Skip to navigation – Site map
Varia

A Capa e batina. Le paraître étudiant dans la ville universitaire de Coimbra (Portugal)

Séverine Carrausse

Abstracts

A Capa e batina. The university students'appearances in the university town of Coimbra (Portugal) - The university town of Coimbra still remained a place where a whole set of practices linked to local university students’ tradition are highly present. Having moved from Lisbon to Coimbra in 1537, the university staff and students were then distinguished by their formal dress and by their lifestyles which brought about a social and urban division. Still very much in use, this academic tradition, called Praxe, is played out by the university population into specific topographies and temporalities. The formal dress of university students, a capa e batina reinforces the normalization of this academic custom which is openly displayed ; its uses and its spaces of action all are indications of the university student’s representation and of its evolution since the Middle Ages. We will show in which way the city of Coimbra and the black cape constitute the identity of the university student, and in how those two symbols are, within a problematic of appearances, the tokens of a provisional and consensual identity: being a university student.

Top of page

Full text

1La première université du Portugal est fondée à Lisbonne le 1er mars 1290 par le roi Dom Dinis, à la demande de chanoines et sous l’autorité du pape Nicolas IV. Elle connaît divers transferts de Lisbonne à Coimbra, de Coimbra à Lisbonne, avant de s’établir finalement en 1537 à Coimbra, ville déjà plébiscitée par les rois pour y aménager leurs résidences. Coimbra connaissait de vieilles traditions en matière d’instruction et il semblait dès lors tout naturel qu’elle soit désignée pour assurer la continuité de la formation scolaire au Portugal, dépendante d’ordres religieux qui fournissaient logement, assistance et enseignement. De fait, la structure de l’université devint fortement ecclésiastique. Par ailleurs, ce transfert définitif à Coimbra permit au pouvoir d’éloigner les étudiants de la capitale et d’éviter ainsi toute agitation sociale.

2En 1772 s’opère la réforme de l’enseignement menée par le Marquis de Pombal ; inspirée de l’Encyclopédie, elle constitue une occasion de rajeunir et moderniser l’université et les curricula. L’université résiste au changement et au paternalisme souverain : par son corps professoral, elle manifeste son attachement tenace à la solennité des cérémonials académiques et religieux dont elle était responsable, ou auxquels elle participait. La conservation de l’apparat constituait pour elle une manière de se préserver de l’intervention du pouvoir extérieur, tout en étant un moyen d’affirmer ses origines ancestrales. Ces réactions corporatives de conservation observables chez les professeurs et une certaine transformation de la composition sociale de la population scolaire ont parallèlement entraîné, dans la communauté étudiante, une prédisposition à défendre et à conserver (voire à inventer) des us et coutumes pratiqués par les générations académiques précédentes et à entretenir un rapport à un passé mythifié, érigé en modèle.

  • 1 . Dans le cas de Coimbra, les différents terrains se sont déroulés aux périodes suivantes : janvier (...)

3Le travail présenté ici a été mené parallèlement à une recherche doctorale portant sur les sociabilités étudiantes en Corée du Sud, en France et au Portugal (2010). Cette étude comparative de l’expérience étudiante au sein de trois institutions universitaires (université élitiste, université de masse, université traditionnelle) s’appuie sur des temps longs d’observation participante in situ ainsi que sur une enquête par questionnaires (n =450 par site étudié). Dans le cadre de cette recherche, l’université de Coimbra au Portugal s’est révélée pertinente : seule université du Portugal jusqu’en 1911, elle se sert du prestige qu’elle détenait jusqu’alors pour former l’élite de la nation ainsi que de la survivance des traditions étudiantes afin de se maintenir en tête de l’enseignement supérieur, au-delà des bouleversements que la massification étudiante ainsi que les récentes réformes à l’échelle européenne ont induits. Les observations ethnographiques et de recherches sur le terrain conimbricenses seront au fondement de ce travail1, l’objectif étant de comprendre en quoi le costume étudiant (et notamment la capa, la cape qui symbolise l’appartenance à un corps social donné), un lieu caractéristique (Coimbra, la « ville des étudiants ») et les pratiques qui les lient l’un-l’autre sont constitutifs d’une expérience et d’une identité spécifiques. En effet, entre autre témoignage de ce passé, le costume des étudiants demeure aujourd’hui un symbole identitaire fort qui participe de la construction de l’expérience étudiante. Cette dernière est également dépendante du système universitaire, convenant aux diverses activités de la tradition. À Coimbra, paraître étudiant est-il suffisant pour le devenir ?

Une société distincte et un lieu consacré au corps académique

  • 2 . L’Academia ne correspond pas vraiment à ce que nous entendons par le mot français « académie ». L (...)
  • 3 . Le mot futrica désigne les habitants de Coimbra. Ce mot signifie « chiffon », en opposition au mo (...)

4Lorsque l’université s’est implantée définitivement en 1537, deux sociétés se sont naturellement déterminées : la société académique, ou Academia2, et la société locale appelée Futrica3. Dans un même temps, deux zones se sont elles aussi délimitées : la Alta, la partie haute de la ville et théâtre de la vie étudiante, et la Baixa, la partie basse, populaire. Ces deux zones se sont développées en conservant leurs particularités. Elles étaient bien démarquées par et pour chacune des deux populations, essentiellement en fonction de leur-s activité-s et de leur habillement. Les étudiants et le corps académique avaient, tout particulièrement, une spécificité vestimentaire nettement repérable, codifiée, permettant la différentiation tant sociale que territoriale.

  • 4 . Expression latine signifiant « mère nourricière ». À Coimbra comme dans d’autres villes dotées d’ (...)
  • 5 . Nous faisons ici, avec Michel de Certeau, une distinction entre le lieu et l’espace : « L’espace (...)

5Aujourd’hui encore, dominée par l’alma mater4 se dressant sur son promontoire, la Alta de Coimbra désigne la partie haute de la ville, son centre historique, et elle circonscrit en même temps qu’elle est circonscrite par la présence et les pratiques des acteurs marquants et marqueurs de ce lieu5 académique (Ill. 1).

Ill. 1 : Carte de l’université de Coimbra dans la ville. Source : enquête Séverine Carrausse 2005

Ill. 1 : Carte de l’université de Coimbra dans la ville. Source : enquête Séverine Carrausse 2005
  • 6 . L’université, dont la surface matérielle s’est accrue pour satisfaire à l’augmentation des effect (...)
  • 7 . Pour l’architecte Nuno Ribeiro Lopes, coordinateur du cabinet de la candidature de l’université d (...)

