Skip to navigation – Site map
Varia

L’hôtel particulier et la collection d’antiques de Florimond de Raemond (1540 ?-1601) : un exemple du paraître bordelais à la fin du XVIe siècle1

Aurélie Plaut

Abstracts

Florimond de Raemond gradually built one of the most visited humanist houses in Bordeaux after he settled there in 1570 to become a parliamentary counsellor. Over a period of about thirty years, he collected antique statues and inscriptions, which were installed in his garden as he found them. Thus his home was more of a lapidary museum, and displayed the antique past of Bordeaux, which was so dear to the local 16th century intelligentsia. Assuming that the museum represented for him a way of offering proof of refinement and culture to the learned public, it above all revealed the pride of a man anxious to assert his belonging to provincial nobility. This embodied for him a means of fitting into the intellectual circle of Bordeaux, and even becoming one of its important members. On a larger scale, it represents an interesting example of the process used at this period by the learned nobility to build a self-image, which matched the tastes of the place where this nobility evolved. Therefore, the 'visit' of this Bordeaux museum helps us to better grasp the intellectual, artistic and social codes of the learned nobility in the Bordeaux area at the end of the 16th century.

Top of page

Full text

  • 1  Nous ne saurions débuter cet article sans remercier Mme Anne Ziegle, conservatrice de la section A (...)
  • 2  Florimond de Raemond, L’Anti-Christ, Cambray, Jean de la Rivière, 1613, p. 237.

1« Recherchant les antiquitez de […] Bourdeaux »2, Florimond de Raemond bâtit peu à peu, quand il s’installa dans cette ville de façon définitive pour y exercer sa charge de conseiller au Parlement, une des maisons d’homme de lettres les plus visitées de la ville. Pendant près de trente ans, il collectionna statues et inscriptions antiques qu’il fit porter, au gré de ses découvertes, dans son jardin. Sa demeure tenait ainsi du musée lapidaire et témoignait du passé antique de Bordeaux si cher aux érudits de la Renaissance. Le passé de la ville où il avait élu domicile était d’autant plus important pour lui que l’attachement à sa province était très fort. Sa collection lui procurait donc une double fierté : celle d’avoir retrouvé des pièces attestant du passé de la ville et, enfin, celle d’avoir reconstitué à une petite échelle le paysage artistique de ses lointains ancêtres.

2L’intérêt porté au passé antique n’est pas typiquement bordelais. De nombreuses fouilles rendent compte de l’engouement suscité par la reconstitution d’une histoire locale. Cette pratique permettait aux humanistes de s’inscrire dans une continuité historique prestigieuse. Par ailleurs, on relata toutes sortes de naissances urbaines mythiques plus prestigieuses les unes que les autres. La fabrication de « faux », qu’ils soient purement historiques, narratifs ou matériels, était aussi un phénomène courant dont témoigne la collection de Florimond de Raemond. Cependant, gardons-nous de considérer ces dérives comme des preuves de mauvaise foi. Loin de perdre les intellectuels dans les méandres d’une histoire falsifiée, elles permirent la mise au jour d’œuvres d’art antiques comme le rappelle l’épigraphiste Émile Espérandieu, auteur d’un Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine :

  • 3  Émile Esperandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, t. II, Paris, Imprimerie N (...)

« Plus heureuse que tant d’autres villes, dont les richesses archéologiques sont dispersées dans une foule de collections publiques ou privées, Bordeaux a le privilège d’avoir pu garder presque entièrement toutes celles de ses antiquités qu’un vandalisme inconscient n’a pas détruites. Dès l’époque de la Renaissance, tandis que des savants comme Élie Vinet et Gabriel de Lurbe s’appliquaient à décrire les pierres qu’ils connaissaient, des collectionneurs non moins érudits, Joseph de la Chassaigne et Florimond de Raemond en disputaient la possession aux jurats de la ville. Malheureusement, ce zèle pieux ne dura, de la part des jurats, que pendant un demi-siècle. Il s’éteignit sous Henri IV, et les règnes de Louis XIV et de Louis XV, dont le premier vit disparaître le temple romain qu’on appelait les Piliers de Tutelle, furent désastreux pour les antiquités de Bordeaux »3.

3Cet amour pour le passé de la ville avait été ravivé au XVIe siècle par la découverte d’un manuscrit d’Ausone que Cujas fit venir à Bordeaux. Ce manuscrit éveilla les curiosités ; tous les érudits de la ville se pressaient pour venir le contempler. Élie Vinet en donna une magnifique édition publiée chez Simon Millanges. L’éditeur dit dans sa préface à l’ouvrage que tous les hommes qui avaient chez eux des livres pouvant l’aider à donner une édition précise et complète du texte lui prêtèrent des ouvrages. Ainsi l’édition d’Ausone fut-elle un véritable travail « bordelais » et déchaîna les passions. Tous les poètes et littérateurs se mirent ainsi à vouloir réveiller le passé de leur ville. C’est dans ce sens que Florimond de Raemond chercha avec patience à rassembler les témoignages antiques de sa « cité ».

  • 4  Gabriel de Lurbe, Chronique Bourdeloise, Bordeaux, Simon Millanges, 1594, in-4 .
  • 5  Sincerius Jodocus dit Zinzerling, Itinerarium Galliae, Genève, 1627.
  • 6  Claude Perrault, Voyage à Bordeaux, Paris, 1909.
  • 7  Il s’agit de feuillets que Bernadeau a insérés dans son exemplaire de Zinzerling. Ces feuillets co (...)

4Les critiques qui s’intéressèrent à Raemond à la fin du XIXe siècle n’ont jamais décrit de façon précise sa collection, où avaient été trouvées les différentes pièces et ce qu’elles étaient devenues. Il est donc difficile de se représenter le détail de ce qu’elle fut réellement. Pourtant, grâce aux témoignages, de Gabriel de Lurbe4 au XVIe siècle, à ceux de Zinzerling5 et de Claude Perrault6 au XVIIe siècle, à celui de l’abbé Venuti au XVIIIe siècle, et, enfin, à celui de Bernadeau7 au XIXe siècle, il est possible d’entrevoir certaines de ces pièces et de reconstituer l’histoire de la collection. L’histoire des pièces antiques rassemblées par Raemond est liée à celle de son hôtel particulier. En effet, les différents changements de propriétaire expliquent par-là même les vicissitudes que la collection a subies. De plus, comme nous le verrons, l’acquisition de cette demeure bordelaise prend une dimension tout autre lorsqu’on la considère comme une étape déterminante dans la construction du « moi social » de ce personnage.

Le premier miroir du paraître : l’Hôtel de Raemond

  • 8  Camille Jullian, Inscriptions Romaines de Bordeaux, Bordeaux, 2 vols., 1887.
  • 9  Pierre Bistaudeau, « Les hôtels Denis de Saint-Savin et Dupérier de Larsan, rue du Temple », Revue (...)

5Dans ses Inscriptions Romaines de Bordeaux8, Camille Jullian affirme que l’hôtel de Florimond de Raemond se trouvait aux numéros 24 et 24 bis actuels de la rue du Temple et que le jardin descendait non seulement jusqu’à la rue de Grassi mais atteignait aussi l’église Saint-Christoly. L’hôtel de Raemond n’était pas aussi important que l’imaginait cet épigraphiste du XIXe siècle. Les recherches récentes de Pierre Bistaudeau montrent en effet qu’il confondait l’hôtel de Raemond avec celui de Denis de Saint-Savin situé lui aussi rue du Temple9.

6L’hôtel de Raemond était composé de plusieurs bâtiments. Deux maisons principales dominaient l’ensemble. L’une d’elle était bâtie au nord et correspondait au numéro 26 de la rue du Temple actuelle. On y trouvait une petite cour et une tourelle dans laquelle s’élevait un escalier à vis. La deuxième maison était située dans l’angle de la rue du Temple et de la rue Saint-Christoly, actuellement appelée rue Poquelin-Molière. Entre les deux maisons se trouvaient la cour d’entrée et les écuries. La façade de la bâtisse donnait sur un grand jardin qui s’étendait jusqu’à la rue des Treilles.

7Les récentes découvertes de Véronique Larcade nous ont permis de connaître de façon précise les dates des différentes acquisitions de Raemond. Elle explique qu’au début de son mariage avec Catherine de Rosteguy de Lancre des difficultés freinèrent son installation dans le quartier tant estimé des parlementaires bordelais :

  • 10  Véronique Larcade, « Fortune et infortunes de Florimond de Raimond (v.1540-1601), vues de l’étude (...)

