Skip to navigation – Site map
Apparences vestimentaires, identités et statuts en France à l'époque moderne

Corps, apparences vestimentaires et identités en France à la Renaissance

Isabelle Paresys

Abstracts

Body, Dress and Identities in Renaissance France. A specific type of clothed body emerged in 16th century France especially at Court. Clothing put its mark on the body, accentuating sexual dimorphism, imposing either Renaissance rectitude or distortions, transforming the body into a decorative surface for displaying magnificence. Its specificity resulted from the influence of various vestimentary and decorative fashions, starting with the new kinds of civility circulating in Renaissance Europe, which fashioned self-presentation. It found its fullest expression on the bodies of cosmopolitan aristocrats seeking a distinctive eloquence for their particular identity. At the same time, the identities which clothes imprinted on their wearer seemed threatened by transfers of vestimentary practices between sexes, sexual groups, and/or nations. The unease created by this mixture of appearances reflects that of a changing French society, its national identity re-defined in singularly bloody fashion by prolonged religious warfare.

Top of page

Full text

  • 1  . Voir par exemple les travaux pionniers en France de Philippe Perrot pour le XIXe siècle (Le trav (...)
  • 2 . Voir les travaux de Nicole Pellegrin, « Le vêtement comme fait social total », dans Histoire soci (...)
  • 3 . Peter Burke, La Renaissance européenne, Paris, Seuil, 2000, traduction de The European Renaissanc (...)
  • 4 . Essentiellement Madeleine Lazard, « Le corps vêtu : signification du costume à la Renaissance », (...)
  • 5 . Annick Pardailhé-Galabrun, La Naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens. XVIIe-XVIIIe siècles, (...)
  • 6 . Voir la recherche pionnière lancée par Françoise Piponnier, Costume et vie sociale, la cour d’Anj (...)
  • 7 . Janet Arnold, Queen Elizabeth’s Wardrobe unlock’d, Leeds, W.S. Maney & Son, 1988 et plus récemmen (...)
  • 8 . Marie Viallon (éd.), Paraître et se vêtir au XVIe siècle, Actes du XIIIe colloque du Puy-en-Velay(...)

1Le rapport du vêtement au corps et les identités que définissent ses apparences sont souvent évoqués mais rarement pris comme point de départ d’une étude de l’histoire du vêtement en France entre la Renaissance et la Révolution, contrairement aux publications consacrées aux périodes antérieures et postérieures1. Les travaux les plus anciens et classiques se sont d’abord intéressés à l’évolution des styles vestimentaires (Jules Quicherat, Auguste Racinet) et au phénomène de « mode ». Puis, sous l’influence d’autres sciences humaines, le vêtement a été étudié comme témoin d'une culture des apparences marquant la distinction sociale, ou encore comme produit d’une consommation en plein essor à partir du XVIIIe siècle2. La Renaissance — haute Renaissance (1454-1527) et Renaissance tardive (1530-1630) définie dans un sens large, sur le plan européen, par Peter Burke3 — reste cependant délaissée des études françaises, malgré quelques publications ponctuelles à la fin des années 19804. Il est vrai que la documentation concernant le XVIe siècle pose des problèmes insolvables de conservation et de représentativité du corps social. Les documents iconographiques, moins variés que pour les siècles postérieurs, privilégient le monde aristocratique. La conservation des inventaires de garde-robe ou des inventaires après décès est plus aléatoire et ces documents, à la lecture souvent difficile, n’ont pas donné lieu à des enquêtes à la mesure de celles qui furent menées sur la culture matérielle parisienne des XVIIe et XVIIIe siècles5. Les parures du siècle des derniers Valois restent moins attractives aux yeux des Français que ne le sont celles de leurs princes de la fin du Moyen Âge ou encore celles des Tudors pour les Anglais, menées à partir des comptabilités princières6. Celles-ci donnent lieu à un nombre impressionnant de publications sur les garde-robes des souverains et sur la reconstitution de costumes de l’époque, théâtre élisabéthain et pratique décomplexée de l’histoire vivante, dans les pays anglo-saxons, expliquant sans doute cet engouement7. De manière inattendue, c’est la célébration du XXe anniversaire des Fêtes Renaissance du Puy-en-Velay en 2005, fêtes annuelles durant lesquelles habitants et visiteurs peuvent vivre quelques jours costumés à la « mode de François Ier », qui donna lieu à la première manifestation scientifique consacrée en France au vêtement à la Renaissance8.

  • 9 . O. Blanc, Parades et parures, op. cit. Le catalogue d’exposition édité par Harold Koda, Extreme B (...)
  • 10 . Cet article reprend, dans une version revue, augmentée et mise à jour, des thèses abordées dans u (...)
  • 11 . Ulinka Rublack, Dressing Up : Cultural Identity in Renaissance Europe, Oxford, Oxford University (...)

2Or le corps vêtu, du moins le « corps de mode » tel qu’il est perçu dans l’élite sociale qui en a l’engouement, présente une silhouette éloquente, aboutissement d’une évolution engagée depuis la fin du Moyen Âge qui révèle un rapport particulier du vêtement au corps9. Dans ses grands traits, ce corps vêtu dont on étudiera dans cet article les spécificités, se retrouve en Europe occidentale au XVIe siècle, être le produit de transferts culturels entre peuples et groupes sociaux dont on examinera ici les aboutissements à l’échelle française10. Le tout récent ouvrage d'Ulinka Rublack, qui exploite les riches sources germaniques, montre combien la définition de l'identité culturelle par l'habit est un questionnement européen à la Renaissance11. Car, tel qu’il se définit dans son rapport au corps et dans le jeu des influences internes ou extérieures à une société donnée, le vêtement pose la question des identités dont il est, sans doute, le premier marqueur visuel. Il sera donc étudié dans sa première acception, celle qu’il donne au corps de mode contemporain particulièrement éloquent. Puis il apparaîtra comme marqueur d’identités et, enfin, paradoxalement comme brouillant celle-ci sous l’effet des transferts de pratiques vestimentaires entre les sexes, les groupes sociaux et les nations.

Un corps vêtu éloquent

  • 12 . Peter Burke, The Fortune of the Courtier : the European receptio of Castiglione’s Cortegiano. Uni (...)
  • 13 . Sur la critique morale des apparences vestimentaires, voir I. Paresys, « Paraître et se vêtir au (...)
  • 14 . I. Paresys, « La cour de France, fabrique de normes vestimentaires à l’époque moderne », dans Fab (...)

3En 1530, dans son De Civilitate morum puerilium, Érasme pense le vêtement comme étant le « corps du corps ». Le corps habillé touche en effet au plus près la conception et la représentation du corps humain qui fascine tant les gens de la Renaissance. Le vêtement façonne aussi l’apparence. Or la présentation de soi est en pleine redéfinition, comme nous l’examinerons ci-dessous, dans les traités de civilité qui fleurissent au XVIe siècle et qui commencent à apposer leurs marques sur une société de cour et des groupes sociaux enrichis en plein essor12. Il s’agit donc ici de revisiter ce corps que le vêtement rend éloquent, lui donnant un sens qui ne peut être réduit à la seule opposition à celui-ci. Aussi la question des nombreuses critiques émises par les contemporains sera laissée de côté afin de se centrer sur les grands traits de ce corps vêtu émergeant à la Renaissance en France, comme dans la plupart des pays d’Europe occidentale13. La cour, du fait de l’importance du paraître qui s’y impose dans la compétition internationale que se livrent alors les princes et souverains, est le lieu où cette éloquence du corps s’exprime le mieux14.

Silhouettes du corps vêtu

  • 15 . Voir les différents travaux d’Odile Blanc sur l’iconographie du vêtement médiéval, notamment dans (...)
  • 16 . Christine Aribaud, « Les taillades dans le vêtement de la Renaissance : l’art des nobles écriture (...)
  • 17 . Voir I. Paresys, « Vêtir les souverains français à la Renaissance : les garde-robes d’Henri II et (...)

4À l’image d’une Renaissance où cohabitent idéalisation et refoulement du corps humain, le vêtement joue avec celui-ci, le cachant tout en le suggérant et définissant ses limites15. Le corps n’est pas dissimulé en tout. Il peut surgir en partie, symboliquement, par des artifices qui laissent voir la vêture de dessous, doublure et surtout chemise, pièce qui touche le corps au plus près. Taillades ou crevés, d’origine suisse ou germanique, longues fentes séparant des bandes, d’origine espagnole, ces techniques appliquées aux corsages, pourpoints, manches ou hauts de chausses donnent aussi du relief au corps et séduisent les Européens16. Le corps est en outre distrait de la vue avec de nettes différences selon les sexes. Le bas du corps en est l’exemple le plus flagrant. Le raccourcissement du vêtement masculin, entamé au XIVe siècle, se poursuit au XVIe siècle avec l’abandon progressif de la robe au profit du pourpoint, malgré la résistance de celle-ci chez ceux pour qui elle devient l’insigne de leur fonction (lettrés, magistrats, clergé officiant) comme elle l’est de l’aristocratie à Venise, voire même chez ceux pour qui elle reste un vêtement confortable, gardant la chaleur, dont la présence perdure dans les garde-robes masculines tout au long du siècle, du souverain au bourgeois de bonne ville17. Oscillant entre les genoux et les fesses, selon les modes, le vêtement masculin court découvre les jambes et le sexe (Ill. 1 et Ill. 4).

Ill. 1 : École française, Bal à la cour d’Henri III, dit autrefois Bal du duc d'Alençon, v. 1582. Paris, musée du Louvre.

Ill. 1 : École française, Bal à la cour d’Henri III, dit autrefois Bal du duc d'Alençon, v. 1582. Paris, musée du Louvre.
  • 18 . Voir par exemple, École française, Bal à la cour de Henri III, dit autrefois Bal du duc d’Alençon(...)
  • 19 . Henri Estienne, Deux Dialogues du nouveau langage françois italianizé et autrement desguisé, prin (...)

5Inversement des techniques complexes (vertugadins coniques, bourrelets ou tambours autour des hanches à la fin du XVIe siècle) occultent sur le corps féminin ce que l’homme gagne en ostentation, accentuant ainsi le dimorphisme sexuel et l’effet visuel de distinction des sexes18. L’engouement pour l’évasement de la jupe, venu d’Espagne en France sous François Ier, amène à dissimuler les formes que suggéraient encore, au début du siècle, de longues jupes souples. Plaçant littéralement sous cloche un corps féminin traditionnellement sous surveillance, cette anatomie nouvelle peut heurter par l’absence de proportion entre le bas et le haut du corps. « Une qui auroit ainsi le corps de nature seroit comme un monstre », s’exclame l’humaniste et imprimeur Henri Estienne. Elle risque aussi, craignent les moralistes, d’engendrer la lubricité par sa capacité à dissimuler les grossesses19.

  • 20 . Expression reprise de John C. Flügel, Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire, Paris, Aubier-Mon (...)
  • 21 Jean et François Clouet, François Ier, roi de France, vers 1535, Paris, musée du Louvre : http://ww (...)

6Le vêtement redessine ainsi une anatomie du corps à laquelle ajustement et hypertrophie donnent de nouvelles limites. Une notable « extension du moi corporel » se fait jour à dans le courant du XVIe siècle20. Le corps de la femme apparaît tout en hanches, identifiant ainsi sa féminité. Au contraire la carrure masculine est soulignée, comme on peut le voir sur le célèbre portrait de François Ier par les Clouet (vers 1535) (Ill. 2)21.

Ill. 2 : J. et F. Clouet, François Ier, vers 1535. Huile sur bois. Musée du Louvre. Paris.

Ill. 2 : J. et F. Clouet, François Ier, vers 1535. Huile sur bois. Musée du Louvre. Paris.
  • 22 François Clouet, Charles IX, roi de France, 1566, Paris, musée du Louvre : http://www.photo.rmn.fr/ (...)
  • 23 . On retrouve le même jeu des jointures dans le corps vêtu féminin. Les termes techniques, par exem (...)

7Toujours mise en valeur par le vêtement, elle évolue cependant de celle « d’athlète » vers une carrure plus étroite, lui conférant une silhouette plus verticale à partir du milieu du siècle, sous l’influence de la mode espagnole. Le portrait de Charles IX par François Clouet, en 1566, en est un bon exemple (Ill. 3)22. Le corps masculin paraît alors tout en membres grâce à l’insistance sur les jointures du corps qui les attachent au tronc : épaulettes renforcées, hauts-de-chausses bouffants aux fesses ou fraise au cou23.

Ill. 3 : F. Clouet, Charles IX, 1566. Musée du Louvre. Paris

Ill. 3 : F. Clouet, Charles IX, 1566. Musée du Louvre. Paris
  • 24 . Pour plus de détail sur cette question, on renverra le lecteur à l’article de Gabriel A. Pérouse, (...)
  • 25 . Voir I. Paresys, « Paraître et se vêtir… », art. cit. et Jean-Michel Laspéras, « Quand l’habit fa (...)
  • 26 . « Voyage de J. Lippomano, ambassadeur de Venise en France en 1577 », dans J.M. Goulemot, P. Lidsk (...)
  • 27 . Voyage de J. Lippomano…, op. cit., p. 126-7 et Michel de Montaigne, Journal de voyage en Italie, (...)
  • 28 . Sur la différence des sexes, voir Sylvie Steinberg, La Confusion des sexes. Le travestissement de (...)
  • 29 . Voir le chapitre « Masculin ou féminin ? » dans S. Steinberg, op. cit., notamment les p. 180 à 19 (...)

8Cette nouvelle silhouette est peut-être à mettre en relation avec une conception nouvelle de la beauté, relevée dans la littérature, qui sous l’influence de l’humanisme, apprécie des formes plus graciles et non plus la seule force physique24. L’ajustement du vêtement au corps, vilipendé par les moralistes, renforce cette impression25. Il a pour effet d’étirer les silhouettes des deux sexes, mais aussi de suggérer leur morphologie, rendant l’identité sexuelle explicite. À la cour de France en 1577, les culottes masculines sont si ajustées « qu’elles dessinent fidèlement les formes naturelles »26. Utilisant le contraste entre ajustement et hypertrophie, le jeu du vêtement accentue en outre la finesse de la taille. Cela est notable dans la silhouette masculine à partir du milieu du siècle, entre le pourpoint, ajusté au tronc, et les hauts de chausses bouffants. La taille féminine paraît encore plus fine par l’opposition visuelle entre le corps de robe baleiné enserrant le buste et le vertugadin, devenu plus large en France qu’en Espagne dans les années 1570, mode adoptée aussi aux Pays-Bas et en Angleterre [voir Ill. 1]. Ce principe rend alors la « tournure » des Françaises « encore plus élégante […] plus légère et plus svelte » commente Montaigne, qui s’étonne des « ceintures trop lâches, comme femmes enceintes » des Romaines, témoignant ainsi que l’engouement de ses compatriotes pour la taille étroite des femmes ne fait pas l’unanimité en Europe27. Dans ses grands traits, l’anatomie du corps vêtu souligne un dimorphisme sexuel nettement marqué qui s’impose définitivement au XVIe siècle pour durer jusqu’au XXe siècle. Le corps vêtu féminin est attiré vers le bas quand celui de l’homme l’est vers le haut. Cette conception rappelle celle de la physiognomonie, discipline florissante entre le XVIe et le XVIIe siècle, qui décrit les caractères physiques de l’un et l’autre en opposition28. Un des ouvrages à succès du temps, le De Humana Physiognomonia de Giambatista Della Porta (1586), explique cette opposition des silhouettes par les tempéraments opposés de leurs corps et non par leur sexe. Les parties inférieures sont plus grosses chez la femme à cause de sa complexion froide qui attire le corps vers le bas, et inversement chez l’homme, du fait de sa chaleur qui porte le développement de son corps vers le haut. Cette opposition n’exclut cependant pas, pour les médecins et les physiognomonistes la complémentarité fondamentale de l’homme et de la femme qu’illustre, dans leurs ouvrages, la figure de l’androgyne29. L’emboîtement des silhouettes vêtues des hommes et des femmes, dans la mode en France au XVIe siècle, n’est pas sans rappeler l’unité du genre humain.

