Skip to navigation – Site map
Vestiaire royal et vestiaires aristocratique en France au XVIIIe siècle

La distinction d’une élite sociale par l’habit au siècle des Lumières. Les maréchaux de France et leur garde-robe

Simon Surreaux

Abstracts

The Dress Code of a Social Elite during the French Enlightenment. The Marshals of France and their Wardrobes - The study of the wardrobe of the Marshals of France during the 18th century is likely to be an indication of discrepancies in wealth, ways of life and distinctions between the Great officers of the crown. The Marshals of France were commanders-in-chief of the military forces. From the 18th century to their being granted the title of marshals, their carriers were mainly military ones. A large number of the eighty-four holders of this title were allowed to work in governmental or diplomatic fields. They were honored and conferred distinctions as well. They took part in many ceremonies and were prominent figures of life in Versailles or royal castles. They held a unique title that created a bond between them. However, discrepancies in wealth were nonetheless drastic. For instance, a Marshal, who was also a duke and peer of France, had nothing to do with a forgotten sailor. A broad approach to the wardrobe they owned when they died, followed by a comparative study of the latter, will be analyzed.

Top of page

Full text

1Les manières de se vêtir et de paraître des élites sociales font l’objet de nouvelles approches historiques et anthropologiques. En partant d’une analyse fine du contenu des garde-robes dans les inventaires après décès, l’historien peut retracer une économie et une culture du paraître en appréhendant une conscience de groupe par l’habit. Les maréchaux de France au XVIIIe siècle, élite sociale et militaire, peuvent y contribuer. L’intérêt de choisir ce groupe est triple. Tout d’abord, les sources sont homogènes et fiables pour aborder leur culture du vêtement. Ainsi, une soixantaine d’inventaires après décès ont été retenus, en plus de l’iconographie relative à ces personnages connus de leurs contemporains. Ensuite, soldats à l’assise sociale et foncière diverse, les maréchaux ont eu une conduite différente à l’égard de l’habillement selon leur fortune et leur degré d’insertion à la cour. Enfin, ces hommes, dans la société civile, se sont rapprochés de leurs femmes en matière d’attrait et de culture vestimentaires. Ils ont quitté leur habit traditionnel à l’armée pour adopter des codes voire des normes vestimentaires plus ou moins en usage à la cour de France.

2Les maréchaux de France avaient pour fonction de commander en chef les armées. Au XVIIIe siècle, la plupart de ces hommes reçurent cette dignité en fin de carrière. Ils furent davantage des soldats en repos, eu égard à la proportion du temps passé en campagne et à celle du temps passé à la cour ou en province. Quatre-vingts personnages furent maréchaux de France entre 1715 et 1791 : treize nommés par Louis XIV étaient encore en vie après 1715, soixante-sept furent promus par Louis XV et Louis XVI. Nombreux furent ceux qui obtinrent des charges curiales (premier gentilhomme de la chambre du roi comme Richelieu et Duras, maître de la garde-robe comme Maillebois), des charges de gouvernement (gouverneur de province comme Villars, Huxelles, Villeroy, Berwick, Fitz-James), des missions (des ambassades, notamment Mirepoix, Aubeterre), des honneurs et des distinctions (chevaliers des ordres du roi, membres de l’Académie française ou d’académies de province, comme les maréchaux d’Estrées, de Beauvau-Craon, de Richelieu et de Duras). Titulaires d’une dignité unique les rapprochant, les quatre-vingts maréchaux du dernier siècle de l’Ancien régime n’en demeurèrent pas moins différents les uns des autres. Les écarts de fortune furent grands entre un maréchal duc et pair de France comme Belle-Isle (1684-1761) et Coëtlogon (1646-1730), un marin retiré de la cour auquel le bâton ne fut remis que sur son lit de mort.

  • 1  « Il va de soi que le vêtement — que l’on ne saurait réduire à une fonction protectrice ou ornemen (...)

3L’habillement peut servir de prisme à l’étude de ces différences de fortune, de mode de vie et de distinction1. Grands officiers de la couronne, les maréchaux de France participèrent à nombre de cérémonies à la cour au cours du siècle (sacre, mariages, deuils, réceptions de princes et de monarques étrangers, réceptions d’ambassadeurs, séance au parlement pour ceux qui étaient ducs et pairs de France). Ils furent des acteurs de la vie à Versailles ou dans les châteaux royaux (Fontainebleau, Choisy, Compiègne, Marly, le Louvre). La difficulté de l’étude de leur garde-robe consiste à distinguer les moments où ils furent en représentation, la part de l’habit de cour de celle de l’habit porté au quotidien. Toutefois, le quotidien d’un maréchal était très souvent celui d’un courtisan. Ainsi, quels enseignements apporte l’analyse de leur inventaire après décès en matière d’habillement ? Dans quelle mesure les maréchaux purent-ils se distinguer par leurs vêtements au XVIIIsiècle ? Fortunés pour la plupart, contribuèrent-ils à imposer, à défaut de modes, des usages vestimentaires induits par leur dignité ? Il s’agit donc de proposer une analyse comparée de la garde-robe de plusieurs maréchaux, à travers l’ensemble des vêtements en leur possession au moment de leur décès. L’étude des diamants et des bijoux est exclue hormis celle des décorations chevaleresques dont les insignes étaient souvent brodés sur les habits de cour. On verra alors quels pouvaient être les déterminants de la constitution d’une garde-robe pour un maréchal de France (sa famille, sa fortune, sa position à la cour, l’exercice de charges). On examinera les différences en matière d’habillement entre un maréchal se rendant peu à la cour et un maréchal disposant à la fois d’un logement à Versailles et d’une charge curiale. La part des habits de représentation (en tant que maréchal de France) et la part des autres habits de cour dans leur garde-robe seront analysées. Le tempérament personnel pourra être approché (les couleurs et l’exotisme dans l’habillement).

4Les sources utilisées sont les inventaires après décès, les estampes et les tableaux. Les inventaires sont riches d’enseignements pour appréhender les gestes et les comportements du quotidien ; ils permettent une réelle appréhension de l’intime. On a donc la possibilité d’analyser à la fois le vêtement décrit (par les actes notariés) et le vêtement représenté par l’iconographie. L’approche est double. Figuré par l’image, le vêtement est porté, visible et vivant. Décrit, il est stocké, en attente de (re)vivre. On traitera d’abord de la place occupée par le vêtement dans les inventaires, puis des critères de distinction des maréchaux en matière d’habillement tout en proposant une réflexion sur l’habit de cour et la représentation de l’État.

Les maréchaux de France et leur garde-robe : variété, accroissement et luxe vestimentaires au cours du XVIIIsiècle

5Étudier les garde-robes d’une élite nobiliaire et militaire passe par une discussion sur les sources à disposition induisant une approche statistique comparée. Ce point de départ conduit à établir une typologie des maréchaux, à l’aide de tableaux cumulant valeur de la garde-robe, total de l’inventaire et rapport entre garde-robe et total pour aider à la compréhension des mécanismes de constitution et d’usage de la garde-robe, en distinguant des profils-types en matière de consommation et d’accumulation vestimentaires. De ce cheminement émergent des critères de distinction en matière d’habillement.

Des sources précises qui permettent une approche sérielle et comparée

6La garde-robe des maréchaux de France peut être abordée au prisme de celle de leur femme, d’abord de manière systématique et sur le siècle, ensuite en recentrant l’analyse sur quelques cas particuliers. Les inventaires après décès constituent la source privilégiée de l’histoire socio-économique et de l’histoire culturelle pour envisager cette première étape.

  • 2  Annick Pardailhé-Galabrun, « L’inventaire après décès : une source incontournable pour l’appréhens (...)
  • 3  Notamment A. Pardailhé-Galabrun, art. cit., p. 41-64, et Bernard Vogler [éd.], Les actes notariés (...)
  • 4  Olivier Poncet, « Inventaire après décès », dans Dictionnaire de l’Ancien Régime. Royaume de Franc (...)
  • 5  Daniel Roche, Rémy Ardette, et François Ardellier, « Inventaires après décès parisiens et culture (...)

7L’inventaire était un acte commandé par des familles aisées. Sa place dans la production notariale, bien que plus élevée que celle du testament, était faible à l’époque moderne même si elle eut tendance à augmenter au XVIIIe siècle2. Plusieurs auteurs ont montré son caractère certes partiel, mais toujours riche d’enseignements, même s’il ne présentait qu’une certaine réalité à un moment précis : la mort3. Le décès des maréchaux eut lieu à un âge tardif (soixante-seize ans en moyenne). Ainsi, leur garde-robe fut celle d’hommes âgés, parfois malades, souvent retirés de la cour. Pour la grande majorité, leurs habits avaient donc été portés. Sur les 80 maréchaux de France, seuls quatre n’ont pas d’inventaire, cinq ont disparu ou sont en déficit dans les archives du Minutier central des notaires parisiens. Soixante comportent des inventaires de garde-robes. Des lacunes sont reprochées aux inventaires comme la sous-estimation de la prisée et la fraude. La première consistait en une évaluation moindre de l’ordre de 20 % par rapport à la valeur réelle4, mais elle était normale puisqu’il s’agissait toujours d’une prisée avant la vente aux enchères ou le partage. La somme recueillie était ensuite rapportée à la succession. En matière de fraude, la garantie des scellés apposés avant la prisée était relativement efficace. Ainsi, pour le corpus considéré, on pouvait « estimer la fiabilité des descriptions notariales inversement proportionnelle au niveau de fortune »5. Quant aux ayant-cause et aux créanciers, ils exerçaient à leur façon une surveillance mutuelle, garantissant pour le moins une objectivité relative du document.