« la volonté de faire bonne figure passait aussi, à l’évidence, par son installation dans le quartier chic de Saint-Christoly. Ce ne fut pas tout à fait facile. Déjà était prévue, en effet, dans la dot de Catherine de Rosteguy une somme de 2 500 livres « pour employer au payement de achapt de la maison que led. sr de Raimond a cy-devant acquis et en laquelle il a faict apresent sa residance… ». Faute d’avoir pu obtenir satisfaction, de toute évidence, quant à son contrat de mariage, Florimond de Raimond disposa, donc, en 1586, d’une maison appartenant à Anne de Rosteguy, veuve de Me Léon de Meule, située effectivement dans la paroisse Saint-Christoly et qui jouxtait la « maison, jardin et estable » qu’il avait prédemment acquise, (d’après l’acte du 23 avril 1580) « tant de monsieur le presidant de Lalane que des heritiers de feu monsieur Ducasse quand vecut conseiller du roy en lad. cour [de parlement] ». Florimond de Raemond les échangea avec Geoffroy de Malvyn contre une maison, de moindre valeur, de la paroisse Saint-Projet. Il obligeait ainsi un confrère et un ami qui avait facilité à l’évidence son entrée au Parlement »10.

8Il continua d’agrandir sa demeure à partir de 1591 :

  • 11  Véronique Larcade, ibid., à paraître.

« Florimond de Raimond fut en mesure, en 1591, d’après l’inventaire des titres laissés par son petit-fils à sa mort, d’acheter une « grande maison », selon les termes mêmes de l’acte notarié, à un certain Roger Delor, écuyer, ainsi que d’une portion de maison, appartenant à Marguerite, femme de Gabaud Lacombe, cordonnier de Sainte-Foy. La maison était située rue du Temple, paroisse Saint-Christoly. Les deux années précédentes, Florimond de Raimond avait acheté, à proximité, un terrain et trois maisons avec le jardin attenant. Par la suite, en 1593 et en 1596, il fit encore l’acquisition de deux maisons et de jardins destinés, à l’évidence, à agrandir sa demeure et ses dépendances »11.

  • 12  Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture au XVIe siècle. Les notaires et les secrétaires d (...)
  • 13  Sylvie Charton-Le Clech, ibid., p. 58.
  • 14  Sylvie Charton-Le Clech, ibid., p. 66.
  • 15  Pour de plus en amples informations sur les vignobles acquis par Raemond, nous renvoyons le lecteu (...)

9Cette demeure fut donc le résultat d’acquisitions successives qui s’étalèrent sur seize années. Devenu parlementaire suite au rachat de la charge de conseiller de Michel de Montaigne en 1570, il aura fallu quelques dix années avant que Raemond puisse élire domicile à Saint-Christoly. Bien plus qu’un désir relevant d’un amour passionné du quartier, Raemond souhaitait installer sa demeure près des résidences des autres parlementaires. Il se pliait ainsi aux codes sociaux de la ville. Dans son ouvrage Chancellerie et culture au XVIe siècle12, Sylvie Charton-Le Clech dégage les codes du paraître des notaires et des secrétaires du roi. Loin de révéler une attitude propre à un groupe social donné, la typologie des codes présentée par Sylvie Charton-Le Clech montre plutôt la manière dont les hommes de la Renaissance construisaient leur étiquette socio-culturelle. Nous savons donc ce qu’exigeait le « groupe social de référence13 » d’un homme voulant l’intégrer. Florimond de Raemond connaissait parfaitement les codes sociaux auxquels il devait correspondre. En effet, la première étape qu’il entreprit fut celle de s’installer dans le même quartier que ses collègues. Comme le montrent ses différents achats, Raemond désirait être le propriétaire d’une des plus importantes demeures que possédât un parlementaire bordelais. Ses désirs de grandeur expliquent probablement l’expansion des bâtiments acquis dans les années 1580. De plus, il faut souligner qu’il était courant à cette époque de posséder un hôtel en ville, un château en province et quelques biens de rapport14. Or, c’est précisément le cas de Florimond de Raemond puisqu’il avait un domaine familial près d’Agen, le domaine de La Combe-Suquet, un hôtel particulier à Bordeaux et des vignobles qu’il acquit progressivement. Il accéda à la propriété par les trois voies couramment empruntées à cet effet : par héritage familial pour le domaine agenais, par alliance avec sa femme Catherine Rosteguy de Lancre pour le premier bâtiment qui composa son hôtel particulier bordelais et, enfin, par achat pour les vignobles situés près de Camblanes15.

  • 16  Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture…, op. cit., p. 85.
  • 17  Claude Perrault, Voyage…, op. cit.

10Nous n’avons malheureusement aucune description de l’intérieur de l’hôtel particulier. Néanmoins, les détails de l’aménagement des façades et du jardin sont connus grâce aux témoignages qu’ont laissés les visiteurs de l’hôtel au cours des siècles. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si le jardin a particulièrement marqué les esprits de l’époque. En effet, un hôtel situé entre cour et jardin était habituel dans la mesure où on essayait de reproduire l’idéal du château en ville16. De plus, à cette époque, le jardin devient un attribut du paraître. Il paraissait donc légitime que Raemond exposât sa collection dans son jardin qu’il aménagea entre autre à cet effet. Ainsi, au XVIIe siècle, Claude Perrault nous apprend-il qu’il y avait « une quantité de figures antiques qui ont été trouvées dans la terre. La plupart sont dans des niches en la face du bâtiment qui regarde le jardin »17. La façade de l’hôtel de Florimond fut construite en vue d’accueillir les statues qu’il possédait. Il est intéressant de noter à ce propos que cette façade était conçue comme celle de l’hôtel de ville édifiée en 1594 à l’instigation de Gabriel de Lurbe :

« Le vingt-uniesme Juillet au dit an furent trouvées dans un champs hors la ville près le prieuré St-Martin, le long de la Devise, trois grandes statues de marbre blanc, avec quelques inscriptions latines, et autres antiquités, comme il appert amplement par le discours sur ce fait, cy-après inséré. Lesquelles statues et inscriptions, le Maire et les jurats en mémoire de l’Antiquité, ont fait dresser et eslever en la maison de la ville dans des niches richement élabourées, avec les armoieries du Roy et de la dite Ville ».

11Raemond faisait ainsi de sa maison, comme nous le confirmera l’étude de sa collection, une vitrine de la vie aristocratique bordelaise. On peut songer à ces maisons où de nombreux humanistes firent graver des maximes latines et grecques au-dessus des portes et des fenêtres. Raemond s’inscrit dans cet esprit qui allait peu à peu s’essouffler pour disparaître complètement au milieu du XVIIe siècle.

  • 18  Voir les notes ms. de Barbot datant du 10 décembre 1743 à la Bibliothèque de Bordeaux, Bibliothèqu (...)

12L’hôtel fut habité à la mort de Raemond en novembre 1601 par son fils Charles, abbé de la Frenade. À la mort de ce dernier en 1650, Jean Léon de Raymond, également abbé de la Frenade et petit fils de Florimond, y résida pendant vingt-deux ans. C’est par alliance que la demeure échoua aux mains de la famille de Salles dont le père était aussi conseiller au Parlement de Bordeaux. En 1743, Joseph de Rabar en devint le propriétaire après son mariage avec Marie de Salles de Piles. Grâce au témoignage de Barbot, président de l’Académie de Bordeaux, on sait qu’en 1743 le jardin était à l’abandon18. Le jardin minutieusement entretenu par les anciens propriétaires était devenu un terrain en friches :

  • 19  Barbot, ibid.

« En terre, parmi des ordures et du bois à brûler nous vîmes un grand morceau de pierre de figure parfaitement ronde, de deux pieds de hauteur, tout à l’entour sculpté en bas relief avec des figures en pied fort endommagées par le temps »19.

13Le 1er septembre 1760, Dupérier de Larsan acheta à Madame de Rabar l’hôtel de Florimond avec l’accord de Joseph de Raymond, alors maire d’Agen, qui se sépara à la même époque du domaine de la Combe-Suquet. Dupérier entreprit alors d’importants travaux de reconstruction aux alentours de 1769 au moment où il fut nommé Grand Sénéchal. Il reconstruisit le corps du logis exposé à l’est. Cette partie de l’hôtel était celle où étaient malheureusement exposées les différentes statues antiques. Il fit construire à cet endroit un grand édifice dont toutes les pièces donnaient sur le jardin. L’ancien jardin devint ainsi la cour d’entrée de l’hôtel et s’ouvrait sur la rue de Treilles. Le mur du jardin sur lequel étaient placées les inscriptions antiques fut démoli. Durant la Révolution, Dupérier fuit Bordeaux et les Directeurs de l’octroi s’installèrent dans l’hôtel.

