Skip to navigation – Site map
Vestiaire royal et vestiaires aristocratique en France au XVIIIe siècle

Administrer le vestiaire royal. Entre drap de Sedan et fleurs artificielles, les Menus Plaisirs et le vêtement à la cour de France du XVIIIe siècle

Pauline Lemaigre-Gaffier

Abstracts

The « Menus Plaisirs » Administration and Royal Clothing in the 18th century French Court - Implied as much in the financial and accounting management of the French Royal Household as in the material arrangements of the ceremonies, the “Menus Plaisirs” administration played a key part in the court life the ritualization of which was essential to the monarchy representation system. They contribute to every kind of clothing practices due to court appearances rules. From the king’s wardrobe financing to his servants and actors’ clothing, the “Menus Plaisirs” administration was indeed responsible of a large range of supplies. These ones were as diversified as the administration’s attributions and reflected the whole structure of the court society. In this paper, I intend to explore the material court culture and the Old Regime institutions’ spirit through the part the “Menus Plaisirs” administration played in court dressing. First of all, by analyzing the association between the Wardrobe and the Menus Plaisirs, secondly, by studying the clothes they produced between court and city, and, finally, by showing which contradictory principles were conducting their management.

Top of page

Full text

  • 1  État de la France, Paris, David, 1749, p. 278.

Le Grand-Maître de la Garderobe fait faire tous les habits ordinaires du Roi ; mais les Premiers Gentilshommes de la Chambre ordonnent aux Intendans et Contrôleurs de l’Argenterie et menues affaires de la Chambre, de faire faire le premier habit de chaque deuil, et les habits par extraordinaire, comme quand il y a bals, balets, mascarades, carousels, tournois et autres divertissemens.1

  • 2  Journal inédit du duc de Croÿ (1718-1784), Paris, 1907, t. III, p. 187.

Toutes ces couronnes, tous ces habits majestueux font très bien autour du trône,
mais la décoration était un peu théâtrale.2

  • 3  Frédérique Leferme-Falguières, Les Courtisans. Une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Pari (...)
  • 4 Daniel Roche, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement xviie-xviiie siècles, Paris, Le S (...)
  • 5  Grâce aux premières exploitations d’une base de données constituée par sondages dans les états de (...)

1Du deuil et des fêtes de cour évoqués dans l’État de la France au sacre de Louis XVI dépeint par le duc de Croÿ, les Menus Plaisirs apparaissent au xviiie siècle en filigrane de toutes les déclinaisons du « cérémonial royal »3. Ils comptent parmi les principaux artisans de la vie de cour, de son organisation matérielle à sa gestion comptable et financière, et sont impliqués, du fait de leurs compétences, dans la production du vestiaire d’une société aulique dont le souverain voulait faire le reflet de son royaume. À partir des perspective ouvertes par Daniel Roche à la compréhension de la « culture des apparences », enrichies depuis par diverses études sur les milieux curiaux, notamment autour des concepts de splendeur, de service et d’identité4, c’est une analyse de l’économie et de la culture matérielle des usages de cour que l’on propose, en l’articulant à une réflexion sur l’esprit des institutions d’Ancien Régime. Les Menus Plaisirs constituent en effet un observatoire des diverses facettes des pratiques vestimentaires de la cour de France, telles qu’elles ont pu être produites par l’appareil d’État, à travers l’administration curiale5.

  • 6  Maurice Aymard et Marzio Romani (dir.), La Cour comme institution économique, Paris, éd. de la MSH (...)
  • 7  Voir notamment Élisabeth Lalou et Benjamin Suc (éd.), Ordonnances de l'hôtel du roi, Orléans, Inst (...)
  • 8  Frédérique Leferme-Falguières, Le Monde des courtisans. La haute noblesse et le cérémonial royal a (...)
  • 9  La titulature officielle des Menus au xviiie siècle est en effet « l’administration de l’Argenteri (...)
  • 10  Voir L. Douët d’Arcq, op. cit., p. I-LVI ; Élisabeth Lalou, « Le fonctionnement de l’hôtel du roi (...)
  • 11  Sur la Garde-Robe, voir État de la France, op. cit., p. 301 ; F. Leferme-Falguières, op. cit., p.  (...)

2À l’époque moderne, s’est développée à la cour du roi de France une organisation matérielle et administrative sophistiquée, à même de prendre en charge de lourdes opérations de logistique, d’approvisionnement et de redistribution6. Cette machinerie s’est mise en place par accumulations successives depuis le xiiie siècle, sans que se dégage ce que l’on qualifierait aujourd’hui d’« organigramme ». Si la réalité matérielle de la garde-robe royale est attestée par toutes les ordonnances de l’hôtel médiévales et que l’existence de « valets de robe » est connue depuis le règne de Philippe le Hardi, le service de la Garde-Robe, à l’instar du Garde-Meuble, ne s’est complètement institutionnalisé qu’au cours des xvie et xviie siècles7. La création par Louis XIV, en 1669, de la charge d’un Grand-Maître de la Garde-Robe placé au-dessus des deux maîtres, parachève ce processus8. L’Argenterie, service dont les Menus ont conservé le nom et partie des fonctions dans la structure devenue la leur au xviiie siècle, a au contraire pris forme dès le début du xive siècle9. Créée pour superviser la gestion financière et comptable de l’habillement et de l’ameublement du roi, cette émanation de la Chambre participait aux achats d’étoffes et aux négociations avec les fournisseurs. Plus qu’une caisse, c’était une institution destinée à coordonner des agents et leurs actions10. S’éclaire ainsi le processus institutionnel qui aboutit à la fin du xviie siècle à la coexistence de trois entités, Menus Plaisirs, Garde-Robe et Garde-Meuble. Les Menus ayant conservé la mainmise sur des opérations administratives, financières et matérielles ressortissant à l’habillement et à l’ameublement royal, il est impossible au xviiie siècle d’identifier strictement ces attributions, toutes confiées au Moyen Âge aux soins de valets de chambre, avec les seuls Garde-Robe et Garde-Meuble. Ces services, qui leur furent explicitement dédiés à la fin du xviie siècle, gardaient trace de leurs origines, même après avoir acquis indépendance et prestige11. Les Premiers Gentilshommes de la Chambre avaient effectivement conservé la préséance sur les officiers supérieurs placés à leur tête et continuaient notamment d’exercer leur pouvoir par le biais de l’administration des Menus Plaisirs qu’ils supervisaient. Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, les Menus Plaisirs se trouvaient donc encore impliqués dans la gestion de la garde-robe du souverain, entendue à la fois comme service domestique, comme espace et comme vestiaire. L’explicitation du partage entre habillement ordinaire, confié au Grand-Maître de la Garde-Robe, et habillement extraordinaire, confié aux Premiers Gentilshommes et aux Menus Plaisirs révèle ainsi une synergie administrative, comptable et matérielle.

3Au-delà, c’est l’originalité d’une institution participant à la fois à l’habillement du roi, de ses courtisans et de ses serviteurs que nous tâcherons ici de mettre en valeur. Au prisme des Menus Plaisirs, le « vestiaire royal » comprend en effet autant l’habillement du roi que celui des différents acteurs du « cérémonial royal » : leurs pratiques s’inscrivent dans le cadre d’une production vestimentaire essentielle au fonctionnement spectaculaire de l’ensemble du microcosme curial. Il s’agira donc de situer la culture matérielle propre au vestiaire royal dans tout un agencement institutionnel, tant administratif et comptable que symbolique et cérémoniel. C’est pourquoi il est nécessaire de commencer par mettre au jour la genèse et la persistance de l’intégration financière et gestionnaire des Menus Plaisirs et de la Garde-Robe (I) pour analyser les formes concrètes et la signification rituelle de l’intervention des Menus Plaisirs dans l’habillement du souverain et, indissociablement, de certains des membres de la famille royale (II). La spectacularisation à laquelle contribuaient les Menus justifie de s’intéresser ensuite à la manière dont ils habillaient certains des serviteurs du roi (III). Les choix effectués par les Menus Plaisirs tant pour l’habillement du souverain que de ses serviteurs dénotent une interaction entre les formes de la vie de cour et le processus de construction d’une véritable organisation pour la régir : ce sont ces principes que l’on tentera de synthétiser pour achever cette traversée des apparences auliques (IV).

Les Menus Plaisirs, bailleurs de fonds de la Garde-Robe : une explicitation historique et comptable des formes institutionnelles du vestiaire royal (xvie-xviiie siècles)

4C’est au xvie siècle que se mettent en place des pratiques financières et comptables maintenant la Garde-Robe dans la dépendance des caisses de l’Argenterie et des Menus Plaisirs dont les Premiers Gentilshommes de la Chambre étaient les ordonnateurs et dont le contrôle commun est au fondement de la construction de l’administration des Menus. Elles resteront en vigueur jusqu’à la fin de l’Ancien Régime en dépit de l’autonomisation de la Garde-Robe.

  • 12  La charge de Premier Gentilhomme de la Chambre a été créée sous le règne de François Ier. Voir Éta (...)
  • 13  Tous ces documents, nécessaires à l’authentification juridique des opérations financières et compt (...)
  • 14  La charge de contrôleur préfigure celle d’« intendant contrôleur de l’Argenterie, Menus, Plaisirs (...)
  • 15  État de la France, Paris, David, 1749, p. 237 et 290.
  • 16 État de la France, Paris, David, 1736, p. 299-301.

5Soucieux de se présenter à travers ses commensaux comme l’ordonnateur suprême de ses dépenses, Henri II fit ordonner les dépenses assignées sur les caisses de l’Argenterie et des Menus par les Premiers Gentilshommes de la Chambre12. Ceux-ci en signaient les « états », nécessaires à la remise de fonds par le trésorier de l’Épargne aux trésoriers de l’Argenterie et des Menus, ainsi que les « rôles de paiement » autorisant les opérations de ces derniers13. Dès lors, les Maîtres de la Garde-Robe, chargés de faire faire les habits du roi payés par l’Argenterie, revendiquèrent le droit de participer à ce processus d’ordonnancement, concurremment avec les Premiers Gentilshommes, et d’encadrer la participation administrative et matérielle du contrôleur de l’Argenterie à leur action14. En instituant la charge de Grand-Maître de la Garde-Robe, Louis XIV aurait donc pu doter ce service d’une caisse payeuse spécifique. La Garde-Robe en resta pourtant dépourvue, sans doute afin d’enrayer la prolifération des caisses, jugée propice à l’inflation des dépenses : flux financiers et opérations comptables restèrent donc intégrés au système administratif et comptable des Menus Plaisirs.L’État de la France mentionne ainsi le rôle de leur intendant « pour toutes les dépenses de la Chambre & de la Garderobe, & autres employées sur les états de l’Argenterie et des Menus », dont il rappelle que les Premiers Gentilshommes de la Chambre sont les « seuls ordonnateurs »15 ; il ne signale au contraire aucune attribution d’ordre financier parmi les prérogatives du Grand-Maître de la Garde-Robe16.

  • 17  C’est-à-dire l’enregistrement par l’intendant contrôleur des quittances reçues des marchands par l (...)
  • 18  AN, O1 2815.
  • 19  AN, O1 2822, f° 50 r° et 37 v°.
  • 20  « Privilège du Grand Maître de la Garderobe du roy de faire deux privilegiez dans chaque corps d’A (...)
  • 21  « Ordonnancer », en comptabilité publique moderne, signifie « ordonner » d’un point de vue comptab (...)
  • 22  Voir les Mémoires de Saint-Simon (Paris, Hachette, édition Boislile, t. 41, 1928, p. 317-319) : «  (...)

6Les pouvoirs financiers de ce dernier furent néanmoins renforcés par rapport à ceux dont jouissaient les Maîtres de la Garde-Robe. Parallèlement, l’intendant contrôleur de l’Argenterie et des Menus Plaisirs perdit complètement les attributions qu’il avait héritées de l’hôtel médiéval en matière de relations avec les fournisseurs chargés de l’habillement ordinaire du roi. La transformation des registres de contrôle de l’Argenterie témoigne clairement de cette double évolution17. Dans celui de 1667, les dépenses relatives à l’habillement ordinaire du roi font encore apparaître sous des items détaillés les différents artisans « fournissant la Garderobbe » en étoffes, accessoires et ornements18. Dans celui de 1685, hormis trois paiements aux « tailleurs valets de chambre » pour « fourniture et façons d’habits de Sa Majesté », ne figure que la somme globale de 28 000 livres tournois « pour les quatre quartiers de la garderobe de Sa Majesté »19. En application des dispositions de 1673, enjoignant aux trésoriers de l’Argenterie et des Menus Plaisirs de ne payer « aucune chose concernant les dépenses de ladite Garde-Robe qu’audit sieur Grand-Maître d’icelle et sur ses simples quittances »20, un système de mise à disposition de fonds s’était donc substitué au fonctionnement antérieur. D’objets manipulables et descriptibles, les fournitures pour la Garde-Robe se sont par conséquent désincarnées en montants abstraits dans la documentation comptable des Menus. Or ces « contre-rôles » constituent le miroir des « rôles » que signaient encore les Premiers Gentilshommes de la Chambre pour autoriser les trésoriers à payer les articles qui y étaient enregistrés. Ils attestent donc l’impossibilité où se trouvaient les Premiers Gentilshommes de se mêler de fournitures qu’ils ordonnançaient encore mais n’ordonnaient plus21. Sans leur signature, la validité juridique de dépenses dont ils n’« arrêtaient » pourtant plus les « états » était nulle : ils conservaient ainsi malgré tout un pouvoir significatif sur des objets et des opérations qu’ils ne supervisaient d’aucune autre manière22.

