Skip to navigation – Site map
Apparences vestimentaires, identités et statuts en France à l'époque moderne

Paraître du deuil, d’un lieu à l’autre. Les veuves en Midi toulousain au XVIIIe siècle

Christine Dousset

Abstracts

Appearances of Mourning. The widows in Toulouse area in the Eighteenth century -During the "Ancien Regime", widowhood forced women to change their appearance to wear clothes of mourning, especially during the year following the death of their husband. In Toulouse, from the end of the Seventeenth century to the end of the Eightheenth century, we can see continuities and changes that will appear more prominently in the first part of the Nineteenth century. The legal obligation for the husband’s heirs to provide the widow’s « habits de deuil » shows the symbolic importance of mourning dress. However, as shown in the probate inventories, social groups use different mourning dress codes. The noble women must respect a very complicated etiquette whereas the women of the working classes are too poor and we don’t know exactly how they are dressed when they become widows. However some changes appear during the Eighteenth century because of the transformations of women’s fashion and the role of the press like the Almanach historique de la ville de Toulouse in the 1780’s.

Top of page

Full text

1Le port de tenues de deuil par les veuves est un phénomène ancien. Marqueur de leur statut matrimonial, le vêtement souligne la singularité de la figure des veuves dans la société d’Ancien Régime. Alors que les femmes sont soumises à l’autorité des hommes, père, puis mari, et exclues des fonctions d’autorité, les veuves sont émancipées par la mort de leur époux. Le veuvage leur confère une grande autonomie, leur permettant même de devenir chef de famille. L’anomalie de leur situation explique l’ambivalence de l’image qui leur est associée, entre la « bonne veuve » se consacrant désormais à des œuvres pieuses et la femme dangereuse par sa liberté nouvelle remettant en cause la stabilité sociale. Mais si ces femmes partagent un même statut, leurs situations socio-économiques sont extrêmement diverses. L’adoption d’une tenue ritualisée, comme le sont les vêtements de deuil dont le caractère ostentatoire est fortement marqué, est destinée à montrer le veuvage, mais elle est conditionnée par la position sociale de celle qui l’arbore.

  • 1 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement. XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Po (...)

2Or de la fin du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle se déroule une série de transformations profondes, qui s’accélèrent dans la seconde partie du XVIIIe siècle et touchent de multiples aspects de la vie des Français. Transformations sociales : la société d’ordres fondée sur le rang et la prééminence sociale de la noblesse, triomphante à la fin du XVIIe siècle, est remise en cause un siècle plus tard. Transformations culturelles : l’alphabétisation se développe, l’écrit sous toutes ses formes prolifère, les journaux se multiplient, les communications deviennent plus faciles. Transformations enfin dans les modes de consommation, notamment vestimentaires1. Les objets plus fragiles deviennent plus nombreux, sont renouvelés plus vite et les processus d’imitation des élites se développent dans la population. Ces mutations affectent aussi la ville de Toulouse, grande capitale provinciale, d’environ 60 000 habitants à la veille de la Révolution, et dominée pendant cette période par une aristocratie parlementaire riche et puissante.

  • 2 Pour les transformations du vêtement de deuil à la Cour, voir Kimberly Chrisman-Campbell, « Mournin (...)

3Comment ces changements qui touchent les conditions matérielles comme la perception des hiérarchies sociales jouent-elles sur le paraître des veuves « ordinaires »2 ? À travers le cas toulousain se dessinent des éléments de réponse, fragiles et incomplets. Les sources utilisables par l’historien pour aborder le sujet sont en effet dispersées, ténues souvent, lacunaires. Des prescriptions légales aux pratiques vestimentaires en passant par des textes normatifs, un certain nombre d’informations permettent de saisir imparfaitement une réalité mouvante. Cet exemple régional souligne aussi les modalités spatiales des formes du changement entre fidélité aux traditions locales et attrait pour les nouveautés venues d’ailleurs.

Un deuil obligatoire

4Les vêtements de deuil ne sont évidemment pas réservés aux veuves ; hommes, femmes et enfants prennent le deuil à la mort d’un parent, voire au décès d’un personnage officiel lors d’un deuil de cour. Mais la situation des veuves comporte de fortes spécificités qui donnent à leur tenue une importance toute particulière.

  • 3 Simon d’Olive, sieur du Mesnil, Questions notables du droit …, Nouvelle édition, Toulouse, Jean-Do (...)
  • 4 Soulatges, Observations sur les questions notables du droit, décidées par divers arrêts du Parlemen (...)
  • 5 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, p. 217-219.
  • 6 Voir Lou Taylor, Mourning Dress. A Costume and Social History, London, George Allen and Unwin, 1983

5Sous l’Ancien Régime, porter le deuil de son défunt mari ne relève pas seulement en effet d’une norme sociale née des usages, mais de la contrainte juridique. C’est ce que reprennent après bien d’autres deux juristes toulousains de l’Ancien Régime. À Simon d’Olive qui écrit au XVIIsiècle : « la femme pendant le deuil doit porter des habits qui s’accordent au temps et à la condition d’une veuve gémissante »3, répond Soulatges en 1784 : « une veuve est tenue de porter le deuil de son mari »4. Dans le cas contraire, ajoute-t-il, la femme s’expose aux peines des secondes noces, c’est-à-dire à perdre les avantages matériels obtenus par le veuvage, comme le versement de l’augment de dot (équivalent du douaire dans le régime dotal). Si de telles sanctions semblent rarissimes, le principe en est toujours affirmé. Cette obligation pour la veuve se double d’une obligation pour les héritiers du mari de prendre à leur charge ses frais d’habillement, ses « habits de deuil ». Tous les juristes soulignent cette règle, qui malgré la diversité des régimes juridiques sous l’Ancien Régime existe dans toutes les provinces françaises, à quelques exceptions près5. On la rencontre aussi bien dans les pays coutumiers que dans les pays de droit écrit du Midi, qui comme la région toulousaine, sont régis par le régime dotal. Elle est si bien ancrée du Nord au Sud tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles qu’on la retrouve réaffirmée clairement dans le Code civil napoléonien en 1804, aussi bien pour les veuves mariées sous le régime légal de la communauté (art. 1481 : « Le deuil de la femme est aux frais du mari ») que pour celles qui auraient choisi le régime dotal (art. 1570 : « l’habitation et les habits de deuil doivent être fournis sur la succession pendant l’an de deuil »). Le caractère contraignant du port d’habits de deuil, contraignant aussi bien pour la veuve que pour ceux qui doivent les financer, est bien une originalité du veuvage féminin, qui n’apparaît ni dans le veuvage masculin, sauf exception, ni dans les autres formes de deuil familial. Il s’agit là d’un héritage d’habitudes très anciennes, qui remontent à l’Antiquité et au Moyen Âge, et qui recouvrent avec des variantes l’ensemble de l’espace français6.