14L’hôtel de Florimond de Raemond cessa d’appartenir à cette famille au XVIIe siècle. Il est de nos jours connu sous les noms d’Hôtel Dupérier et d’Hôtel Ducru et ne porte en aucun cas le nom de Raemond. C’est avec Dupérier de Larsan que commence la dissémination de la collection d’Antiquités. Les différents changements de propriétaires contribuèrent à faire disparaître la collection que seuls les témoignages écrits par les visiteurs de l’hôtel permettent de reconstituer.

Une collection d’humaniste et de magistrat bordelais

15Dès 1570, Florimond de Raemond commença de rassembler avec l’aide de Joseph de la Chassaigne, conseiller lui aussi au Parlement de Bordeaux et beau-père de Michel de Montaigne, une importante collection de pièces antiques trouvées à différents emplacements de la ville. La Chassaigne, qui était un savant distingué, avait débuté ses recherches bien avant que Raemond n’arrivât à Bordeaux. À la mort de Joseph de La Chassaigne Raemond acheta une partie de sa collection. C’est ce que sous-entend Gabriel de Lurbe :

  • 20  Gabriel de Lurbe, Discours sur les Antiquitez trouvées près le Prieuté Saint Martin lez Bourdeaux (...)

« On voit une grande quantité de pierres antiques, & entre autres deux statues de marbre blanc, lesquels le feu sieur de la Chassaigne, personnage d’un exquis et rare savoir, & fort curieux de choses antiques avoit conservés soigneusement »20.

  • 21  Richard Cooper, « Histoire et archéologie de la Gascogne antique au 16e siècle », Écritures de l’H (...)

16Cette passion pour l’archéologie n’était pas un phénomène isolé. Mais, comme le souligne Richard Cooper, « dans ces activités, ils [les Bordelais] étaient très en retard en comparaison des villes comme Nîmes, Lyon ou Paris »21.

17Grâce à ces découvertes et aux souvenirs rapportés de voyages, bon nombre d’érudits de la Renaissance constituèrent chez eux des cabinets de curiosités où étaient rassemblés ces objets. Mais le Musée de Raemond ne saurait être qualifié de cabinet de curiosités dans la mesure où les pièces de la collection demeurèrent jusqu’à sa mort dans son hôtel et qu’il ne procéda pas aux échanges ou aux dons, pratiques qui caractérisaient ces cabinets à l’époque.

18Bien entendu, exposer sa collection représentait pour lui un moyen d’offrir au grand public érudit la preuve de son raffinement et de sa culture. Son jardin reflétait l’orgueil d’un homme, qui, par la reconstruction d’un passé lointain, affichait son appartenance à une noblesse locale fort ancienne. La plupart des pièces qui constituaient la collection Florimond de Raemond ont disparu. Seules trois œuvres d’art sont conservées au Musée d’Aquitaine de la ville de Bordeaux qui hérita des collections du Musée Lapidaire au XXe siècle. Même si le musée de Florimond de Raemond ne peut être reconstitué dans son entier, les témoignages donnés par des passionnés au cours des siècles permettent de visiter de façon « virtuelle » le jardin de l’hôtel où étaient exposées les pièces antiques.

  • 22  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op. cit.
  • 23  Zinzerling, Iterarium Galliae, Genève, Pierre Choüet, 1627.

19Les quatre textes qui décrivent cette collection s’étendent sur trois siècles. Le premier est de Gabriel de Lurbe22 au XVIe siècle, le second est issu de l’Itinerarium Galliae de Jodocus Sincerus dit Zinzerling23 et date du XVIIe siècle, enfin, les deux derniers offrent des témoignages datant du XVIIIe siècle. Il s’agit des Dissertations sur les anciens monuments de la ville de Bordeaux de l’abbé Venuti et des notes manuscrites de Barbot, Président de l’Académie de la ville. Les quatre témoignages, même s’ils sont d’époques différentes, s’accordent tous sur une grande partie de la collection et tendent à prouver qu’au moins jusqu’en 1743 – date du texte de Barbot – certaines pièces demeurèrent dans le jardin de l’hôtel bien qu’à cette époque il soit laissé à l’abandon.

20Gabriel de Lurbe ouvre son Discours ainsi :

  • 24  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op. cit., p. 69.

« Je ne veux aussi passer sous silence plusieurs belles pierres, que le sieur de Raemond Conseiller du roy en ladite Cour, a n’aguieres retiré de la poussière et de l’oubly de divers lieux de ceste ville et eslevé en sa maison, en laquelle on voit une grande quantité de pierres antiques, & entre autres, deux statues de marbre blanc […]. L’une represente selon le iugement commun un grand capitaine ou Empereur Romain, ayant la teste entouree d’une couronne de laurier, l’autre statue est en habit de consul ou de senateur romain »24.

21Nous retrouvons ces deux statues chez Zinzerling :

  • 25 Zinzerling, Itinerarium…, op. cit., p. 390. « Dans un troisième endroit, on trouve deux statues, do (...)

« Tertio duae statuae procerae quorem fuerint nescitae. Altera laurea coronna caput redimita faciem austeram & magnificam cum aliquanto terror prae se ferens ; altera consularem habitum induta »25.

22Il s’agit bien, d’après les deux descriptions, des mêmes statues mais à en croire le Président Barbot une des statues avaient déjà disparu au XVIIIe siècle :

  • 26 . Notes manuscrites de Barbot, Bibliothèque Municipale de Bordeaux, Fonds La Montaigne, Ms. 1696/XV

« Le 10 du mois de décembre 1743, je fus avec M. de Baritault chés les heritiers de Florimond de Raimond […]. En effet, nous y vîmes une grande statue de marbre blanc représentant un sénateur romain en toge, belle teste toute nue, cheveux coupés, a son côté avoit un scrinium ou pluteus ou l’on tenoit les papiers. C’est la marque du sénateur »26.

23Barbot est plus précis quant à la description que de Lurbe et Zinzerling. Ce qu’il nomme scrinium ou pluteus est usuellement appelé par les historiens de l’art capsa. La capsa était une boîte cylindrique fermée par un couvercle dans laquelle le personnage glissait les papiers officiels qu’il devait toujours avoir sur lui. Ce détail, assez fréquent sur ce type de statue, est une marque de distinction sociale. Le personnage qui la portait possédait au moins le rang de magistrat de la cité. La deuxième statue est absente de la description de Barbot. Peut-être était-elle toujours présente au XVIIIe siècle car les trois témoignages, bien qu’ils se rejoignent d’une manière générale, ne décrivent pas toujours les mêmes pièces antiques. De Lurbe et Zinzerling parlent d’une statue d’Hadrien et d’un autre personnage que Barbot n’évoque à aucun moment. C’est Florimond de Raemond qui rapporte lui-même les détails de cette découverte dans l’Anti-Christ :

« Recherchant les antiquitez de ceste ville de Bourdeaux, j’en ay rencontré deux cachées sous terre dans une maison en la rüe du Loup, lesquelles depuis parmy plusieurs autres de marbre, j’ay eslevées chez moy ; l’une est la statue de l’empereur Adrian, placée dans une niche renfoncée comme une coquille, de la grandeur presque du naturel, ayant ceste inscription en son rond (car elle est taillée en arc) : D. HADRI. P. P. MEMO. L. SAB. PRO. D. D. ; et tout auprés, au mesme lieu, j’ay trouvé un autre de son mignon, où est ceste inscription : ANTINOUS, EX VOT. FECIT AC. I. O. M. CONSE. Il y avoit apparence de quelque figure que le temps a mangé ».

  • 27  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op. cit., p. 70.

24Gabriel de Lurbe et Zinzerling les décrivent également et donnent la même inscription que Raemond. De Lurbe ajoute que la deuxième statue figurait peut-être « Antinous soit ce beau mignon de l’empereur Adrian, lequel estant mort en Egypte, Adrian pleura si amerement27 ». Zinzerling, quant à lui, n’apporte pas de nouvelles explications. Actuellement, les historiens de l’Art s’accordent pour dire qu’il ne s’agit en aucun cas d’Antinous, mignon d’Hadrien. Déjà au XVIIIe siècle, l’abbé Venuti émettait quelques doutes quant à l’identification du personnage :

« Sur une grande Pierre, jadis dans la maison de M. de Raymond, on lisoit :

ANTINOUS. EX. VOTO. FECIT.

