Skip to navigation – Site map
Vestiaire royal et vestiaires aristocratique en France au XVIIIe siècle

Pour paraître à la cour : les habits de Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803) 

Aurélie Chatenet-Calyste

Abstracts

To be received at court: the clothes of Mary Fortunate d'Este, Princess of Conti (1731-1803) - Aurélie Chatenet-Calyste is a French researcher and also teaches at the University of Champagne-Ardenne. After passing the French high-level competitive examination for recruitment of teachers in history (In French Agrégation), she has defended her thesis “A feminine and aristocratic consumption at the end of the 18th century : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti” on November the 27 th at the University of Limoges. Her researches concern gender, consumption and court history. Her recent papers are « La femme, maîtresse de maison ? », Histoire, économie et société, 2009/4, p. 21-34 ; « Une princesse et son livret de comptes : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803) », dans Entre mémoire et histoire : écriture ordinaire et émergence de l'individu, éd. par Nicole Lemaitre et Sylvie Mouysset (édition électronique), 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009, p. 295-305 and « Une appartenance ténue à la cour de France, Marie-Fortunée d’Este princesse de Conti (1731-1803) », Michel Cassan et Paul D’Hollander (dir.), « Figures d’appartenance », Temporalités, n°6/2009, p. 135-148.

Top of page

Full text

  • 1 Aujourd’hui Bratislava en Slovaquie.
  • 2 Aurélie Chatenet-Calyste, Une consommation aristocratique et féminine à la fin du XVIIIe siècle : M (...)

1Marie-Fortunée d’Este (1731-1803) est une princesse du sang vivant à Paris à la fin du XVIIIe siècle. Fille de François III d’Este, duc de Modène, elle est arrivée en France en 1759 à la suite de son mariage avec Louis-François-Joseph de Bourbon-Conti, comte de la Marche qui la fait entrer dans cette branche cadette de la famille de Bourbon (Ill. 1). La princesse vit à Paris jusqu’en 1789 date à laquelle elle émigre. En juillet 1789, elle quitte Paris puis émigre de France en août pour Chambéry, Fribourg en Suisse, Landshut en Bavière et Presbourg1. Elle meurt en 1803 à Venise. En 1776, elle s’est séparée de son mari et mène dès lors une vie autonome partageant son existence entre son hôtel parisien rue Saint-Dominique et son château de Triel en Île-de-France en bord de Seine. Ses comptes tenus de 1776 à 1789 permettent d’obtenir des informations sur sa vie par le biais de sa consommation qui a fait l’objet de mes recherches doctorales2.

Ill. 1 : Carrogis Louis (1717-1806), dit Carmontelle, La princesse de Conti alors comtesse de la Marche, 1768. Chantilly, musée Condé. http://www.photo.rmn.fr/​cf/​htm/​CSearchZ.aspx?o=&Total=126&FP=15513822&E=2K1KTSUGQNM87&SID=2K1KTSUGQNM87&New=T&Pic=85&SubE=2C6NU07J08P6

Ill. 1 : Carrogis Louis (1717-1806), dit Carmontelle, La princesse de Conti alors comtesse de la Marche, 1768. Chantilly, musée Condé. http://www.photo.rmn.fr/​cf/​htm/​CSearchZ.aspx?o=&Total=126&FP=15513822&E=2K1KTSUGQNM87&SID=2K1KTSUGQNM87&New=T&Pic=85&SubE=2C6NU07J08P6
  • 3 Daniel Roche, Histoire des choses banales, naissance de la consommation (XVIIe-XIXe siècle), Paris, (...)
  • 4 Natacha Coquery, L'hôtel aristocratique : le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Public (...)

2Ces documents extrêmement détaillés sont une source très riche pour étudier les dépenses d’habillement de la princesse de 1763 à 1789. Le renouvellement de l’histoire de la culture matérielle et de la consommation — notamment vestimentaire — a mis en évidence l’apport des documents comptables3. Les livres de comptes, les mémoires des fournisseurs permettent de retrouver les différents éléments composant la garde-robe mais aussi le rythme de son renouvellement. Ils sont un moyen de mesurer la dépense vestimentaire qui est un élément essentiel de la consommation aristocratique caractérisée par son ampleur, sa distinction4

  • 5 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985 [1ère éd. française 1974].
  • 6 Catherine Lanoë, La poudre et le fard : une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières(...)
  • 7 N. Elias, op. cit et La civilisation des mœurs, Paris, Presses Pocket, 1989 [1ère éd. française 197 (...)
  • 8 Voir Catherine Lanoë, Mathieu Da Vinha et Bruno Laurioux (dir.), Cultures de cour, cultures du corp (...)

3Il s’agit ici d’étudier plus précisément parmi les dépenses d’habillement de la princesse toutes celles qui ont trait aux vêtements portés à la cour. Les manières de se vêtir sont en effet un élément essentiel du paraître courtisan. Comme l’a montré Norbert Elias la mise en place de la société de cour s’accompagne d’un contrôle du corps de plus en plus coercitif5. Celui-ci doit être soumis, contraint par un certain nombre d’accessoires que ce soient des vêtements, qui par leur structure maintiennent un corps droit et rigide, ou des poudres et des pommades qui viennent façonner le visage du courtisan6. Le corps est un signe social tout comme les dépenses qui lui sont associées. Il apparaît à la fois réceptacle et acteur face à des normes intériorisées7. La culture de cour joue un rôle primordial dans cette nouvelle culture du corps8. Le vêtement est un marqueur identitaire qui traduit le rang, la place du courtisan dans la hiérarchie aulique.

4Les comptes et les factures lèvent le voile sur la fréquence du renouvellement de la garde-robe princière, la qualité, la magnificence des tissus et des broderies. Non seulement les mémoires des marchands permettent de connaître le coût et la composition des vêtements mais l’analyse de l’emploi du temps de la princesse offre la possibilité d’identifier les usages de l’habit en fonction du calendrier aulique et de la présence de Marie-Fortunée à la cour. L’habit de cour doit manifester la position sociale de la princesse, son intégration à la vie curiale. En effet, devenue princesse du sang par son mariage avec le comte de la Marche, Marie-Fortunée d’Este appartient à la famille royale élargie. Elle doit se rendre régulièrement à Versailles où elle possède de droit un logement qu’elle partage avec son époux.

  • 9 Je me permets de renvoyer pour plus de détails à l’article « Une appartenance ténue à la cour de Fr (...)
  • 10 William R. Newton, L'espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, (...)
  • 11 Victorine de Chastenay, Mémoires 1771-1815, Paris, Perrin, 1987, p. 96.

5Or, si la garde-robe traduit son rang, elle met également en lumière l’originalité de cette princesse peu présente dans la société aulique, tout particulièrement après la séparation de 1776. Sa présence à la cour est ténue pour plusieurs raisons9. Tout d’abord, les princes du sang, face à l’accroissement de la famille royale au sens strict, voient leur position affaiblie à la cour10. Les témoignages des contemporains soulignent leur désertion de Versailles à la fin du XVIIIe siècle11. Les princes occupent désormais une situation intermédiaire et délicate entre la famille royale et les ducs et pairs. De ce fait, la présence de la princesse à la cour apparaît formelle et limitée. Elle ne possède aucune charge à Versailles et ses séjours sont peu fréquents et de courte durée. A partir de 1776, c’est une épouse séparée dont la présence à la cour s’affaiblit et passe quasiment inaperçue. Elle est alors une femme d’âge mûr sur laquelle les contraintes de la vie aulique et de l’habit de cour semblent peser. Les années 1780 sont marquées par un retrait progressif de la princesse dans son château de Triel.

