié du XVIIIe siècle. Sont envisagés aussi bien les points de vue des Amérindiens que ceux des auteurs européens qui ont présenté le scalp comme un objet barbare et comme une preuve de la sauvagerie de ceux qui le pratiquaient.

Oldstone-Moore Christopher, « The Beard Movement in Victorian Britain », Victorian Studies, Automne 2005, vol. 48, n° 1, p. 7-34.
Comment le port de la barbe alors réservé aux marges sociales des artistes et des chartistes se trouve, à partir du milieu du XIXe siècle, adopté par les bourgeois victoriens. Cela témoignerait de changements dans l’image de la masculinité dont rendent compte les caricatures, les pamphlets, et la presse.

Toerien Merran & Wilkinson Sue & Choi Precilla P.Y.L., « Body Hair Removal : The "Mundane" Production of Normative Femininity », Sex Roles, n° 52, 2005, p. 399-406.
Dans le prolongement des études de Basow (1991) et Tiggermann & Kenyon (1998) il est fait état d’une enquête-questionnaire adressée à 678 femmes à qui il est demandé si elles se sont épilées au moins une fois dans leur vie. 99 %, se sont épilé les aisselles, 94 %, les jambes, 86 % le pubis (« maillot »), 82 % les sourcils. L’âge s’accompagne d’une augmentation de la prévalence de la norme bien que la pratique commence dès l’adolescence (49 % des femmes s’épilaient déjà à 13 ans, 85 % à 16 ans).

2006 -
Lesnik-Oberstein Karin (publi.), The Last Taboo, Women and Body Hair, Manchester/New York, Manchester University Press, 2006.
Onze études exclusivement consacrées à la pilosité féminine sous toutes ses formes des sourcils aux mollets.
Contributions :
1- Karin Lesnik-Oberstein, « The Last Taboo, Body Hair and Feminism », p. 1-17.
2- Daniela Caselli, « The Wives of Geniuses I have Sat with » : Body Hair, p. 18-47.
3- Louise Tondeur, « A History of Pubic Hair, or Reviewers’Responses to Terry Eagleton’s After Theory », p. 48-65.
4- Alice Macdonald, « Hair on the Lens : Female Body Hair on the Screen », p. 66-82.
5- Stephen Thomson, « "La justice, c’est la femme à barbe" : the beardes lady, displacement and recuperation in Appolinaire’s Les Mamelles de Tirésias », p. 83-102.
6- Carolyn D. Willianms, « The Wonderful Phaenomenon : Female Body Hair and English Literary Tradition », p. 103-125.
7- Jacqueline Lazù, « Fur or Hair : l’Effroi et l’Attirance of the Wild-Woman », p. 126-145.
8- Laura Scuriatti, « Designers’ Bodies : Women and Body Hair in Contemporary Art and Advertising », p. 156-165.
9- Sue Walsh, « Bikini Fur and Fur Bikinis », p. 166-180.
10- Sherry Velasco, « Women with Beards in Early Modern Spain », p. 181-190.
11- Neil Cocks, « On Frida Kahlo’s Moustache : a Reading of Self-Portrait with Cropped Hair and its Criticism », p. 191-208.

Patinel Jocelin, Norme et contrôle social ; le cas de l’épilation féminine, Université Paris X- Nanterre, mémoire de master 1, 2006.
Une étude sociologique et ethnologique a vocation militante en faveur de la pilosité corporelle féminine.

Pfluger-Schindlbeck Ingrid, « On the symbolism of hair in Islamic societies : an analysis of approaches », Anthropology of the Middle East, vol1, n° 2, 2006, p. 72-88.
Offre une synthèse des différents modes d’approches concernant la chevelure dans la société musulmane. S’attache en particulier aux débats anthropologiques des années cinquante sur le symbolisme des cheveux et leur sacrifice. La chevelure est envisagée dans le contexte de la conception islamique du corps sexué, mais aussi du rapport ente individu et société.