AC. Iovi. OPTimo. MAXimo

D Dedicavit

Cette inscription, raportée (sic) par de Lurbe, n’existe plus. C’est l’accomplissement d’un Vœu fait par un certain Antinous à l’honneur de Jupiter. Je ne sçaurois me persuader que cet Antinous soit le fameux Affranchi de l’Empereur Adrien. Lui falloit-il venir dans l’Aquitaine pour accomplir son Vœu ? L’Histoire nous apprend qu’Adrien parcourut les Gaules dans ses voyages pacifiques ; mais elle ne nous dit pas expressement qu’il ait été dans l’Aquitaine.

  • 28  Venuti (Abbé), Dissertations sur les anciens monuments de la ville de Bordeaux…, A Bordeaux, chez (...)

Je ne doute point que notre Antinous ne soit different de cet Affranchi. Il y a eu nombre de personnes dans l’Antiquité qui ont porté le nom d’Antinous. On trouve dans le Trésor de Gruter un M. Antinous, & un Arrius Antinous, sans compter cet Antinous, un des pretendans auprès de la chaste Pénélope, dont Homere a beaucoup parlé »28.

25D’après De Lurbe, Raemond avait également exposé une statue de Jupiter qu’il avait trouvée près de la porte Dijaux dans le jardin d’André de Nesmond, premier président du Parlement de Bordeaux :

  • 29  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op.cit.., p. 68.

« Il y a pareillement l’idole et statue de Jupiter, d’environ quatre pieds de haut, ayant a costé l’aigle rompue, dont les pates paroissent encores, & le foudre en la main gauche avec ces mots : DEO. INVICT. O. M. Laquelle statue fust trouvee en une petite maison appartenant au sieur de Nesmond President en ladite Cour pres la susdite porte Dijaux, ce qui confirme l’opinion cy-dessous proposée, que le bastiment ou ces dernieres antiquitez et statues ont esté descouvertes, fut le temple de Jupiter »29.

26Dans son ouvrage, Zinzerling en donne la même description :

  • 30 Zinzerling, Itinerarium…, op. cit., p. 390. « Là, pour commencer, une statue de Jupiter est digne d (...)

« Istic inprire notato digna est statua Iovis fulme manu sinistra tenentis, & ad latus aquilam habentis, cuius tamen defractae vix pedes adhuc cognosci possunt. Inscriptio haec : DEO. IN VICT. O. M. Inventa haec fuit in area domus cuiusdam prope portam Di-iaux : id quod argumento insuper est fuisse templum Iovi erectum, uti modo supra dicebamus »30.

27Il est étonnant de constater que les deux descriptions sont presque identiques. Zinzerling avait certainement lu de Lurbe et il est probable qu’il lui ait emprunté les détails concernant la provenance des pièces de la collection afin de pallier les défaillances de sa mémoire au moment de la rédaction de son ouvrage.

  • 31  Corpus inscriptiones Latinorum, n° 79*.

28Barbot, à la différence des autres auteurs, doute de l’antiquité de la pièce, qui, à ses yeux est « fort équivoque ». Il a peut-être raison puisque le Corpus Inscriptiones latinorum la donne pour fausse31. L’abbé Venuti, quant à lui, ne mentionne pas la statue puisque son ouvrage porte principalement sur les inscriptions et les monnaies.

  • 32  Musée d’Aquitaine, Numéro d’inventaire 60.2.16. Voir la reproduction que nous donnons en annexes, (...)
  • 33  « Tous ces vestiges, et d'autres encore, sont insérés dans le mur de la maison, côté jardin, orien (...)

29Les statues antiques décrites jusqu’ici ont toutes disparu. Les deux statues conservées sont des togati, des personnages en toge. Elles sont actuellement exposées au Musée d’Aquitaine32. Barbot en mentionne l’existence : « dans deux autres niches il y a deux statues de figures aussy habillées à la romaine en toge, mais sans jambe ny bras avec des testes rapportées ». Seul Barbot en donne une description ; Zinzerling, lui, se contente de préciser que « omnia haec atque allia insuper inserta sunt parieti domus33 ». Quant à de Lurbe il en avait fait état dans son Discours :

  • 34  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op. cit., p. 69.

« on voit une grande quantité de pierres antiques, & entre autres, deux statues de marbre blanc […]. L’une represente selon le iugement commun un grand capitaine ou Empereur Romain, ayant la teste entouree d’une couronne de laurier, l’autre statue est en habit de consul ou de senateur romain »34.

  • 35  Voir à ce propos, Bordeaux 2000 ans d’Histoire, catalogue d’exposition, Bordeaux, Musée d’Aquitain (...)

30Que Raemond ait possédé des togati n’est guère surprenant puisqu’il n’est pas rare de rencontrer ce type de statues en Aquitaine : Bordeaux est la ville où les archéologues en trouvèrent le plus grand nombre35. Les togati de la collection Raemond mesurent 1,65 m et 1,70 m. Ils furent trouvés en 1594 près du Prieuré Saint Martin, c’est-à-dire sur le mont Judaïque. Ils sont en marbre blanc des Pyrénées et datent du début du Ier siècle. Pas vraiment originale, leur construction repose sur un chiasme : le personnage prend appui sur la jambe gauche. On observe une ample draperie, aux plis épais, qui élargit le corps. Tout est sculpté pour donner un effet de dégradé des plans. Ces statues sont certainement l’œuvre d’un artiste bordelais puisqu’il y aurait eu, au début du Ier siècle, un atelier de sculpture commun à Bordeaux et à Cologne.

Fig. 1 : Togatus en marbre, Musée d’Aquitaine, réf. 60.2.16

Fig. 1 : Togatus en marbre, Musée d’Aquitaine, réf. 60.2.16

Fig. 2 : Togatus en marbre, Musée d’Aquitaine, réf. 60.2.15

31Les différents témoignages laissent entendre que la collection de Raemond comportait au moins six statues antiques. Le fait qu’elles aient été exposées dans des niches creusées dans la façade de la maison, comme Zinzerling le laisse entendre, n’est pas un détail sans importance. Comme nous l’avons déjà dit, les jurats de la ville de Bordeaux avaient fait aménager en 1594 la façade de l’hôtel de ville en vue d’exposer trois statues dont l’une était réputée pour être une Messaline. Cette dernière eut une telle renommée que Louis XIV voulut l’obtenir. Les jurats de Bordeaux la lui cédèrent en 1686 et, durant son transport jusqu’à Versailles, elle finit ses jours dans les profondeurs de la Garonne. Raemond choisit donc d’exposer ses statues antiques comme l’avaient décidé les jurats bordelais. Son jardin faisait alors écho aux bâtiments officiels de la ville. De plus, la passion de Florimond de Raemond pour les statues antiques n’était pas innocente car celles-ci figuraient toutes des personnages dont le statut social était élevé, magistrats ou personnages ayant de hautes fonctions politiques. De cette manière, le passé de Bordeaux illustré par ces magistrats de marbre se perpétuait dans la personne de Raemond.

  • 36 Zinzeling, Itinerarium…, op. cit., p. 391. « Outre cela, il y a bien des inscriptions antiques qui (...)

32Le deuxième intérêt de la collection de Forimond de Raemond est celui d’offrir de nombreuses inscriptions latines et grecques. Zinzerling nous dit que « praeter haec sunt antiquae inscriptiones, quae ignorati huc omnes nequerunt36 ». Qu’il s’agisse de De Lurbe, de Zinzerling, de l’abbé Venuti ou du Président Barbot, les inscriptions décrites sont plus ou moins les mêmes. Cette passion pour les inscriptions était courante à cette époque. Ceci perdura d’ailleurs au moins jusqu’au XVIIIe siècle comme l’affirme l’abbé Venuti dans la préface de son ouvrage :

« Depuis qu’on regarde comme honorable d’être né dans une ville célèbre par son antiquité, tous les Peuples ont paru faire grand cas des anciens Monumens qui se trouvent parmi eux, & qui en rendent un témoignage incontestable. Ils sont pour eux ce que les Chartes et les vieux Titres sont pour la Noblesse la plus distinguée. Je pourrois démontrer combien, dans cet objet, on doit donner la préférence aux Inscriptions sur tous les autres Monumens, si je ne parlois à une Compagnie qui en connoît le prix.

  • 37 . Venuti (abbé), Dissertation…, op. cit., p. 1-2.

Les Inscriptions sont des pièces parlantes, au lieu que les morceaux de Sculpture & d’Architecture ne sont que des signes muets. La ville de Bordeaux est amplement pourvuë des unes & des autres, qui lui assurent la gloire d’une antiquité très-recommandable. Je ferai quelques remarques sur les Inscriptions que j’y ai vûës, & sur celles qui, sur la foi d’Ecrivains d’une autorité reconnue, y ont existé dans le siècle passé, & que par malheur on n’y retrouve plus »37.