  • 7 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. cit, p. 218-219.
  • 8 Archives Départementales de l’Aude, B 2288 (1679), B 2383 (1728), B 2495 (1785).
  • 9 Jean de Catellan, Arrests remarquables du Parlement de Toulouse …, Toulouse, Jean-François Carano (...)
  • 10 Claude Serres, Les Institutions du Droit français … , chez Jean de Nully, s. d., p. 329.
  • 11 Philippe Ariès, L’homme devant la mort, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 1985, t. 2, p. 37.

6Cette obligation ne relève pas uniquement de la doctrine juridique, car on la retrouve aux XVIIe et XVIIIe siècles dans la pratique judiciaire. Certaines veuves en conflit avec la famille de leur mari héritière de celui-ci, se tournent en effet vers les tribunaux pour réclamer le versement de leurs « gains de survie » (douaire, augment…) mais aussi la prise en charge de leurs « habits de deuil », demandes dont les magistrats reconnaissent le bien-fondé dans leurs jugements. Les archives de plusieurs juridictions de la région toulousaine en conservent pour la seconde moitié du XVIIe et le XVIIIsiècle la trace, que l’on saisit aussi à Paris7. La sénéchaussée du Lauragais, qui siège à Castelnaudary au sud-est de Toulouse, traite ainsi plusieurs affaires de cette nature, que quelques cas peuvent illustrer. Marguerite de Sauzet, veuve de Jean Bezombes, qualifié de « bourgeois », demande en 1679 le paiement de 100 livres pour ses habits de deuil. En 1728, Claire Grilhères veuve de Jean Dufas réclame 300 livres pour la même raison ; elle obtient dans un premier temps au moins 75 livres de provision pour ses aliments et ses habits de deuil. En 1785 Elisabeth Roger veuve de François Jammes sollicite le versement de 150 livres ou le remboursement de ses achats.8 Les arrêts du parlement de Toulouse, qui juge en appel dans un très vaste ressort couvrant une large partie du Midi, vont dans le même sens. Jean de Catellan évoque des décisions des années 16609. Claude Serres rapporte le cas d’une veuve languedocienne de Béziers recevant 100 livres en 1743 pour ses habits de deuil10. Philippe Ariès signale aussi le conflit en 1757 entre la marquise de Noë qui demande 8 000 livres et sa belle-sœur, prête à transiger à 3 00011.

  • 12 Archives de la Bourse des Marchands de Toulouse, B 126. Affaire demoiselle Ducos et Daubas.
  • 13 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11876. Inventaire après décès de Marie Bequy, veu (...)

7Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples ; le paiement des habits de deuil des veuves par les héritiers du mari est une réalité attestée au XVIIIe siècle selon les sources judiciaires. Certes une grande partie de la population, à la ville comme à la campagne, y échappe pourtant, parce trop pauvre. Mais comme le montrent les écarts entre les sommes en jeu, de quelques dizaines de livres à plusieurs milliers, cette pratique ne concerne pas qu’un milieu privilégié très étroit comme la noblesse, mais touche un éventail social bien plus large. L’obligation juridique semble bien recouvrir des usages sociaux ayant toujours cours au XVIIIe siècle : l’adoption d’une tenue spéciale, et si possible neuve, par la veuve. Les « habits de deuil » payés par la famille du mari constituent ainsi le pendant du trousseau constitué par les parents de l’épousée au moment du mariage. À l’occasion d’un conflit entre une veuve de négociant toulousain et la famille du successeur de son mari jugé à la Bourse des marchands de Toulouse, on apprend que le jour même du décès de son époux en 1748 elle fait « acheter son deuil », en l’occurrence du tissu pour confectionner des vêtements pour un montant de 42 livres et 8 sols12. Tel inventaire après décès d’une paysanne morte quelques mois après son mari au début du siècle décrit ses vêtements ; dans un coffre des tenues de couleurs variées, rouge, blanc ; ailleurs celles qu’elles portaient au moment de sa disparition, de « rase » grise ou noire13.

  • 14 Claire Dolan, « L’an de deuil et le remariage des veuves. Loi et tradition au XVIe siècle en Proven (...)

8En étudiant précisément le cas de la Provence au XVIe siècle à travers les archives de la sénéchaussée d’Aix, Claire Dolan avait pu souligner que cette obligation n’était alors nullement secondaire, mais au contraire considérée comme essentielle par les magistrats : le règlement des habits de deuil passait même avant la pension alimentaire accordée aux enfants orphelins14. Il n’est pas certain que la situation soit identique à la fin de l’Ancien Régime ; la sénéchaussée de Lauragais semble ainsi associer systématiquement paiement des habits de deuil et versement des aliments à la veuve. Mais les constatations de Claire Dolan comme la persistance dans le droit de l’obligation vestimentaire invitent à s’interroger sur le sens de ce deuil particulier.

  • 15 S. d’Olive, op. cit. et J. de Catellan, op. cit.
  • 16 La Poix de Fréminville, Dictionnaire ou Traité de la police générale des villes, bourgs, paroisses (...)

9Les juristes avancent différents arguments pour justifier l’obligation faite à la veuve de porter des habits de deuil, qualifiés de « funèbres » ou « lugubres » sous leur plume : « cette dépense qu’exige l’honnêteté et l’honneur qu’une veuve doit à la mémoire de son mari », selon Simon d’Olive, consiste à « rendre les derniers devoirs à son mari et [à] lui donner des marques extérieures de sa douleur » pour Jean de Catellan15. Si elles paraissent plutôt vagues, ces citations soulignent toutes deux qu’il s’agit d’un devoir de l’épouse envers le défunt. En effet le port du deuil par sa veuve est considéré comme partie prenante du cérémonial funéraire, caractérisé à l’époque de ces deux parlementaires du milieu du XVIIsiècle par le déploiement des pompes baroques. Jean de Catellan explique que « les habits de deuil de la veuve sont une suite des frais funéraires, ils sont regardés comme faisant partie des frais de la cérémonie funèbre et des obsèques ». C’est pourquoi leur fourniture est à la charge des héritiers, puisqu’ils participent aux honneurs funèbres dus au défunt. Pourtant, le temps durant lequel la veuve doit porter ses habits de deuil ne se limite pas à la cérémonie funéraire. Alors que certaines tenues particulières, comme le chaperon de deuil, ne sont revêtues par les participants que pendant la durée des obsèques, l’obligation du deuil est pour la veuve bien plus longue. Elle s’inscrit pour les juristes dans « l’an de deuil », c’est-à-dire pendant l’année qui suit le décès du mari. Cette durée d’un an fait légalement du veuvage féminin le plus long de tous les deuils familiaux. Car, bien que n’étant pas obligatoires, à l’exception de celui des veuves, ces derniers sont réglementés par la monarchie française qui prend en compte les usages. Au début du XVIIIsiècle, sous la pression des soyeux lyonnais, le pouvoir tente de réduire leur longueur par deux ordonnances royales successives en 1716 et 1730. Selon ces textes, les veuves se trouvent astreintes à un deuil d’un an, deux fois plus long que celui des veufs ou des enfants et petits-enfants, endeuillés pour six mois seulement16. Ce laps de temps d’un an, spécifique du deuil des veuves, s’inscrit dans la temporalité du rituel funéraire. C’est durant cette période que se déroulent différentes cérémonies religieuses, clôturées par la messe du « bout de l’an ». Les églises et chapelles sont décorées en l’honneur des seigneurs décédés pendant la même durée. Mais dans le cas des veuves l’année de deuil revêt également une autre signification. Elle correspond en effet au délai durant lequel elles ne doivent théoriquement pas se remarier, puisqu’une nouvelle union entraînerait alors un doute sur la paternité des enfants qu’elles mettraient au monde.