  • 23  Les dépenses ordinaires étaient reconduites à l’identique d’une année sur l’autre par des « états (...)
  • 24  Voir AN, O1 2829, f° 4 r°-12 v°. Voir également AN, O1 3095 (relevés de la dépense ordinaire, 1760 (...)
  • 25  Telles que « les soies et façons » du tailleur de la Garde-Robe ou le savon du l’empeseuse et du l (...)
  • 26  Voir par exemple AN, O1 830, 507-508 (1767) ; O1 834, 216-217-229 (1777) ; O1 835, 340 (1782) ; O1 (...)
  • 27  Voir AN, O1 834, 233 : « En conséquence de la décision du Roy que vous m’avez fait l’honneur de m’ (...)
  • 28  Ainsi que l’attestent en creux les ordonnances royales de paiement pour la Maison du Roi.
  • 29 Ce font de supplément était d’un montant de 36 000 livres tournois également, il fut dès lors versé (...)

7Ce système fut renforcé lors de la mise à jour de la catégorisation des dépenses « ordinaires » et « extraordinaires » des Menus Plaisirs en 176023. Les Premiers Gentilshommes de la Chambre arrêtaient les états de dépenses extraordinaires, explicitement présentées comme l’expression de leurs compétences, mises en œuvre par l’administration des Menus Plaisirs. Arrêtées par le Secrétaire d’État de la Maison du Roi, les dépenses ordinaires étaient pourtant relatives au service de la Chambre, puisqu’elles concernaient la rétribution de ses officiers et le financement de ses organes annexes – la Faculté, la Musique et la Garde-Robe, lesquelles tendaient donc à échapper à leur autorité24. C’est sur ces états ordinaires qu’étaient payés une partie des droits, rétributions et fourniture du personnel de la Garde-Robe25 mais aussi les fonds « ordinaires » mis à la disposition du Grand-Maître et du Maître de la Garde-Robe en exercice. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, ces fonds s’élevaient à 36 000 livres tournois et faisaient systématiquement l’objet de dépassements26. Ce n’est cependant qu’après avoir arrêté les comptes de ses dépenses que le Grand-Maître de la Garde-Robe pouvait solliciter le versement de nouveaux fonds par le Trésor Royal et se faire rembourser des sommes qu’il avait entretemps avancées par l’intermédiaire de son propre trésorier, qui n’était pas un officier royal27. Les fonds supplémentaires lui étaient versés sans la médiation de la caisse des Menus Plaisirs28 : ils échappaient donc à toute forme de taxation, voire de contrôle. C’est sans doute ce qui explique que le fonds de « supplément » institutionnalisé en 1770, fut intégré à la dépense ordinaire des Menus29.

  • 30  Laquelle tournait autour de 100 000 livres tournois (voir AN, O1 820, 211).
  • 31 Recueil des édits et déclarations du Roi concernant les Offices d’Intendants, Controleurs & Tresori (...)
  • 32 La réforme de la Maison du Roi par Necker avait en effet réduit les prérogatives des grands commens (...)
  • 33  Dans une lettre de Papillon de La Ferté à Loménie de Brienne (AN, O1 2809, 30 avril 1788), qui l’u (...)

8Au final, transitaient donc par ce circuit les seuls fonds garantis a priori à la Garde-Robe et qui en représentaient à la fin de l’Ancien Régime plus de la moitié de la dépense moyenne30. Or les Premiers Gentilshommes de la Chambre en signaient toujours les rôles de paiements délivrés au trésorier, dont l’intendant des Menus contrôlait les quittances31. De même, lorsque les dépense de la Maison du Roi furent globalement ordonnancées par un « bureau général des dépenses de la Maison du Roi » et payées par un Trésorier général de la Maison du Roi, les dépenses de la Garde-Robe restèrent agrégées à celles du département des Menus Plaisirs, qui, de caisse payeuse, étaient devenus une catégorie comptable32. L’association gestionnaire de « l’Argenterie, Menus Plaisirs et Garde-Robe »33 et leur intégration documentaire, comptable et financière fut ainsi confirmée jusqu’à la dissolution de la Maison du Roi pendant la Révolution française.

Ordinaire, extraordinaire, spectaculaire : les Menus Plaisirs, administrateurs et producteurs du vestiaire royal

9Intégrant la dépense ordinaire de la Garde-Robe à leur circuit comptable, les Menus fournissent également le vestiaire royal dans le cadre des opérations matérielles qu’ils conduisent. Administration en charge des temps forts de la vie de cour, ils n’en contribuent pas moins aussi aux fournitures nécessaires au quotidien du souverain, et non seulement aux vêtements de cérémonie du roi et de la famille royale. Ce cumul d’attributions amène donc à revenir sur la signification fonctionnelle et rituelle du partage des tâches entre les deux héritiers de l’Argenterie médiévale qu’étaient les Menus et la Garde-Robe. Au-delà de l’imbrication comptable, ce sont la plasticité de la Maison du Roi, la flexibilité du cérémonial et la spectacularisation du corps et du vêtement du souverain qui sont en jeu.

  • 34  Pour une description du point de vue de l’histoire de l’art, voir Raphaël Mariani, Le Rôle des Men (...)
  • 35  Il s’agit du tapis de table où l’on dépose les objets de toilette, de certains de ces objets qui s (...)
  • 36  Bourses et rubans, entretien des dentelles, robes de chambre, pantalons de lit… mais aussi les piè (...)
  • 37  Le linge de lit et de toilette était d’ailleurs rangé au même endroit que le linge de corps (R. Ma (...)
  • 38 Ibid., p. 373.

10Quant aux fournitures quotidiennes pour le roi, il s’agit avant tout des éléments de la toilette, du linge et de quelques vêtements de dessous et d’intérieur34. À la « toilette ordinaire du souverain »35, au « linge de la Chambre et des bains », qui constituent des catégories comptables à part entière, à l’aune de leur importance institutionnelle et rituelle, s’ajoutent divers objets classés parmi les « menues fournitures de la Chambre »36. Les Menus ont en fait perdu l’essentiel du linge de corps au profit de la Garde-Robe, mais conservé le linge de lit et de toilette au détriment du Garde-Meuble. Ce « gros » linge, séparé de l’ameublement, associé à la fourniture par les Menus Plaisirs des vêtements « extraordinaires », du linceul du roi et des « toiles de la Cène » distribuées le Jeudi Saint, placé sous la responsabilité du Premier Gentilhomme de la Chambre, se trouve en quelque sorte transfiguré en « menu » linge, apparenté comme l’habillement à des dépenses « en la personne du roi »37. Un valet de chambre ne devait-il d’ailleurs pas demeurer toute la journée auprès du lit du roi, comme s’il veillait son corps38 ?

  • 39  Sur les armoires, fournies au moins partiellement, voir par exemple AN, O1 2886, États de dépenses (...)

11À une autre échelle, les Menus pourvoient au fonctionnement matériel quotidien de la garde-robe, au double sens de lieu de conservation et de corps d’officiers préposés aux habits du roi. Ils touchent au plus sacré comme au plus prosaïque, puisqu’ils s’occupent des armoires, coffres, portemanteaux et nécessaires utilisés pour le rangement et le transport des vêtements du roi, des housses les protégeant, notamment lors du transfert de la « garde-robe aux habits » à la chambre de parade, mais aussi du mobilier utilisé par les officiers de la Garde-Robe, notamment les lits de veille des valets et des garçons, et, enfin, de l’entretien courant de tous ces objets39. Ces fournitures étant assurées par des officiers de la Chambre, au premier chef les valets de chambre tapissiers, et non par des officiers de la Garde-Robe, il est logique qu’elles relèvent de la responsabilité des Premiers Gentilshommes et de l’administration des Menus Plaisirs. Toujours à mi-chemin entre la Garde-Robe et le Garde-Meuble, à la fois « en » et « hors » la personne du roi, les Menus se chargent donc moins des vêtements que de la logistique visant à les mettre à la disposition du souverain, ce qui les place malgré tout dans l’intimité de celui-ci et au cœur du dispositif du service domestique.

  • 40  AN, O1 1042, 138, « Mémoire pour les Premiers gentilshommes de la Chambre au sujet du deuil ». (...)
  • 41  Sont fournis lors des trois deuils de 1762 des « habits complêts avec chapeaux, épées, ceinturons, (...)
  • 42  Officiers de la Chambre, officiers des cérémonies, dauphin et autres Enfants de France dépourvus d (...)
  • 43  Pour le sacre, les Menus fournissent notamment les manteaux et couronnes des pairs laïcs, associés (...)

12Le processus de délimitation des compétences des Menus Plaisirs a donc eu pour but de préserver l’unité originelle de la Chambre. Celle-ci est d’ailleurs pleinement reconstituée dans les circonstances dites « extraordinaires » lors desquelles Premiers Gentilshommes et Menus Plaisirs retrouvent auprès du roi les fonctions de l’Argenterie médiévale. Dans tous les temps forts du « cérémonial royal », « il y a cela de singulier [que les Premiers Gentilshommes de la Chambre] font cesser […] les fonctions de plusieurs autres charges »40. Lors des prises de deuil ou du sacre, les Menus fournissent au roi tant ses vêtements de dessus, « habit complet » pour le deuil, camisole, tunique, dalmatique et manteau royal pour le sacre, que tout son linge de corps41. Cet élargissement de leurs compétences se traduit aussi par celui des bénéficiaires de leurs fournitures, en fonction de leur proximité au souverain et à l’administration42, ou de l’importance de leur rôle dans la cérémonie – les pairs laïcs et ecclésiastiques lors du sacre, les princes et princesses du deuil ainsi que les cortèges de pauvres lors des funérailles royales et princières43.

  • 44  Ainsi lors de la naissance de Madame Sophie en 1786, Delaroue fournit pour les Menus Plaisirs « un (...)
  • 45  Voirpar exempleAN, O1 3252, f° 17, f° 12 et 17 (en 1747 et 1745). Voir aussi le cas du mariage du (...)
  • 46  AN, O1 3045, 130.

13Dans le cadre de la liturgie dynastique qui se déploie à Versailles, les Menus prennent aussi en charge le corps des princes lors de leurs baptêmes, mariages et funérailles. C’est ainsi que les marchands chargés de la toilette et des linges royaux fournissent aussi bien les « tavaïoles » utilisées pour présenter le corps d’un Enfant de France à sa naissance que les linceuls des membres de la famille royale44. Lors d’un mariage princier, les Menus font faire « un voile d’étoffe d’argent pour couvrir la tête des mariés » ainsi que l’anneau et la corbeille de bijoux offerte à l’épousée45. De même qu’ils restaurent ou fabriquent regalia et pièces d’honneur pour le sacre46, ils sont en ces circonstances les artisans des instruments nécessaires à l’accomplissement d’un rituel qui garantit la pérennité de la dynastie et de la majesté royale. Le temps est alors suspendu, l’histoire remémorée à travers le rétablissement d’anciennes prérogatives et tous les membres de la famille royale assimilés au corps du roi, la mystique du sang dynastique s’incarnant dans une matérialité commune.

  • 47  F. Leferme-Falguières signale que des costumes « à l’antique » furent utilisés pour les pairs laïc (...)

14Considérée sous l’angle des pratiques cérémonielles, la coproduction du vestiaire royal par les Menus et la Garde-Robe révèle en outre un véritable travail de différenciation entre l’habit de cérémonie et l'habit ordinaire. Le vestiaire masculin ne comportait pas d’équivalent du « grand habit » féminin, mais de spectaculaires tenues anachroniques, notamment des manteaux revêtus lors du sacre, des cérémonies de l’ordre du Saint-Esprit et des cérémonies funèbres47. Or le roi les faisait fournir par les Menus Plaisirs, pour lui-même ou pour les membres de la famille royale et ses courtisans jouant un rôle éminent dans ces cérémonies. La distinction institutionnelle de l’habillement du roi entre « ordinaire » et « extraordinaire », que consacrait l’autonomisation de la Garde-Robe vis-à-vis de l’Argenterie et des Menus, aboutit donc à l’attribution à ces derniers de ce que le vestiaire royal comportait de plus spécifiquement cérémoniel.