Un corps contraint

  • 30 . Contraintes sur le corps sur lesquelles Georges Vigarello attira l’attention dans Le corps redres (...)
  • 31 . Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, Paris, Gallimard, 1991, I, V, p. 129 et Journal (...)

9Le vêtement réaménage l’anatomie corporelle en la cachant, en l’ajustant ou en l’hypertrophiant. Pour répondre à ces critères esthétiques, le corps doit accepter, au détriment de l’aisance du porteur, des contraintes qui pèsent sur le corps entier comme sur certaines de ses parties30. La première est celle du poids, lié à l’importance que prend la parure dans le vêtement d’apparat à la cour (cf. ci-dessous). Les témoignages concernent le vêtement féminin dont la masse est accrue par les importants métrages des robes. Marguerite de Valois, sœur du roi Charles IX, participe en 1571 à la procession des Rameaux à Blois, vêtue d’une robe confectionnée dans 15 aunes de drap d’or (18 mètres !) « bien qu’elle pesast extrêmement ». Seule sa haute taille, explique Brantôme, le lui permet « car si elle eust été une petite nabotte de princesse […] ell’eust crevé sous le faiz [le poids] ». D’autres contemporains témoignent de toilettes de femmes, chargées de lourds habits brodés ou couvertes de perles et pierreries, qu’elles ne peuvent « soutenir » ou qui les empêchent de « remuer » ou de « se tourner »31. Le corps vêtu d’apparat semble alors réifié, le corps animé étant assujetti par l’inanimé. Cette contrainte ne touche évidemment que quelques individus amenés à paraître et particulièrement l’aristocratie de cour.

  • 32 . I. Paresys, « ‘Pour faire un corps bien espagnolé’. Corps vêtu, corps paré à la Renaissance », da (...)
  • 33 . Bal à la cour des Valois, vers 1580. Rennes, Musée des Beaux-Arts (détail : couple dansant). http (...)
  • 34 . Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille, Atelier de reproduction des (...)
  • 35 H. Estienne, Deux Dialogues..., op. cit., p. 189.

10La contrainte du corps bien espagnolé, pour paraphraser Montaigne qui définit ainsi la silhouette féminine de mode, est acceptée plus largement, au point de marquer le corps des femmes, jusqu’au début du XXe siècle, et celui des hommes avec le port du raide habit noir32. Elle s’observe dans l’absence de plis sur les pourpoints comme sur les jupes féminines (jusqu’aux années 1560-70 pour celles-ci), dans la rigidité des cols droits auxquels succèdent les fraises dans la deuxième partie du siècle. Et surtout, elle imprègne sa marque sur le buste féminin grâce au corps baleiné, renforcé à partir du milieu du siècle par le busc, lame large écrasant le ventre ou les côtés. « Quelle geine ne souffrent elles, guindées et sanglées, à tout [avec] de grosses coches [entailles] sur les costez, jusques à la chair vive ? Ouy [même] quelquefois à en mourir » s'exclame Montaigne ! Lui-même n’est pas épargné par le pourpoint masculin, tendu comme une peau de tambour sur le buste dont il écrase les reliefs naturels pour le raidir et aussi pour le remodeler grâce à des rembourrages divers (crin, laine, baleines) dont le « lourd grossissement […] nous faict tous autres que nous sommes, si incommode à s’armer » (Essais, I-XXXVI). Le corps vêtu, par ailleurs composé de pièces détachables (manches, boutons, corps, braguette, etc), en vient à nécessiter l’assistance d’une main-d’œuvre tierce pour se vêtir et pour paraître. Le corps contraint est conçu comme un volume purement plastique, non physiologique, comme dépourvu de corporéité. À l’extrême, le vêtement arrive même à le distordre, pratique en vogue dans les années 1580. La mode française des bustes très pointus, renforcés par le renflement proéminent du panseron masculin — que d’aucuns attribuent au séjour polonais du roi — et par l’étranglement en pointe de la taille féminine, accentue la cambrure du corps33 [Ill. 4] Cet effet visuel de distorsion de l’axe du corps relève du goût pour l’illusion comme pour le décor trompeur qui caractérise la culture de la cour d’Henri III étudiée par Jacqueline Boucher34. Peu de voix s’élèvent au XVIe siècle contre les risques médicaux encourus. Seul Henri Estienne relate le cas de demoiselles ayant porté des buscs au dépens de leur grossesse « pour ne pas perdre l’honneur d’avoir le corps gent, ne faisoyent point de conscience de perdre ce qui leur devoit estre aussi cher que la vie »35.

Ill. 4 : École française, Bal à la cour des Valois, vers 1580. Rennes, Musée des Beaux-Arts (détail : couple)

Ill. 4 : École française, Bal à la cour des Valois, vers 1580. Rennes, Musée des Beaux-Arts (détail : couple)
  • 36 . Georges Vigarello, Le Corps redressé, Paris, Delarge, 1978.
  • 37 . Didier Érasme, De Civilitate morum puerilium [1530], éd. dans Jean-Pierre Seguin, La Bienséance, (...)
  • 38 . Toineau Arbeau [Jehan Tabourot], Orchésographie et traicté en forme de dialogue par lequel toutes (...)
  • 39 . Baldassare Castiglione, Le livre du courtisan [1528; 1ère éd. française, 1537], Paris, Garnier-Fl (...)

11L’acceptation de ces contraintes n’est pas à mettre au seul chef, comme le fait traditionnellement l’histoire dite « du costume », d’une vague venue d’Espagne qui subjuguerait l’Europe du fait du prestige politique des Habsbourg. Elle est à rechercher dans un phénomène qui n’est ni politique, ni économique, ni proprement espagnol, même si la cour ibérique y fut peut-être sensible plus tôt qu’ailleurs. Il est à mettre en relation avec le travail du contrôle de soi que tentent d’inculquer les livres de civilité en vogue au XVIe siècle qui développent une « sémiologie de la rectitude »36. Érasme, Castiglione, Della Casa et leurs imitateurs, dont les traductions circulent en Europe, portent un intérêt intense au travail à mener sur le corps — dans ses fonctions naturelles comme dans ses mouvements — que l’on souhaite réformer dans le sens de plus de mesure et de rectitude37. Les manuels de danse, activité essentielle à la culture de cour, contribuent à ce travail. Ils prescrivent comme le fait l’Orchésographie de Jean Tabourot publiée à Langres en 1589, d’avoir « le corps droit, la vue assurée, craché et mouché », les mains pendantes sans gesticulations et d’être habillé « proprement et nettement »38. Car la manière de se vêtir est capitale dans une société où règne le paraître pour définir l’être. Le Courtisan, écrit Castiglione, doit donc « réfléchir à ce qu’il veut paraître, et se vêtir d’une manière qui correspond à l’impression qu’il désire donner de lui-même, et faire que ses habits l’aident à être tenu pour tel, même de la part de ceux qui ne l’entendent pas parler, et ne lui voient faire aucune chose »39. Le corps contraint par le vêtement donne l’impression de dignité et de noblesse. Il participe à la Renaissance à la construction d’une nouvelle éloquence du corps constitutive de la distinction, si bien intériorisée par l’élite sociale que Montaigne peut écrire en 1580 que :

[...] entre ma façon d’estre vestu et celle d'un paysan de mon pays, je trouve bien plus de distance qu'il n'y a de sa façon à un homme qui n'est vestu que de sa peau. […] Comme je ne puis souffrir d'aller desboutonné et destaché, les laboureurs de mon voisinage se sentiroient entravez de l’estre. (Essais, I-XXXVI).

12Un autre élément distingue le corps vêtu aristocratique de celui du paysan, et plus encore dans la société curiale : c’est l’ostentation de sa magnificence.

Un corps magnifié

  • 40 . O. Blanc, op. cit.
  • 41 . Voir N. Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, chapitre II : « le système des dépens (...)
  • 42 . Le centrage d’une grande partie de cette étude sur le corps vêtu aristocratique ne signifie pas l (...)
  • 43 . Brantôme, op. cit., I, II, p. 53 et « Relation de Giovanni Michiel en 1572 », dans Les ambassadeu (...)
  • 44 . Voir les nombreux travaux des médiévistes, tels que ceux cités en note 6.
  • 45 . Sur la cour de Bourgogne, voir la thèse de Sophie Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour d (...)

13Par son jeu sur l’anatomie et sur les sens visuels, le vêtement rend compte du « sensible corporel »40. L’éloquence du corps vêtu prend tout son éclat lorsque celui-ci est magnifié par l’ornementation, les couleurs et les accessoires vestimentaires. Le corps vêtu à la Renaissance entre alors en performance, alors que la présentation de soi se fait dans un cadre matériel de plus en plus ostentatoire comme en témoignent l’architecture civile, la décoration intérieure, l’alimentation ou les bijoux par exemple. L’aristocratie occidentale ne manifeste pas seulement ainsi un sens de la dépense démonstrative41 nécessaire à l’expression de la hiérarchie sociale et de celle des rangs42. Elle participe aussi à l’émulation qui existe entre les cours entrainées dans une rivalité internationale. La monarchie française, mise à mal par les guerres civiles et religieuses après 1562, déploie d’ailleurs à cet effet un sens particulier de la théâtralité dans lequel le corps vêtu est un spectacle donné à tous, sujets et étrangers. L’entrevue de Bayonne avec la cour d’Espagne (1565) ou le mariage de la catholique Marguerite de Valois avec le calviniste Henri de Navarre (1572) par exemple, mettent en scène la magnificence des corps vêtus afin que l’étranger ne nous tienne pas « tous en France pour de grands gueux », « signe que le royaume n’est pas dans la désolation que l’on présume mais qu’il s’en est présentement rétabli »43. L’aristocratie témoigne aussi, à travers la parure, d’une volonté d’expression de la singularité individuelle qui s’affirme, depuis la fin du Moyen Âge, de manière systématique et beaucoup plus emphatique dans la sphère du pouvoir et des cours44. L’engouement pour un corps vêtu magnifié, non dénué d’un besoin d’esthétisme, doit certainement beaucoup en France, comme en Espagne par exemple, au rayonnement des cours bourguignonnes et italiennes dès le XVe siècle et au souci de les dépasser dans le faste45.

  • 46 . Bernard Allaire, Pelleteries, manchons et chapeaux de castor. Les fourrures nord-américaines à Pa (...)
  • 47 Voir les illustrations 2 et 3 ainsi que le détail du portrait de François Ier par les Clouet : rinc (...)
  • 48 . Alain Gruber (dir.), L’Art décoratif en Europe. Renaissance et Maniérisme, Paris, Mazenod, 1993.
  • 49 . Thomas Platter dans Le Voyage de Thomas Platter 1595-1599 (Le siècle des Platter II), éd. par Emm (...)
  • 50 . Brantôme, op. cit., p. 402-403.

14L’éloquence du corps vêtu s’exprime, au premier coup d’œil, par la qualité des textiles somptueux, dont le goût viendrait d’Italie, qui finissent par détrôner les fourrures dispendieuses dans la deuxième partie du siècle46. Les soieries l’emportent, comme signes de luxe comme pour leur qualité décorative, ainsi que les premières dentelles de lin, dans les années 1580. Dans la haute aristocratie, le vêtement devient une surface décorative qui atteint son paroxysme dans les somptueux portraits princiers. Les diverses techniques, qu’elles inscrivent les motifs dans le textile même (damas par exemple), qu’elles se superposent à lui (broderies, taillades, appositions de bijoux) ou qu’elles jouent sur l’assemblage des matières (velours/satin par exemple) rompent avec la raideur structurelle imposée au corps vêtu pour lui offrir reflets et reliefs. Les motifs des ornements — entrelacs, rinceaux, mauresques — reprennent ceux en vogue dans les arts décoratifs du temps à l’image d’une présentation de soi conçue comme un tout47. Les mêmes recueils d’ornementique les véhiculent en effet dans l’Europe de la Renaissance tardive48. Bien que la poésie idéalise la beauté du corps dans des poèmes anatomiques à succès, les blasons, la splendeur du corps vêtu transcende les imperfections du corps de chair. Les vêtements somptueux du jeune duc de Guise, aperçu par Thomas Platter, font oublier qu’il est « fort laid de visage, avec son nez écrasé »49. Ils excitent aussi, selon Brantôme, l’ardeur amoureuse sans que la beauté corporelle puisse rivaliser. Lorsque l’on manie sans ménagement, « abat et porte par terre les draps d’or, les toilles d’argent, les clinquants, les estoffes de soye, avec les perles et pierreries », argumente-t-il, « l’ardeur, le contentement s’en augmente davantage, et certes plus qu’en une bergere ou autre femme de pareille qualité [condition sociale], quelque belle qu’elle soit »50.

  • 51 Les couleurs apparaissent sur leurs pourpoints. Quant à leurs épouses, leurs robes sont noires depu (...)
  • 52 J. Boucher, Société et mentalités…, op. cit., 2e partie, chap. III, p. 1139-1144.
  • 53 Voir I. Paresys, « Vêtir les souverains français à la Renaissance… », art. cit. et J. Boucher, Soci (...)
  • 54 . I. Paresys, « Le noir est mis… », art. cit.
  • 55 . J. Harvey, op. cit. ; voir aussi notes 25 et 44.
  • 56 . Thomas Platter in E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 247. Voir le tableau de la confrérie du Puy Not (...)
  • 57 . Je remercie Gil Bartholeyns d’avoir éclairé mon propos sur ce point en me communiquant son tout r (...)

15La couleur intervient elle aussi dans l’ornementique du corps vêtu. Montaigne témoigne en 1580 du changement de goût des « François accoustumez à nous biguarrer, non pas moy, car je ne m’habille guiere que de noir ou de blanc, à l’imitation de mon pere » (Essais, I, XXXVI). On relève alors en effet un goût prononcé pour les couleurs voyantes chez les nobles de haut rang comme dans l’élite urbaine, tels les médecins parisiens par exemple51. On recherche à la cour d’Henri III (1574-1589), où la polychromie vestimentaire est particulièrement poussée (voir Ill. 4), l’accord ou l’opposition des couleurs : jaune, gris, blanc, vert, noir, orange, bleu, violet… auxquelles on donne une symbolique non dépourvue de sensualité52. Cette vogue alors singulière n’occulte guère la promotion du noir, décisive depuis le XVe siècle en France et en Europe, via la cour de Bourgogne qui le transmet à celle d’Espagne. Bien implanté en France vers 1530-40, il devient dominant à partir de la fin du règne de François Ier et de celui d’Henri II (1547-1559), et bien présent dans les garde-robes royales53. Somptueux sur le corps du souverain, le noir se fait plus modeste sur celui de ses sujets comme on le voit sur les portraits des élites urbaines amiénoises de la fin du siècle (voir Ill. 5)54. Le corps vêtu de noir est alors paradoxalement chargé de plusieurs sens : signe extérieur du pouvoir princier ou marchand en même temps que signe moral de tempérance, que reprennent aussi bien les protestants que les catholiques. Tous goûtent cette « élégance modeste » qu’au début du siècle Castiglione recommandait à l’habit quotidien du Courtisan (livre II, XXVII), cette « sobriété qu’observe si bien la nation espagnole, parce que les choses extérieures souvent portent le témoignage des choses intérieures ». La même couleur peut donc définir plusieurs identités au XVIe siècle55. Inversement, il serait imprudent de systématiser la présence du noir en France sur l’ensemble du territoire. Si en 1605, à l’image des élites urbaines voisines des Pays-Bas espagnols, les très catholiques bourgeois d’Amiens se font représenter le corps vêtu de noir sur les tableaux du Puy Notre-Dame, leur apparence contraste avec les « ac­coutrements bariolés » de « perroquets » de leurs compatriotes marseillaises, dont le « manque de goût » est relevé par le sobre calviniste Thomas Platter en 159756. En cela — la sobriété chromatique de leurs vêtements, lorsqu’elle est de mise comme à Amiens — morale protestante et morale catholique se rejoignent. Sûr de son élection au salut, le protestant doit ‘montrer’ une attitude inverse de l’orgueil quand le catholique post-tridentin, dans l’incertitude de son salut, gagne celui-ci par ses œuvres méritoires et doit ‘faire preuve’ de modestie, de décence et de charité57.