  • 17 Soulatges, op. cit.

10Sur le plan symbolique, le réseau d’obligations et d’interdictions qui se répondent les unes aux autres signifie que la veuve appartient durant cette année encore à son défunt mari, qu’elle n’est pas encore libre, qu’elle est toujours sous puissance maritale. Le lien de dépendance de la femme envers son mari se maintient donc au-delà de la mort par l’intermédiaire des héritiers de ce dernier. Les habits de deuil en sont le signe visible. Tout comme la cérémonie funèbre du mari, ils doivent donc être en adéquation avec le rang et la fortune de ce dernier, puisqu’ils en sont une manifestation publique, dont le caractère ostentatoire est évident. Ainsi que l’écrit Soulatges, les « habits de deuil sont réglés suivant la faculté des biens du mari, et la qualité de la veuve »17. C’est ce que montrent les archives judiciaires : une veuve appartenant à la noblesse doit porter des vêtements de deuil qui la distinguent d’une veuve de marchand ou d’avocat, une distinction rendue possible par l’utilisation d’un langage visuel.

Des tenues codifiées

  • 18 Almanach historique de la ville de Toulouse…, qui devient Almanach historique de la province du L (...)

11Destinées au paraître, les tenues de deuil reposent sur des codes complexes. Mettant en jeu couleurs, textiles, formes des vêtements et accessoires, leur combinaison repose sur le degré de richesse et le rang de chacun et évolue dans le temps au fur et à mesure que les usages vestimentaires se modifient. L’étiquette des deuils familiaux de 1765 présentée dans l’Ordre chronologique des deuils de la Cour permet de décrire les prescriptions vestimentaires dans la seconde moitié du XVIIIsiècle. Repris tel quel sous le titre « étiquette des deuils » dans l’Almanach historique de la ville de Toulouse, ce texte normatif ne s’adresse donc pas qu’aux courtisans, mais aussi à un lectorat provincial18.

12Si les vêtements de deuil ont connu des modifications par rapport au siècle précédent, ils reposent également sur un certain nombre de caractéristiques générales qui perdurent dans le temps. On remarquera tout d’abord que plus le deuil est censé être profond, à la perte d’un parent, d’un époux, plus sa durée est longue et plus les prescriptions en sont précises. Le paraître est régi d’autant plus rigoureusement que la douleur de la perte d’un proche est supposée forte, comme si la contrainte qui portait sur le vêtement reflétait la force des liens qui unissait les vivants aux défunts. Pour tous les deuils familiaux envisagés, décès des parents, grands-parents, oncles, maris et femmes, mais pas des enfants soulignons-le, une série de points communs se dessinent concernant aussi bien les hommes que les femmes. La distinction sexuelle n’est d’ailleurs pas clairement définie sauf pour les cas de veuvage. Selon un code qui existait au XVIIe siècle et qui se maintiendra au siècle suivant, tous doivent porter certaines couleurs, le noir surtout, le blanc aussi. Les matériaux employés pour les vêtements et accessoires doivent être ternes, éteints : pour les tissus, le grand deuil se porte en laine surtout, la soie n’étant autorisée qu’ensuite ; les bijoux, les boucles de ceinture et de souliers ne doivent pas briller. L’aspect mat des costumes est censé refléter la tristesse des endeuillés. On retrouve aussi dans cette recherche l’écho de croyances très anciennes, qui conduisent à retourner ou à voiler les miroirs dans la maison, interdisant les reflets pour empêcher le mort d’apparaître. Pour les femmes s’ajoute une attention particulière mise sur les coiffures.

  • 19 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, Paris, J. Estienne, 1723.
  • 20 Nicole Pellegrin, « Le sexe du crêpe : costumes du veuvage dans la France d’Ancien Régime », Veufs, (...)
  • 21 Jean-François Soulet, La vie quotidienne dans les Pyrénées sous l’Ancien Régime, Paris, Hachet (...)

13La situation des veuves est particulièrement détaillée, puisque leur deuil est le plus long, un an et six semaines dans le texte. Le port de vêtement en ras-de-Saint-Maur, une étoffe comportant de la laine, pour le grand deuil, puis en soie noire, l’utilisation de boucles de soulier « bronzées » constituent autant d’obligations que l’on retrouve dans le deuil des pères et mères. Mais la description de leur tenue fait apparaître une série de signes distinctifs du veuvage, absents du reste de l’étiquette. Leur deuil est plus sombre et porté uniquement en noir pendant les six premiers mois. Le crêpe noir leur est réservé pour la coiffe et les accessoires (ceinture, écharpe), qui sont présentés de manière plus précise que dans le cas des décès des parents. Ce tissu à l’aspect mat qui deviendra au XIXsiècle un véritable symbole du veuvage féminin s’est imposé dès le début du XVIIIsiècle, puisque Savary en parle longuement dans son Dictionnaire en 172319. Spécifiques aussi les formes particulières de certaines pièces de costume qui peuvent apparaître comme des survivances archaïques. Au XVIe siècle, les veuves de la noblesse portaient des vêtements taillés selon une coupe spéciale, qui ont disparu au cours du siècle suivant. Dans la seconde moitié du XVIIIsiècle, ces formes originales se retrouvent dans une série de détails : robe retroussée avec une traîne, ceinture dénouée. Comme le souligne Nicole Pellegrin, les vêtements lâches et amples expriment une volonté de désexualiser le corps de la veuve durant une période où elle est privée de vie sexuelle20. On retrouve d’ailleurs dans les usages populaires la même préoccupation comme ces manteaux amples dont s’enveloppent les veuves pyrénéennes21. L’accent mis sur la coiffe, qui cache la chevelure, l’utilisation de voiles, peuvent se lire de la même façon. Cependant au cours du XVIIIe siècle, au terme d’évolutions pluriséculaires, le sens profond du paraître s’efface au profit de détails dont la symbolique devient incompréhensible. Ainsi des grands ourlets qu’hommes et femmes arborent à la mort de leur conjoint.