2007 -
Al Joundi Darina, « Zahra. Dans l’intimité d’un salon de beauté à Beyrouth », La pensée du midi, n° 20, 2007, p. 76-81.
Souvenirs des visites chez une esthéticienne de Beyrouth ; « ou comment découvrir là où l’on ne s’y attend pas, les vraies différences entre Parisiennes et Beyrouthines. » dans ces.

Gudin Claude, Une histoire naturelle du poil, Paris, Panama, 2007.
Une histoire scientifique du poil des premières cellules apparues il y a 3,6 milliards d’années, aux plantes, aux animaux et à l’homme.

Larrieu Gérard, « La femme à poils… esthétique Queer », Lecture du genre, Université François Rabelais, Tours, mai 2007, http://www.lecturesdugenre.fr/Lectures_du_genre_5/Larrieu.html.
Décryptage du « queer » à partir du tableau de Jusepe de Ribera : Madeleine Ventura avec son mari et son fils (1629-31) : « La femme à poils… esthétique « queer » : « s » ou n’ « s » pas, voilà la substance posée, la substance dans sa pose devrions-nous dire puisqu’il (ce « s ») représente formellement de façon torse et surtout retorse, d’une part la chute du cheveu dans la bouillonnante culture d’appellation « queer » et d’autre part l’inopinée prolifération de la matière pileuse dans une culture devenue plutôt trichophobe... ».

2008 -
Bromberger Christian, « Hair : From the West to the Middle East through the Mediterranean », Journal of American Folklore, vol. 121, n° 482, automne 2008, p. 379-399.
Quelles sont les significations symboliques socialement attribuées aux caractéristiques pilaires et plus précisément aux interférences entre les pratiques sociales ayant trait aux cheveux et à la barbe adoptées volontairement et celles qui sont imposées comme règles de conduites.

Brulé Pierre, « Promenade en pays pileux hellénique : de la physiologie à la physiognomonie », Cahiers d’histoire du corps antique, n° 3, Rennes, PUR, 2008, p. 133-152. (repris dans La Grèce d’à côté, réel et imaginaire en miroir dans la Grèce antique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 159-177.
Étude de la conception sociale et théologique de la pilosité chez les Grecs à l’époque antique exprimée dans les études scientifiques des médecins hippocratiques grecs du Ve siècle av. J.C., et d’Aristote.

Chevalier Jacques, « Histoire de l’épilation de l’antiquité à nos jours », dans Laurent Misery & Stéphane Heas, Variation sur la peau, tome 2, L’Harmattan, 2008, p. 21-28.
Passe en revue huit techniques d’épilation : rasoir, pince épilatoires adhésifs, épilatoire chimique, rayons X, épilation électrique, épilation laser, inhibiteurs de la repousse des poils.

Gudin Claude (publi.), Poil !, Nice, Les éditions Ovadia, octobre 2008.
Entend laisser la parole aux Pilologues, aux Trichosophes, aux Capillitiens, aux vaillants alpinistes du Mont de Vénus, qui vont remettre le Poil à sa juste place dans notre société alopécique.
Seize auteurs et artistes sur le poil : Gérard Berry, Max Poty, Bruno Bernard, Jean-François Mattéi, Isabelle Brisson, Claude Gudin, Pascal Varejka, David Lavergne, Duc Glandieu, Philippe Obliger, Yann Fañch Kemener, André Stas, Yuuko Suzuki et Guillaume Pô, Patrice Josset, Jack Vanarsky.

Lançon Bernard, « Poil et histoire. Les problèmes dermatologiques de l’empereur Constantin (306-337) et leur implication historique », dans Laurent Misery & Stéphane, Heas, Variation sur la peau, tome 2, l’Harmattan, 2008, p. 29-34.
Du rôle politique de la psilose de l’empereur Constantin à un moment crucial de l’histoire de Rome.

Smeralda Juliette, Du cheveu défrisé au cheveu crépu, Paris, éditions Anibwé, 2008.
Le phénomène du défrisage, ou encore du « lissage » du cheveu crépu est ici considéré dans sa dimension historique et socioculturelle.