  • 6  Reynald Abad, « Monnaie », dans L’ancienne France au quotidien. Vie et choses de la vie sous l’Anc (...)
  • 7  R. Abad, art. cit., p. 346.

8Ainsi, l’existence de modèles ou d’attitudes vestimentaires cohérentes au sein du groupe des maréchaux de France, puisqu’on dispose de données sur un siècle (1702-1801), peut être appréhendée par la garde-robe répertoriée dans leur inventaire après décès. Pour un maréchal, la première mention d’une garde-robe date de 1716 (Château-Renault), la dernière de 1801 (Ségur) ; pour une maréchale, la première mention d’une garde-robe dans l’inventaire de son mari ou en tant qu’inventaire propre apparaît en 1702 (la comtesse de Matignon) et la dernière en 1789 (la duchesse de Duras). Les tableaux 1 et 2 (évaluations des garde-robes masculines et féminines) sont le résultat de l’analyse cumulée des garde-robes. Tous les inventaires ont été réalisés à Paris ou dans sa coutume. La livre tournois est l’unité de compte dont la valeur n’a guère varié entre 1726 et la Révolution française, période durant laquelle l’inflation fut mince. Les variations nombreuses du louis entre les décennies 1690 et 1720 ne semblent pas avoir engendré d’écarts importants sur la valeur des inventaires réalisés à cette période6. Néanmoins, en 1726, à la fin du cycle des manipulations à la hausse et à la baisse, la livre avait perdu 43 % de sa valeur par rapport à l’or7.

9Les calculs effectués l’ont été en fonction de tranches chronologiques délimitées selon des tranches générationnelles de vingt ans et les dates extrêmes de réalisation des inventaires après décès. Le nombre de cas de maréchaux est similaire selon les quatre périodes délimitées : les périodes ne sont pas disproportionnées les unes aux autres, elles permettent de définir des profils-types de garde-robe selon la place dans la société et à la cour de tel maréchal de France.

Des profils de maréchaux qui induisent des garde-robes types ?

10L’analyse statistique des garde-robes (tableaux 1 et 2) et la mise en œuvre d’une typologie des maréchaux permettent d’approcher les mécanismes de constitution et d’usage de leur garde-robe (tableaux 3a et b).

Tableau 1. Évaluation de soixante garde-robes masculines (en livre tournois, valeur de Paris)

Tableau 1. Évaluation de soixante garde-robes masculines (en livre tournois, valeur de Paris)

Tableau 2. Évaluation de vingt-trois garde-robes de maréchales (en livres tournois)

Tableau 2. Évaluation de vingt-trois garde-robes de maréchales (en livres tournois)

Tableau 3 A.

Tableau 3 A.

Tableau 3 B. Part de la garde-robe masculine par rapport à la valeur totale de l’IAD et à l’âge

Tableau 3 B. Part de la garde-robe masculine par rapport à la valeur totale de l’IAD et à l’âge

11D’après les tableaux 1 et 2 (prisée de soixante garde-robes masculines et de vingt-trois garde-robes de maréchales), des similitudes émergent entre l’accumulation vestimentaire masculine et féminine. Plus on avance dans le siècle, plus la valeur de la garde-robe augmente. De 1716 à 1801, l’évaluation d’une garde-robe d’un maréchal s’est accrue de plus de 140 % passant d’une moyenne de 2 100 lt. dans les années 1710-1730 à une moyenne de 5 100 lt. dans les décennies 1780-1800. De 1702 à 1789, celle d’une maréchale a été multipliée par 3,5 (près de 250 %), passant d’une valeur moyenne de 1 500 lt. entre 1700-1740 à 5 200 lt. entre 1760-1790. L’évolution de la valeur des garde-robes féminines dépasse celle des hommes au cours des deux dernières décennies de l’Ancien régime. L’écart entre la prisée des garde-robes masculines et féminines ne fait qu’augmenter à partir de la seconde moitié du siècle au profit du vêtement féminin.

  • 8  Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fa (...)
  • 9  Ibid., p. 110-111.
  • 10  Ibid., p. 113.

12Ainsi, les femmes nobles rattrapent puis dépassent leur mari dans le domaine de la consommation vestimentaire. Un dimorphisme sexuel est manifeste. Le statut de la femme noble semble évoluer malgré sa relative incapacité juridique par rapport à l’époux. Elle peut se libérer de son mari, au moins par les vêtements qu’elle porte et qui la font remarquer ; elle peut exister en tant que femme. Au fur et à mesure de l’avancée du siècle, le vêtement est bel et bien devenu « un symbole dans la parade sociale des rangs et des conditions »8. Toutefois, la valeur des garde-robes masculines à la fin de l’Ancien Régime est proche de son pendant féminin, signe que les maréchaux eurent eux-aussi une attitude plus soucieuse qu’auparavant à l’égard de leur personne et de leur bien-être (5 130 lt. entre 1780-1800 pour les hommes, 5 280 lt. entre 1760-1790 pour les femmes). La considération croissante du vêtement comme langage et objet de représentation semble s’être produite aux alentours de la fin des années 1730. Les cas des maréchaux de France et de leur femme sont d’autres exemples confirmant ce que Daniel Roche a montré, à savoir que la part du vêtement progresse dans toutes les catégories sociales au cours du XVIIIsiècle, en particulier au sein de la noblesse.9 La noblesse parisienne — tous les maréchaux de France eurent une résidence à Paris ou à Versailles — eut des comportements vestimentaires très unifiés : « elle anim[ait] le commerce et la mode. Elle donn[ait] le ton aux autres catégories sociales »10. L’évaluation moyenne et a minima de la garde-robe des maréchaux est élevée si on la compare au salaire journalier d’un bon manouvrier à Paris au milieu du siècle (une livre tournois), aux 3 000 lt. de pension annuelle d’un chevalier de l’ordre du Saint-Esprit ou encore aux 12 000 lt. d’appointement annuel d’un maréchal de France.

13Des mécanismes de constitution et d’usage de leur garde-robe sont perceptibles grâce aux tableaux 3a et b. L’accroissement de la valeur des garde-robes à partir des années 1770, comprise entre 10 et 20 % de la totalité de l’inventaire, est une caractéristique de maréchaux morts plus âgés que leurs prédécesseurs, à quatre-vingt-deux ans en moyenne. Jusqu’à la mort, les habits étaient conservés et figuraient en nombre dans les inventaires. Près du tiers des maréchaux — soit dix-huit cas — possédaient à leur mort une garde-robe représentant entre 1 et 2 % de la valeur des biens mobiliers inventoriés. Près de la moitié (soit vingt-huit maréchaux) en avaient une comprise entre 2 et 5 %. Les cas extrêmes sont ceux de maréchaux relativement pauvres par rapport à leurs codignitaires. Un caractère relativement normé en matière de part du vêtement ressort des inventaires. En valeur relative (le pourcentage), le chiffre est faible ; en valeur réelle (l’évaluation en livres tournois), il est plus important. Cela implique d’affiner l’analyse et de prendre les évaluations comme échelle de mesure de la qualité des habits possédés.

14Ainsi, les garde-robes les mieux évaluées étaient celles des maréchaux de Saxe (plus de 11 000 lt.), de Belle-Isle, de Luxembourg, de Richelieu, de Biron et de Contades (entre 8 000 et 9 400 lt. ; les moins couteuses étaient celles de Coëtlogon, de La Fare et de Ségur, respectivement 412, 426 et 238 lt. Ces écarts énormes indiquent que la dignité de maréchal n’induisait pas nécessairement le comportement vestimentaire adéquat puisque certains maréchaux possédaient peu d’habits à leur mort. Les premiers maréchaux cités avaient la réputation d’adopter un train de vie et un train de maison à la mesure de leur rang social, tandis que les seconds ne conservaient que peu d’habits, soit du fait leur mince fortune (Coëtlogon, Ségur…), soit à cause un endettement ayant conduit à vendre une partie des biens (La Fare…). La valeur de la garde-robe est proportionnelle au statut de dignité (pair de France, descendant de prince régnant, nobles étrangers et possessionnés dans plusieurs États) comme l’illustre le tableau 4. En effet, si la valeur de la garde-robe est supérieure à 2 500 lt., cela implique que les maréchaux se distinguent grâce à leur statut de dignité, ce qui paraît logique : un duc et pair a une fortune assise sur la possession de nombreuses terres. Ce patrimoine du solide est appuyé et transcendé par un patrimoine symbolique : la dignité de pair de France. Ainsi, titulaires d’une dignité militaire (le maréchalat), les maréchaux se singularisent entre eux par ce qui fait la force de leur place dans le royaume, la terre, à laquelle a été associé un double statut de dignité : le maréchalat et la pairie.

Tableau 4. Statut de dignité et garde-robe

Le statut de dignité des maréchaux de France

Valeur de la garde-robe

Duc et pair : Belle-Isle, Noailles, La Feuillade, Estrées, Harcourt, branche Albert d’Ailly-Chaulnes, du Plessis Richelieu, branche Gontaut-Biron, branche Rohan-Soubise, branche Durfort-Duras, Brissac, Fitz-James, Villars

Supérieure à 2 500 lt.

Descendants de princes régnants : Saxe

Nobles d’origine étrangère : Isenghien, O’Brien-Thomond, Löwendal, Fitz-James, Beauvau-Craon, Stainville

Nobles d’ancienne extraction, non pairs de France : Clermont-Tonnerre, Brancas, Broglie, Huxelles, Montesquiou, Gelas de Lautrec, Desmarets-Maillebois, Nicolaÿ, Contades

Des homines novi : Château-Renault, Médavy, Coëtlogon, Alègre, Bazin, Asfeld, Puységur, Laval, La Fare, Franquetot de Coigny, La Tour-Maubourg, Balincourt, Du Muy, Conflans, Jourda de Vaux, Ségur

Inférieure à 2 500 lt.