33Les inscriptions de la collection de Raemond sont de deux types : d’abord une série d’« authentiques » découverte à Bordeaux que nous laisserons de côté pour examiner les « faux », probablement commandés par notre magistrat, ainsi que les inscriptions dites « modernes ».

34Le premier « faux » est dédié aux Victoires des Césars et des Augustes :

VICTORIAE AUGUSTORUM

ET CAESARUM

35Elle peut être comprise de deux manières. Rappelons tout d’abord que la Victoire était une des déesses favorites des Romains sous l’Empire. On lui vouait un culte à l’occasion de batailles remportées par l’empereur. On sait par ailleurs que certaines dynasties d’empereurs romains prirent le nom de César et d’Auguste. Ce type d’inscription pouvait alors commémorer un ensemble de victoires d’époques diverses dont les protagonistes étaient placés sous les mêmes auspices divins. Ensuite, le texte gravé peut être appréhendé de manière métaphorique. Le jardin de Raemond, espace privé, était, nous l’avons vu, organisé à la manière d’un lieu public reflétant les préoccupations de grandeur de son propriétaire. Il est alors possible de considérer cette inscription comme un hommage rendu aux victoires remportées par les rois de France contre leurs adversaires protestants. Une autre pièce de la collection, moins ambiguë, vient d’ailleurs corroborer cette hypothèse. En 1594, Raemond avait fait graver une colonne de marbre qu’il avait érigée au milieu de son jardin et sur le chapiteau de laquelle il avait fait porter ces mots :

« Clemente VIII. Reip. Christianae immensam molem sustinente. Enrico IV. Gal. & Nav. Rego post suum ad avita sacra quasi postliminio reditum, Iac. Mantignono Fr. Marescallo in Aqui. provin. vices regis obtinente, Flor. Raemundus Sen. Burd. hanc teretem prophyretici marmoris columnam basi striatae ac ritu iocoso tripudiantes, veterum DEOS referenti super positam, & adiecto familiae Remundae gentilitio stemmate in acutum acumen fastigiatam, ut sacras venerandae antiquitatis reliquias, e situ & pulvere in lucem reponi curavit, An. 1594 »

36Nous pouvons en proposer la traduction suivante :

  • 38  Nous remercions Monsieur Olivier Millet qui, lors de notre soutenance de thèse, nous a fait part d (...)

« Sous le pontificat de Clément VIII, qui porte le fardeau immense de la République Chrétienne ; sous Henri IV, roi de France et de Navarre, après son retour à la religion ancestrale, pour ainsi dire conformément au rétablissement de la condition juridique originaire ; sous Jacques de Matignon, Maréchal d’Aquitaine, ayant rang de lieutenant, Florimond de Raemond, Sénateur de Bordeaux, a élevé cette colonne ronde de porphyre, qui repose sur une base écaillée portant sculptés des dieux antiques dansant selon un rite plaisant, et, après y avoir ajouté l’arbre généalogique de la famille de Raemond, il a fait en sorte que cette colonne, qui s’élève en sommet pointu, ce vestige antique aussi vénérable qu’un objet sacré, soit arrachée à la saleté et à la poussière et retrouve la lumière. Année 1594 »38.

  • 39  Sa première œuvre est L’Erreur populaire de la Papesse Jane publiée anonymement à Bordeaux chez Si (...)
  • 40  Cet ouvrage est publié en 1597.

37Cette longue inscription pouvait donner à elle seule le ton du musée de Raemond. Il insiste en premier lieu sur l’importance que revêt pour lui le pouvoir pontifical. L’inscription est alors le miroir de ses deux occupations : sa charge au Parlement et l’écriture d’ouvrages de controverse dont le premier est publié en 158739. En 1594, date de l’inscription, il prépare la rédaction de son deuxième ouvrage portant comme le premier sur la défense de la Papauté : L’Anti-Christ40. Par ce geste, Raemond loue à la fois le pape et la profession de juriste puisque la famille de Clément VIII, son père en l’occurrence, était un jurisconsulte florentin.

38La dédicace à Henri IV n’a rien d’étonnant en cette année 1594. En effet, n’est-ce pas l’année du couronnement royal à Chartres ? D’autre part, l’insistance mise sur la conversion d’Henri de Navarre en 1593 fait elle-même écho à la louange de la religion catholique, « religion ancestrale », qui ramena dans son giron une brebis échappée de son enclos. Cette année 1594 voit donc la légitimation d’Henri de Navarre qui passe successivement de la condition de prince hérétique à celle de souverain. Il est en de même en ce qui concerne l’évocation du Maréchal de Matignon, « vice-roi » de Guyenne, aux ordres duquel obéissent les sujets bordelais et pour lequel œuvrent les parlementaires. Tout dans cette inscription semble lié dans un système cohérent d’échos : le roi, le pape, le gouverneur et le parlementaire sont évoqués selon une hiérarchie dont le plus haut dignitaire est le pape et le plus humble Raemond lui-même. L’érection de cette colonne est le reflet exact du caractère de notre personnage, personnage orgueilleux et fier à la fois de ses occupations politico-religieuses et de son appartenance à une haute bourgeoisie locale.

39La base de la colonne est toujours conservée au Musée d’Aquitaine. Elle est connue de nos jours sous le nom d’Autel aux quatorze dieux. Au XIXe siècle, cet autel portait le nom de Puits aux douze apôtres ou celui de Puits des Minimes. Cette pièce est toujours conservée au Musée d’Aquitaine mais son état critique nécessita son transfert dans la réserve du Musée à partir de 1916.

Fig. 3 : L’autel aux quatorze dieux, Musée d’Aquitaine, réf. 60.2.50

  • 41  Voir Louis Desgraves, Évocation du vieux Bordeaux, Paris, éd. de Minuit, 1960, p. 70.

40On retrouva cette pièce en 1892 à l’emplacement même de l’hôtel de Florimond de Raemond41. La provenance en est inconnue puisque les auteurs du XVIe siècle n’évoquent à aucun moment une telle découverte. Il s’agit d’une cuve cylindrique retaillée portant un écoulement latéral. Elle constituait le support d’un autel en marbre. Le terme grec qui la désigne est « Dodekatheoi ». Les autels antiques sont la plupart du temps quadrangulaires, toutefois les autels ronds sont assez répandus en Aquitaine. Il en existe deux à Périgueux mais leurs dimensions sont moindres. Celui-ci possède un diamètre de 1,11 m et une hauteur de 0,61 m. On a souvent confondu ce monument avec le bas d’une colonne mais les sculptures qui l’ornent attestent qu’il était bien la base d’un autel dédié à plusieurs dieux. Le catalogue de l’exposition Bordeaux, 2000 ans d’histoire en donne une description détaillée :

  • 42  Bordeaux 2000 ans d’histoire, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, 1971, p. 88-89.

« Au centre, Apollon avec la lyre ; à sa droite, Marsyas, ses flûtes à terre, les mains liées au-dessus de la tête ; puis à gauche d’Apollon, une muse ou une nymphe qui écoute, Vénus ; Neptune et son trident (plutôt que Mars vu le monstre marin qui l’accompagne) ; Diane avec le carquois et la biche, Pan (?) ; Jupiter barbu (l’aigle sur l’épaule gauche) (?) ; à droite de Marsyas, Mercure (?) ; la Victoire ; Hercule avec la massue et la peau de lion ; Silène et Bacchus ; Hébé ou Junon ou Cérès (?) ; Vertumne (?) ; en tout cas, un dieu portant une corbeille sur la tête »42.

  • 43  « En quatrième lieu en outre, au milieu du jardin, une pierre ronde, sur laquelle sont sculptés, f (...)

41De Lurbe ne mentionne pas la présence de la pièce dans son Discours alors que Zinzerling la note : « Quarto insuper in medio horti lapis rotundus, in quo in orbem tripudiantes Dii paganorum veteres insculpi, & inter alias Phoebus lyram manu tenens »43. Zinzerling parle ici, à n’en pas douter, de l’Autel aux quatorze Dieux. Le Président Barbot atteste également sa présence au milieu du XVIIIe siècle :

  • 44  Notes manuscrites de Barbot, Bibliothèque municipale de Bordeaux, ms. 1696/XV.

« En terre parmi des ordures et du bois a bruler nous vîmes un grand morceau de pierre de figure parfaitement ronde de deux pieds de hauteur, tout alentour sculpté en bas relief avec des figures en pied fort endommagées par le temps. La pièce est antique et remarquable, il faut le dessigner (sic) avec loisir, elle pourroit avoir servi pour un bain car il y a un trou pour écouler l’eau. Cela confirme mon idée des thermes de Bordeaux »44.