  • 58 . Sur le « bas corporel » : Mikhail Bakhtine, L’oeuvre de François Rabelais et la culture populaire (...)
  • 59 . François Rabelais, La Vie très horrificque du grand Gargantua, Paris, Garnier-Flammarion, 1968 [1 (...)
  • 60 . J. C. Persels, « Brageta Humanistica… », art. cit. et Thomas Lüttenberg, « The Cod-piece. A Renai (...)
  • 61 . Qualificatif employé dans Béroalde de Verville, Le Moyen de parvenir (1617), Albi, éd. du Passage (...)
  • 62 . Un ouvrage récent, par deux spécialistes anglaises de la conservation et des techniques de fabric (...)
  • 63 . Voir par exemple, Nadège Laneyrie-Dayen, L’Invention du corps. La représentation de l’homme du Mo (...)

16Enfin, accentuant l’éloquence du corps, certains organes donnent lieu au port d’accessoires qui étendent spectaculairement le corps hors de ses limites naturelles. L’hypertrophie de la braguette dans les deux premiers tiers du siècle et celle du col par la suite, via la fraise et autres collerettes, attirent l’attention vers deux parties essentielles du corps : le pénis et la tête. Et l’engouement est européen. Chez l’homme, le « bas corporel », sur lequel la littérature contemporaine rabelaisienne du rire et du grotesque porte un regard burlesque, voit croître la taille de la braguette58. Celle-ci s’orne au XVIe siècle, sous l’influence des lansquenets suisses et germaniques, d’un étui pénien rigide incurvé. Sa « vertu érective et confortative du membre naturel » (Rabelais, Gargantua, VIII) est magnifiée par la littérature rabelaisienne59. Son rôle manifestement sexuel, substituant « au lieu des parties vrayes […] d’autres extravagantes au triple » déplore Montaigne (Essais, I-XXXVI), est clair pour les contemporains qui craignent les vertus castratrices du nouement de ses aiguillettes. Mais sur le corps du prince de la Renaissance, peint par les Clouet, Holbein ou Titien, s’exprime aussi une conception du pouvoir qui pense sa mesure dans sa visibilité extrême et dans sa capacité érectile [voir Ill. 3]. Cette visibilité passe encore par sa bragardise, du moins jusqu’aux années 1570 en France, terme qui comprend l’élégance, le faste et l’exhibition de la virilité. Plus généralement, la braguette est celle d’un humanisme triomphant viro-centrique qu’incarne un Panurge doté de ce rabelaisien « arc boutant »60. La génération de Montaigne finira par trouver « ridicule » cet accessoire, signe que le pouvoir masculin n’a alors plus besoin de s’affirmer explicitement comme phallique (Essais, III-V). Un renouveau moral, surgi des guerres de religion durant lesquelles les huguenots sont qualifiés d’« ébraguettés » par les catholiques, y a peut-être laissé sa marque61. La fraise, émergeante sur les cols masculins comme féminins depuis les années 1560, persiste jusqu’à la fin du siècle pour imposer la raideur du port de tête qui correspond bien à la sémiologie de la rectitude déjà relevée pour l’ensemble du corps vêtu62. Elle met aussi en valeur la tête, partie la plus noble du corps au nom d’une hiérarchie haut/bas, et particulièrement le visage. Celui-ci est alors l’élément le plus étudié de la littérature physiognomonique qui y voit la « fenêtre de l’âme » qui siège dans la tête. À partir du milieu du siècle, d’innombrables ouvrages de métoscopie se livrent à cet art d’interpréter les lignes du visage, signe de l’importance que prend cette partie du corps63. Ainsi, façonnant l’apparence en se substituant à l’anatomie réelle, le corps vêtu participe à la définition et à la reconnaissance des identités dont il est le premier marqueur visuel.

Un corps vêtu, marqueur d’identités, soumis au cosmopolitisme

  • 64 . Jean-Claude Margolin, « La dialectique du même et de l’autre à la Renaissance : identification, e (...)

17Le corps vêtu rappelle et souligne aux yeux de chacun que celui-ci n’est pas celui-là, dans une « dialectique du même et de l’autre »64. En d’autres termes, le vêtement a une fonction essentielle dans l’identification des différences sexuées, sociales ou nationales, au même titre que la langue, les gestes ou les positions du corps. Du Bellay met ainsi en garde ses compatriotes amateurs du voyage en l’Italie :

  • 65 . « Le poète courtisan » (1559), dans Joachim Du Bellay, La monomachie de David et de Goliath. Ense (...)

Mais retiens ce précepte en ta memoire encore :/ C’est que tu pourras bien François partir d’icy, / Mais tu retourneras Italien aussi/De geste, de port et de langage/Bref d’un Italien tu auras le pelage,/Afin qu’entre les tiens admirable tu sois :/Ce sont les vrays appas pour prendre noz François65.

18Au XVIe siècle on utilise de plus en plus le vêtement — on dit alors plutôt l’habit — pour caractériser l’identité des peuples, leur attribuant des labels nationaux démentis par la diversité des pratiques vestimentaires à l’intérieur même d’une frontière et contredits par les influences étrangères.

Vêtement et identité des peuples

  • 66 . Georges Wildenstein, « Un fournisseur d’habits de théâtre et de mascarade à Paris sous Henri III  (...)

19Au même titre que la caractériologie des peuples qui apparaît dans les ouvrages historiques, relations diplomatiques, mémoires ou journaux, voire même dans les textes des premiers atlas cartographiques, le vêtement illustre l’identité des peuples. Car la variété des manières de se vêtir reflète la diversité des nations particulièrement mise en valeur par le costume lors des mascarades, divertissements mondains déjà à l’honneur à la cour de Bourgogne et à celle de Toscane. Elles sont l’objet d’un véritable engouement à la cour des deux derniers Valois. Le déguisement, ou habit de masque, donne non seulement l’illusion de changer d’état social ou sexuel mais aussi de nation. Sous Henri III, le fripier parisien Pierre Folleville loue des costumes à cet usage : « accoustremens de paysans de toile de chanvre », habits de reîtres allemands et de Suisses, robes « façon de Turquie ». En 1580 par exemple, des masques vêtus en allemandes, espagnoles et portugaises, ou en reîtres, accueillent l’ambassadeur anglais à la cour de France66.

  • 67 . Thomas Platter in E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 415.
  • 68 . Ibid., p. 406 et 525. Le setier est une mesure de grains.

20La confrontation visuelle avec l’autre, que ce soit dans la vie quotidienne, à travers l’illustration d’imprimés ou encore lors de voyages dans d’autres contrées, fait elle aussi prendre conscience de la diversité des modes de se vêtir. Étudiant la médecine à Montpellier et amateur de voyages à ses heures, le jeune bâlois Thomas Platter ne peut s’empêcher de comparer les habits portés en France et en Espagne, ceux-ci étant « très différents de ce qu’on peut voir en France au point de vue vestimentaire. Dans les débuts, ça me surprenait tant et plus »67. Bien qu’il ne soit pas l’objectif premier des relations de voyages ou d’ambassades, le vêtement attire inévitablement le regard du visiteur. Se livrant rarement à des descriptions complètes, les auteurs relèvent cependant quelques détails vestimentaires comme autant de témoignages de l’« étrangeté » des peuples : étrangeté par rapport à leur propre pays, voire même étrangeté entre provinces françaises. Ainsi les couvre-chefs féminins attirent particulièrement leur attention, tant ils semblent caractériser l’identité originale de la population rencontrée, en sus de leur rôle de marqueur sexuel. Ainsi Thomas Platter, à la fin du XVIsiècle, comme le fit Montaigne en son temps sur le chemin vers l’Italie, se plaît à relever les têtes enturbannées par un voile blanc — mais jugées fort laides — des bourgeoises narbonnaises ou encore la singulière coiffe des rouergates qui « ressemble à une mesure de blé […] comme un gros setier » (1599)68.

  • 69 . Voir Gabriele Mentges, « Pour une approche renouvelée des recueils de costumes de la Renaissance. (...)
  • 70 . François Desprez, Recueil de la diversité des habits, qui sont de present en usage, tant es pays (...)

21Mieux encore, les recueils imprimés d’habits diffusent cette idée de l’identification d’un peuple par le vêtement auprès d’une élite cultivée de curieux, amateurs de voyages en chambre, qui se les approprie69. En 1562 est publié à Paris par François Desprez un recueil d’un type nouveau, bientôt repris dans d’autres villes européennes (Cologne, Anvers, Liège, Venise…), qui consiste à juxtaposer différents peuples figurés en habit par l’image en images dans un seul recueil d’estampes. Ceux-ci sont essentiellement européens, malgré la vocation universelle affichée dans les titres. Ce Recueil de la diversité des habits, qui sont de present en usage […] ambitionne de faire connaître « les habis clairement/Qui les humains font l’un de l’autre estrange » [Ill. 6]70.

Ill. 6 : F. Desprez, Recueil de la diversité des habits, qui sont de present en usage, tant es pays d’Europe, Asie, Afrique & isles sauvagers, le tout fait apres le naturel, Paris, Richard Breton, éd. de 1567.

Ill. 6 : F. Desprez, Recueil de la diversité des habits, qui sont de present en usage, tant es pays d’Europe, Asie, Afrique & isles sauvagers, le tout fait apres le naturel, Paris, Richard Breton, éd. de 1567.
  • 71 . Voir I. Paresys, « Images de l’Autre vêtu à la Renaissance. Le recueil d’habits de François Despr (...)
  • 72 . Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales, Paris, Le Seuil, 2001, p. 162 et sq.
  • 73 . I. Paresys, « Apparences vestimentaires et cartographie de l'espace en Europe occidentale aux XVI(...)
  • 74 . Lutetia, 
vulgari nomine Paris,
 urbs Gallia maxima, dans Georg Braun et Franz Hogenberg, Civitat (...)

22Les corps vêtus illustrés par les 121 gravures sont les éléments de la reconnaissance des peuples71. Signes d’un temps où l’on n’en est pas encore à promouvoir le « costume » dit traditionnel, incarnant la nation au-delà des différences régionales ou sociales72, les variables sont encore bien géographiques ou sociales. Le gentilhomme, par exemple, côtoie la bourgeoise de Paris, l’artisan françoys, la rustique françoyse mais aussi la Picarde ou le Champenois. Néanmoins, lorsqu’une zone géographique est plus méconnue par le graveur ou ne suscite guère sa curiosité, une figure unique — ou un couple — suffisent à incarner l’ensemble d’un peuple, tels l’Angloyse, le Pollognoys ou l’Italienne, ou les couples de Suisses ou Portugais par exemple. Dans ce type de source, le vêtement incarne bien l’identité des peuples dans toute sa complexité, en un temps où la construction de l’identité nationale est en pleine élaboration. Il ne faut guère s’étonner, dans ces conditions, de retrouver une bonne part des figures gravées par Desprez reprises comme illustrations de l’Atlas des Civitates Orbis Terrarum de Braun et Hogenberg, édité à Cologne entre 1572 et 161873. Dressés au premier plan de leur cité, tels le Courtisan et la Demoiselle copiés sur les figures de François Desprez, posés devant Paris, ou la musicienne Lyonnaise devant Lyon — les figures en habits incarnent l’identité urbaine au même titre que les clochers, les murailles ou la forme même de l’espace représenté [Ill. 7]74.

Ill. 7 : Lutetia, 
vulgari nomine Paris,
urbs Gallia maxima, in Braun…, in Braun et Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum…, vol. 1., 1572. Jérusalem, Jewish National and University Library.

Ill. 7 : Lutetia, 
vulgari nomine Paris,
urbs Gallia maxima, in Braun…, in Braun et Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum…, vol. 1., 1572. Jérusalem, Jewish National and University Library.
  • 75 . Fanny Cosandey, La Reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000.

23La question de la vêture des reines de France souligne enfin combien, au niveau du royaume, le vêtement tend à incarner l’identité d’une nation. Les observateurs ne manquent pas de relever l’accoutrement des princesses étrangères que, pour des raisons diplomatiques, Valois et Bourbons se mettent de plus en plus à épouser, habits de leur cour natale ou dynastie que les jeunes femmes conservent jusqu’à ce que soient réitérées leurs noces en France. Ainsi Mary Tudor débarque en France en 1514 « accoustree à la mode dangleterre » afin d’épouser Louis XII. Éléonore d’Autriche, sœur de Charles Quint et veuve du roi du Portugal, porte en 1530 un habillement « obscur […] et un manteau de velours noir à la mode d’Espaigne » où elle résidait au moment d’épouser François Ier. Quant à la florentine Marie de Médicis, elle entre à Avignon en 1601 « vestue et attifée aussi à l’italienne ». Après les noces, on retrouve ces princesses toutes vêtues à la mode de France « laquelle il faisoit meilleur veoir » que les autres, soulignent les chroniqueurs de cérémonies officielles qui savent ainsi flatter le prince. Car, en tant que souveraine, la reine se doit d’être toute française (et future mère d’un roi), qualité que sa parure vestimentaire incarne publiquement lors des grandes cérémonies monarchiques, après une métamorphose qui la fait changer doublement d’état-État75. On peut alors se demander ce que signifie en matière vestimentaire ce qualificatif de français associé à une manière de se vêtir à la Renaissance.

Se vêtir à la française

  • 76 . « Vêtus et chaussés à la française » dans Stella Mary Newton, The Dress of the Venetians, 1495-15 (...)
  • 77 . G. Comiso, Les Ambassadeurs vénitiens…, op. cit., p. 127.
  • 78 . Brantôme, Recueil des Dames, I, II, p. 34. [Ill. 8] Corneille de Lyon, Catherine de Médicis jeune(...)
  • 79 . S. M. Newton, The Dress of Venetians 1495-152, Aldershot, Scolar Press, 1988 ; Ruth Matilda Ander (...)
  • 80 . J. Arnold, Queen Elizabeth’s wardrobe…, op. cit. ; François Boucher, Histoire du costume en Occid (...)

24Le qualificatif de français est employé de deux manières par les contemporains, français comme étrangers, dans les récits ou dans les inventaires de garde-robes. Il peut désigner d’une part, l’ensemble de la vêture, qu’elle soit portée en France ou à l’étranger. À la cour de Ferrare en 1499, selon le Diario Ferrarese, beaucoup vont « vestiti e calzati à la Franxese »76. Quant à Philippe II, durant son séjour aux Pays-Bas au milieu du XVIe siècle, il porte parfois pour sortir « de petits vêtements à la française »77. Ce label qualifie, d’autre part, des parties ou accessoires du vêtement auxquels ils restent en permanence attachés, comme a french gown, des ziponi ou camise a la francese, etc. Mais rarement ces expressions s’accompagnent de la description de la pièce vestimentaire concernée ou de l’ensemble de la vêture, à l’inverse de celle donnée par Brantôme, par exemple, pour décrire Catherine de Médicis peinte par Corneille de Lyon vers 1550, « habillée à franceze d’un chaperon [...] et une robe à grandes manches de toille […] fourrées » [Ill. 8]78. Pour les identifier il faut recourir aux histoires dites « du costume » qui décrivent les modes en vogue. Par exemple, pour se limiter au vêtement féminin, le chaperon est une coiffe avec bande d’étoffe tombant sur l’arrière, très appréciée dans la première partie du siècle, tout comme le sont les larges manches fourrées. Ce label « à la française » ne se rapporte en aucune façon à la manière de se vêtir de l’ensemble des Français, plus diverse qu’il ne le laisserait entendre. Il se rapporte au contraire à celle en vigueur à la cour alors que s’affermit globalement la position de la France sur le plan international. Se vêtir à la française est alors apprécié au tournant des XVe et XVIe siècles en Italie, lors des guerres du même nom, voire même en Espagne79. C’est à nouveau le cas dans le dernier tiers du siècle en Angleterre, par exemple, et un peu plus tard aux Pays-Bas80.

Ill. 8 : Corneille de Lyon, Catherine de Médicis jeune, XVIe siècle, Chantilly, musée Condé

Ill. 8 : Corneille de Lyon, Catherine de Médicis jeune, XVIe siècle, Chantilly, musée Condé
  • 81 . S. M. Newton, op. cit., p. 43 : « an umbrella term to denote the non-German north of Europe ».
  • 82 . Ibid.