  • 22 Voir par exemple pour Toulouse la correspondance de la présidente Du Bourg avec la marquise de Livr (...)
  • 23 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. cit., p. 283-310.

14Tel qu’il apparaît dans ce texte, l’habit de deuil se révèle profondément ambivalent et porteur de sa propre contradiction. Relevant de l’ostentation funéraire, il est en même temps associé à la volonté de cacher, puisqu’il doit masquer le corps de la veuve. L’habit exhibe la femme en tant que veuve, au moment où elle est censée se retirer du monde. Le texte de l’étiquette précise en effet : « les veuves ne peuvent paraître à la Cour qu’au bout des six premiers mois » (qui correspondent au grand deuil), alors que les veufs, toujours selon le texte, « peuvent paroître à la Cour dès les premiers jours de leur deuil ». Cet usage de disparaître du monde pendant le grand deuil n’est pas limité au milieu de la Cour, mais touche plus largement la noblesse22. Il se poursuit dans l’attitude de nombreuses veuves qui se logent comme pensionnaires dans un couvent au milieu de religieuses dont l’habit présente de nombreuses similarités avec celui des veuves23. La tension entre visibilité et invisibilité que manifeste l’habit de deuil de la veuve dans l’espace social reflète l’ambiguïté du statut de cette dernière, souligné en introduction, entre crainte et sainteté, entre refus du monde prôné par l’Église et visibilité sociale accrue : combien de veuves de marchands reprennent-elles le commerce de leur mari ? Combien de veuves d’artisans continuent-elles à tenir boutique ? Combien de veuves de la noblesse devenues tutrices de leurs enfants prennent-elles en main la gestion de leur patrimoine, la carrière de leur fils et le mariage de leur fille ?

  • 24 Archives Départementales de la Haute-Garonne, B 1648, 1761. Le texte rappelle les arrêts précédents (...)
  • 25 Archives Départementales de la Haute-Garonne, archives de l’hôtel-Dieu, 2 E 98. Comptes pour 1760 e (...)

15Volonté d’ostentation et obligation de discrétion se retrouvent de même dans le décor. Le texte détaille en effet pour les veuves, et uniquement pour elles, la décoration funèbre qu’il convient d’adopter : « les antichambres doivent être tendues de noir, la chambre à coucher et le cabinet de gris pendant un an ; les glaces cachées pendant six mois ». Ces exigences de l’étiquette s’inscrivent dans les pratiques funéraires qui consistent à manifester le deuil par le paraître de la « maison », au double sens du mot. Le terme de « maison » désigne d’abord le lieu où vivait le défunt, dont les murs doivent être revêtus de tentures noires, éventuellement les meubles houssés. À Toulouse, la location des « manteaux, chaperons, draps noirs et autres ornements funèbres » – les manteaux et les chaperons étant portés pour les cérémonies funèbres jusqu’au XVIIsiècle – est un privilège réservé à l’hôtel-Dieu Saint-Jacques. Il s’agit là d’une source de revenus supplémentaire pour l’hôpital qui contraint post-mortem les plus riches à venir en aide aux malades nécessiteux. Un texte de 1761 précise que l’hôpital a le privilège de louer « les tapisseries des chambres, salles et salons que les particuliers voudront faire tendre en noir, y compris housses de fauteuil, chaises et sophas »24. Cette pratique est toujours attestée alors, car non seulement l’hôtel-Dieu prend soin de faire confirmer son privilège, mais afferme à la même époque ce droit pour 1 190 livres par an25. Mais le mot de « maison » doit être aussi compris au sens de « maisonnée » englobant parents et domestiques, qui tous revêtent des habits de deuil lorsqu’on vient le temps de « draper ». Lorsqu’il s’agit d’un homme marié, c’est la vêture de sa veuve, dont nous avons déjà souligné qu’elle était assimilée aux honneurs funèbres, qui est la plus chargée de significations. L’épouse, appartenant à la maison de son mari, est donc étroitement associée à l’espace domestique, durant le temps de son deuil. Mais ce territoire de la maison n’est pas le sien, sauf exception. C’est celui de son mari. Cela est particulièrement vrai dans le Midi de régime dotal, où les époux vivent sous un régime de séparation des biens. La veuve n’a normalement pas de droit sur la maison de son mari au profit des héritiers de celui-ci. La question de son logement est donc épineuse, puisqu’en droit elle peut s’en retrouver chassée. C’est pourquoi les testaments des hommes comportent très fréquemment des clauses en faveur de leur épouse, qui insistent sur le maintien de celle-ci dans les lieux où elle a vécu, qu’il s’agisse de la jouissance d’une chambre ou de celle d’un château. Sauf stipulation contraire, la maison du mari n’est donc juridiquement celle de sa veuve que le temps du deuil. L’article du Code civil cité au début (« l’habitation et les habits de deuil doivent être fournis sur la succession pendant l’an de deuil ») assimile bien habitation et habits de deuil. On peut se demander s’il existe dans la pratique un lien entre le port du deuil par la veuve et la résidence dans la maison de son défunt mari.

  • 26 Elle était la fille de Gaspard de Maniban, premier président du Parlement de Toulouse. Sur ce perso (...)
  • 27 Archives Municipales de Toulouse, 5 S 456. Lettres du 24 août 1765 et du 8 janvier 1766.
  • 28 L. Taylor, op. cit., p. 111.
  • 29 Archives Municipales de Toulouse, 5 S 457. Lettre de Madame de Livry à la Présidente Du Bourg, 25 j (...)