6Cette étude de cas apporte un éclairage sur les usages de l’habit de cour d’une femme de la haute aristocratie à la fin du XVIIIe siècle. Si la princesse doit satisfaire les exigences vestimentaires curiales, elle cherche à s’y conformer en limitant ses dépenses et les adaptant à son corps maladif et vieillissant. Les comptes renseignent sur la spécificité de l’apparence de cette princesse étrangère mal à l’aise dans le monde curial, de cette épouse séparée dont les revenus diminuent avec la séparation. Comment la princesse parvient-elle par son habillement à tenir son rang à la cour tout en ménageant son corps et ses finances ? L’analyse de l’économie de cette garde-robe princière témoigne de l’importance sociale de ce vêtement qui génère de lourdes dépenses et concentre autour de lui un marché dont la teneur varie au cours de la vie de la princesse. La précision des factures permet de comprendre comment l’habit de cour est un vêtement codifié qui donne à voir l’identité sociale de la princesse. Enfin, comptes et correspondances soulignent combien les contraintes de l’habit de cour, décriées par les médecins de la fin du XVIIIe siècle, sont mal supportées par Marie-Fortunée d’Este.

Le marché de l’habit de cour : factures et fournisseurs

  • 12 « Madame la princesse de Conti est la moins riche de toutes les princesses ; on peut même dire qu’e (...)
  • 13 En 1785, la dépense de la garde-robe de la reine atteint même 250 000 livres, D. Roche, La culture (...)

7Parce que la séparation entraîne l’indépendance financière de la princesse de Conti et la tenue régulière de comptes, la documentation porte à s’intéresser à la formation d’un marché autour de la consommation vestimentaire princière. Les factures permettent d’identifier les fournisseurs, de mesurer les dépenses engagées pour la réalisation des habits de cour. La conservation des mémoires quittancés antérieurs à 1776 invite à réfléchir aux conséquences de la séparation sur les pratiques consommatoires de la princesse. À partir de 1776, ses revenus sont limités à deux pensions, versées par le Trésor Royal et par le prince de Conti, d’une valeur totale de 180 000 livres annuelles : elle est alors la princesse la moins riche de la famille royale élargie12. Le montant global de ses revenus correspond aux seules dépenses vestimentaires de la reine Marie-Antoinette13 ou de la comtesse d’Artois par exemple. Marie-Fortunée est contrainte d’adapter ses débours vestimentaires à sa nouvelle situation matrimoniale et financière.

Les habits de cour dans les comptes : des factures nombreuses et précises

  • 14 Archives Nationales, Paris (désormais AN), R3, Maison de Conti, 172-184, dépenses particulières de (...)

8Amples et détaillés, les comptes princiers offrent la possibilité d’étudier la consommation vestimentaire de la princesse, principalement à partir des factures des marchands de tissus. Le départ de la princesse de l’hôtel de la Marche, le 1er avril 1776, conduit à la rédaction de comptes établissant le relevé de ses dépenses. Ceux-ci, conservés principalement de 1776 à 1789, sont aujourd’hui déposés aux Archives nationales et représentent un volume de 1 466 pièces soit environ 3 000 pages14. Ils sont majoritairement composés de feuillets volants, des factures de marchands et des relevés mensuels des dépenses personnelles de la princesse. Les mémoires des marchands de tissus et des marchandes de modes sont nombreux et permettent de suivre les achats de la princesse depuis 1763. En effet, au moment de sa séparation, Marie-Fortunée d’Este est endettée depuis cette date auprès du marchand de tissus Buffault et depuis 1766 auprès des parfumeurs Huet et Prévost. De 1776 à 1777, elle doit rembourser ses créanciers ce qui explique pourquoi des factures antérieures à 1776 ont été conservées dans les comptes.

  • 15 L’aune correspond à environ 1,20 m ; AN, R3/172, dépenses particulières 1777, pièce n°79, mémoires (...)
  • 16 AN, R3/175, dépenses particulières 1781, pièce n°20, mémoire de Melle Richard, novembre 1781.

9De 1763 à 1776, seules les factures de tissus ont été gardées. Les dépenses liées à la façon ou aux achats d’accessoires permettent d’avoir une vue plus détaillée des vêtements portés à la cour. La destination des tissus n’est pas toujours évoquée malgré plusieurs indications données par le marchand de soieries. Ainsi, Buffault livre le 16 juillet 1764 « 23,5 aunes de taffetas chiné fond blanc très riche pour un grand habit »15. Mais ces mentions sont rares. À la différence d’autres garde-robes princières féminines, les circonstances et les événements liés à la commande de tissus ne sont pas précisés. Un autre indice vient des factures de façons des différents éléments de l’habit ou de « garnitures pour un grand habit » comme dans la facture de la marchande de modes, Melle Richard, en novembre 178116. Enfin, les métrages de tissus commandés sont un ultime élément suggérant la présence de l’habit de cour, tant les longueurs d’étoffes – autour de 22 aunes – sont importantes.

  • 17 Archivio di stato di Modena (désormais ASMo), Cancelleria ducale estero, Ambasciatori Agenti, corri (...)

10En confrontant les factures à l’emploi du temps de la princesse, il est possible de connaître l’usage et la destination des tissus commandés. Les mémoires de ses déplacements, c’est-à-dire les frais de postes ou de logements, sont un moyen de mesurer sa présence à la cour ou dans les résidences royales. Ces informations sont complétées par les indications de la correspondance diplomatique. L’envoyé du duc de Modène en France adresse en effet chaque semaine un courrier à la chancellerie modénaise dans lequel il décrit les événements internationaux ou français ainsi que la vie des membres de la famille de François III d’Este, c’est-à-dire la princesse de Conti, le duc de Penthièvre et la famille d’Orléans17. L’ambassadeur y précise les déplacements effectués par la fille de son maître.

Une consommation princière entre abondance et distinction

  • 18 AN, R3/173, dépenses particulières 1781, pièce n°19, mémoire de Lenormand, décembre 1781.
  • 19 Archives départementales de la Seine (désormais AD 75), DQ10 1382, dossier 2539, 20 vendémiaire an (...)
  • 20 AN, R3/172, dépenses particulières 1777, pièce n°32, mémoire des couturières à Versailles, août 177 (...)

11Les dépenses vestimentaires de la princesse pour la cour reposent sur une économie de la distinction et du luxe. Tenir son rang passe par des achats fréquents et coûteux et par le choix de fournisseurs réputés. L’habit de cour engage des sommes importantes. La princesse commande ainsi en 1781 chez Lenormand un habit complet pour 2 400 livres18. Lors de la mise sous séquestre puis de la vente de ses biens en octobre 1793, un habit de cour « de satin blanc brodé en paillettes d’or et pierres brillantes », acheté 741 livres, est le vêtement le plus onéreux lors de la vente de la garde-robe de la princesse19. La différence de prix peut s’expliquer par le fait qu’il s’agit de vêtements de seconde main. La somme totale est principalement liée aux coûts des tissus et des accessoires car la façon est peu onéreuse, entre 40 et 50 livres. Par exemple, en août 1777, 12 livres sont déboursées pour la façon d’un corset, 13 pour celle d’une jupe de cour, 12 pour un bas de robe20. Les commandes d’étoffes sont très dispendieuses ne serait-ce qu’en raison des métrages commandés mais aussi de la qualité et du travail des tissus : ils atteignent 45 livres l’aune pour un gros de Tours en 1763, 108 pour un autre en 1770, 104 pour du satin en décembre 1781. À cette date, la princesse se fait livrer pour un habit du « tissu en or double fond satin blanc broché soie nué rebrodé de paillettes d’argent enrichi de diamants très riche » pour 1 456 livres. Les garnitures, ornements et accessoires sont très travaillés et élèvent le coût de l’habit de cour.