2009 -
Da Silva Jean, Du velu au lisse, histoire et esthétique de l’épilation intime, Paris, Complexe, 2009.
Le poil pubien y est envisagé du point de vue de son éviction avec une attention particulière portée à sa perception sociale. A recours à de très nombreux objets et faits artistiques contemporains.

Ofek Galia, Representation of Hair in Victorian Litterature and Culture, Londres, Ashgate, 2009.
S’intéresse aux significations historiques, artistiques et littéraires de la chevelure chez les écrivains et les artistes victoriens. Fétichisme et surinvestissement sont mis en relation avec les résonnances symboliques des cheveux et le fait qu’ils fassent à l’époque l’objet de commerce. Examine les œuvres de fictions, les poésies, les écrits anthropologiques et scientifiques, la presse, les publicités, la correspondance, les bijoux, la peinture.

Wiesner-Hanks Merry, The Marvelous Hairy Girls. The Gonzales Sisters and their Worlds, Yale University Press, 2009.
À partir de la peinture de Lavinia Fontana représentant les trois sœurs Gonzales (vers 1583) qui atteintes d’hypertrichosis universales avaient le corps couvert de poils, raconte l’histoire de cette famille dont le père atteint du même mal était né aux îles Canaries, avait été éduqué à la cour d’Henri II et de Catherine de Médicis et devint valet du barbier du roi.

2010 -
Bromberger Christian, Trichologiques, Une anthropologie des cheveux et des poils, Paris, Bayard, 2010.
Titré du grec thrix, thrichos, « poil » en grec ancien cet ouvrage montre avec de multiples exemples qu’il n’y a pas de langage universel de la pilosité mais de nombreuses variations historiques et géographiques attestant la polysémie du poil. Suivant sa longueur, son absence, son traitement, il peut marquer l’âge, le sexe, le statut social ou matrimonial, la vocation, la condamnation, etc.

Brulé Pierre, « Les saisons du poil en Grèce antique », L’Histoire, n° 353, mai 2010, p. 76-79.
Le poil qui était à Athènes signe de virilité ou de barbarie, tour à tour sensuel, sacré, prohibé est très présent dans les textes grecs antiques dans la mesure où plus que tout autre élément de la syntaxe corporelle il offre de multiples possibilités d’intervention : taillé, noué, tressé.

Carr-Gomm Philip, A brief History of Nakeness, Londres, Reaktion Book, 2010, le chapitre « Smoothies, Brazilians and Manscaping», p. 243-248.
Un aperçu de la place de l’épilation pubienne dans l’histoire récente de la nudité collective.

Karadimas Dimitri (publi.), Poils et sang : un imaginaire de la vitalité, Cahiers d’Anthropologie sociale, n° 6, Éditions de l’Herne, 2010. Actes des Journées d’études (22/06/07) de l’Atelier de recherches « Sexualité/ sexualités ». dirigé par F. Héritier et M. Xanthakou. LAS UMR 7130 CNRS-Collège de France. Paris
Les dix contributions qui constituent ce volume adoptent une approche comparative des pratiques portant sur la pilosité et les humeurs corporelles - en particulier le sang - et de l’imaginaire qui oppose sauvagerie, sexualité et vitalité d’un côté et comportement policé, retenue et abstinence de l’autre.
Contributions :
1- Dimitri Karadimas, « Poils, sang et vitalité : une problématique », p. 13-16.
2- Priscille Touraille, « Des poils et des hommes. Entre réalité biologique et imaginaire de genres eurocentrés », p. 27-42
3- Karine Timat, « Amérorrhée, Ianugo et cheveux. Représentations et pratiques autour de la vitalité dans l’anorexie mentale », p. 43-56.
4- Anne-Marie Brisebarre, « Bête de concours : du paraître à l’être », p. 57-70.
5- Salvadore d’Onofrio, « Le cube des fluides. Du poil au sang en Sicile », p. 71-85.
6- Nathalie Manrique, « La moustache de la distinction. Vitalité, pilosité et sang dans les représentations gitanes de la hiérarchie sociale », p. 85-93.
7- Corinne Fortier, « la barbe ou la tresse. Des cheveux et des poils marqueurs de la différence sexuée (société maure de Mauritanie », p. 94-104.
8- Gaëlle Lacaze, « La vie du poil. La construction du genre au cours du cycle de la vie idéale des Mongols », p. 105-116.
9- Jean-Pierre Goulard, « Le sens du poil chez les Tikume (Amazonie) », p. 117-130.
10- Marika Moiusseeff, « Relations, rites et cheveux chez les Aranda », p. 131, 147.