6L’héritage territorial que constitue la Alta, mythifié par l’histoire de l’institution et de son corps universitaire, la littérature d’un âge d’or de la bohème estudiantine, le fado de Coimbra, etc. a subi de nombreuses modifications. La plus décisive, la plus sensible aussi, fut celle engagée par la dictature salazariste dans les années 1940-1950 : en rasant une grande partie de la ville haute (ses bâtiments de valeurs artistiques – comme les « colégios » (collèges) universitaires, historiques et mythiques, ses vieilles ruelles notamment), et en reconstruisant une nouvelle configuration spatiale de la Alta, ce sont également les pratiques étudiantes (symboliques et sociales) qui ont été transformées. Le corps académique aura alors à (s’)adapter, réinventer voire inventer des coutumes dans le but de se réapproprier l’espace ainsi transformé, de lui redonner une âme, un esprit, « l’esprit de Coimbra » qui représente un véritable art de vivre étudiant dans la ville universitaire. L’espace sacralisé de la Alta était certes limité de façon plutôt homogène par les bâtiments de l’université, par la « matérialité » ou la « visibilité » évidente de son institution. Mais avec les modifications successives, parfois radicales de cet espace, ainsi que l’élargissement et les délocalisations de l’université hors de ses frontières historiques – engendrés essentiellement par la démocratisation de l’enseignement supérieur, le processus de massification qui s’ensuivit et la diversification des filières proposées par l’institution6 –, la ville haute perd de son unité et de son identité7.

  • 8 . La « colline sacrée » ; l’université de Coimbra est sise sur un promontoire dominant ainsi le cœu (...)
  • 9 . La silhouette proéminente de la tour de l’université est constamment reprise dans la vie comme da (...)
  • 10 . L’histoire du pays est liée, comme dans d’autres villes européennes, à des manifestations collect (...)

7Ses origines successivement romaines, royales puis universitaires, ainsi que son antique université altière confèrent à la ville de Coimbra un statut de ville historique. Juchée sur la « colina sagrada »8, la vieille institution semble avoir, de par ses fonctions, conduit le développement urbain. Si l’expansion de la ville de Coimbra n’est aujourd’hui plus vraiment dépendante des intérêts de l’université comme pôle fort d’activité, cette dernière en a longtemps été le fer de lance. Elle contribue aujourd’hui encore très fortement à la représentation de la ville. Elle dispose à cet effet des principaux symboles sur lesquels la ville s’appuie pour promouvoir son image : l’institution universitaire elle-même, qui s’est adaptée aux évolutions sociales (massification) et à l’injonction à se moderniser, ainsi que la tour de l’université omniprésente et faisant figure d’estampe9 ; une jeunesse bohème et « irrévérencieuse »10, ou encore des traditions séculaires à la base d’une vie universitaire inoubliable. Depuis des siècles l’université de Coimbra laisse son empreinte dans l’identité de « sa » ville : des institutions, des monuments, des personnalités, le folklore étudiant – et populaire, etc. L’Histoire y est donc omniprésente. Aujourd’hui encore l’université et sa population étudiante offrent un quotidien spécifique qui structure la représentation de la ville. L’université est, bien souvent, la ville elle-même, au sens où elle est partout. Ses symboles s’affichent, son histoire s’offre au regard, sa jeunesse déferle dans les ruelles ; elle domine, dans tous les sens du terme. La diversification de la production des supports d’images qu’elle insuffle cristallise des stéréotypes – principalement issus de la vie estudiantine – et ainsi elle déteint sur l’identité et le paraître étudiant, bien au-delà de la seule mémoire. Enfin, par la mise en scène voire l’invention de la tradition étudiante, Coimbra constitue le label du mythe de l’étudiant.

  • 11 . La cape est traçada (‘croisée’) lorsqu’elle est fermée en jetant le pan droit de la cape sur l’ép (...)
  • 12 . La saudade pourrait être définie comme un affect mêlant la nostalgie d’un temps passé, présent et (...)
  • 13 . Comme dans de nombreuses villes et pays, divers évènement socio-politiques ont occasionné la résu (...)

8C’est donc dans cette ville que s’inscrivent des temps, des espaces, des rythmes, des sons, des ambiances, tous issus de son institution « phare ». Le fado de Coimbra est sans nul doute la meilleure synthèse de cette vie et histoire institutionnelles inextricablement liées à l’identité de la ville. Le fado de Coimbra constitue une forme culturelle et expressive, particulière à l’Académia ; il se distingue du fado de Lisbonne par le fait qu’il ne puisse être chanté que par des hommes appartenant à la société académique. Le chanteur est accompagné de la guitare de Coimbra, d’une guitare classique et d’une viole. Les « fadistes » sont au nombre de trois à cinq individus, vêtus du costume académique, la cape traçada11 dissimulant la partie supérieure du corps. Les thèmes abordés dans ces chants ont trait au monde académique teinté de saudade12, celle de l’âge doré des études : les amours romantiques, la ville de Coimbra, la vie bohème des étudiants, l’idéalisme, les fêtes entre amis, les amitiés immuables, etc. Le fado, sollicité pour commémorer des faits académiques ou historiques13, est joué en différents lieux emblématiques de la ville et de la vie estudiantines, en extérieur, de préférence en hauteur, et si possible de façon intimiste, réunissant population locale et population étudiante. S’il privilégie de la sorte la convivialité d’un petit groupe, le fado peut toutefois être produit de façon plus populaire au Portugal et à l’étranger. À Coimbra l’habit de l’étudiant signe à la fois un rôle et une identité, par l’appartenance à la communauté estudiantine ; associé au fado le costume réfère, au-delà de la simple curiosité qu’il peut susciter, à la mythique bohème de Coimbra, cultivée dans une atmosphère géographique, sociale et architecturale déterminée. Le chant de l’universitaire, tel qu’il se présente (et se représente) sur scène, renvoie au monde universitaire, à une ville, à une histoire, cette histoire à laquelle il participe, la capa devenant alors par elle-même emblème de luttes politiques et renforçant la cohésion du groupe, pérénisant la tradition étudiante.

Voyage dans la Praxe – une foi n’est pas coutume…

9La pièce de tissu noir qu’est la cape symbolise la vie étudiante à Coimbra. Lien communautaire, vecteur de sociabilité, objet aux multiples usages académiques, porteur de rites et de croyances, transmis entre générations d’étudiants, parfois support d’idéologies politiques, elle perpétue et légitime l’identité étudiante elle-même depuis des siècles, véritable patrimoine inter pares qui prolonge la patrimonialisation plus globale du cœur médiéval de la ville de Coimbra.

10La cape est l’objet-référent d’une tradition académique appelée Praxe Académica (du grec praxis). La Praxe, au sens large, désigne tout ce qui caractérise la vie de l’« étudiant de Coimbra », modèle mythique exalté par la littérature ; cette dernière tend même à le normaliser, de l’uniforme universitaire et ses usages jusqu’aux manières d’être, de paraître, de s’exprimer. Les pratiques qui lui sont liées sont plus couramment désignées sous le terme de praxe/praxes et concernent essentiellement les caloiros, c’est-à-dire les nouveaux venus (étudiants qui effectuent une première inscription à l’université de Coimbra), au sens où il s’agit d’exercices « éducatifs » visant tout au long de l’année à favoriser leur intégration au sein du milieu universitaire et urbain. Mais la Praxe organise également les principales étapes rituelles du cursus universitaire de l’étudiant, l’accompagnant et le guidant jusqu’à la fin de ses études.