  • 21 Madeleine Delpierre, Se vêtir au XVIIIe siècle, Paris, A. Biro, 1996, « le prix de l’élégance », p. (...)
  • 22 AN, T 265/7, Papiers Bourbon-Busset, quittances et mémoires pour la garde-robe de la comtesse d’Art (...)
  • 23 AN, T 265/4, Papiers Bourbon-Busset, quittances et mémoires pour la garde-robe de la comtesse d’Art (...)

12Les sommes engagées sont importantes, mais en deçà de celles déboursées par les femmes de la famille royale ou les maîtresses royales, et ceci, du fait des capacités financières limitées de la princesse. Les tissus dépassent rarement plus de 100 livres l’aune alors que les plus précieux peuvent atteindre parfois 400 livres. Par exemple, Madame du Barry commande en 1772 à Lenormand un « grand habit avec grand corps, satin fond blanc, dessin de guirlandes de rose, brodé en nœuds pour paillons roses et paillettes d’or et d’argent avec le bordé au bas de robe et de la jupe » qui lui revient à 5 600 livres, plus 240 livres pour un supplément de broderies en paillettes d’or21. La comtesse d’Artois commande, pour le seul quartier de janvier 1784, six grands habits pour un coût de 7 184 livres seulement pour les étoffes22. En mars 1780, la commande à Rose Bertin d’un « grand habit pour le jour de Pâques » pour la même comtesse atteint la somme de 5 000 livres23.

13Les exigences de la consommation aristocratique se retrouvent dans le choix des marchands. La qualité de ses fournisseurs témoigne de son rang de princesse du sang. Pendant toute la période, elle passe commande aux marchands de tissus très réputés Buffault puis Lenormand, du Grand Turc, qui fournissent l’ensemble de la cour et notamment la reine Marie-Antoinette. D’autres boutiquiers sont sollicités en fonction des besoins de la princesse comme les marchands de soie ou de fourrures, à l’instar des marchands pelletiers du roi, Léger et Chapelet, ou des marchandes de modes qui livrent tissus et accessoires à l’hôtel princier. En 1776, le marchand de tissus Lenormand domine tandis que la modiste Mme Beaulard, du Nœud Galant, livre les accessoires.

14À la cour, la princesse doit tenir son rang par des achats dispendieux auprès de marchands réputés. Les dépenses doivent être conformes à son rang : si elles sont importantes, elles demeurent inférieures à celles des princesses de la famille royale.

Avec la séparation, un train de vie réduit

15L’analyse de ses comptes permet de mettre en lumière une inflexion dans ses pratiques consuméristes au moment de la séparation. Celle-ci introduit une rupture à la fois dans le mode de paiement et dans le choix des fournisseurs.

16En 1776, la princesse est largement endettée auprès du fournisseur de tissus Buffault. Un premier mémoire pour les années 1763-1771 n’est pas encore soldé en 1775 tandis qu’un deuxième a été commencé à partir de 1772 et court encore en 1776. À la fin de l’année 1775, elle doit en octobre 13 000 livres pour le premier ensemble de factures et 3 923 livres pour le second. De 1759 à 1776, la princesse n’a guère le souci de s’acquitter de ses factures et suit le modèle nobiliaire de l’endettement et du non paiement comptant des factures. Les remboursements dans les années 1760 sont minces et peu nombreux. Par exemple, la princesse acquiert pour 13 566 livres de tissus entre 1763 et mai 1767 sans avoir une seule fois honoré ses dettes envers Buffault. En juillet 1767, elle accorde un premier acompte de 566 livres puis un deuxième de 500 livres. En mars 1771, au moment de la clôture de ce premier mémoire, elle doit encore payer 24 000 livres et n’a remboursé que 6 085 livres, dont 4 369 livres à partir d’octobre 1769, sur les 30 085 livres dépensées.

  • 24 AN, R3/175, dépenses particulières 1785, pièce n°25, mémoire de Melle Ferrand, juin 1785.
  • 25 Dictionnaire de l'Académie française, 4e éd., 1762, p. 438.

17La séparation marque le début d’une nouvelle forme de consommation. La princesse doit rembourser en un an les factures accumulées. À partir de 1776, elle paie comptant et sans délai toutes ses factures. Par exemple, elle fait réaliser le 18 mai 1785 un grand habit qui est payé le 9 juin à la clôture du mémoire pour le quartier d’avril24. Cette nouvelle pratique souligne la perte de crédit de Marie-Fortunée d’Este. N’appartenant plus à la maison Conti, elle n’en possède plus les garanties ou la caution. La rupture se traduit par une forme de perte de confiance de la part des fournisseurs et se concrétise par un remboursement anticipé dès la première année. Les marchands ne lui accordent plus aucun délai et elle doit payer. Le crédit est donc assis sur la réputation. Comme le rappelle la définition du dictionnaire de l’Académie en 1762, c’est la « réputation où l'on est d'être solvable et de bien payer, qui est cause qu'on trouve aisément à emprunter »25.

  • 26 Michelle Sapori, Rose Bertin, ministre des modes de Marie-Antoinette, Paris, éd. de l'Institut fran (...)

18L’analyse des factures met à jour une diversification des fournisseurs dans les années 1780. La princesse suit les modes et la renommée grandissante des marchandes ou maîtresses de modes qui apparaissent dans les comptes dès 1776. Ces dernières garnissent les habits de cour en novembre 1781, d’abord en association avec les couturières versaillaises, puis elles réalisent toutes les robes de la princesse. Elles tendent progressivement à concurrencer et supplanter le Grand Turc à qui la princesse continue de s’adresser, mais dans une moindre mesure. Dans la deuxième moitié des années 1780, les principaux fournisseurs de Marie-Fortunée d’Este sont deux marchandes de modes, mesdemoiselles Ferrand et Richard, qui se partagent la réalisation et l’ornement des vêtements. Concomitamment, les enseignes les plus prestigieuses sont abandonnées au profit de marchandes de modes peu connues et guère renommées. Les modistes parisiennes les plus réputées ne sont pas présentes dans les comptes. Il n’y a aucune trace de Rose Bertin, de madame Éloffe, ou de madame Pompée qui fournissent pourtant les femmes de la famille royale et en premier lieu la reine26. La princesse de Conti ne semble se fournir qu’auprès de modistes de second plan, Melle Ferrand, Melle Richard et Melle Siville, montrant qu’elle est bien, en matière de mode, une lointaine suiveuse plutôt qu’une inspiratrice des nouveautés.

19De manière synchrone, les années 1780 sont marquées par un repli de la princesse vers des fournisseurs de son quartier. La princesse de Conti suit le mouvement inverse de la tendance générale à l’attractivité croissance du Palais-Royal. Tandis que ce pôle commercial connaît un grand succès et que de nombreux marchands choisissent de migrer vers ses galeries, Marie-Fortunée d’Este recentre ses fournisseurs du vêtement autour de son hôtel de la rue Saint-Dominique. L’exemple le plus frappant peut être l’abandon de Madame Beaulard comme marchande de modes et le choix de modistes moins réputées et surtout plus proches de son hôtel. De même, si le marchand Lenormand reste un fournisseur de la princesse jusqu’en 1789, la fréquence de ses achats se réduit au profit des deux modistes, Melle Ferrand et Melle Richard, de la rue du Bac et ses abords.