Chevallier Jacques, « L’épilation à travers les âges », Nouv Dermatol, n° 29, 2010, p. 235-240.
Par un dermatologue, une étude historique et technique de l’épilation qui développe une première étude de 2008.

Noireau Christiane, L’esprit des cheveux, Turquant (Maine et Loire), L’À part du beau, 1010.
« La chevelure est toujours objet d’étonnement. Elle est une apparence du corps qui dit la santé, mais aussi l’humeur, le goût, l’appartenance sexuelle, sociale, religieuse et politique, la race, le désir de séduire, de provoquer, parfois d’insulter. »

Rose Stéphane, Défense du poil, contre la dictature de l’épilation intime, Paris, La Musardine, 2010.
Un pamphlet qui fait sienne une bonne part des opinions exprimées dans les forums de discussion et les blogs.

2011 -
Auzépy Marie-France et Cornette Joël (publi.), Histoire du poil, Paris, Belin, 2011.
Dans une perspective historique retrace la place du poil entre le VIe millénaire et aujourd’hui au regard de l’apport pluridisciplinaire de l’histoire culturelle, de l’ethnologie, de l’anthropologie et de la psychanalyse.
Contributions :
1- Marie-France Auzépy, « Introduction. Ceci n’est pas un livre barbant », p. 5-24.
2- M. Halpern, « La bible et le poil », p. 27-45
3- A.M. Moulin, « L’Islam et la « question des poils », p. 47-69
4- Marie-France, Auzépy, « Tonsure des clercs, barbe des moines, et barbe du Christ », p. 71-92
5- G., Sidéris, « Jouer du poil à Byzance : anges, eunuques et femmes déguisées en moines », p. 93-114.
6- J.Gélis, « Le poil monstrueux : femmes à barbe et hommes chien », p. 115-142.
7- F. Joannès, « Les pouvoirs du poil de Sumer à Babylone », p. 145-155.
8- J .Cornette, « "La jeunesse des vieillards, ou la trompeuse apparence ". Quand Louis XIV décida de porter la perruque... », p. 157-183.
9- N. Wang, « En Chine : l’affaire de la natte », p. 185-210.
10- B. Fliche, « Éléments pour une trichologie turque », p. 211-233.
11- E. Gronier, « Les poilus », 235-254.
12- M. Banniard, « De " à poils " à " au poil " : une logique des signes ? », p. 257-264.
13- A. F. Müller-Delouis, « Perspectives anthropologiques sur la pilosité et l’épilation », p. 265-290.
14- P. Avrane, « Le poil Freudien », p. 291-319.
15- J. Cornette, « Conclure ? La moustache d’Henry IV et les cheveux d’Agnès Sorel », p. 321-326.

Bromberger Christian, « Note sur les dégouts pileux », Ethnologie française, vol. 41, 1er trimestre 2011, p. 27-31.
L’auteur examine quelques-unes des transgressions des normes pileuses qui suscitent le dégoût : du cheveu sur la soupe à l’alopécie chimio-induite, en passant par le glabre et le velu des uns et des autres.

Le Gall Jean-Marie, Un idéal masculin, Barbes et moustaches, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Payot, 2011.
L’apparition de la mode de la pilosité faciale masculine à la Renaissance et sa disparition au XVIIIe siècle sont étudiées à la confluence de l’histoire sociale, et de celle des représentations et du sensible.