  • 48  Lors du mariage du duc de Bourgogne, en 1697, les Menus ne fournirent pas l’habit de noces du prin (...)
  • 49 Il fut alors établi que la répartition des fournitures suivrait l’ordre habituel des compétences du (...)
  • 50  Voir AN, O1 3252, f° 17. Pour l’exemple du mariage du comte de Provence, voir AN, O1 2895, 17e éta (...)
  • 51 Journal inédit du duc de Croÿ…, op. cit., t. III, p. 396.
  • 52  Notons que lors de ces mariages, les Menus habillent le personnage principal de la cérémonie, inca (...)
  • 53  AN, O1 3252, f° 17 et f° 27. De même dans les copies des états des mariages de 1745 et 1747 (O32 (...)
  • 54  Voir Hervé Pinoteau, « Le roi et la reine de France en majesté », dans Fastes de cour et cérémonie (...)
  • 55  Voir AN, O1 2806, f° 37 v° : « Les dépenses du Sacre qui regardent les Menus et telles qu’elles on (...)
  • 56  Voir par exemple AN, O1 834, 2. Voir également M. Chiozzotto, op. cit., p. 140-141.
  • 57  Jacques Le Goff, « Reims, ville du sacre », dans Les Lieux de mémoire, t. II. La Nation, dir. par (...)

15À l’origine, les Menus n’étaient donc pas censés fournir les habits de noces du roi ou des Fils de France puisqu’ils n’étaient pas codifiés48. À rebours des décisions prises lors du mariage de Louis XV49, une inflexion se fit cependant au cours du xviiie siècle, puisque les Menus habillèrent son fils lors de son premier mariage en 1745, puis ses trois petits-fils, entre 1770 et 1773. Ces princes se marièrent dans des tenues composées d’un « pourpoint, manteau et haute chausse [ou trousse] de tissu d’or »50, comparables à l’habit de novice de l’ordre du Saint-Esprit, taillé dans du drap d’argent mais du même style archaïsant hérité du xvie siècle. En 1770, le duc de Croÿ évoque ainsi le futur Louis XVI, « dans le bel habit de l’ordre du Saint-Esprit, en réseau d’or »51. Le port de cette tenue rapproche à nouveau les mariages princiers du sacre royal, au lendemain duquel le souverain revêtait la grande tenue de l’ordre qu’il réunissait en grande pompe. Par sa fourniture, les Menus Plaisirs s’exhibent en artisans majeurs de la construction d’un cérémonial royal imbriquant étroitement rituels d’État, liturgie dynastique et étiquette de cour dans ses dispositifs symboliques et matériels52. Le xviiie siècle vit donc l’accentuation du caractère rituel des mariages princiers, ce qui en fit un enjeu entre Premiers Gentilshommes de la Chambre et Grand-Maître de la Garde-Robe. En témoignent les recherches, effectuées en vue du mariage de 1770 par les administrateurs des Menus, sur les doubles noces du dauphin précédent. En 1745, « M. le Duc de Richelieu [Premier Gentilhomme de la Chambre] a fait faire au Premier mariage de feu Monseigneur le Dauphin l’habit de cérémonie de drap d’or, à grands ramages, la trousse et le manteau de même garni de rezeau d’or… », tandis qu’en 1747, « Monseigneur le Dauphin ne se mariant point en pourpoint, M. le Grand Maître de la Garderobbe fit faire un habit de noces, c’est un habit et manteau, comme le jour des Processions des chevaliers de l’ordre »53. On peut supposer que le dauphin ne revêtit alors que le costume simplifié de l’ordre du Saint-Esprit, institué par Louis XIV tant pour les chevaliers déjà reçus que pour le souverain lors de certaines cérémonies se tenant à Versailles54. Or si les Menus étaient chargés de l’habit de l’ordre porté par le roi le lendemain de son sacre55, c’est la Garde-Robe qui se chargeait de l’habit qu’il revêtait lors des cérémonies se déroulant à la cour56. Le partage des attributions entre Menus et Garde-Robe exprimait donc une cohérence liant temporalités du cérémonial et formes du vêtement, mais aussi son paradoxal corollaire, la possibilité de moduler le degré de solennité conféré aux circonstances. Chargés quant à eux de la reconstitution des tenues anachroniques à même de rendre visible l’« histoire immobile »57 de la monarchie, les Menus contribuaient en tout état de cause à instituer du rituel par la production de costumes spectaculaires, propres à mettre en scène la différence entre le roi et ses sujets, entre la cour et la ville.

  • 58  Les robes de chambre fournies par les Menus étaient ainsi réalisées par des artisans également au (...)
  • 59  R. Mariani, art. cit., p. 36.
  • 60  AN, O1 3076/B, 1786, 10e état, « Voyage de Cherbourg ». Sur les couleurs en usage dans le vestiair (...)
  • 61  En 1777, les états décrivent une « étoffe d'or semblable à celle du dessus de la toilette et de la (...)

16Dans la mesure où la vie de cour tout entière se pensait comme un cérémonial, c’est cependant l’ensemble du vestiaire royal qui aurait pu se concevoir sur le mode rituel. De cette tension entre permanence et gradation dans la ritualisation, il résultait une fluidité certaine de compétences entre Menus et Garde-Robe. La robe de chambre royale constitue à cet égard un objet frontière et un révélateur. C’est en effet la Garde-Robe qui fournissait les deux robes de chambre portées par le roi lors de son lever public : c’est alors elle qui contribuait à la distinction de l’habillement royal, certes par la seule magnificence et non par le recours à des formes spécifiques. Inversement, les Menus fournissaient certaines des robes de chambre que le roi revêtait en son particulier. Ce croisement qui voit les deux entités échanger leurs attributions est à l’image de la coexistence à la cour de vêtements ritualisés et de vêtements à la mode. Il reflète aussi la complexité des services domestiques, interconnectés à l’instar d’un organisme, vivante image administrative du corps du roi. La plasticité institutionnelle est en somme le garant de la bonne marche de la Maison du Roi comme de l’équilibre des pouvoirs en son sein. Les objets produits témoignent d’ailleurs non d’une solution de continuité, mais d’une synergie fonctionnelle entre Menus et Garde-Robe, par la mise en commun des fournisseurs comme des choix d’étoffes, de couleurs et d’ornements58. Si les robes de chambre livrées par les Menus Plaisirs sous le règne de Louis XVI étaient généralement de motifs et de coloris assez sobres59, certaines font écho à la bigarrure du vestiaire royal, ainsi d’un « tissu de soie vert rayé cerise et argent broché et glacé » employé en 178660. Quant aux robes de chambre d’étiquette, elles étaient ordonnées par le Maître de la Garde-Robe, qui les payait sur les fonds que le Trésorier des Menus lui délivrait à cet effet : il les faisait faire dans un brocart assorti à celui de la toilette à laquelle pourvoyaient notablement les Menus61. Il y avait ainsi une parfaite imbrication administrative, financière et matérielle dans la production d’un décor faisant de l’espace un prolongement du corps du roi.

  • 62  AN, O1 2865, f° 7 r°-v°.
  • 63  Dentelles et broderies dans la mode française du xvie au xxe siècle, Catalogue de l’exposition au (...)
  • 64  Pauline Lemaigre-Gaffier, « La mise en scène du corps du roi : l’organisation du sacre de Louis XV (...)
  • 65  Rappelons qu’elle fournissait notamment le miroir de la toilette et que ces objets constituaient d (...)
  • 66  Phénomène qui tient aussi à leur rôle de caisse et à l’imputation sur celles-ci de dépenses par ex (...)
  • 67  R. Mariani,  art. cit., p. 34-39.
  • 68  Autre exemple, d’après notre base de données, la corbeille des toiles de la Cène est semblable aux (...)

17On pourrait multiplier les exemples de ces échos entre costumes, objets et décors qu’assuraient les Menus Plaisirs. Avant 1759, ils fournissaient des peignoirs assortis aux toilettes de dentelles ajoutées à celles de brocart62. Au-delà de cette pratique en vogue dans l’aristocratie dès la fin du xviie siècle63, on peut évoquer la mise en harmonie de l’habit de noces princier avec le poêle de drap d’argent utilisé pendant la cérémonie, ou celle des couleurs du décor et des costumes du sacre en 177564. Quelle que soit la part conquise par la Garde-Robe dans le vestiaire codifié ou dans la fourniture des objets de la toilette65, du fait de la ritualisation du quotidien, quelle que soit l’implication des Menus dans l’habillement ordinaire du roi66, ce sont donc bien ces derniers qui étaient du côté du « pur costume », des normes et de la représentation collective, car leur empire s’étendait au-delà du corps physique du souverain, à l’espace du roi et aux individus qui le peuplaient. L’intervention des Menus Plaisirs dans le fonctionnement de la Garde-robe ne peut en effet s’interpréter qu’à l’échelle globale du décor monarchique dont ils étaient les régisseurs. C’est dans ce cadre général qu’elle constitue la voie administrative et matérielle de la spectacularisation du vestiaire royal – exemple parmi d’autres de la mise en scène du corps du roi. Le dais de la Garde-robe, destiné à manifester le caractère sacré des vêtements du monarque67, prend sens par rapprochement avec d’autres dispositifs fabriqués par les Menus – la barrière utilisée lors du grand couvert, les dais surmontant le trône royal et la Sainte-Ampoule lors du sacre ou la représentation funèbre du souverain à Saint-Denis. Investis dans toutes les déclinaisons du cérémonial royal, les Menus produisaient des objets similaires pour les cérémonies religieuses et pour le cérémonial de cour68, participant ainsi à la construction matérielle de la sacralité du corps du roi, dont la théâtralisation permanente exprimait la majesté.

Entre cour et ville, le costume de scène et la livrée

  • 69  Jean Hennequin, Guidon général des Financiers, Lyon, 1595, p. 174. Au xviiie siècle, les Menus fon (...)
  • 70 État de la France, Paris, David, 1749, p. 236.

18Vêtement et décor, espace et corps du roi sont donc indissociables. Le vêtement que portent les domestiques royaux, quelles que soient leurs fonctions, est dès lors intellectuellement, matériellement et financièrement conçu en continuité avec celui de leur maître. Ainsi, le trésorier de l’Argenterie est au xvie siècle « celuy qui paye la façon et achapt de tous les habits du Roy, des pages, Suisses & autres à qui plaist à sadite Maiesté faire don de quelques habillemens »69. De même, au siècle des Lumières, « [c’est] aux Premiers Gentilshommes de la Chambre à faire faire pour le Roi […] tous les habits de Masques, Balets et Comédies, les théâtres et les habits pour les divertissemens de Sa Majesté »70. Au-delà de la famille royale ou des courtisans, ce sont toutes les tenues revêtues par les acteurs de la représentation donnée par la cour qui forment un seul et même spectre, « pur costume » décliné à partir du vestiaire royal. Marqueur de l’identité sociale, le vêtement participe en outre des jeux de circulations entre la cour et la ville. Deux catégories d’agents des opérations des Menus Plaisirs en donnent des manifestations particulièrement significatives : il s’agit, dans un xviiie siècle marqué par la transformation de ce service domestique en organisation administrative mettant la théâtromanie au service de la représentation royale, d’une part des comédiens, et, d’autre part, de leur personnel intégré.

  • 71  Voir Philippe Beaussant et Patricia Bouchenot-Déchin, Les Plaisirs de Versailles. Théâtre et musiq (...)
  • 72  Les Comédiens français et italiens jouissent du titre de « comédiens ordinaires du roi » ; quant a (...)
  • 73  C’est l’expression employée dans les registres des magasins des Menus Plaisirs.
  • 74  AN, O1 2886, États de dépenses 1762, f° 99 r°-v° ; AN, O1 2895, États de dépenses 1771, 10e état ; (...)
  • 75  Guy Spielmann, « Ton prince déguisé se présente à tes yeux : costume d’opéra et spectacle de l’alt (...)