20Les dépenses d’habillement permettent d’analyser le vestiaire princier. La princesse doit tenir son rang par des dépenses importantes comme par le choix de fournisseurs réputés. Mais les dépenses traduisent sa position d’épouse séparée au budget plus limité que les autres princesses de la famille royale élargie. À partir de 1776, elle cherche à concilier les exigences de son rang à ses nouvelles conditions financières. Les sommes engagées sont moins importantes, les marchands ne sont pas à la pointe de la mode, sa présence à Versailles se réduit. Le choix des tissus, l’ornement de la parure sont des signes distinctifs mais le faible renouvellement des vêtements révèle son effacement progressif du monde aulique.

Des habits soumis aux exigences de la société de cour

  • 27 Comtesse de Genlis, Mémoires, Paris, 1825, t. 1, p. 197.

21Le grand habit donne à voir de façon stylisée l’appartenance à un monde particulier. Le port de ce costume est la marque de l’intronisation au monde curial. C’est d’abord l’habit de présentation au roi et à la reine que les femmes nobles et les mémorialistes n’ont pas manqué de relater dans leurs écrits à l’instar de la baronne d’Oberkirch, de la marquise de Créquy, de Mme de la Tour du Pin ou de la comtesse de Genlis27. Ces dernières ont insisté sur le volume et la contrainte de ce vêtement qui contrastent avec la grâce avec laquelle la présentée doit exécuter les révérences. La baronne d’Oberkirch relate ainsi sa présentation en 1784 :

  • 28 Baronne d’Oberkirch, Mémoires, Paris, Charpentier, 1869, ch XXII, t.2, p. 90-93.

Je m’étais fait faire le grand habit avec un énorme panier, selon l’étiquette, et un bas de robe, c’est-à-dire une queue qui peut se détacher. J’avais acheté l’étoffe et fait faire l’habit chez Baulard, mademoiselle Bertin m’ayant fait trop attendre. L’étoffe était d’un brocart d’or, à fleurs naturelles, admirablement beau ; j’en reçus mille compliments. Il n’y entrait pas moins de vingt-trois aunes. C’était d’un poids énorme. 28

  • 29 Pascale Gorguet-Ballesteros, « Caractériser l’habit de cour : propositions », dans Fastes de cour e (...)

22Les habits de cour sont aussi portés lors des grands événements de la vie aulique, auxquels la princesse participe en raison de son statut. Des études récentes permettent de mieux identifier sa composition, les tissus employés et les factures princières offrent l’occasion de comprendre dans quelle mesure la princesse suit les normes du paraître à la cour29.

Un habit codifié au XVIIIe siècle

  • 30 Emmanuel Le Roy Ladurie, Saint-Simon ou le système de la cour, Paris, Fayard, 1997, p. 110 ; Archiv (...)
  • 31 AN, R3/175, dépenses particulières 1781, pièce n°20, mémoire de Melle Richard, marchande de modes, (...)
  • 32 Kimberly Chrisman-Campbell, « Le grand habit et la mode en France au XVIIIe siècle », dans Fastes d (...)

23L’habit de cour est une innovation du règne de Louis XIV dont la forme — modifiée au XVIIIe siècle — révèle le rang de celle qui le revêt. Il est composé de trois ensembles bâtis jusqu’en 1782 par le tailleur : un corps à baleines fermé, très rigide, décolleté en ovale et dont les demies manches sont faites d’une superposition de rangs de dentelles ; une jupe étalée sur des paniers immenses ; une traîne dite bas de robe, ou queue, attachée à la taille dont la longueur est proportionnelle au rang de la dame. La queue de la robe de deuil d’une princesse du sang mesure cinq aunes, comme celle des duchesses, contre sept et neuf aunes respectivement pour les Petites-Filles et les Filles de France, selon la princesse Palatine puis les règlements de 173330. Des accessoires viennent orner l’habit, comme la palatine qui recouvre la poitrine, la mantille, mantelet qui couvre les avant-bras, les glands pour relever la robe et les accessoires de manches et de gorge comme les « petits bonshommes » ou les tours de gorge. Par exemple, en novembre 1781, la marchande de modes, Melle Ferrand, fournit à la princesse de Conti la garniture d’un grand habit avec une mantille, une paire de bracelet de cour, les nœuds de corps, le corset et la pièce d’estomac, quatre glands de bas de robe, et cordelière, une paire de barbe noire de dentelle, c’est-à-dire des bandes de dentelles plates fixées à la coiffure qui descendent le long du visage, le tout pour 119 livres31. « Hybride d’ancien et de nouveau »32, l’habit de cour reste relativement stable pendant tout le XVIIIe siècle mais il est soumis aux changements de la mode, comme le montre le choix des couleurs et des motifs par la princesse de Conti.

Une parure digne d’une princesse du sang ?

24Les factures détaillent minutieusement les tissus et les accessoires des habits de cour. Leur richesse, leur travail, leurs coloris doivent témoigner du rang de la princesse et de sa capacité à suivre les modes.

  • 33 AN, R3/172, dépenses particulières 1777, pièce n°79, mémoire de Buffault, 1770.
  • 34 Lesley Ellis-Miller, « Les matériaux du costume de cour », dans Fastes de cour et cérémonies royale (...)
  • 35 AN, R3/175, dépenses particulières 1782, pièce n°19, mémoire de Lenormand, décembre 1781.
  • 36 AN, R3/174, dépenses particulières 1778, pièce n°14, mémoire de Toullet pélissier, décembre 1778.
  • 37 AN, R3/175, dépenses particulières 1785, pièce n°19, mémoire de Boursier frangier-galonnier, avril (...)

25Les étoffes sont précieuses et les soieries dominent : gros de Tours, comme en 1763 et 1770, taffetas, d’Italie en 1785, d’Angleterre en 1770, ou le satin comme en 1781. Elle acquiert ainsi un gros de Tours, en mai 1770, à « fond blanc rayé or et argent broché sorbet vert et argent rebrodé en paillettes or émaillé violet et jaune »33. Les tissus de soie brodés de fils d’or ou d’argent sont les plus recherchés et les plus onéreux, et valent parfois jusqu’à 400 livres l’aune34. Le grand habit commandé à Lenormand, à la naissance du Dauphin, est enrichi d’or et de diamants. Il est « en satin blanc à volant avec application et satin vert brodé à paillon, paillette or et argent émaillé lilas enrichy de diamants et semé de paillettes or très riche »35. Plus largement, les tissus sont qualifiés de « riche », « très riche », « de première qualité ». Ils sont « brochés », « brodés » ou « rebrodés ». Les accessoires sont riches et précieux. La princesse de Conti commande à l’occasion de la naissance de Madame Royale une garniture d’habit de cour en martre du Canada pour 1 400 livres36 ou à celle de la naissance du duc de Normandie, en avril 1785, une mantille faite de ruisseaux d’or37. La magnificence des habits se manifeste dans la variété des dessins et des couleurs. Les motifs floraux sont particulièrement appréciés par la princesse, tout comme les rayures à la mode à la fin du XVIIIe siècle. La palette des couleurs est ample et joue sur les dégradés, les camaïeux. Le fond du tissu généralement blanc est égayé de couleurs pastel ou claires, comme des bleus, des jaunes, des roses.