16Publication annuelle de format in octavo, d’un coût réduit, à visée utilitaire, l’Almanach historique de la ville de Toulouse édité par le libraire Baour qui présente l’étiquette des deuils en 1782, 1783, 1784, 1786, s’adresse à un public toulousain. Toulouse est alors une ville importante une véritable métropole régionale, dotée d’une élite nobiliaire, riche et cultivée. Mais elle est très éloignée de la capitale et de Versailles, et conserve fortement son caractère méridional, sensible notamment dans l’usage de la langue occitane, le « gascon », selon le terme de l’époque. Les « mœurs » et les usages des Toulousains, modelés par le droit romain, diffèrent sensiblement de ceux de la capitale. Conscients de leurs spécificités, les Toulousains du XVIIIe siècle sont partagés entre attachement aux habitudes locales et désir d’imiter les usages parisiens dans différents domaines dont celui du deuil de Cour, comme l’illustre la correspondance entre la présidente Du Bourg et la marquise de Livry. La marquise, d’origine toulousaine26, mais qui vivait à Paris et fréquentait la cour, écrivait très régulièrement à son amie, membre de l’aristocratie parlementaire toulousaine, pour la tenir au courant de l’actualité. En 1765 la marquise de Livry écrit ainsi en réponse à une lettre de Madame Du Bourg « votre premier président [du parlement] me paraît fort peu au fait de la manière dont on porte le deuil de cour : jamais de la vie on n’a porté des cornettes et des manchettes noires pour aucun deuil » (24 août). En janvier de l’année suivante elle apporte de nouvelles précisions sur ce sujet à la demande de la présidente : « je me presse Madame de répondre aux questions que vous me faites sur la façon dont on doit porter le deuil de feu Mgr le Dauphin. Vous devez porter pendant trois mois du ras de Saint Maur de laine… ». Elle décrit ensuite « l’usage de Paris »27. Crainte de montrer son ignorance d’un côté, souci d’information de l’autre, soulignent les enjeux sociaux et politiques du jeu des apparences, car connaître les usages parisiens c’est montrer sa proximité avec la capitale et la Cour. Lou Taylor note aussi pour le XVIIIsiècle anglais le rôle des correspondances dans la circulation de l’information concernant les tenues de deuil28. Par contre, à la mort de son mari en 1778, Madame Du Bourg, à son tour questionnée par la marquise sur les usages, respecte les habitudes languedociennes, portant le grand deuil plus longtemps qu’à Paris, treize mois apparemment contre six29.

  • 30 La Poix de Fréminville, op. cit.
  • 31 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. cit., p. 139.

17Alors que Madame Du Bourg, qui appartient à l’élite de la ville, dans les années 1760 interroge directement Madame de Livry, le libraire Baour s’adresse lui à un public très large avec son Almanach. La publication par ce dernier de l’étiquette des deuils est révélatrice de la diffusion spatiale et sociale des pratiques curiales et aristocratiques du deuil, que déplorait dès le début du siècle l’ordonnance royale de 1730 réduisant leur durée : « l’usage de porter les Deuils, sur-tout ceux de la Cour, a passé jusqu’aux personnes de la plus basse extraction »30. Entériné par la disparition des lois somptuaires, le phénomène est amplifié par la presse à la fin du siècle, notamment par les journaux de mode31. Le décalage chronologique d’une vingtaine d’années entre d’une part la publication l’Ordre chronologique des deuils de la Cour et la correspondance évoquée ci-dessus autour de 1765 et de l’autre l’Almanach historique de la ville de Toulouse, mesure les distances sociales entre l’aristocratie parisienne et toulousaine et une frange beaucoup plus étendue de la population citadine alphabétisée. Il serait cependant illusoire de penser que l’étiquette des deuils est suivie au pied de la lettre par les bourgeoises de Toulouse. Mais ces phénomènes de circulation des « modes » du deuil de Paris vers le Languedoc invitent à examiner de plus près la garde-robe des Toulousaines au cours du XVIIIsiècle.

Des tenues diversifiées

18Pour toute étude sur le vêtement, les inventaires après décès constituent une source privilégiée pour l’historien de cette période, où les vêtements conservés et même leurs descriptions sont peu nombreux, en dehors de ceux que portait l’élite. Ils présentent cependant de nombreuses difficultés méthodologiques maintes fois soulignées. Outre les questions de représentativité socio-économique que pose cette source, il faut insister sur le fait que tous les inventaires ne comportent pas de garde-robe, que celle-ci peut être incomplète, certains vêtements étant donnés à un tiers par exemple, ou décrite de manière imprécise et approximative par le notaire. Des doutes peuvent surgir sur l’identité de la personne à qui étaient réellement destinés les tenues inventoriées et sur la période durant laquelle elles ont été utilisées. Peuvent ainsi être conservés des vêtements non portés depuis des années par l’individu décédé. Ces interrogations sont plus sensibles encore pour les veuves. D’abord parce que les inventaires de femmes sont moins nombreux que ceux des hommes. Ensuite, parce que pour repérer des vêtements de deuil dans les garde-robes, on ne dispose que de certains indices, souvent fragiles, en fonction du degré de précision de l’inventaire : couleur, tissu, accessoires spécifiques. Très peu d’éléments sur les formes des pièces de vêtement sont disponibles. Les coiffures notamment posent problème, alors qu’on sait combien elles sont importantes dans le deuil féminin. Or les identifier dans un inventaire est le plus souvent impossible, sauf si le notaire leur précise l’usage. Enfin, parce que la présence de vêtements de deuil peut susciter des questions qui n’ont pas forcément de réponse : sont-ils portés uniquement pendant l’an de deuil ou au contraire pour des durées plus longues ? Ce deuil concerne-t-il le veuvage ou renvoie-t-il à un autre décès familial ? Réemploi, réutilisation, teinture des étoffes, même dans des milieux aisés, étaient tout à fait courants, et sans doute plus encore pour les tenues de deuil, dont l’usage n’est que temporaire. Il convient donc de faire preuve de prudence dans l’exploitation des inventaires, dont l’apport à l’étude des tenues de veuves doit cependant être testé. Moins nombreux dans le Midi de régime dotal que dans la France coutumière, plusieurs centaines d’entre eux sont cependant conservées pour Toulouse et ses proches environs au XVIIIe siècle. Un premier sondage a permis d’examiner 37 inventaires de veuves comprenant la présence de vêtements. Ces femmes, dont les décès vont du début à la fin du siècle, appartenaient à des milieux sociaux variés, de la veuve de travailleur à celle de conseiller au parlement.

  • 32 Marie-Hélène Boutet, Les vêtements à la fin du XVIIIe siècle à Toulouse, mémoire de maîtrise, U (...)
  • 33 Pour Paris, voir D. Roche, op. cit.