15La garde-robe est une manifestation de la force symbolique de la dignité. Mais, dans l’échelle des comparaisons, la dignité de maréchal de France ne suffit plus pour se particulariser : c’est celle de pair de France qui l’emporte. La comparaison entre un duc et pair, ayant atteint le faîte des honneurs, et un homo novus, honoré du bâton sur son lit de mort, peut appuyer cette analyse.

Habillement et statut de dignité : la garde-robe comme instrument de domination sociale

16Les garde-robes des maréchaux sont-elles représentatives de leur dignité ou s’insèrent-elles dans un système particulier du paraître nobiliaire? Il s’agit de comprendre ce qui distingue les maréchaux dans leur manière de se vêtir. Deux cas singuliers permettent de lier habillement et statut de dignité : celui de Belle-Isle, duc et pair courtisé et celui de Coëtlogon, marin oublié. Belle-Isle, à l’inverse de Coëtlogon et d’autres maréchaux, semble avoir eu conscience que l’habit de cour pouvait être un instrument de prestige, de glorification du pouvoir et de représentation de l’État. Les mécanismes de la distinction et de la diversité de ses habits s’observent dans sa garde-robe.

  • 11  Vicomte Fleury, Une grande ambassade au XVIIIsiècle. Le secret du maréchal de Belle-Isle, Paris, (...)

17À sa mort en 1761 à soixante-seize ans, Charles Louis Auguste Fouquet, duc de Belle-Isle (1684-1761), petit-fils de Nicolas Fouquet, était l’un des maréchaux de France à la garde-robe la mieux pourvue et la plus somptueuse. Belle-Isle, nommé le 16 décembre 1740 ambassadeur près la diète de Francfort après la mort de l’empereur Charles VI, fut élevé au maréchalat en février 1741 pour avoir un statut de dignité conforme à la conduite des négociations à venir. Sa mission s’avérait ardue mais il parvint à ce que l’électeur Charles-Albert de Bavière fût proclamé roi de Bohême à la fin de 1741. L’élection terminée, le 24 janvier 1742, le nouvel empereur fut couronné le 12 février. Cette élection fut considérée comme l’œuvre de Belle-Isle et il en fut récompensé. Le 15 mars 1742, à son retour en France, il fut créé duc héréditaire de Gisors11.

  • 12  Notker Hammerstein, « Karl VII. Und Frankfurt am Main », dans Wahl und Krönun in Frankfurt am Main (...)
  • 13  L’étoile de l’ordre du Saint-Esprit était garnie de diamants. Belle-Isle était accompagné par six (...)
  • 14  Vicomte Fleury, Une grande ambassade au XVIIIsiècle, op. cit., p. 379.
  • 15  Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Charles Louis Auguste Fouquet, maréchal de France et duc d (...)
  • 16  L’ordre de la Toison d’or fut créé à Bruges par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, en janvier 1430 (...)

18Le faste qu’il déploya pour convaincre les électeurs et éblouir les habitants de Francfort marqua les esprits12. Le 18 janvier 1742, dans un habit de velours bleu brodé d’or, plaque du Saint-Esprit d’argent brodée sur la poitrine, cordon bleu en écharpe, il fit son entrée dans la ville avec une somptuosité guère observée jusqu’alors13. Réussir cette élection passait par des dépenses fastueuses. Au retour de sa mission, Belle-Isle avait dépensé plus de six millions de livres14. Le souvenir de l’ambassade demeura longtemps présent. Belle-Isle, malgré la guerre et la paix de statu quo de 1748, était considéré comme l’un des bras armés, sur le terrain, d’un nouvel équilibre européen. À la paix et sept ans après Francfort, Belle-Isle se fit immortaliser par Maurice Quentin de La Tour en portant l’habit par lequel il avait marqué les esprits en janvier 1742 (ill. 1)15, avec en plus la Toison d’or, que Charles VII lui avait décernée, le 5 avril 1742, en reconnaissance de ses services16.

19Ill. 1 : Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Charles Louis Auguste Fouquet, maréchal de France et duc de Belle-Isle, Pastel, 59 x 50. Exposé au Salon de 1748. Collection privée17

Ill. 1 : Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Charles Louis Auguste Fouquet, maréchal de France et duc de Belle-Isle, Pastel, 59 x 50. Exposé au Salon de 1748. Collection privée17
  • 18  L’ordre du Saint-Esprit, créé par Henri III en 1578 en souvenir de son élection au trône de Pologn (...)
  • 19  D. Roche, La culture des apparences, op. cit., p. 119.

20L’exemple est révélateur de l’usage et du sens donné à un habit. Le velours bleu rappelle la couleur de l’écu du roi de France ; les broderies et les boutons d’or témoignent de la richesse et de l’éclat du porteur. La plaque du Saint-Esprit brodée sur le côté du justaucorps et le cordon bleu de l’ordre sont autant d’indices du rang, du statut et de la dignité de l’ambassadeur et maréchal de France18. Ainsi le code d’interprétation de la tenue de représentation de Belle-Isle structure la réalité du spectacle social, ici la parade de Francfort ; il impose « une grammaire de reconnaissance dans les relations quotidiennes ordinaires et extraordinaires »19.

  • 20  A.N., M.C., LVIII, 5639, inventaire après décès du maréchal de Belle-Isle, février-novembre 1761, (...)

21Je n’ai pas trouvé mention de l’habit porté à Francfort dans l’inventaire après décès de Belle-Isle. Néanmoins, ses habits permettent d’approcher cet homme dans son quotidien de cour. Après la transcription et l’analyse des 4 043 entrées, le résultat marque l’importance de son statut20. La valeur des effets mobiliers dépasse 615 000 lt. La garde-robe stricto sensu représente 1,5 % du total (9 519 lt.), les bijoux et diamants 12 %. Sur les soixante inventaires de garde-robes, celui de Belle-Isle — maréchal non prince régnant, descendant d’un aïeul déchu et emprisonné — talonne celui du maréchal de Saxe (plus de 11 000 lt.), lequel était mort plus jeune, à 54 ans en 1750, et dont le goût en matière de parures vestimentaires était célèbre. Chez Belle-Isle, l’abondance et l’accumulation vestimentaires triomphent. En le comparant aux autres maréchaux, on remarque qu’il existe bien une hiérarchie des trains de vie vestimentaires dictés par la fortune et le rôle social.

22Cette capacité à imposer son rôle social se traduit par un certain tempérament vestimentaire : plus le maréchal est fortuné et socialement intégré, plus il se « caméléonise » dans sa manière de se vêtir. Ainsi, les tissus souples, travaillés et éclatants dominent. Les couleurs des tissus et des étoffes sont variées. Le statut de dignité et son coût social dictent une silhouette imposante et contrôlée.

  • 21  A.N., M.C., VIII, 898, inventaire après décès du maréchal de Coëtlogon, commencé le 10 juin 1730.

23Aux antipodes de la figure du maréchal de Belle-Isle se trouve celle du marquis et maréchal de Coëtlogon. Non familier de la cour de France, il quitta le monde du paraître en 1727, à 81 ans, se retirant dans un couvent à Paris. Alain Emmanuel, marquis de Coëtlogon (1646-1730) termina sa carrière comme vice-amiral en 1716. Pour un maréchal, son mobilier meublant était limité (21 435 lt.) ; sa garde-robe en représentait 1,9 % (soit 412 lt.)21. Célibataire et retiré du monde, il a conservé une partie de ses habits. Toutefois, une distinction de taille, entre ce maréchal au couvent et un maréchal présent à la Cour, concerne les accessoires vestimentaires. Coëtlogon ne possède ni manchettes, ni gants, ni dentelles, ni cols de mousseline et aucun mouchoir en tissu de qualité. Le linge de corps, comme les chemises, n’est pas mentionné non plus dans sa garde-robe. L’habillement de sa personne est réduit, puisque il avait décidé de ne plus participer au monde des apparences. Il n’éprouvait pas le besoin de se vêtir avec ostentation. Il n’en reste pas moins que les habits de Coëtlogon, foncés comme c’était l’usage dans le premier xviiisiècle, étaient de bonne facture, avec des broderies d’or. Les matières étaient variées : velours, drap, étoffe, ras, moire, taffetas, camelot, castor, soie. Deux manteaux de chevalier de l’ordre du Saint-Esprit étaient conservés.

24Ces deux cas sont transposables à d’autres figures de maréchaux. À chaque fois, une grande hétérogénéité se dessine dans les garde-robes de ces hommes. La seule clé de voûte qui les relie est d’avoir atteint, par leur maréchalat, un degré de préséance auquel la plupart de leurs ancêtres n’étaient jamais parvenus. Le milieu des maréchaux de France était donc varié, puisque composé d’individus pouvant exercer ou non des fonctions et des charges curiales. Coëtlogon n’en exerça jamais, alors que Belle-Isle fut ministre et secrétaire d’État à la fin des années 1750. Les maréchaux à la garde-robe la moins pourvue, soit ne se rendaient qu’épisodiquement à la cour (Coëtlogon, Médavy…), soit étaient ruinés à leur mort (La Fare, Ségur…). Leurs habits n’étaient alors pas accompagnés d’accessoires les distinguant de leurs contemporains. Néanmoins, la plupart adoptèrent une consommation vestimentaire de luxe, comme en témoigne l’évaluation de leur garde-robe.