19Dans ce contexte, les costumes conçus pour les comédiens des théâtres privilégiés, venant régulièrement de Paris donner à la cour représentations dramatiques et lyriques, peuvent donc être considérés comme une extension de la garde-robe princière. Si le roi ne dansait plus et ne jouait pas la comédie en public71, les « habits de théâtre » que portaient ses gens72 étaient considérés comme des « effets » lui « appartenant »73. Cette paradoxale extension du vestiaire curial entretenait avec celui-ci une étroite parenté matérielle, formelle et symbolique. Les mémoires des fournisseurs évoquent ainsi paniers, « bas de jupe », « tours de gorge », « corps » et autres accessoires obligés comme les talons rouges74. Le jeu d’analogies entre espace scénique et espace curial, propre aux usages vestimentaires du théâtre de l’époque moderne, se voyait donc mis en abyme par sa représentation sur les scènes de Versailles et de Fontainebleau. Le procédé, qui devait susciter l’émerveillement, se renforçait alors de la volonté d’exhiber la majesté royale par la magnificence d’un spectacle dont les costumes étaient une part essentielle du dispositif matériel75.

  • 76  Il est fait mention de transformations et de raccommodages dans les mémoires des fournisseurs de 1 (...)
  • 77  Sur la part des créations, voir AN, O1 3266 où figurent notamment des récapitulatifs des costumes (...)
  • 78  Le blanc domine, mais les mémoires des fournisseurs égrènent toutes les teintes de bleu, de vert ( (...)
  • 79  Ce sont les mêmes marchands d’étoffes qui fournissent le roi et ses comédiens, notamment les fameu (...)
  • 80  Les velours coûtent de 20 à 30 livres tournois l’aune. Les taffetas coûtent en général entre 5 et (...)
  • 81  Les bouquets de plumes sont fabriqués et entretenus, vendus ou loués par les mêmes « panachers » ( (...)
  • 82  Tel ou tel accessoire permettant d’identifier immédiatement tel ou tel type de personnages (voir M (...)
  • 83  Marc Bascou, « De brillants symboles de la monarchie absolue », Fastes de cour et cérémonies royal (...)
  • 84  En 1786, 41% des biens achetés ou fabriqués pour l’usage des spectacles et des bals relève de la c (...)
  • 85  AN, O1 3180-3203, 3236-3237. Ces prêts démontrent l’originalité et la somptuosité de ces costumes (...)

20À la cour comme à la ville, le réemploi est la règle76. Les Menus créent cependant chaque année de nouveaux costumes dans les étoffes communément employées dans les vêtements portés à la cour77. Une palette dont les tons éclatants se combinent au chatoiement de la gaze, des rubans de soie, des ornements rappelle même les vêtements commandés pour Louis XV78. Parmi les fournitures faites pour le roi et pour ses comédiens, celles qui sont comparables ne se distinguent d’ailleurs guère par leurs fournisseurs, partiellement communs, ou leur valeur79. On observe en revanche une sélection opérée au sein des types d’étoffes et de matériaux qui reproduit la frontière que les lois somptuaires s’étaient évertuées à tracer. Sont donc absents les velours et les draps les plus travaillés et, surtout, les étoffes d’or et d’argent ainsi que les dentelles les plus raffinées. Si l’on trouve des velours, de la moire ou même du brocart et des dentelles communes, l’essentiel des étoffes fournies sont en effet des taffetas d’Angleterre et d’Italie, des satins et des toiles diverses80. Les prix à l’aune sont quasi exclusivement inférieurs à 20 livres tournois, les taffetas tournant autour de 10 livres, les toiles de 5 livres. De même, les habits de théâtre sont teints et imprimés plutôt que fabriqués dans des étoffes façonnées ; ils sont aussi fréquemment ornés de chenilles et non exclusivement brodés de paillons et paillettes, ceux-ci étant généralement d’or et d’argent faux comme la plupart des autres ornements (galons, cordons, boutons). Ces vêtements prennent enfin leur dimension spectaculaire par leur association avec des perruques et postiches, des pierreries d’imitation, des panaches et plumes mais aussi des fleurs artificielles utilisées par centaines chaque année81. Cette abondance d’accessoires tient étroitement aux nécessités scéniques et à la codification spectaculaire des personnages82 : leur emploi et le recours au factice ne sont pourtant pas sans faire écho aux artifices du paraître curial. Les courtisans pratiquent également l’association du vrai et du faux, du précieux et de la fantaisie83 : bien des articles achetés pour les spectacles, même s’ils ne sont pas parmi les plus coûteux des objets commandés par les Menus, sont d’ailleurs des articles de luxe84. C’est pourquoi les Premiers Gentilshommes pouvaient non seulement exhiber fièrement ces costumes mais aussi les prêter tant aux comédiens qui souhaitaient en user sur la scène parisienne qu’à des courtisans qui les revêtaient pour des fêtes particulières85.

  • 86  Notamment parce que les achats, travaux d’impression et de transformation d’étoffes peuvent mêler (...)
  • 87  Cette somme comprend les achats d’étoffes, la façon, l’ornementation des habits mais aussi les rac (...)
  • 88  AN, O1 2895, États de dépenses 1771, 14e état.
  • 89  Un millier d’« habits » en 1762 (AN, O1 3136), près de 2 500 en 1767 (O1 3141), 5 604 en 1786 (O1  (...)
  • 90  M.-J. Kerhoas, art. cit., p. 104. L’intendant des Menus Plaisirs affirme même chercher à faire ven (...)
  • 91  En ce qui concerne les costumes, en 1698 (AN, O1 2830) et en 1727 (AN, O2857), les états de dépe (...)

21Il est difficile d’évaluer les dépenses annuelles pour les costumes des spectacles donnés à la cour86 : on peut les estimer cependant en 1762 autour de 100 000 livres tournois, plus de la moitié de la somme étant consacrée aux achats d’étoffes, à la façon et ornementation des habits neufs87. En 1771, la même somme représente le seul budget des costumes créés pour les fêtes données en l’honneur du mariage du comte de Provence88. Le coût est donc fonction de la hiérarchie des événements de la vie aulique, un mariage princier entraînant des représentations exceptionnelles par leur nombre, l’ampleur de la figuration, de la machinerie, des décors et des costumes, voire par la qualité des matériaux employés. D’une importance cruciale dans la liturgie dynastique et la mise en scène de l’État monarchique, un mariage princier constitue comme le sacre une occasion légitime de solliciter des fonds auprès du Contrôle Général et donc d’investir. De même que le « grand théâtre » de Versailles fut construit en vue du mariage du futur Louis XVI, de même, le fonds des « habits de théâtre » s’accrut notablement du fait des trois mariages de 1770-1773. L’enrichissement constant du fonds en costumes et en accessoires s’inscrit cependant dans un mouvement global qui épouse la théâtromanie du temps tout en ressortissant à un souci nouveau de patrimonialisation89. Celui-ci élève l’usage théâtral du réemploi au rang de procédure administrative, mais s’il est synonyme d’économie et de conservation dans le discours de ses administrateurs90, il se traduit par une augmentation spectaculaire des dépenses pour les costumes et les décors entre le premier et le second xviiie siècle91.

  • 92  La portée même de cette « révolution du costume » a pu être discutée, voir G. Spielmann, art. cit. (...)
  • 93  Conception dont le coût était chiffré (AN, O1 3006, mémoire de Boquet) : 1 678 lt 16 s pour les de (...)

22Les descriptions sèches ou lacunaires des mémoires de fournisseurs et des inventaires ajoutent peu à l’analyse des dessins lorsqu’il s’agit d’évaluer les adaptations de ces costumes aux théories nouvelles du jeu naturel et de la vérité historique92. Les exigences du paraître curial et de la magnificence royale redoublant la nécessaire spécularité des représentations théâtrales en ont indéniablement limité la portée, d’autant que la structure même de l’administration en liait la conception à celle des costumes et des décors des rituels d’État. Louis-René Boquet, inspecteur chargé aux Menus Plaisirs tant des « habits » que des « décorations » pensa aussi bien les costumes du sacre que ceux des Noces de Thétis et Pelée ou Annette et Lubin. La diversification du fonds ainsi que la création de costumes pour telle ou telle pièce93, conservés comme tels dans les magasins, atteste néanmoins de l’assimilation par la cour d’une conception nouvelle de la représentation théâtrale comme une œuvre originale et une composition d’ensemble articulée à l’intrigue de la pièce.

23Institution cherchant à renforcer sa cohésion interne et sa légitimité administrative face aux grands officiers de la Maison du Roi et aux commensaux de la Chambre, les Menus Plaisirs sont, à l’image des spectacles qu’ils organisent, partagés entre la cour et la ville. Autant qu’à Versailles, ils sont implantés à Paris où ils sont en relation constante avec les comédiens, les artistes et les artisans en tout genre qu’ils font travailler pour le roi. Leur présence y matérialise l’existence de la cour sous la forme de lieux, le « magasin », mais aussi de vêtements, ainsi qu’en témoigne le récit d’un « garçon » des Menus Plaisirs, interrogé par la police après être intervenu dans une échauffourée populaire en 1750 :

  • 94  Témoignage cité par Arlette Farge et Jacques Revel dans Logiques de la foule. L’affaire des enlève (...)

Le répondant répond que voyant la fureur de cette populace et le risque que courait le guet, il fut assez imprudent pour s’avancer, ayant l’habit de la grande livrée sur le corps, et ayant ôté son chapeau au sergent, et lui dit : Monsieur le sergent, je viens d’entendre que si vous ne donnez pas satisfaction au public, ils vont vous forcer et vous hacher en pièces ; le sergent dit au répondant : Monsieur, je vous remercie, je vous prie de dire à la populace que nous leur donnerons satisfaction. Le déposant fit une révérence au sergent et s’en allant, il dit à la populace : Monsieur le sergent vient de me dire que vous allez avoir satisfaction, et s’en alla au magasin94.

  • 95  Mathieu Da Vinha, « Les gens de livrée dans la maison civile du roi de France », dans Fastes de co (...)

24Source de considération et d’autorité dans l’espace urbain, la livrée, ou les divers uniformes qui en sont la déclinaison, est aussi essentielle dans l’espace palatial, où elle facilite la circulation en manifestant l’appartenance à la cour, la contribution au service du roi, et, par là-même, l’importance de l’administration des Menus dans le fonctionnement de la Maison95. C’est ainsi que le personnel dévolu à l’opéra de Versailles, qui relevait de la gestion des Menus et se trouvait en fait amené à intervenir dans toutes sortes de manifestations de la vie de cour, portait un vêtement distinctif :

  • 96  AN, O1 825, 353, Arrêt des Premiers Gentilshommes de la Chambre du 22 juin 1771.

Nous ayant aussi été représenté qu’il étoit nécessaire d’attacher audit Théâtre deux ouvriers journaliers pour les réparations, et visites qu’il exigera, nous avons choisi les nommés Lefort et André compagnons menuisiers demeurants à Versailles, et qui travaillent depuis longtems aux Menus à la satisfaction des Entrepreneurs, […] il sera accordé tous les deux ans à commencer du Premier Janvier 1772 auxdits Lefort et André un habit bleu avec les boutons dorés à la marque des Menus pour pouvoir entrer dans les appartemens pour y aider le S. Marlot à monter les balustrades et Barrieres du Grand Couvert.96

  • 97  Concierges et portiers des hôtels des Menus, balayeurs, frotteurs, garçons de théâtre…

25L’habit, qui se fait ici aussi costume, rend visibles les « gens des Menus ». L’administration, qui cherchait à structurer l’organigramme de son personnel, faisait en effet habiller un cercle rapproché d’employés et de titulaires de charges subalternes, dont le nombre ne cessa d’augmenter dans la seconde moitié du siècle97. Habillements d’hiver et d’été faisaient partie intégrante de la rémunération de ces employés dont ils contribuaient à unifier le statut. Au-delà, ils assimilaient à l’administration tous les individus au service des spectacles qu’elle organisait et qui pouvaient être issus d’autres institutions, tels que les théâtres privilégiés, la Musique, la Chapelle ou les Cent-Suisses.

  • 98  Le règlement de 1765 (intégré à un règlement général) est conservé en AN, O1 2809.
  • 99  De belle qualité cependant comme tous les draps issus de cette manufacture : il coûte 18 livres to (...)
  • 100  Leur qualité et leur coût sont d’ailleurs inférieurs à ceux des autres habits des employés des Men (...)
  • 101  La multiplication de ces uniformes empruntant certains des traits du « justaucorps à brevet » (dra (...)