25Le label français est cependant parfois tout à fait abusif. En Italie du nord, au tournant des XVe et XVIe siècles, a la francese peut aussi bien qualifier un vêtement porté par un Français que faire fonction de terme générique, utilisant la partie pour désigner le tout, en l’occurrence ici la partie non germanique de l’Europe du nord81. De même l’habit d’émissaires russes peut y être désigné comme turc. Les termes peuvent donc être dévoyés de leur sens géographique pour désigner une manière de se vêtir qui, dans un cas, vient de l’étranger en général, et pour l’autre concerne une Europe orientale dont on distingue mal les peuples. Le contexte particulier de l’Italie des dix premières années du siècle peut aider à comprendre pourquoi les nouveautés vestimentaires, en réalité pâles reflets des modes d’Allemagne du sud, sont abusivement attribuées aux Français. Les jeunes gens de Venise se mettent à cette époque à délaisser la rigueur des longues togati noires pour un corps vêtu attribué à l’influence française : pourpoints ouverts sur la poitrine ou chemises décolletées désignées sous les termes de ziponi a la francese ou camise a la francese82… Venise redoute alors en effet les contacts transalpins avec ce royaume de France conquérant dans la péninsule depuis 1494 et contre lequel elle participe à plusieurs ligues. Ce qui est « français » dans ce cas précis est certainement plus politique qu’à proprement parler vestimentaire.

  • 83 . Sur l’image des Français dans l’histoire, voir la synthèse faite par Ruth Florack, « French » ans (...)
  • 84 . Voyage de J. Lippomano…, op. cit., p. 125.
  • 85 . Louise Godard de Donville, Signification de la mode sous Louis XIII, Aix-en-Provence, Edisud, 197 (...)
  • 86 . I. Paresys, « Paraître et se vêtir… », art. cit., p. 14-16.

26Néanmoins, les contemporains dotent les Français d’un tempérament ou d’un caractère vestimentaire singulier à leur peuple et récurrent dans les sources. Sujet des recueils d’habits ou décrit par la plume, le vêtement figure dans la rhétorique développant les stéréotypes imagologiques des peuples83. Leur caractère transparaît à travers la manière dont ils se vêtent. Il s’agit, dans le cas des Français, de leur inconstance ou de l’instabilité de leurs goûts vestimentaires, quel que soit leur sexe, le sexe féminin étant même considéré en ce domaine comme « moins changeant » par Lippomano84. Très présent au XVIe siècle, ce lieu commun se rencontre encore dans la première partie du XVIIe siècle dans les opuscules consacrés à la mode85. Il oppose l’instabilité française à la stabilité des autres peuples européens, comme l’illustre l’anecdote relevée chez Henri Estienne en 1578, déjà présente chez le prédicateur Michel Menot au début du siècle et reprise encore au siècle suivant86.

  • 87 . H. Estienne, Deux Dialogues ..., op. cit., p. 205.

Il y a longtemps qu’on a fait un comte d’un peintre lequel ayant peint l’Italien habillé à l’Italienne, l’Hespagnol à l’Hespagnole, l’Allemand à l’Allemande […] venant au Francès le fit bien autrement. Car prévoyant le changement de façon d’habits que le Francès pourret faire dès le lendemain (suivant sa coustume) luy fit cest honneur de le peindre aussi nu qu’il est sorti du ventre de sa mère, luy mettant toutesfois une pièce de drap et des ciseaux entre les bras87.

  • 88 . Sur ce poncif, voir I. Paresys, « Paraître et se vêtir… », art. cit., p. 14-16 et Thomas Lüttenbe (...)
  • 89 . Roze Hentschell, « A Question of Nation : Foreign Clothes on the English Subject », dans Clothing (...)
  • 90 . « C’est du bourgeoys allemand la vesture/ Qui comme aucuns n’en fait mutation », dans F. Desprez, (...)
  • 91 . Voyage de J. Lippomano…, op. cit., p. 125 et « Description de Paris par Arnold van Buchel d’Utrec (...)
  • 92 . Marina Marietti, « Un peuple volage, un royaume solide : les Français de Louis XII vus pas Machia (...)
  • 93 . Hans Weigel, Habitus praecipuorum populorum tam virorum quam foeminarum singulari arte depicti, N (...)

27Cette image du corps vêtu à la mode représenté par celui d’un homme nu, portant une pièce de tissu d’une main et des ciseaux dans l’autre, est un poncif international à la Renaissance, que l’on retrouve en France, en Espagne, en Angleterre, en Italie ou en Allemagne chez les moralistes critiquant la mode comme dans certains recueils d’habits88. En 1542, dans son First Book of the Introduction to Knowledge, l’anglais Andrew Boorde, illustrait sa satire de l’obsession des Anglais pour la mode par cette figure89. En 1562, François Desprez insistait dans son recueil sur ce caractère changeant, qu’il juge bien évidemment comme typiquement français, qu’il oppose à la stabilité d’autres peuples que lui juxtaposent son ouvrage, tel l’Allemand, par exemple. Le vénitien Vecellio, à la fin du siècle, reprend le même poncif90. Les voyageurs étrangers en France partagent la même opinion sur le caractère changeant « de jour en jour et d’heure en heure » (Lippomano, 1577) de ce « costume des Français (qui) n’est pas uniforme ni invariable » (Arnold Van Buchel, 1585/6) pour décrire, bien sûr, le milieu courtisan. « C’est à eux que l’on doit cette instabilité de la mode » (Van Buchel) vilipendée par les moralistes qui derrière elle visent les excès du paraître91. Le thème de l’instabilité vestimentaire des Français rappelle un des traits qui leur sont associés dans la caractériologie des peuples, celui de la légèreté, inspiré du jugement des historiens romains, et repris par Machiavel dans sa dénonciation de l’inconstance politique française au début du siècle92. Il n’est guère étonnant de le retrouver associé à celui de la mode, dont on dénonce aussi l’instabilité. L’homme nu à la paire de ciseaux en est l’emblème, et les moralistes lui donnent le caractère de l’homme à la mode de leurs pays respectifs, dont l’identité nationale disparaît dans le tourbillon des modes. Sur le frontispice du recueil d’habits de Hans Weigel, en 1577, l’homme nu finit par personnifier tout simplement l’identité européenne face aux emblèmes vêtues ou parées de l’Asie, l’Amérique et l’Afrique93.

Diversité et cosmopolitisme du corps vêtu en France

  • 94 . F. Desprez, Recueil …, op. cit.,
  • 95 . Thomas Platter in E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 561 et 176.
  • 96 . Jean Céard, « La sorcière, l’étrangère : le voyage de Pierre de Lancre en sorcerie », dans L’étra (...)
  • 97 . Mariarosa Masoero, « Anton Maria Ragona, Ascanio Conti et le tableau de la France », dans La Déco (...)

28L’apposition d’un caractère français au corps vêtu est cependant mise à mal par la pratique vestimentaire, plus diverse et soumise à des influences étrangères. Comme le laissent voir les recueils d’habits qui prolifèrent en Europe dans le dernier tiers du siècle, il n’y pas « un » habit français. Hormis les différents états sociaux mis en valeur dans son recueil d’habits en 1562, François Desprez fait apparaître des différences provinciales entre les 27 figures vêtues de Français. Parisiens, Picarde, Champenois, Bayonnaises et Provençal dessinent une cartographie qui délaisse d’ailleurs le grand ouest et le centre du royaume, probablement moins connus de l’auteur94. Les observations des voyageurs corroborent les informations des recueils. Thomas Platter, par exemple, habitué aux paysans du Languedoc où il étudie la médecine, fait part de son étonnement face à l’étrangeté de ceux d’Aquitaine, vêtus de pantalons taillés très larges « en pattes d’éléphant », qu’il prend au départ pour vêtement de mascarade. Notre voyageur s’adapte néanmoins durant son voyage aux pratiques locales en échangeant, alors qu’il est en Avignon, sa tenue chez un fripier juif car « elle était différente en sa façon, des costumes que l’on porte dans les pays de Languedoc et Comtat »95. Il est cependant en France des zones où la diversité vestimentaire prend un caractère particulier. Aux marges frontalières du royaume, les habitants sont « comme des veloux à deux poils, marquez de deux marques en leur lisière ». C’est ainsi qu’apparaissent en 1608 les habitants du Labourd, pays basque français à un parlementaire bordelais. En cette zone frontalière, « le commerce qu’ils ont presque plus en Navarre et en Espagne qu’en France, les tient en quelque indifférence de mœurs, d’habits et d’affection »96. Plusieurs témoignages confirment par ailleurs une perméabilité aux modes vestimentaires étrangères sans doute plus forte chez les populations des périphéries du royaume. À Bayonne, toujours à la frontière espagnole, certains « vont vêtus à la française, et d’autres à l’espagnole » commente en 1614 l’Italien Ascanio Conti97.

  • 98 . L. Godart de Donville, op. cit.
  • 99 . A. Gauber, op. cit.

29Néanmoins le caractère hybride de l’apparence vestimentaire des Français n’est pas l’apanage de seules populations frontalières. On le relève dans les milieux sensibles à la mode, dont les changements peuvent être activés par l’influence étrangère. Ce corps de mode « français », celui des élites, mieux décrit par les sources, est un corps de mode cosmopolite y compris en la personne des souverains. Ce sentiment est bien présent au XVIe siècle et jusqu’à la fin du règne de Louis XIII, avant que l’on imite les manières françaises à travers toute l’Europe98. La perception de l’influence étrangère n’est pas seulement le fait de contemporains qui prennent la plume pour la moquer ou dénoncer. L’historien la constate également dans les inventaires de garde-robe ou dans l’iconographie des milieux les plus fortunés. Se dégage ainsi de manière schématique un premier courant dominant d’origine italienne, depuis la fin du XVe siècle et jusqu’aux années 1520-30, ainsi que germanique comme en témoignent, par exemple, les comptes de l’Argenterie de la reine Éléonore. Il est alors concurrencé par un courant espagnol, devenu bien net sous Henri II et Charles IX, et qui perdure jusque dans les premières années du XVIIe siècle, avec un regain après la mort d’Henri III. Les années 1570 ouvrent une période d’influence plus éclectique, durant laquelle les emprunts à l’étranger s’élargissent géographiquement. Les contemporains ressentent ce phénomène tandis que s’accélèrent les changements vestimentaires à la cour. Henri Estienne, dans ses Dialogues du nouveau langage françois (1578), explique à un ancien courtisan que « les changements de façons d’habits ont esté bien plus fresquens que de vostre temps ». Alors qu’autrefois on ne parlait guère que de se vêtir à l’espagnole ou à l’italienne, « depuis on s’est habillé à la tudesque [allemande], poulonesque [polonaise], à l’arabesque, voire aucuns à la turquesque ». Le corps de mode apparaît comme un creuset d’influences éclectiques. Il adopte non seulement les particularités d’une silhouette qui peut être importée (être vêtu à l’espagnole ou à la bolognaise, par exemple). Il peut aussi se métisser par l’adoption d’une ou plusieurs pièces d’inspiration étrangère comme un simple bonnet à l’italienne, des manches à l’espagnole ou des chausses à la polonaise qu’un même individu peut d’ailleurs revêtir en alternance, rendant le corps vêtu caméléon. Le cosmopolitisme du corps de mode est accentué par la recherche de textiles de luxe de fabrication étrangère, soieries et velours d’Italie ou d’Espagne par exemple. Il s’affiche aussi dans la parure, tel le pourpoint florentin noir et blanc de François Ier peint par les Clouet vers 1535, brodé d’entrelacs à cordelière dans la tradition du gothique flamboyant encore en vogue en France, alors que la frise à mauresques entrelacées du manteau — une dogaline — est reprise de modèles vénitiens contemporains [voir Ill. 3]99.

  • 100 . Edmond Bonnaffé, Inventaire des meubles de Catherine de Médicis, Paris, Bibliothèque nationale, 1 (...)
  • 101 . Voir sur ce point Yassana Croizat, « 'Living Dolls': François I Dresses His Women », Renaissance (...)
  • 102 . Par exemple, de l’ornementiste italien Francesco Pellegrino (Francisque Pellegrin), La Fleur de l (...)
  • 103 . Thomas Platter in E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 118.
  • 104 . Léon de Laborde, Les Comptes des bâtiments du roi (1528-1571), suivis de documents inédits sur le (...)
  • 105 . Sur ces dons, voir I. Paresys, « Vêtir les souverains français à la Renaissance… », art. cit. [so (...)
  • 106 . R. M. Anderson, « Spanish dress worn by a queen of France », Gazette des Beaux-Arts, tome XCVII, (...)
  • 107 . Brantôme, Vie des dames…, op. cit., I, V.

30Les vecteurs et moteurs de ces influences étrangères sur le corps de mode sont à rechercher dans le milieu curial. Ses membres sont en contact direct avec les modes étrangères lors des descentes guerrières en Italie ou voyages à but plus pacifique, lors des réceptions d’ambassadeurs ou de suites de souverains, des échanges de portraits ou cadeaux. La cour se tient d’ailleurs informée des modes étrangères par le biais de poupées de modes, « poupines vestues de noir » ou en « damoiselle » dont, par exemple, l’inventaire de Catherine de Médicis atteste la présence100. Mais en se faisant envoyer, pour ses dames, des poupées habillées selon les modes favorites d’Isabelle d’Este, François Ier satisfait à la fois la curiosité contemporaine pour les modes italiennes et établit aussi en quelque sorte son droit à la gouvernance des apparences dans sa cour101. Des imprimés diffusent des motifs d’ornements de broderie par exemple, venant d’Allemagne ou d’Italie dès les années 1520102. La cour influence elle-même les pratiques vestimentaires des plus opulents dans le royaume, qui ne sont d’ailleurs pas eux-mêmes exclus d’un contact direct avec les nouveautés étrangères. À la fin du siècle, Platter observe qu’à Montpellier « une partie de la population est carrément opulente en fait de vêtements […] car ce qu’ils aperçoivent à la Cour de France, en Italie, en Espagne et qui peut servir à la magnificence, ils l’imitent »103. Le goût et la personnalité de certains souverains ont pu être déterminants. Les dépenses secrètes et comptes de l’Argenterie de François Ier témoignent d’importantes commandes de vêtements, accessoires ou textiles passées à des marchands étrangers, Milanais, Vénitiens ou Florentins, pour son propre usage ou pour en faire des dons dans l’entourage royal104. L’importance du don princier, consigné dans les comptes royaux, n’est d’ailleurs pas à négliger en matière de diffusion des modèles vestimentaires à la cour105. On inculque à Henri III l’importation d’éléments caractéristiques de la silhouette masculine de son règne comme des chausses longues et étroites dites à la polacre ou à la vénitienne. Quelques reines ont pu avoir des personnalités suffisamment affirmées pour, dans le cas d’Anne de Bretagne, s’opposer à l’influence italienne, ou dans celui d’Éléonore d’Autriche, introduire le vertugadin en France vers 1530106. Catherine de Médicis rappelle à ce propos à sa fille Marguerite, reine de Navarre, la fonction d’initiatrice et de vecteur de mode qu’elle se doit de tenir dans sa propre cour : « c’est vous qui inventez et produisez les belles façons de s’habiller ; et en quelque part que vous alliez, la cour les prendra de vous, et non vous de la cour »107. Néanmoins, les mutations du corps vêtu remettent en question les identités par le brouillage qu’elles peuvent engendrer.

Corps vêtu et brouillages des identités

  • 108 . François Rabelais, La Vie très horrificque du grand Gargantua, Paris, Garnier-Flammarion, 1968 [1 (...)

31Soumis à des transferts de pratiques vestimentaires, le corps vêtu est sujet à des glissements des apparences qui font craindre au XVIe siècle, pour paraphraser Rabelais, que l’habit ne fasse plus le moine. Les manières de se vêtir malmènent la société arc-boutée sur la reconnaissance de l’identité par l’apparence, sur l’adéquation entre l’apparence vestimentaire et l’appartenance à un groupe sexuel, social ou national. « L’habit ne fait poinct le moine, et tel est vestu d’habit monachal qui au dedans n’est rien moins que moyne, et tel est vestu de cappe Hespanole qui en son couraige nullement affiert à Hespagne », soupire Rabelais en 1534108. Le danger ne vient pas seulement d’un brouillage dans le système vestimentaire visuel de reconnaissance des identités par le biais du vêtement. Il vient aussi d’un défaut de concordance entre l’apparence et l’être intérieur que ne peuvent qu’accentuer les transferts de pratiques vestimentaires d’un sexe, d’un groupe social ou d’une nation à l’autre. En France, les inquiétudes des contemporains à ce sujet deviennent plus alarmantes dans la deuxième partie du siècle, reflets des secousses qui ébranlent le royaume durant une longue période de guerres civiles et religieuses.