11Ces rituels, l’université les connaît et les tolère, pour diverses raisons ; sans doute l’une d’elles serait la perpétuation du mythe de l’« étudiant de Coimbra », et donc d’un âge d’or de l’université elle-même, soucieuse de son image et de son auréole prestigieuse d’antan. Aujourd’hui, l’institution semble répondre favorablement à l’injonction de se moderniser pour rester compétitive dans le champ de l’enseignement supérieur européen, et alors que la valeur des diplômes et la question des débouchés pèsent sur le choix des étudiants. Cependant, en dépit de quelques faiblesses organisationnelles et d’un recrutement plutôt régional, l’université de Coimbra reste plébiscitée pour l’expérience étudiante qu’elle permet, celle du « véritable étudiant ». En effet, la Praxe constitue officiellement le plus essentiel des mécanismes de socialisation étudiante. Des pratiques, des espaces, des temps, des objets, un « esprit »… La coutume s’insinue dans tous les aspects de la vie étudiante, et donc au sein même de l’institution académique qui en perpétue le mythe.

  • 14 . La compétition et l’individualisme prônés par la société actuelle, les progrès effectués dans le (...)

12Pourtant, avec la massification qui s’est opérée, avec un nombre toujours plus important d’étudiants issus de divers horizons sociaux et finalement davantage d’anonymat ainsi qu’une méconnaissance croissante de ces rituels d’intégration, des exactions sont portées à jour, à l’instar des bizutages en France. Déjà, en 1957, un code avait été rédigé, visant à mettre un terme aux dérives violentes qui longtemps ont fait et font la critique de l’Académia. L’un des objectifs probables du Código da Praxe était d’informer les étudiants sur les conduites et spécificités de la Praxe, et de les protéger des abus. C’est toujours le cas aujourd’hui, même si le code se présente davantage comme un recueil de l’histoire de ces traditions académiques et de ses préceptes destiné aux étudiants entrants à l’université. La transmission orale de la Praxe d’étudiants à étudiants (ce qui peut mener à quelques approximations et dérives), et le fait que le code soit peu lu donnent à celle-ci une image de folklore bien plus que d’une tradition élitiste. La Praxe reste cependant soucieuse de s’ajuster à la réalité actuelle, déplorant néanmoins le faible engagement des jeunes dans leur vie estudiantine14.

13Car la Praxe défend l’un de ses principaux objectifs, celui de préparer l’étudiant à sa vie d’adulte ; le système hiérarchique – des individus et des facultés notamment – sur lequel elle repose figure cet apprentissage vers l’autonomie du caloiro. Le costume lui-même, pris dans les mailles des rituels académiques, en présente les progressives évolutions, de l’intégration au monde académique jusqu’à son expulsion. La première année d’université, les nouveaux étudiants n’ont pas le droit de porter le costume. En dernière année, alors que l’étudiant participe à sa dernière fête de fin d’année, l’uniforme universitaire se pare des couleurs de la faculté d’appartenance ainsi que d’attributs symbolisant ancienneté, maturité, sagesse : les revers du col du costume se colorent et portent une cocarde, un nœud papillon vient remplacer la cravate noire (ill. 2), un chapeau haut de forme ainsi qu’une canne complètent le tout. À cette occasion, la cape n’appartient plus au costume ; ce symbole caractéristique de l’identité étudiante est remisé dans les souvenirs de la période des études.

Ill. 2 : Détail d’insignes personnels apposés à l’intérieur de la cape. Source : S. Carrausse (2005)

Ill. 2 : Détail d’insignes personnels apposés à l’intérieur de la cape. Source : S. Carrausse (2005)

14Capa e batina est l’expression consacrée pour désigner l’uniforme académique strictement réservé aux étudiants de l’université de Coimbra, et pour désigner aussi par métonymie ces étudiants : os capa e batina. Littéralement « cape et soutane » en référence à ses origines ecclésiastiques, le costume s’est adapté aux époques. Outre la mythique cape noire, le costume académique comprend, pour les garçons un costume noir trois pièces (veste longue, gilet, pantalon), et pour les filles un tailleur noir (veste, jupe), ainsi qu’une chemise blanche, une cravate noire, des chaussures et chaussettes ou collant noirs. Le bonnet noir est facultatif. Des insignes individuels caractérisent les étudiants en fonction de leur hiérarchie académique. Par ailleurs, des emblèmes en tissus personnalisent la cape et, partant, le costume universitaire puisqu’ils concernent en partie l’étudiant (nationalité, ville natale, faculté, spécialité, etc.) ; ceux-ci doivent être en nombre impairs et cousus sur le pan droit interne. Leur visibilité dépendra de l’utilisation de la cape. La variété de ces symboles distinctifs (ill. 3) est telle que certaines capes en sont massivement chargées, parfois à l’encontre du Código da Praxe (article 75 § 8). La relation de l’étudiant à sa cape passe donc par la personnalisation de celle-ci ; elle devient véritablement un objet de paraître, un objet du paraître.

15Le costume académique – capa e batina ou traje académico – demeure strictement défini dans son apparence et dans son usage ; l’uniformisation de l’ensemble du corps étudiant est ainsi révélée et renforcée, tous les étudiants sont sujets aux mêmes coutumes académiques.

  • 15 . Nous nous référons à la version électronique 2001 format PDF (qui n’est à ce jour plus consultabl (...)
  • 16 . Essentiellement les articles 32, 37, 39, 55, 95, 100, 101, 156, 210, 212, 218, 228, 287.

16À titre d’exemple, l’article 75 du Código da Praxe15 édicte les règles drastiques quant à la présentation du costume de Praxe, pour les garçons comme pour les filles. Il n’est pas permis de s’exhiber avec l’uniforme de n’importe quelle façon ; les huit paragraphes de l’article 75 conditionnent le port du traje et, partant, l’« être dans la Praxe ». Ainsi il est interdit de chausser des bottines ou bottes, de porter gants, bracelets, béret, bijoux (autorisés pour les filles à condition d’être discrets), piercings visibles, etc. La cape y tient une fonction prépondérante. Ainsi l’article 156 octroie à la cape un rôle protecteur auprès du caloiro. De nombreux articles16 donnent des indications quant à la tenue ou à l’usage de la cape, soit dans les actions ou activités « praxistiques » (et notamment selon le grade hiérarchique de l’étudiant), soit en signe de respect par rapport à une personne, un lieu, un évènement. La cape peut être portée de façons diverses : simplement déployée et posée sur les épaules ; posée sur les épaules ou sur la tête et fermée en jetant le côté droit de la cape sur l’épaule gauche ; pliée et jetée sur l’épaule gauche avec les insignes visibles dans le dos ; pliée et posée sur le bras gauche avec les insignes vers l’extérieur lorsque le bras est replié ; enroulée par le bas et disposée comme une écharpe d’édile ou même autour du cou. La cape dissimule le corps. Elle couvre la tête, cache le visage. Étendue sur une table elle rend le moment d’autant plus solennel (article 206) ; la cape déployée sur le sol au passage d’une personne est le plus grand hommage académique des étudiants de Coimbra.