26La fabrication et le coût de l’habit étaient fixés par règlement, afin de refléter clairement la hiérarchisation sociale et fonctionnelle du personnel98. La qualité du drap, drap de Louviers ou drap de Sedan99, la largeur des galons, le matériau des boutonnières (en or ou en soie) et des boutons (dorés ou communs), le port de bas de soie ou de laine, étaient autant de marqueurs du rang occupé au sein de l’administration. Les différents « habillements » conçus pour les « personnes attachées aux Menus » témoignent autant d’une différenciation que d’une proximité entre travail administratif et travail domestique, certains des employés de rang inférieur portant la livrée du roi, « grande livrée » pour les suisses et les avertisseurs, au contact direct des autorités et des courtisans, ou « petite livrée » dénuée de parements pour les portefaix. Le port de la livrée renvoie à une condition ancillaire100 mais constitue une source de prestige, comme en témoignent l’usage de drap « bleu de Roy » pour toutes les tenues, à l’instar de celles des compagnons menuisiers attachés au Grand Théâtre, ou les parements de velours cramoisi des « habits » des aides-garde-magasins, probablement similaires à ceux de la grande livrée101. Que les Menus puissent s’en inspirer et la faire porter leur permet de réaffirmer leurs liens avec l’univers curial, en dépit d’un éloignement socio-topographique croissant.

Une culture matérielle entre ritualisation et gestion de la vie de cour

  • 102  F. Leferme-Falguières, Les Courtisans, op. cit., p. 55-62.
  • 103  Pour le traitement de la base de données, les usagers ont été ainsi distingués : le roi, la famill (...)

27Pour les administrateurs des Menus, tous les individus qu’ils habillent, des commensaux aux employés en passant par les comédiens, forment donc un ensemble « au service des Menus et du Roi ». De même, toutes les fournitures qu’ils achètent ou fabriquent sont, in fine, destinées au souverain. Tous les objets conçus pour l’usage du roi ou des membres de la famille royale sont cependant manipulés par leurs serviteurs, le propre de la vie de cour étant justement de multiplier les intermédiaires entre le prince et les objets102. Dans cette dernière partie, l’objectif sera donc d’utiliser le prisme des pratiques vestimentaires, en  catégorisant fournitures et opérations des Menus Plaisirs en fonction de leurs usagers et des circonstances103, pour éclairer d’un jour nouveau les structures de la vie de cour, les consommations du service qui la prenait matériellement en charge et les principes contradictoires qui travaillaient la mise en œuvre du cérémonial.

  • 104  « D’après les détails donnés, il faut faire attention que dans ces dépenses qualifiées extraordina (...)

28En premier lieu, alors même que le vêtement et le linge représentaient l’essentiel des fournitures et des opérations que les Menus assuraient pour l’usage personnel du roi et de la famille royale, leur part, en termes de dépenses, décroît continûment par rapport à celle des comédiens parmi les destinataires de la production de l’administration en matière de pratiques vestimentaires. L’insistance des administrateurs sur le rôle des Menus dans le service personnel du roi et de la famille royale relève donc d’une stratégie politique et discursive de légitimation de l’institution curiale que le gouvernement comme l’opinion publique soupçonnaient d’être détournée au profit des courtisans104.

29En deuxième lieu, la structure des dépenses, notamment le ratio événements saisonniers / ritualisation du quotidien, demeure relativement stable jusqu’à la fin des années 1780, en dépit de l’accroissement du nombre de représentations théâtrales et de l’introduction d’une nouvelle rubrique comptable, dite « dépenses de la Reine ». Cette stabilité affaiblit donc l’idée d’une désorganisation du cérémonial louis-quatorzien à la fin de l’Ancien Régime, bien que l’on ne puisse confondre la pérennité de la forme et celle de sa performativité.

30Enfin, le poids des dépenses engendrées par l’existence de l’administration elle-même, en vient à dépasser les débours pour le service personnel du roi. Elles augmentent continûment, qu’on les considère sous l’angle de la représentation, ainsi des dépenses vestimentaires tendant à faire du personnel des Menus un groupe identifiable et intégré au milieu curial, ou sous l’angle des usages, ainsi des fournitures leur permettant d’accomplir leurs tâches au service du roi. Apparaissent donc des frais de fonctionnement de plus en plus lourds, qui constituent un élément clef de l’évolution des dépenses.

  • 105  AN, O1 2830, f° 15 r°-17 r°.
  • 106  D. Roche, La Culture des apparences, op. cit., p. 157-160.
  • 107  AN, O1 2806, f° 3 r°- 5 r° (évaluations « communes » et montants du renouvellement de 1780). (...)
  • 108  D. Roche, ibid..

31Si la culture matérielle que donnent à voir les comptes des Menus est donc autant celle d’un hôtel administratif que celle d’un hôtel royal, ces documents n’en permettent pas moins la comparaison entre consommation royale et consommation aristocratique. Le renouvellement annuel, intégral, du linge de lit et de toilette du roi coûtait 6 000 livres tournois en 1698105, tandis qu’en 1700 la part du linge dans le capital vestimentaire d’une maison nobiliaire pouvait en moyenne s’évaluer à 360 livres106. À la fin du xviiiie siècle, les administrateurs des Menus Plaisirs pensent pouvoir assurer la part du « trousseau » royal dont ils sont chargés pour 24 000 livres107. À la même époque, le capital linger d’une maison noble s’élève autour de 1 600 livres, même si la fourniture d’un trousseau peut coûter à la cour jusqu’à 25 000 livres108. S’il est impossible de comparer terme à terme des coûts à l’achat avec des estimations faites après usage, dans le premier cas, ou entre les fournitures faites par les Menus avec un trousseau composé tant de menu que de gros linge, dans le second, il paraît indéniable que le roi était parvenu à maintenir l’écart avec ses courtisans, même si la disproportion s’était atténuée.

  • 109  En 1744, ces « linges des bains » comportent notamment des chemises de bains et des draps de fonds (...)
  • 110  Le renouvellement du linge, annuel dans la première moitié du xviiie siècle, n’eut plus lieu que t (...)
  • 111  N. Coquery, op. cit., p. 34-48.

32La fourniture de linge de toilette et de lit s’est en effet multipliée au cours du siècle : si l’on compare les fournitures des renouvellements respectivement effectués en 1698 et en 1780, on constate une augmentation en quantité et une spécification croissante des linges fournis. Les linges à barbe sont multipliés par six ; des simples « frottoirs » et « linges », on est passé à une déclinaison entre linges d’affaires, linges à rasoir, linges à essuyer et frottoirs pour les mains ; les « grands linges » ont bondi de douze à quarante-huit et ont été intégrés à une nouvelle rubrique, spécifiquement dédiée aux « linges des bains »109. En dépit de la suppression de certains articles, tels que les peignoirs en dentelles, de la diminution de la fréquence des renouvellements et du nombre de certains objets après 1760110, la consommation de la Maison du Roi s’est donc considérablement accrue au cours du xviiie siècle. En accentuant des pratiques anciennes d’« accumulation lingère» (Daniel Roche), un linge immaculé constituant le reflet de la propreté du corps et de l’âme, les Menus visent à améliorer le confort du roi, comme le font alors ses sujets dans toutes les couches de la société, mais aussi à maintenir sa distinction par la quantité, la qualité et la variété des linges fournis. L’équation est il est vrai de plus en plus difficile à résoudre par une administration au service d’un État en crise, dans un pays où les biens sont de plus en plus abondants111.

  • 112  Un tiers seulement de l’effectif dans la seconde moitié du siècle (cette proportion n’étant qu’ind (...)
  • 113  Almanach Dauphin, Paris, 1777 ; Tablettes de Renommée, Paris, 1786 et 1788. Parmi les fournisseurs (...)

33Il y a d’ailleurs une certaine convergence entre consommation royale et consommation aristocratique, d’autant que les Menus diversifient leurs fournisseurs au-delà du cercle des seuls marchands privilégiés112. On y retrouve donc l’élite de la marchandise parisienne qui approvisionne les hôtels aristocratiques et figure dans les almanachs de commerce, tels les marchands d’étoffes Buffault et Le Normand, le gantier Delaporte, les tailleurs Le Duc et Darget, les marchands de drap Labitte et Vanot, le marchand-mercier à l’enseigne du « Singe Vert » ou le miroitier Delaroue113.

  • 114  Deux exemples : les mantes de Mesdames et de leurs suivantes sont d’un aunage différent lors de l’ (...)
  • 115  D. P. J. Papillon de La Ferté, Journal des Menus Plaisirs du Roi, op. cit., p. 280.

34Les objets achetés ou fabriqués, conservés ou mis en circulation par les Menus sont donc soumis à un double processus de hiérarchisation et d’homogénéisation. La hiérarchisation, fonction des événements et des destinataires, s’opère par des jeux sur le recours à tel fournisseur privilégié, sur le coût et la qualité, que l’on peut observer tant dans les cérémonies religieuses telles que le sacre ou les funérailles114 qu’au sein du personnel des Menus. Elle est cependant atténuée par l’exigence de magnificence commune à l’ensemble de l’espace curial et par un processus de rationalisation qui généralise le recours aux mêmes fournisseurs pour tous les types d’usages, profane ou sacré. Le caractère intégrateur du cérémonial royal tendrait donc à mettre tous les objets sur le même plan et à en mécaniser les réemplois. Une veste originellement conçue pour l’un des pairs du sacre fut ainsi utilisée lors d’une représentation théâtrale donnée à Versailles en 1775115.

  • 116  AN, O1 194, f° 18 v°-19 r°.
  • 117  AN, O1 3262, lettre des religieux de Saint-Denis se plaignant à l’intendant des Menus de l’attitud (...)
  • 118  Ce que signale notamment le règlement de 1765 (AN, O1 2809, rubrique « Registres des magasins », a (...)

35La transformation du rapport aux objets produits par l’administration matérialise celle du roi avec ses sujets. En 1725, le Premier Gentilhomme de la Chambre revendiquait la fourniture des habits de noces du roi au nom d’une logique associant valeur symbolique et circulation du don : « Il dit quant aux habits du Roy, quils ne sont point d’usage ordinaire, qu’ils ne se portent point a la garderobe, mais au tresor de Saint Denis comme ceux du sacre, que le premier Gentilhomme de la Chambre a ordonnés, ainsi que ceux de l’ordre [du Saint-Esprit] »116. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, les administrateurs des Menus prétendent au contraire conserver dans leurs magasins les manteaux déployés lors des funérailles117. Au lieu de les offrir aux ciseaux des moines pour en faire des ornements liturgiques, ils les inventorient aux côtés des « habits de théâtre » qu’il est interdit aux comédiens d’emporter avec eux après les représentations données à la cour, mais seulement d’emprunter de manière réglementée118. La patrimonialisation des objets produits pour le roi conduit ainsi à priver sujets et serviteurs de la jouissance de ces effets, paradoxalement sécularisés dans le souci de leur octroyer un statut administratif spécifique. Tension qui en redouble une autre : si les « habits de théâtre » étaient jusque là des « costumes » au sens social bien plus qu’esthétique du terme, au même titre que l’habillement cérémoniel du roi, qu’advient-il de la signification de celui-ci quand s’invente le costume de scène ?

  • 119  Même si la part du vêtement régresse dans la seconde moitié du xviiie siècle au profit de celle de (...)

36Parmi leurs principales productions matérielles119, le vêtement est au cœur des attributions des Menus Plaisirs et au croisement des acteurs et des usages qu’ils prenaient en charge. L’analyse des pratiques vestimentaires curiales à travers les opérations que menaient « Messieurs des Menus » permet ainsi une plongée au cœur de la vie de cour telle que la façonnait une administration en devenir. Au fur et à mesure qu’elle se constitue en organisation dont la mission est autant de perpétuer des normes que de les réinventer pour s’accommoder des mutations socio-économiques, politiques et culturelles, les formes institutionnelles, les productions et les consommations vestimentaires se transforment tout en tentant de garder vivantes les traces de la longue histoire de l’institution curiale et de la monarchie.

Top of page

Notes

1  État de la France, Paris, David, 1749, p. 278.

2  Journal inédit du duc de Croÿ (1718-1784), Paris, 1907, t. III, p. 187.

3  Frédérique Leferme-Falguières, Les Courtisans. Une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2007.

4 Daniel Roche, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement xviie-xviiie siècles, Paris, Le Seuil, 1991 [1989] ; Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (xviie-xixe siècle), Paris, Fayard, 1997. Philip Mansel, Dressed to rule. Royal and court costume, Londres/New Haven, Yale University Press, 2002.

5  Grâce aux premières exploitations d’une base de données constituée par sondages dans les états de dépenses de l’administration : années 1698 (Archives nationales - désormais AN -, O1 2830), 1727 (AN, O1 2857), 1744 (AN, O1 2865), 1762 (AN, O1 2886), 1767 (AN, O1 2891), 1771 (AN, O1 2895), 1777 (AN, O1 2900), 1786 (AN, O1 3073-3076 B).