  • 22  Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne XVe-XVIIIsiècle, Rennes, So (...)
  • 23  Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793). Une nébuleuse aristocratique au XVIIIe siècle, Pari (...)

25Les garde-robes des maréchaux s’insèrent-elles dans un système du paraître nobiliaire particulier ? Michel Nassiet, travaillant sur la noblesse pauvre a proposé dans sa thèse un tableau comparatif entre différents nobles (repris ici en tableau 5)22. La prisée totale est nettement inférieure qu’à celle des inventaires de maréchaux. À l’inverse, Jean Duma a montré que le seul habillement de l’Écurie du duc de Penthièvre en 1777, pour 82 habits, s’élevait à 30 341 lt., soit 370 lt. par habit23. Mais, à l’échelle du patrimoine multimillionnaire de Penthièvre, cette part n’est pas importante, alors que chez les nobles pauvres étudiés par Michel Nassiet, la part des habits est un poste de dépense important (entre 12 et 47 % du total du mobilier meublant). Ainsi, plus les nobles sont pauvres en mobilier, plus la valeur des habits s’avère importante. L’habillement n’est alors pas ostentatoire, mais une véritable nécessité, alors que chez les maréchaux assidus à la cour, il est un superflu essentiel et associé au paraître.

Tableau 5. Objets de consommation durable d’après des inventaires après décès de nobles de Bretagne, en livres tournois

Noblesse rurale

(un cas par année de décès)

Noblesse urbaine

Paysans aisés

Moyenne

Petite

Pauvre

Petite

Date du décès

1710

1663

1673

1790

1701

1780

1763

1697

1786

Vêtements

273 (32,9 %)

126 (20,5 %)

27 (12 %)

216 (27,1 %)

« peu »

56 (26 %)

216 (47,4 %)

56 (23,5 %)

150 (34,3 %)

Objets de luxe

252

199

22

90

10

6

108

29

29

Totaux

(avec les catégories ameublement et divers)

830 lt.

613 lt.

225 lt.

796 lt.

>111 lt

216 lt.

456 lt.

238 lt.

437 lt.

Source : Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne XVe-XVIIIsiècle, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993, tableau 19, p. 219.

26Les garde-robes des maréchaux sont donc globalement caractérisées par l’abondance, la variété et la richesse, même si chaque maréchal, en fonction de son statut de dignité, de la conscience qu’il en a et du coût social de l’exercice du pouvoir n’a pas les mêmes attitudes à l’égard de ses habits qu’un autre maréchal. Pour parvenir à des critères de distinction communs transcendant les niveaux de fortunes et les charges curiales qui induisent les manières de se vêtir et de paraître, il s’agit désormais d’appréhender des comportements vestimentaires propres à cette élite sociale et militaire.

Distinction des maréchaux de France dans l’habillement et insertion commune dans le mouvement de la mode

27Devant l’inflation de titres, face à l’émergence d’une nouvelle élite sociale constituée par les financiers, en particulier les fermiers généraux, devant la poussée du monde de la robe, la noblesse militaire et les maréchaux de France cherchèrent à se singulariser de ces autres élites, souvent plus fortunées qu’eux. La création, au milieu du siècle, d’un bâton de maréchal standardisé, annihilant la distinction au sein du corps des maréchaux mais l’unifiant aux yeux des contemporains, est le premier moment d’une évolution de la garde-robe spécifiant ainsi un groupe par l’objet qui le caractérise. Au même moment, l’adoption d’un habit-uniforme achève cette conscience de groupe de dignité laquelle, exprimée en public à la cour, se retrouve aussi dans les intérieurs domestiques des maréchaux. En parallèle, les autres contenus de leur garde-robe reflètent l’insertion des maréchaux dans le mouvement de la mode.

L’habit créé et vécu. Les maréchaux, le bâton et l’adoption personnelle d’un habit-uniforme

28Par leur appartenance de droit au Tribunal de la Connétablie et maréchaussée de France, les maréchaux faisaient partie d’un corps, non d’un groupe social. Mais, face à la concurrence vestimentaire d’autres élites, la conscience de corps a induit une conscience de groupe.

Tableau 6. Uniforme et bâton de maréchal mentionnés dans les inventaires après décès

IAD

Lieu où le bâton de maréchal est mentionné (4 cas sur 62)

Isenghien, 1767

Paris, hôtel particulier du maréchal, dans un garde meuble : « un manteau de l’ordre du Saint-Esprit de velours noir brodé en soye or et argent, le bâton de maréchal de France et une épée de l’ordre du Saint-Esprit ».

Nicolaÿ, 1777

Á Paris, dans l’hôtel du maréchal. « Dans l’armoire où étaient les bijoux s'est trouvé un bâton de maréchal de France couvert de velours violet parsemé de fleurs de lit (sic) brodé en or, serti par les deux boutons le tout dans un étuy de maroquin parsemé de fleurs de lit couleur d’or dont n'a été fait aucune prisée attendû sa nature ».

Fitz-James 1787

Á Paris, dans l’hôtel de la place Vendôme, avec les épées et dans les « habits, linges et hardes à l’usage du maréchal, dans les armoires dans la chambre du sieur Gilbert », premier valet de chambre du maréchal.

Lévis, 1788

Á Paris, dans l’hôtel de Lévis, rue du Faubourg Saint-Honoré, dans la chambre, derrière la chambre à coucher du maréchal, dans une armoire.

IAD

Lieu où le costume-uniforme de maréchal de France est mentionné (8 sur 62)

Conflans-Brienne, 1777

Dans l’armoire de la chambre du valet de chambre, dans l’appartement loué par le maréchal : « un habit de drap bleu galonné en or »

Nicolaÿ, 1777

Paris, dans son hôtel particulier. « Un habit et veste d'uniforme de maréchal de France en drap bleu brodé sur toutes les tailles »

Du Muy, 1775

Dans l’appartement qu’il occupait dans l’aile des ministres, au château de Versailles : « un habit complet et uniforme de maréchal de France brodé en or sur tous les contours »

Brissac, 1780

Paris, rue Cassette, hôtel particulier : « un habit complet uniforme de maréchal de France »

Harcourt III, 1784

Paris, Hôtel d’Harcourt, « un surtout de drap bleu, uniforme de maréchal de France »

Vaux, 1788

Paris, hôtel, dans une pièce qui précède la bibliothèque : « un habit et veste de drap galonné sur toutes les coutures du grand uniforme de maréchal de France, deux autres habits de petit uniforme […], une redingote de drap bleu d’uniforme »

Stainville, 1789

Dans l’appartement de l’hôtel du maréchal, à Paris. Pas d’uniforme de maréchal, mais dans une armoire se trouvait « un habit uniforme de lieutenant général en drap écarlate brodé en or appliqué et culotte de bazin des Indes couleur abricot ». Prisée : 80 livres

Contades, 1793

Dans une maison à Livry, dans la garde-robe (pièce) : « un habit de drap bleu de la dignité de maréchal de France à galons d’or relevé en bosse bouton filé aussi en or doublé de draps de Saint-Cyr, la veste et la culotte de draps d’écarlatte doublée de croisé blanc aussi a double galons brodés et relevés en bosse ».

  • 24  R. Barthes, op. cit., p. 36.

29Leur insertion dans la noblesse fut différente selon l’hérédité, l’appartenance à des cercles influents, la présence régulière à la cour et leur fortune. Les habits étaient l’une des manifestations constitutives de leur vie. L’analyse des garde-robes rejoint ce que Roland Barthes avait théorisé, à savoir que le costume est un système appuyé sur des valeurs (des pièces et des types vestimentaires portés en fonction de telle cérémonie). Quand la réalité institutionnelle prend le pas sur les valeurs, l’habit devient costume alors que dans le quotidien domestique et individuel, il est l’habillement24. Il existe un mouvement incessant entre habillement et costume pour les maréchaux puisque la majorité d’entre eux exerçaient une charge curiale ou une charge militaire. L’apparition et la place de l’uniforme de maréchal, dont l’un des attributs le plus connu était le bâton, s’inscrit dans ce système. Cet habit était avant tout un costume, puisqu’il pouvait être porté lors de cérémonies. Le port des uniformes étant interdit à Versailles, l’ « uniforme » de maréchal ne fut jamais standardisé de manière officielle. C’est pourquoi, on préfère l’appellation couplée d’habit-uniforme.

  • 25  Emmanuel de Croÿ, Journal de Cour, Clermont-Ferrand, Paleo « Sources de l’histoire de France », 20 (...)
  • 26  Cf. le modèle devenu réglementaire : « Bâton de maréchal de France du marquis de Contades et modèl (...)
  • 27  E. de Croÿ, Journal…, Flammarion, 1906-1921, t. IV, p. 285-286.

30Porter la marque distinctive de son groupe n’exclue pas. Elle contribue à s’intégrer au groupe. Devant le manque relatif de dignité de la cérémonie de remise du bâton de maréchal, les autorités décidèrent de standardiser le bâton25. Les premiers bâtons uniformisés furent remis en mars 1758 aux maréchaux de Conflans et de Berchény (ill. 2)26. Cela fit dire au duc de Croÿ que ces bâtons étaient « beaux, et d’autant mieux, qu’on grave dessus le nom »27, ce qui accroissait la distinction puisqu’auparavant le nom n’était pas mentionné. D’après la description des notaires inventoriant les biens du maréchal de Nicolaÿ en 1777, ce nouveau bâton était « couvert de velours violet parsemé de fleurs de lit (sic) brodé en or, serti par les deux boutons le tout dans un étuy de maroquin parsemé de fleurs de lit couleur d’or » (cf. le tableau 6).