Brouillage des identités sexuées

  • 109 S. Steinberg ne relève qu’une dizaine de cas passés devant le Parlement de Paris, avec pour le XVIe(...)
  • 110 Voir S. Steinberg, La Confusion des sexes…, op. cit., et M. Lazard, « Le corps vêtu… », art. cit., (...)
  • 111 . S. Steinberg, Ibidem, p. 163.
  • 112 . Pierre de L’Estoile, Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), éd. par L.R. Le (...)

32Le dimorphisme sexuel du corps vêtu, accentué au XVIe siècle, rappelle combien le vêtement est un marqueur matériel et visuel de l’identité sexuée. Il est même à cette fin indispensable, ce que rappelle l’interdit du travestissement qui oblige à se conformer aux vêtements relatifs à son sexe biologique, selon une « loi de nature » reprise par les théologiens comme par les juges laïcs, qui pour simplifier, revient à ce que chacun reste à sa place. Classé parmi les crimes, le travestissement semble avoir donné lieu à fort peu de procès criminels sur ce seul chef d’accusation au XVIe siècle comme durant tout l’Ancien Régime109. Il est en outre un cliché rebattu de la littérature chevaleresque française ou de la poésie amoureuse qui jouent de celui-ci comme d’un instrument de séduction lié à la fascination du travesti110. C’est toute l’ambiguïté du travestissement pourtant considéré en soi comme dangereux. Car, selon les conceptions du temps, il engendre une sorte de transgression de la nature sexuelle, une mutation intrinsèque de celui qui adopte le corps vêtu de l’autre sexe. Le travestissement féminin en homme ôte à la femme la décence de son sexe caché par la robe, « habit fermé », protégé du désir masculin. Au contraire l’« habit fendu » masculin revêtu à la Renaissance exhibe une sexualité démonstrative à travers la proéminente braguette en vogue. C’est pourquoi le travestissement est accusé de rendre plus commode à la femme « l’usage de putasser en habit fendu », pour reprendre l’expression du prédicateur parisien Michel Menot en 1519111. L’association entre travestissement et débauche sexuelle soutend d’ailleurs les descriptions faites, par Pierre de L’Estoile, de banquets à réputation sulfureuse de la cour d’Henri III, où les dames auraient un jour fait le service « vêtues de vert en habits d’hommes » et un autre jour « à moitié nues et ayant les cheveux épars comme épousées »112 : triple indécence pour les contemporains.

  • 113 . Arlette Jouanna et al., Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, 1999, p. 1104.
  • 114 . G. Della Casa, Le Galatée…, op. cit. p. 103.
  • 115 . Cité par J. Boucher, Société et mentalités…, op. cit., p. 1106.

33Le brouillage des identités sexuées est alors fortement incriminé par les animateurs d’une littérature anti-aulique militante entre 1530 et 1640. Celle-ci vise essentiellement le travestissement masculin perçu comme pire encore que celui évoqué précédemment, et dépasse le simple sentiment d’incompréhension face à des hommes accusés de s’efféminer. La virulence est à son comble sous Henri III (1574-1589) quand on accuse les courtisans d’adopter un ensemble de comportements et de parures sensées définir le genre féminin : gestes, petits cris, fards, coiffure et vêtements, si bien qu’à Paris le curé de Saint-Eustache célébrant un mariage doit demander au couple lequel des deux est l’époux113. On est bien loin en effet, à la cour du dernier Valois, de suivre les préceptes d’un Castiglione ou ceux d’un Della Casa qui recommande à l’homme de ne « pas se vêtir à la façon d’une femme, afin qu’il n’y ait pas d’un côté la parure et de l’autre le corps », signe que celle-là doit être en cohérence avec celui-ci114. L’engouement pour la confusion, en contradiction avec le modèle inculqué par les manuels de civilité, est en réalité une des expressions de la sensibilité curiale d’alors, présente aussi bien dans les fêtes ou le décor que dans les ornements du corps. L’illusion y est essentielle en ce qu’elle trompe les sens et particulièrement celui de la vue. Elle s’épanouit à travers la prédilection pour les mascarades, à travers le jeu du vêtement qui désaxe le corps et à travers l’illusion d’un changement de sexe, ou plutôt, la confusion des apparences qui « Nous feroient bien mesprendre à discerner les Dames/D’entre les chevaliers qui ressemblent aux femmes » (cartel, vers 1577)115.

  • 116 . R. Muchembled, La Société policée…, op. cit.
  • 117 . Agrippa d’Aubigné, Œuvres, Paris, 1969 : Les Tragiques [1589], livre II, p. 72.
  • 118 . Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547- (...)
  • 119 . Thomas Artus, sieur d’Ambry, L’Île des hermaphrodites [1605], Cologne, chez les héritiers de H. D (...)
  • 120 . L’hermaphrodite (estampe) : Frontispice de l’exemplaire de L’île des hermaphrodites conservé à la (...)

34Cette mentalité nouvelle ne peut que heurter les prédicateurs, robins ou bourgeois qui y perçoivent, entre autres vanités du paraître, les signes d’une décadence morale et les symptômes des graves désordres politiques engendrés par les guerres civiles et religieuses (Pierre de L’Estoile ou Henri Estienne par exemple). D’autres, anciens courtisans ou vieux guerriers, craignent un ramollissement de la vertu virile guerrière nobiliaire (Brantôme ou Agrippa d’Aubigné par exemple) traqué au travers des mutations policées ou vestimentaire d’une cour inachevée au XVIe siècle116. L’alarme est d’autant plus grande que le premier d’entre les nobles, le roi lui-même, revêt un « busc, un corps de satin noir/Couppé à l’espagnolle » avec « dechicqueteures » rendant « son habit monstrueux […] / Si [bien] qu’au premier abord chacun estoit en peine/S’il voyoit un Roy femme ou bien un homme Reyne », persifle d’Aubigné117. L’argument de l’ambiguïté sexuelle d’Henri III et de ses favoris, les mignons, a beaucoup été utilisé par ses détracteurs protestants comme catholiques118. Il s’agit de discréditer davantage un souverain à la personnalité et à la politique contestées en des temps de guerres civiles, alors qu’il incarne une monarchie en marche contestée vers l’absolutisme. Le règne d’un tel souverain, de nature hermaphrodite, est celui du désordre moral, social et politique que résumera plus tard en 1605 le libelle satirique de L’Île des hermaphrodites, où les « accoustremens qui s’approcheront le plus ceux des femmes » sont tenus pour « les plus convenables aux mœurs »119. Parodiant cette cour d’hommes-femmes [Ill. 9], l’auteur la décrit comme une république, autant dire un État où toutes les règles sont inversées dans un monde sans morale, où le désordre de la cité est associé à la confusion des sexes120. À celle-ci, les contemporains ajoutent la confusion des identités sociales.

Ill. 9 : Thomas Artus, sieur d’Ambry, L’Île des hermaphrodites [1605]. Bibliothèque municipale de Lyon.

Ill. 9 : Thomas Artus, sieur d’Ambry, L’Île des hermaphrodites [1605]. Bibliothèque municipale de Lyon.

Confusion des identités sociales

  • 121 . Ordonnance du Roy Henry sur la Reformation des Habillemens de draps d’or & de soye, avec la decla (...)
  • 122 . Lettres patentes du Roy contenantes iterative iussion pour l’observation de la reformation des ha (...)
  • 123 . Michèle Fogel, « Modèle d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 14 (...)
  • 124 . Bibliothèque municipale d’Amiens, AA 17 (1579-1596), registre aux chartes, fol. 35 v° ; CC 217 et (...)
  • 125 . P. de L’estoile, op. cit., p. 340.

35La confusion des identités sociales, engendrée par des transferts de modes vestimentaires internes à la société française, paraît néanmoins plus dangereuse encore. L’État s’en mêle et, sous couvert d’arguments économiques (monnaie, commerce, appauvrissement des sujets), la législation royale ne vise pas seulement à limiter le sumptus, c’est-à-dire la dépense. En trame permanente, elle s’en prend aussi au brouillage des codes de la représentation sociale dans tout ce qui définit les aspects matériels de la présentation de soi, tels que la table, les équipages, les bijoux et bien sûr le vêtement à travers ses textiles, ses fourrures et ses ornements. Il s’agit de parer à la confusion des conditions engendrée par « telles excessives et superfluitez d’habillemens et accoustremens entre [...] hommes et femmes de tous estats, lesquels par ce moien l’on ne peut choisir ne discerner les uns d’avec les autres » (déclaration du 12 juillet 1549)121 et de rappeler les Français « à la modestie des habillemens qu’ils auroyent à user et porter selon leurs estats et qualitez » (lettre patente du 21 février 1566 n. st.)122. Comme dans d’autres États européens de la Renaissance, la monarchie française multiplie donc spectaculairement les édits, ordonnances ou déclarations entre 1485 et le milieu du XVIIe siècle. Une dizaine concernent le XVIe siècle, particulièrement dans sa deuxième partie123. Il faut alors répondre au sentiment général d’une croissance de la confusion des apparences que la législation peine à faire respecter dans le désordre des guerres civiles, faute de poursuites judiciaires. La juridiction échevinale amiénoise, qui couche pourtant sur ses registres l’édit somptuaire royal de mars 1583, ne collecte par exemple aucune amende pour infraction à celle-ci124. Aussi les arrestations sont-elles suffisamment exceptionnelles pour frapper les contemporains, tel Pierre de L’Estoile qui rapporte celle de 50 à 60 parisiennes, tant nobles que bourgeoises, ayant contrevenu à l’« édit de réformation des habits » publié en 1583. Leur emprisonnement lui paraît d’ailleurs d’une rigueur excessive par comparaison avec l’amende habituellement encourue en pareil cas125.

  • 126 . René de Lucinge, Dialogue du François et du Savoysien, (1593), éd. par A. Dufour, Genève, Droz, 1 (...)
  • 127 . Antoine de Montchrétien, Traité de l’économie politique [1615], Paris, Plon, 1889, p. 59.
  • 128 . Déclaration du 12 juillet 1549, par exemple. En France, les lois somptuaires ne visent jamais les (...)
  • 129 . R. de Lucinge, op. cit., p. 28.
  • 130 . M. Fogel, art. cit.

36La menace pour les identités sociales vient tout d’abord de ceux à qui l’argent permet de s’offrir les signes vestimentaires du prestige habituellement accordé à la noblesse. « Le marchant et le bourgeois contrefaisoient le gentilhomme en pompes, en la somptuosité, en la despence, au port et au maintient » 126. « L’homme de boutique est vêtu comme le gentilhomme »127. Ces pratiques ne sont pas innocentes en un siècle où l’ordre nobiliaire est encore relativement perméable, où il suffit d’adopter le mode de vie noble pour finir par y être assimilé. Elles passent par le port de soieries par les roturiers (velours, damas, satin, taffetas…), comme l’utilisation de fils de soie à broder, ce qui revient à « usurper le tiltre de noblesse » dit la législation. Et si celle-ci s’en prend aux femmes, ce n’est pas parce que leur sexe est traditionnellement particulièrement visé pour sa faiblesse envers les atours, mais parce qu’elles sont épouses de bourgeois et incarnent l’aspiration de ce groupe social qui les laisse, vêtues de soie, se faire « damoiselles de jour en jour » sans que leurs maris soient gentilshommes128. Une autre menace provient de l’intérieur même de la noblesse. « Le noble s’apparioit aux princes. Nos princes redressoyent un trein à peu près semblable à celluy d’un roy » s’exclame le Français du Dialogue de René de Lucinge en 1593129. La législation somptuaire tient à prévenir cette confusion quand l’État renforce dans le même temps la hiérarchie à l’intérieur de la noblesse130. On réglemente pour cela le port des draps et garnitures d’or et d’argent, réservé à la famille royale, aux princes et ducs, et on introduit des nuances et hiérarchies vestimentaires distinguant, par exemple, les dames suivant la cour de celles résidant à la campagne.

  • 131 . A. d’Aubigné, Œuvres, Avantures du baron de Faeneste, Paris, Gallimard, 1969, p. 828.
  • 132 . A. Jouanna, « Une analyse de la maladie sociale du paraître : Les Aventures du baron de Faeneste (...)

37À travers le brouillage des identités sociales engendré, entre autres choses, par la confusion des apparences vestimentaires, s’effondrent les hiérarchies traditionnelles ainsi que la démonstration de l’autorité et le prestige qui caractérisent la minorité dominante. Dans la traque à ces glissements et confusions des corps vêtus, la législation comme la littérature ne font que révéler une crise des valeurs sociales chez des contemporains « malades du paraître », pour reprendre l’expression d’Agrippa d’Aubigné. Sous couvert de la farce, dans les Avantures du baron de Faeneste, écrites en 1616-1617, le vieux gentilhomme perçoit les symptômes extérieurs de la mutation en cours de la société française. C’est un temps « où tant de Madames de drap [roturières] deviennent Madames de velours (et) gagnent le Paradis des Dames [haute noblesse] sans avoir passé au Purgatoire des Demoiselles [femmes de gentilshommes] »131. Et cela sous l’effet de la Mode, c’est-à-dire « la prolifération incontrôlée du signe, qui cache et brouille les lignes de l’architecture sociale au lieu de la révéler »132. Le paraître n’est donc plus au service de l’être qui s’exprimait par des signes sociaux bien visibles, désormais brouillés par la confusion des apparences. La confusion des paraîtres canalise l’estime sociale vers des gens sans mérite ni naissance et non plus vers les vertus humaines les plus hautes si chères à la noblesse. Elle ébranle la société d’ordres fondée sur l’évidence de la hiérarchie des vertus dont la diversité s’exprime par des symboles sociaux bien visibles. Le vêtement en est le marqueur sur le corps même de l’individu.

Brouillage des identités nationales

  • 133 . Jean Papon, Secrets du troisième et dernier notaire, de Jean Papon, conseiller du roi et lieutena (...)
  • 134 . H. Estienne, Deux Dialogues ..., op. cit., p. 203.
  • 135 . Castiglione, Le courtisan, op. cit. : II, XXXVI.
  • 136 . Cité par Thomas Hoenselaars in « The perils of National Identity in the English Renaissance », da (...)
  • 137 . « Croiriez-vous lorsque vous voyez ce ‘Monsieur’, que son corps entier devrait parler Français, m (...)

38La complainte sur la transparence sociale perdue du vêtement n’est pas sans pa­renté avec celle que l’on voit poindre chez les contemporains sur le brouillage des identités nationales inculqué aux transferts de modes étrangères. « Tant s’en faut que le Français dédaigne l’habit étranger […] qu’au contraire à la première arrivée d’un étranger vêtu selon son usage en France, n’y a celui qui par curiosité… ne se jette de s’en vêtir, difformer et contrefaire. Le témoignage est ordinaire et se voit de jour à autre de l’Allemand, Polonais, Italien et tout autre de nation étrange nouvellement venu en France »133. Ainsi s’exprime en 1578 un magistrat, Jean Papon, contemporain d’Henri Estienne qui, la même année, déplore l’engouement qui fait que « nous avons circuy [fait le tour] le monde quant à ces diverses façons »134. Ces plaintes ou traits ironiques envers les modes cosmopolites sont communes à la Renaissance en Europe, en Allemagne, en Angleterre ou en Italie, par exemple. Le Courtisan de Castiglione développe déjà en 1528 le discours de la confusion vestimentaire, s’en prenant aux Italiens « si enclins à s’habiller à la mode d’autrui », particulièrement celles de France et d’Espagne135. En Angleterre, Thomas Becon dit de son compatriote qu’il est aussi « an Italian, a Spaniard, a Turk, a Frenchman, a Scot, a Venetian, and, at last, what not ? »136. En 1616, un épigramme de Ben Jonson tourne en dérision la vanité de l’« English Monsieur » : « Would you believe, when you this Monsieur see,/ That his whole body should speak French, not he ? »137. Plus que la frénésie des changements de modes vestimentaires, dénoncée par les auteurs moralisateurs au même titre que tout autre excès des comportements ou d’ostentation, c’est la conséquence sur l’identité d’une nation qui est redoutée.