Ill. 3 : Étudiants de Coimbra en dernière année de médecine, lors de la Queima das Fitas. Source : S. Carrausse (2005)

Ill. 3 : Étudiants de Coimbra en dernière année de médecine, lors de la Queima das Fitas. Source : S. Carrausse (2005)
  • 17 . Les trupes ont pour mission de punir tout contrevenant aux Código da Praxe. Toute infraction est (...)
  • 18 . « La Praxe est Dure Mais c’est la Praxe ». La Praxe reprend à son compte l’aphorisme Dura Lex Sed (...)
  • 19 . Bien des exceptions enveloppent les pratiques, signe d’une certaine flexibilité. Ainsi les insign (...)

17La mise en application du Código da Praxe est contrôlée par les trupes17. Une trupe est un groupe de trois à quatre individus au minimum, composé uniquement de garçons ou uniquement de filles, qui se forme en des sites particuliers (généralement à la porte de lieux académiquement significatifs) et selon des rituels vestimentaire, scénique et oral spécifiques (articles 90 et 95 en particulier). Les membres doivent « être dans la Praxe », c’est-à-dire qu’ils doivent incorporer l’état d’esprit de la Praxe et agir en conséquence, et bien entendu porter le costume académique selon diverses normes édictées par le Código da Praxe. La formation d’une trupe, qu’il s’agisse d’une trupe « ordinaire » ou « extraordinaire » (les trupes obéissent à une hiérarchie précise les concernant directement) est la plupart du temps préméditée, puisqu’il est nécessaire d’avoir avec soi les insignes de la Praxe afin d’infliger aux étudiants qui ne respecteraient pas les règles du code en fonction de leur statut (et notamment les étudiants ayant une ou deux inscriptions universitaires) diverses sanctions : le gourdin (moca) pour frapper, la cuiller en bois (colher, avec l’inscription Dura Praxis Sed Praxis18) pour taper « sur les ongles », et les ciseaux (tesoura) pour couper les cheveux19. Les sanctions habituelles sont la coupe de cheveux (rapanço) ou des coups sur le bout des doigts (sanções das unhas).

  • 20 La Praxe obéit à un calendrier spécifique, complexe. Simplement présenté, il indique une effectivit (...)
  • 21 . À « zéro heure » le caloiro doit avoir retrouvé sa chambre. La trupe peut alors commencer ses ron (...)
  • 22 . A Cabra, « la chèvre », désigne l’une des cloches de la tour de l’université et indique plus géné (...)

18Ainsi formée selon les préceptes requis, la trupe sillonne les ruelles de Coimbra pour surprendre et sanctionner toute infraction. La zone d’effectivité de la Praxe s’étend essentiellement à la Alta (incluant le pôle historique de l’université), bien qu’elle puisse s’étendre plus encore dans la ville de Coimbra, englobant de nombreux quartiers Est. Cette spatialité normée quant aux activités praxistes est corrélative d’une part à la fréquentation de ces espaces et de leur « popularité », et d’autre part à la temporalité affectée à la Praxe20. Les trupes sévissent à partir de minuit, « heure du caloiro » 21 ; et ce, afin d’obliger l’étudiant à rentrer chez lui (à l’origine, pour étudier), entre minuit et jusqu’à l’heure du premier coup de cloche de la cabra22.

  • 23 . « Dieu Bacchus ».

19Les protections dont les étudiants chassés peuvent bénéficier sont nombreuses, variées et précises. Elles sont dépendantes de la hiérarchie, mais aussi du lieu, du moment, de l’environnement, etc. D’une manière générale ce sont d’autres personnes qui peuvent être secourables. Les protections les plus fréquentes sont les protections de doutores (étudiants ayant au moins deux inscriptions à l’université – article 9) ou de futricas. Chaque caloiro étant parrainé par un étudiant plus âgé, ce dernier illustre probablement une des meilleures protections qu’il soit contre les praxes. C’est dire également si tous les étudiants ne sont pas nécessairement égaux devant ces rituels, la pratique de la Praxe étant en somme liée au bon vouloir de chacun des acteurs universitaires, mais aussi du caloiro qui manifeste une certaine ambigüité à l’égard de ces pratiques, certains s’impliquant peu et n’aspirant qu’à profiter des meilleurs aspects de la Praxe (le costume et les fêtes notamment). La « protection de sang » est garantie par un membre de la famille du caloiro. Le succès que connaît le fado et le folklore portugais en général, par l’intérêt et la participation de nombreux étudiants à des groupes musicaux folkloriques (tunas) au sein de la très importante et influente association étudiante de l’université (l’Association Académique de Coimbra), trouve un écho dans le Código da Praxe. En effet, la pratique d’un instrument s’avère secourable au caloiro qui se fait attraper par une trupe : selon l’article 161, avoir avec soi une guitare ou une viole et démontrer à la trupe son talent peut constituer une « auto-protection » (« protection de l’instrument »). L’article 162 prévoit une autre « auto-protection », celle du Deus Baco23 pour les étudiants interceptés par une trupe et « qui seront fortement éméchés » ; cette attitude est en somme appropriée à la vie nocturne étudiante.

20Il existe également des praxes de curso. Elles sont spécifiques aux étudiants de première année (les caloiros), et réalisées par des étudiants plus anciens, à leur initiative, tout au long de l’année (dès lors que la Praxe est effective). Elles se font entre étudiants de même discipline, et sont en général publiques. Là encore, bien que souvent pratiquées dans l’espace académique (devant les facultés par exemple), ces praxes et par extension la Praxe se trouvent finalement conditionnées par l’espace urbain de la ville de Coimbra. Elles sont assez variables, des plus raisonnables aux plus saugrenues, voire humiliantes, et toujours fonction du contexte spatial et des objets qui s’y trouvent : faire une déclaration d’amour à une mobylette, pasticher un acte sexuel avec une statue, mimer une chasse aux canards devant un bâtiment universitaire, etc. Ces pratiques font partie du système d’apprentissage communautaire impulsé par la Praxe. Elles ont des effets réels et sont chargées d’assurer la transmission inter-générationnelle de la tradition universitaire. C’est l’acculturation du nouveau au groupe étudiant ; c’est même son incorporation au corps étudiant que les praxes opèrent. Les rituels étudiants d’initiation au groupe ont pour effet la production symbolique d’une identité nouvelle « ostentée » – ostensible et ostentatoire. Là encore, les étudiants qui officient ces praxes doivent porter l’uniforme étudiant ; celui-ci légitime l’ensemble des pratiques et rituels « praxistes ».