Ill. 2 : Anonyme, Modèle de bâton réglementaire de maréchal de France d'Ancien Régime dit de "Belle-Isle". Dessin et aquarelle. 1758. 0,22 m / 0,645 m. Paris, musée de l'armée.

Ill. 2 : Anonyme, Modèle de bâton réglementaire de maréchal de France d'Ancien Régime dit de "Belle-Isle". Dessin et aquarelle. 1758. 0,22 m / 0,645 m. Paris, musée de l'armée.
  • 28  Étienne Bardin, Dictionnaire de l’armée de terre ou recherches sur l’art et les usages militaires (...)
  • 29  BNF, Cabinet des Estampes, N 3, D 277775, D 217862, D 217803 et N 2, D 137103 et D 137108.
  • 30  Ordonnance du Roy, pour régler un habit uniforme aux Officiers généraux employez dans les armées d (...)
  • 31  A.N., M.C., LIV, 1067, inventaire après décès de la maréchale de Contades, mars 1793.
  • 32  Cf. la représentation du maréchal de Saxe, de dos, à Lawfeld, en 1747, par Pierre Lenfant : « Bata (...)
  • 33  Cf. un exemple d’habit-uniforme de maréchal de camp : « Habit de petit uniforme de maréchal de cam (...)

31En matière de coiffure, les maréchaux portèrent le chapeau à la cour ainsi qu’une longue perruque jusqu’aux années 1730. Une perruque plus courte lui succéda, à trois queues28. Auparavant, même si l’habillement des maréchaux de France était laissé à leur libre choix, différentes estampes conservées à la Bibliothèque nationale de France (Villeroy, Montrevel, d’Estrées…)29 et des portraits de maréchaux (Puységur, La Fare, Soubise, Broglie…) référencés sur la base de l’agence photographique de la RMN, reflètent que leurs habits (perruque comprise) furent relativement semblables. Les maréchaux se firent représenter pour la plupart en cuirasse, signe de leur fonction sociale (faire la guerre et préserver l’État) ; la distinction se marquait soit par les broderies, soit par les décorations (comme le cordon bleu). Avant les années 1740, les règles en matière d’habillement étaient laissées au libre choix des officiers généraux et des maréchaux de France. Il n’y avait donc pas de cohésion et de conscience vestimentaires au sein du corps des maréchaux. En revanche, l’ordonnance du 1er février 1744 attribue un uniforme aux officiers généraux de l’armée (les lieutenants généraux et les maréchaux de camps) mais se tait à l’égard des maréchaux de France30. En parallèle à la volonté de proposer un bâton standardisé, une étape de cohésion par l’habit passait par son uniformisation. L’habit de maréchal de France devint alors « un habit de drap bleu de la dignité de maréchal de France à galons d’or relevé en bosse, bouton filé aussi en or doublé de draps de Saint-Cyr, la veste et la culotte de draps d’écarlate doublée de croisé blanc aussi à double galons brodés et relevés en bosse »31. Il était orné d’un bordé de broderie d’or en forme de galon tissé ; ce galon bordé était triple sur les manches et sur les poches (ill. 3)32, alors que les maréchaux des camps et armées du roi n’avaient qu’un bordé simple et les lieutenants généraux des armées du roi un bordé double33.

Ill. 3 : Pierre Lenfant, Louis XV indiquant de la main le village de Lawfeld au maréchal de Saxe, XVIIIe siècle. Huile sur toile. 2,750 m / 2,485 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon.

Ill. 3 : Pierre Lenfant, Louis XV indiquant de la main le village de Lawfeld au maréchal de Saxe, XVIIIe siècle. Huile sur toile. 2,750 m / 2,485 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon.
  • 34  Recueil des ordonnances militaires, tome 19, janvier 1775- mars 1776, Règlement arrêté par le roi (...)

32Ce nouvel habit-uniforme était celui de lieutenant général des armées du roi, à ceci près qu’il était composé de broderies d’or plus nombreuses. L’adoption et l’acceptation de ce nouvel habit se retrouve dans les inventaires compris entre 1777 et 1793 (cf. tableau 6) comme s’il avait fallu plus de vingt ans, à la suite de l’ordonnance de 1744, pour que l’idée de porter l’habit-uniforme standardisé de maréchal de France entrât dans les esprits des dignitaires. Cet habit était une manière de se différencier des autres nobles à la cour devant les inflations de titres et d’habits comme si, après la fin des guerres, un besoin de se distinguer des autres officiers généraux dans la paix s’était fait sentir. En effet, les derniers maréchaux servirent en campagne en 1762 (Broglie, Soubise…). N’ayant plus de fonction réelle dans un royaume en paix à l’issue du traité de Paris (hormis le cas des gouverneurs, lieutenants généraux et commandants en chef de province), les maréchaux devaient afficher leur dignité par leur habit-uniforme, gage paradoxal d’une monarchie en paix. Ils n’étaient plus des maréchaux de guerre mais des maréchaux de paix et de cour. L’ordonnance de septembre 1775 rappelait aux officiers généraux l’obligation de porter un uniforme34. Mais, les maréchaux de France y étaient occultés, alors qu’ils étaient quinze après la promotion de mars 1775 ; ce qui ne les avait pas empêché d’adopter leur habit particulier.

33Si les règlements de 1744 et 1775 ne codifièrent pas leur habit, la décision eut des conséquences symboliques : les maréchaux renforcèrent leur dignité en adaptant un habit conforme à leur statut, qui devenait un marqueur de dignité, conforté par l’existence d’un même bâton depuis 1758.

  • 35  Yves Delaporte, « Le signe vestimentaire », L’Homme. Revue française d’anthropologie, n° 20/3, 198 (...)
  • 36  Madeleine Delpierre, Se vêtir au XVIIIsiècle, Paris, Adam Biro, 1996, p. 113.
  • 37  Ibid.

34Plusieurs signes vestimentaires peuvent être portés par un même habit35. En l’occurrence, l’habit-uniforme d’un maréchal était accompagné du cordon bleu de l’ordre du Saint-Esprit en sautoir, voire du collier de l’ordre de la Toison d’Or pour les rares qui en furent honorés par les rois d’Espagne ou par l’empereur. Ces signes étaient des marqueurs de leur dignité et des degrés obtenus dans la hiérarchie des honneurs. Depuis 1705, un maréchal de France devenait toujours chevalier des ordres du roi. Lors des cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit, le costume traditionnel de rigueur était de velours noir, croix argentée brodée sur le côté. Cet habit était souvent la pièce la plus onéreuse de la garde-robe (le grand manteau de l’ordre coûte en moyenne 3 000 lt.). En 1775, le duc et futur maréchal de Croÿ paya sa réalisation 8 000 lt. Nonobstant ce coût, il s’agit d’« un meuble qui reste dans une famille »36. Pour les maréchaux chevaliers des ordres du roi à partir de 1778, le nouveau costume en usage fut plus facile à porter : habit de velours noir à parements brodés en or sur étoffe de soie verte, gilet, col et revers de la cape courte et noire et bas blancs. Le costume coûtait alors 2 400 lt.37. Le caractère solennel du corps des chevaliers portant chacun un costume de velours noir symbolise une monarchie immémoriale et en spectacle. La communication par le costume est d’autant plus forte que le nombre de chevaliers était limité. Elle remplit une fonction sociale en distinguant les nobles honorés de l’ordre. Grâce au costume et au collier de l’ordre, un contemporain savait que l’impétrant était catholique et d’une noblesse ancienne. Une triple sédimentation de dignité et d’honneurs pouvait alors se lire dans l’habit du maréchal : sa dignité militaire (le maréchalat), sa dignité terrienne (la pairie), son degré de noblesse (le Saint-Esprit).

35Ainsi, le XVIIIe siècle et l’évolution de la place des maréchaux dans la société et à la cour ont conduit à l’adoption d’une uniformisation vestimentaire. Distingués en public par leur habit-uniforme lors des cérémonies curiales ou dans l’exercice de leur fonction sociale (commander une armée, une province ou une place-forte), les maréchaux semblent avoir aussi transposé l’ethos militaire dans leurs intérieurs domestiques.

36Les lieux de conservation peuvent être des révélateurs de la conscience que les maréchaux avaient de la fonction de représentation de leur garde-robe (Voir le tableau 6).

  • 38  A.N., M.C., LVI, 336, inventaire après décès du maréchal de Fitz-James, mars 1787.
  • 39  Cissie Fairchilds, Domestic Enemies: Servants and Their Masters in Old Regime France, Baltimore & (...)

37Conserver le bâton de maréchal et l’habit-uniforme dans sa garde-robe semble avoir été une marque consciente de distinction pour certains maréchaux. Dans les inventaires après décès retrouvés après l’institutionnalisation du bâton, seuls quatre en mentionnent la présence, tandis que huit indiquent celle d’un habit-uniforme (tableau 6). À la mort de leur propriétaire, les habits étaient entreposés dans un garde-meuble proche de la chambre à coucher, avec les bijoux et les diamants. Le premier valet de chambre, homme de confiance et d’intimité, à la mort de son maître, pouvait conserver les habits dans sa propre chambre (comme pour Fitz-James)38. La fonction distinctive de l’habit, sa facture, son coût et son évaluation nécessitaient que ces habits fussent conservés et confiés au principal domestique de confiance du maréchal, témoin du caractère et la vie de son maître et dépositaire de sa mémoire39.

  • 40  R. Barthes, art. cit., p. 34.