19Les couleurs sombres et éteintes, noir, brun, gris, dominent dans les vestiaires féminins du XVIIIe siècle toulousain. Le noir à lui seul représenterait plus de 40 % des teintes des vêtements féminins32. Très présentes au début du siècle, ces couleurs associées en général à des tissus de laine comme le burat, le cadis, la serge, reculent notamment dans les classes moyennes. On assiste en effet à Toulouse, comme dans les autres villes françaises, à une mutation vestimentaire féminine tout à fait sensible33. Les garde-robes deviennent plus fournies et se diversifient. Au cours du siècle les tissus de coton envahissent armoires et coffres. Leurs couleurs sont désormais plus variées, et ils peuvent être imprimés : rayures et indiennes sont fréquemment répertoriées. Ils concurrencent de plus en plus les étoffes bon marché fabriquées à partir de laine comme les droguets, les cadis et autres rases. À la fin du siècle, d’autres textiles légers, mousselines et linons, se multiplient dans les inventaires. Ces changements, particulièrement nets dans la seconde moitié du siècle, et confirmés par des inventaires de boutique, touchent une grande partie de la population toulousaine ; les classes moyennes incluant l’artisanat sont pleinement concernées par ce phénomène.

  • 34 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11890.
  • 35 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11880.
  • 36 Daniel Fabre et Jacques Lacroix, La vie quotidienne des paysans du Languedoc au XIXe siècle, Paris (...)
  • 37 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11880.
  • 38 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11890.

20Mais les femmes des classes populaires en restent encore largement exclues pendant la plus grande partie du siècle. Cécile Cer veuve d’un travailleur possède à sa mort en 1733 deux corps de burat « minime » (brun) usés, un corps de burat noir, une jupe de burat noir, une jupe de burat minime avec un tablier de même, une jupe d’étamine minime, un tablier de burat noir34. L’inventaire de Jeanne Bosc établi en 1746 comporte deux vieux corps, l’un de cadis couleur brune et l’autre de burat couleur grise, un autre corps de burat noir, une veste longue usée de cadis minime, une veste courte, également de cadis minime35. Apprécier la part du vêtement de deuil dans ce type de vestiaire est impossible. Vêtues de sombre ordinairement, les femmes des milieux populaires qui n’ont pas les moyens de s’habiller de neuf à l’occasion du décès de leur mari portent déjà des couleurs associées au deuil. Daniel Fabre fait remarquer pour le XIXe siècle que les femmes des campagnes languedociennes, vêtues de noir une fois mariées, adoptent à leur veuvage un détail vestimentaire pour les distinguer, tel le port d’un grand fichu noir pour remplacer le châle habituel36. Si de telles pratiques existent au XVIIIe siècle, nous n’en trouvons pas clairement la trace dans les inventaires. La situation est fort différente pour les femmes des milieux aisés : elles disposent en temps ordinaire d’une garde-robe beaucoup plus diversifiée et colorée qu’elles peuvent et doivent modifier en cas de deuil par l’achat de tenues sombres spécifiques. Ceci est tout à fait sensible pour les membres de la noblesse, tenues par leur rang à porter leur deuil de manière ostentatoire. Les inventaires de veuves nobles comportent, sauf exception, à la fois des vêtements de couleurs variées, souvent vives, qui les distinguent du commun surtout au début du siècle, et des pièces qui peuvent être identifiées comme éléments d’un costume de deuil, parfois même comme des tenues ou accessoires spécifiques au veuvage. Marguerite de Bar de Mauzac, veuve d’un parlementaire, possède à son décès en 1716 deux robes avec leur jupe de ras-de-Saint-Maur, ainsi qu’une jupe de taffetas noir et une écharpe de gaze noire qui tranchent sur le « jupon couleur de rose à rayes d’argent » ou la « robe de chambre d’un damas couleur de feu avec sa jupe » qu’elle détient également, pour ne prendre que deux exemples dans une garde-robe fournie37. On trouve mention dans l’inventaire de Marguerite de Cassaigneau en 1711 d’une écharpe de taffetas avec sa coiffe de crêpe et d’une petite frange de fil pour garnir des coiffes de deuil38.

  • 39 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11876.
  • 40 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11880. Inventaire de Marie Baqué.
  • 41 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11936.

21Crêpe, ras-de-Saint-Maur, soie noire sous forme de taffetas, écharpe noire, autant d’éléments du costume de deuil évoqués dans l’étiquette décrite précédemment pour la seconde moitié du siècle, et présents dès le début du siècle dans les garde-robes des veuves de la noblesse toulousaine, mais totalement exclus dans les milieux populaires. Entre ces deux extrêmes les pratiques vestimentaires sont beaucoup plus difficiles à repérer, et plus encore à dater. Ainsi on trouve la présence dans l’inventaire de Catherine de Bord veuve du « sieur Bénazet » en 1705 « d’un crêpe de deuil pour femmes »39. Dans celui d’une veuve de marchand chapelier en 1753 de ras-de-St-Maur40. Dans celui de Marianne Néré veuve d’un marchand d’« un sac de tafetas de veuvage » en 176841. Le plus souvent, les indices repérables dans les inventaires concernent des accessoires et la coiffure comme dans deux des exemples ci-dessus, les indications de couleur n’étant pas interprétables lorsqu’elles sont isolées. On remarque aussi la fréquence des mantes et autres capotes noires, ainsi que la présence de quelques voiles, qui soulignent que c’est à l’extérieur du foyer que se met en scène le paraître des veuves. Ces mentions ne sont pas quasi systématiques comme dans la noblesse, et dans l’état actuel des recherches, la mise en place d’une chronologie reflétant la diffusion éventuelle d’un modèle nobiliaire du deuil est impossible. S’il reste donc beaucoup d’incertitudes, que des études systématiques ultérieures à partir des inventaires féminins pourront peut-être lever au moins partiellement, il est incontestable cependant que le port du deuil par les veuves reste un marqueur social très fort, mais dont les modalités changent. Le paraître des veuves s’est trouvé transformé par les mutations vestimentaires du XVIIIe siècle. Le deuil se fait désormais plus visible lorsqu’il doit apparaître dans une garde-robe de veuves de marchands par exemple où dominent les indiennes et autres cotonnades colorées, de même qu’au siècle précédant les tenues sévères des veuves de la noblesse contrastaient avec leurs costumes habituels. Socialement discriminant, le paraître du deuil est inégalement présent dans l’espace urbain, car absent des maisons modestes. Cependant les cités de l’époque moderne ne connaissant pas de ségrégation spatiale comparable à celle des villes contemporaines, il n’existe pas de véritable géographie du deuil opposant les quartiers les uns aux autres. Par contre, les différences entre citadines et rurales se renforcent sans doute au cours du XVIIIsiècle, puisque les transformations vestimentaires précédemment soulignées restent essentiellement limitées aux classes moyennes urbaines.

  • 42 Tableau conservé au musée du Vieux Toulouse.
  • 43 D. Roche, op. cit., p. 194.