6  Maurice Aymard et Marzio Romani (dir.), La Cour comme institution économique, Paris, éd. de la MSH, 1998.

7  Voir notamment Élisabeth Lalou et Benjamin Suc (éd.), Ordonnances de l'hôtel du roi, Orléans, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2006 [En ligne : http://www.cn-telma.fr/ordonnances/]. Sur le règne de Philippe le Hardi, je remercie Mathieu Da Vinha des indications qu’il m’a transmises (on trouve mention de ces valets au verso du f° 231 de l’état des « Officiers Domestiques de l’Hostel du Roy Philipes iii dit le hardy. Année m.cc.lxxiiii », Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), mss fr. 21 451). Un « Reglement de la Chambre des Comptes, Concernant la Recette et la depense de largenterie » cite en 1394 les « premiers varlets de la garderobbe du Roy » (BnF, mss. fr. 11 053, f° 55 r°). Au xvie siècle, les officiers de la Garde-Robe forment sous le règne de Henri III un corps constitué bien identifié (voir par exemple « L’ordre que le Roy veut être observé par son Me de la Garderobbe » (1581), BnF, mss. fr.  7008, f° 54 r° et sq). Sur le Garde-Meuble, voir Stéphane Castelluccio, Le Garde-Meuble de la couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, CTHS, 2004, p. 17-75.

8  Frédérique Leferme-Falguières, Le Monde des courtisans. La haute noblesse et le cérémonial royal aux xviie et xviiisiècles, Thèse de doctorat sous la direction de Daniel Roche, Université Paris I, 2004, t. II, p. 425, p. 437 ; Corinne Thépaut-Cabasset, « Le service de la Garde-robe : une création de Louis XIV », dans Fastes de cour et cérémonies royales. Le costume de cour en Europe, 1650-1800, dir. par Pierre Arizzoli-Clémentel et Pascale Gorguet Ballesteros, Paris, RMN/Château de Versailles, 2009, p. 28-33. Les maîtres de la Garde-Robe sont seulement dits « d’ancienne création » dans l’État de la France (Paris, David, 1736, p. 301).

9  La titulature officielle des Menus au xviiie siècle est en effet « l’administration de l’Argenterie, Menus Plaisirs et Affaires de la Chambre du Roi ». L’office d’argentier est attesté depuis 1316 (Louis Douët d’Arcq, Comptes de l’Argenterie des rois de France au xive siècle, Paris, Renouard, 1851, p. II) et son service est réglé par ordonnance depuis 1323 (BnF, mss. fr. 2 833, f° 175 r°-176 r°).

10  Voir L. Douët d’Arcq, op. cit., p. I-LVI ; Élisabeth Lalou, « Le fonctionnement de l’hôtel du roi du milieu du xiiie siècle au milieu du xive siècle », dans Vincennes : aux origines de l’État moderne, dir. par Élisabeth Lalou et Jean Chapelot, Paris, PENS, 1996, p. 145-161 ; Idem, « Les ordonnances de l’hôtel des derniers Capétiens directs », dans Höfe und Hofordnungen 1200-1600, 5. Symposium der Rezidenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, dir. par Holger Kruse et Werner Paravicini, Sigmarinen, 1999, p. 91-101. Sur les liens comptables et fonctionnels entre la Garde-Robe et l’Argenterie, voir notamment le « Règlement pour la depense que doit faire le Tresorier de Largenterie (1560) » (BnF, mss. fr. 11 053, f°66 r et sq), ainsi que les « Articles baillez par Mons. le Mareschal de Boüillon avec les responses à Iceux par Monsr de Roquelaure » (BnF, mss. fr. 7008, f° 110 r°-121 r°, sd). Je remercie vivement Bénédicte Lecarpentier-Bertrand pour cette dernière référence, concernant le règne de Henri IV.

11  Sur la Garde-Robe, voir État de la France, op. cit., p. 301 ; F. Leferme-Falguières, op. cit., p. 425. Sur le Garde-Meuble, voir S. Castelluccio, op. cit., p. 57, p. 182-183 et p. 266.

12  La charge de Premier Gentilhomme de la Chambre a été créée sous le règne de François Ier. Voir État de la France, Paris, David, 1736, p. 253 ; AN, O1 820, 5 ; AN, O1 2809, « Mémoire concernant la charge d’intendants et controlleurs generaux de l’argenterie et menus plaisirs ».

13  Tous ces documents, nécessaires à l’authentification juridique des opérations financières et comptables, étaient généralement établis a posteriori, sans doute plus encore au xviiie qu’au xvie siècle.

14  La charge de contrôleur préfigure celle d’« intendant contrôleur de l’Argenterie, Menus, Plaisirs et Affaires de la Chambre du Roi », créée en 1627. Sur les pouvoirs des Premiers Gentilshommes de la Chambre et du contrôleur de l’Argenterie et des Menus, voir BnF, mss. fr. 7008, les réponses à l’art. 1er, f°110r°-111 r° et à l’art. 6e, f° 117 r°-v°. Le « Règlement pour la depense que doit faire le Tresorier de Largenterie », du 25 mars 1560 (BnF, mss. fr. 11 053, f°66 r° et sq.), énonce ce même système administratif et comptable alors qu’un brevet des années 1660 (évoqué par le Grand-Maître de la Garde-Robe dans un mémoire datant de 1725, voir AN, O1 194, f° 19 v°) enjoignait aux trésoriers de l’Argenterie et des Menus de ne payer les dépenses de la Garde-Robe que sur les mémoires signés de la main du Maître en exercice.

15  État de la France, Paris, David, 1749, p. 237 et 290.

16 État de la France, Paris, David, 1736, p. 299-301.

17  C’est-à-dire l’enregistrement par l’intendant contrôleur des quittances reçues des marchands par le trésorier.

18  AN, O1 2815.

19  AN, O1 2822, f° 50 r° et 37 v°.

20  « Privilège du Grand Maître de la Garderobe du roy de faire deux privilegiez dans chaque corps d’Arts et métiers » (25 juillet 1673), Code des commensaux, Paris, Prault, 1720, p. 175.

21  « Ordonnancer », en comptabilité publique moderne, signifie « ordonner » d’un point de vue comptable et financier (et non seulement administratif et matériel) : le terme est ignoré du français des xvie-xviiie siècles.

22  Voir les Mémoires de Saint-Simon (Paris, Hachette, édition Boislile, t. 41, 1928, p. 317-319) : « Le grand maître de la garde-robe, le premier écuyer et le premier maître d’hôtel […] règlent et arrêtent les comptes des dépenses qui se font sous leurs charges, et les signent ; mais comme la Chambre des Comptes ne reconnoît point leur signature, parce qu’ils ne sont pas ordonnateurs, il est d’usage que le Grand-Maître de la garde-robe envoye les comptes de la garde-robe au premier gentilhomme de la Chambre en année, qui est obligé de les signer, sans examen aucun et sans les voir, à la seule inspection de la signature du grand-maître de la garde-robe. ». Par le parallèle qu’il fait avec le Grand Écuyer, qui avait refusé des années durant de signer les comptes du Premier Écuyer (ils étaient en conflit), Saint-Simon souligne en fait autant les potentialités que les limites des pouvoirs financiers des Premiers Gentilshommes.

23  Les dépenses ordinaires étaient reconduites à l’identique d’une année sur l’autre par des « états du roi ». Les dépenses extraordinaires variaient au contraire, notamment au gré des circonstances de la vie aulique.

24  Voir AN, O1 2829, f° 4 r°-12 v°. Voir également AN, O1 3095 (relevés de la dépense ordinaire, 1760-1790) et O1 249-263 (registres des ordonnances royales de paiement pour la Maison du Roi).

25  Telles que « les soies et façons » du tailleur de la Garde-Robe ou le savon du l’empeseuse et du lavandier.

26  Voir par exemple AN, O1 830, 507-508 (1767) ; O1 834, 216-217-229 (1777) ; O1 835, 340 (1782) ; O1 835, 612 (1786).

27  Voir AN, O1 834, 233 : « En conséquence de la décision du Roy que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, je vais faire expédier une ordonnance de 27 293 lt 14 s pour le parfait paiement des Excédants de la garderobe du Roi pendant l’année 1777 » (le Contrôle général au duc d’Estissac en mars 1778). Les registres des Décisions du Roi donnent des exemples de ces sollicitations d’ordonnances par le Grand-Maître de la Garde-Robe : « Le duc de Liancourt demande une ordonnance de 32 000 lt pour avec les 72 000 lt fixées pour la dépense ordinaire de la Garderobe du Roi faire la somme de 104 000 lt à laquelle cette dépense s’est élevée pendant l’année 1786. » (AN, O1 201, f° 15 v°). La pratique des avances, tant par les responsables administratifs que par les comptables, était courante sous l’Ancien Régime. Ce qui est ici remarquable, c’est la personnalisation du service de la Garde-Robe, dont les dépassements sont directement remboursés à son officier supérieur, sans inscription dans un ordre comptable et administratif. Le « trésorier de la Garde-Robe », attesté par les mémoires de fournisseurs quittancés (AN, O1 830-835, 1765-1786) ne figure dans aucune des éditions de l’État de la France, du Calendrier de la Cour ou de l’Almanach royal.

28  Ainsi que l’attestent en creux les ordonnances royales de paiement pour la Maison du Roi.

29 Ce font de supplément était d’un montant de 36 000 livres tournois également, il fut dès lors versé aussi régulièrement que le fonds ordinaire auquel il s’agrégeait (d’après AN, O1 820, 211). Voir aussi DX 2, dossier 19, 1. « Maisons du Roi, de la Reine et de tous les Princes de la famille royale, d’après les états des Commissaires. Récapitulation générale », « Détail des Objets qui composent l’Administration et les dépenses des Menus-Plaisirs du Roi », « Garde-Robbe du Roy »). L’intégration du « supplément » à la dépense ordinaire des Menus remonte au moins à partir de 1776, date à laquelle ces sommes apparaissent dans les registres des ordonnances royales de paiement pour la Maison du Roi, au chapitre « Menus Plaisirs » (AN, O1 259, f° 1 r° ; voir aussi AN, DX 2, dossier 19, 1. « Maisons du Roi, de la Reine et de tous les Princes de la famille royale, d’après les états des Commissaires. Récapitulation générale », « Détail des Objets qui composent l’Administration et les dépenses des Menus-Plaisirs du Roi », « Garde-Robbe du Roy »).

30  Laquelle tournait autour de 100 000 livres tournois (voir AN, O1 820, 211).

31 Recueil des édits et déclarations du Roi concernant les Offices d’Intendants, Controleurs & Tresoriers de l’Argenterie, Menus-Plaisirs & Affaires de la Chambre du Roi, Paris, Ballard, 1770, « Déclaration du Roi Concernant la forme des Comptes des Trésoriers de l’Argenterie, Menus-Plaisirs & Affaires de la Chambre du Roy » (1769), p. 129-138 ; « Déclaration du Roi qui regle les Fonctions des trois intendants et Controleurs de l’Argenterie » (1759), art. X, p. 105.

32 La réforme de la Maison du Roi par Necker avait en effet réduit les prérogatives des grands commensaux, notamment en matière financière. Voir AN, O1 2939-2941, les « bordereaux des états au vrai des recette et dépense » ; voir aussi les registres des ordonnances royales de paiement pour la Maison du Roi.

33  Dans une lettre de Papillon de La Ferté à Loménie de Brienne (AN, O1 2809, 30 avril 1788), qui l’utilisa dans son Compte-rendu sur les finances de la monarchie.  

34  Pour une description du point de vue de l’histoire de l’art, voir Raphaël Mariani, Le Rôle des Menus-Plaisirs dans la vie quotidienne du Roi et des Princes (1715-1774), mémoire de maîtrise sous la direction d'Alain Mérot, Université Paris IV, 2000 ; Les Menus-Plaisirs et la vie quotidienne de la famille royale (1770-1792), mémoire de DEA sous la direction d'A. Mérot, Université Paris IV, 2001 ; « Les Menus-Plaisirs et la garde-robe des rois de France au xviiie siècle », dans Fastes de cour et cérémonies royales, op. cit., p. 34-39.

35  Il s’agit du tapis de table où l’on dépose les objets de toilette, de certains de ces objets qui sont renouvelés tous les ans (corbeilles, sacs à poudre, houppes…) et du riche brocart les recouvrant.

36  Bourses et rubans, entretien des dentelles, robes de chambre, pantalons de lit… mais aussi les pièces d’orfèvrerie de la toilette irrégulièrement renouvelées (telles que le bassin à barbe ou les boîtes à éponges et à savon, dont le coût est fortement diminué par la cession à l’orfèvre des anciens objets, ce qui doit expliquer leur classification comptable). Voir par exemple pour 1786, AN O1 3073, 3e état, 2e chap.

37  Le linge de lit et de toilette était d’ailleurs rangé au même endroit que le linge de corps (R. Mariani, art. cit., p. 39). Sur la caractérisation des « dépenses en la personne du roi », voir État de la France, Paris, David, 1749, p. 291.