L’habit académique en ville : se faire voir, être

  • 24 . L’écrivain Miguel Torga se souvient et raconte son rasganço. Miguel Torga, La création du monde, (...)

21Ce qui est fondamental, ce n’est pas de voir si l’étudiant porte ou ne porte pas le costume académique, mais plutôt quel sens il lui donne en le mettant, ou pas : quand le met-il ? Comment le porte-t-il ? Avec qui ? En quels lieux ? Pour quelles manifestations ? Ici l’habit signe clairement une identité provisoire : être étudiant. Il y avait une praxe autrefois populaire dans le milieu étudiant, mais qui aujourd’hui est peu pratiquée : le rasganço (du verbe rasgar, ‘déchirer’). Lorsque l’étudiant avait réussi sa formation, à l’annonce des résultats ses camarades se jetaient sui lui, arrachaient le costume, et ne lui laissaient que chaussettes et chaussures noires, col de chemise et cravate ; et la cape pour se couvrir. Déchirer le costume symbolisait la libération d’un mode d’habiller qui était alors extrêmement rigide, ouvrant le passage à une nouvelle époque de la vie où l’individu endossait un autre rôle et d’autres vêtements, passait à une vie « normale »24 ; ce rite officiait comme un rite d’expulsion par excellente, laissant l’étudiant quasi-nu, sans le costume le rattachant au monde étudiant, le renvoyant à la société, hors de Coimbra, et inaugurant ainsi sa vie d’adulte. Ce qui reste alors à l’étudiant de sa vie universitaire sont la capa, la pasta, la saudade de sa vie universitaire… Et les photographies.

  • 25 . Prix mai 2005, “A Toga”, Avenida Sá da Bandeira n° 66, Coimbra. En 2005, le salaire moyen au Port (...)

22Le rasganço n’est plus très fréquent car le traje académico (le costume étudiant) est devenu symbole de luxe. « A Toga » est à la fois une marque et une chaîne de boutiques qui détient sur la région le monopole de la vente des costumes et de tous les accessoires ayant trait à la tradition académique. Un costume homme complet et de qualité moyenne coûte 142,50 euros25, et le costume féminin 85 euros. Le même costume de qualité « Téflon », plus solide pour faire face aux pratiques et à ses diverses fonctionnalités, coûte plus cher. Il faut aussi prévoir l’achat des différents attributs académiques (cartable de la Praxe, chaussures, insignes académiques, etc.). La facture de la tradition monte vite et à ce prix, certains hésitent à faire du traje l’usage auquel il se destine. Nombre d’étudiants l’acquièrent non seulement pour perpétuer la tradition, mais aussi pour s’exhiber et avoir le sentiment de faire partie d’une corporation atypique, pour montrer aux autres que l’on est étudiant à l’université de Coimbra. C’est une pièce que l’on affiche avec fierté devant ceux qui sont extérieurs à ce monde académique. Cet orgueil étudiant est relatif à l’histoire et au prestige de l’université dont le costume est le symbole. Une grande majorité des étudiants ne mettent le costume que pour les grandes occasions : réception du caloiro, imposition des insignes et messe de bénédiction des pastas, fados, etc. L’uniforme participe réellement au sentiment de faire partie d’une communauté étudiante distincte et pouvoir participer ou assister aux rituels étudiants amène les étudiants à se considérer de façon distinctive dans un système de spécificités qui s’agrègent pour ne faire qu’Un. Au final, il ne reste plus qu’une singularité, celle d’une totalité académique drapée dans une cape noire.

23Les étudiants qui ont leur costume comme neuf à la fin du cursus sont moqués ; en revanche les étudiants qui considèrent que le traje est éphémère, à l’image de leur passage au sein de l’institution, n’hésitent pas à lui porter les « coups » de la tradition. Même si la cape se veut souvenir pérenne, de plus en plus d’étudiants se laissent déchirer le bas de leur cape par famille et amis. La cape reste donc marquée de petits et grands moments, du début du cursus jusqu’aux dernières heures du statut d’étudiant de Coimbra.

24Comme nous venons de le voir avec la scarification de la cape, tous les étudiants ne participent pas à cet état d’esprit traditionnel. Une grande majorité du corps étudiant demeure favorable à une Praxe modérée, qui ne verse ni dans les abus ni dans les excès, respectueuse de la personne. En dépit d’un comportement individualiste engendrant souvent une attitude plutôt utilitariste comme évoquée précédemment, les étudiants en approuvent le principe intégrateur, puisqu’il permet de connaître à la fois l’organisation et le fonctionnement de l’institution universitaire, la ville de Coimbra et de nouveaux « collègues ».

  • 26 Les accords de Bologne, visant à harmoniser les cursus des universités en Europe, ont créé un vérit (...)

25Toutefois, en ses marges, deux formes extrêmes de relation à la Praxe existent : les « praxistes » beaucoup plus engagés dans la perpétuation et conservation d’une Praxe traditionnelle et à l’inverse, les « anti-praxistes » qui luttent contre une forme d’aliénation de l’individu. Le nombre d’étudiants s’est fortement accru, en raison de la massification de l’institution universitaire et il est évidemment plus difficile de contrôler l’effectivité d’une bonne et juste Praxe. En outre, les étudiants lisent peu le Código da Praxe, augmentant le risque d’une transmission orale erronée des préceptes de la Praxe ou encore d’une méconnaissance des étudiants vis-à-vis de ce qui est autorisé ou non, et de leurs droits26. Les dérives qui s’ensuivent sont condamnées par les « anti-praxistes ».De manière générale, ils dénoncent dans la Praxe les violences physique et psychologique, celles-là même dont la fonction est sensée intégrer l’étudiant au sein du milieu universitaire.

26Illustrant cette opposition sur le cas de l’habit académique, les « praxistes » utilisent tous les arguments pour évoquer et défendre la capa e batina, des plus romantiques (son charme, sa beauté) aux plus prosaïques (ses avantages économiques, mais cela est moins vrai aujourd’hui), tout en passant par ce qui n’est pas le moins important : l’uniformisation étudiante via le costume académique. Annulant les différences et les inégalités entre les étudiants, le traje « les rend tous égaux », et produit en soi-même « la fraternité et la solidarité ». L’habit, contrairement à ce que dit le proverbe, « fait le moine » et, dans ce cas, « fait » l’étudiant. Les « anti-praxistes » quant à eux leur opposent un vêtement non esthétique, impropre au climat de Coimbra (la chaleur et la pluie sont en effet difficilement supportables en costume et cape), rétrograde, et même réactionnaire.