22Les éléments retrouvés dans les inventaires évoquent plutôt le port du « grand deuil », en principe porté temporairement, plus d’une année à Toulouse si on en croit la présidente Du Bourg. Les inventaires de veuves, dès lors qu’elles appartiennent à des milieux aisés pour le début du siècle ou à des milieux moins huppés à la fin du siècle, comportent en effet de nombreuses tenues colorées, qui paraissent indiquer qu’elles ne s’habillent de noir que pour un temps. Un tableau conservé à l’hôtel-Dieu Saint-Jacques de Toulouse représentant Thérèse Azémar [ill. 1], veuve De Masbou, décédée en 1792, donne un certain nombre d’indications qui vont dans le même sens. D’après la tenue portée par cette bienfaitrice de l’hôpital, son portrait en pied semble dater des années 1780. Elle est vêtue d’une robe d’un rouge vermillon éclatant, qui découvre des chaussures blanches. Par contre, elle porte par-dessus sa robe et un bonnet blanc, une sorte de voile très volumineux, peut-être de gaze ou de mousseline, de couleur noire qui lui couvre la tête et les épaules, à moins qu’il s’agisse d’un fichu et d’une coiffe de même couleur. Dans ce cas, si les vêtements ne sont pas entièrement noirs, le veuvage est montré ostensiblement, grâce aux accessoires et éléments de coiffure. Ce tableau évoque une œuvre toulousaine postérieure de Gabriel Durand, représentant Madame Faure en 1842, qui porte elle aussi un voile noir sur la tête par-dessus sa coiffe42. Daniel Roche de son côté signale les commandes de bonnets de deuil effectués dans les années 1760 par une veuve de la noblesse agenaise43.

Ill. 1 : Anonyme, Portrait de Thérèse Azémar, Toulouse, Hôtel-Dieu Saint-Jacques, CHU de Toulouse. Crédit photo : Photo Hôpitaux de Toulouse.

Ill. 1 : Anonyme, Portrait de Thérèse Azémar, Toulouse, Hôtel-Dieu Saint-Jacques, CHU de Toulouse. Crédit photo : Photo Hôpitaux de Toulouse.
  • 44 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11936. Inventaire de 1768.
  • 45 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11890.
  • 46 Pour Toulouse, voir François Prêtre, Mode de vie et culture des parlementaires toulousains à la fin (...)

23Il est possible cependant que certaines veuves adoptent les couleurs sombres de manière définitive. Même lorsque les inventaires comportent des tenues de couleur, la disposition des vêtements dans la maison semble indiquer parfois que certains ne sont plus portés. Les vêtements noirs de Marianne Néré sont rangés dans sa chambre, alors que sont relégués dans un galetas ces tenues colorées44. Quant à certaines veuves, elles ne conservent plus que des vêtements plutôt sombres ou en tout cas de couleur neutre. C’est le cas de Marie de Carraud, veuve d’un capitoul, qui dispose d’une importante garde-robe à sa mort en 173745. Les seules mentions de couleur concernent des rayures bleues ou un jupon d’« écorse d’arbre rayé ». De plus, son lit est garni de toile grise. Choix lié au veuvage ? à l’âge ? Si au XIXe siècle, les femmes âgées du Languedoc s’habillent de sombre, nous ne pouvons affirmer qu’il en va déjà de même au XVIIIe faute d’éléments précis. On peut plutôt penser que l’habitude d’associer vieillesse et couleurs foncées apparaît au fur et à mesure que les garde-robes s’éclaircissent et permettent de distinguer les âges. Il est donc possible qu’au-delà de l’an de deuil les pratiques vestimentaires des veuves de même niveau social soient assez variées en fonction de leur âge, de leurs inclinations personnelles et familiales, de même que les études sur le cadre de vie montrent une grande diversité des modes d’habiter46.

24Le paraître des veuves à Toulouse au XVIIIsiècle est construit sur un mélange d’héritages, voire d’archaïsmes, et de nouveautés. L’obligation légale du deuil, la symbolique des tenues, si elles s’affaiblissent sans doute, conservent en effet la plupart des traits anciens, ce qui paraît refléter l’absence d’évolution fondamentale du statut juridique des veuves, comme le montre le Code civil. Les habits de deuil restent conditionnés par l’ambiguïté de la figure de la veuve, entre ostentation et réclusion, visibilité et invisibilité, intrusion dans l’espace public et repli dans un espace privé. La veuve est à la fois cachée et montrée par ses habits.

  • 47 Sur le XIXe siècle, voir Jean-Paul Barrière, « Le paraître de la veuve dans la France des XIXe et X (...)
  • 48 Sophie Daugene dans Le commerce de la mode à Toulouse durant la première moitié du XIXe siècle, (...)

25Pourtant, les pratiques vestimentaires se transforment sous l’impact des changements sociaux, culturels, économiques et techniques du XVIIIe siècle. Le paraître du deuil à la fin du XVIIe associé au cérémonial funéraire montre surtout le rang du mari défunt et souligne la prééminence de la noblesse, dont les femmes peuvent arborer tous les signes vestimentaires du veuvage. Au cours du XVIIIe siècle se met en place un processus au terme duquel l’habit de deuil, soulignera moins le statut social de celle qui le porte que son état de veuve, qu’elle soit bourgeoise ou femme d’artisan. Alors que les funérailles se font plus discrètes, que la visibilité des hiérarchies sociales citadines révélées par le vêtement s’affaiblit, que les garde-robes se multiplient et se colorent, le modèle « parisien » aristocratique diffusé par l’Almanach de Baour atteint Toulouse à la fin du XVIIIe siècle, révélant une homogénéisation grandissante des pratiques urbaines du deuil dans l’espace national et même européen. Cette évolution, difficile à saisir précisément au XVIIIe siècle, accélérée peut-être par la rupture révolutionnaire, se manifeste pleinement dans les premières décennies du XIXe siècle, où presse et magasins contribuent fortement à ces transformations47. À Toulouse « À la Fourmi laborieuse » propose en 1829 divers accessoires de deuil, tandis que le magasin « Au saule pleureur » est spécialisé dans ce type de fournitures48. C’est alors qu’apparaît nettement la rupture entre villes et campagnes, tandis que les costumes ruraux se différencient de plus en plus nettement les uns des autres et se provincialisent, y compris les tenues de deuil, dont la variété des bonnets dessine la géographie du veuvage.

Top of page

Notes

1 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement. XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Points-Histoire, 1991(1ère éd. Fayard, 1989).

2 Pour les transformations du vêtement de deuil à la Cour, voir Kimberly Chrisman-Campbell, « Mourning and La Mode at the Cour of Louis XVI », Costume, n°39-2005, p. 64-78.