38 Ibid., p. 373.

39  Sur les armoires, fournies au moins partiellement, voir par exemple AN, O1 2886, États de dépenses 1762, 4e état. Sur les portemanteaux, voir AN, O1 2891, États de dépenses 1771, 3e état, 3e chap. Pour le transport jusqu’à la chambre de parade, huit « tavaïoles » sont fournies tous les ans. Toutes ces indications sont tirées de notre base de données, ainsi que des mémoires généraux sur les objets des dépenses des Menus Plaisirs (AN, O1 2809).

40  AN, O1 1042, 138, « Mémoire pour les Premiers gentilshommes de la Chambre au sujet du deuil ».

41  Sont fournis lors des trois deuils de 1762 des « habits complêts avec chapeaux, épées, ceinturons, gants, Rubans, Plumes, souliers, linge uni et glands pour la cravatte, fournis au Roi les premier fevrier, dix avril et premier août » (AN, O1 2886, f° 79 r°-v°). Un nouvel habit est fourni à chaque deuil, noir ou violet selon les liens de parenté avec le défunt, mais si le deuil ce prolonge, les habits supplémentaires, devenant dès lors « ordinaires » sont fournis par la Garde-Robe (voir Marie Chiozzotto, Apparences vestimentaires d’un souverain du siècle des Lumières. La garde-robe de Louis XV en 1772, mémoire de master 2 sous la direction d’Isabelle Paresys et Dominique Rosselle, Université Lille 3, 2009, p. 91-92). Sur le sacre, voir AN, O1 2898 (États de dépenses 1775) et les mémoires des fournisseurs en AN, O1 3045, 1er chap.) : la chemise aux ouvertures pratiquées pour permettre les onctions était un vêtement tout à fait particulier (O1 3045, 131, 132), mais les bas de soie fournis par le bonnetier Rouvière (ibid., 135) n’avaient eux rien d’« extraordinaire ».

42  Officiers de la Chambre, officiers des cérémonies, dauphin et autres Enfants de France dépourvus de maison personnelle.

43  Pour le sacre, les Menus fournissent notamment les manteaux et couronnes des pairs laïcs, associés à ceux du roi dans les mémoires des fournisseurs (AN, O1 3045, 125, 126 et 130). Quant aux funérailles, les Menus fournissent par exemple en 1767 soixante capotes et soixante paires de souliers, pour le transport du corps de la dauphine à Sens, puis deux cents manteaux de « tirlaine » et autant de paires de souliers pour le service solennel à Notre-Dame (AN, O1 2891, 11e état).

44  Ainsi lors de la naissance de Madame Sophie en 1786, Delaroue fournit pour les Menus Plaisirs « une tavayole en drap d'argent, bordée d'une frange argent et doublée de taffetas blanc… » (AN, O1 3076 B, 10e état) ; de même, lors des funérailles de la dauphine en 1767 (AN, O1 2891, 11e état, « embaumement »), ce sont les Menus qui fournissent le linceul.

45  Voirpar exempleAN, O1 3252, f° 17, f° 12 et 17 (en 1747 et 1745). Voir aussi le cas du mariage du comte de Provence en 1771 (AN, O1 2895, 10e état).

46  AN, O1 3045, 130.

47  F. Leferme-Falguières signale que des costumes « à l’antique » furent utilisés pour les pairs laïcs au moins jusqu’au règne de Louis XV (Les Courtisans, op. cit., p. 64). Ce fut en fait encore le cas lors du sacre de Louis XVI (AN, O1 3045, 1er chap. ; voir aussi les gravures tirées de l’Album du sacre de Louis XVI, dans Fastes de cour et cérémonies royales, op. cit., p. 29 et p. 114). Sur les manteaux revêtus lors des révérences de deuil, voir R. Mariani, Les Menus Plaisirs et la vie quotidienne de la famille royale…, op. cit., p. 166-169.

48  Lors du mariage du duc de Bourgogne, en 1697, les Menus ne fournirent pas l’habit de noces du prince (AN, O1 2829, f° 50 r°-v°). L’iconographie d’époque semble attester qu’il portait une tenue aux formes contemporaines, semblable à celles du reste de l’assistance (voir l’estampe de 1698 et le tableau d’A. Dieu de 1715 reproduits dans Fastes de cour et cérémonies royales, op. cit., p. 48 et p. 33).

49 Il fut alors établi que la répartition des fournitures suivrait l’ordre habituel des compétences du Premier Gentilhomme de la Chambre, du Grand-Maître et du Maître de la Garde-Robe (AN, O1 194, 25 mai 1725, f°20 r°-v°).

50  Voir AN, O1 3252, f° 17. Pour l’exemple du mariage du comte de Provence, voir AN, O1 2895, 17e état, 2e chap. et O1 3034, 334 (mémoire de Le Duc, Tailleur du Roi).

51 Journal inédit du duc de Croÿ…, op. cit., t. III, p. 396.

52  Notons que lors de ces mariages, les Menus habillent le personnage principal de la cérémonie, incarnant l’espoir de voir la dynastie se perpétuer, et non le souverain lui-même.

53  AN, O1 3252, f° 17 et f° 27. De même dans les copies des états des mariages de 1745 et 1747 (O3253), les frais pour l’habit de noces figurent sur les états de l’Argenterie en 1745 (f°1 r°-v°), mais pas en 1747.

54  Voir Hervé Pinoteau, « Le roi et la reine de France en majesté », dans Fastes de cour et cérémonies royales, op. cit., p. 121.

55  Voir AN, O1 2806, f° 37 v° : « Les dépenses du Sacre qui regardent les Menus et telles qu’elles ont été faites en 1775 au Sacre du Roi, sont comprises dans un Etat divisé en neuf chapitres », dont le premier chapitre est essentiellement constitué de l’habillement du roi pour le sacre et de son « habit de l’ordre du St Esprit », « payé par l’Ordre », mais matériellement pris en charge par le personnel des Menus (comme en témoignent les débours faits par Boquet, inspecteur des Menus chargé des « habits » en AN, O1 3045, 139). C’est d’ailleurs généralement dans cet ensemble pourpoint et haut-de-chausse troussé de drap d’argent que le roi est représenté avec le manteau de sacre, l’iconographie concaténant ainsi les deux cérémonies.

56  Voir par exemple AN, O1 834, 2. Voir également M. Chiozzotto, op. cit., p. 140-141.

57  Jacques Le Goff, « Reims, ville du sacre », dans Les Lieux de mémoire, t. II. La Nation, dir. par Pierre Nora, Paris, Gallimard, rééd. 1997, p. 686-725.

58  Les robes de chambre fournies par les Menus étaient ainsi réalisées par des artisans également au service de la Garde-Robe – en 1786, par le marchand d’étoffes Lenormand, Darget, tailleur du roi, pour la façon et Giot, cordonnier ordinaire du roi, pour les pantoufles assorties (voir les mémoires en AN, O1 3073), qui, tous, travaillent aussi pour la Garde-Robe en cette même année 1786 (AN, O1 835, 612).

59  R. Mariani, art. cit., p. 36.

60  AN, O1 3076/B, 1786, 10e état, « Voyage de Cherbourg ». Sur les couleurs en usage dans le vestiaire de Louis XV, voir M. Chiozzotto, op. cit., notamment p. 76-82. L’auteur insiste à plusieurs reprises sur la variété des couleurs employées comme l’un des marqueurs de sa somptuosité.

61  En 1777, les états décrivent une « étoffe d'or semblable à celle du dessus de la toilette et de la Robe de Chambre » pour les corbeilles de la toilette (AN, O1 2900, 1er état). Les Menus fournissaient en revanche la robe de chambre de grand deuil (R. Mariani, Les Menus Plaisirs et la vie quotidienne de la famille royale…, op. cit., p. 162), celle assortie à la toilette de chasse (AN, O1 2806, f° 6 r°) ou celle fabriquée à l’occasion d’un voyage (comme dans le cas du voyage de Louis XVI à Cherbourg en 1786).

62  AN, O1 2865, f° 7 r°-v°.

63  Dentelles et broderies dans la mode française du xvie au xxe siècle, Catalogue de l’exposition au Musée de la Mode de la Ville de Paris, Paris, Les Presses artistiques, 1964, p. 8.

64  Pauline Lemaigre-Gaffier, « La mise en scène du corps du roi : l’organisation du sacre de Louis XVI », dans Cultures de cour, cultures du corps en Europe, xive- xviiie siècle, dir. par Catherine Lanoë, Mathieu Da Vinha & Bruno Laurioux, Paris, PUPS, 2011, p. 153-170.

65  Rappelons qu’elle fournissait notamment le miroir de la toilette et que ces objets constituaient depuis longtemps un enjeu disputé entre Menus et Garde-Robe (voir C. Thépaut-Cabasset, art. cit., p. 30).

66  Phénomène qui tient aussi à leur rôle de caisse et à l’imputation sur celles-ci de dépenses par exemple transférées de la cassette personnelle du souverain.

67  R. Mariani,  art. cit., p. 34-39.

68  Autre exemple, d’après notre base de données, la corbeille des toiles de la Cène est semblable aux corbeilles fournies par la toilette.

69  Jean Hennequin, Guidon général des Financiers, Lyon, 1595, p. 174. Au xviiie siècle, les Menus font encore fabriquer les tenues d’un certain nombre d’officiers de la Chambre du Roi ou des Enfants de France.

70 État de la France, Paris, David, 1749, p. 236.

71  Voir Philippe Beaussant et Patricia Bouchenot-Déchin, Les Plaisirs de Versailles. Théâtre et musique, Paris, Fayard, 1996, p. 47-51. Les Menus faisaient cependant encore fabriquer au xviiie siècle les tenues portées par exemple par les membres de la famille royale lors des bals masqués.

72  Les Comédiens français et italiens jouissent du titre de « comédiens ordinaires du roi » ; quant aux « sujets » de l’Académie royale de Musique, nombre d’entre eux appartiennent aussi à la Musique du Roi : ils étaient donc des officiers de la Maison du Roi.  

73  C’est l’expression employée dans les registres des magasins des Menus Plaisirs.

74  AN, O1 2886, États de dépenses 1762, f° 99 r°-v° ; AN, O1 2895, États de dépenses 1771, 10e état ; Mémoires des fournisseurs des spectacles en 1762 et 1777 (AN, O1 3006-3007 et 3050-3052) ; AN, O1 2886 (f° 61 v°) ; O1 2895, États de dépenses 1771, 14e état (remboursement à Lhéritier) ; O1 2900, États de dépenses 1777, 6e état (remboursement à Boquet). Les talons rouges apparaissent sur les dessins rassemblés par le Garde-Magasin Lévêque, par exemple dans le recueil conservé à la Bibliothèque de l’Institut (mss. n° 1002). Voir Laurence Marie, « Habit, costume et illusion théâtrale : l’influence du jeu naturel anglais sur la Comédie-Française au xviiie siècle », dans Arts et usages du costume de scène, dir. par Anne Verdier, Paris, Lampsaque, 2007, p. 53-54.

75  Guy Spielmann, « Ton prince déguisé se présente à tes yeux : costume d’opéra et spectacle de l’altérité (xviie-xviiie siècle) », dans Arts et usages du costume de scène, op. cit., p. 63-72.

76  Il est fait mention de transformations et de raccommodages dans les mémoires des fournisseurs de 1762 et 1777.

77  Sur la part des créations, voir AN, O1 3266 où figurent notamment des récapitulatifs des costumes réutilisés et des costumes neufs pour les représentations lyriques des années 1760-1770. Sur les matériaux, voir Lesley Ellis Miller, « Les matériaux du costume de cour », dans Fastes de cour et cérémonies royales, op. cit., p. 78-89.

78  Le blanc domine, mais les mémoires des fournisseurs égrènent toutes les teintes de bleu, de vert (« vert pomme »), de violet (« lilas »), de rose, de rouge (ponceau, cramoisi, écarlate), de jaune et d’orange (« jonquille », « giroflée « ). Les étoffes, en particulier les gazes, sont souvent rayées (« mille raie », « grande raie ») mais les galons peuvent être ornés de pois. Les rubans constituent les pièces les plus chères du vestiaire des comédiens : ils peuvent coûter jusqu’à 30 ou 40 livres tournois la pièce.

79  Ce sont les mêmes marchands d’étoffes qui fournissent le roi et ses comédiens, notamment les fameux marchands Buffault et Le Normand. Les Menus Plaisirs disposent en revanche d’un tailleur autre que le « tailleur du roi ». Quant aux qualités, les mémoires emploient fréquemment des expressions telles que « première qualité » ou « très belle qualité ». Les prix des étoffes de même nature sont donc de même ordre dans la documentation comptable de la Garde-Robe et des Menus Plaisirs (comparaison des mémoires des fournisseurs en 1762 et 1777 avec les prix indiqués par M. Chiozzotto, op. cit., p. 140-141).