27Certains étudiants ne se prononcent ni en faveur, ni contre la Praxe ; ils sont « non-praxistes ». Ces étudiants ont en général bien entamé leur cursus et sont plutôt de sexe féminin. Teresa était en quatrième et dernière année de licenciatura à la faculté de lettres (mars 2001). Alors que son cursus à l’université de Coimbra touchait à sa fin, elle nous confiait avoir été charmée par la Praxe dans sa première année. L’année suivante, elle s’était sentie beaucoup moins attirée par toute cette mascarade. « C’est débile et inutile ». La relation que les autres étudiants avaient par rapport à cela ne lui plaisait pas. « C’est une façon de se faire voir, ils mettent le costume et ils croient qu’ils sont étudiants là-dedans, à l’occasion de deux grandes manifestations » – que nous évoquons ci-après. Elle s’était alors « déconnectée » de la tradition sans pour autant la rejeter.

28« Se faire voir »… Traditionnelle et immuable, la cape – bien plus que le costume, quoique les deux ne puissent être dissociés dans leur usage – pourrait bien être la traduction d’une réalité, un paraître qui n’est d’ailleurs pas destiné à tromper mais à refléter fidèlement l’être. Elle est la marque distincte d’un état, d’un statut social : être étudiant. Aujourd’hui l’uniforme n’est porté qu’occasionnellement, conférant à sa visibilité une dimension singulière et folklorique. En même temps qu’elles convoquent l’historicité du lieu voire un certain archaïsme — le passé servant alors de filtre —, deux grandes fêtes académiques sont propices à « faire paraître » l’apanage de la vie académique : la festa das latas et la queima das fitas. La première consiste à accueillir le caloiro et marque le début de l’année universitaire, la seconde la clôture ; ces deux manifestations durent une semaine, l’une fin octobre, l’autre début mai.

  • 27 . Séverine Carrausse, Coutume académique de l’université de Coimbra. De la socialisation des étudia (...)

29Julieta est une ancienne étudiante de l’université. De passage à Coimbra où elle était venue voir sa sœur également étudiante, elle a déclaré que sa première année fut réjouissante, mais qu’elle s’était lassée de la Praxe. Julieta pensait en effet que le folklore se résumait à deux évènements : la latada (cortège de la festa das latas), et la queima das fitas. « Alors les étudiants, dans le costume, montrent qu’ils sont étudiants. Mais le reste de l’année rien n’est fait, il n’y a aucune implication de leur part ». Or la vie d’étudiant ne se résume pas selon elle à ces deux fêtes académiques, ni seulement aux cours, aux examens, au retour chez soi en fin de semaine. « Être étudiant, c’est faire en sorte que l’esprit académique soit là toutes les semaines. Or rien n’est fait […]. Au lieu de s’investir et de participer à la vie académique, ils se déguisent en étudiants »27.

Conclusion

  • 28 L’université de Coimbra s’est portée candidate à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial d (...)

30Le concept communautaire s’incruste dans l’image que les étudiants (« les capes noires ») ont d’eux-mêmes et participe à la formation de leur identité. Ce que l’étudiant construit de façon subjective est induit par l’édification dans l’abstrait, au voisinage de la mystification d’une représentation de l’Étudiant de Coimbra, qui participe à sa propre référence identitaire. Il s’y projette, y projette ses conceptions de l’Étudiant de Coimbra. C’est la vision uniformisante des pratiques étudiantes, elle-même produit de la reproduction renouvelée du modèle traditionnel, qui tend à faire croire en l’égalité et en l’homogénéité intrinsèques de la condition étudiante. Mais l’hétérogénéité qui découle de cette mosaïque ne nous permet pas de présenter un modèle d’étudiant. L’Étudiant de Coimbra n’existe pas, si ce n’est pour donner corps à cette notion déjà évoquée de communauté idéalisée regroupant tous les étudiants par leur identité exclusivement étudiante, corporifiée dans la capa e batina. Cette coutume universitaire, institution et ville universitaires en ont constitué un domaine particulièrement investi par la fabrication d’images patrimoniales. Ainsi que l’évoque un étudiant enquêté : « L’étudiant de l’université de Coimbra est la carte de visite de la ville de Coimbra » (Coimbra, 2005). La Alta notamment est depuis les années 90 l’objet d’une valorisation urbaine28 et d’un marketing touristique centrés sur des images mais aussi des pratiques : celles de l’université de Coimbra et de ses coutumes étudiantes. Photos, cartes postales, affiches, brochures, sérigraphie textile, etc. : la tradition est exposée sous forme d’objets qui constituent autant d’éléments du folklore urbain de Coimbra, au regard et à la curiosité bienveillante des touristes, et qui sont parfois vendus à des collectionneurs, nostalgiques ou non de la vida académica. Ces stratégies, bien qu’externes au monde académique, se retrouvent dans la gestion de certaines fêtes étudiantes, dans leurs plus notables manifestations, par le recours aux médias et au sponsoring, ou encore dans le contenu matériel des traditions comme les photographies individuelles ou de groupe, l’achat du costume académique capa e batina ainsi que les attributs qui s’y rapportent et qui sont fabriqués en série. Ce processus contribue à une relative formalisation et uniformisation des pratiques, jusque dans la mise en scène identitaire des étudiants et de l’institution universitaire de Coimbra, vis-à-vis des autres : touristes, mais également autres institutions d’enseignement supérieur et autres modes de vie universitaires ou encore autres villes.

Top of page

Notes

1 . Dans le cas de Coimbra, les différents terrains se sont déroulés aux périodes suivantes : janvier-juin 1999 (intégration et suivi d’un cursus universitaire sur un semestre) ; mars-mai 2001 ; avril-mai 2005. À chaque fois, l’observation participante était privilégiée, permettant la tenue réflexive d’un cahier de terrain par l’observation et l’entretien informel (Stéphane Beau et Florence Weber, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte (Guides Repères), 1997). Le dernier terrain a permis la passation de 450 questionnaires qui seront ici peu ou prou mobilisés, à la faveur des observations menées sur place. Cette enquête visait en particulier les étudiants de la faculté de lettres, de la faculté d’économie, de la faculté de psychologie et sciences de l’éducation.

2 . L’Academia ne correspond pas vraiment à ce que nous entendons par le mot français « académie ». L’Academia de Coimbra réunit l’ensemble des acteurs du monde universitaire. Au-delà d’un ensemble confus, elle est circonscrite par une image multi-séculaire qui transposait les universitaires dans une société géographiquement et culturellement atypique. Dans le cas de Coimbra ce terme est particulièrement – et socialement – dissociant et renvoie distinctement au milieu étudiant, à l’ensemble du corps universitaire.