3 Simon d’Olive, sieur du Mesnil, Questions notables du droit …, Nouvelle édition, Toulouse, Jean-Dominique Camusat, 1682, « Des habits de deuil … ».

4 Soulatges, Observations sur les questions notables du droit, décidées par divers arrêts du Parlement de Toulouse…, Toulouse, Joseph Robert, 1784, « Des peines établies contre les femmes qui se remarient dans l’an de deuil ».

5 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, p. 217-219.

6 Voir Lou Taylor, Mourning Dress. A Costume and Social History, London, George Allen and Unwin, 1983.

7 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. cit, p. 218-219.

8 Archives Départementales de l’Aude, B 2288 (1679), B 2383 (1728), B 2495 (1785).

9 Jean de Catellan, Arrests remarquables du Parlement de Toulouse …, Toulouse, Jean-François Caranove, 1705, « Des habits de deuil et de la veuve ».

10 Claude Serres, Les Institutions du Droit français … , chez Jean de Nully, s. d., p. 329.

11 Philippe Ariès, L’homme devant la mort, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 1985, t. 2, p. 37.

12 Archives de la Bourse des Marchands de Toulouse, B 126. Affaire demoiselle Ducos et Daubas.

13 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11876. Inventaire après décès de Marie Bequy, veuve de Jean Izard (1711).

14 Claire Dolan, « L’an de deuil et le remariage des veuves. Loi et tradition au XVIe siècle en Provence » dans Veufs, veuves et veuvage dans la France d’Ancien Régime. Actes du colloque de Poitiers (11-12 juin 1998), textes réunis par Nicole Pellegrin, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 47-70.

15 S. d’Olive, op. cit. et J. de Catellan, op. cit.

16 La Poix de Fréminville, Dictionnaire ou Traité de la police générale des villes, bourgs, paroisses et seigneurs de la campagne, Paris, Gissey, 1769 (nouvelle édition), article « deuils ».

17 Soulatges, op. cit.

18 Almanach historique de la ville de Toulouse…, qui devient Almanach historique de la province du Languedoc…, Toulouse, Baour, 1782, 1783, 1784.

19 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, Paris, J. Estienne, 1723.

20 Nicole Pellegrin, « Le sexe du crêpe : costumes du veuvage dans la France d’Ancien Régime », Veufs, veuves et veuvage…, op. cit., p. 219-245.

21 Jean-François Soulet, La vie quotidienne dans les Pyrénées sous l’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1974, p. 240.

22 Voir par exemple pour Toulouse la correspondance de la présidente Du Bourg avec la marquise de Livry. Archives Municipales de Toulouse, 5 S 457.

23 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. cit., p. 283-310.

24 Archives Départementales de la Haute-Garonne, B 1648, 1761. Le texte rappelle les arrêts précédents du 17 décembre 1717 et du 10 juillet 1752.

25 Archives Départementales de la Haute-Garonne, archives de l’hôtel-Dieu, 2 E 98. Comptes pour 1760 et 1761.

26 Elle était la fille de Gaspard de Maniban, premier président du Parlement de Toulouse. Sur ce personnage, voir l’analyse qu’en fait Nicole Castan, dans Histoire de la vie privée, sous la direction de Philippe Ariès et Georges Duby, t. 3, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil (Points-Histoire), 1999, p. 424-429.

27 Archives Municipales de Toulouse, 5 S 456. Lettres du 24 août 1765 et du 8 janvier 1766.

28 L. Taylor, op. cit., p. 111.

29 Archives Municipales de Toulouse, 5 S 457. Lettre de Madame de Livry à la Présidente Du Bourg, 25 juin 1779.

30 La Poix de Fréminville, op. cit.

31 S. Beauvalet-Boutouyrie, op. cit., p. 139.

32 Marie-Hélène Boutet, Les vêtements à la fin du XVIIIe siècle à Toulouse, mémoire de maîtrise, Université Toulouse-Le Mirail, 1993.

33 Pour Paris, voir D. Roche, op. cit.

34 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11890.

35 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11880.

36 Daniel Fabre et Jacques Lacroix, La vie quotidienne des paysans du Languedoc au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1973, p. 153.

37 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11880.

38 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11890.

39 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11876.

40 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11880. Inventaire de Marie Baqué.

41 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11936.

42 Tableau conservé au musée du Vieux Toulouse.

43 D. Roche, op. cit., p. 194.

44 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11936. Inventaire de 1768.

45 Archives Départementales de la Haute-Garonne, 3 E 11890.

46 Pour Toulouse, voir François Prêtre, Mode de vie et culture des parlementaires toulousains à la fin de l’Ancien Régime, mémoire de maîtrise, Université Toulouse-Le Mirail, 1995.

47 Sur le XIXe siècle, voir Jean-Paul Barrière, « Le paraître de la veuve dans la France des XIXe et XXe siècles » dans Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours, éd. par Isabelle Paresys, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, p. 75-97.

48 Sophie Daugene dans Le commerce de la mode à Toulouse durant la première moitié du XIXe siècle, mémoire de maîtrise, Université Toulouse-Le Mirail, 1997, cite la publicité de « À la fourmi laborieuse ». Celle de « Au saule pleureur » est reproduite dans Madeleine et Françoise Besson, Au fil des coiffes. Toulouse et le pays d’OC, Estadens, PyréGraph, 2003, p. 91.

Top of page

Ill. 1 : Anonyme, Portrait de Thérèse Azémar, Toulouse, Hôtel-Dieu Saint-Jacques, CHU de Toulouse. Crédit photo : Photo Hôpitaux de Toulouse.
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1156/img-1.png
image/png, 2.0M
Top of page

References

Electronic reference

Christine Dousset, « Paraître du deuil, d’un lieu à l’autre. Les veuves en Midi toulousain au XVIIIe siècle », Apparence(s) [Online], 4 | 2012, Online since 07 February 2012, Connection on 19 December 2014. URL : http://apparences.revues.org/1156

Top of page

Author

Christine Dousset

Maître de conférences en histoire moderne à l’université Toulouse-Le Mirail et rattachée au laboratoire Framespa (UMR 5136), Christine Dousset s’intéresse à l’histoire des femmes et de la famille. Elle travaille plus particulièrement sur les veuves du Midi du XVIIe au XIxe siècle. Ella a publié récemment « Fortunes et infortunes familiales des veuves (France. XVIIe – XVIIIsiècle) », dans Agnès Martial (dir.), La valeur des liens. Hommes, femmes et transactions familiales, Toulouse, PUM, 2009 (Les Anthropologiques), p. 47-67 et « Femmes et héritage en France au XVIIsiècle », XVIIsiècle, n° 264, 61e année, n° 3-2009, p. 477-491.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page