80  Les velours coûtent de 20 à 30 livres tournois l’aune. Les taffetas coûtent en général entre 5 et 10 livres tournois l’aune. Signalons que sont inclues dans les achats de toile les toiles pour « décorations », utilisées pour fabriquer les châssis peints de fonds de scène et généralement de moindre prix.

81  Les bouquets de plumes sont fabriqués et entretenus, vendus ou loués par les mêmes « panachers » (Donnebecq, Lécuyer) que pour la Garde-Robe : ils sont extrêmement coûteux bien que très employés dans les spectacles. En 1786, l’inventaire dénombre 8 453 branches de plumes et 212 aigrettes (AN, O1 3152 B, f° 25).

82  Tel ou tel accessoire permettant d’identifier immédiatement tel ou tel type de personnages (voir Marie-José Kerhoas, « Louis-René Boquet et les dessins de costumes », dans Théâtre de cour. Les spectacles à Fontainebleau, Paris, RMN/Musée du château de Fontainebleau, 2005, p. 109).

83  Marc Bascou, « De brillants symboles de la monarchie absolue », Fastes de cour et cérémonies royales, op. cit., p. 102-106.

84  En 1786, 41% des biens achetés ou fabriqués pour l’usage des spectacles et des bals relève de la catégorie des biens de luxe (si l’on reprend les catégories de métiers établies par Natacha Coquery dans L’Hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p.32-34).

85  AN, O1 3180-3203, 3236-3237. Ces prêts démontrent l’originalité et la somptuosité de ces costumes par rapport à ceux de la ville.

86  Notamment parce que les achats, travaux d’impression et de transformation d’étoffes peuvent mêler des éléments pour l’habillement et pour les décors. En outre certains items comptables sont des remboursements faits aux administrateurs des Menus qui concernent des opérations très diverses.

87  Cette somme comprend les achats d’étoffes, la façon, l’ornementation des habits mais aussi les raccommodages et transformations d’étoffes ou de costumes plus anciens, les remboursements faits aux administrateurs des Menus (notamment pour le paiement des artisans et des ouvriers) et aux comédiens (frais d’entretien, costumes spécifiques), les achats d’accessoires, de souliers, de cosmétiques.

88  AN, O1 2895, États de dépenses 1771, 14e état.

89  Un millier d’« habits » en 1762 (AN, O1 3136), près de 2 500 en 1767 (O1 3141), 5 604 en 1786 (O1 3252 B, f° 24), d’après les inventaires tenus à partir de 1760 (tous les items ne sont pas dénombrés, d’où nos approximations).

90  M.-J. Kerhoas, art. cit., p. 104. L’intendant des Menus Plaisirs affirme même chercher à faire venir de chez Buffault à Lyon « des taffetas piqués » pour les spectacles (Denis Pierre Jean Papillon de La Ferté, Journal des Menus Plaisirs du Roi. 1756-1780, Clermont-Ferrand, Paléo, 2002 [1887], p. 57).

91  En ce qui concerne les costumes, en 1698 (AN, O1 2830) et en 1727 (AN, O2857), les états de dépenses ne mentionnent pas d’achats d’étoffes par l’administration dans le cadre des dépenses des spectacles ordinaires de Versailles (n’apparaissent que quelques remboursements aux comédiens qui s’adressaient eux-mêmes à leur tailleur). Les dépenses pour les « habits » et les accessoires directement engagées par l’administration pour les spectacles ordinaires de Versailles apparaissent ensuite mais demeurent réduites (5 % en 1744, d’après AN, O1 2865). Dans la seconde moitié du siècle, la part de ces dépenses varie fortement selon les années, entre 25 et 5% des dépenses des spectacles, festivités et voyages de la cour, mais se maintient à des niveaux élevés en termes absolus (271 319 livres tournois en 1786 ; voir aussi AN, DX 2, dossier 19, 1 : au titre d’une évaluation minimale des dépenses pour les spectacles, sont mentionnés, en livres tournois, les « Habits de soie : 15.000 / Habits inférieurs : 5000 / Galons, gazes, bas, souliers, etc : 22.000 »). Elles ont donc considérablement augmenté au tournant du siècle (même en tenant compte de l’inflation), au point de rivaliser avec celles de la Garde-Robe royale. De tels montants nuancent donc l’idée d’un « recyclage » vertueux et citoyen des « habits de théâtre » (Sabine Chaouche, « L’économie du luxe. L’intendance de Papillon de La Ferté (1756-1780) », Dix-huitième siècle, 2008/1, n° 40, p. 395-412), même si les réemplois et l’usage de matériaux factices sont avérés. Les administrateurs justifient ces dépenses par la constitution d’un patrimoine (voir par exemple en AN, O1 3095, dossier n° 1, un mémoire sur les dépenses de 1761 à 1775), mais la récupération des vieux habits entraînait elle-même des frais (teintures, impressions…) et l’entretien des magasins était en outre très coûteux.

92  La portée même de cette « révolution du costume » a pu être discutée, voir G. Spielmann, art. cit., p. 71-72 ; M.-J. Kerhoas, art. cit., p. 103-104.

93  Conception dont le coût était chiffré (AN, O1 3006, mémoire de Boquet) : 1 678 lt 16 s pour les dessins des costumes des pièces représentées à Versailles en 1762.

94  Témoignage cité par Arlette Farge et Jacques Revel dans Logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants. Paris. 1750, Paris, Julliard, 1988, p. 80-85.

95  Mathieu Da Vinha, « Les gens de livrée dans la maison civile du roi de France », dans Fastes de cour et cérémonies royales, op. cit., p. 160-165. Voir François Lafabrié, Les Livrées royales à travers les collections publiques françaises, mémoire de 4e année de l’École du Louvre, sous la direction de B. Saule et M. Da Vinha, 2009.

96  AN, O1 825, 353, Arrêt des Premiers Gentilshommes de la Chambre du 22 juin 1771.

97  Concierges et portiers des hôtels des Menus, balayeurs, frotteurs, garçons de théâtre…

98  Le règlement de 1765 (intégré à un règlement général) est conservé en AN, O1 2809.

99  De belle qualité cependant comme tous les draps issus de cette manufacture : il coûte 18 livres tournois l’aune en 1763 (AN, O1 2810, « Etat des habits des personnes attachées aux Menus pour comptant »). Il est ensuite concurrencé par le drap d’Elbeuf. Voir aussi AN, O1 2810 (« Travail définitif » sur les tenues des employés à la fin du siècle) et O1 2806.

100  Leur qualité et leur coût sont d’ailleurs inférieurs à ceux des autres habits des employés des Menus.

101  La multiplication de ces uniformes empruntant certains des traits du « justaucorps à brevet » (drap bleu, galons) est caractéristique de la seconde moitié du xviiie siècle (voir Sally-Ann Héry-Simoulin, « Louis XIV et les mystères du justaucorps à brevet », dans Fastes de cour et cérémonies royales, op. cit., p. 180-183).

102  F. Leferme-Falguières, Les Courtisans, op. cit., p. 55-62.

103  Pour le traitement de la base de données, les usagers ont été ainsi distingués : le roi, la famille royale, les comédiens, les officiers du roi et les employés des Menus. Les circonstances propres à l’espace et à la temporalité de la vie de cour ont été classifiées selon les catégories suivantes : ritualisation du quotidien, événements saisonniers (dont les « comédies et concerts »), événements exceptionnels, cérémonies dynastiques, vie des magasins.

104  « D’après les détails donnés, il faut faire attention que dans ces dépenses qualifiées extraordinaires, il en est cependant qui reviennent tous les ans, et auxquelles on ne peut plus toucher, […] sans faire manquer le service personnel du Roi et de la famille Royale […] » (AN, O1 2809, « Mémoire »).

105  AN, O1 2830, f° 15 r°-17 r°.

106  D. Roche, La Culture des apparences, op. cit., p. 157-160.

107  AN, O1 2806, f° 3 r°- 5 r° (évaluations « communes » et montants du renouvellement de 1780).

108  D. Roche, ibid..

109  En 1744, ces « linges des bains » comportent notamment des chemises de bains et des draps de fonds de cuve (AN, O1 2865, f° 11 r°-13 v°).

110  Le renouvellement du linge, annuel dans la première moitié du xviiie siècle, n’eut plus lieu que tous les cinq ans à partir de 1759, et tous les sept ans à partir de 1780. Quant au nombre d’objets, on peut comparer le renouvellement de 1780 à celui de 1744 (AN, O1 2865) : on passe de 12 à 4 douzaines de frottoirs et de 6 à 4 douzaines de grands linges (mais, inversement, de 18 à 24 douzaines de linges d’affaires).

111  N. Coquery, op. cit., p. 34-48.

112  Un tiers seulement de l’effectif dans la seconde moitié du siècle (cette proportion n’étant qu’indicative, la mention du statut n’étant pas systématique dans les états de dépenses). Le terme « privilégiés » est pris ici au sens large, puisqu’il s’agit aussi bien de marchands ordinaires, officiers de la Chambre ou de la Garde-Robe, de marchands suivant la cour ou de marchands détenant un simple brevet de fournisseur des Menus Plaisirs.

113  Almanach Dauphin, Paris, 1777 ; Tablettes de Renommée, Paris, 1786 et 1788. Parmi les fournisseurs cités, Le Duc, Darget, Vanot et Delaroue sont privilégiés.

114  Deux exemples : les mantes de Mesdames et de leurs suivantes sont d’un aunage différent lors de l’enterrement de la dauphine en 1767 (AN, O1 2891, 11e état) ; chaque pair portait lors du sacre un manteau différant par la combinaison des qualité et quantité d’hermine utilisée (AN, O1 3045, 125).

115  D. P. J. Papillon de La Ferté, Journal des Menus Plaisirs du Roi, op. cit., p. 280.

116  AN, O1 194, f° 18 v°-19 r°.

117  AN, O1 3262, lettre des religieux de Saint-Denis se plaignant à l’intendant des Menus de l’attitude du Garde-Magasin Général au moment des funérailles de Marie Leszczynska (1768).

118  Ce que signale notamment le règlement de 1765 (AN, O1 2809, rubrique « Registres des magasins », art. 5 ; rubrique « Fonctions desdits employés… etc », art. 13 et 14) et qu’atteste l’existence de registres de prêts signalés plus haut.

119  Même si la part du vêtement régresse dans la seconde moitié du xviiie siècle au profit de celle des aménagements intérieurs et extérieurs (décors, entretien des magasins…etc).

Top of page

References

Electronic reference

Pauline Lemaigre-Gaffier, « Administrer le vestiaire royal. Entre drap de Sedan et fleurs artificielles, les Menus Plaisirs et le vêtement à la cour de France du XVIIIe siècle », Apparence(s) [Online], 4 | 2012, Online since 07 February 2012, Connection on 25 April 2014. URL : http://apparences.revues.org/1167

Top of page

Author

Pauline Lemaigre-Gaffier

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure et agrégée d’histoire, Pauline Lemaigre-Gaffier achève, sous la direction de Dominique Margairaz, une thèse de doctorat consacrée à l’administration des Menus Plaisirs du Roi au xviiie siècle (Université Paris-I Panthéon Sorbonne / IDHE). Elle a publié récemment :« Servir le roi et administrer la cour. Les Menus Plaisirs et l’invention de leur personnel (années 1740-1780) », dans « La Cour, institution et pouvoir », Hypothèses 2008, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 53-62 ; « Tradition et modernité dans le répertoire de cour de la Comédie-Française. Les Menus Plaisirs et le cérémonial au xviiie siècle », Comparatismes, n° 1, 2010 [http://www.crlc.paris-sorbonne.fr/index.php/Revue/Tradition-Modernite-un-eternel-retour] ; « Les "comptes" des Menus Plaisirs du Roi. Un système documentaire administratif et comptable de l’État des Lumières », dans Anne Dubetet Marie-Laure Legay, dir., Histoire de la comptabilité publique. 1500-1850 (actes du colloque tenu à Nanterre les 10-12 juin 2010), Rennes, PUR, 2011, p. 71-90 ;« La mise en scène du corps du roi : les Menus Plaisirs et l’organisation du sacre de Louis XVI », dans Catherine Lanoë, Mathieu Da Vinha et Bruno Laurioux, dir., Cultures de cour, cultures du corps en Europe, xive-xviiie siècles (actes du colloque tenu au château de Versailles en décembre 2006), Paris, PUPS, 2011, p. 153-170.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page