3 . Le mot futrica désigne les habitants de Coimbra. Ce mot signifie « chiffon », en opposition au monde académique qui célébrait la rigueur du costume. Cette désignation se retrouve encore dans le dictionnaire, accompagné également de la définition propre au vocabulaire académique : « sobriquet donné à Coimbra à ceux qui ne sont pas étudiants ». Vestir-se à futrica signifie s’habiller en civil, ne pas être vêtu de l’uniforme académique qui caractérise l’université de Coimbra. Le futrica est étranger à la vie académique ; c’est un simple habitant de la ville.

4 . Expression latine signifiant « mère nourricière ». À Coimbra comme dans d’autres villes dotées d’une institution universitaire traditionnelle, les étudiants surnomment ainsi affectueusement l’université qui nourrit leur âme au cours de leurs études supérieures.

5 . Nous faisons ici, avec Michel de Certeau, une distinction entre le lieu et l’espace : « L’espace serait au lieu ce que devient le mot quand il est parlé, c’est-à-dire quand il est saisi dans l’ambiguïté d’une effectuation, mué en un terme relevant de multiples conventions, posé comme l’acte d’un présent (ou d’un temps), et modifié par les transformations dues à des voisinages successifs. À la différence du lieu, il n’a donc ni l’univocité ni la stabilité d’un ‘propre’. En somme l’espace est un lieu pratiqué (souligné dans l’original). » Michel de Certeau, L’invention au quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard [1980], 1990, p. 173. Les locaux universitaires délimitent un lieu au sein duquel de nombreux acteurs évoluent (passants, touristes, professeurs, etc.) mais ce lieu est « pratiqué » de manière spécifique par les étudiants dans le cadre de leur vie universitaire et extra-universitaire.

6 . L’université, dont la surface matérielle s’est accrue pour satisfaire à l’augmentation des effectifs étudiants et des formations proposées est aujourd’hui dispersée en trois pôles principaux : le pôle I ou pôle ancien reste le pôle de référence symbolique et d’attraction ; le pôle II est un pôle scientifique (ingénierie) particulièrement isolé, situé au sud de la ville ; enfin le pôle III est dédié à la santé (faculté de médecine, hôpital universitaire). Même la faculté d’économie, pourtant rattachée au pôle I, se trouve excentrée vers l’est. De ce phénomène géographique en découle un autre : l’habitat étudiant se trouve ainsi dé-concentré, de même que les espaces de loisirs et de sorties des étudiants. La Alta comme scène de vie quotidienne juvénile n’est telle qu’essentiellement le soir et en fin de semaine, lorsqu’elle rassemble autour de lieux de socialisations phares de nombreux étudiants. Son animation est en revanche très caractéristique d’un passé mythifié lors des deux grands moments festifs de l’année universitaire : la Latada qui marque l’accueil des nouveaux étudiants en début d’année et donc la rentrée, ainsi que la Queima das Fitas qui symbolise la fin de l’année universitaire.

7 . Pour l’architecte Nuno Ribeiro Lopes, coordinateur du cabinet de la candidature de l’université de Coimbra à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, il est prioritaire de « réhabiliter l’espace public dans la Alta universitaire. La population a divorcé de cet espace et, quand les élèves s’absentent, il n’y a pas de "vivances" ». Nuno Ribeiro Lopes, « Universidade de Coimbra na UNESCO », Diário de Notícias, Mercredi 6 avril 2005. Nous utiliserons le terme de « vivance » pour exprimer une continuité qui ne reste pas monotone mais qui vit et se transforme au rythme de son environnement social, politique, économique, culturel, etc.

8 . La « colline sacrée » ; l’université de Coimbra est sise sur un promontoire dominant ainsi le cœur historique de la ville. À ses pieds s’écoule le fleuve Mondego.

9 . La silhouette proéminente de la tour de l’université est constamment reprise dans la vie comme dans la ville universitaire (association étudiante, bars, magasins, etc.). Élément phallique qui rappelle le caractère patriarcal des lieux, la tour de l’université symbolise tant l’institution que la ville de Coimbra.

10 . L’histoire du pays est liée, comme dans d’autres villes européennes, à des manifestations collectives souvent impulsées ou relayées par les étudiants. D’importants épisodes de l’histoire locale mais aussi nationale se sont déroulés aux portes de l’université de Coimbra.

11 . La cape est traçada (‘croisée’) lorsqu’elle est fermée en jetant le pan droit de la cape sur l’épaule gauche.

12 . La saudade pourrait être définie comme un affect mêlant la nostalgie d’un temps passé, présent et futur à une certaine félicité.

13 . Comme dans de nombreuses villes et pays, divers évènement socio-politiques ont occasionné la résurgence des mouvements étudiants dans les années 60 et 70 ; la mobilisation des étudiants de Coimbra a notamment participé à l’avènement de la démocratie, le 25 avril 1974. Sur la question des mouvements étudiants comme processus identitaire fort, et leurs enjeux socio-historiques, voir Séverine Carrausse, Les sociabilités étudiantes, Thèse de doctorat, Paris : EHESS, 2010, 2 tomes.

14 . La compétition et l’individualisme prônés par la société actuelle, les progrès effectués dans le domaine des transports et télécommunications, ainsi que l’éloignement tout relatif des étudiants (l’attraction géographique prédominante étant plus régionale que nationale) sont des facteurs pouvant expliquer, outre l’augmentation des effectifs étudiants et des filières, en même temps que l’éclatement de l’institution universitaire en divers lieux, une certaine indifférence voire aliénation vis-à-vis d’une expérience accomplie de vie estudiantine en lien étroit et mutuel avec la ville, l’institution universitaire et les coutumes académiques.

15 . Nous nous référons à la version électronique 2001 format PDF (qui n’est à ce jour plus consultable sur Internet) en complément de la version papier du Código da Praxe Académia de Coimbra [1993], Edição revista et actualizada por Pedro Cabral (Dux-Veteranorum), 3° Edition Janvier 1997, Coimbra, Coimbra Editora. Le Código da Praxe est composé de 289 articles. Notons cependant que le Código da Praxe a connu de récentes modifications, en 2007, faisant suite à la mise en place du processus d’harmonisation des cursus universitaires européens via les accords de Bologne. La révision en 2007 du Código da Praxe, et effective dès la rentrée universitaire 2007-2008, a suscité de vives polémiques et son usage reste encore tâtonnant.

16 . Essentiellement les articles 32, 37, 39, 55, 95, 100, 101, 156, 210, 212, 218, 228, 287.

17 . Les trupes ont pour mission de punir tout contrevenant aux Código da Praxe. Toute infraction est liée au statut hiérarchique de l’individu (ce sont surtout les caloiros qui sont concernés). À la manière de la règle des trois unités du théâtre classique (unités de lieu, temps, action – et, pourrions-nous ajouter, rigueur de costume des personnages), les infractions relèvent de divers repères spécifiquement visuels : la spatialité – se trouver dans un lieu qui lui est interdit ; le temps – restrictions nocturnes imposées (permanence ou présence dans un lieu) ; l’action – la possibilité de mobiliser un caloiro à son service, ou de le protéger selon son grade hiérarchique dans la Praxe ; et bien sûr la présentation – concernant l’utilisation du traje ou de la pasta par exemple (la pasta est le cartable noir des étudiants de l’université de Coimbra).

