Skip to navigation – Site map

Apparences vestimentaires en France à l'époque moderne : avant-propos

Isabelle Paresys

Full text

  • 1  Daniel Roche, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XIXe siècle, Paris, Fayar (...)
  • 2  Ibid., p. 13. Voir aussi l'article de Nicole Pellegrin, « Le vêtement comme fait social total », H (...)
  • 3  Voir sur cette question l’introduction d’Isabelle Paresys et Natacha Coquery (éd.), Se vêtir à la (...)

1Ce dossier est une contribution à l'histoire de la culture des apparences dans la France moderne, domaine de recherche ouvert, il y a une vingtaine d'années, par l'ouvrage fondateur de Daniel Roche sur cette thématique1. À travers une problématique renouvelée de l'histoire du vêtement, l'auteur trouvait « un moyen direct d'aller au cœur de l'histoire sociale »2. Les articles du dossier interrogent une question, relativement classique lorsqu'on s'intéresse aux apparences, qui est celle de la définition des identités et des statuts qu'expose, matériellement, le vêtement aux yeux de son porteur et à ceux d'autrui. Si le travail de Daniel Roche portait essentiellement sur les Parisiens du Siècle des Lumières, notre dossier remonte en amont, vers la Renaissance, et accorde une grande attention au vestiaire aristocratique et tout particulièrement au vestiaire royal. Avec un certain décalage temporel par rapport à d'autres pays européens, la recherche sur les apparences vestimentaires à la Renaissance et sur le paraître curial prend désormais son essor en France, en témoignent les publications à venir en cette fin d'année 20113.

2L'article publié en Varia dans ce même numéro témoigne de l'intérêt qu'accordent aussi les sociologues à la question des apparences. Un contemporain de l'époque moderne ne verrait vraisemblablement dans les nôtres que la persistance du brouillage des identités et de la confusion des apparences entre les sexes et les peuples, qui donnait lieu, de son temps, à un lancinant lamento. Pourtant pour certains groupes sociaux d'aujourd'hui et à l'occasion de cérémonies solennelles, comme le montre l'habit académique porté à Coimbra (Portugal), l'apparence témoigne de la persistance d'un attachement à la matérialisation par le vêtement de l'identité ici étudiante, celle-ci fut-elle provisoire.

  • 4 Frédérique Leferme-Falguière, Les courtisans. Une société de spectacle sous l'Ancien Régime, Paris, (...)

3À la cour de France comme dans les provinces, le vêtement était un profond marqueur identitaire des sexes et des statuts caractéristiques de la société l’Ancien Régime. On le mesure à travers le port du vêtement de deuil féminin dans le Midi toulousain du XVIIIe siècle. Il signalait le changement de statut de la femme tout en entretenant des codes vestimentaires socialement discriminants, entre le respect, par les veuves de la noblesse, d’une étiquette très élaborée et les difficultés matérielles des femmes des milieux populaires (Christine Dousset). À la cour, dans cette « société du spectacle » que décrit Frédérique Leferme-Falguière, la distinction sociale et celle des sexes se mesuraient par l'adoption d'un corps éloquent spécifique qui émerge à la Renaissance (Isabelle Paresys)4. Les contraintes du paraître se renforcèrent dans cette cour qui se voulait fastueuse et dont le Roi Soleil accrut le luxe, dans un contexte de compétition politique et économique internationales. Le coût très élevé de la parure et la contrainte physique qu'elle impliquait, expliquent en partie pourquoi la princesse de Conti, princesse de sang, mais moins fortunée depuis la séparation d’avec son mari, finit par ne paraître que rarement à la cour (Aurélie Chatenet). Les écarts de fortune déterminaient alors fortement le degré d’investissement dans les apparences vestimentaires de l’aristocratie fréquentant la cour. La valeur des garde-robes des maréchaux de France du XVIIIe siècle témoignait de ces différences entre les plus riches d’entre eux, qui étaient aussi ducs et pairs du royaume, et les plus modestes que le maréchalat récompensait d’une belle carrière dans les armes. Dans le flot des courtisans, alors que la monarchie en paix ne leur donnait plus de fonction réelle, à partir des années 1760, les maréchaux se mirent à faire distinguer leur dignité en arborant un habit-uniforme de drap bleu et galons d’or sur toutes les coutures (Simon Surreaux).

4L'étude du vestiaire royal au XVIIIe siècle atteste le rôle distinctif donné à l'apparence du souverain. Les dépenses pour la garde-robe de Louis XV en 1772 dépassent largement celles engagées par le prince le plus fortuné de son royaume (Marie Chiozzotto). L'habit — et pas seulement celui du sacre — faisait bien le roi. Quantité et qualité des étoffes et accessoires de luxe signifient l'apparence d'exception du souverain. Le système des privilèges qui permettait à certains de suivre le roi dans ses résidences ou à la chasse, ou d'appartenir à l'ordre du Saint-Esprit, était signifié visuellement par le port d'un habit uniforme revêtu par les happy few à ces occasions. L'organisation matérielle de l'approvisionnement d'une cour en plein essor à l'époque moderne, aboutit à une administration complexe du vestiaire royal. Les arcanes de celles-ci se dévoilent à travers l'étude qui est faite du rôle qu'y jouait au XVIIIe siècle l'administration curiale des Menus Plaisirs par rapport à celle, plus récente, de la Garde-robe du roi (Pauline Lemaigre-Gaffier).

  • 5  Paraître et apparences dans l'histoire de l'Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours,ACI Espace (...)

5Les textes réunis dans ce dossier sont l'aboutissement de participations de chercheurs confirmés ou de doctorants aux colloques et journées d'étude de deux programmes de recherche qui se sont penchés successivement sur la question des apparences : « Paraître et apparences dans l'histoire » (2004-2006) et « Se vêtir à la cour de France et dans les cours européennes 1650-1800 » (2008-2011)5. Que leurs auteurs soient remerciés pour leur contribution, pour le travail mené à partir de leur proposition d'article et aussi pour leur patience quant aux délais parfois longs, nécessaires au travail d'évaluation, d'édition et de publication.

Top of page

Notes

1  Daniel Roche, La Culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 1989.

2  Ibid., p. 13. Voir aussi l'article de Nicole Pellegrin, « Le vêtement comme fait social total », Histoire sociale, histoire globale ?, éd. par Christophe Charle, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1993, p 81-94.

3  Voir sur cette question l’introduction d’Isabelle Paresys et Natacha Coquery (éd.), Se vêtir à la cour en Europe (1400-1815), Villeneuve d’Ascq, Centre de recherche du château de Versailles & IRHiS, septembre 2011) et l’éditorial du numéro spécial de La Revue de l'art (décembre 2011) consacré au Costume en France à la Renaissance par Isabelle Paresys.

4 Frédérique Leferme-Falguière, Les courtisans. Une société de spectacle sous l'Ancien Régime, Paris, PUF-Le Monde, 2007.

5  Paraître et apparences dans l'histoire de l'Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours,ACI Espaces et territoires. Société, Économie, Culture, Langages, Représentations (2004-2006), Fondation nationale pour la recherche, universités de Lille 3 et de Tours ; Se vêtir à la cour de France et dans les cours européennes (1650-1789), Centre de recherche du château de Versailles (2008-2011).

Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Paresys, « Apparences vestimentaires en France à l'époque moderne : avant-propos », Apparence(s) [Online], 4 | 2012, Online since 07 February 2012, Connection on 16 April 2014. URL : http://apparences.revues.org/1166

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page