38Le bâton et l’habit-uniforme de maréchal n’étaient pas évalués dans les inventaires « attendu leur nature », selon la formule notariale usitée. L’habit de maréchal s’insère donc dans ce que Roland Barthes définissait comme un système, c’est-à-dire « une structure dont les éléments n’ont jamais de valeur propre, mais sont signifiants dans la mesure seulement où ils sont liés par un ensemble de normes collectives »40. L’habit-uniforme, le bâton standardisé furent des marques de distinction. Les maréchaux ne se vêtirent pas — par cet habit spécifique — en tant que membres d’un groupe social au statut particulier induit par leur dignité, mais par le corps plus ou moins symbolique auquel il se rattachait — en tant que dépositaires collectifs du connétable de France, donc de commandants des armées du roi.

39Ces critères de distinction spécifique au corps des maréchaux n’enlèvent pas le fait que ceux-ci cherchèrent aussi à se fondre dans le mouvement de la mode de leur temps et dans le système vestimentaire de la Cour.

Des garde-robes qui suivent le mouvement de la mode ?

  • 41  Cf. le compte-rendu de R. Barthes « Langage et vêtement (Flügel, Hansen, Kiener et Truman », 1959, (...)
  • 42  Joseph Boulaud, « Vêtements, bijoux et parures de la noblesse au XVIIe et au XVIIIsiècles », La (...)
  • 43  Natacha Coquery, L’hôtel aristocratique. Le marché de Luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Public (...)

40Certains auteurs ont parlé de linguistique vestimentaire à propos des manières de se vêtir41. D’autres, à la lecture d’actes notariés nobiliaires des XVIIe-XVIIIsiècles recensant des garde-robes indiquaient se trouver devant des « costumes d’artistes de théâtre de renom »42. Plutôt que de parler de linguistique ou de théâtre vestimentaires, il semble que les maréchaux, par leur place dans la société se devaient de paraître, donc ils devaient consommer pour rester dans le courant de la mode et être regardés. Les garde-robes des maréchaux et de leurs femmes s’insèrent donc dans ce que Natacha Coquery a appelé le « marché du luxe » au XVIIIe siècle. La valeur des pièces et leur nombre augmentent à partir des années 174043. En achetant d’une manière compulsive, en faisant confectionner des habits par les meilleurs tailleurs, les maréchaux accumulaient leurs habits dans leurs intérieurs domestiques, ce qui offre une variété de descriptions utiles pour appréhender la mode et le luxe de cette élite.

41La multitude des pièces, les couleurs sombres (jusqu’aux années 1740) puis plus colorées (à partir des années 1740), le coût élevé des accessoires (manchettes et cravates) se retrouvent dans les inventaires de garde-robes, lesquels reflètent un caractère relativement normé de l’habillement de grands officiers de la couronne. Trois cas l’illustrent : l’un, vétéran des guerres de Louis XIV, le maréchal d’Asfeld ; les deux autres, nobles de cour et derniers de leur famille à obtenir le maréchalat, les maréchaux d’Harcourt (mort en 1783) et de Duras (mort en 1789).

  • 44  A.N., M.C., CXV, 539, inventaire après décès du maréchal d’Asfeld, mars 1743.

42Claude François Bidal d’Asfeld (1665-1743), allié à la robe, eut une carrière classique jusqu’à la Régence. Il devint directeur général des fortifications de France (1718), membre des conseils de la Guerre et de Marine puis maréchal de France en fin de carrière (le 14 juin 1734). Ses mariages et la Régence firent de lui un homme davantage présent à la cour qu’il ne l’avait été auparavant. L’étude minutieuse de sa garde-robe est instructive dans la mesure où ce soldat s’est mis au diapason de la mode en vigueur à la cour44. Il possédait un nombre quasi identique d’habits, de vestes et de culottes (respectivement douze, treize et onze), lesquels étaient essentiellement de couleur sombre (le noir, le gris). Le linge de corps figurait en nombre : quatre-vingt-douze chemises, cinquante-six mouchoirs, dix-sept paires de gants, dix-huit paires de bas, trente-huit cravates et trente-et-une paires de manchettes pour lesquelles la mousseline et la dentelle sont les matières dominantes. Il possédait cinq chapeaux, six perruques de cheveux châtains et noués, comme c’était la mode entre 1720 et 1740. Le damas, le droguet, le camelot, la batiste, le satin, le taffetas, le velours, le drap et la ratine d’Angleterre étaient les matières utilisées pour les garde-robes des courtisans. Une paire de manchettes en dentelle de Valenciennes était évaluée douze livres.

  • 45  Sur l'habit de Choisy, voir l'article de Marie Chiozzotto dans ce même numéro d'Apparence(s) : Les (...)

43En revanche, les cas diffèrent pour les années 1780. Les garde-robes des maréchaux d’Harcourt (1701-1783) et de Duras (1715-1789) (voir le tableau 7), sont révélatrices, sous Louis XVI, de la forte inflation du nombre de pièces, de leur multiplicité, de la variété des couleurs et des matières, de leur origine lointaine et de leur valeur importante (près de 6 000 lt. pour la garde-robe d’Harcourt, 3 500 lt. pour Duras). Ces deux maréchaux étaient ducs et pairs et, a posteriori, les derniers de leur lignée à obtenir le bâton de maréchal. Harcourt et Durfort figuraient parmi les courtisans les plus assidus et les noms les plus anciens du royaume. Ils étaient des maréchaux de cour et, par leur dignité, pouvaient être conviés dans des lieux réservés à des courtisans privilégiés, comme au château de Choisy, où un habit-uniforme était de rigueur (cf. l’habit de Choisy mentionné dans la garde-robe de Duras)45. Les habits, vestes, surtouts, culottes, chemises et paires de manchettes se chiffrent par dizaines (tableau 7 : Harcourt, quatre-vingt-treize chemises, seize habits, vingt-deux vestes, quinze surtouts, onze culottes, quatre-vingt-six paires de bas ; Duras, trente-et-un habits, trente-six vestes, un surtout, vingt-deux culottes, vingt-sept paires de bas). Dans l’inventaire, les chapeaux, les souliers, les chaussons sont en plus grand nombre qu’un demi-siècle auparavant. Le gris et le noir ne prédominent plus. Le vert, le rouge, le bleu sont les couleurs récurrentes. Le velours, le satin, la mousseline, la soie, le basin et la dentelle sont les matières privilégiées.

Tableau 7. Une accumulation vestimentaire chez les maréchaux de cour dans les années 1780

Types de pièces

Nb de pièces / couleur/ matière dans l’IAD d’Harcourt III (1784). Valeur des habits : 5 888 lt.

Dans l’IAD de Duras III (1789). Valeur des habits : 3 368 lt.

Habit

16

Dont un uniforme de chasse en drap bleu, drap noir, un de satine écarlate, un de velours ras de noir, 3 habits de l’ordre du Saint-Esprit, un de drap d’or fonds pourpre, orné d’une broderie paillette, paillons et réseaux d’or, un de velours de trois couleurs fond or, bouquets et chenil cramoisie, et ornée d’une broderie large en paillettes d’or

31

Dont un de drap rayé en soie avec boutons de pierre fausses, un de velours de soie noire avec parements de soie verte brodé en noir, un de soie noire avec parements d’étoffe fond d’or brodés en soie et or à paillettes et avec boutons d’or, un de poil noir, un de drap noir, un de soie noire, un de velours de printemps gris broché en soie de divers couleurs, un de velours à la reine couleur tabac d’Espagne brodé en soie, un de velours de printemps de trois couleurs, un de soie jaunâtre, un de Péquin vert ; un de drap vert uniforme de Choisy avec galons d’or ; un de drap de vigogne noir, deux de satin, un d’étoffe d’or avec broderies en or et paillettes

Veste

22

Une en satin blanc, une de toile blanche, de basin blanc, une en drap écarlate ornée d’une broderie en or, une de gourgouran blanc avec broderie, paillettes et paillons, une de gourgouran fond blanc ornée d’une broderie en argent à paillette et paillons de couleur, une de droguet fonds ardoise à petits poids blancs

36

Comme ci-dessus + une de satin promenade (de ?) Monsieur brodée en soie de différentes couleurs, une de satin blanc brodé en soie

Surtout

15

Soie bleue ornée d’un petit jalon à paillettes et boutons d’or, droguet cramoisi doublé de martre, un de soie olive doublé de gris, un écarlate de velours noir, un de vigogne couleur de café brulé, doublé de satin blanc, un de ratine blanchâtre, un de drap bleu uniforme de maréchal de France, un de drap gris, un de drap de coton gris cuivré, une de droguet fonds ardoise à petits poids blancs, un autre fonds lilas foncé à petits poix blancs

1

De velours en soie noire

Culotte

11

Tricot de soie capucine

22

Néant

Gilet

1

Satin blanc

?

?

Manteau

8

Un manteau ducal, un de drap noir, un de drap écarlate, un autre de camelot de soie

6

Dont un de velours à la reine noir, un de drap noir, un de poil noir

Redingote

1

Baraquant gris

?

?

Camisole

5

Bazin des indes

?

?

Robe de chambre

3

Une de molleton blanc, une avec sa veste et pantalon fond sablé et à fleurs de toile de Jouy doublée de taffetas vert, une autre et sa veste et pantalon d’autre toile de Jouy à carreaux bleus, noirs bouquets, et doublée de taffetas vert

6

Dont une et sa veste de musulmane brochée en soie, une autre de pareille étoffe bleue et blanche, une autre et sa veste de père (?) fond rouge

Manteau de lit/ peignoir

4//2

Satin blanc

?/ 14

Néant

Manchon

1

Renard blanc

?

?

Col de mousseline/ Col

54/ ?

Coton, soir noire, soie blanche

22/ 30

Néant

Chemise

93

Soie, garnie en batiste et dentelle, dont 28 non garnies

71

Dont 23 de nuit

Paires de bas

86

Soie blanche, soie noire

27

Soie blanche, soie noire

Caleçons

?