  • 138 . Rabelais, op. cit., p. 214.
  • 139 . Joachim Du Bellay, Défense et illustration de la langue française, écrit en 1549.
  • 140 . Il l’est jusqu’à Mazarin, non seulement sur le plan culturel, y associant les mutations de langag (...)
  • 141 . René de Lucinge, Lettre sur la Cour d'Henri III en 1586, Genève-Paris, Droz, 1966 : lettre du 1er(...)

39Dans la deuxième partie du XVIe siècle, vers laquelle semblent converger les plaintes françaises, s’exprime un paradoxe entre la curiosité pour la diversité vestimen­taire des nations, illustrée par des recueils d’habits de plus en plus nombreux, et une sorte de protectionnisme vestimentaire. Les recueils d’habits le contiennent en eux-mêmes lorsque, en fixant sur le papier les manières de se vêtir décrites comme propres à chaque peuple, ils exposent aussi un code d’identification des nations conçu comme intemporel, hors d’un système de mode. Le temps n’est plus, à l’époque d’Henri Estienne, à rêver à une apparence vestimentaire où cohabiteraient paisiblement modes étrangères et française. Sous François Ier l’utopique et humaniste abbaye de Thélème rabelaisienne édictait encore en règle, pour les femmes, l’alternance de l’« accoustrement de la tête […], en hyver à la mode Françoyse, au printemps à l’Espagnole, en esté à la Tusque [Turque] », même si l’on y voit poindre quelque préférence nationale. Les Thélémites s’imposent en effet de porter, les dimanches et fêtes, « accoustrement Françoys, parce qu’il est plus honorable et mieulx sent la pudicité matronale », ce dernier correspondant davantage au respect des jours saints par la vertu qu’il incarne, comme s’il symbolisait une sorte de simplicité originelle138. Dans la deuxième partie du siècle, la réaction à l’influence des modes étrangères est plus violente. On a le sentiment, comme l’illustrent les écrits de Papon et d’Estienne, que les influences internationales se diversifient et s’accélèrent. On décrit alors à cette fin le corps de mode comme victime d’une sorte de volte frénétique cosmopolite. Or, le contexte de réception de ces influences a changé. La volonté d’exprimer la singularité française est beaucoup plus manifeste sur le plan culturel. Elle ne passe pas seulement par la défense de la langue française, depuis le manifeste de Du Bellay (1549)139. Elle concerne un ensemble plus vaste que reprend Estienne lorsqu’il fustige à la fois le « langage françois italianisé et autrement desguisé », l’italianisation des mœurs à la cour et le cosmopolitisme du corps vêtu. L’anti-italianisme, associé à l’anti-aulicisme, est alors particulièrement farouche dans le dernier tiers du XVIe siècle140. On y ajoutera le sentiment anti-espagnol latent à la cour d’Henri III. Il transparaît lorsque, par exemple, le jeune duc de Nemours, élevé en Savoie, s’exclame, à l’égard de sa mère : « Ah ! Madame, pardonnés moi, vous me faites tort ! ». Celle-ci a en effet avoué à une fille d’honneur de la reine, intriguée par la coupe de ses vêtements, que ceux-ci sont taillés à l’espagnol (1586)141. Dans ce contexte, les influences étrangères en matière de mode vestimentaire sont rejetées au même titre que d’autres influences culturelles.

  • 142 . M. Yardeni, La conscience nationale…, op. cit.

40Peu importe que le cosmopolitisme vestimentaire soit aussi compulsif et changeant que le dénoncent ses détracteurs. La simple réaction de ces derniers reflète en fait une crainte profonde concernant l’identité qui se pose à la société française bousculée par près de 40 ans de troubles liés aux guerres civiles entre 1561 et 1598. La question des identités religieuses s’est alors posée de manière sanglante et la conscience nationale connaît une crise grave, sous l’impulsion des aléas politiques, la fidélité envers le roi, élément d’unité exceptionnellement fort, étant remise en cause142. Dans ce contexte, la communauté nationale et son identité sont inévitablement mises en question. L’hostilité aux influences étrangères sur le corps vêtu en France n’a donc rien d’anodin. Dans une société où le paraître se doit d’être le reflet voire l’expression de l’être, l’adoption de pratiques vestimentaires étrangères ébranle l’identité de leurs adeptes. Non seulement sa reconnaissance est brouillée, mais elle est intrinsèquement affectée par cet usage, au risque d’en être radicalement transformée. Le corps vêtu, pour reprendre les mots de Papon, se trouve « difformé » et « contrefait » en un corps étranger qui pervertit son caractère national. C’est en cela que les modes étrangères sont jugées dangereuses pour l’identité, particulièrement lorsque la conscience nationale des Français est en pleine mutation en cette seconde moitié du XVIe siècle.

  • 143 . Castiglione, op. cit. : livre II, XXVI.
  • 144 . « Un habit d’Anglais est comme un corps de traître », cité par Ann Rosalind Jones et Peter Stally (...)
  • 145 . Sur ce point voir : R. Hentschell, The Culture of Cloth in Early Modern England, Textual Construc (...)

41Cette anxiété française à l’égard des modes étrangères est pourtant un sentiment commun à plusieurs peuples européens. Leurs auteurs, exprimant plus directement que les Français l’objet de leurs craintes, permettent de comprendre davantage encore quel en est l’enjeu, avec des connotations différentes parfois, selon l’histoire de leurs peuples. Castiglione en 1528 voit dans l’engouement de ses compatriotes pour le cosmopolitisme le présage de leur sujétion politique à des puissances étrangères. « Avoir changé nos habits italiens en habits étrangers, me semble avoir signifié que tous ceux dans les habits desquelles les nôtres se sont transformés devaient venir nous soumettre ; ce qui n’a été que trop vrai »143. En 1606, l’Anglais Thomas Dekker clame que le corps de mode à l’affût des modes étrangères dont il aborde des pièces vestimentaires luxueuses importée de différents pays, doit être considéré comme un corps de traître : « An English-mans suit is like a traitors bodie »144. La littérature de satires et de sermons anglaise regorge de ce type de dénonciation entre le denier quart du XVIe siècle et le début du siècle suivant145. Les Français de la Renaissance finissante craignent sans doute eux aussi la subjugation par l’étranger, en des temps d’échanges culturels intenses. Le cosmopolitisme de la mode risque de les rendre étrangers à un eux-mêmes, à une identité nationale fragilisée en des temps de troubles internes au royaume.

Conclusion

42Un corps de vêtu spécifique émerge donc en France au XVIe siècle. Le vêtement appose sa marque sur le corps, accentuant le dimorphisme sexuel, imposant rectitude ou contorsion, transformant le corps en surface décorative sur laquelle peut s’exprimer la magnificence. Ses spécificités sont le produit de l’influence de différentes modes vestimentaires et décoratives, de nouvelles normes de civilité qui circulent dans l’Europe de la Renaissance et qui construisent la présentation de soi. Elles trouvent leur pleine expression à la cour et sur le corps de mode aristocratique et cosmopolite à l’éloquence distinctive de son identité particulière. Les identités que marque le vêtement sur le corps de son porteur paraissent cependant menacées, aux yeux des contemporains du XVIe et du début du XVIIe siècle, par le jeu des transferts de pratiques vestimentaires entre sexes, groupes sociaux et nations. Le malaise que le brouillage des apparences entraîne reflète celui d’une société française en pleine mutation. Il prend une couleur particulière pendant les guerres civiles et religieuses quand se pose de manière sanglante la question des identités et de la conscience nationale. La question se pose sans doute de manière différente à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle quand un corps vêtu à la française se met à donner le ton de la mode en Europe.

  • 146 . J. Boucher, Société et mentalités autour d’Henri III…, op. cit., 2e partie, chapitre III : « Une (...)
  • 147 . C’est-à-dire plus prudente que dans mon chapitre « The dressed body… », dans Forging European Ide (...)
  • 148 . Voir par exemple l’étude menée par Odile Blanc, Parades et parures…, op. cit., ou plus récemment, (...)
  • 149 . Expressions souvent employées par J. Boucher dans son analyse du vêtement à la cour d’Henri III.
  • 150 . G. Bartholeyns, « Pour une histoire explicative du vêtement. L’historiographie… », art. cit., p.  (...)
  • 151 . Ibidem, p. 210.
  • 152 . Pour exemple, l’article de Pascale Gorguet-Ballesteros, « Caractériser le costume de cour : propo (...)
  • 153 . Voir le catalogue de l’exposition qui s'est tenue à Versailles en 2009, Fastes de cour et cérémon (...)

43Faut-il pour autant voir dans le « costume » — il faudrait plutôt dire vêture — à la cour d’Henri III, comme le fit Jacqueline Boucher dans sa thèse sur cette culture et société de cour, un « élément du décor baroque »146 ? Je serais plus prudente aujourd’hui que naguère dans la reprise de cette association du « style » d’une époque à une forme vestimentaire qui identifierait la fin du XVIe siècle147. Il est certain que le jeu du vêtement sur le corps, impose alors à celui-ci, par le biais de différentes techniques et accessoires, la correction des formes réelles et l’illusion de contorsions du corps, par exemple, ainsi qu’une apparence polychromique et une luxuriance décorative. Mais pourquoi l’associer à l’esthétique baroque quand ces principes vestimentaires sont à l’œuvre à différentes reprises dans l’histoire des apparences, que ce soit sur le corps de mode en invention à la fin du Moyen Âge, par exemple, sur la vêture de cour aux XVIIe et XVIIIe siècles ou encore dans les créations de haute couture des XXe-XXIe siècles148 ? Ce type d’association avec « le baroque » relève d’un mode de pensée analogique entre les formes vestimentaires et le goût d’une époque, « l’esprit », « le style », « la mentalité »149 ; association sur laquelle Gil Bartholeyns attire notre attention dans ses écrits sur l’histoire de l’histoire du vêtement150. Une forme vestimentaire porterait en elle l’identité d’un style « totem », identifiant une époque donnée, que l’on percevrait dans d’autres formes de productions culturelles matérielles (le décor, l’architecture) ou immatérielle (littérature, poésie)151. Ce régime explicatif par analogie esthétique caractérise l’érudition romantique dès la fin du XVIIIe siècle et peine à disparaître des « histoires du costume », qui le reprennent encore dans les années 1950-60. Il subsiste encore dans certains travaux sur la culture de cour qui rencontrent le vêtement. On vient de le voir. Il laisse l’historien sur sa faim comme le font d’ailleurs d’autres approches. L’approche explicative du vêtement de cour, dans les ouvrages portant sur l’époque moderne, reste en effet encore fortement monocausale. Le « costume » — terme employé sans être discuté dans les études sur la cour152 — y est principalement présenté comme la matérialisation fastueuse et symbolique des rapports de pouvoirs entre le souverain et sa cour153. D’autres approches économiques, culturelles et sociales restent encore à développer et attendent leurs historiens.

Top of page

Notes

1  . Voir par exemple les travaux pionniers en France de Philippe Perrot pour le XIXe siècle (Le travail des apparences, ou les transformations du corps féminin XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 1984) et pour le Moyen Âge ceux d’Odile Blanc (Parades et parures. L'invention du corps de mode à la fin du Moyen Age, Paris, Gallimard, 1997) ainsi qu’un récent colloque international consacré au corps et à sa parure (Le corps et sa parure. The body and its adornment, Micrologus XV, Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, 2007). Les Fashion Studies anglo-saxonnes, plutôt versées dans la mode contemporaine, se sont en revanche bien emparées de la thématique corporelle ; voir par exemple Joanne Entwistle, The Fashioned Body. Fashion, Dress and Modern Social Theory, Cambridge, Polity Press, 2002.

2 . Voir les travaux de Nicole Pellegrin, « Le vêtement comme fait social total », dans Histoire sociale, histoire globale éd. par Christophe Charle, Paris, 1993, p 81-94 ; ceux de Denise Turrel tel, « La "livrée de distinction" : les costumes des magistrats municipaux dans les entrées royales des XVIe et XVIIe siècles », dans Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains, de l’Antiquité au XXe siècle, éd. par Claude Petitfrère, Tours, CEHVI, 1999, p. 469-486, ainsi que les actes du colloque édités par Christine Aribaud et Sylvie Mouysset, Vêture et pouvoir (XIIIe-XXe siècle), Toulouse, Framespa, 2003. Voir enfin Daniel Roche, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 1989.

3 . Peter Burke, La Renaissance européenne, Paris, Seuil, 2000, traduction de The European Renaissance : centres and périphéries, Oxford, Blackwell, 1998.

4 . Essentiellement Madeleine Lazard, « Le corps vêtu : signification du costume à la Renaissance », in Le Corps à la Renaissance. Actes du XXXe colloque de Tours, 1987, éd. par Jean Céard, Marie-Madeleine Fontaine et Jean-Claude Margolin, Paris, Amateurs de Livres, 1990, p. 77-94 et Jacqueline Boucher, à partir de sa thèse sur la cour d’Henri III, « Le vêtement à la cour des derniers Valois », dans Actes du 112e congrès national des Sociétés savantes, Lyon, 1987, Section d’histoire moderne et contemporaine, t. 1 : textiles, production et mode, Paris, CTHS, 1987, p. 333-347.

5 . Annick Pardailhé-Galabrun, La Naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens. XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1988.

6 . Voir la recherche pionnière lancée par Françoise Piponnier, Costume et vie sociale, la cour d’Anjou, XIVe-XVe siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1970 et pour les travaux les plus récents, la thèse de Sophie Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne. Costume et dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon de 1430 à 1455, thèse de doctorat, université de Bourgogne, 2003.

7 . Janet Arnold, Queen Elizabeth’s Wardrobe unlock’d, Leeds, W.S. Maney & Son, 1988 et plus récemment Susan Vincent, Dressing the Elite, Clothes in Early Modern England, Oxford-New York, Berg, 2003 et Maria Hayward, Dress at the Court of King Henry VIII, Ledds, Maney Publishing, 2007.

8 . Marie Viallon (éd.), Paraître et se vêtir au XVIe siècle, Actes du XIIIe colloque du Puy-en-Velay, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2006. Sur la fête Renaissance du Roi de l’Oiseau, voir : http://www.roideloiseau.com/

9 . O. Blanc, Parades et parures, op. cit. Le catalogue d’exposition édité par Harold Koda, Extreme Beauty : The Body Transformed, New York, The Metropolitan Museum of Art ; New Haven,Yale University Press, 2001, aborde la question du jeu du vêtement sur le corps dans l’histoire de la mode.

10 . Cet article reprend, dans une version revue, augmentée et mise à jour, des thèses abordées dans une première approche dans Isabelle Paresys, « The Dressed Body : the Moulding of Identities in 16th Century France », chapitre 6 de Forging European Identities, 1400-1700, éd. par Herman Roodenburg, volume IV de Cultural Exchange in Early Modern Europe, éd. par Robert Muchembled, Cambridge, Cambridge UP-European Science Foundation, 2007, p. 227-257. © Cambridge University Press, reproduced with permission.

11 . Ulinka Rublack, Dressing Up : Cultural Identity in Renaissance Europe, Oxford, Oxford University Press, 2010. Contrairement au titre choisi pour ce livre, son contenu porte sur la question des identités vestimentaires en Allemagne, mais en replaçant celle-ci dans une perspective européenne.

12 . Peter Burke, The Fortune of the Courtier : the European receptio of Castiglione’s Cortegiano. University Park, Pennsylvania States University Press, 1996 ; Robert Muchembled, La société policée. Politique et politesse en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1998.

13 . Sur la critique morale des apparences vestimentaires, voir I. Paresys, « Paraître et se vêtir au XVIe siècle : morales vestimentaires » dans Paraître et se vêtir au XVIe siècle, op. cit., p. 11-36.