42Que de Lurbe n’évoque pas la présence d’une telle pièce est d’autant plus étonnant que si l’on en croit Zinzerling l’Autel aux quatorze Dieux était situé « in medio horti » (au milieu du jardin). Bien sûr, dans son Discours, de Lurbe ne parle que des pièces qui furent trouvées en 1594 sur le Prieuré Saint-Martin.

43La collection de Florimond de Raemond comporte enfin une plaque dont le propos est de la même teneur que l’inscription portée sur la colonne de marbre. Elle était située près de la porte d’entrée. Bernadeau en donne une description :

« Nous y avons vu les inscriptions suivantes, sur une plaque de marbre gris d’un demi-mètre carré. Elles étaient fixées près de la porte d’entrée donnant sur la cour qui a son issue du côté de la rue des Treilles. Sur un de ces marbres se lisent les mots suivants, écrits en beaux caractères grecs :

ΚΑΙ  ΠΥΡ

ΚΑΙ  ΑΡΧΩ

ΜΕΤΡΙΩΣ

Cette inscription est une maxime proverbiale qu’on peut traduire ainsi :

Et des grands et du feu

Il faut s’approcher peu

Sur l’autre marbre on a gravé une sphère armillaire parallèle, dont le zodiaque offre les six signes septentrionaux, ayant au-dessous les deux lignes suivantes en lettres romaines ainsi :

AEVONMDR

  • 45  Notes manuscrites de Bernadeau contenues dans l’exemplaire de Zinzerling aux Archives Municipales (...)

RDMNOVEA »45

44Ce témoignage est intéressant car il est le seul qui indique l’existence de ce marbre gravé. Le choix de placer une inscription près de la porte d’entrée n’était pas rare au XVIe siècle. Les recherches menées par Alain Legros, dont l’ouvrage porte sur les poutres gravées de la bibliothèque de Montaigne, le confirme :

  • 46  Alain Legros, Essais sur poutres. Peintures et inscriptions chez Montaigne, Paris, Klincksieck, 20 (...)

« Dans le cas de Baïf comme dans celui de Pasquier, il s’agit d’inscriptions extérieures à la maison, placées de préférence près des ouvertures (appuis de fenêtres, porte d’entrée) : ainsi disposées pour être visibles de la rue, elles désignaient à tous les "passants" un haut lieu de l’esprit, un cénacle des "Belles-lettres" grecques et latines ; puis, pour les générations suivantes, le souvenir d’une familiarité – révolue – entre rois et poètes communiant dans le culte de l’Antiquité »46.

45Même si les inscriptions de Raemond ne font pas directement référence au culte des « Belles-lettres », la volonté du paraître est la même. Dans son cas l’inscription fait office de présentation indirecte de son personnage : c’est ce que confirme la deuxième inscription plutôt énigmatique et qui n’était certainement pas lisible par tous. Il s’agit en effet de la devise de Raemond, devise qu’il faisait porter autour d’une sphère armillaire et qui ornait nombre des pages de titre de ses ouvrages de controverses. Le langage du blason et de la devise est un phénomène répandu à la Renaissance. Né d’une tradition ancestrale, ce langage, à bien des égards difficile à saisir pour un lecteur moderne, comporte en lui-même toute une sémiologie qu’il convient d’interroger puisqu’elle peut s’avérer révélatrice du caractère du personnage. Florimond de Raemond n’échappa pas à cet engouement. Le motif qu’il choisit ainsi que le cryptogramme qui figure en dessous expriment aussi les valeurs d’un homme attaché, par ses fonctions, à la défense de la province où il vécut.

46Dans le Nobiliaire de Guienne et de Gascogne, Jean de Bourrousse de Laforre affirme que :

« les de Raymond, Seigneurs de la Garde, Comte de De Raymond, descendants directs du dict Robert, portent : écartelé : au premier d’azur, à la croix alisée d’argent ; au deux losangé d’or et d’azur ; au trois de gueules, à la cloche d’argent ; au quatre d’azur, à la sphère terrestre d’or, cerclée et montée du même ».

  • 47  Cette édition est la véritable seconde édition de cette œuvre puisque celle de 1588 est une copie (...)

47La figure contenue dans le blason familial devint alors la devise de notre personnage. Le fait d’extraire une partie du blason familial et de se l’approprier n’est pas un geste innocent et rejoint les hypothèses avancées plus haut. Il révèle une sorte de fierté familiale et un attachement à la lignée dont il était le descendant direct. Il en est de même pour la devise qu’il fit insérer au-dessous de cette sphère armillaire et qu’il fit graver sur la plaque placée à l’entrée de sa demeure. Elle disait : « ARE DU MON NO MUDERA ». Notre auteur la reprit et la fit figurer pour la première fois sur la page de titre de l’Erreur Populaire de la Papesse Jeanne en 159447. Ernest Labadie décrit le cartouche du titre dans ces termes :

  • 48  Ernest Labadie, « Additions et rectifications à la bibliographie de quelques écrivains agenais », (...)

« une sphère armillaire au-dessus d’une sorte de boyau d’un dessin bizarre qui a la prétention, paraît-il, de figurer un nuage sur lequel on lit le mot : Are du mon no mudera. C’était, dit-on, la devise patoise de Florimond de Raymond […]. Le sens exact de cette devise nous échappe un peu. Il y a bien là un jeu de mots sur Remond et le Monde (la sphère) qui ne changeront pas (no mudera) mais comme nous avons peu d’aptitude pour deviner ces sortes de rébus très goûtés au XVIe siècle, nous laisserons à plus capable que nous le soin d’en donner une explication plus précise »48.

  • 49  Jean Momméja, « La devise de Florimond de Raemond », Revue de l’Agenais, Bulletin de la Société d’ (...)

48Le seul critique qui a depuis fourni une explication est J. Momméja dans un article portant précisément sur la devise de Florimond de Raymond49.

49Le cartouche situé au-dessous de la sphère dans une sorte de nuage se présente comme un cryptogramme :

A  E  U  O  N  M  D  R

R  D  M  N  O  U  E  A

  • 50  Jean de Gaufrateau, dit l’Aîné ou le Vieux, conseiller au Parlement de Bordeaux. Il mourut le 13 m (...)
  • 51  Jean de Métivier, fils aîné de Pierre de Métivier et de Jeanne de Tarneau. Il était conseiller au (...)

50Mais comment le lire de façon satisfaisante ? Si l’on commence la lecture par la première lettre de la seconde ligne puis par la première lettre de la première ligne, et ainsi de suite jusqu’au bout, nous n’obtenons aucune phrase intelligible. Mais en tant que devise, le texte doit comporter un nom propre, en l’occurrence celui de RAEMOND. Nous savons que Raemond, utilisait, lorsqu’il signait, la forme quasi phonétique RAEMOUND. De plus, en bordelais du XVIe siècle, le son [u] s’écrivait O. Ainsi, sur la page de titre de la première édition de l’Erreur Populaire de la Papesse Jeanne, l’adresse de Simon Millanges est-elle notée : « A BOVRDEAUS », et non « A Bordeaux ». Cette orthographe, d’ailleurs fréquemment employée par des auteurs de la région comme Gabriel de Lurbe, Jean de Gaufreteau50 ou encore Jean de Métivier51, est celle qui est utilisée dans le cartouche. Il paraît dès lors évident que la lecture du cryptogramme doit se faire par groupe de lettres. On obtient ainsi :

AE      VO    N   M   D   R

R     DM      N    O   V   E   A

  • 52  Mudera, forme occitane est une dérivation du verbe latin movere. Au cours des siècles, les différe (...)

51Ce qui donne la phrase : RAEDMVON NO MUDERA. La devise est écrite en occitan et non en « patois » comme l’écrivait Labadie. La traduction en est « Raemond ne changera pas »52.

52Une deuxième lecture du cryptogramme peut être proposée. Il faut alors lire le cartouche de façon beaucoup plus simple c’est-à-dire en diagonale. La phrase obtenue est : « ARE DVMON NO MUDERA » signifiant « Arrière Démon ! Il ne changera pas ».

53Ces deux sens sont tout aussi intéressants l’un que l’autre car Florimond de Raemond a probablement voulu jouer sur l’ambiguïté d’une telle devise. En effet, comme le montrent Jean Céard et Jean-Claude Margolin :

  • 53  Jean Céard, Jean-Claude Margolin, Rébus de la Renaissance. Des images qui parlent, t. I et t. II, (...)

« L’usage de devinettes ou cryptogrammes est assez étroitement lié à des conditions socio-historiques et (bien évidemment) à des aires culturelles déterminées. […] Ces jeux d’esprit ne sont pas aussi désintéressés ou gratuits qu’ils pourraient sembler en première instance, mais leur pratique et leur vogue sont en relation avec des pratiques sociales »53.