Pouvreau Florent, Du poil et de la bête : iconographie du corps sauvage à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle), Université de Grenoble II, thèse de doctorat. Thèse soutenue le 21 novembre 2011, Jury composé de Philippe Walter (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle), Christian Bromberger (Aix- Marseille), Miri Rubin (Queen Mary-Université de Londres) et Dominique Rigaux (UPMF - MSH-Alpes). Lauréat du concours des thèses du CTHS 2012 [à paraître au CTHS]

Colloques sans publication

Les États généraux du poil, Paris, Palais de Tokyo, 30 mars-1er avril 2007.
Sous l’épitropie de Claude Gudin et de Thieri Foulc – une proposition du collège de pataphysique.

Le sens du poil, Anthropologie/Mythologies de la chevelure et de la pilosité, 31 mai-2 juin 2007, Brest, Faculté Victor Segalen.
Colloque transdisciplinaire conçu et réuni par Bertrand Lançon (Université de Bretagne occidentale), organisé par Christine Le Bras (Bureau de la coordination de la recherche).

Barbes, moustaches et toisons : jalons pour une histoire du poil ! 5 juin 2013, L’Être Lieu, Cité Scolaire Gambetta-Carnot, Arras.
Journée d’étude organisée par Jean-Christophe Abramovici (université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), et par Mathieu Mercier (université Paris 4 Paris-Sorbonne) dans le cadre du laboratoire Littératures, Histoire, Imaginaires, Sociétés, Territoires, Environnement, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

Films documentaires et expositions

Le cheveu se décode, exposition de Paris, Cité de sciences en partenariat avec l’Oréal, 12 juin 2000 – 6 janvier 2001.
Des points de vue scientifique, esthétique, historique, linguistique, géographique et social, un exposé didactique des multiples aspects culturels du cheveu de même que de la somme de recherches que représente la mise au point d’un produit capillaire .

Hair du temps, le cheveu sous toutes ses coutures, exposition d’Aix-en-Provence, galerie d’art du Conseil général, 17 janvier-29 mars 2009,
Exposition conçue par Olivier Saillard qui présente la place du cheveu dans l’univers de la mode à travers des créations de couturiers et de coiffeurs.

Sophie Levy-Chambon, Tous à Poil, 52 minutes, diffusé sur France 4 le 17 septembre 2009 et le 5 février 2010.
S’intéressant à la phobie contemporaine pour les poils la réalisatrice mène une enquête poussée dans différents milieux (artistique, homosexuels, naturistes), des salons de beauté indiens de la rues Saint-Martin à Paris à un salon réservé aux hommes. Elle donne aussi la parole à ceux qui dénoncent le lissage de la société et prônent le retour du velu.

Blondes, brunes, exposition de Paris, Cinémathèque de Paris, 6 octobre 2010-16 janvier 2011.
Présentation, d’extraits de films, d’archives télévisuelles, de photographies et de peintures sur le thème de la chevelure féminine.

Top of page

References

Electronic reference

Jean Da Silva, « « Hair Studies » : une bibliographie », Apparence(s) [Online], 5 | 2014, Online since 14 February 2014, Connection on 22 August 2017. URL : http://apparences.revues.org/1248

Top of page

Author

Jean Da Silva

Jean Da Silva professeur des universités en arts plastiques et spécialiste de l’art contemporain à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne conduit actuellement des recherches sur l’esthétique des arts de soi propre aux apparences et aux comportements corporels publiques ou intimes, ceci dans une approche esthétique, critique et politique. En 2009, il a publié Du velu au lisse, histoire et esthétique de l’épilation intime aux éditions Complexe.
Jean Da Silva is Professor of Fine Arts at the Université Paris I Pantheon Sorbonne and a specialist in contemporary art. He is currently working on the aesthetics of self, especially appearances and bodily behaviour in both public and intimate contexts. His approach at once concerns aesthetics, critical theory and politics. In 2009, his book Du velu au lisse, histoire et esthétique de l’épilation intime was published by Éditions Complexe.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page