14 . I. Paresys, « La cour de France, fabrique de normes vestimentaires à l’époque moderne », dans Fabrique de la norme. Lieux et modes de production des normes au Moyen Âge et à l'époque moderne, textes réunis par Véronique Beaulande-Barraud, Julie Claustre et Elsa Marmursztejn, Rennes, PUR, 2011 (à paraître).

15 . Voir les différents travaux d’Odile Blanc sur l’iconographie du vêtement médiéval, notamment dans O. Blanc, Parades et parures…, op. cit.

16 . Christine Aribaud, « Les taillades dans le vêtement de la Renaissance : l’art des nobles écritures », dans Paraître et se vêtir…, op. cit., p.143-158.

17 . Voir I. Paresys, « Vêtir les souverains français à la Renaissance : les garde-robes d’Henri II et de Catherine de Médicis en 1556 et 1557 », dans Se vêtir à la cour en Europe (1400-1815), éd. par Isabelle Paresys et Natacha Coquery, Villeneuve d’Ascq, Centre de recherche du château de Versailles & IRHiS, 2011 et I. Paresys, « Le noir est mis. Les puys d’Amiens, ou le paraître vestimentaire des élites urbaines à la Renaissance », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 56-3, juillet-septembre 2009, p. 66-91.

18 . Voir par exemple, École française, Bal à la cour de Henri III, dit autrefois Bal du duc d’Alençon, v. 1582, Paris, musée du Louvre. http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=46&FP=23790342&E=2K1KTS6AMSIKN&SID=2K1KTS6AMSIKN&New=T&Pic=20&SubE=2C6NU04DR4PQ

19 . Henri Estienne, Deux Dialogues du nouveau langage françois italianizé et autrement desguisé, princi­palement entre les courtisans de ce temps…, éd. critique par Pauline M. Smith, Genève, Slatkine, 1980 [1ère éd. 1578], p. 199. La « vertugale est bien troussée, / Pour estre bien tost engrossée », se scandalise le Blason des basquines et vertugalles…, Lyon, Claude Fremy, 1563, 147 v°.

20 . Expression reprise de John C. Flügel, Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire, Paris, Aubier-Montaigne, 1982 [1ère éd., Londres, 1930].

21 Jean et François Clouet, François Ier, roi de France, vers 1535, Paris, musée du Louvre : http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=5&FP=6712173&E=2K1KTS2Y7ESKO&SID=2K1KTS2Y7ESKO&New=T&Pic=5&SubE=2C6NU0N8XANR

22 François Clouet, Charles IX, roi de France, 1566, Paris, musée du Louvre : http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=86&FP=23792327&E=2K1KTS6AMHLZ0&SID=2K1KTS6AMHLZ0&New=T&Pic=25&SubE=2C6NU0NZ1FWE)

23 . On retrouve le même jeu des jointures dans le corps vêtu féminin. Les termes techniques, par exemple grègues ou trousses désignant des formes de hauts de chausse, qui ne cessent de changer pendant le siècle, sont volontairement laissés de côté dans cet article, le but n’étant pas de faire ici une histoire classique dite « du costume ». On renverra pour cela le lecteur aux ouvrages de ce type.

24 . Pour plus de détail sur cette question, on renverra le lecteur à l’article de Gabriel A. Pérouse, « La Renaissance et la beauté masculine », dans Le Corps à la Renaissance, op. cit., p. 60-76.

25 . Voir I. Paresys, « Paraître et se vêtir… », art. cit. et Jean-Michel Laspéras, « Quand l’habit faisait le péché : mode et morale en Espagne au Siècle d’Or », dans Paraître et se vêtir…, op. cit., p. 11-36 et p. 159-172.

26 . « Voyage de J. Lippomano, ambassadeur de Venise en France en 1577 », dans J.M. Goulemot, P. Lidsky, D. Masseau, Le Voyage en France. Anthologie des voyageurs européens en France, du Moyen Age à la fin de l’Empire, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 125.

27 . Voyage de J. Lippomano…, op. cit., p. 126-7 et Michel de Montaigne, Journal de voyage en Italie, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1962, p. 1217.

28 . Sur la différence des sexes, voir Sylvie Steinberg, La Confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001. Depuis, plusieurs histoires du corps et synthèses sont parues sur le corps à l’époque moderne : Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, Histoire du corps, tome 1. De la Renaissance aux Lumières, sous la dir. de Georges Vigarello, Paris, Seuil, 2005 et Sébastien Jahan, La Renaissance du corps en Occident (1450-1650), Paris, Belin, 2004.

29 . Voir le chapitre « Masculin ou féminin ? » dans S. Steinberg, op. cit., notamment les p. 180 à 194.

30 . Contraintes sur le corps sur lesquelles Georges Vigarello attira l’attention dans Le corps redressé, histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Armand Colin, 1979.

31 . Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, Paris, Gallimard, 1991, I, V, p. 129 et Journal de Pierre de l’Estoile pour le règne de Henri IV, tome I : 1589-1600, Paris, Gallimard, 1948, p. 436.

32 . I. Paresys, « ‘Pour faire un corps bien espagnolé’. Corps vêtu, corps paré à la Renaissance », dans Corps-Santé-Société, éd. par Elisabeth Belmas et Marie-José Michel, Paris, éditions Nolin, 2005, p. 245-258 ; John Harvey, Des hommes en noir. Du costume masculin à travers les siècles, Paris, Abbeville, 1998 [éd. anglaise 1995] ; Michel Pastoureau, Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008.

33 . Bal à la cour des Valois, vers 1580. Rennes, Musée des Beaux-Arts (détail : couple dansant). http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=4&FP=6722958&E=2K1KTS2Y723YP&SID=2K1KTS2Y723YP&New=T&Pic=3&SubE=2C6NU0GWEBZI

34 . Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1981, 2e partie, chap. III : « Une cour aux tendances baroques », p. 1116 et sq.

35 H. Estienne, Deux Dialogues..., op. cit., p. 189.

36 . Georges Vigarello, Le Corps redressé, Paris, Delarge, 1978.

37 . Didier Érasme, De Civilitate morum puerilium [1530], éd. dans Jean-Pierre Seguin, La Bienséance, la civilité et la politesse enseignées aux enfants. Didier Érasme de Rotterdam, J.B. de la Salle et H. Bergson, Bruxelles, Le Cri, 1992 ; Giovanni Della Casa, Le Galatée ou la manière dont le gentilhomme doit se gouverner en compagnie (1537, éd. Italienne ; 1562, éd. Française), Paris, Le livre de poche, 1991. Pour Castiglione, voir la note 39.

38 . Toineau Arbeau [Jehan Tabourot], Orchésographie et traicté en forme de dialogue par lequel toutes personnes peuvent facilement apprendre et practiquer l’honneste exercice des danses, Langres, Jehan Despreyz, 1589.

39 . Baldassare Castiglione, Le livre du courtisan [1528; 1ère éd. française, 1537], Paris, Garnier-Flammarion, 1987 : livre II, XXVII.

40 . O. Blanc, op. cit.

41 . Voir N. Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, chapitre II : « le système des dépenses » et D. Roche, La culture des apparences…, op. cit., p. 43-45.

42 . Le centrage d’une grande partie de cette étude sur le corps vêtu aristocratique ne signifie pas l’absence de goût pour l’ornement dans d’autres couches sociales, même modestes. Celui-ci est cependant plus difficile à mesurer dans les sources disponibles, et surtout moins prononcé. Les garde-robes des paysans de Thillay, entre 1566 et 1582, au nord de Paris, ne brillent pas par la multiplicité des pièces vestimentaires (hormis les chemises et couvre-chefs), ni par leur qualité (toile de chanvre, draps de laine), ni par leurs coloris (noir), ni par les rares objets de parure. Cf. Véronique Scales, La Vie quotidienne au Thillay d’après les inventaires après décès, 1566-1582, mémoire de maîtrise, université de Paris-Nord, 1997.

43 . Brantôme, op. cit., I, II, p. 53 et « Relation de Giovanni Michiel en 1572 », dans Les ambassadeurs vénitiens : 1525-1792 : relations de voyages et missions choisies, éd. par Giovanni Comiso, Paris, Le Promeneur, 1989, p. 222.

44 . Voir les nombreux travaux des médiévistes, tels que ceux cités en note 6.

45 . Sur la cour de Bourgogne, voir la thèse de Sophie Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne., op. cit.

46 . Bernard Allaire, Pelleteries, manchons et chapeaux de castor. Les fourrures nord-américaines à Paris, 1500-1632, Sillery-Paris, éd. du Septentrion - Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1999.

47 Voir les illustrations 2 et 3 ainsi que le détail du portrait de François Ier par les Clouet : rinceaux en bordure de la dogaline et entrelacs sur les bandes du pourpoint : http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=6&FP=7253222&E=2K1KTS2YPJIE1&SID=2K1KTS2YPJIE1&New=T&Pic=4&SubE=2C6NU0N8X5IQ

48 . Alain Gruber (dir.), L’Art décoratif en Europe. Renaissance et Maniérisme, Paris, Mazenod, 1993.

49 . Thomas Platter dans Le Voyage de Thomas Platter 1595-1599 (Le siècle des Platter II), éd. par Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 2000, p. 255.

50 . Brantôme, op. cit., p. 402-403.

51 Les couleurs apparaissent sur leurs pourpoints. Quant à leurs épouses, leurs robes sont noires depuis Henri II. Seuls les cotillons, sous la jupe, prennent des couleurs voyantes sous Henri III. Voir Françoise Lehoux, Le Cadre de vie des médecins parisiens aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Picard, 1976, p. 219-271.

52 J. Boucher, Société et mentalités…, op. cit., 2e partie, chap. III, p. 1139-1144.

53 Voir I. Paresys, « Vêtir les souverains français à la Renaissance… », art. cit. et J. Boucher, Société…, op. cit.

54 . I. Paresys, « Le noir est mis… », art. cit.

55 . J. Harvey, op. cit. ; voir aussi notes 25 et 44.

56 . Thomas Platter in E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 247. Voir le tableau de la confrérie du Puy Notre-Dame à Amiens, attribué à Mathieu Prieur, Temple illustre de la lumière (1605), Amiens, Musée de Picardie : http://www.u-picardie.fr/~patrick/Cathedrale/Puys/Puys1605/

57 . Je remercie Gil Bartholeyns d’avoir éclairé mon propos sur ce point en me communiquant son tout récent article, « Pour une histoire explicative du vêtement. L’historiographie, le XIIIe siècle social et le XVIe siècle moral », dans Mode und Kleidung im Europa des späten Mittelalters/ Fashion and Clothing in Late Medieval Europe, Basel, Abegg-Schiftung Riggisberg-Schwabverlag, 2010, p. 219. Son contenu me permet par la même occasion, d’affiner le propos que j’ai développé récemment, sur les valeurs de ces élites urbaines picardes de noir vêtu, dans « Le noir est mis. Les puys d’Amiens… », art. cit., p. 88-89 (note 6).

58 . Sur le « bas corporel » : Mikhail Bakhtine, L’oeuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen-âge et sous la Renaissance, trad. Gallimard, 1965. Sur la braguette dans la littérature humaniste, voir Jeffrey C. Persels, « Brageta Humanistica, or Humanism’s Codpiece », Sixteenth Century Journal, XXVIII/1, p. 79-99.

59 . François Rabelais, La Vie très horrificque du grand Gargantua, Paris, Garnier-Flammarion, 1968 [1534], chapitre VIII : « Comment on vestit Gargantua », p. 69-70. Voir aussi la braguette de Panurge dans le Pantagruel (chapitre XVIII), si grande que l’on peut y mettre dedans « une belle pomme d’orange », moque Rabelais qui consacre encore un chapitre complet à celle-ci dans Le Tiers Livre (chapitre VII).

60 . J. C. Persels, « Brageta Humanistica… », art. cit. et Thomas Lüttenberg, « The Cod-piece. A Renaissance Fashion between Sign and Artefact », The Medieval History Journal, Vol. 8, No. 1, 49-81 (2005), p. 49-81 ; Rabelais, op. cit., p. 70.

61 . Qualificatif employé dans Béroalde de Verville, Le Moyen de parvenir (1617), Albi, éd. du Passage, 2005, chap. 15, « Dessein ». Sur la réflexion éthique du XVIe siècle comme réactivation de thèmes qui traversent tout le Moyen Âge et l’Antiquité chrétienne, voir les articles de Gil Bartholeyns, « Pour une histoire explicative du vêtement… », art. cit., p. 218 et « Le moment chrétien. Fondation antique de la culture vestimentaire médiévale », dans Vêtements antiques. S’habiller et se déshabiller dans les mondes anciens, dir. par Florence Gherchanoc et Valérie Huet Paris, 2012 (à paraître). Je remercie l’auteur de m’avoir communiqué article et manuscrit.

62 . Un ouvrage récent, par deux spécialistes anglaises de la conservation et des techniques de fabrication des costumes pour amateurs de reconstitutions ou pour le spectacle, explique particulièrement bien comment s’échafaudent ces magnifiques accessoires : Janet Arnold et Jenny Tiramani, Patterns of Fashion 4: The cut and construction of linen shirts, smocks, neckwear, headwear and accessories for men and women c. 1540 – 1660, London, Macmillan, 2008.

63 . Voir par exemple, Nadège Laneyrie-Dayen, L’Invention du corps. La représentation de l’homme du Moyen Âge à la fin du XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1997.

64 . Jean-Claude Margolin, « La dialectique du même et de l’autre à la Renaissance : identification, exclusion, différenciation », dans L’Etranger : identité et altérité au temps de la Renaissance, pub. par M. T. Jones-Davies, Paris, Klincksieck, 1996, p. 57-78.

65 . « Le poète courtisan » (1559), dans Joachim Du Bellay, La monomachie de David et de Goliath. Ensemble de plusieurs autres œuvres poétiques, éd. critique par E. Caldarini, Genève, Droz, 1981, p. 146 (vers 65-70).

66 . Georges Wildenstein, « Un fournisseur d’habits de théâtre et de mascarade à Paris sous Henri III », Bibliothèque d’humanisme et de Renaissance, t. XXIII (1961), p. 160-162.

67 . Thomas Platter in E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 415.

68 . Ibid., p. 406 et 525. Le setier est une mesure de grains.

69 . Voir Gabriele Mentges, « Pour une approche renouvelée des recueils de costumes de la Renaissance. Une cartographie vestimentaire de l’espace et du temps », Apparence(s) [En ligne], Numéro 1 | 2007, mis en ligne le 24 mai 2007, Consulté le 24 juin 2010. URL : http://apparences.revues.org/index104.html

70 . François Desprez, Recueil de la diversité des habits, qui sont de present en usage, tant es pays d’Europe, Asie, Afrique & Isles sauvages, le tout fait apres le naturel, Paris, éd. de 1567 [1562], 1 v°. Illust. 6 : pour consulter ce recueil dans une édition de 1564 : http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/consult.asp?numtable=B372616101%5F3540%5F1&numfiche=65&mode=3&ecran=0&offset=0

71 . Voir I. Paresys, « Images de l’Autre vêtu à la Renaissance. Le recueil d’habits de François Desprez (1562-1567) », Journal de la Renaissance, Volume IV, mai 2006, (Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance – CNRS-Brepols), p. 221-252.

72 . Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales, Paris, Le Seuil, 2001, p. 162 et sq.

73 . I. Paresys, « Apparences vestimentaires et cartographie de l'espace en Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles », dans Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours, éd. par Isabelle Paresys, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, p. 253-270.

74 . Lutetia, 
vulgari nomine Paris,
 urbs Gallia maxima, dans Georg Braun et Franz Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum…, vol. 1, Cologne, 1572. Jérusalem, Jewish National and University Library. Voir : http://historic-cities.huji.ac.il/france/paris/maps/braun_hogenberg_I_7.html

75 . Fanny Cosandey, La Reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000.

76 . « Vêtus et chaussés à la française » dans Stella Mary Newton, The Dress of the Venetians, 1495-1525, Vermont, Scolar Press, 1987, p. 171, note 1.

77 . G. Comiso, Les Ambassadeurs vénitiens…, op. cit., p. 127.