34

Néant

Cravate

6

Dentelle et deuil

3

Néant

Paire de manchettes

4

58

En mousseline garnis de filets, en batiste, en dentelle valenciennes

Perruque

?

?

?

Mouchoir

41

Toile des Indes à carreaux

83

?

Chapeau

4

gris et bordé d’or

1

De l’ordre du Saint-Esprit

Bonnet

23

1 en maroquin vert, 22 en coton

?

?

Paires de chaussures

48

6

Néant

Paires de chaussons

37

Toile

28

Chaussons de fils

  • 46  D. Roche, La culture des apparences, op. cit., p. 127 : tableau représentant la part des tissus, t (...)

44Ces cas traduisent le caractère luxueux de l’habillement des maréchaux présents à la cour. Au fil du siècle, la course au luxe vestimentaire était devenue la norme. En rapprochant leur cas de ce qu’avait montré Daniel Roche, on constate qu’ils ont épousé le système de la mode et ont contribué, en toute conscience, à l’accroissement du nombre des pièces à leur disposition. Sur le marché du luxe et de la mode, les maréchaux sont loin de figurer en retrait. La valeur et le nombre des pièces dans les garde-robes des années 1780 en sont de probants indicateurs. Les habits de soie, de coton et de couleurs vives dominent46. Par le luxe et la profusion de leur garde-robe, conséquence des commandes qu’ils passèrent auprès des tailleurs, des marchands-merciers et des marchands de mode, ils témoignent du succès du marché des apparences et de l’émergence d’un système de mode aux degrés rarement atteints au cours des siècles passés.

  • 47  R. Barthes, « Pour une sociologie du vêtement », op. cit., p. 61-65.
  • 48  Philip Mansel, Dressed to rule. Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, New Haven (...)
  • 49  N. Coquery, L’hôtel aristocratique, op. cit.

45La « difficulté subtile de tout travail sur le vêtement [est de] donner valeur de fait à ce qui semble insignifiant à force d’être vécu »47. Avec les maréchaux de France a été abordée la question de leur vêture selon une approche statistique et analytique conduisant à une analyse des goûts, du comportement, de la conscience et de la culture vestimentaires. Le triptyque défini par Philip Mansel, splendour, service et identity est clairement vérifié48. Les garde-robes des maréchaux comportaient des pièces superbes visant à marquer les esprits des contemporains, entraînant par là-même des dépenses conséquentes. Le marché du luxe était un véritable système, comme Natacha Coquery l’avait montré pour les Fitz-James49.

46Des habits-uniformes de cour (comme celui de maréchal de France), des bijoux (les croix du Saint-Esprit) consacraient une noblesse de service, conférant au maréchal une identité propre, en le distinguant des autres nobles de la cour. Il avait un statut de dignité particulier. L’habit de chevalier du Saint-Esprit, la possession de plusieurs croix de cet ordre, l’octroi et la conservation dans leur garde-robe à la fois du bâton et de l’habit de maréchal — costume de cour et uniforme militaire sans l’être, puisqu’il ne fut jamais standardisé au xviiisiècle — reflètent cette relation entre le porteur, l’individu et le corps dans lequel il s’insère. L’habit-uniforme, apparu à la fin des années 1740, était aussi un costume de cour. En effet, à partir du traité de Paris (1763), la France ne connut plus de guerre sur son territoire. Le roi n’envoya commander aucun maréchal lors de la guerre menée par les révoltés d’Amérique. L’apparition de l’habit de maréchal coïncida donc avec la fin du commandement des armées en campagne pour ceux qui en devaient en être chargés. Toutefois, les maréchaux en vie après la guerre de Sept-Ans furent, pour nombre d’entre eux, gouverneurs et lieutenants généraux de province. Ils portèrent leur habit-uniforme de maréchal de France lorsqu’ils étaient en représentation pour le service du roi. À la Cour, on reconnaissait donc ces hommes par leur habit qui remplissait bien une fonction sociale. Il était communication. Il était davantage un marqueur social, amplifié par la codification du bâton voulue par un homme d’État qui maîtrisait les signes vestimentaires : Belle-Isle. L’étude peut être encore affinée pour l’ensemble des cas abordés, en prenant en compte le détail des bijoux et des diamants, permettant, à terme, d’analyser, à Paris dans leur hôtel, ou en province dans leurs châteaux, dans quelle mesure les maréchaux purent être des adeptes de modes et en quoi ils purent se distinguer de leurs contemporains.

Top of page

Notes

1  « Il va de soi que le vêtement — que l’on ne saurait réduire à une fonction protectrice ou ornementale — est un champ sémiologique privilégié : on peut dire que c’est sa fonction signifiante qui fonde le vêtement en fait social total. […] Le vêtement est objet à la fois historique et sociologique » : Roland Barthes, « Histoire et sociologie du vêtement. Quelques observations méthodologiques », dans Le bleu est à la mode cette année et autres articles, Paris, Éditions de l’Institut français de la mode, 2001, p. 27-28. 

2  Annick Pardailhé-Galabrun, « L’inventaire après décès : une source incontournable pour l’appréhension de l’intime à l’époque moderne », dans Histoire sociale et actes notariés. Problèmes de méthodologie, éd. par Jean-Louis Laffont, Frédéric Ogé et René Souriac, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989, p. 42 : « La place de l’inventaire dans la production notariale, bien que plus élevée que celle du testament, est faible mais a tendance à augmenter au XVIIIsiècle : 0,8 % en 1610, 1 % en 1698, 4 % en 1749 et un peu plus de 5 % en 1826 ».

3  Notamment A. Pardailhé-Galabrun, art. cit., p. 41-64, et Bernard Vogler [éd.], Les actes notariés source de l’histoire sociale, XVIe-XIXsiècles, Actes du colloque de Strasbourg (mars 1978), Strasbourg, 1979.

4  Olivier Poncet, « Inventaire après décès », dans Dictionnaire de l’Ancien Régime. Royaume de France, XVIe-XVIIIe siècle, dir. par Lucien Bély, Paris, Fayard, 1996.

5  Daniel Roche, Rémy Ardette, et François Ardellier, « Inventaires après décès parisiens et culture matérielle au XVIIIsiècle », dans Les actes notariés source de l’histoire sociale… op. cit., p. 233.

6  Reynald Abad, « Monnaie », dans L’ancienne France au quotidien. Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, dir. par Michel Figeac, Paris, Armand Colin, 2007, p. 342-356 ; Ernest Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, 2 t., Montreux, Éditions des archives contemporaines, 1984 [Dalloz, 1933] ; Natalis de Wailly, Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de Saint-Louis jusqu’à l’établissement de la monnaie impériale, Paris, Imprimerie impériale, 1857, p. 80-91 : en 1666, le louis d’or valait 11 livres tournois (désormais lt.), 12 en 1704, entre 16 et 90 lt. dans les années 1720, années durant lesquelles différents types de monnaies eurent cours, entre 17 et 26 lt. en 1726. Le double louis valait 48 lt. en 1741, le louis 24 lt.. Cette valeur ne changea pas jusqu’en 1793. Un louis de 24 lt. équivalait d’après l’auteur à 25 F. germinal et 75 c.

7  R. Abad, art. cit., p. 346.

8  Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1989, p. 108.

9  Ibid., p. 110-111.

10  Ibid., p. 113.

11  Vicomte Fleury, Une grande ambassade au XVIIIsiècle. Le secret du maréchal de Belle-Isle, Paris, Firmin-Didot, 1934, p. 384 et p. 386 : « Jamais une telle moisson d’honneurs n’a été récoltée en si peu de mois. Jamais la prudence, le génie, la ténacité et la ruse n’ont reçu pareille récompense ».

12  Notker Hammerstein, « Karl VII. Und Frankfurt am Main », dans Wahl und Krönun in Frankfurt am Main, Kaiser Karl VII: 1742-1745, éd. par Rainer Koch, Patricia Stahl, Frankfurt-am-Main, 1986, p. 49-65.

13  L’étoile de l’ordre du Saint-Esprit était garnie de diamants. Belle-Isle était accompagné par six carrosses tirés chacun par des chevaux qui, selon les témoignages, étaient plus beaux les uns que les autres.

14  Vicomte Fleury, Une grande ambassade au XVIIIsiècle, op. cit., p. 379.

15  Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Charles Louis Auguste Fouquet, maréchal de France et duc de Belle-Isle, Pastel, 59 x 50, collection privée, cf. http://www.artnet.com/artists/lotdetailpage.aspx?lot_id=9789A14F68FED22A14DD049D3CED23D3 .

16  L’ordre de la Toison d’or fut créé à Bruges par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, en janvier 1430. En 1517, Charles Quint fixa le nombre de chevaliers à 51. La branche espagnole des Habsbourg conserva cet ordre jusqu’à l’avènement d’un Bourbon sur le trône d’Espagne en novembre 1700. La branche cadette des Habsbourg, régnant sur le Saint-Empire, décida de reprendre l’ordre à son compte et de l’accorder elle-aussi, puisque les Bourbons d’Espagne décernèrent eux-aussi l’ordre.

17 Cf. http://www.artnet.com/artists/lotdetailpage.aspx?lot_id=9789A14F68FED22A14DD049D3CED23D3.

18  L’ordre du Saint-Esprit, créé par Henri III en 1578 en souvenir de son élection au trône de Pologne proche de la Pentecôte 1573, visait à récompenser les membres de la haute noblesse catholique. Son nombre était limité à cent membres, devant prouver au moins quatre degrés de noblesse. Porter cet ordre était manière de se rapprocher du roi et de sa famille. Cf. Hervé Pinoteau, « Saint-Esprit (Ordre du) », et Frédéric d’Agay, « Saint-Esprit (Liste des chevaliers du) » dans Dictionnaire du Grand siècle, dir. par François Bluche, Paris, Fayard, 2005 [1990].