26Les nouveaux tissus à la mode se retrouvent dans les factures tels les perses ou les musulmanes, portées dans les années 1760, ou encore pour un grand habit en octobre 1774. Il faut cependant noter la faible récurrence de tons particulièrement en vogue comme les verts anglais, les prunes ou la « couleur de puce ». De même, les accessoires en toc, pacotilles ou strass, pourtant fort prisés, sont absents de la garde-robe princière. La princesse suit de façon limitée et avec retard les modes de la fin du XVIIIe siècle.

Le renouvellement des habits, reflet de la présence limitée de la princesse à la cour

  • 38 AD 75, DQ10 1382, dossier 2539, 20 vendémiaire an 2, vente des biens de l’émigrée Conty.
  • 39 AN, T 265/7, Papiers Bourbon-Busset, quittances et mémoires pour la garde-robe de la comtesse d’Art (...)
  • 40 Gazette des atours de Marie-Antoinette pour 1782 : garde-robe des atours de la reine : gazette pour (...)

27L’analyse conjointe des commandes d’habits de cour et des déplacements de la princesse permet de relier la réalisation des habits à la présence de la princesse à Versailles et au calendrier de la vie curiale. Elle met en lumière la rotation limitée des habits. Selon les comptes, le rythme de renouvellement est en moyenne de deux à trois habits de cour par an. Cette idée est confirmée lors de la Révolution : en 1792, quinze robes ou habits de cour sont inventoriés à l’hôtel du Lude lors du séquestre et de la vente de ses biens38. Ce renouvellement est très en deçà de celui des membres de la famille royale : la comtesse d’Artois commande six grands habits pour le seul quartier de janvier 178439 ; la reine, douze grands habits à chaque nouvelle saison40.

  • 41 AN, R3/172, dépenses particulières 1777, pièce n°79, mémoires de Buffault, 1769 et 1770.

28Le grand habit est revêtu par la princesse lors de deux grandes séries d’occasions. Tout d’abord, le port de l’habit est obligatoire lors d’événements exceptionnels comme les naissances, les mariages ou les deuils de la famille royale au sens large. La princesse commande donc des habits de cour pour assister aux cérémonies liées à la naissance de Madame Royale en décembre 1778, du Dauphin en novembre 1781-janvier 1782, ou du duc de Normandie en mai 1785. Elle fait réaliser un grand habit en ras de Saint-Maur pour le deuil de la Dauphine en 1767, ou pour le mariage du Dauphin en mai 1770 et pour celui du comte d’Artois en 1773. Les événements de la famille des princes du sang sont l’occasion de revêtir l’habit de cour. La princesse commande à Buffault une étoffe « fond d’argent rayé or broché » de 2 870 livres pour un grand habit pour le mariage de Melle de Penthièvre, sa nièce, avec le duc de Chartres en mars 1769 et du gros de Tours, l’année d’après, pour la présentation de Melle de Condé d’une valeur de 1 872 livres41. Ensuite, les habits de cour sont portés pendant les grandes cérémonies de l’année curiale : le Jour de l’An, où les princes du sang viennent présenter leurs compliments au roi et à la reine ; la fête de la Saint-Louis, le 25 août, à laquelle la princesse assiste régulièrement. Les voyages à Marly au printemps ou à Fontainebleau, à l’automne, sont également marqués par une inflation des dépenses d’habillement.

29La rotation limitée des habits s’explique par l’appartenance ténue de la princesse à la cour : elle tend progressivement à s’absenter lors des fêtes religieuses, comme la Semaine Sainte ou Pâques, et à ne plus participer aux voyages de la cour à partir de 1778. Le renouvellement des habits est à l’image de la fréquentation de la cour par la princesse de Conti, il révèle son identité sociale. De surcroît, la princesse ne porte pas le grand habit à chacun de ses déplacements à Versailles ou dans les résidences royales. En fonction des cérémonies, d’autres apparences sont tolérées à la fin du XVIIIe siècle.

L’habit de cour face aux nouvelles perceptions du corps à la fin du XVIIIe siècle

30L’habit de cour est modulable selon les circonstances. L’évolution de cet habillement à la fin du XVIIIe siècle traduit le changement des modes et la diffusion des nouvelles notions de confort, d’aisance, de liberté de mouvement qui se concrétisent par l’assouplissement de l’étiquette relative à l’habit de cour. Les comptes mettent en lumière ces nouveaux usages : le grand habit est progressivement abandonné et le grand corps remplacé par le port du corset, bien moins contraignant.

Du grand habit à la robe à la française : un assouplissement des règles vestimentaires à la cour

  • 42 Comtesse de Genlis, Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de cour et des usages du monde(...)
  • 43 La robe abattue est une variante de la robe de chambre, se différenciant de celle-ci par un corsage (...)
  • 44 La robe de chambre est une robe ouverte sur la jupe au corsage ajusté sur le devant et animé au dos (...)
  • 45 AN, KK 1433, folio 123, accouchement de la reine, 22 octobre 1781.
  • 46 Madeleine Delpierre, Se vêtir au XVIIIe siècle, Paris, A. Biro, 1996, p. 121.

31L’habit de cour demeure obligatoire pour les cérémonies de la vie aulique comme le précise la comtesse de Genlis : « On ne portait le grand corps à la Cour que le jour de la présentation et de la première année, et aux fêtes de la cour »42. Toutefois, d’autres robes sont tolérées à la fin du XVIIIe siècle et des exceptions sont possibles en fonction des personnes et des circonstances : les femmes de chambre de la reine et de la dauphine par exemple portent le grand habit mais sans le bas de robe ou le grand corps. À partir de 1744, Louis XV autorise les dames à porter la robe abattue à Marly43. Lors des accouchements de la reine, les dames de la cour ont le droit de porter la robe de chambre comme l’indique le duc de Penthièvre dans sa relation de la naissance de Madame Royale : « Les princesses étaient en robe de chambre selon l’usage qui porte qu’elle ne se mettent point en grand habit tant que les dames de la reine ne s’y mettent point »44. Il rappelle cette habitude lors de la naissance du Dauphin : « Il a été dit que les princesse iraient chez la reine en robe de chambre, comme pour la première couche, ne s’habillant point si les dames de la reine sont en robe de chambre »45. La duchesse de Chartres se rend chez la reine, le neuvième jour des couches, en robe de chambre tandis que sa dame porte une robe à l’anglaise. Toutefois cette tolérance n’est que temporaire et motivée par des circonstances exceptionnelles. Le duc et pair poursuit : « la reine a dit à Madame la princesse de Lamballe lorsqu’elle a commencé à se mettre sur sa chaise longue qu’il convenait que les princesses reprissent le grand habit pour aller chez elle ». La reine rappelle les normes du paraître à la cour, ce qui explique les commandes de grand habit effectuées par la princesse de Conti à l’hiver 1781-1782. À la fin du XVIIIe siècle, l’habit de cour est jugé trop lourd et incommode et on lui préfère la grande robe à la française. Admise en deuil de cour en 1781, celle-ci est, en 1783, recommandée pour les visites de cérémonie. En 1787, l’étiquette tolère la robe ordinaire de cour portée sur une simple tournure, sur un panier de moindre ampleur46.

Un habit de cour sans le corps : une spécificité de la princesse de Conti ?