18 . « La Praxe est Dure Mais c’est la Praxe ». La Praxe reprend à son compte l’aphorisme Dura Lex Sed Lex (« La Loi est Dure Mais c’est la Loi »). Le fait que celui-ci soit uniquement associé aux insignes punitives de la Praxe souligne une forme de fatalisme qui émane de cette pratique et une injonction de se soumettre à ses lois et pratiques, tout au long de l’année tant que la Praxe est effective.

19 . Bien des exceptions enveloppent les pratiques, signe d’une certaine flexibilité. Ainsi les insignes de la Praxe peuvent être de n’importe quelle taille ; les ciseaux ne doivent pas être démontables et avoir les bouts arrondis, une allumette peut remplacer la moca (article 98), une chaussure peut faire office de colha, etc.

20 La Praxe obéit à un calendrier spécifique, complexe. Simplement présenté, il indique une effectivité de la Praxe en dehors des vacances scolaires, s’initiant trois jours avant l’ouverture officielle de l’université, jusqu’au début de la Queima das Fitas (premier jeudi de mai). Elle est également saisonnière, puisque différents évènements rythment l’année et le cursus universitaire de l’étudiant.

21 . À « zéro heure » le caloiro doit avoir retrouvé sa chambre. La trupe peut alors commencer ses rondes. Elle se poste généralement en des endroits de passage ou favorables à une prise, comme dans le quartier de la Alta, de la Baixa, de préférence à proximité d’espaces de socialisation. Le choix des lieux n’est pas seulement lié au succès d’une prise, mais à son aspect « mythique » : se trouver dans une petite ruelle de la Alta n’invoque pas la même atmosphère qu’une grande artère routière. Les repúblicas, maisons auto-gérées par une communauté étudiante (et autre symbole des traditions étudiantes de la ville de Coimbra), sont hostiles aux manifestations praxistes ; la trupe évitera donc la proximité de ces logements.

22 . A Cabra, « la chèvre », désigne l’une des cloches de la tour de l’université et indique plus généralement cette tour. La cabra était l’un des aspects fondamentaux de la vie étudiante. Elle rythmait les occupations des étudiants en les appelant aux cours. Elle est encore aujourd’hui le métronome de la Alta de Coimbra. Praxe, caloiro, futrica, trupe, etc. Ces termes portugais sont ordinaires mais propres à l’Academia. L’utilisation de la gíria académica (vocabulaire académique de Coimbra) contribue à façonner un ensemble homogène à partir d’une diversité étudiante. Bien que propagé par la littérature, cet argot demeure difficilement compréhensible ; ces termes spécifiques caractérisent essentiellement certains aspects de l’univers académique, et sont institués à différents niveaux sociaux et culturels.

23 . « Dieu Bacchus ».

24 . L’écrivain Miguel Torga se souvient et raconte son rasganço. Miguel Torga, La création du monde, Paris, Flammarion, 1999, p. 203-205.

25 . Prix mai 2005, “A Toga”, Avenida Sá da Bandeira n° 66, Coimbra. En 2005, le salaire moyen au Portugal était de 907,24 euros (Instituto Nacional de Estatística, Indicadores Sociais 2006, INE, 2007, p. 76).

26 Les accords de Bologne, visant à harmoniser les cursus des universités en Europe, ont créé un véritable chamboulement au sein de la Praxe, en ce qui concerne notamment la hiérarchie étudiante, que celle-ci avait su imposer et régler depuis de nombreuses années. En 2007, l’université de Coimbra fut la première institution universitaire du Portugal à adapter son Código da Praxe aux exigences imposées par Bologne. Les coutumes académiques sont légions au Portugal, et de nombreuses universités et écoles ont leur propre coutume académique, dérivant généralement de celle qui leur préexistait à Coimbra, et pour beaucoup inventées ou réinventées. Ce fut également l’occasion de remettre à jour le Código da Praxe en certains points, de le moderniser ou de le préciser plus encore afin de mieux cadrer la pratique « praxistique ». C’est notamment le cas de l’exercice des trupes : la mise en place d’un nouveau système de contrôle vise notamment à éradiquer les sanctions anonymes par la remise d’un document écrit et signé au contrevenant.

27 . Séverine Carrausse, Coutume académique de l’université de Coimbra. De la socialisation des étudiants, Mémoire de DEA, Paris : ENS-EHESS, 2001.

28 L’université de Coimbra s’est portée candidate à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO pour 2007. Non seulement elle souhaite mettre en avant le patrimoine architectural qu’elle estime ainsi valoriser, mais également le patrimoine immatériel que représente la « vivência » apportée par la vie estudiantine et ses traditions. Le premier est porté par les pierres, et l’autre par son entité concernée : les étudiants.

Top of page

Ill. 1 : Carte de l’université de Coimbra dans la ville. Source : enquête Séverine Carrausse 2005
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1190/img-1.png
image/png, 160k
Ill. 2 : Détail d’insignes personnels apposés à l’intérieur de la cape. Source : S. Carrausse (2005)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1190/img-2.jpg
image/jpeg, 252k
Ill. 3 : Étudiants de Coimbra en dernière année de médecine, lors de la Queima das Fitas. Source : S. Carrausse (2005)
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1190/img-3.jpg
image/jpeg, 669k
Top of page

References

Electronic reference

Séverine Carrausse, « A Capa e batina. Le paraître étudiant dans la ville universitaire de Coimbra (Portugal) », Apparence(s) [Online], 4 | 2012, Online since 07 February 2012, Connection on 22 April 2014. URL : http://apparences.revues.org/1190

Top of page

Author

Séverine Carrausse

Séverine Carrausse est une ancienne élève du DEA de Sciences Sociales (ENS-EHESS). Elle est titulaire d’un doctorat de sociologie portant sur les sociabilités étudiantes en Corée du Sud, en France et au Portugal (systèmes universitaires et modes de vie des jeunes ; 2010). Cette étude comparative éclaire d’une manière nouvelle la sociologie des systèmes universitaires en analysant ce qu’ils « produisent », à savoir des types d’acteurs sociaux. Elle a participé à des ouvrages et articles collectifs. Si l’éducation et les jeunes demeurent ses axes thématiques privilégiés, ses recherches menées au sein de diverses institutions internationales ont intégré plusieurs enjeux connexes : espace public et proximités socio-spatiales, zones frontalières, violences et inégalités tant scolaires que sociales, patrimoine et aménagement urbain/rural, etc.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page