78 . Brantôme, Recueil des Dames, I, II, p. 34. [Ill. 8] Corneille de Lyon, Catherine de Médicis jeune, XVIe siècle, Chantilly, musée Condé : http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=19&FP=7703437&E=2K1KTS2Y2LD0Q&SID=2K1KTS2Y2LD0Q&New=T&Pic=18&SubE=2C6NU0BMUZO0

79 . S. M. Newton, The Dress of Venetians 1495-152, Aldershot, Scolar Press, 1988 ; Ruth Matilda Anderson, Hispanic Costume 1480-1530, New York, Hispanic Society of America, 1979.

80 . J. Arnold, Queen Elizabeth’s wardrobe…, op. cit. ; François Boucher, Histoire du costume en Occident de l’Antiquité à nos jours, Paris, Flammarion, 1996.

81 . S. M. Newton, op. cit., p. 43 : « an umbrella term to denote the non-German north of Europe ».

82 . Ibid.

83 . Sur l’image des Français dans l’histoire, voir la synthèse faite par Ruth Florack, « French » ans Imagology. The cultural construction and literary représentation of national characters. A critical Survey, éd. par Manfred Beller et Joep Leerssen, Amsterdam-New York, éd. Rodopi, 2007, p. 154-159.

84 . Voyage de J. Lippomano…, op. cit., p. 125.

85 . Louise Godard de Donville, Signification de la mode sous Louis XIII, Aix-en-Provence, Edisud, 1978.

86 . I. Paresys, « Paraître et se vêtir… », art. cit., p. 14-16.

87 . H. Estienne, Deux Dialogues ..., op. cit., p. 205.

88 . Sur ce poncif, voir I. Paresys, « Paraître et se vêtir… », art. cit., p. 14-16 et Thomas Lüttenberg, « Der Nackte Mann mit Schere und Tuchballen. Ein Sinnbild der Verhaltensnormierung und seine Entwicklung im 16. Jahrhundert », dans Recht und Verhalten in wormodernen Gesellschaften. Festschrift für Neithard Bulst, éd. par Andrea Beuchlage et al. (eds), Bielefield, 2008, p. 123-138.

89 . Roze Hentschell, « A Question of Nation : Foreign Clothes on the English Subject », dans Clothing Culture, 1350-1650, ed. by Catherine Richardson, Aldershot ; Burlington, Vt : Ashgate, 2004, p. 54.

90 . « C’est du bourgeoys allemand la vesture/ Qui comme aucuns n’en fait mutation », dans F. Desprez, op. cit.  (figure de l’Allemand); « È la nazione la Francese, che mai persiste, nè stà ferma in una sorté d’Habito ; ma lo varia secondo i capricci », dans Cesare Vecellio, De gli habiti antichi e moderni di diversi parti del Mondo, Venezia, Damiano Zenaro, 1590, p. 274 : Huomo Nobile Francese.

91 . Voyage de J. Lippomano…, op. cit., p. 125 et « Description de Paris par Arnold van Buchel d’Utrecht (1585-86) », éd. par A. Vedier dans Mémoires de la Société d’histoire de Paris, tome XXVII, 1899, p. 174.

92 . Marina Marietti, « Un peuple volage, un royaume solide : les Français de Louis XII vus pas Machiavel » dans L’Image de l’autre européen XVe-XVIe s, éd. par Jean Dufournet, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle1992, p. 83. Voir aussi Myriam Yardeni, La conscience nationale en France pendant les guerres de religion, Paris-Louvain, Nauwelaerts, 1971.

93 . Hans Weigel, Habitus praecipuorum populorum tam virorum quam foeminarum singulari arte depicti, Nuremberg, 1577 (frontispice). Voir Th. Lüttenberg, « Der Nackte Mann … », art. cit., p. 134-135. Voir aussi U. Rublack, Dressing Up..., op. cit., p. 145.

94 . F. Desprez, Recueil …, op. cit.,

95 . Thomas Platter in E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 561 et 176.

96 . Jean Céard, « La sorcière, l’étrangère : le voyage de Pierre de Lancre en sorcerie », dans L’étranger : identité et altérité…, op. cit., p. 89.

97 . Mariarosa Masoero, « Anton Maria Ragona, Ascanio Conti et le tableau de la France », dans La Découverte de la France au XVIIe siècle, Paris, CNRS, 1980, p. 198.

98 . L. Godart de Donville, op. cit.

99 . A. Gauber, op. cit.

100 . Edmond Bonnaffé, Inventaire des meubles de Catherine de Médicis, Paris, Bibliothèque nationale, 1874, p. 94-95, p. 164.

101 . Voir sur ce point Yassana Croizat, « 'Living Dolls': François I Dresses His Women », Renaissance Quarterly, 60, no. 1 (2007), p. 94-130.

102 . Par exemple, de l’ornementiste italien Francesco Pellegrino (Francisque Pellegrin), La Fleur de la Science de Portraicture. Patrons de broderie. Façon arabicque et ytalique, Paris en 1530.

103 . Thomas Platter in E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 118.

104 . Léon de Laborde, Les Comptes des bâtiments du roi (1528-1571), suivis de documents inédits sur les châteaux royaux et les beaux-arts au 16e s, Nogent-le-Roi, Jacques Laget - lib. des Arts et métiers éditions, 1999, p. 200 sq.

105 . Sur ces dons, voir I. Paresys, « Vêtir les souverains français à la Renaissance… », art. cit. [sous presse].

106 . R. M. Anderson, « Spanish dress worn by a queen of France », Gazette des Beaux-Arts, tome XCVII, déc. 1981, p. 215-22.

107 . Brantôme, Vie des dames…, op. cit., I, V.

108 . François Rabelais, La Vie très horrificque du grand Gargantua, Paris, Garnier-Flammarion, 1968 [1534], p. 44.

109 S. Steinberg ne relève qu’une dizaine de cas passés devant le Parlement de Paris, avec pour le XVIe siècle, deux voire peut-être trois procès en appel à la fin du siècle (entre 1564 et 1601).

110 Voir S. Steinberg, La Confusion des sexes…, op. cit., et M. Lazard, « Le corps vêtu… », art. cit., p. 93.

111 . S. Steinberg, Ibidem, p. 163.

112 . Pierre de L’Estoile, Journal de L’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), éd. par L.R. Lefèvre, Paris, 1943, p. 145.

113 . Arlette Jouanna et al., Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, 1999, p. 1104.

114 . G. Della Casa, Le Galatée…, op. cit. p. 103.

115 . Cité par J. Boucher, Société et mentalités…, op. cit., p. 1106.

116 . R. Muchembled, La Société policée…, op. cit.

117 . Agrippa d’Aubigné, Œuvres, Paris, 1969 : Les Tragiques [1589], livre II, p. 72.

118 . Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2001.

119 . Thomas Artus, sieur d’Ambry, L’Île des hermaphrodites [1605], Cologne, chez les héritiers de H. Demen, 1724, p. 59.

120 . L’hermaphrodite (estampe) : Frontispice de l’exemplaire de L’île des hermaphrodites conservé à la Bibliothèque municiplae de Lyon :

http://www.bm-lyon.fr/lepointg/affichage_image2.php?img=image/collection/Ile-des-Herma-g.jpg

121 . Ordonnance du Roy Henry sur la Reformation des Habillemens de draps d’or & de soye, avec la declaration faicte par ledict seigneur sur ladicte ordonnance, Ensemble l’arrest de la court, publié à Paris, le vendredy vingttroisiesme iour de May, mil cinq cens cinquante. A Paris, Par Iean Dalier, demeurant sur le pont sainct Michel, a la Rose blanche. 1573. Avec Privilege. Bibliothèque Nationale, F-46804 (11).

122 . Lettres patentes du Roy contenantes iterative iussion pour l’observation de la reformation des habillemens, & luxe des viandes. A Paris, Par Robert Estienne Imprimeur du Roy. MDLXV [1565]. Avec privilege dudict Seigneur.

123 . Michèle Fogel, « Modèle d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1660 », dans Genèse de l’État moderne. Prélèvement et redistribution, éd. par Jean-Philippe Genet et Michel Le Mené, Paris, 1987, p. 227-35, et Alan Hunt, Governance of the Consuming Passions. A History of Sumptuary Law, Houndmills, 1996. Ce dernier néglige fort cependant la législation française dans le traitement de son sujet. Plus centré sur la législation française du XVIe siècle : Bastien Pascal, « ‘Aux tresors dissipez l’on cognoist le malfaict’ : Hiérarchie sociale et transgression des ordonnances somptuaires en France, 1543-1606 », Renaissance & Reformation/Renaissance et Reforme, 23, no. 4 (1999), p. 23-43.

124 . Bibliothèque municipale d’Amiens, AA 17 (1579-1596), registre aux chartes, fol. 35 v° ; CC 217 et CC 218 (1583, recettes de la ville).

125 . P. de L’estoile, op. cit., p. 340.

126 . René de Lucinge, Dialogue du François et du Savoysien, (1593), éd. par A. Dufour, Genève, Droz, 1963, p. 28.

127 . Antoine de Montchrétien, Traité de l’économie politique [1615], Paris, Plon, 1889, p. 59.

128 . Déclaration du 12 juillet 1549, par exemple. En France, les lois somptuaires ne visent jamais les femmes en tant que telles. Elles s’adressent à tous les sujets « de quelque estat, qualité et condition qu’ils soient ».

129 . R. de Lucinge, op. cit., p. 28.

130 . M. Fogel, art. cit.

131 . A. d’Aubigné, Œuvres, Avantures du baron de Faeneste, Paris, Gallimard, 1969, p. 828.

132 . A. Jouanna, « Une analyse de la maladie sociale du paraître : Les Aventures du baron de Faeneste d’Agrippa d’Aubigné », Réforme Humanisme Renaissance, 15e année, n°10, déc. 1979, p. 35.

133 . Jean Papon, Secrets du troisième et dernier notaire, de Jean Papon, conseiller du roi et lieutenant général au bailliage de Forets, Lyon, 1578, p. 448, cité par Jean-François Dubost, « L’Etranger dans la France d’Ancien Régime: ambiguïtés d’une perception », dans L’Image de l’autre dans l’Europe du nord-ouest a travers l’histoire, éd. par Jean-Pierre Jessenne, Villeneuve d’Ascq, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 1996, p. 37.

134 . H. Estienne, Deux Dialogues ..., op. cit., p. 203.

135 . Castiglione, Le courtisan, op. cit. : II, XXXVI.

136 . Cité par Thomas Hoenselaars in « The perils of National Identity in the English Renaissance », dans L’étranger : identité et altérité…, op. cit., p. 166.

137 . « Croiriez-vous lorsque vous voyez ce ‘Monsieur’, que son corps entier devrait parler Français, mais que lui ne le parle pas ? ». On English Monsieur, épigramme cité par Roze Hentschell, « A question of Nation: Foreign Clothes on the English Subject », dans Clothing Culture, 1350-1650, éd. par Catherine Richardson, Aldershot-Burlington, Ashgate, 2004, p. 50.

138 . Rabelais, op. cit., p. 214.

139 . Joachim Du Bellay, Défense et illustration de la langue française, écrit en 1549.

140 . Il l’est jusqu’à Mazarin, non seulement sur le plan culturel, y associant les mutations de langage et mœurs, mais aussi sur les plans économique et politique (antimachiavélisme). Cf. Jean-François Dubost, La France italienne, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Aubier, 1997.

141 . René de Lucinge, Lettre sur la Cour d'Henri III en 1586, Genève-Paris, Droz, 1966 : lettre du 1er fév. 1586, p. 47.

142 . M. Yardeni, La conscience nationale…, op. cit.

143 . Castiglione, op. cit. : livre II, XXVI.

144 . « Un habit d’Anglais est comme un corps de traître », cité par Ann Rosalind Jones et Peter Stallybrass dans Renaissance Clothing and the Materials of Memory, Cambridge, Cambridge UP, 2000, p. 1  et par R. Hentschell, « A Question of Nation… », art. cit., p. 56.

145 . Sur ce point voir : R. Hentschell, The Culture of Cloth in Early Modern England, Textual Constructions of a National Identity, Aldershot, Ashgate Publishing Company, 2008.

146 . J. Boucher, Société et mentalités autour d’Henri III…, op. cit., 2e partie, chapitre III : « Une cour aux tendances baroques », p. 1138.

147 . C’est-à-dire plus prudente que dans mon chapitre « The dressed body… », dans Forging European Identities, op. cit.

148 . Voir par exemple l’étude menée par Odile Blanc, Parades et parures…, op. cit., ou plus récemment, l’exposition Fastes de cour et cérémonies royales. Le costume de cour en Europe 1650-1800, catalogue d’exposition, dir. par Pierre Arizzoli-Clémentel et Pascale Gorguet-Ballesteros, Paris, RMN, 2009.

149 . Expressions souvent employées par J. Boucher dans son analyse du vêtement à la cour d’Henri III.

150 . G. Bartholeyns, « Pour une histoire explicative du vêtement. L’historiographie… », art. cit., p. 210-211.

151 . Ibidem, p. 210.

152 . Pour exemple, l’article de Pascale Gorguet-Ballesteros, « Caractériser le costume de cour : propositions », dans Fastes de cour et cérémonies…, op. cit., (p. 54-69) dresse une typologie des formes et usages du « costume de cour », sans discuter de cette appellation. Or la notion de costume pour qualifier génériquement une façon singulière d’être vêtu, si telle est celle de la cour à certains moments de son histoire, est d’une manière générale discutable. Voir G. Bartholeyns, « Pour une histoire explicative… », note 5, p. 226-227. Les textes contemporains parlent plutôt d’ « habit », y compris pour les cérémonies.

153 . Voir le catalogue de l’exposition qui s'est tenue à Versailles en 2009, Fastes de cour et cérémonies royales…, op. cit. et Philip Mansel, Dressed to Rule. Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, Yale, Yale University Press, 2005.

Top of page

Ill. 1 : École française, Bal à la cour d’Henri III, dit autrefois Bal du duc d'Alençon, v. 1582. Paris, musée du Louvre.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1229/img-1.jpg
image/jpeg, 56k
Ill. 2 : J. et F. Clouet, François Ier, vers 1535. Huile sur bois. Musée du Louvre. Paris.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1229/img-2.jpg
image/jpeg, 68k
Ill. 3 : F. Clouet, Charles IX, 1566. Musée du Louvre. Paris
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1229/img-3.jpg
image/jpeg, 48k
Ill. 4 : École française, Bal à la cour des Valois, vers 1580. Rennes, Musée des Beaux-Arts (détail : couple)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1229/img-4.jpg
image/jpeg, 60k
Ill. 6 : F. Desprez, Recueil de la diversité des habits, qui sont de present en usage, tant es pays d’Europe, Asie, Afrique & isles sauvagers, le tout fait apres le naturel, Paris, Richard Breton, éd. de 1567.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1229/img-5.jpg
image/jpeg, 100k
Ill. 7 : Lutetia, 
vulgari nomine Paris,
urbs Gallia maxima, in Braun…, in Braun et Hogenberg, Civitates Orbis Terrarum…, vol. 1., 1572. Jérusalem, Jewish National and University Library.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1229/img-6.jpg
image/jpeg, 68k
Ill. 8 : Corneille de Lyon, Catherine de Médicis jeune, XVIe siècle, Chantilly, musée Condé
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1229/img-7.jpg
image/jpeg, 72k
Ill. 9 : Thomas Artus, sieur d’Ambry, L’Île des hermaphrodites [1605]. Bibliothèque municipale de Lyon.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1229/img-8.jpg
image/jpeg, 47k
Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Paresys, « Corps, apparences vestimentaires et identités en France à la Renaissance », Apparence(s) [Online], 4 | 2012, Online since 07 February 2012, Connection on 30 October 2014. URL : http://apparences.revues.org/1229

Top of page

Author

Isabelle Paresys

Isabelle Paresys est maître de conférences en histoire moderne et membre de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, UMR 8529, université de Lille Nord de France, UDL 3, CNRS. Elle mène des recherches en histoire culturelle et sociale sur le vêtement de la Renaissance aux Lumières et a publié plusieurs articles sur cette question. Elle a dirigé l’ouvrage Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Age à nos jours (PU du Septentrion, 2008) ainsi que Se vêtir à la cour en Europe (1400-1815), avec la collaboration de Natacha Coquery (Centre de recherche du château de Versailles & Institut de recherches historiques du Septentrion, 2011). Isabelle.paresys@univ-lille3.fr

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page