  • 47 AN, R3/175, dépenses particulières 1785, pièce n°25, mémoire de Melle Ferrand, juin 1785.

32Les vêtements portés par la princesse à la cour présente plusieurs particularités. Tout d’abord, la mention de grand habit est réservée aux événements exceptionnels et elle est absente des comptes après la naissance du duc de Normandie en mai 1785. Ensuite, dans les factures, le terme de corps n’apparaît jamais. Trois ouvrières, selon l’expression inscrite dans les factures, façonnent l’habit de cour jusqu’en 1782 : madame Rivert est employée pour la façon du corset, madame Clarc pour celle des jupes et madame Masselin pour le bas de robe. Ces trois femmes travaillent à Versailles et sont payées à la tâche par l’épouse du concierge de l’appartement Conti. Il n’y a dans les comptes aucune mention de tailleur et aucune facture pour la réalisation d’un corps ; seul le terme « corset » est mentionné pour le travail des couturières puis des modistes. En 1785, la princesse confie la réalisation d’un grand habit à Melle Ferrand pour lequel cette dernière emploie «  une aune et demie de taffetas d’Angleterre pour doubler le corset »47.

  • 48 Comtesse de Genlis, Dictionnaire… op. cit., t. I, article « habit (grand) » ; t. 2, article « prése (...)

33En effet, Garsault suivi par la comtesse de Genlis souligne la possibilité d’échapper au corps baleiné par le port d’un corset et d’une mantille48 :

Si la dame qui doit être présentée se trouve hors d’état d’endurer le corps plein alors il lui est permis de mettre un corset et par-dessus une mantille, le bas de robe et le jupon, et comme la mantille couvre l’avant-bras on supprime la manchette d’en haut qui ne serait pas visible49.

  • 50 F.-A.-P. de Garsault, op. cit., p. 44.
  • 51 Ibid., planche 12, n°3.
  • 52 Ibidem, p. 56.
  • 53 AN, K 506, Maison de Louis XVI et de Marie-Antoinette, 25, États et mémoires de dépenses de la Gard (...)

34La nature exacte de ce corset n’est pas précisée dans les comptes. Les factures notent sa présence pour la façon de robes variées, comme les lévites, et laissent suggérer qu’il serait composé de baleines comme le prouve la commande régulière de ces accessoires. L’auteur de L’art du tailleur présente deux catégories de corset. Le premier est « sans baleine, à deux buscs, il se fait communément de basin ou toile ; on le double toujours »50. Le second est un « corset baleiné » appelé également « corps à demi-baleiné » 51. Il serait donc moins contraignant que le grand corps rigoureusement baleiné qui rigidifie le buste féminin. La mantille est l’œuvre de la marchande de modes : « c’est une espèce de mantelet mais moins large, plus court par le dos, les pans un peu plus longs et auquel on ne met jamais de coqueluchon »52. On trouve la présence de mantille de cour chez la princesse de Conti à différentes reprises comme en septembre et décembre 1776, en novembre 1781, janvier 1782 et avril 1785 mais la confection d’un grand habit n’est pas obligatoirement associée à celle d’une mantille. La princesse peut décider en fonction des cérémonies ou de sa santé de porter alternativement le grand corps ou le corset accompagné de sa mantille. Cette pratique est régulière dans l’aristocratie et témoigne de l’évolution de l’habit de cour et des modes qui mettent l’accent sur la liberté de mouvements. En 1782, Marie-Antoinette commande pour 2 888 livres une garniture d’habit composé d’une mantille et la comtesse d’Artois acquiert une mantille à « dessein pareil à l’habit de cour », fournie par Rose Bertin en 178053.

  • 54 Gazette des atours de Marie-Antoinette… op. cit., p. 12.

35L’absence de mention du grand habit après 1785 témoigne de la présence rarissime — cinq jours en 1786 — de la princesse de Conti à Versailles et prouve qu’elle fait sienne la tolérance de l’étiquette qui autorise la robe à la française comme habit de cérémonie. Hormis le grand habit, les comptes restent assez flous sur les robes portées par la princesse à la cour. En octobre 1778, elle commande une robe de chambre pour les couches de la reine. En décembre 1784, elle fait réaliser « une robe et jupon sur le panier » pour les festivités du jour de l’an et acquiert alors 17,5 aunes de velours fond bleu rayé chiné blanc pour 472 livres chez Lenormand. Elle prend pour modèle la reine pour qui douze robes « riches sur le panier » sont façonnées à chaque saison pour le jeu et le souper des petits appartements comme en 178254. L’inventaire de la garde-robe princière à la Révolution française distingue les « robes de cour » et les « habits de cour ». Les premières pourraient être assimilées aux robes parées, c’est-à-dire les robes à la française particulièrement ornées, et l’habit serait le grand habit composé du grand corps voire du corset et de sa mantille.

Un habit trop contraignant pour une princesse maladive

  • 55 Comtesse de Genlis, Dictionnaire… op. cit., t. I, article « habit (grand) ».
  • 56 Luynes, op. cit., t. VI, 29 décembre 1744, p. 199.; ASMo, Cancelleria ducale estero, Ambasciatori A (...)

36Indice de l’assouplissement des règles du paraître à la cour, l’adoption du corset est aussi le reflet des fragilités de cette princesse vieillissante et souffreteuse. L’abandon du grand corps est lié à l’âge. Comme l’indique la comtesse de Genlis « on […] portait le grand corps […] tant qu’on était jeune ; ensuite on prenait la mantille »55. Pourtant, la princesse ne reçoit pas l’autorisation de porter un déshabillé à la cour alors que le roi avait accordé cette possibilité à la comtesse de Toulouse en 1744 puis à la princière douairière de Conti, âgée de 50 ans, en 176356. La princesse n’obtient pas cette tolérance car – avec l’évolution de l’étiquette – l’habit de cour est moins porté et d’autres robes moins incommodes sont acceptées à Versailles à la fin de l’Ancien Régime.

  • 57 Julie Allard « Perceptions nouvelles du corps et raisons médicales de la mode dans la deuxième moit (...)
  • 58 Alphonse Leroy, Recherches sur les habillemens des femmes et des enfans, ou Examen de la manière do (...)
  • 59 Étienne Tourtelle, Élémens d'hygiène, ou de l'Influence des choses physiques et morales sur l'homme (...)
  • 60 ASMo, Cancelleria ducale estero, Ambasciatori Agenti, corrispondenti estensi, Francia, abbé Contri, (...)

37La disparition du grand habit dans les comptes de la princesse de Conti est aussi le résultat des prescriptions médicales. Les vêtements trop rigides ou trop serrés font l’objet de vives critiques de la part des médecins57. Les traités médicaux qui s’intéressent aux rapports entre le costume et la santé se multiplient à partir des années 176058. L’usage du corps à baleine et la contrainte du corps sont décriés par les médecins. Ils plaident en faveur d’un allègement de l’habillement, source de raffermissement pour le corps59. La mode, adoptant ces injonctions, se transforme et se fonde sur une recherche d’aisance, de confort, de libertés. L’habit de cour et plus généralement l’étiquette de la cour deviennent contraires aux recommandations médicales en raison de leurs contraintes physiques. Or, la princesse de Conti est une femme fragile souvent malade et sa santé est pour elle un grand sujet d’inquiétude. L’habit de cour, très inconfortable, est mal supporté. Par exemple, en janvier 1771, Marie-Fortunée d’Este ne se rend pas à Versailles « à cause de la gêne de l’habillement de cour »60. Ses obligations de princesse du sang se heurtent aux recommandations médicales et tendent à passer après celles-ci. L’argument de la maladie est d’ailleurs fréquemment avancé par la princesse pour échapper aux cérémonies curiales. Le 21 janvier 1782, « incommodée », elle est absente lors de la cérémonie des relevailles de la reine à Paris. Elle n’est pas la seule à avancer pareille excuse : la duchesse de Chartres doit veiller sa fille malade et la duchesse de Bourbon est aussi incommodée. Les contraintes de l’étiquette pourraient être, selon cet exemple, physiquement insupportables pour les princesses du sang. Participer aux cérémonies serait, à la fin du XVIIIe siècle, moins un honneur qu’une contrainte.