19  D. Roche, La culture des apparences, op. cit., p. 119.

20  A.N., M.C., LVIII, 5639, inventaire après décès du maréchal de Belle-Isle, février-novembre 1761, 402 f°.

21  A.N., M.C., VIII, 898, inventaire après décès du maréchal de Coëtlogon, commencé le 10 juin 1730.

22  Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne XVe-XVIIIsiècle, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993, tableau 19, p. 219 : « Objets de consommation durable d’après les inventaires après décès en livres tournois ».

23  Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793). Une nébuleuse aristocratique au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 1995, p. 416.

24  R. Barthes, op. cit., p. 36.

25  Emmanuel de Croÿ, Journal de Cour, Clermont-Ferrand, Paleo « Sources de l’histoire de France », 2004, t. II, p. 109-110 : le 13 mars 1757, « j’assistai à la réception ou serment de quatre des huit maréchaux de France qui étaient faits depuis peu. […] Le ministre remet au Roi une canne, la première venue, que le Roi remet au Maréchal […]. Je fus, comme tout le monde, scandalisé de cette canne, et qu’il n’y eût pas de bâtons fleurdelisés, comme on les dépeint. J’en parlai le soir fortement, en soupant chez Mme de Pompadour, et l’on promit que l’on en ferait faire ».

26  Cf. le modèle devenu réglementaire : « Bâton de maréchal de France du marquis de Contades et modèle de bâton de maréchal réglementaire d'Ancien Régime dit "de Belle-Isle" », Paris, Musée de l’Armée sur http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=160&FP=7731244&E=2K1KTSUOU7WUR&SID=2K1KTSUOU7WUR&New=T&Pic=125&SubE=2C6NU0BW4D2W .

27  E. de Croÿ, Journal…, Flammarion, 1906-1921, t. IV, p. 285-286.

28  Étienne Bardin, Dictionnaire de l’armée de terre ou recherches sur l’art et les usages militaires des anciens et des modernes, Paris, Corréard, 1841, t. XI, p. 3346.

29  BNF, Cabinet des Estampes, N 3, D 277775, D 217862, D 217803 et N 2, D 137103 et D 137108.

30  Ordonnance du Roy, pour régler un habit uniforme aux Officiers généraux employez dans les armées de Sa Majesté, du premier février 1744, Paris, Imprimerie royale, 1744, in Recueil des ordonnances militaires, t. VIII, janvier 1743- octobre 1746.

31  A.N., M.C., LIV, 1067, inventaire après décès de la maréchale de Contades, mars 1793.

32  Cf. la représentation du maréchal de Saxe, de dos, à Lawfeld, en 1747, par Pierre Lenfant : « Bataille de Lawfeld, le 2 juillet 1747 », huile sur toile, châteaux de Versailles et Trianon sur : http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=38&FP=15739072&E=2K1KTSUGTPHKE&SID=2K1KTSUGTPHKE&New=T&Pic=4&SubE=2C6NU0IYX0RF .

33  Cf. un exemple d’habit-uniforme de maréchal de camp : « Habit de petit uniforme de maréchal de camp, 1775-1786 », Paris, Musée de l’Armée, sur : http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=160&FP=7731244&E=2K1KTSUOU7WUR&SID=2K1KTSUOU7WUR&New=T&Pic=108&SubE=2C6NU0PRVZD2 .

34  Recueil des ordonnances militaires, tome 19, janvier 1775- mars 1776, Règlement arrêté par le roi sur l’uniforme des officiers généraux & autres employés dans ses armées & dans ses places du 2 septembre 1775, Paris, Imprimerie royale, 1775.

35  Yves Delaporte, « Le signe vestimentaire », L’Homme. Revue française d’anthropologie, n° 20/3, 1980, p. 109-142.

36  Madeleine Delpierre, Se vêtir au XVIIIsiècle, Paris, Adam Biro, 1996, p. 113.

37  Ibid.

38  A.N., M.C., LVI, 336, inventaire après décès du maréchal de Fitz-James, mars 1787.

39  Cissie Fairchilds, Domestic Enemies: Servants and Their Masters in Old Regime France, Baltimore & London, The John Hopkins University Press, 1984.

40  R. Barthes, art. cit., p. 34.

41  Cf. le compte-rendu de R. Barthes « Langage et vêtement (Flügel, Hansen, Kiener et Truman », 1959, paru dans Critique, n° 142, mars 1959, p. 47-60 ; Nikolaj Troubetskoy, Principes de phonologie, trad. J. Cantineau, Paris, Klincksieck, 1940, p. 19 ; Fr. Kiener, Le Vêtement, la mode et l’homme. Essai d’interprétation psychologique, 1960, traduction du livre publié à Munich en 1956 : Kleidung, Mode und Mensch.

42  Joseph Boulaud, « Vêtements, bijoux et parures de la noblesse au XVIIe et au XVIIIsiècles », La science historique ou bulletin de la société archéologique de France, Paris, 1930, t. XIX, p. 60 : « Cette nomenclature de vêtements d’un autre âge a son intérêt, et l’on croirait vraiment se trouver aujourd’hui en présence d’articles de déballage d’un fripier-posticheur des mieux achalandés, ou assister à l’ouverture des malles renfermant les costumes d’artistes de théâtre de renom ».

43  Natacha Coquery, L’hôtel aristocratique. Le marché de Luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

44  A.N., M.C., CXV, 539, inventaire après décès du maréchal d’Asfeld, mars 1743.

45  Sur l'habit de Choisy, voir l'article de Marie Chiozzotto dans ce même numéro d'Apparence(s) : Les apparences vestimentaires de Louis XV, la composition de la garde-robe du souverain pour l’année 1772.

46  D. Roche, La culture des apparences, op. cit., p. 127 : tableau représentant la part des tissus, textiles et motifs vers 1700 et vers 1789 dans les noblesses.

47  R. Barthes, « Pour une sociologie du vêtement », op. cit., p. 61-65.

48  Philip Mansel, Dressed to rule. Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, New Haven and London, Yale University Press, 2005, p. xiv.

49  N. Coquery, L’hôtel aristocratique, op. cit.

Top of page

Tableau 1. Évaluation de soixante garde-robes masculines (en livre tournois, valeur de Paris)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1217/img-1.png
image/png, 38k
Tableau 2. Évaluation de vingt-trois garde-robes de maréchales (en livres tournois)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1217/img-2.jpg
image/jpeg, 196k
Tableau 3 A.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1217/img-3.jpg
image/jpeg, 1.2M
Tableau 3 B. Part de la garde-robe masculine par rapport à la valeur totale de l’IAD et à l’âge
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1217/img-4.jpg
image/jpeg, 76k
Ill. 1 : Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Charles Louis Auguste Fouquet, maréchal de France et duc de Belle-Isle, Pastel, 59 x 50. Exposé au Salon de 1748. Collection privée17
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1217/img-5.jpg
image/jpeg, 48k
Ill. 2 : Anonyme, Modèle de bâton réglementaire de maréchal de France d'Ancien Régime dit de "Belle-Isle". Dessin et aquarelle. 1758. 0,22 m / 0,645 m. Paris, musée de l'armée.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1217/img-6.jpg
image/jpeg, 176k
Ill. 3 : Pierre Lenfant, Louis XV indiquant de la main le village de Lawfeld au maréchal de Saxe, XVIIIe siècle. Huile sur toile. 2,750 m / 2,485 m. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1217/img-7.jpg
image/jpeg, 60k
Top of page

References

Electronic reference

Simon Surreaux, « La distinction d’une élite sociale par l’habit au siècle des Lumières. Les maréchaux de France et leur garde-robe », Apparence(s) [Online], 4 | 2012, Online since 07 February 2012, Connection on 02 September 2014. URL : http://apparences.revues.org/1217

Top of page

Author

Simon Surreaux

Simon Surreaux est attaché temporaire d’enseignement et de recherches en histoire moderne à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV) et rattaché au Centre Roland Mousnier, (UMR 8596). Il prépare, sous la direction de Lucien Bély, une thèse de doctorat sur les maréchaux de France au xviiie siècle en analysant leur place dans la société de leur temps selon une approche sociale, politique et culturelle. Il a publié : « Le tribunal de la Connétablie au xviiisiècle : caractères et conséquences d’une singularité juridictionnelle », dans Marie Houllemare et Philippe Nivet [éd.], Justice et Guerre de l’Antiquité à la Première guerre mondiale, actes du colloque Justice de Guerre, justice en guerre organisé à l’université de Picardie-Jules Verne, Amiens, 16-18 novembre 2009, Amiens, Encrage, p. 133-141 ; « De Versailles à la Mer : les vice-amiraux maréchaux de France au xviiie siècle », dans Manuel-Reyes García-Hurtado, Domingo L. González-Lopo, Enrique Martínez Rodríguez [eds], El mar en los siglos modernos, t. II, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, 2009, p. 377-392, ainsi que « Les maréchaux de France dans la société des Lumières. Interrogations sur les mutations d’un groupe nobiliaire », contribution exposée lors de l’université d’été organisée par l’Institut Historique Allemand de Paris, « Adel im Wandel (16.-20. Jahrhundert)/ Noblesse en mutation (16e-20siècles) », 2009, sur http://www.perspectivia.net/content/publikationen/discussions/2-2009/surreaux_marechaux.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page