54En effet, les deux phrases sont assez proches et évoquent toutes les deux la même idée. N’oublions pas que le cartouche fut donné au public pour la première fois en page de titre d’un ouvrage de controverse. Le « Dumon » (démon) désigne alors naturellement le Protestantisme vers lequel Raemond ne se tournera jamais. Enfin, la devise que Florimond choisit est écrite en occitan et non en français. En combinant le blason et le cryptogramme occitan Raemond fait de son personnage, puisqu’il s’agit bien comme nous l’avons vu d’une propre mise en scène par le langage de l’image, un personnage attaché aux valeurs provinciales. Il ancre aussi son existence dans la continuité de celle de ses ancêtres en affirmant haut et fort son appartenance à une noblesse de robe locale, chose qu’il avait déjà faite à plusieurs reprises et notamment par le texte porté sur la colonne de marbre.

55La collection Florimond de Raemond était donc composée de statues : un empereur romain à la tête couverte d’une couronne de laurier, un Sénateur portant une capsa, une statue de l’empereur Adrien et de son « mignon », un Jupiter et probablement une autre statue sans tête ni bras découverte à la même époque que les togati toujours conservés au Musée d’Aquitaine. Ces statues étaient exposées dans des niches creusées dans le mur de la façade de la maison donnant sur le jardin et semblaient dire toute la continuité du passé de la ville et du présent du propriétaire qui occupait les mêmes charges que ses ancêtres et dont le rang social était réaffirmé par les personnages de marbre. La porte d’entrée de l’autre partie de l’hôtel était, elle, ornée d’une plaque de marbre gris où trônaient fièrement la devise du propriétaire des lieux, devise provinciale, qui donnait à voir une autre période historique de la ville de Bordeaux. La maxime grecque, elle, prévenait le visiteur qu’il entrait dans un lieu « aimé des Muses » pour reprendre les termes de Zinzerling. Au milieu du jardin, qui s’étendait entre les deux corps de bâtiments, s’élevait une colonne de marbre dédiée au Pape Clément VIII et au Roi Henri IV. Elle témoignait de la catholicité du maître des lieux et de son attachement au pouvoir royal, pouvoir auquel il obéissait au sein du Parlement. Enfin, de nombreuses plaques achevaient l’ornement de l’hôtel. Elles portaient la parole d’auteurs, qui, ressuscités par Florimond de Raemond, témoignaient elles aussi de l’antiquité de la ville de Bordeaux. L’importance de l’organisation des lieux, de la manière dont les pièces antiques étaient exposées et de leur choix n’est pas sans nous rappeler combien la dispositio était une préoccupation importante de l’époque, d’autant plus importante dans le cas de Florimond de Raemond puisqu’il écrivait des ouvrages de controverse dans lesquels se déployait une rhétorique maîtrisée.

56L’hôtel de Florimond de Raemond, en plus d’être la demeure d’un parlementaire, c’est-à-dire celle d’un homme à la condition sociale élevée, montrant sa richesse par le luxe de la décoration, est une demeure d’humaniste, le reflet de la culture et des goûts artistiques de son propriétaire. Cette collection est aussi un témoignage de la passion que les Bordelais entretenaient pour leur ville, du « provincialisme » de ces hommes qui s’exprimait à travers ce goût de collectionneur. Ceci reflète la fierté gasconne mais aussi la nostalgie d’un passé qu’ils faisaient revivre poétiquement par leurs écrits et plus concrètement par les fouilles archéologiques et la constitution de « musées » comme celui de Florimond de Raemond. Ainsi, les demeures devenaient la vitrine idéale d’un paraître local.

Top of page

Bibliography

Bistaudeau Pierre, « Les hôtels Denis de Saint-Savin et Dupérier de Larsan, rue du Temple », Revue archéologique de Bordeaux, tome LXXXIII, année 1992, Bordeaux, 1992, p. 189-201.

Bordeaux 2000 ans d’Histoire, catalogue d’exposition, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, 1973.

Braquehaye Charles, « Monuments relatifs au culte d’Esculape à Bordeaux », Société archéologique de Bordeaux, tome XI, 1er fascicule, année 1886, Bordeaux, Feret et Fils, 1886.

Céard Jean, Margolin Jean-Claude, Rébus de la Renaissance. Des images qui parlent, t I et II, Paris, Maisonneuve et Larose, 1986

Charton-Le Clech Sylvie, Chancellerie et culture au XVIe siècle. Les notaires et les secrétaires du roi de 1515 à 1547, Toulouse, Presse Universitaires du Mirail, 1993.

Cooper Richard, « Histoire et archéologie de la Gascogne antique au XVIe siècle », Écritures de l’Histoire (14e-16e siècles), Actes du colloque du Centre Montaigne Bordeaux, 19-21 septembre 2002, réunis et édités par Danièle Bohler et Catherine Magnien Simonin, Droz, THR CDVI, Genève, 2005, p. 146-166.

Corpus inscriptiones Latinorum, t. XIII.

De Lurbe Gabriel, Chronique Bourdeloise, Bordeaux, Simon Millanges, 1594, in-4.

De Lurbe Gabriel, Discours sur les Antiquitez trouvées près le Prieuté Saint Martin lez Bourdeaux en juillet 1594, Bordeaux, Simon Millanges, 1595.

Desgraves Louis, Évocation du vieux Bordeaux, Paris, éd. de Minuit, 1960.

Esperandieu Émile, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, T. II, Paris, Imprimerie Nationale, 1908.

Étienne Robert, Bordeaux Antique, Bordeaux, 1962.

Jullian Camille, Inscriptions Romaines de Bordeaux, Bordeaux, 2 vols., 1887.

Labadie Ernest, « Additions et rectifications à la bibliographie de quelques écrivains agenais », Revue de l’Agenais, Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Agen, t. XXXIII, Agen, Imprimerie moderne, 1906, p. 22-23.

Lamontaigne de, « Notes concernant les inscriptions de Bordeaux, extraites des papiers de M. de Lamontaigne », Société archéologique de Bordeaux, tome VIII, 4e fascicule, année 1881, Bordeaux, Feret et Fils, 1881.

Larcade Véronique, « Fortune et infortunes de Florimond de Raimond (v. 1540-1601), vues de l’étude de son notaire », à paraître.

Legros Alain, Essais sur poutres. Peintures et inscriptions chez Montaigne, Paris, Klincksieck, 2000.

Malvezin, « La maison d’habitation de Michel de Montaigne à Bordeaux », Société archéologique de Bordeaux, tome XIII, 3e fascicule, année 1888, Bordeaux, Feret et Fils, 1888.

Momméja Jean, « La devise de Florimond de Raemond », Revue de l’Agenais, Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Agen, t. XXXV, Agen, Imprimerie Moderne, 1908, p. 561-564.

Perrault Claude, Voyage à Bordeaux, Paris, 1909.

Raemond Florimond de, L’Anti-Christ, Cambray, Jean de la Rivière, 1613.

Sincerius Jodocus dit Zinzerling, Itenerarium Galliae, Genève, 1627.

Tamizey de Larroque Philippe, « La Messaline de Bordeaux », Société archéologique de Bordeaux, tome VIII, 3e fascicule, année 1881, Bordeaux, 1881.

Venuti (Abbé), Dissertations sur les anciens monuments de la ville de Bordeaux…, A Bordeaux, chez Jean Chappuis, 1754.

Top of page

Annex

Bibliographie des ouvrages de référence

Top of page

Notes

1  Nous ne saurions débuter cet article sans remercier Mme Anne Ziegle, conservatrice de la section Antiquité du Musée d’Aquitaine de Bordeaux, dont les conseils nous ont été précieux. Nous lui sommes également reconnaissante d’avoir mis à notre disposition les photos des pièces conservées au Musée d’Aquitaine, et ce à titre gracieux. Puis, nous exprimons notre gratitude à Mme Véronique Larcade, Professeur à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux, qui nous a permis de profiter de ses récentes recherches, capitales pour notre travail. Enfin, nos remerciements s’adressent également à M. Olivier Millet et à Melle Claire Loury dont les conseils de latinistes avisés nous ont été plus que profitables.