38L’habit de cour est un élément essentiel du paraître aristocratique et de la construction des apparences d’une princesse du sang. Il révèle l’identité sociale et curiale de Marie-Fortunée d’Este qui doit répondre aux exigences de la vie aulique par la construction d’un corps et d’un visage façonnés par les normes de la société de cour. Cependant, elle cherche à adapter les exigences de sa condition à son budget et à son corps. Le luxe de la parure est une obligation sociale, un élément distinctif mais les sommes engagées, la fréquence du renouvellement, le choix des fournisseurs traduisent une position en retrait à la fois de la cour et de la mode. La princesse n’est présente à Versailles que de façon limitée, pour les grandes occasions et elle tend progressivement à vivre en marge en ne participant plus aux voyages de la cour ou en réduisant le nombre et la durée de ses séjours. Les contraintes qui pèsent sur le courtisan sont mal supportées par cette femme d’âge mûr et maladive. Elle suit la tendance générale à une moindre entrave du buste féminin par le port du corset et de la mantille. Cette étude de cas induit deux remarques. Elle pose la question de la présence et de l’apparence des femmes âgées à la cour tout particulièrement au sein de celle, rajeunie, de Marie-Antoinette. Elle montre comment le discours médical apporte une caution scientifique à une mode marquée à la fin du siècle par la diffusion de vêtements aux étoffes souples et aux silhouettes plus légères. La princesse choisit dans la mode, les formes qui laissent une plus grande liberté de mouvement comme en témoignerait l’analyse de ses dépenses d’habillement en dehors des obligations du paraître du monde curial.

Top of page

Notes

1 Aujourd’hui Bratislava en Slovaquie.

2 Aurélie Chatenet-Calyste, Une consommation aristocratique et féminine à la fin du XVIIIe siècle : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803), thèse de doctorat en histoire moderne, université de Limoges, 2010. Dir.: Michel Cassan.

3 Daniel Roche, Histoire des choses banales, naissance de la consommation (XVIIe-XIXe siècle), Paris, Fayard, 1997 ; John Brewer et Roy Porter (eds), Consumption and the World of Goods, New York and London, Routledge, 1993 ; Daniel Roche, La culture des apparences : une histoire du vêtement : (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Seuil, 1990.

4 Natacha Coquery, L'hôtel aristocratique : le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

5 Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion, 1985 [1ère éd. française 1974].

6 Catherine Lanoë, La poudre et le fard : une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, Champ-Vallon, 2008.

7 N. Elias, op. cit et La civilisation des mœurs, Paris, Presses Pocket, 1989 [1ère éd. française 1973].

8 Voir Catherine Lanoë, Mathieu Da Vinha et Bruno Laurioux (dir.), Cultures de cour, cultures du corps en Europe, xviie-xviiie siècles (actes du colloque tenu au château de Versailles en décembre 2006), Paris, PUPS.

9 Je me permets de renvoyer pour plus de détails à l’article « Une appartenance ténue à la cour de France, Marie-Fortunée d’Este princesse de Conti (1731-1803) », dans « Figures d’appartenance », Temporalités, n°6/2009, p. 135-148, n° spécial dir. par Michel Cassan et Paul D’Hollander.

10 William R. Newton, L'espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2000.

11 Victorine de Chastenay, Mémoires 1771-1815, Paris, Perrin, 1987, p. 96.

12 « Madame la princesse de Conti est la moins riche de toutes les princesses ; on peut même dire qu’elle est très pauvre pour l’état que son rang l’oblige à tenir », Comtesse de Genlis, Mémoires, Paris, Ladvocat, 1825, t. IX, p. 331.

13 En 1785, la dépense de la garde-robe de la reine atteint même 250 000 livres, D. Roche, La culture des apparences…, op. cit., p. 98 et 310.

14 Archives Nationales, Paris (désormais AN), R3, Maison de Conti, 172-184, dépenses particulières de Marie-Fortunée d’Este.

15 L’aune correspond à environ 1,20 m ; AN, R3/172, dépenses particulières 1777, pièce n°79, mémoires de Buffault, juillet 1764.

16 AN, R3/175, dépenses particulières 1781, pièce n°20, mémoire de Melle Richard, novembre 1781.

17 Archivio di stato di Modena (désormais ASMo), Cancelleria ducale estero, Ambasciatori Agenti, corrispondenti estensi, Francia, 212-227, 1759-1789.

18 AN, R3/173, dépenses particulières 1781, pièce n°19, mémoire de Lenormand, décembre 1781.

19 Archives départementales de la Seine (désormais AD 75), DQ10 1382, dossier 2539, 20 vendémiaire an 2, vente des biens de l’émigrée Conty.

20 AN, R3/172, dépenses particulières 1777, pièce n°32, mémoire des couturières à Versailles, août 1777.

21 Madeleine Delpierre, Se vêtir au XVIIIe siècle, Paris, A. Biro, 1996, « le prix de l’élégance », p. 183.

22 AN, T 265/7, Papiers Bourbon-Busset, quittances et mémoires pour la garde-robe de la comtesse d’Artois, 1783-1784, mémoire de Le Normand, quartier de janvier 1784.

23 AN, T 265/4, Papiers Bourbon-Busset, quittances et mémoires pour la garde-robe de la comtesse d’Artois, 1780, état des fournitures faites par Bertin du grand Mogol, quartier de janvier 1780.

24 AN, R3/175, dépenses particulières 1785, pièce n°25, mémoire de Melle Ferrand, juin 1785.

25 Dictionnaire de l'Académie française, 4e éd., 1762, p. 438.

26 Michelle Sapori, Rose Bertin, ministre des modes de Marie-Antoinette, Paris, éd. de l'Institut français de la mode, Éd. du Regard, 2003.

27 Comtesse de Genlis, Mémoires, Paris, 1825, t. 1, p. 197.

28 Baronne d’Oberkirch, Mémoires, Paris, Charpentier, 1869, ch XXII, t.2, p. 90-93.

29 Pascale Gorguet-Ballesteros, « Caractériser l’habit de cour : propositions », dans Fastes de cour et cérémonies royales, le costume de cour en Europe, 1650-1800, éd. par Pierre Arizzoli-Clementel et Pascale Gorguet-Ballesteros, Paris, Réunion des musées nationaux, 2009, p. 54-72, p. 58-59, et « Petite étude du grand habit à travers les mémoires quittancés de la comtesse d’Artois (1773-1780) », dans Se vêtir à la cour en Europe (1400-1815), éd. par Isabelle Paresys et Natacha Coquery, Villeneuve d’Ascq-Versailles, IRHiS-CRCV, 2011, p. 197-213.

30 Emmanuel Le Roy Ladurie, Saint-Simon ou le système de la cour, Paris, Fayard, 1997, p. 110 ; Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et documents, 1853, mémoire sur les rangs et prérogatives des princes de la maison royale de France y compris les légitimés, folio 57.

31 AN, R3/175, dépenses particulières 1781, pièce n°20, mémoire de Melle Richard, marchande de modes, novembre 1781.

32 Kimberly Chrisman-Campbell, « Le grand habit et la mode en France au XVIIIe siècle », dans Fastes de cour et cérémonies royales…, op. cit., p. 222.

33 AN, R3/172, dépenses particulières 1777, pièce n°79, mémoire de Buffault, 1770.

34 Lesley Ellis-Miller, « Les matériaux du costume de cour », dans Fastes de cour et cérémonies royales… op. cit., p. 78-89.

35 AN, R3/175, dépenses particulières 1782, pièce n°19, mémoire de Lenormand, décembre 1781.

36 AN, R3/174, dépenses particulières 1778, pièce n°14, mémoire de Toullet pélissier, décembre 1778.

37 AN, R3/175, dépenses particulières 1785, pièce n°19, mémoire de Boursier frangier-galonnier, avril 1785.

38 AD 75, DQ10 1382, dossier 2539, 20 vendémiaire an 2, vente des biens de l’émigrée Conty.

39 AN, T 265/7, Papiers Bourbon-Busset, quittances et mémoires pour la garde-robe de la comtesse d’Artois, 1783-1784, mémoire de Le Normand, quartier de janvier 1784.

40 Gazette des atours de Marie-Antoinette pour 1782 : garde-robe des atours de la reine : gazette pour l'année 1782, Paris, Réunion des musées nationaux, Archives nationales, 2006, p. 10.

41 AN, R3/172, dépenses particulières 1777, pièce n°79, mémoires de Buffault, 1769 et 1770.

42 Comtesse de Genlis, Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de cour et des usages du monde, Paris, 1818, P. Mongie aîné, t. 2, « présentation à la cour ».

43 La robe abattue est une variante de la robe de chambre, se différenciant de celle-ci par un corsage ouvert mais une jupe fermée : Pascale Gorguet-Ballesteros, « Caractériser l’habit de cour : propositions », art. cit., p. 62 ; Charles-Philippe d’Albert duc de Luynes, Mémoires du duc de Luynes sur la Cour de Louis XV (1735-1758), Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865, 17 vol., t. V, 3 janvier 1744, p. 342.

44 La robe de chambre est une robe ouverte sur la jupe au corsage ajusté sur le devant et animé au dos de doubles plis ronds : Pascale Gorguet-Ballesteros, « Caractériser l’habit de cour… », art. cit. ; AN, K 161, naissance Madame Royale, 19 décembre 1778.

45 AN, KK 1433, folio 123, accouchement de la reine, 22 octobre 1781.

46 Madeleine Delpierre, Se vêtir au XVIIIe siècle, Paris, A. Biro, 1996, p. 121.

47 AN, R3/175, dépenses particulières 1785, pièce n°25, mémoire de Melle Ferrand, juin 1785.

48 Comtesse de Genlis, Dictionnaire… op. cit., t. I, article « habit (grand) » ; t. 2, article « présentation à la cour ».

49 François-Alexandre-Pierre de Garsault, L’Art du tailleur, contenant le tailleur d'habits d'hommes, les culottes de peau, le tailleur de corps de femmes et enfants, la couturière et la marchande de modes, Paris, Delatour, 1769, p. 56.

50 F.-A.-P. de Garsault, op. cit., p. 44.

51 Ibid., planche 12, n°3.

52 Ibidem, p. 56.

53 AN, K 506, Maison de Louis XVI et de Marie-Antoinette, 25, États et mémoires de dépenses de la Garde-robe de la Reine, 1779-1787 et T 265/5, Papiers Bourbon-Busset, Quittances et mémoires pour la garde-robe de la comtesse d’Artois, 1778-1780, état des fournitures faites par Bertin du Grand Mogol, quartier de janvier 1780.

54 Gazette des atours de Marie-Antoinette… op. cit., p. 12.

55 Comtesse de Genlis, Dictionnaire… op. cit., t. I, article « habit (grand) ».

56 Luynes, op. cit., t. VI, 29 décembre 1744, p. 199.; ASMo, Cancelleria ducale estero, Ambasciatori Agenti, corrispondenti estensi, Francia, abbé Contri, 218, lettre du 27 janvier 1763.

57 Julie Allard « Perceptions nouvelles du corps et raisons médicales de la mode dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle », dans Représentations du corps sous l’Ancien Régime, Discours et pratiques, éd. par Isabelle Billaud, Marie-Catherine Laperrière, Cahiers du CIERL, Laval, Presses de l’Université de Laval, 2007, p. 13-30 ; Nicole Pellegrin, « L’uniforme de la santé : les médecins et la réforme du costume », Dix-huitième siècle, n°23, 1991, p. 129-140.

58 Alphonse Leroy, Recherches sur les habillemens des femmes et des enfans, ou Examen de la manière dont il faut vêtir l'un et l'autre sexe, Paris, Le Boucher, 1772 ; Petrus Camper, Dissertation sur la meilleure forme des souliers, La Haye, 1781 (1ère éd. 1749).

59 Étienne Tourtelle, Élémens d'hygiène, ou de l'Influence des choses physiques et morales sur l'homme et des moyens de conserver la santé, Paris, Rémont et fils, 1815, (1ère éd. 1797), 2 vol.

60 ASMo, Cancelleria ducale estero, Ambasciatori Agenti, corrispondenti estensi, Francia, abbé Contri, 218, lettre du 10 janvier 1771.

Top of page

Ill. 1 : Carrogis Louis (1717-1806), dit Carmontelle, La princesse de Conti alors comtesse de la Marche, 1768. Chantilly, musée Condé. http://www.photo.rmn.fr/​cf/​htm/​CSearchZ.aspx?o=&Total=126&FP=15513822&E=2K1KTSUGQNM87&SID=2K1KTSUGQNM87&New=T&Pic=85&SubE=2C6NU07J08P6
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1184/img-1.jpg
image/jpeg, 45k
Top of page

References

Electronic reference

Aurélie Chatenet-Calyste, « Pour paraître à la cour : les habits de Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803)  », Apparence(s) [Online], 4 | 2012, Online since 07 February 2012, Connection on 23 October 2014. URL : http://apparences.revues.org/1184

Top of page

Author

Aurélie Chatenet-Calyste

Agrégée d’histoire et ATER à l’université de Champagne-Ardenne, Aurélie Chatenet-Calyste a soutenu sa thèse de doctorat d’histoire intitulée « Une consommation aristocratique et féminine à la fin du XVIIIe siècle : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803) » le 27 novembre 2010 à l’université de Limoges. Ses recherches portent sur l’histoire des femmes, de la consommation et de la noblesse. Parmi ses récentes publications, citons : « La femme, maîtresse de maison ? », Histoire, économie etsociété, 2009/4, p. 21-34 ; « Une princesse et son livret de comptes : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803) », dansEntre mémoire et histoire : écriture ordinaire et émergence de l'individu, éd. par Nicole Lemaitre et Sylvie Mouysset (édition électronique), 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009, p. 295-305 et « Une appartenance ténue à la cour de France, Marie-Fortunée d’Este princesse de Conti (1731-1803) », Temporalités, n°6/2009, n° spécial « Figures d’appartenance »,dir. parMichel Cassan et Paul D’Hollander, p. 135-148.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page