2  Florimond de Raemond, L’Anti-Christ, Cambray, Jean de la Rivière, 1613, p. 237.

3  Émile Esperandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, t. II, Paris, Imprimerie Nationale, 1908, p. 120

4  Gabriel de Lurbe, Chronique Bourdeloise, Bordeaux, Simon Millanges, 1594, in-4 .

5  Sincerius Jodocus dit Zinzerling, Itinerarium Galliae, Genève, 1627.

6  Claude Perrault, Voyage à Bordeaux, Paris, 1909.

7  Il s’agit de feuillets que Bernadeau a insérés dans son exemplaire de Zinzerling. Ces feuillets comportent des notes manuscrites sur l’hôtel de Raemond. L’exemplaire est conservé aux Archives municipales de Bordeaux. Bernadeau (1759-1852) était avocat au Parlement de Bordeaux.

8  Camille Jullian, Inscriptions Romaines de Bordeaux, Bordeaux, 2 vols., 1887.

9  Pierre Bistaudeau, « Les hôtels Denis de Saint-Savin et Dupérier de Larsan, rue du Temple », Revue archéologique de Bordeaux, t. LXXXIII, année 1992, Bordeaux, 1992, p. 189-201.

10  Véronique Larcade, « Fortune et infortunes de Florimond de Raimond (v.1540-1601), vues de l’étude de son notaire », à paraître.

11  Véronique Larcade, ibid., à paraître.

12  Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture au XVIe siècle. Les notaires et les secrétaires du roi de 1515 à 1547, Toulouse, Presse Universitaires du Mirail, 1993, 352 p.

13  Sylvie Charton-Le Clech, ibid., p. 58.

14  Sylvie Charton-Le Clech, ibid., p. 66.

15  Pour de plus en amples informations sur les vignobles acquis par Raemond, nous renvoyons le lecteur à l’article de Véronique Larcade, art. cit.

16  Sylvie Charton-Le Clech, Chancellerie et culture…, op. cit., p. 85.

17  Claude Perrault, Voyage…, op. cit.

18  Voir les notes ms. de Barbot datant du 10 décembre 1743 à la Bibliothèque de Bordeaux, Bibliothèque municipale de Bordeaux, Fonds La Montaigne, Ms. 1696/XV.

19  Barbot, ibid.

20  Gabriel de Lurbe, Discours sur les Antiquitez trouvées près le Prieuté Saint Martin lez Bourdeaux en Juillet 1594, Bordeaux, Simon Millanges, 1595.

21  Richard Cooper, « Histoire et archéologie de la Gascogne antique au 16e siècle », Écritures de l’Histoire (14e-16e siècles), réunis et édités par Danièle Bohler et Catherine Magnien Simonin, Droz, THR CDVI, Genève, 2005, p. 161.

22  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op. cit.

23  Zinzerling, Iterarium Galliae, Genève, Pierre Choüet, 1627.

24  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op. cit., p. 69.

25 Zinzerling, Itinerarium…, op. cit., p. 390. « Dans un troisième endroit, on trouve deux statues, dont l’identité est inconnue. L'une, la tête surmontée d'une couronne de laurier, et présentant un aspect sévère et magnifique, qui inspire quelque peu la crainte; l'autre présentant l'allure d'un personnage consulaire ».

26 . Notes manuscrites de Barbot, Bibliothèque Municipale de Bordeaux, Fonds La Montaigne, Ms. 1696/XV.

27  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op. cit., p. 70.

28  Venuti (Abbé), Dissertations sur les anciens monuments de la ville de Bordeaux…, A Bordeaux, chez Jean Chappuis, 1754, p. 3-4.

29  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op.cit.., p. 68.

30 Zinzerling, Itinerarium…, op. cit., p. 390. « Là, pour commencer, une statue de Jupiter est digne d’être mentionnée. Celle-ci tient le foudre dans sa main gauche, et a à ses côtés un aigle, mais qui, cependant, est brisée et dont les pieds peuvent à peine être reconnus. Y figure l'inscription suivante : Au dieu Mane invaincu. Elle a été découverte dans un quartier de la ville, près de la porte Dijaux, ce qui est un argument supplémentaire pour admettre qu’un temple y fut érigé en l'honneur de Jupiter, comme nous le disions à l'instant, ci-dessus ».

31  Corpus inscriptiones Latinorum, n° 79*.

32  Musée d’Aquitaine, Numéro d’inventaire 60.2.16. Voir la reproduction que nous donnons en annexes, Fig. 1.

33  « Tous ces vestiges, et d'autres encore, sont insérés dans le mur de la maison, côté jardin, orienté à l'est ».

34  Gabriel de Lurbe, Chronique…, op. cit., p. 69.

35  Voir à ce propos, Bordeaux 2000 ans d’Histoire, catalogue d’exposition, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, 1973, p. 50 : « Bordeaux est la ville des Gaules qui a livré le plus grand nombre de togati, ce qui est une preuve supplémentaire de romanisation ».

36 Zinzeling, Itinerarium…, op. cit., p. 391. « Outre cela, il y a bien des inscriptions antiques qui n'ont pu à ce jour être toutes déchiffrées ».

37 . Venuti (abbé), Dissertation…, op. cit., p. 1-2.

38  Nous remercions Monsieur Olivier Millet qui, lors de notre soutenance de thèse, nous a fait part de sa propre traduction de l’expression « post liminio reditum », traduction que nous donnons ici.

39  Sa première œuvre est L’Erreur populaire de la Papesse Jane publiée anonymement à Bordeaux chez Simon Millanges.

40  Cet ouvrage est publié en 1597.

41  Voir Louis Desgraves, Évocation du vieux Bordeaux, Paris, éd. de Minuit, 1960, p. 70.

42  Bordeaux 2000 ans d’histoire, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, 1971, p. 88-89.

43  « En quatrième lieu en outre, au milieu du jardin, une pierre ronde, sur laquelle sont sculptés, formant une ronde, les dieux du paganisme antique, entre autres Phébus tenant dans sa main une lyre ».

44  Notes manuscrites de Barbot, Bibliothèque municipale de Bordeaux, ms. 1696/XV.

45  Notes manuscrites de Bernadeau contenues dans l’exemplaire de Zinzerling aux Archives Municipales de Bordeaux, Ms. 73.

46  Alain Legros, Essais sur poutres. Peintures et inscriptions chez Montaigne, Paris, Klincksieck, 2000, p. 178.

47  Cette édition est la véritable seconde édition de cette œuvre puisque celle de 1588 est une copie de l’édition princeps de 1587.

48  Ernest Labadie, « Additions et rectifications à la bibliographie de quelques écrivains agenais », Revue de l’Agenais, Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Agen, t. XXXIII, Agen, Imprimerie moderne, 1906, p. 22-23.

49  Jean Momméja, « La devise de Florimond de Raemond », Revue de l’Agenais, Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts d’Agen, t. XXXV, Agen, Imprimerie Moderne, 1908, p. 561-564.

50  Jean de Gaufrateau, dit l’Aîné ou le Vieux, conseiller au Parlement de Bordeaux. Il mourut le 13 mars 1623 alors qu’il était doyen du Parlement

51  Jean de Métivier, fils aîné de Pierre de Métivier et de Jeanne de Tarneau. Il était conseiller au Parlement de Bordeaux. Il rédigea une Chronique et mourut aux alentours de 1632.

52  Mudera, forme occitane est une dérivation du verbe latin movere. Au cours des siècles, les différentes transformations consonantiques et vocaliques firent que le [v] latin se transforma en [d] et le [o] en [u].

53  Jean Céard, Jean-Claude Margolin, Rébus de la Renaissance. Des images qui parlent, t. I et t. II, Paris, Maisonneuve et Larose, 1986, p. 36.

Top of page

URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1122/img-1.jpg
image/jpeg, 112k
Fig. 1 : Togatus en marbre, Musée d’Aquitaine, réf. 60.2.16
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1122/img-2.jpg
image/jpeg, 92k
URL http://apparences.revues.org/docannexe/image/1122/img-3.jpg
image/jpeg, 172k
Top of page

References

Electronic reference

Aurélie Plaut, « L’hôtel particulier et la collection d’antiques de Florimond de Raemond (1540 ?-1601) : un exemple du paraître bordelais à la fin du XVIe siècle », Apparence(s) [Online], 3 | 2009, Online since 28 November 2009, Connection on 27 May 2017. URL : http://apparences.revues.org/1122

Top of page

Author

Aurélie Plaut

Aurélie Plaut est professeur certifiée de Lettres Modernes, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours (France)/Université de Paris 12 Val de Marne (IUT de Fontainebleau). Elle est en poste à l’IUT de Fontainebleau, Université de Paris 12 Val de Marne. Elle a soutenu en novembre 2009 une thèse de doctorat intitulée La construction de la figure du controversiste dans les œuvres de Florimond de Raemond (1540 ?-1601) : de l’‘ethos préalable’ à l’‘ethos discursif’, thèse dirigée par Marie-Luce Demonet au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Apparence(s) sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page